Site consacré à l'univers de Goldorak ... retour vers le passé !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:31

J’ai trouvé ce texte sur le forum italien. Google Translate l’ayant traduit, j’ai fait de nombreuses modifications pour vous le rendre plus agréable à lire ainsi que quelques coupes pour ne pas répéter ce que nous savons déjà tous. J’ai passé plusieurs heures à essayer de vous faire un truc propre et s’il reste quelques coquilles, ne m’en veuillez pas. Je n’ai pas essayé de démêler le vrai du faux, je vous laisse vous faire votre opinion. Ce qui promet, je l’espère et pour récompenser mes efforts, de nombreuses discussions.

En revanche, pour les mauvaises tournures et erreurs de traduction que j’aurai faite, veuillez me contacter en Mp s’il vous plait.
Le texte original :
http://www.ceraunavoltagoldrake.blogspot.it/

Les circonstances entourant l'arrivée de Goldorak en Europe et particulièrement en France ne sont pas encore clarifiées de manière globale. L'état actuel des études s’accorde à identifier la figure du producteur français Jacques Canestrier comme le principal architecte de l’arrivée de l'anime dans notre continent. En fait Canestrier est juste un des nombreux acteurs impliqués dans une histoire plus complexe dans lequel le hasard, l'intuition, l'esprit d'entreprise et une série de coïncidences ont joué avec succès un rôle décisif.
Tout commence un jour en 1975 dans une chambre à l'Hôtel New Otani à Tokyo, situé dans le centre de la ville japonaise, à quelques pas du Théâtre national. Le jeune Bruno-René Huchez , arrivé au Japon pour affaires après un long voyage de Paris avec une escale à Anchorage, en Alaska, se détend.

Né à Arras en 1943, fils d'un champion de moto et architecte, Huchez a eu une brillante carrière et une vie marquée par la mort prématurée de son père, mort quand il avait treize ans, et l’incapacité de la mère peu de temps après la fin de son études. Pour ouvrir une nouvelle page dans sa vie et probablement laisser ces décès derrière lui, Huchez quitte la France et s’installe en Afrique, en particulier au Togo, où il est nommé directeur de succursale pour le groupe pétrochimique total. Il est ensuite retournée dans son pays natal en 1973 où il a été embauché comme chef de service de recherche et de développement de Marubeni, un géant japonais actif dans divers secteurs (des machines pour la recherche spatiale au chewing-gum) qui, avec les entreprises Mitsui et Mitsubishi, forme les soi-disant trois "M », les trois mastodontes japonais les plus actifs en Europe. En tant que représentant de Marubeni, la tâche de Huchez est de trouver des produits français qui peuvent être exportés vers le Japon, l'acquisition d'actions de sociétés qui produisent, ainsi que les droits et licences pour les vendre sur le marché asiatique (ce qui est le cas, par exemple, de retransmissions de plusieurs matchs de football et de rugby retransmis qui connaissent le succès au Japon). De même Huchez doit également trouver des produits japonais qui peuvent avoir un potentiel de vente sur le marché français, obtenir des contrats de distribution et parfois acquérir des parts dans ces entreprises afin de leur donner la capacité financière d’acquérir ces produits nippons. C’est précisément pour cette raison que Huchez, jeune trentenaire, est venu à Tokyo en 1975. Assis dans sa chambre d'hôtel en attente d'un appel téléphonique d’une société qui veut vendre des tracteurs en France, Huchez passe le temps à faire du "zapping" à la télévision jusqu'à ce qu'il tombe sur un programme qui retiens son attention: le dessin animé UFO robot Grendizer.

Malgré l'obstacle de la langue, en jeune homme alerte et avec un oeil toujours tourné vers l'entreprise, il pense immédiatement que ce cartoon pourrait être un produit intéressant qui pourrait marcher en Europe et il cherche immédiatement le moyen d'avoir des informations sur les producteurs. Appelant la réception, il demande dans son anglais de base une interprète. Cinq minutes plus tard, arrive une femme charmante et avenante qui commence à se déshabiller (évidemment le standardiste a mal compris la demande). Après un dialogue de sourds, la fille agacée se rhabille et calque la porte. Ensuite, Huchez rappelle la récéption et demandant avec force une interprète et pas une p...  Malheureusement, c’est également une prostituée qui lui est proposée mais celle-ci connais l’anglais et peut lui traduire les crédits du générique de fin. Lorsqu’elle se exclame "Toei Doga! », il a l’information qu’il désire.

À ce stade Huchez lui demande d'appeler directement Toei et rapidement un rendez-vous avec le président Chiaki Imada et M. Hayashi, directeur des ventes à l'étranger, est pris. Les trois se rencontrent au restaurant Maxime, situé à l'édifice Ensoleillé dans le quartier Ginza et jetent les bases de leur future collaboration. Le lendemain Huchez va au siège de la Toei Shinjuku où il est resté sans voix devant la grande quantité de modèles, des acétates ( ? ? ? ?) et storyboard dont les bureaux sont pleins. Un nouveau monde s’ouvre devant ses yeux. Lui est montré plusieurs fois le premier épisode de Goldorak où il trouve, en filigrane, tous les éléments d'une tragédie shakespearienne et de jeunes protagonistes auxquels les téléspectateurs plus jeunes pourrons s’identifier avec leurs frères et sœurs plus âgés.


Dernière édition par vilak le Mer 7 Jan 2015 - 10:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:31

Gràce à un de ses supérieurs à la Marubeni, il obtient un accord pour représenter la Toei l'étranger et se prépare à rentrer en France avec 200 kg de 16mm en japonais entassés dans ses valises. Huchez dit que tout le mérite d'avoir apporté Goldorak en France revient à ses muscles, "Il fait Savoir qu'à L'Epoque, j'amenai Moi-même Dans Les bobines mes valise. Les cassettes n'existaient pas seul ET Le Matériel etait sur Pellicules de 35 et 16mm. Je peux dire que Goldorak a eu le mérite de me muscler! ". Le voyage n’a pas été facile. Comme si cela ne suffisait pas, le passage à la douane d'Orly dure même cinq heures parce qu'un agent des douanes plutôt tatillon veut vérifier personnellement que Huchez ne fait pas la contrebande de films érotiques, le forçant ainsi à transcrire les films pour les examiner. Enfin arrivé au siège de la Marubeni, Huchez réquisitionne la salle de réunion et installe un projecteur afin de commencer à montrer tout le matériel apporté du Japon. Parmi les films présentés, en fait, il n'y a pas que des épisodes de Goldorak, mais aussi de Mazinger Z, Candy et de nombreux autres dessins animés qui deviendront plus tard célèbre.
Le vice-président et directeur général de Marubeni, Takao Matsumoto, lui présente sa secrétaire, Mlle Sachiko Okichita qui lui raconte comment, au Japon, tous les enfants sont attirés par ces histoires, racontées dans les petits livrets de papier appelé manga.
Huchez passe plusieurs jours devant une feuille de papier avec un stylo dans la main pour décider de la stratégie à adopter et à essayer de voir si quelqu'un, parmi ses contacts, pourrait ouvrir les portes de la télévision française pour monnayer ce petit trésor. Sauf que maintenant la meilleure et la seule alternative, vraiment «risquée », semble être écrire directement au ministre concerné pour lui proposer de créer un réseau de télévision entièrement consacrée aux enfants dont le calendrier aurait pu être rempli par ces nouvelles animation japonaises. Il y avait suffisamment de matériel pour couvrir toute une année de diffusion de trois heures par jour, qui étaient alors de fait le calendrier des différents réseaux de télévision du moment. Pour le distraire momentanément de son projet, toutefois, le Président intervient dans la personne de Marubeni Kano, digne descendant de Yoji Kano, l'inventeur du judo. Kano, en fait, somme Huchez de s’occuper d’une délicate tâche. S’apuyant sur télex de l'article 762 B de la société, le plus important, et portant sur les mêmes propriétés de Marubeni, il demande à prendre des mesures pour acquérir une participation dans SBM (Société des Bains de Mer), les entreprises les plus importantes dans la Principauté de Monaco, qui concerne directement les intérêts du prince.
Huchez doit donc abandonner momentanément les dessins animés japonais et consacrer toute son énergie à cette tâche difficile. Le Prince de Monaco, en fait, veut évincer l'armateur Aristote Onassis et récupérer toutes ses actions pour un morceau de pain. Huchez, doit être en mesure de convaincre le SBM de sorte que Marubeni prenne la place d’Onassis dans la structure de l'entreprise. Ce n’est pas la première fois que les deux hommes se croisent. Déjà quand il travaillait pour Total au Togo le jeune Huchez avait collaboré avec des entreprises de Onassis et Niarcos, les deux grands armateurs grecs qui avaient la plus grande flotte de pétroliers au monde. La même Marubeni a été l'un des plus grands acheteurs mondiaux de pétrole et fait usage de navires d’Onassis pour le transporter. Après une longue conversation télélphonique avec le président de la SBM, Huchez obtenir un rendez-vous pour le lendemain avec le directeur financier de la société à l'Hôtel de Paris à Monte-Carlo et ici expose les largesses de Marubeni qui devront être versés directement au prince.
Huchez, cependant, n'a pas oublié les dessins animés japonais, et après avoir discuté de la SBM dit à son interlocuteur de la découverte faite en terre Japonaise. Il vante ce type de produit qui pourrait être parfait pour un nouveau réseau de télévision et explique que le projet est bloqué par manque de contacts avec la télévision française. Le hasard fait que le directeur des finances de la SBM a prochainement une rencontre avec le ministre des Finances à Monaco et que la fille de ce dernier est un collaborateur de Yves François , le Directeur des Achats l'ORTF (Office de Radiodiffusion Télévision Françoise). L'ORTF était l'organisme national qui avait le monopole de la diffusion sur le sol français et , après la réforme du 8 Août 1974, il avait été divisé en différentes entreprises parmi lesquels se trouvaient trois différents chaînes de télévision: TF1, A2 et FR3.

Le contact avec la télévision est donc finalement trouvé. C’est une jeune femme nommée Françoise Raymond . Dès son arrivé à Paris, Huchez l’appelle et lui demandant un rendez vous avec son patron Yves François. Initialement Françoise Raymond semble assez réticent et l'insistance de Huchez ne parvient pas à obtenir le résultat souhaité. Dès le lendemain, au déjeuner, il avait enfin la possibilité de vanter ses dessins animés à l'ORTF, qui rivalisent avec ce que fait Disney! Vers midi, Françoise Raymond rappelle Huchez afin d'avoir quelques informations sur son entreprise et quand il lui répond que le chiffre d'affaires de Marubeni est trois fois le budget de la France, le rendez-vous est définitivement pris.
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:32

La rencontre avec Yves François, cependant, ne se passe pas comme prévue. Bien que Yves François était le Directeur des Achats de l'ORTF, la personne impliquée dans ce genre de négociation était madame Soisson , épouse du futur Ministre de la Jeunesse et des Sports des Loisirs et actuel secrétaire d'État chargé de la jeunesse et du sport. Huchez réussit à surmonter cet obstacle et obtient un rendez-vous avec Madame Soisson qui arrive entouré par une foule d'assistants. Mme Soisson, cependant, n’est pas une ingénue. Elle connaît très bien la Marubeni et a déjà entendu parler de ces dessins animés japonais, mais pas en termes positifs. Elle a reçu Huchez juste par curiosité, juste pour voir le visage de ceux qui osent présenter les produits fabriqués dans un pays selon elle totalitaire, gouverné par un empereur, où les sujets sont payés avec une poignée de riz et où les brevets et droits d'auteur ne sont pas respectés. Donc, vous comprenez comment l’affaire de Huchez est cause perdue. Comment peut en effet penser que ce genre de dessins animés peut être diffusé à la télévision de la République française au détriment des valeurs que l’on veut inculquer à sa progéniture formée à l'école de Jules Ferry?
Devant le mur érigé par Mme Soisson, BRH ne peut même pas répliquer. Son entrée dans le temple de la télévision française est refusé et un double scotch dans le bistrot le plus proche sera sa seule douceur de la journée. Le destin, cependant, est une fois de plus de son côté. Assis au comptoir, se trouve un employé de la SFP (Société Française de Production) qui a assisté à sa rencontre avec Mme Soisson. C’est Roder Foriat qui lui donne une pistte qui s’avérera fructueuse . L'ORTF a été récemment démantelé et Huchez n’as aucune possibilité de placer ses DA pour la première chaîne, TF1. Ici, en effet, les leviers sont dans les mains de décision Christophe Izard , une icône de la télévision française, qui a déjà une idée claire de la direction à prendre.

Fabricant de variétés célèbres comme A L'AFFICHE du monde (prix de Best Male TV en 1970), d'inclinaison et de l'invitation du dimanche , compositeur et producteur en 1971 de La Lucarne Magique , une comédie musicale mettant en vedette certains des plus célèbres belvédères les soixante-dix, Izard a ensuite été consacrés à concevoir des programmes pour les jeunes comme L'Ile aux enfants , Les Visiteurs du Mercredi , Le Village dans les nuages, Salut les Mickey. Il a ensuite déménagé à TF1 en tant que directeur des programmes pour Enfants, une position qu'il a occupé de 1975 jusqu'à Janvier mai 1987.

On conseille à BRH de se concentrer sur la deuxième chaîne, Antenne 2, qui n'a pas une politique éditoriale bien définie. Ici vous pouvez trouver des interlocuteurs disponibles comme agnès Vincent et Guy Maxence chargé de la "Jeunesse" pour cette chaine.

Huchez suit les conseils de Foriat et après quelques tentatives parvient à obtenir une rencontre avec Maxence qui se rend directement chez Marubeni. Ici, ils ont l'occasion de voir l'ensemble des dessins animés apportés du Japon et les deux se accordent sur un point: ces produits peuvent être un bon point de départ pour construire un programme dédié à la jeunesse.
Pendant le déjeuner Maxence avoue à HUCHEZ être sur le point d'être nommé à la tête de Unite Jeunesse Antenne 2, mais n’étant pas “politisée” contrairement à d'autres fonctionnaires, son rôle est extrêmement délicat et non protégé par les hautes sphères. En d'autres termes, s’il acquiert un programme qui rencontre le succès, beaucoup de carriéristes vont en prendre ombrage. Si le programme se avère être un échec, il serait seul responsable. Maxence recommande donc au HUCHEZ de ne parler à personne de ces DA et en retour promis d'acheter une des deux séries robotique de son catalogue, Goldorak ou Mazinger Z et certainement Candy.
Après cet accord Maxence et Huchez continuent de se sentir assidûment, tandis que le second part plusieur fois au Japon en prévision de l'achat par Antenne 2. Maxence est de plus en plus convaincu de cette opération et de la qualité des dessins animés japonais même si, il faut le dire, ils ne sont pas considérés comme comparables à Disney. Cependant, ils ont quelques bons cotés, les personnages sont bien définis entre le bien et le mal. Et par-dessus tout cela il ya ces robots qui sont rafraichissants!

Enfin, vient les nouvelles que tout le monde attendait. Maxence a été officiellement nommé à la tête de l’Unité Jeunesse d'Antenne 2. Françoise Raymond qui, après avoir aidé Huchez à prendre contact avec l'ORTF, est devenue un chef de file du premier étage d'Antenne 2. Le cercle se referme et les trois concluent les accord définitif pour l'achat de Goldorak et Candy Candy.

Maintenant, il faut créer l'édition française, préparer le budget et organiser le doublage.

Qui, cependant, peut prendre soin de tous ces passages délicats? Certainement pas HUCHEZ qui a depuis créé à la Marubeni une section "Film de l'homme” dans le but de protéger la gestion de la propriété et les droits de ces séries d'animation japonais. La solution est livrée sur un plateau d'argent par Yves Ciampi (1921-1982), célèbre réalisateur français de plusieurs films à succès dans les années 1950 à 1969, et mari de la célèbre actrice japonaise Keiko Kishi (qui a ensuite divorcé en 1975).

Le couple faisait partie de la jet-set de l'époque et Huchez les avait rencontré par le président de Marubeni quelque temps avant la découverte de dessins animés japonais. Le vice-président de Marubeni, Takao Matsumoto, était en bons termes avec Ciampi. Yves Ciampi dirige à l'époque la société Telcia films qui, en 1974, ainsi que l'ORTF, Procidis et la Société Radio-Canada, avait produit une mini série télévisée en 14 épisodes intitulée Les Faucheurs de Marguerites. Le budget, cependant, s’était révélée insuffisante et Ciampi avait été en grande difficulté économique, au point que, à plusieurs reprises, il avait demandé que le Matsumoto Marubeni une participation pour sauver la série. Ce type d'opération financière est la responsabilité de Huchez qui un joue invite Ciampi au restaurant et s’attaque directement à la question. L'achat d'une part de Telcia Films par Marubeni n’est pas, selon lui, une bonne affaire et, à contrecœur, il est forcé de donner un avis négatif.
A cette occasion, cependant, Huchez mentionne à Ciampi ses dessins animés japonais et le directeur lui a conseillé de se tourner vers quelqu'un qui pourrait l'aider à réaliser l'édition française et le doublage: le directeur des ventes à l'étranger de Telcia Films, Jacques Canestrier, un assez joli jeune homme comme l'appelle Huchez, et avec qui il entretiens de bonnes relations. Comme Huchez, Canestrier a beaucoup travaillé en Afrique. Il a servi comme directeur des programmes pour beaucoup de télévisions sur le continent noir pour arriver ensuite à Telcia Films Ciampi avec qui il a travaillé sur Les Faucheurs de Marguerites et grâce à laquelle (Dixit Canestrier) il est entré en contact avec les responsables Marubeni du Japon et de la France. Avec Yves Ciampi et Vladimir Tarta, Canestrier a eu le mérite d'avoir fait le premier dessin animé en coproduction entre la France et le Japon, la dauphine blanc Oum collaboration avec entre autre les Films Telcia et la société japonaise Eiken. Ainsi, Canestrier, indépendamment de Huchez, a été en mesure de développer des contacts avec le Japon, probablement grâce à la médiation de Keiko Kishi, épouse de Ciampi, qui était alors la navette entre la mère patrie et la France.

Sur cette série, Canestrier est en charge du merchandising en collaboration avec Franklin Loufrani (futur éditeur du magazine Télé junior), des accords de co-production avec Eiken et des ventes à l'étranger. Comme l'a déclaré Canestrier, c’est à ce moment qu'il est entré en contact avec Toei Doga (et aussi avec la TMS et Tatsunoko) mais il a été redirigé vers le vice-président de Marubeni, Takao Matsumoto, qui porte sur les produits de Toei Doga sur le marché européen et qui donne à Canestrier un "Ajoint", un aide: Bruno-René Huchez.
Toei, en fait, à l'époque, n’était pas structurée de manière à travailler directement avec la France, mais avait besoin d'un intermédiaire (Marubeni) qui offrirait toutes les garanties financières et pas seulement de conclure des accords avantageux sur le Vieux Continent .

Les déclarations de Huchez et Canestrier sont donc pas entièrement en accord :
-selon Huchez, c’est Ciampi qui l’a dirigé vers Canestrier.
-Canesterier dit premièrement que Ciampi lui a permis d'entrer en contact avec les dirigeants de Marubeni au Japon et en France (thèse donc globalement en ligne avec la position adoptée par Huchez) mais change de version et dit finalement que c’est la Toei qui lui a fait contacter la Marubeni et, par conséquent, M. Matsumoto qui lui donnera Huchez en assistant.

Il semble que chaque version a pour but de tirer la couverture à soi. Une situation compréhensible puisque le but est d’être reconnu comme l'architecte en chef de l'arrivée de Goldorak en France (et dans tout l'Occident), un événement historique non seulement pour la télévision , mais aussi une entreprise à ce momnt capable de déplacer une énorme quantité d'argent.

Quoi qu'il en soit, ce qui est certain, c’est que Canestrier, se lance en affaires avec Marubeni et Antenne 2 crée sa propre société, Pictural Films et , après les droits acquis (on ne sait pas pour combien d'années), assume la charge de l'édition française de Goldorak et Candy . Bien que cette deuxième série, de par son contenu et de son histoire, ne semble pas être un problème pour Antenne 2, c’est une autre affaire pour la première. Canestrier avait montré Goldorak à Franklin Loufrani pour avoir une opinion et s’était vu répondre: "Tu oserais montrer CA la télévision? T’es gonflé! "
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:32

L'approche avec Antenne 2 est donc d'une importance primordiale. Encore une fois, cependant, les déclarations de Huchez et Canestrier ne correspondent pas.
Huchez nous dit, après l'approche infructueuse avec l'ORTF, avoir été accidentellement dirigé vers Antenne 2 et s’être acoquiné avec Guy Maxence pour diffuser Goldorak.
Canestier, lui, dit qu'il était lui-même l'auteur de toute cette opération. Il affirme qu'à l'époque de l'ORTF (avant la réforme du 8 Août 1974) il avait tenté de proposer un DA inspiré par une animation japonaise (dont nous ne connaissons pas le titre, peut-être une production de Eiken avec qui il a collaboré pour Oum ). Refus catégorique. La télévision, il lui a été dit, ne pouvait pas être considéré comme un jouet dans les mains des enfants. Les programmes ont dû être conçu pour les adultes et non pour les enfants qui pouvaient rester dans leurs salles de lecture avec leur bande dessinée. le fractionnement ORTF dans diverses entreprises et l'émergence de nouvelles chaînes de télévision, cependant, avait ouvert un espace et une véritable concurrence entre les différents réseaux pour gagner les jeunes publics. Canestrier, donc, selon ce qu'il a dit, aurait choisi Goldorak et Candy entre tous les dessins animés en sa possession (donc après avoir acheté les droits à Huchez) et il les aurait vendus à, Guy Maxence et à son collaborateur Gérard Calvet. Goldorak, cependant, était trop audacieux dans la conception et l'animation, c’est pourquoi il a été temporairement mis dans un tiroir attendant des jours meilleurs.
Canestrier, quelque soit la vérité dans ces déclarations contradictoires, est donc devenu le principal interlocuteur d'Antenne 2, alors qu’entre temps Maxence a été démis de ses fonctions et que son poste a échu à Jacqueline Joubert.

Jacqueline Joubert n’est pas une inconnue, non. Elle est une véritable icône de la télévision française. Elle a été, en fait, la première speakerine de la télévision publique, mais a ensuite été également reconnue comme présentatrice et productrice à succès. Ayant passé sa vie devant l'écran devenant l'une des femmes les plus célèbres en France.
Dans les années soixante-dix, sa carrière avait subi une nouvelle percée avec sa nomination à la tête des programmes pour les jeunes de l'ORTF entre 1974 et 1975, puis directeur de la variété toujours à l'ORTF de 1976 à 1978 et, enfin, responsable de l’"Unite Jeunesse et Famille" d’Antenne 2, poste qu'il a occupé en permanence pendant dix ans, de 1978 à 1989. C’est précisément dans ce nouveau rôle que Jacqueline Joubert commence à examiner les programmes de télévision choisis par son prédécesseuret découvre la présence de UFO Robot Grendizer (maintenant devenu Goldorak) et Candy, elle est littéralement choquée par la vue du premier. Pour cette raison, elle appelle immédiatement Canestrier à qui elle exprime avec une certaine véhémence toute sa déception et son refus de diffuser une telle atrocité:
"Jacques, je suis affolée, je découvre dans mes cartons une horreur qui s’appelle Goldorak. Candy encore c’est mièvre et pourrait passer à la rigueur. Il paraît que ces toi qui nous a vendu cette atrocité? Mais quelle horreur! Moi en charge, jamais je ne passerai Goldorak. "
En d'autres termes Goldorak ne correspond pas au style du contenu éditorial politique que la nouvelle direction, puis Joubert, ont décidé d'adopter, et qui fournit un contraste propre et net à la violence de certains feuilletons étrangers. Évidemment, une telle décision ne pouvait qu’être un revers économique pour Canestrier qui avait déjà investi de l'argent dans le doublage et qui avait signé des accords en particulier en ce qui concerne le merchandising avec plusieurs compagnies de jouets tels que Mattel et la Marine-4D Claude Berthier. Tout cela avec l'approbation de Geneviève Coquelin, alors en charge du département des ventes d'Antenne 2.
Joubert, cependant, ne veut pas entendre raison et, comme si cela ne suffisait pas, la situation va encore plus se compliquer en raison d'un scandale découlant du texte du thème d'ouverture de l’animation qui sous un voile patriotique est accusé de racisme. Cette adaptation, en fait, est le fruit de Canestrier qui a réalisé des versions françaises des génériques d'ouverture et de fin de Goldorak. Pour celà, il a pris contact avec Patrick Villaret, un editeur de chez Barclay, un artiste avec qui il avait déjà collaboré depuis qu'il avait composé la musique de Oum le dauphin avec Michel Legrand. Grâce à ce Villaret, Canestrier approche Eddie Barclay, qui, à son tour, le présente à Pierre Delanoë, le célèbre parolier. Canestrier raconte à Delanoë l'histoire de Goldorak et ce dernier écrit l’adaptation française des deux chansons choisies. Comme interprète est choisi le jeune Enrique Fort (il est né le 25 Janvier, 1957) chanteur français d'origine espagnole qui fait déjà partie de l'équipe d'Eddie Barclay et, surtout, eu un ton de voix semblable à celle de Isao Sasaki, l 'interprète japonaise des versions originales. A l'enregistrement est également invité le compositeur japonais Shunsuke Kikuchi pour une plus grande fidélité à la version originale.
La chanson intitulée “ Va combattre ton ennemi ” contient cependant un couplet qui provoque des protestations immédiates:
"Tu Vas Sauver notre race, nous redonner nous la lumière. "
Les mots louant le salut de "notre race" sont stigmatisés comme raciste et soulèvent des protestations des techniciens d’Antenne 2 qui viennent même à accrocher des tracts indiquant que le réseau de télévision va diffuser un dessin animé raciste ! Les syndicats, en particulier, poussent à souligner la similitude entre Goldorak, Hitler, le fascisme et Amin Dada, le Président de l'Ouganda entre 1971 et 1979 connu pour sa politique de persécution raciale. Goldorak, en d'autres termes, devient "le fascisme en science ficiton" et son sort semble maintenant scellé. Joubert a parlé de nouveau à Canestrier réitérant clairement que Goldorak ne sera jamais diffusé, mais cette fois semble laisser ouvrir une fenêtre si les textes des acronymes sont modifiés:
"On ne Pourra jamais diffuser CE machin-là! Ou alors, il faudrait changer les chansons. "

Pour résoudre définitivement ce problème, le PDG d'Antenne 2, Maurice Ulrich, est sollicité et il entend des avis contradictoires. D'une part, il y avait ceux favorable à la diffusion et, de l'autre, ceux qui reproche à l’œuvre un excès de patriotisme et de racisme, illustré dans le texte du thème d'ouverture, qui conduirait à l’interdiction de celle-ci. Pour faire le point de la situation et, surtout, comprendre ce que sont en fait l’objet des discordances, Ulrich rassemble tous les membres de la direction de A2 pour regarder avec eux un extrait d'un épisode de Goldorak. La projection laisse Ulrich plutôt surpris. Pour le numéro un d'Antenne 2, en fait, il n’y a rien de dangereux et de raciste dans le dessin animé et donne donc un avis positif pour sa diffusiion. Goldorak a le feu vert, mais sera diffusée en Juillet, lorsque les enfants seront en vacances. Un choix de commodité qui fait pousser un soupir de soulagement à Canestrier qui peut donc poursuivre son travail de préparation des épisodes et qui protège Antenne 2 d'un éventuel bide (Juillet n’est pas un mois stratégique pour lancer une série) et des critiques sur le contenu qui, la chaine suppose, n’aura pas été vu par de nombreux enfants à cause de vacances d'été.

Les obstacles surmontés, Canestrier peu enfin s’atteler dans l’adapation française de Grendizer que lui-même avait entre-temps rebaptisé Goldorak simplement parce que, à son avis, le nom japonais sonnait mauvais du point de vue phonétique. Pour arriver à ce nom il avait suivi une méthode assez empirique. Il avait écrit sur une feuille de papier les noms de tous les héros qui sont venus à l'esprit: Drakkar, Zorro, Tarzan, Mandrake Goliath, Golem et Goldfinger. Canestrier n’a jamais expliqué pourquoi il avait également pensé à Goldfinger, mais ce nom lui plaisait et il l’avait ajouté tout de même dans la liste. Puis il avait le même nombre de syllabes que Grendizer et contenait en son sein le terme “gold”, l’or, un nom qui évoque chez les petits et les grands tout le charme connecté à la recherche d'un trésor. À ce stade, il avait essayé de mélanger Goldfinger avec Mandrake, le héros qui, plus que tout autre, avait bercé son enfance, L résultat fut Goldanrak. Et c’est sa fille Stephanie, qui n’avait que huit ans, qui transforma Goldanrak en Goldorak, trouvant ainsi le nom définitif pour le robot et son dessin animé (qui donc ne comprend pas les mots UFO Robot place présents dans l'original japonais).
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:33

Pendant ce temps, continue le travail d'adaptation que Canestrier avait confié en Novembre 1977 à Interfilms, une société spécialisée dans le doublage dans lequel un rôle important va jouer par Michel Gatineau. Célèbre acteur dans les années cinquante et soixante, Gatineau s’est ensuite consacré au doublage dans les années soixante-dix après une rencontre avec Jean-Pierre Steimer, alors le propriétaire d'Interfilms. Voix des acteurs célèbres comme Michael Landon et Horst Tapper, Gatineau devient le directeur de doublage de Goldorak et la voix française de Dr Umon / Procyon. Méticuleux et attentif, il décide avec sa femme Rolande Steimer de s’assurer la coopération des grands noms de la comédie française pour donner voix aux personnages de ce nouveau dessin animé.

Ils embauchent Daniel Gall, Jane Val , Marc de Georgi et d'autres et créent une équipe de professionnels qui a grandement contribué à la réussite de Goldorak.
La première mesure prise dans la phase d'adaptation est l’élimination de toute référence au Japon de manière à ne pas introduire des éléments qui seraient incompréhensibles pour le public français, créant ainsi une sorte d'alternative du monde Japonais . Un choix qui a conduit un certain nombre de modifications et des coupes précises dans les films originaux.
Sont d'abord éliminé les plans dans lesquels sont incrustés les idéogrammes japonais utilisés, par exemple, pour introduire un nouveau personnage, un lieu ou un monstre de Vega, mais pas seulement car c’est bien souvent toute la scène qui est supprimée. Sont également supprimés les titres originaux de chaque épisode remplacé par une image fixe et la version française est annoncée directement par la voix solennelle de Gatineau, qui commence par la fameuse phrase "Aujourd'hui, Goldorak dans ...". Chaque épisode original contient de plus une bande annonce de 30 secondes pour le suivant que la version française coupe invariablement.
Une opération similaire est également effectuée au niveau des dialogues qui diffèrent dans certains cas, même sensiblement, et va changer fortement la direction originale de certaines scènes. Dans la version française, par exemple, le robot Goldorak est défini comme conçu par Vega, tandis que dans l'original sa construction est premièrement attribuée à une sorte de collaboration entre Vega et Euphor (épisode 2), puis devenir à partir de l'épisode 25, conçue par Euphor, ainsi que son "Dieu protecteur". le fait que, dans l'épisode 27, Venusia va devenir plus combative en raison de la transfusion réalisée avec le sang étranger d’Actarus se trouve exclusivement dans la version française et n’est pas présent dans l'original. Les exemples dans ce sens sont nombreux et participent également à l'inclusion de certains dialogues dans lesquels les personnages prient Dieu, ajoutant ainsi un élément religieux étranger à la version japonaise mais probablement plus familier au patrimoine culturel des téléspectateurs français.
L'élimination de toute référence à la langue et la société japonaise, cependant, ne pouvait pas être totale puisque dans la série, il y a des scènes entières qui rappellent les habitudes typiques de cette culture (comme dans l'épisode 14, dans lequel les protagonistes célébrent le Nouvel An dans le traditionnel kimono). Ce n’était donc pas possible d'établir Goldorak en France. Pour cette raison les adaptateurs choisissent de situer l’action dans une région non définie de notre planète. Un choix parfois paradoxale parce que les images liées au Japon sont indéniables, mais il convient de souligner que, à l'époque, la connaissance du pays du Soleil Levant n’était pas celle que nous avons aujourd'hui, facilitée par tous les moyens de communication dont nous disposons. La conséquence directe est de réinventer tous les noms des lieux et des personnages qui créent de véritables néologismes ne manquant pas, cependant, d’un certain charme poétique et, fait intéressant, souvent riches de sens. Tokyo devient Perlépolis, la ferme familiale des Makiba est appelée Ranch du Bouleau Blanc, la base lunaire de Vega devient le camp de la Lune Noire et ainsi de suite. Toujours en essayant toujours de transformer les éléments de la série en quelque chose qui soit plus familier pour le public français. Il n’est donc pas un hasard si, pour cette opération, Gatineau préfère s’inspirer de l'astrologie plutôt que de la mythologie antique ou la tradition chrétienne, des éléments beaucoup plus distinctifs et typiques de la culture occidentale.

Pour le héro, Daisuke, son nom français est inspiré par l’étoile Arcturus, la plus brillante étoile de la constellation du Berger, situé près de la Grande Ourse. C’est une géante rouge et la quatrième étoile la plus brillante dans le ciel. Son nom, qui est dérivé des mots grecs “arctos" (ours) et "ouros” (gardien), renvoie à la symbolique catholique qui voit le Christ, le Bon Pasteur, prendre soin de son troupeau d'âmes de la même manière avec laquelle le protagoniste de Goldorak, nouveau messie descendu du ciel avec son géant de fer, prend soin de sa nouvelle maison, la Terre et ses habitants. Non seulement. Le fait que Arcturus est une géante rouge, puis une étoile mourante est bien adapté pour décrire l'état du héro qui, à partir de l'épisode 30, souffre d'une blessure au bras droit qui va provoquer la mort quand elle atteindra le cœur. Daisuke devient donc Actarus.
Actarus, dans la VF, est indistinctement utilisé pour son nom de terrien que pour son étranger (engendrant ainsi une bien légère mais bien réelle confusion), bien que pour ce dernier il est préférable d'utiliser le titre de Prince d’Euphor. Le terme Prince (comme Duke) donne une connotation noble en ligne avec le statut du protagoniste, le prince héritier de sa planète, tandis que Euphor appelle "l'euphorie", l'état de bien-être et de bonheur qui a caractérisé la vie sur cette planète avant l'attaque des troupes de Vega. Ce n’est pas un hasard si les images utilisées dans le dessin animé pour décrire la planète Actarus la présentent comme une sorte de paradis, d'Eden où les hommes vivent en harmonie et heureux.
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:33

Koji Kabuto, le premier des personnages secondaires, est appelé Alcor. Encore une fois c’est le nom d'une étoile, qui appartient à la constellation de la Grande Ourse, mais de plus petite taille par rapport à Arcturus et moins lumineux. Cette différenciation de statut est également confirmée dans les couleurs prédominantes de la combinaison des deux personnages: Le rouge du chef pour Actarus et le bleu du subalterne pour Alcor, comme dans tout sentai qui se respecte. L'étoile Alcor constitue également un système binaire avec les plus brillants Mizar, ce nom est utilisé pour rebaptiser le petit Goro Makiba avec qui Alcor a une amitié de proximité. Les deux étoiles sont parfois appelés respectivement le cavalier et le cheval dans la langue persane. Ces noms, on ignore si c’est voulu ou non, se prêtent cependant bien à identifier le petit Mizar, qui vit seulement dans une ferme entourée par des chevaux, et Alcor qui vole avec son TFO.

Le père adoptif de Daisuke, le Dr Genzo Umon, devient le Professeur Procyon. Également dans ce cas, le choix cache un sens intéressant. Procyon est une étoile binaire appartenant à la constellation du Petit Chien. elle est l'une des étoiles les plus proches de la Terre, et la huitième étoile la plus brillante dans le ciel. Son nom dérive du grec “pro Kunos" (premier chien), car elle apparaît dans le ciel juste devant celles de la constellation du Grand Chien. Cela pourrait indiquer un chien de garde qui veille sur Terre et prévient du danger (qui devient visible Canis Major) puisque le Dr Umon scrute en permanence le ciel avec son radar pour prévenir les attaques de Vega.

Plus de sens immédiat se trouve au nom donné à Hikaru Makiba, qui dans la version française devient Vénusia. Le terme vient de Vénus (Venus en français), la deuxième planète la plus proche du soleil, ainsi que le corps céleste le plus brillant du ciel après la Lune. Connu depuis l'Antiquité, Vénus atteint sa luminosité maximale, peu avant le lever du soleil ou peu après le coucher du soleil, et pour cette raison elle a été appelé par les peuples anciens “étoile du matin” ou “étoile du soir". Vénus, cependant, est aussi le nom de la déesse romaine de la beauté, nom parfait pour une fille belle et rayonnante.
Maria Grace la sœur du héro, est appelée Phenicia grâce à un choix particulièrement judicieux par les adaptateurs français qui ont pu inclure dans un nom simple toute l'essence de la vie de ce personnage. Du point de vue astrologique, la référence est la constellation du Phénix tandis que dans la mythologie le phénix est le légendaire oiseau arabe capable de renaître de ses cendres tous les cinq cents ans. Une métaphore à peine voilée de l'existence même de la jeune fille marquée par un “mort” et une “renaissance” à une nouvelle vie.
Le mignon Danbei Makiba assume le nom de Rigel, l'étoile la plus brillante de la constellation d'Orion visible dans les deux hémisphères et donc précieuse pour les marins qui doivent trouver la route vers leur destination. Comme sa ferme, point de vie d’Actarus, qui est ici le port d’attache.

La prise en charge dans l'adaptation française ne s’est pas limitée aux personnes les plus importants, mais affecte également les secondaires qu’ils n’apparaisse que dans un seul épisode. Le commandant Mineo, épisode 9, par exemple, devient Eurydie, nom qui fait référence au célèbre mythe d'Orphée et Eurydice racontée par Virgile et Ovide. Orfeo avait épousé Euridice, mais elle est morte à cause d'une morsure de serpent. Le mari, qui ne s’est pas résigné à la perte de l'être aimé, est descendu dans le royaume des morts pour convaincre Hadès et Perséphone pour ressuciter Eurydice. Les dieux accepté à une condition: Orphée ne devrait pas se tourner pour regarder sa femme jusqu'à ce qu'ils soient sortis d'entre les morts. Mais il le fit malgré tout et et Eurydice a été perdu à jamais. L'histoire d'Orphée, alors, est l'histoire d'un échec qui est bien adapté à une comparaison avec l'histoire de Mineo qui échoue sa mission de tuer Daisuke raison de son apitoiement envers lui, perdant en même temps la possibilité de sauver sa planète Ruby.
Naida, figure féminine bien-aimé, est appelé Apélie, un nom qui fait référence à l'aphélie, terme astronomique qui indique le point de l'orbite d'une planète qui est la plus éloignée du soleil. La notion de distance pourrait indiquer l’éloignement métaphorique des deux amoureux. Le frère de Naida, à la place, devient Nadir, le point de la sphère céleste qui est directement en dessous de l'observateur et ensuite en face du Zénith. La scientifique nommée Kirika devient Alizé d’après les alizés, les vents d'est qui soufflent dans l'hémisphère nord du nord-est au sud-ouest dans l'hémisphère sud et du sud-est au nord-ouest, tandis que son frère devient Zephyr, un vent soufflant de l'ouest, léger comme une brise. Morus, ami d'enfance de Duke Fleed, est appelé Pollux. Castor et Pollux, les fils jumeaux de Zeus et de Léda qui sont identifiés par la constellation éponyme.

Puis, convervant l'assonance avec Goldorak, les moyens créés par Procyon prennent la terminaison -rak auquel s’ajoute, dans certains cas, le nom de leur pilote. Le Double Spacer, piloé par Alcor, devient Alcorak. Le Marine Spacer, dirigé par Vénusia, devient Venusiak. Différent discours pour le Drill Spacer, confiée à Phenicia, devenant à la place Fossoirak.
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:34

Aussi les noms des vilains sont bien choisis par les adaptateurs français pour mettre en évidence la nature intrinsèquement mauvaise et ainsi améliorer la personnalité et le rôle de chacun au sein de la série. Le seul qui conserve le nom original est roi Vega, probablement parce qu'il contient déjà une référence astrologique. Il est, cependant, soutenu par le nom de Grand Stratéguerre qui exalte sa nature guerrière. Sa planète, cependant, Vega dans la version japonaise, se drape dans un sens très négatif devenantr Stykadés nom qui fait référence au Styx, la rivière qui baigne le royaume des morts dont le Dieu est Hadès, dans la mythologie grecque. Vega est en fait une planète mourante en raison du rayonnement de Végatron, mais aussi une planète qui apporte la mort sur la Terre.
Se référant à la mythologie grecque est le nom choisi pour Gandal, le chef suprême des troupes de Vega, qui dans l'édition française devient Minos, comme le célèbre roi de Crète, maître du palais de Knossos, labyrinthe dans lequel il se cachait le terrible Minotaure, moitié homme, moitié taureau monstre que les Athéniens ont été obligés d'offrir un sacrifice tous les neuf ans, sept garçons et sept filles. Thésée, le fils du roi athenien Egée, pour mettre fin à cette pratique barbare, tua le Minotaure dans le labyrinthe dont il a réussi à sortir par le célèbre fil d'Ariane, fille de Minos, qui était amoureuse dec lui. Comme le roi de Crète, Gandal est extrêmement cruel et responsable du massacre de personnes innocentes, tandis que la combinaison de l'homme-taureau Minotaure illustre sa relation effrayant avec sa femme (appelée Minas pour homophonie avec Minos ). Enfin Minos, après sa mort, est devenu l'un des trois juges d'Hadès au royaume des morts, de la même manière que Gandal qui est l'un des commandants les plus importants de Véga.

Blacky, commandant en second de Véga et soumis à Gandal, est appelé Hydargos, dont le nom dérive de la valise des deux constellations, Hydra et Argo, qui sont aussi deux monstres mythologiques. L'hydre est le monstre tué par Hercules dans l'un de ses douze travaux. Chaque fois que l'une de ses têtes a été coupée, deux ont repoussé. Argo est la place du géant aux cent yeux. Le premièr pourrait être le symbole des nombreux monstres envoyés détruire la Terre, tandis que le second pourrait rappeler que depuis l'espace Hydargos observe constamment la Terre à la recherche d'un moyen de conquérir. Argo est aussi le nom du navire dans lequel Jason et les Argonautes sont allés à la conquête de la Toison d'or, et dans ce cas peut rappeler le navire à partir duquel les Hydargos enchaine les attaques.

Après la mort de Blacky, sa place est prise par le ministre de la Science Zuril qui devient Horos, nom qui fait référence à Horus, le Dieu faucon égyptien. Comme Horus a perdu un oeil dans une bagarre avec le dieu des morts Seth, Zuril lui aussi n’a qu’un œil, tandis que le second est remplacé par une sorte de mini-ordinateur. Les yeux perçants de l'épervier typique pourraient également être comparés à l'intelligence aiguë de ce personnage.
Enfin, alors que les monstres dans la version japonaise sont définis Enbanju (monstre-soucoupe) ou Vegaju (monstres de Vega), la version française donne plus de nuances. Il y les Golgoth, télécommandés, les Antérak, pilotés, puis les Monstrogoth, animaux “ géantisés ” et transformés en robot par Véga. Le terme Golgoth référer sans ambiguïté au Golgotha, la colline où Jésus-Christ a été crucifié. Un lieu de grande douleur et de souffrance, alors, comme en provoque les monstres de Vega sur Terre lors de leurs attaques.
Encore plus intéressant est le processus qui a conduit à la création des noms des armes de Goldorak. La légende veut que Michel Gatineau se soit trouvé avec Daniel Gall et Jane Val dans une cave pour une sorte de "brainstorming" et qu’une bonne bouteille de Beaujolais les aurait grandement aidé à trouver l’inspiration. En utilisant le système de ce qu'on appelle des bouts de papier (sur lequel sont écrits les noms de manière clairsemée déstinés ensuite être mélangé et transformé en les bras du robot), le groupe s’efforce d’utiliser l'ingéniosité de leur jeu d'enfanct pour inventer. Tout le monde essaie d'exclure les termes qu'ils peuvent en quelque sorte assimiler à la technologie militaire moderne, au nom d'une entreprise, en vertu de conviction anti-militaristes et anti-capitalistes. Le résultat est une série de noms savoureux qui feront partie du vocabulaire quotidien de centaines de milliers d'enfants et adolescents en France. Les spin saucers deviennent Planitrons, le Space Thunder se transforme en Cornofulgur, le Crusher Punch devient Fulguropoing, le shoulder Boomerang est traduit comme Clavicogires, le célèbre Double Arken est appelée Astero-hache et ainsi de suite pour toutes les autres armes.

Tous les obstacles ont donc été surmontés et Canestrier peut donc pousser un soupir de soulagement. Cela n’a pas été facile de convaincre la direction d'Antenne 2 qui, en plus des problèmes actuels, regardait d'un œil très critique cette qualité de dessin animé japonais certainement pas excellent, en utilisant seulement six ou sept images par seconde contre vingt ou vingt-quatre d'un produit de Walt Disney avec le résultat que les personnages se contentent juste d’ouvrir la bouche et de déplacer leurs yeux. Mais, comme l'a justement souligne le producteur, pour les enfants une conception statique est plus que suffisant si elle s’anime au moment opportun. L’important est la dramatique car l'enfant peut avoir recours à son imagination pour recréer le mouvement. L'enfant, par conséquent, au lieu d'être un simple spectateur devient l'auteur car il fait un effort d'imagination pour inventer la dynamique. Il peut saisir facilement le code linguistique de ce type d'animation et s’eloigner de la traditionn chère à ses parents. Aussi la question du prix d'achat avait beaucoup aidé les négociations. Goldorak, en fait, ne coûte que 10 000 francs par minute contre 40000 pour une autre oeuvre. Une grande économie, donc, pour le réseau de télévision.
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 10:35

Enfin, tout est prêt pour la diffusion, programmée par Joubert à compter du 3 Juillet 1978, de l'ordre de deux épisodes par semaine (lundi et jeudi) à 18h00. Le dessin animé, cependant, n’est pas introduit par elle-même, mais insérée dans le programme Récré A2 présenté à l'époque par la jeune Dorothée qui, gràce à cette émission va vite devenir l’une des figures les plus aimées et connues de la télévision française. Récré A2 est une sorte de programme "conteneur" pour la Jeunesse conçue par Jacqueline Joubert qui y trouve l'espace pour des dessins animés, mais aussi de divertissants courts métrages, des rapports, des chansons, des magazines, du théâtre éducatif, de la géographie et d'autres moments dans le studio réunis par la devise "Apprendre en s’amusant". Goldorak était initialement prévu pour une diffusion cet été, mais le succès obtenu par Goldorak le rend incontournable d'Antenne 2 pendant dix ans.


Dans les plans d’Antenne 2, la diffusion de Goldorak en été devait passer inaperçue si ce ne est que, malgré les prédictions du météorologiste Albert Simon, le mois de Juillet en 1978 s’avéra être le plus pluvieux de l'année, les enfants passent donc beaucoup de temps à la maison et devant la télévision et Goldorak devient soudainement leur "soleil", rencontrant un succès sans précédent. Le même Canestrier se rappelle avoir entendu les enfants en parler sur les plages. Les dimensions du succès, cependant, sont pleinement saisi seulement après l'été lorsque les responsables de Antenne 2 reviennent à leurs bureaux où il y a des montagnes de lettres adressées à Goldorak. Mais même en Août il était clair pour tous que Goldorak est un succès:
"Dès le mois d'août, nous avons compris par le courrier que Goldorak allait faire un tabac."
À ce stade, même Joubert doit reconnaître son erreur et s’incliner devant le succès de Goldorak sur lequel elle change brusquement d’idée, trouvant dans le robot japonais le charme de James Bond, les joies d’Arsène Lupin, le génie de Jules Verne et ce je ne sais quoi qui a fait de lui un héros pour des millions d'enfants. elle décide donc que le dessin animé devra se poursuivre et programme l’acquisition de 26 épisodes qui s’ajoutent à ceux déjà acheté en première instance pour un total de 52:
"Je ne le nie pas, j’étais contre une diffusion en continu, mais je m'incline devant le succès.”.
Le chef de la Jeunesse est choqué par la quantité de lettres reçues qui visent directement Goldorak, comme si c’était une personne réelle:
"Ils écrivent au personnage [...]. ILS l'humanisent. Ce n’est pas de la violence qui les intéresse ici. "

Ce n’est que le début d'une véritable marche triomphale qui va bouleverser la France dans les mois à suivre. Antenne 2 voir arriver chaque jour deux mille lettres, la plupart écrits par des enfants et 99,9% des foyers ont leur poste de télévision branchés sur Goldorak quand il passe. Curieusement, non seulement les enfants écrivent à leurs héros, mais aussi les adultes, en particulier les enseignants à l'école qui sont confrontés à cette nouvelle passion de leurs élèves. Comme le cas de cet enseignant de Bezons dont les élèves sont fascinés par la science fiction et tout ce qui concerne l'avenir et apprécient un robot qui se bat dans le service du bien. Pour cela, il a décidé de construire un robot de la taille de la classe pour jouer ensemble avec tous les enfants qui semblent touchés par la même maladie, la "Goldorakite":
"Mes élèves, comme beaucoup d'autres de cet âge, aiment la science ficiton et son curieux du futur, d'ou Leur passion pour Goldorak dont l'image de héros au service du bien est très appréciée. J’ ai Décidé de Construire un robot grandeur nature (taille d’un élève). Ainsi, nos pourrons jouer avec, dans la classe. "

Malgré le succès, ou peut-être à cause de cela, cependant, la direction de la chaîne décide de remplacer les chansons de Enrique (qui sont encore présents dans les 15 premiers épisodes), probablement en raison de la controverse qui a précédé et vous ne voulant pas courir le risque de laraviver. La composition de la nouvelle chanson thème (début comme fin) est dirigée par Pascal Auriat qui préfère les sons doux et un rythme plus détendu (les bases japonaises originales sont ensuite complètement abandonnés), alors que le texte est écrit une fois de plus par Pierre Delanoë qui, cette fois, accorde une attention particulière à l'utilisation de mots politiquement correct et sans aucune nuance qui puisse être interprétée dans un sens négatif. Le titre de la nouvelle piste est “ Goldorak le Grand ” qui est interprété par le chanteur israélienne Noam. Le 45 tour, sorti à la fin de 1978, arrive immédiatement au sommet des hit parades, décroche un disque d’or et s’impose comme le symbole par excellence de Goldorak en France.

Le succès de Goldorak est incroyable à tel point que même les grands journaux français comme Libération et Paris Match accordent un espace considérable à ce "redoutable robot des temps nouveaux” qui atterrit sur la couverture à la place des politiciens ou des stars du divertissement. C’est la "folie Goldorak" qui rompt comme un ouragan imparable:
“Dès le premier mois, Goldorak a été reconnu par tous les enfants et les adolescents français a reconnu comme le nouveau Messie Protecteur. A partir du deuxième mois, tous les héros qui avaient fait rêver les quatre générations précédentes sont tombés dans l'oubli. A partir du troisième mois, le taux d'audience des chaînes de télévision rivales, tomba à 0%. A partir du quatrième mois, les parents avaient l'impression d'avoir disparu de la sphère affective de leurs enfants. Le cinquième mois (pour tirer le meilleur partie d"une mauvaise affaire), les parents ont commencé à se démener pour acheter des jouets Goldorak ... À ce moment, cinq jours avant les vacances de Noël, les magasins étaient en rupture de stock. Là, on pouvait être inscrit sur des listes d'attente et, si vous aviez des contacts, vous pouviez essayer le marché noir. Du jamais vu! Mme Coquelin, responsable de la vente des droits à l'exploitation commerciale d'Antenne 2, n"avait jamais assisté à pareil engouement en quinze ans de poste: depuis le début de Décembre 400 000 disques, 150 000 affiches, 300 000 exemplaires de la bande dessinée, des charrettes de bonbons, de réglisse, de chaises longues, de lunettes, de masques, de puzzles, de vêtements ... tout ce qui représente Goldorak se vend comme des petits pains. Comme pour le jeu représentant le “Dieu” ... folie. La société Mattel affirme que l'usine a été inondé de demandes ... Dans certains grands magasins on engage des vendeurs destinée uniquement à répondre: "Pour Goldorak, nous devons nous attendre à la folie, je vous le dis, un ouragan, un typhon. "


FIN
Revenir en haut Aller en bas
homnorak



Messages : 3327
Date d'inscription : 30/08/2013
Age : 41
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 7 Jan 2015 - 11:10

ouh, ça fait de la lecture ça. J'espère que j'aurais le temps aujourd'hui de le faire.
Merci pour ton travail
Revenir en haut Aller en bas
Http://fictionsdeflo.wordpress.com
Gurendaizä



Messages : 8515
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 49
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Ven 9 Jan 2015 - 0:11

Merci Christian ! cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08



Messages : 9362
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Ven 9 Jan 2015 - 0:18

tres interessant
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä



Messages : 8515
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 49
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Ven 9 Jan 2015 - 8:00

Par contre autrefois j'ai toujours cru que c'était seulement Jacques Canestrier qui avait importé Goldorak !
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08



Messages : 9362
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 49

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Ven 9 Jan 2015 - 10:55

comme quoi on en apprend toujours Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä



Messages : 8515
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 49
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Ven 9 Jan 2015 - 13:15

Eh oui !!!! Wink lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
maxnik



Messages : 2
Date d'inscription : 13/01/2015
Age : 44
Localisation : Varese - Italia

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 8:37

Bonjour tout le monde,

mon nom est Massimo et je suis l'auteur du blog. Merci Vilak pour le long processus de traduction de l'italien vers le français, et je espère que ce qui est écrit vous intéresser. Je ne parle pas français mais avec Google Translate ne peut pas comprendre ou de l'écrire. Pardonnez les erreurs. Comme écrit sur ​​le blog ne couvre pas toutes les sources et références, mais je ne ai la reconstruction basée sur tous les documents italien / français que je ai réussi à récupérer au fil des ans. Ils sont à la recherche pour plus de documents en langue français qui peuvent me aider dans cette reconstruction, qui devient un livre à paraître. Si quelqu'un veut me dénoncer ou à me envoyer du matériel original français le remercie dès maintenant. :-)

Massimo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ceraunavoltagoldrake.blogspot.it/
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 8:57

Hi!

Thank you for this amazing work! You did a great job!

Here in France we have little information about all this story. All the actors are either very old or no longer alive. And, as you pointed, there a lot of différents way to tell the story depending of which point of view you listen.

We would love to have your book translated in french.

Kudos to you!
Revenir en haut Aller en bas
maxnik



Messages : 2
Date d'inscription : 13/01/2015
Age : 44
Localisation : Varese - Italia

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 9:10

Thanks Vilak,

same situation in Italy but I'm doing interviews with a few people involved in the broadcasting of Goldrake (Goldorak) in Italy in 1978, so I hope to get more interesting information asap.
My book will be named History of Japanese robots - From Karakuri to anime in 80's and what you read on my blog is only a very little piece of what I wrote until now.
Obviously the chapter about Goldrake is one of the most important.
The book is becoming quite big but I hope to finish it within this Summer. During last years I collected tons of materials from old magazines, newspapers, blog and websites (Italian and French) and I have to analyze and mix them with the interviews I'm doing to give a clear understanding of what really happened.





vilak a écrit:
Hi!

Thank you for this amazing work! You did a great job!

Here in France we have little information about all this story. All the actors are either very old or no longer alive. And, as you pointed, there a lot of différents way to tell the story depending of which point of view you listen.

We would love to have your book translated in french.

Kudos to you!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ceraunavoltagoldrake.blogspot.it/
Gurendaizä



Messages : 8515
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 49
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 13:07

Grazie Massimo !!!!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
homnorak



Messages : 3327
Date d'inscription : 30/08/2013
Age : 41
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 14:22

Thanks Massimo for your good job and merci à vilak pour la traduction.

J'avais lu l'info sur Huchez. Je me demande s'il n'a pas sorti un livre l'année dernière où il en parlait ? Ou dans les nombreux blogs ou sites d'info sur Goldo.
Revenir en haut Aller en bas
Http://fictionsdeflo.wordpress.com
venusia45



Messages : 4133
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 44
Localisation : dans ma soucoupe

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mar 13 Jan 2015 - 15:20

Grazie Massimo e Benvenuto tra di noi !
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Jeu 29 Jan 2015 - 23:48

homnorak a écrit:
Thanks Massimo for your good job and merci à vilak pour la traduction.

J'avais lu l'info sur Huchez. Je me demande s'il n'a pas sorti un livre l'année dernière où il en parlait ? Ou dans les nombreux blogs ou sites d'info sur Goldo.

Oui l'année dernière il avait fait un appel de fond auprès des fans pour autoproduire son livre.
Il avait reçu bien plus d'argent qu'il ne lui en fallait.

Mais je ne sais pas si c'est sorti...
Revenir en haut Aller en bas
vilak



Messages : 544
Date d'inscription : 12/05/2014
Age : 42
Localisation : Nîmes

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 4 Fév 2015 - 19:40

Dans la dernière partie, il est dit :

Citation :
 elle décide donc que le dessin animé devra se poursuivre et programme l’acquisition de 26 épisodes qui s’ajoutent à ceux déjà acheté en première instance pour un total de 52:  

Cela implique qu'au début A2 avait seulement 26 épisodes.

Hors dans le télé junior du 11 juin 78 qui présente Goldorak, on parle de 52 épisodes déjà programmés.

Que peut-on en déduire?

-Que Canestrier a acquis les droits de 52 épisodes et qu'il a assez confiance dans le programme puisqu'ils sont tous en cours de doublage (pas de rupture du 1 au 52). On peut imaginer que la folie qui vient de démarrer en Italie l'a conforté dans ce sentiment et que même s'il n'avait fait doubler que les 26 premiers épisodes pris par A2, il a du vite faire doubler la suite.

-Surement que l'acquisition de ces droits ne doit constituer qu'une petite partie de la somme totale que la Toei perçoit, le solde étant versé après diffusion éventuelle et paiement de la chaine des 10.000 francs par minute soit environ 200.000 francs par épisode. Si ce n'était pas le cas, Ni canestrier et surement pas Huchez n'auraient pu acheter autant d'épisodes d'un coup surtout à une époque où les débouchées semblaient faibles sur le marché français, à moins que A2 ai versé un fort acompte, ce qui me semble peu probable.

-Que lorsqu'une chaine accepte de diffuser un dessin animé, l'importateur/adaptateur ne peut la lui reprendre et n'a que ce réseau pour lui prendre le produit pendant une durée déterminée à l'avance dans le contrat (je dirais 5 ans minimum environ au vu des dates de rediffusions).

Cela vous inspire-t-il d'autres conclusions?

En parlant de ces 200.000 francs par épisode facturés à la chaine, quelle possibilité est pour vous la plus vraisemblable?

1/A2 paye une seule fois en 1978 et après peut rediffuser la série autant de fois qu'elle le voulait pendant les X années suivantes prévues du contrat sans verser un centime de plus.

2/A2 verse cette somme à chaque fois qu'elle diffuse ou rediffuse un épisode de Goldorak entre 78 et la fin du contrat.


Revenir en haut Aller en bas
Oscar1965



Messages : 6087
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 50
Localisation : Planète Bleue

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 4 Fév 2015 - 20:36

L'invisible Goldorak? Une série comique? Shocked Shocked Shocked

Non mais!
Revenir en haut Aller en bas
hikaru



Messages : 4602
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 43
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 4 Fév 2015 - 22:45

Et AKTARUS ? scratch Non, mais c'est qui celui-là ? Surement, le pilote de l'invisible Goldorak. lol!
Revenir en haut Aller en bas
venusia45



Messages : 4133
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 44
Localisation : dans ma soucoupe

MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Mer 4 Fév 2015 - 23:00

lol! lol! lol! un crossover entre Goldorak et l'homme invisible...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots   Aujourd'hui à 17:31

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivée de Goldorak en France en 8.000 mots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Buste goldorak Fullscratch
» LES TV 3D sont arrivées
» Opération Madeleine : Goldorak
» Goldorak:
» Goldorak, Bioman et Bernard Minet en live!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Goldorak - La Série :: Route 7-
Sauter vers: