Site consacré à l'univers de Goldorak ... retour vers le passé !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En attendant Noêl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 8:30

Bonjour à tous, voici un petit conte pour les fêtes : UN NOEL MAGIQUE

Voilà déjà trois jours que la neige recouvre lentement les pentes du Mont Fuji et les plaines autour du ranch du Bouleau Blanc. Le silence, ce matin est oppressant pour son propriétaire, Danbei Riguel. Il a fini de charger la cheminée avec quelques buches. Assis dans un fauteuil de cuir, il regarde le feu crépiter dessinant des ombres quelque peu effrayantes sur les murs de la salle à manger calme depuis le départ de ses enfants, Mizar et Vénusia, vers leur lieu de travail respectif. Sur les conseils de ces derniers, il a vendu une grande partie de ses terres et son bétail. Il n’a gardé que quelques chevaux dont Ivanhoé, la monture préférée de son intrépide de fille toujours célibataire à son plus grand dépit. Il s’est mis à écrire ses aventures de cow boy pour passer le temps et continue les montées vers sa tour afin d’apercevoir un hypothétique retour des extra terrestres chers à son cœur. Il regarde avec fierté mais aussi avec tristesse la photo de ses deux enfants.

Son fils est en troisième année d’ingénierie spatiale à Tokyo. Il fréquente une jolie jeune fille, Miko, elle-même en troisième année de médecine. Ces deux là forment un couple très amoureux pour son plus grand plaisir.
Mais il soupire en dévisageant sa fille ainée devenue pourtant une jeune femme très élégante. Ses longs cheveux noirs accentuent son regard triste. Elle porte toujours des tailleurs stricts soulignant sa taille fine. Même si elle est devenue la directrice respectée du Centre d’étude spatiale crée par son ami, le professeur Procyon, elle est toujours seule et refuse obstinément toutes les demandes de mariage des jeunes notables de la région. Tout comme son mentor Procyon, elle n’a pas surmonté le départ du fils adoptif de ce dernier voilà bientôt dix ans. Après la réussite brillante de ses examens, son ami lui a laissé volontiers les rênes de son laboratoire. Il est resté près d’elle pour la seconder. Ils se soutiennent mutuellement depuis ce jour fatidique où Goldorak a emporté Actarus et sa sœur Phénicia vers leur planète natale à restaurer, Euphor.

Depuis aucune nouvelle, pas de contact, ni de retour du célèbre robot si puissant qui les a débarrassés des forces de Véga désirant conquérir la Terre après la destruction de sa planète, Stykadès.

Des questions multiples les taraudent tous : Que sont-ils devenus ? Sont-ils encore vivants ? Pourquoi ne les contactent-ils pas ? Les ont-ils oubliés ?

……………………………

Vénusia, tous les soirs, se posent ces interrogations douloureuses : « M’a-t-il aimée un jour comme moi je l’aime ? A-t-il pu enfouir dans son cœur les pertes d’Aphélie et de Végalia ? Est-il marié ? » A ces mots, les larmes perlent dans ses yeux noisette. Elle, une simple terrienne, ne peut pas rivaliser avec les princesses de cette galaxie très lointaine où Euphor est sûrement aujourd’hui la plus importante. Hélas, son amour pour le Prince d’un autre monde emplit toujours son âme et l’absence n’a fait que renforcer ce sentiment qui la mine. Elle a beau se raisonner, nul autre homme ne l’a encore bouleversée comme Actarus. Elle se replonge dans son regard si empli de tristesse, regard devenu brillant de joie quand Végalia lui a révélé qu’Euphor revivait. Il était si impatient de partir après la victoire. Elle n’a pas pu lui parler. Son bonheur était devenu le sien. Lui qui avait tout perdu allait retrouver ses racines, sa terre natale où ses parents avaient péri. Mais quel déchirement quand Goldorak a disparu de sa vue ! Il leur avait dit qu’il reviendrait !

Vaine promesse : « Dix ans d’attente et rien, RIEN ! Pourquoi mon dieu, pourquoi ! Vivre et souffrir, je n’en peux plus de ce trou dans ma poitrine qui m’oppresse. Je dois l’oublier. Mais comment ? Mes mains tremblent encore quand j’entends son prénom. Pour lui, j’ai laissé mes cheveux pousser afin de ressembler à ses anciens amours. Dois-je les couper ? Je continue mes entrainements sur nos quatre oveterres : l’Alcorak, le Vénusiak, le Fossoirak et le Cosmorak. Alcor et moi avons bien essayé de partir vers Euphor avec le Cosmorak. Mais ce dernier n’a pas tenu la route. Au bout de cinq jours de voyage, nous avons du faire machine arrière. Que ne connaissons-nous le métal Gren qui compose Goldorak ! et pour la transmission des données : nous ne possédons pas encore de satellites assez puissants pour relayer la route de l’onde porteuse si loin de nous. »

C’est ainsi qu’elle s'étourdit dans son travail pour oublier sa peine.


Actarus, dans les moments calmes, lui avait expliqué les circonstances du drame de sa galaxie, drame qu’il ne pouvait oublier et qui hantait ses nuits de cauchemars ininterrompus. Elle se souvient :

Stykadès, la terre du cruel Grand Strateguerre mort à présent, était avant sa destruction la plus grande planète de leur galaxie. Pendant plus de six siècles, la paix y régnait. Nul besoin d’arme ni de protection spéciale : les milliers de citoyens se côtoyaient librement. Les échanges économiques et commerciaux permettaient un niveau de vie plus que satisfaisant. Ce système était régi par un conseil permanent de cinquante sages, un par planète, qui surveillaient chacune des directives de chaque état pour éviter les conflits. Leurs conseils avisés avaient réussi pendant toutes ces années à circonscrire toute velléité de conquête. Mais, hélas, il n’avait pas suspecté la soif de vengeance du commandant Véga à l’époque. Ce dernier avait pris la tête de Stykades après l’assassinat inexpliqué de son frère, Scorpio.

En effet, la collision de la lune principale de Stykadès avec une météorite de plusieurs mégatonnes 150 ans auparavant rendait inéluctable la destruction de sa chère planète. Son frère avec le conseil des 50 préparaient l’expatriation de son peuple vers les planètes amies. Mais, Véga ne supportant pas cet exode qui affaiblirait d’après lui sa famille, s’était juré de faire payer très cher à son frère sa soi-disant lâcheté. Il voulait également se venger de la défaite de son lointain ancêtre, Végalius, contre les forces euphoriennes. Alors, par le détournement de la fortune de sa famille et de celle de sa femme, il s’était entouré de conseillers, farouches guerriers aguerris et stratèges issus des écoles de guerre renommées de plusieurs planètes ainsi que d’ingénieurs au cerveau les plus émérites. Ils lui avaient conçu et construit un vaisseau spatial grandiose, sophistiqué pourvu d’une technologie pointue. Il avait ainsi découvert une petite planète inhabitée car inhospitalière. Afin de la réhabiliter, il avait capturé des hommes et des femmes qui après un lavage de cerveau le servaient sans discuter. Et c’est ainsi qu’il s’est constitué une armée secrète de plusieurs milliers de golgoths qui pourraient conquérir toutes les planètes pacifiques.

Après l’assassinat inexpliqué de Scorpio, le conseil réagit rapidement en réunissant tous les dirigeants. Mais, face à la demande inconcevable et intransigeante de Véga de lui céder immédiatement Concordia et Ruby, vides de ses habitants, le conseil demanda dans le plus grand secret aux 49 autres planètes de se préparer à un conflit éventuel.
Bien que cette décision soit prise un peu tardivement, les souverains travaillèrent d’arrache pied pour ressortir des hangars fermés depuis 600 ans, les armes et engins de combat un peu vieillots. Les armées se résumaient, hélas, souvent à de simples gardes en uniforme d’apparat.

Sur Euphor, la deuxième planète du système, son roi et son épouse Astrida ne pouvaient se résoudre à un tel réarmement. Ils préféraient une solution plus pacifique. Avec l’aide de la femme de Véga, Cydonia, sœur du roi de Ruby et hostile aux décisions de son époux, ils visitèrent leurs parentés et amis dirigeants les planètes convoitées par Véga. Cydonia expliqua à son mari qu’il pouvait bénéficier de la moitié des deux planètes ainsi qu’une partie d’Euphor après le mariage de sa fille ainée, Végalia, avec le fils héritier, Duke.

Pour gagner du temps dans les derniers préparatifs de sa conquête des 49 planètes sur huit jours, Véga sembla céder aux demandes de sa femme. Mais ce qu’il désirait avant tout pour parfaire sa stratégie était de  s’accaparer du célèbre géant, Grendizer, exposé dans le musée royal d’Euphoria. Celui-là même qui avait anéanti les ambitions d’extension de son ancêtre car fabriqué avec l’alliage résistant Gren jamais égalé et aujourd’hui disparu. Ce mariage était pour lui du pain béni et il fut planifié pour la sixième lune de l’année 2750 en cours (i.e dans une période de six mois pour le calendrier terrien).

Peu sensible aux charmes et à l’innocence de la belle véghienne, Duke, amoureux fou de sa cousine la Princesse Aphélie d’Euphor, accepta toutefois le mariage. Mais à une seule condition : qu’il puisse apprendre à piloter le vaillant robot, Grendizer, qui avait aidé son peuple il y a six cent ans à vaincre les forces de Végalius de Stykadès.  
Ses parents acceptèrent à regret. Alors, Duke aidé par les ingénieurs euphoriens et son ami Pollux réussit à remettre en état, Grendizer (ou Goldorak en terrien). Il le protégea d’un système anti-vol : il était le seul à pouvoir s’approcher du robot sans être tué par un rayon de lasernium pur radioactif.
Les chevaliers du Dragon, descendants des premiers chevaliers qui ont créé Grendizer et qui s’étaient dispersés dans ce monde en paix, s’étaient regroupés quand la lune principale d’Euphor s’était mise à clignoter toute une nuit. A leur intronisation, le maitre de cérémonie, Alphgar, leur avait révélé qu’à la survenue de ce signe, la lumière disparaitrait et les ténèbres recouvriraient leur monde. Ils devaient se retrouver pour chasser les démons. Et c’est pourquoi ils aidaient les différents chefs militaires dont Duke était l’un des plus actifs. Ayant détecté ses capacités hors normes, ils lui révélèrent le secret de la métamorphose.

Il était écrit que l’ELU, en prononçant ce mot, pouvait faire apparaitre une ancienne combinaison enchantée et son casque créés par le premier maître des chevaliers, Merlinium l’ancien. La combinaison était légère, d’une seule pièce, ignifugée, imperméable et indéchirable. Le secret du tissu avait disparu avec la mort de l’ancien. Le casque quant à lui était fait en gren et ne laissait voir que les yeux bleus et perçants du prince. Nul n’avait déjà vu cet équipement exceptionnel et sacré et à son apparition, les derniers chevaliers comprirent que Duke était l’ELU. Ils mirent un genou à terre et vouèrent leur vie à Duke.
Ce dernier s’entrainait durement, dormant peu, supervisant le réarmement et l’entrainement des militaires nouvellement engagés au grand dam de ses parents inconscients du danger. Mais qui pourrait les juger ? Les rumeurs de l’existence d’une armée conséquente aux ordres de Véga se propageaient bien mais rien ne donnait à penser qu’elles étaient fondées.

C’est à ce moment que sa sœur Maria Grace commença à faire des cauchemars terrifiants la réveillant dès qu’elle s’assoupissait. Ses cris d’horreur s’amplifiaient jour après jour. Sa mère restait à son chevet et expliqua avec effroi à Duke que des princesses de sang royal pouvaient avoir le don de voir l’avenir touchant leurs proches. Elle n’avait pas ce talent mais elle comprit alors qu’un grave danger s’approchait et fit activer la production de l’armement. Le mariage de son fils qui devait apporter tant d’espérance semblait un évènement futile à présent. Même la reine Cydonia ne donna plus signe de vie. Son mari lui apprit qu’elle avait péri lors de son retour d’Euphor en navette. Que cachait cette mort prématurée ? Ne lui avait-elle pas annoncé qu’elle avait été surprise de la mort de son beau-frère et du revirement de Véga, qu’elle détestait à présent, quant à la décision de partager les planètes ! Elle devait investiguer pour connaitre les dessous de la politique de son mari, mettre en garde sa fille ainée et protéger sa cadette, Végalina que son père ignorait. L’aurait-il fait assassinée car devenue trop curieuse ?  Toutes ces questions terrifiaient Astrida.

Dans les jours qui suivaient, Végalia devait arriver sur Euphor pour les derniers préparatifs du mariage assombri par le décès de sa mère. Elle voulait retarder cette union mais son père exigea que rien ne soit modifié. Il était prêt à attaquer.

Ce fut alors le top départ du déluge d’un feu ininterrompu sur les 49 planètes de la galaxie pendant une semaine.

Duke s’entrainait au combat avec Pollux quand le ciel s’assombrit par l’arrivée des milliers de navettes. Elles n’avaient pas été repérées car tous les moyens de transmissions avaient été détruits. En protégeant la fuite de son ami afin qu’il rejoigne sa planète Pallas sous le feu nourri des navettes, il reçut une décharge de laser au niveau de son épaule droite. Il réussit néanmoins à rejoindre le palais déjà en flammes. Il aperçut l’infâme Sogradi en train de tuer ses parents avec une joie évidente. Tout en entendant les cris de son peuple agonisant,  il se dirigea vers le hangar de Grendizer déjà envahi par les forces véghiennes. Comment ont-elles pu accéder à ce site hyper sécurisé ? Des traitres dans son entourage sûrement ! Le cœur meurtri, son corps blessé, il hurla de désespoir et sans être reconnu fut capturé parmi ses nombreux compatriotes. Ils furent tous entassés dans des cages en verre. Ils entendirent qu’ils devaient être envoyés sur Akérèbe la belle, devenue un laboratoire géant de reconditionnement de cerveau. Reprenant quelque force, il réussit à briser les parois de sa cage grâce à son casque incassable et réussit après maintes feintes à s’approprier de Goldorak. Il voulut s’attaquer aux forces de Véga mais seul contre une centaine de golgoths que pouvait-il espérer ? Il s’enfuit désespéré et se cacha pendant plusieurs mois sur une petite nébuleuse attendant d’être oublié par Véga. Et il quitta sa cachette à bord de son fidèle destrier puis toucha la Terre dont il avait introduit les coordonnées sur les conseils d’Alphgar
.

 
Nota : Il apprendra plus tard que les 49 planètes de sa galaxie ont connu à peu près le même sort. Véga n’a laissé qu’un grand champ de désolation dans sa folie furieuse. Seules n’étaient épargnées que les personnes utiles à l’entretien des planètes sous la contrainte d’un gouverneur véghien. Heureusement, des groupes de résistants se sont levés dans les planètes qui avaient réussi à construire à temps des abris. Et ces derniers ont recommencé une nouvelle vie après le dépôt des armes des troupes véghiennes suite à la mort de leur chef. Leur cerveau n’étant plus conditionné, elles n’aspiraient maintenant qu’à vivre en paix.

Vénusia revient dans la réalité et soupire.
Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
Vautour2b

avatar

Messages : 448
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 48
Localisation : Gif sur Yvette (91)

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 9:49

Pas mal du tout ta version des événements précédent la série... J’apprécie  Very Happy ...  et bien imaginé l'explication au sujet de la combinaison d'Actarus - la "métamophose" y gagne un soupçons de vraisemblance  Wink 

PS : merci d'avoir fait d'Aphélie la préféré d'Actarus devant Végalia.
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08

avatar

Messages : 10953
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 50

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 11:00

bravo sweeycandy  cheers cheers cheers 
Revenir en haut Aller en bas
homnorak

avatar

Messages : 3348
Date d'inscription : 30/08/2013
Age : 42
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 11:05

J'ai du lire cette petite histoire assez vite. Je la relirai plus calmement quand je serai au calme. Merci d'avoir repris Alphgar Wink et les chevaliers du Dragon.  sunny 
Revenir en haut Aller en bas
Http://fictionsdeflo.wordpress.com
kotakinab

avatar

Messages : 378
Date d'inscription : 01/10/2013
Age : 53
Localisation : France

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 14:52

Merci Sweetcandy ! cheers 
J'attends la suite avec impatience...
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 4883
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 44
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Dim 22 Déc 2013 - 15:57

Merci Sweetcandy pour ce beau texte.  cheers 
J'aime beaucoup ta façon de concervoir les évènements qui ont conduit à la guerre et à la destruction d'Eufor.

Mais je ne peux pas m'empêcher d'être triste pour le Professeur Procyon et surtout pour Vénusia qui attendent déjà depuis 10 ans des nouvelles d'Euphor.  Sad
Revenir en haut Aller en bas
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Lun 23 Déc 2013 - 11:31

Bonjour,
Merci à tous pour vos encouragements

POUR VAUTOUR2B : j'ai toujours pensé qu'Actarus n'aimait pas d'amour Végalia parachutée par ses parents et même si elle était belle. Pour moi, il était très attachée à Aphélie et l'épisode le amoureux d'Euphor en est bien la preuve. Quand il crie de désespoir à la mort de Végalia, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tout son ancien monde s'écroulait !

Pour Homnorak : Oui, j'ai utilisé quelques personnages d'autres fic que j’apprécie énormément !

Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Lun 23 Déc 2013 - 11:31

la suite

Et c’est lors de sa présentation par le professeur Procyon au ranch, que Vénusia était tombée sous le charme discret de cet homme qui s’avérera un extra terrestre pour son plus grand malheur. Il est reparti sans un mot laissant son cœur en cendre.
Elle vit toujours au ranch avec son père qui la regarde s’étioler de mois en mois. Sous la détermination de sa fille, il a deviné qu’elle cache son désespoir. Que peut-il inventer pour lui redonner de l’espoir ?
Dans deux jours, Noël apportera son lot de cadeaux dans une maison décorée avec soin par ses deux enfants. Le professeur, Argoli et son épouse Capella seront également présents.

Il se dirige lentement vers la tombe de son épouse, Emma, alors que ses tourments l’empêchent de dormir. Ses pas sont vite recouverts par la neige tombant en petits flocons serrés. Mais, il n’a pas froid dans sa tenue bien chaude. Arrivé devant la tombe, il allume trois lumignons et il se met à prier.
Soudain, apparait …… le visage souriant de sa moitié. Riguel se fige. Que se passe-t-il ? Il se pince, non, il ne rêve pas. Il ferme les yeux, les rouvre et son épouse est toujours là devant lui. Elle est toujours aussi belle et il la regarde avec ses yeux amoureux. Il voudrait tant la toucher, la serrer dans ses bras. Mais, ceux-ci restent immobiles. Des larmes perlent dans ses yeux et il attend une friandise comme un enfant. Elle ne dit rien. Tout à coup, elle lui montre une boite en cuir noir apparue comme par magie dans une de ses mains et elle l’entrouvre doucement. Un nuage d’étoiles brillantes s’envole alors. Elle refait ce geste trois fois. Puis elle tend sa main libre en direction du Centre, secoue la tête et disparait. Riguel ne bouge toujours pas. Qu’a-t-elle voulu lui dire ? Faudrait-il qu’il trouve cette boite en cuir noir et pourquoi ? Quel secret cache-t-elle ?
Les lumignons viennent de s’éteindre. Il se secoue et court vers le ranch. Il revient avec trois autres cierges qu’il allume immédiatement. Hélas, pas d’apparition ! Il est seul. Il rentre la tête baissée le cœur encore auréolé de la joie d’avoir revu son Emma.
Une fois revenu dans la cuisine, il regarde le visage inquisiteur de ses enfants intrigués par ce va et vient inhabituel. Non, il ne leur dira rien tant qu’il n’aura pas compris le message transmis. Il doit se rendre au centre. Mais il est tard. Il verra demain.


…………………..


Le lendemain matin, Riguel se lève de bonne humeur. Il doit se rendra au Centre avant sa fille qui ne prend jamais de vacances même la veille de Noël. Il doit parler avec Procyon.

« Mais que lui dire ? Il va me prendre pour un fou. Non, il va me comprendre. »

Argoli a déjà ouvert la porte du sas d’entrée. Mais, Riguel ne rentre pas dans la salle de contrôle. Il se dirige vers le bureau de Procyon. Quand ce dernier lui demande d’entrer, il est surpris de cette visite si matinale. Il est en train de fumer un cigare tout en lisant les dernières nouvelles. Il fronce les sourcils quand il entend les explications de son vieil ami. Mais devant le visage si heureux de Riguel, il comprend qu’il est sérieux.
De plus, il se souvient avoir vu un coffret en cuir noir. Mais où ? Il cherche un moment et …. Oui, ça y est !

Il demande à Riguel de le suivre. Ils entrent dans une pièce au deuxième étage et referment la porte pour que personne ne les voie.
Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
homnorak

avatar

Messages : 3348
Date d'inscription : 30/08/2013
Age : 42
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Lun 23 Déc 2013 - 12:30

Oh, qu'est-ce que peut bien contenir cette boite noire ?
Revenir en haut Aller en bas
Http://fictionsdeflo.wordpress.com
Vautour2b

avatar

Messages : 448
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 48
Localisation : Gif sur Yvette (91)

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Lun 23 Déc 2013 - 14:24

Voila un déroulement plutôt inattendu
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 4883
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 44
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Lun 23 Déc 2013 - 17:18

sweetcandy37 a écrit:
J'ai toujours pensé qu'Actarus n'aimait pas d'amour Végalia parachutée par ses parents et même si elle était belle. Pour moi, il était très attachée à Aphélie et l'épisode le amoureux d'Euphor en est bien la preuve. Quand il crie de désespoir à la mort de Végalia, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Tout son ancien monde s'écroulait !"

C'est aussi ma façon de voir les choses. Very Happy 

Cette suite plein de mystère me plait beaucoup. cheers 

Oh, comme j'ai hâte moi aussi de découvrir ce qu'il y a dans cette boite! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

avatar

Messages : 9723
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 50
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 2:28

Je viens de découvrir ton nouveau récit : superbe !!!

Déjà dix ans que Actarus est reparti sur sa planète sans donner de nouvelles à ses amis ! Pourvu qu'il ne se soit pas passé quelque chose de grave sur Euphor ! Et si ce n'est pas le cas, pourquoi n'a-t-il pas donné signe de vie à Vénusia ?

Je me demande bien quelle est cette mystérieuse boîte !

J'ai bien aimé l'idée que Grendizer ait déjà 600 ans !  cheers 
Revenir en haut Aller en bas
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 12:04

Merci pour vos commentaire : la réponse tout de suite

Ce soir, la fête bat son plein. Le sapin trône dans le salon au rez de chaussée du ranch. Il est décoré de boules étincelantes, de guirlandes électriques de toutes couleurs et un ange doré a été déposé au sommet. Les divers cadeaux s’étendent au pied de l’arbre. Tout près, une table garnie de mets plus délicieux les uns que les autres préparés par Vénusia et Mizar attendent les invités. Un chant de Noël diffuse dans la maison. Divers tintements de verre annoncent le début des hostilités et Mizar est impatient de découvrir les cadeaux. Son amie présente pour l’occasion n’arrête pas de le taquiner : il est resté un grand enfant pour le grand plaisir de sa sœur. La distribution des cadeaux va pouvoir commencer.

Mizar reçoit un costume de la part de sa sœur et de son père, un appareil photo de la part de Miko, des livres sur les astres par Argoli et sa femme et d’un porte-documents en cuir par le professeur. Il est tout ému lorsqu’il remercie sa famille et ses amis.
Puis vient le tour de Miko qui se voit offrir un bracelet en argent avec un petit cœur par Mizar, d’un chapeau d’été par Vénusia, d’une série de disques par Riguel et d’une estampe de Hiroshije sur le Mont Fuji par le professeur et le couple Argoli-Capella. Ses joues rosies par l’émotion font sourire Mizar qui l’embrasse tendrement sous le regard sévère de son père.
Pour Argoli et sa femme, la famille Riguel et le professeur se sont rassemblés pour leur donner un bon pour partir visiter Tokyo et sa région pour une durée de quinze jours.
Le professeur quant à lui s’émerveille devant un nouvel ordinateur portable dernier cri et Riguel saute de joie quand il aperçoit une nouvelle lunette astronomique.

La dernière à recevoir ses cadeaux s’avance lentement vers les paquets restants au pied du sapin. Elle commence par découvrir une ancien livre rare sur l’histoire des empereurs japonais et illustré magnifiquement d’estampes offert par le professeur et Argoli. Son regard d’admiration fait plaisir à ces derniers. Son frère et sa future belle-sœur lui tendent une écharpe en soie sauvage venant des soieries de Lyon décorée d’oiseaux et de fleurs de cerisiers. Elle la pose sur ses épaules et tournoie sur place. Puis c’est au tour de son père.
Mais il a disparu. Vénusia est inquiète jusqu’à ce qu’elle l’aperçoit avec un petit sourire de vaurien. Il s’est absenté quelques minutes et revient avec un paquet qu’il tient avec beaucoup de soin.

« Manipule-le avec attention, ma fille ! »

Celle-ci le prend avec curiosité. Elle déchire le papier brillant et découvre alors un coffret en cuir noir.

« Hum, ce coffret est étrange, dis-donc ! » s’esclame-t-elle en fronçant les sourcils.

Elle s’assit et le dépose sur ses genoux. Elle l’ouvre et découvre une enveloppe où son prénom est inscrit.

« Oh, regardez. Elle m’est adressée. »

Elle regarde son père qui lui fait un signe de tête comme pour l’inciter à continuer. Son cœur se met à battre plus rapidement. Elle ouvre enfin et sort une lettre recouverte d’une écriture élégante qu’elle ne reconnait pas. Mue par la curiosité, elle retourne la feuille et voit la signature. Des larmes perlent malgré elle dans ses yeux noisette. Elle ferme les yeux alors qu’elle pose le feuillet sur son cœur. Elle est perdue quand elle entend ses invités murmurer. Elle relit la signature. Oui : elle indique bien Actarus, prince d’Euphor. Mon dieu, que lui a-t-il écrit  il y a dix ans avant son départ ?

Elle allait refermer le coffret quand elle remarque un étui de feutrine bleu foncé. Une étiquette en carton y est collée dessus avec une inscription : « A n’ouvrir qu’après avoir lu la lettre ».
Elle est complètement perdue, elle toujours maitre de ses nerfs.

« Bon, l’étiquette indique que je dois lire la lettre avant d’ouvrir le sachet. Je me dépêche. Mais commencez à manger ! »

Elle hésite encore à commencer sa lecture et prenant son courage à deux mains, se lance :

Ma tendre Vénusia,

Par quoi commencer ?

Nous allons partir dans quelques heures et je n’ai pas le courage de te parler de vive voix. Oui, moi le prince d’Euphor qui a combattu avec tant d’acharnement contre les ennemis de la Terre, je suis intimidé par Toi qui m’as donné ton cœur. Je sais que tu attends de moi plus de courage mais il m’est difficile de voir l’avenir avec toi aujourd’hui. Ne pleure pas !

Mon cœur balance entre la joie de revoir ma chère planète et la peine de vous quitter, vous ma deuxième famille. Vous qui m’avez permis de revivre et d’oublier un tant soit peu les divers tourments de la destruction de ma famille et de mon peuple. Toi qui m’as soutenu et soigné même quand Aphélie et Végalia sont reparues dans ma vie. Tu sais qu’Aphélie était mon premier amour sur Euphor. Je la croyais morte et la revoir fut un baume réconfortant sur mon cœur blessé. Sa mort m’a poignardé à nouveau. J’ai été obligé de me séparer d’elle à l’époque afin d’épouser Végalia la fille de Véga. Oui la fille de celui qui a détruit notre galaxie. Mes parents et sa mère désiraient tant la paix. Avant sa mort, elle voulait que je la suive sur Euphor pour reconstruire ensemble  un nouvel avenir. Je ne pouvais plus raisonner. Mon amour pour toi emplissait déjà mon cœur et c’est avec déchirement que j’allais accepter sa proposition. Le devoir avant tout !

Les sentiments sincères qui assaillent mon cœur me font souffrir mais je pars à des années lumière de la Terre et notre séparation pourrait s’avérer très longue. Je ne veux pas que tu m’attendes. Je désire tant ton bonheur et je souhaite que tu réussisses ta vie même avec un autre homme qui t’aimera et t’entourera mieux que je ne pourrai le faire.

Si ma planète est invivable, je serai de retour rapidement et donc je pourrai détruire cette lettre. Mais, s’il s’avère que je peux la reconstruire alors je pense ne plus jamais revenir sur Terre Mon devoir de prince prévaudra sur notre amour. Je suis certain que tu le comprends.

Je ne sais pas si tu découvriras cette lettre un jour. Mais sache que tu resteras à jamais dans mon cœur, ma belle terrienne ! Aucune autre femme ne pourra te remplacer, je te le promets. Un prince ne revient jamais sur ses décisions.
Mais c’est toi et toi seulement qui pourras réaliser ou délier cette promesse. Oui, car tu as pu lire sur la sacoche à l’intérieur du coffret que tu ne devais l’ouvrir qu’après avoir lu ma missive.
Si ton cœur m’appartient encore, si ton amour pour moi est toujours aussi puissant et inconditionnel, alors tu découvriras mon cadeau de fiançailles dans l’étui. Sinon, il restera vide. Je saurai si oui ou non je peux revenir te chercher pour faire de toi mon épouse à jamais. J’attendrai le reste de ma vie, ce sera mon fardeau de n’avoir pu te dire ces trois mots :


« JE T’AIME VENUSIA ! »

Actarus, Prince d’Euphor

Elle regarde trop émue alors sa famille aussi impatiente qu’elle mais elle annone :

« Actarus…..oui, il m’explique que dans le sac, je vais peut-être trouver un cadeau ! »

Son Actarus ! Oui, il lui a déclaré enfin son amour. Elle n’a pas attendu pour rien. Elle rougit d‘anticipation. Mais quel est donc ce cadeau de fiançailles ? Une bague ? Un autre bijou ? Elle se décide à se saisir de l’étui et elle sent un léger poids. Oui, un cadeau s’y trouve.
Elle dénoue vite le ruban jaune, ouvre le sac et en sort………

« Oh, regardez. C’est son médaillon si précieux ! »  



Elle éclate en sanglots tant la pression est forte. Son médaillon, ce n’est pas possible ! Quel est donc ce mystère ? Il était à son cou quand il s’est envolé avec Goldorak et Phénicia !

Son père l’entoure de ses bras et tous se taisent tant le moment est solennel. Un miracle vient de se produire. Oui la magie de Noël s’est manifestée : c’est merveilleux !

Riguel leur explique alors comment sa chère épouse lui était apparue et lui avait montré le coffret que tous peuvent admirer. Son ami Procyon l’avait retrouvé dans la chambre désormais fermée d’Actarus.

Ils n’en reviennent pas : l’amour a triomphé. Alors ils reprennent en chœur :

JOYEUX NOEL !!!! JOYEUX NOEL !!!!



Au même moment, à des années lumières, le chambellan s’écrie tout affolé :

« Votre Majesté, votre médaillon….Il….vient de disparaitre. Mais….. ! »

Le roi sourit, ému et heureux :

« Oui, Cornellius. C’est un grand jour pour Euphor. Allons préparer la venue de notre reine ! »



Epilogue : Trois mois plus tard.
Procyon a repris les rênes du laboratoire depuis que Vénusia a préparé ses valises en attendant son prince des étoiles. Quand Mizar aura terminé ses études et passé ses examens, il deviendra le directeur à son tour.
Enfin, un signal caractéristique retentit dans la salle de contrôle : Goldorak est de retour. C’est une effusion de joie. Quand il atterrit dans la clairière où il était parti il y a dix ans, tous l’attendent. Actarus dans sa tenue légendaire apparaît tel un dieu. En apercevant Vénusia courir, il ouvre ses bras et étreint celle qui ne l’a jamais oublié. Elle lui passe alors son médaillon autour de son cou. Il entoure le visage de sa bien-aimée de ses mains et l’embrasse tendrement.  
Demain, ils repartiront ensemble pour écrire leur vie à deux sur Euphor.




Je souhaite à tous les fidèles d’Invincible un Joyeux Noël et une Bonne Année 2014.

Sweetcandy37
Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
homnorak

avatar

Messages : 3348
Date d'inscription : 30/08/2013
Age : 42
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 15:33

oh quel merveilleux conte de Noël.

Merci Sweetcandy pour cette magnifique fin
Revenir en haut Aller en bas
Http://fictionsdeflo.wordpress.com
Vautour2b

avatar

Messages : 448
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 48
Localisation : Gif sur Yvette (91)

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 17:25

Oh oui, c'est un jolie conte de Noël  cheers 

Merci sweetcandy sunny 
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

avatar

Messages : 9723
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 50
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 18:09

Je suis toute émue à la lecture de ce conte si beau !  I love you  I love you  I love you 

Bravo sweetcandy !  cheers 
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 4883
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 44
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 18:45

Merci Sweetcandy pour cette merveilleuse histoire, j'en suis tout émue.  I love you 

Bravo pour ce très beau cadeau de Noël.  santa
Revenir en haut Aller en bas
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 19:38

Merci à tous. oui un petit moment de bonheur fait parfois du bien !
Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
Gurendaizä

avatar

Messages : 9723
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 50
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 25 Déc 2013 - 23:36

C'est vrai !  cheers cheers cheers 
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

avatar

Messages : 4298
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 45
Localisation : dans ma soucoupe

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Mer 19 Fév 2014 - 20:19

I love you I love you Je découvre avec ravissement. Félicitations !  I love you I love you 
Revenir en haut Aller en bas
sweetcandy37

avatar

Messages : 1809
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 56
Localisation : au ranch des sapins noirs

MessageSujet: Re: En attendant Noêl   Jeu 20 Fév 2014 - 12:46

Merci de tout coeur Venusia45!
Revenir en haut Aller en bas
http://sweetcandyrose37.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attendant Noêl   

Revenir en haut Aller en bas
 
En attendant Noêl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux
» En attendant le train
» En attendant Noël "Couleur d'étoile"
» salutations ..en attendant votre aide !
» 1er juin - En attendant le petit frère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : C'est vous ! :: Espace détente ...-
Sauter vers: