Site consacré à l'univers de Goldorak ... retour vers le passé !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Perosia

avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 49
Localisation : Cologne (Allemagne)

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Ven 8 Déc 2017 - 17:36

GOLDORAK – Actarus et Vénusia : une histoire cachée – partie 32

Auteurs : GERDHA pour l’article et JOE7 pour les images (NdT sur le site Joe7). Les sections en bleu sont de Joe7

VENUSIA MAKIBA: LA "TRILOGIE FLEEDIENNE" - PART 2

EPISODE 72: LA PRINCESSE AMOUREUSE

LA MORT DE VEGALIA


Je crois, qu’à ce point de l’épisode, durant la nuit, quand ils sont tous partis à la maison de Procyon pour dormer (choix interessant) – Vénusia sait qu’Actarus a rencontré son ancienne fiancée officielle, la princesse de Véga, qu’ils se sont parlés pendant un moment, que cette conversation a totalement bouleversé Actarus, et que, pour sûr, il garde pour lui un terrible secret, avec lequel il se bat, et qu’il ne veut partager avec personne et surtout avec elle, quelqu’en soit la raison. Vénusia suspecte que ce secret est d’une certaine manière relié à elle, considérant le comportement d’Actarus à la terrasse et dans la salle de contrôle.

Ils ont eu une réunion tous ensemble dans la soirée. Mais Actarus refuse d’expliquer sa première rencontre avec Végalia. Procyon lui suggère, néanmoins, de ne pas se rendre au deuxième rendez-vous avec la princesse (c’est ce qu’impliquent les propos d’Alcor dans la chambre).

Vénusia ne comprend vraiment pas ce qui est en train de se passer : quelle information, secrète, pourrait avoir dit Végalia à Actarus pour autant le bouleverser ? Pourquoi a-t-il décidé de gérer cette crise tout seul, sans lui demander son soutien ou au moins celui de Procyon ? Il est vrai que Actarus a toujours été quelqu’un de très réservé, mais c’est aussi une personne sincère : plutôt que de raconter un mensonge, il préfère rester silencieux. Donc Vénusia pense que, quand il se sentira prêt, il lui dira la vérité.

Mais, là en ce moment, à la tombée de la nuit, le fait que la seconde question d’Alcor et de Phénicia à la terrasse soit restée sans réponse (« De quoi avez-vous parlé ? ») la dérange et l’empêche de dormir. Si bien que, quand Alcor frappe à sa porte pour lui annoncer qu’Actarus a décidé d’aller au second rendez-vous avec Végalia en dépit de tous les avais contraires, il la trouve probablement réveillée (tout comme Phénicia), et qu’ils se précipitent au Centre. Goldorak vole au-dessus de leurs têtes, et Vénusia réalise que d’une certaine manière elle va bientôt avoir la réponse à ses questions.

Et elle a raison. La nuit se dissipe lentement, quand Vénusia voit Actarus près de Végalia, mais, certainement en entendant leur conversation, elle réalise soudain ce qu’est ce terrible secret d’Actarus depuis les 12 dernières heures : la planète d’Euphor revit ! La princesse de Véga lui a demandé de retourner sur Euphor avec elle ! Ce qui signifie inévitablement qu’elle lui a demandé de l’épouser, et… il a pensé à accepter la proposition ! (note de Gerdha : au sujet de la demande de Végalia au prince d’Euphor de l’épouser, rappelez-vous, que dans l’analyse de 2003, je me réfère à la version italienne. Dans tous les cas, même si j’ai trouvé que les dialogues dans la version originale posent la question dans des termes un peu différent, pour l’analyse psychologique de Vénusia, cette différence affecte peu les arguments que j’avance ici et qui restent donc valable).

Vénusia ne connait aucun détail, mais la situation est parfaitement claire. Actarus serait prédisposé à se marier avec la fille de l’homme qui a tué ses parents, sa famille et ses amis et qui a détruit sa planète et mis la population en esclavage afin de sauver Vénusia et les terriens. C’est pourquoi Actarus refuse de parler avec qui que ce soit de sa discussion avec Végalia et qu’il ne pouvait pas regarder Vénusia à la terrasse : sa conscience se battait entre le sens du devoir et son souhait de vivre comme il l’entendait, il y a à peine quelques heures.

Il n’a pas non plus annoncé à sa sœur que Euphor revenait à la vie, alors qu’il est évident d’après les mots de Végalia qu’il avait déjà cette information, mais comment aurait-il pu communiquer une telle belle nouvelle quand il devait encore décider pour sa propre vie ? Il est clair que Végalia allait mourir bientôt, alors pourquoi Vénusia s’inquiète-t-elle de la situation ?

Une fois que la princesse « irritante » serait décédée, le problème du mariage disparaissait pour de bon. Pourtant, Vénusia se retourne avec une expression de souffrance sur le visage, se tenant à Venusiak. Les deux dernières scènes sont répétées ici, pour montrer que cela dure un certain temps (quelques secondes) et cela souligne son importance.

Voici une autre scène qui a causé des discussions infinies entre les fans pour un quart de siècle : quelle est la signification ? Cela se passe exactement quand Actarus dit à Végalia qu’elle ne devrait pas mourir et qu’ils retourneront ensemble sur Euphor (les différences importantes entre les éditions sont surtout dans l’intonation, et non vraiment dans le contenu des mots). Etant donné le contexte de la situation, je pense que la souffrance de Vénusia est surtout de la pitié pour la princesse de Véga et Actarus : elle est aux portes de la mort et il commence clairement à surmonter son sentiment de culpabilité. (note de Gerdha : dans cette analyse, je ne traite pas ce point puisque l’analyse concerne Vénusia. Dans plusieurs discussions sur le forum français, et dans le TTOTC, j’ai développé en détail ma conception basée sur le fait que – suivant la poésie de Go Nagai, qui explore principalement le côté sombre de l’âme humaine – le sens profond de cette histoire de Goldorak est le voyage personnel de Actarus pour surmonter sa culpabilité envers la destruction de sa planète, dont il se sent responsable. Ce motif se voit dans plusieurs épisodes, et en particulier dans les épisodes 25 et 72. Je considère l’épisode 72 comme la vraie fin du DA, parce que c’est exactement à la fin de cet épisode que Actarus a terminé le processus : la scène finale de l’épisode 72 est éloquent à ce sujet).

Une terrible tragédie se passe devant les yeux de Vénusia: elle a compris que Actarus aurait été capable de se sacrifier lui-même, afin de sauver des millions de personnes dans l’univers, et maintenant il fait face à l’échec de son plan et à la possible conséquence : la recrudescence de la guerre. Vénusia le connait si bien, elle a conscience de son sentiment de culpabilité pour la mort de tous les innocents qui est la seule chose qui peut détruire l’esprit d’Actarus : elle a déjà assisté à cela dans l’épisode 25 ce que ce sentiment peut lui infliger (note : les deux premières images ci-dessous sont de l’épisode 25 et les deux suivantes de l’épisode 72).

Si vous notez bien, quel que soit l’intonation choisie dans les différentes éditions, les mots d’Actarus indiquent qu’il était en train d’être noyé par son côté irrationnel : comment pouvait-il imaginer de retourner sur Euphor avec Végalia, alors qu’elle est en train de mourir ? Elle sait elle-même mieux que lui ce fait, car toutes ces réponses supposent qu’elle sera morte.

Vénusia souffre pour Actarus et non pour elle-même. Oui, Actarus était prêt à se marier avec Végalia, mais bien sûr la généreuse Vénusia, aurait accepté cela, car cette décision aurait été prise pour une raison noble.
D’après moi, sa peine, qui est montrées dans cette scène, n’est pas dans la perspective de le perdre (même si c’est un facteur qui s’ajoute, cela n’est pas le principal) mais de le voir souffrir. Je crois que c’est l’interprétation correcte du comportement de Vénusia à la mort de Végalia, tenant compte de ce qui va se passer dans les épisodes 73 et 74

Surmonter sa culpabilité termine le voyage personnel d’Actarus, et, d’une certaine manière, l’histoire principale de Goldorak. Mais la guerre n’est pas encore terminée, et maintenant une nouvelle fourmi nommée Euphor progresse mais de manière désordonnée sur la branche (note de Gerdha : c’est une métaphore). Actarus doit réévaluer sa propre vie et ses priorités une fois de plus. Et tous les autres personnages, en particulier Vénusia, devront le faire aussi avec lui, pour leur propre vie.

Source: 'Daisuke and Hikaru: an analysis by Gerdha'
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 5218
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 44
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Sam 9 Déc 2017 - 19:25

Il se passe tellement de chose émotionnellement parlant dans cet épisode qu'il est bien difficile de savoir où est la vérité ou plutôt de savoir ce que les auteurs voulaient réellement faire passer. Je ne me risquerais pas à une interprétation, ni même à juger celle de Gerdha qui est bien différente de ce qu'on lit habituellement.

Merci pour cette suite Perosia qui est vraiment intéressante. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 49
Localisation : Cologne (Allemagne)

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Lun 8 Jan 2018 - 14:46

GOLDORAK – Actarus et Vénusia : une histoire cachée – partie 34

Auteurs : GERDHA pour l’article et JOE7 pour les images (NdT sur le site Joe7). Les sections en bleu sont de Joe7

VENUSIA MAKIBA: LES DERNIERS EPISODES (EPS 73-74)


Je ne vais pas tempêter contre le final de Goldorak, mais je pense que nous pouvons tous être d’accord, au moins : c’est construit d’une étrange manière. Une telle histoire longue et complexe qui se termine en 46 minutes avec une intrigue qui peut être définie, en étant généreux, très rapide. Je ne vais pas vous importuner avec ma théorie sur ce qui s’est passé en coulisse : il n’y a pas de commentaires spécifiques dans l’Album du Roman. Donc je n’ai aucun document pour appuyer mon analyse. Même, si personnellement, je n’aime pas comment les Auteurs ont géré des problèmes possibles qu’ils avaient du point de vue de la production, le fait que Goldorak se termine avec ces épisodes 73 et 74, sont les seuls disponibles pour une analyse des personnages.

EPISODE 73: POUR L’AMOUR DE LA TERRE


L’épisode 73 est un épisode particulier en ce qui concerne l’équipe. La seule personne « habituelle » est le scénariste Tatsuo Tamura, qui participe aux deux épisodes, tandis que tout le reste de l’équipe est composée d’inconnus, qui participent qu’à cet épisode ci. C’est très étrange et c’est un cas unique dans tout le DA. Comme explication, je dirais que, probablement, l’épisode 72 (l’épisode de Végalia) a demandé l’effort d’une plus grande équipe qu’à l’habitude, et, considérant le timing stricte du DA, la conception de l’épisode 73 a commencé alors que l’épisode 72 était encore en cours. Donc une équipe de « seconde ligne » était nécessaire. Bien entendu, ce n’est qu’une hypothèse personnelle mais je ne trouve pas d’autre explication au fait de la nomination d’une soudaine équipe inconnue pour l’avant dernier épisode.

Même si la production de l’épisode 72 peut avoir nécessité plus de temps que d’habitude, Tamura connaissait l’intrigue, ou au moins les points concernant la planète Euphor revenant à la vie et Végalia, qui, alors qu’elle était en train de mourir, communique l’emplacement du camp de la lune noire. Après tout, c’est ce qu’il avait juste besoin de savoir pour écrire le scénario.

Encore une fois, une question fondamentale doit être posée : A quel moment dans le temps se situe l’épisode 73 ? Cette question est importante non seulement pour une discussion au sujet des détails techniques (ce qui est hors sujet de ce post) mais, principalement, pour établir la situation psychologique des personnages. Personnellement, j’ai tendance à croire que l’épisode 73 se passe peu de temps après l’épisode 72, un mois au maximum. C’est l’été, et nous voyons Véga désespéré par la mort de sa fille Végalia. Mais Minos se plaint pour son manque d’initiative, donc le traditionnel temps hebdomadaire est à exclure d’après moi, sans pour autant penser à un délai excessif par rapport aux évènements de l’épisode 72.

Combien de temps a eu besoin Procyon pour lancer un satellite espion ? Je ne suis pas un technicien, mais je suppose qu’avec l’aide d’Actarus, il pouvait y arriver en un mois environ.
J’ai fait cette introduction, pour mieux évaluer l’action d’Actarus de revoir ses priorités personnelles, suite à cette information sur sa planète : revenir à la vie. En fait, dans l’épisode 73, il semble avoir commencé le processus mais il est encore confus (ce qui confirmerait le timing dont j’ai parlé auparavant).

Au moins, il ne semble pas considérer l’idée de retourner sur sa planète natale comme sa première priorité : ici son objectif reste la fin de la guerre le plus tôt possible. Il est extrêmement inquiet sur une réaction désespérée possible de la part de Véga, suite à la mort de Végalia. La perspective de retourner sur sa planète et reprendre sa position dans la royauté sont très loin de son esprit. Je dirais qu’il a mis de côté sa vie personnelle pour le moment, et que tout son esprit est concentré sur la protection de la Terre afin d’empêcher sa destruction.

Après tout, même sans son mariage avec Végalia, la planète Euphor pouvait être encore un sujet dans un échange diplomatique, mais Actarus sait très bien que le roi Véga n’est pas disponible pour un quelconque arrangement avec lui. Cette fois, la paix ne peut que, tristement, atteinte au travers d’un acte de guerre sans autres alternatives. La seule question est le choix stratégique entre attendre une attaque de Véga ou agir par anticipation.

Encore une fois, je parle d’Actarus, parce que l’implication de Vénusia dans l’épisode est strictement connectée à lui. La scène de leur adieu (potentiel) est très émouvante, et les aspects visuels sont encore d’une grande aide pour essayer de comprendre ce qui se passe entre eux. Vénusia arrive à la prairie à côté du ranch, où Actarus réfléchit sur la décision d’attaquer la Lune seul, sans attendre que le Cosmorak soit opérationnel. Elle est surprise de le trouver là, car il devrait savoir que c’est le moment du vol de reconnaissance.

Nous pourrions supposer qu’il a éteint sa montre-alarme, sinon Vénusia n’aurait pas besoin de prendre la jeep pour le chercher (elle est déjà habillée pour piloter le Vénusiak, cela signifie que la Patrouille n’arrivait pas à le trouver, même juste avant de décoller). Actarus est surpris aussi, car il n’a pas réalisé que c’était l’heure du vol de reconnaissance – ainsi que le moment de dire adieu à la Terre, et peut-être à la vie. Il court avec Vénusia vers la jeep, mais soudain, il lui demande quelque chose de totalement inattendu.

Actarus: Vénusia, retournons au Centre à cheval.

Elle s’arrête, surprise.
Vénusia: Quoi ? A cheval ?

Actarus répète sa proposition avec un sourire.
Actarus: Oui, cela fait très longtemps que nous ne l’avons pas fait.

Vénusia est enchantée.
Vénusia: D’accord.

Ils se promènent à cheval joyeux pendant un moment (regardez les sourires sur leurs visages) et Vénusia se tourne vers lui.
Vénusia: C’était une bonne idée. Je me sens différente maintenant.

La réponse d’Actarus et une totale surprise pour l’audience de Goldorak.
Actarus: Oui..et…tu sais, tu es bien plus jolie de cette manière.

Vénusia est aussi abasourdie: en dépit de leur amour réciproque, de leur lien profond et leur affection, de leur futur plan de vie ensemble, il ne lui a jamais dit un tel compliment (il peut en avoir dit d’autres mais pas celui-là). Elle arrête son cheval.
Vénusia: Qu’as-tu dit Actarus?

Actarus essaye de retenir son cheval, mais celui-ci est nerveux. Mais il la regarde en souriant.
Actarus: Je dirais que tu es une très jolie cavalière. Je te préfère de cette manière qu’en tant que combattante. Jette-le quand il ne sera plus nécessaire de se battre. J’espère que le jour où tu seras libre et heureuse va bientôt arriver.

Vénusia est amusée par les propos et elle sourit, pensant au fait que, en dépit des problèmes de la guerre et ceux troublant sa vie personnelle, il continue à faire attention à elle en tant que femme: il est encore amoureux d’elle. Ensuite, ils reprennent leur chevauchée vers le Centre.

Je trouve que la scène d’adieu est sous-estimée. En dépit de toutes les critiques négatives, je peux faire cela pour le scénario à partir de différentes perspectives. Je trouve intéressant le fait qu’Actarus aurait aimé aller détruire le cap de la lune noire sans saluer personne du Centre. Mais, au contraire, il décide une promenade avec Vénusia pour cela. Il va au ranch pour voir une dernière fois Rigel et Mizar (avec lequel il a un dernier merveilleux discours sur la paix, «  un testament » du DA), mais son plan original était de quitter la Terre en silence. Il ne salue pas sa sœur d’une quelconque manière à part lui donner le médaillon royal. Il ne dit rien à Alcor et il sort du hangar sans que Procyon sans rende compte.

Seulement Vénusai reçoit un “traitement spécial”, son adieu réel à la Terre (faire du cheval – son occupation favorite avant l’arrivée de Véga). Il le fait seulement avec elle et pour elle. Mais Vénusia ne réalise pas qu’il a un plan. Cela semble étonnant, en sachant combien elle le connaît. En fait, personne ne comprend les intentions d’Actarus y compris Procyon (sans parler de Phénicia, qui aurait dû se demander pourquoi il lui donne son médaillon royal).
Mais, Alcor va avoir cette idée sur le but réel d’Actarus, parce qu’il voit le médaillon autour du cou de Phénicia et qu’il en connait la signification. Sinon, il n’aurait suspecté lui non plus.

Bon, ce n’est pas l’analyse de la personnalité d’Actarus ici, donc je ne vais pas vous ennuyer avec une explication psychologique à son sujet dans l’épisode 73. Pour ce qui concerne Vénusia, elle ne pouvait se douter de rien ; il a collaboré à la construction du Cosmorak. Il l’a rassuré sur leur plan futur. Sinon elle n’aurait pas été aussi heureuse et tranquille pendant la promenade à cheval (je ne peux pas résister à une petite référence au TTOTC*). Il ne s’est autorisé aucune référence à son objectif. Sans boule de cristal, Vénusia ne pourrait pas imaginer l’intention d’un voyage sans retour de la part d’Actarus. Une histoire d’amour est basée sur la confiance, entre autres choses : jamais Vénusia n’a brisé cette règle. C’est Actarus qui ne la respecte pas tant dans l’épisode 72 que dans l’épisode 73 en restant silencieux.

Mais la personnalité d’Actarus serait vraiment un autre sujet à analyser…

TTOTC (Le Tribunal du Siècle) : Jeu de rôle sur un forum français, qui consistait à faire un procès au sujet des personnages. Il contenait des discussions, basées uniquement sur des preuves visuelles, relatant le fait que Duke Fleed était amoureux seulement de Végalia. Ils n’admettaient aucune preuve, basée sur les dialogues, quel que soit l’édition disponible. Gerdha avait le rôle de Procureur. Agnès était l’avocate de la défense. Le rôle du Juge était attribué à Jérôme et le Jury à Suzi et tous les autres membres du forum, qui souhaitaient commenter sur les posts variés.

Source: 'Daisuke and Hikaru: an analysis by Gerdha


Dernière édition par Perosia le Mer 10 Jan 2018 - 15:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

avatar

Messages : 154
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 44
Localisation : AILLEURS

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Mer 10 Jan 2018 - 13:20

Merci beaucoup pour cette traduction Perosia, je me régale toujours à lire.

C'est le moment pour moi de vous demander ici, à commencer par Gerdha, si vous êtes d'accord pour que ce formidable travail se retrouve sur le WIKIRAK. En VO et VF !

Il n'engage que la responsabilité de son auteur et donc il ne peut concerner que la partie "Prolongements de la série" dans le Wiki. Avec l'avis des gestionnaires du Wiki (je vous annonce ou rappelle que Kimi San en fait désormais partie !), un chapitre spécifique d'analyse approfondie de personnages pourra être créé.
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 49
Localisation : Cologne (Allemagne)

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Mer 10 Jan 2018 - 15:30

Pour la version française, c'est OK (attention je ne me suis pas attachée à 'traquer' toutes les erreurs de grammaire et autre). IL me reste episode 74 et la conclusion de Gerdha.

Pour la VO, je ne sais pas si Gerdha est 'joignable' Suspect Suspect

Je suis partie de la version anglaise, faites par Joe7. Peut-être que lui est 'joignable'?
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 5218
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 44
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Mer 10 Jan 2018 - 17:41

J'aime bien ce passage où Actarus prend un peu de temps avec Vénusia, même si ensuite son intention d'aller attaquer la base tout seul me plait moins. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Heureusement qu'Alcor était là pour tout deviner et l'obliger à faire demi-tour.

Merci Perosia. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 49
Localisation : Cologne (Allemagne)

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Ven 26 Jan 2018 - 17:19

GOLDORAK – Actarus et Vénusia : une histoire cachée – partie 35

Auteurs : GERDHA pour l’article et Joe7 pour les images (NdT sur le site Joe7). Les sections en bleu sont de Joe7

VENUSIA MAKIBA: LES DERNIERS EPISODES (EPS 73-74)

EPISODE 74: CE N’EST QU’UN AU REVOIR


Je crois fermement que l’histoire de la production de l’histoire finale est encore à être racontée. Il est presqu’impossible qu’un aussi important épisode puisse être traité de cette manière par Katsuta et Nagai, en considérant aussi que Tatsuo Tamura est un très bon scénariste. Sa dernière contribution, avant l’épisode final, a été l’épisode 71 (Le meilleur ami), un exceptionnel épisode du point de vue scénario. Le problème que j’ai personnellement avec l’épisode 74 ce n’est pas tant l’intrigue mais la manière dont il a été développé.

Il y a quelques idées fabuleuses dans le script (Minos/Minas, Vega qui veut détruire la terre, après tous les efforts pour la conquérir refusant toute autre alternative, l’inauguration du cosmorak…) mais elles sont examinées de manière superficielle. Elles sont en fait lancées dans une sorte de ‘course contre la montre’. Ceci devient inexplicable d’un point de vue purement timing de l’histoire du DA.

La seule signification, d’après moi est qu’il y a eu un très gros paquet de problèmes derrière les rideaux. Sans même parler de la décision finale de Actarus et Phénicia de retourner sur Euphor tous seuls, ce qui n’est pas un souci en soi-même, si seulement le script laissait une des personnages dire, au moment des adieux, une petite phrase sur les raisons de Alcor et Vénusia de rester sur Terre. Et, si leurs décisions étaient permanentes ou non.

Je ne dis pas qu’il n’est pas possible de trouver une explication à cet étrange fin (je vais essayer plus bas), mais cela ne change pas le fait que le problème reste, au moins, une mauvaise gestion du point de vue narratif surtout en considérant comment s’est déroulé le DA jusqu’aux derniers épisodes. Il est certain pour moi que ce que nous voyons à l’écran est le résultat d’infinis compromis et de décisions pris au dernier moment, sans vraiment avoir eu le temps suffisant de développer le scénario.

Au fait, l’épisode 74 a été un gros problème pour l’audience japonaise : d’après le ‘l’Album du Roman’, juste après avoir été diffusé, Dynamic a été envahi par des lettres de fans se posant des questions sur la signification de ce final. La réponse officielle (reporté dans l’Album) est que Actarus et sa sœur devaient reconstruire Euphor, mais pas seuls, car surement d’autres survivants de la planète se rassembleraient pour revenir sur Euphor dans ce bit*. Dans cette réponse (qui, d’après le ton, me semble un peu embarrassée), il n’y a aucune mention d’Alcor et Vénusia, ce qui confirme ma position que l’intrigue n’a pas été proprement réfléchie and que c’était une décision de dernière minute pour satisfaire les exigences imposées par quelqu’un.

Peu importe, bien ou mal, c’est le seul épisode 74 que j’ai pour mon analyse, quel que soit les sentiments je peux éprouver en regardant une nouvelle fois…ce désastre.

Bien, habituellement un final devrait être une sorte de testament de l’histoire. Est-ce le cas de l’épisode 74, en ce qui concerne Vénusia ? Il est difficile de parler d’analyse psychologique dans cet épisode, où les évènements se précipitent tant. Néanmoins, il y a quelques flashs dans la nuit pour éclairer la personnalité de Vénusia.

Premièrement, la scène dans le Centre de Recherches où tous discutent sur la possibilité de laisser Minas vivre librement sur Terre si elle réussit à tuer Véga. Alcor et Phénicia ne croient aucun de ses mots et ils suposent que c’est un piège. Alcor demande l’opinion de Vénusia. Mais avant qu’elle puisse répondre, il sort de la pièce avec Phénicia.

Actarus et Vénusia restent seuls, et, seulement à ce moment, elle lui donne son avis : Vénusia pense que Minas a dit la vérité et qu’elle veut sauver sa personne. En dépit de toutes les tentatives pour détruire ta personnalité, Vénusia, tu restes la merveilleuse femme rationnelle que nous connaissons et tu restes la seule personne en laquelle Actarus peut faire confiance. Oui, tu as deviné correctement. Minas a dit la vérité. Et Actarus accepte ton avis puisqu’il ne fait rien jusqu’à ce que le vaisseau véghien apparaisse dans le ciel.

Deuxièmement, je voudrais souligner ce qu’il se passe dans la VO de l’épisode 74, quand le vaisseau en forme de cigare de Véga explose finalement dans l’espace*. Tous crient leur joie. Alcor, Vénusia et Phénicia appellent Actarus. Mais chacun avec un nom different: Pour Alcor c’est « Duku », pour Phénicia « Oniisan » (frère aîné) et enfin pour Vénusia c’est « Daisuke-san ».

Durant tout le DA, Vénusia est le seul personnage qui utilises son nom terrien d’adoption de manière constante*, que ce soit en parlant de lui ou en s’exprimant à lui directement. Elle se réfère à lui comme Duke Fleed une seule fois quand elle rencontre Aphélie pour la première fois dans le centre médical (épisode 25). Mais cela est absolument logique.

De ce point de vue, les Auteurs ont développé sa personnalité avec une cohérence constante, même lors des « mauvais moments » (pour parler ainsi..) : Vénusia dit à Actarus dans l’épisode 23, qu’il sera à tout jamais Actarus Umon pour elle et elle a été fidèle à sa promesse.

Vénusia a toujours aimé pour Actarus pour sa personnalité. Elle n’a jamais laissé un facteur externe l’influencer à ce sujet. Goldorak est un merveilleux anime, et il comporte une des plus grandes histoires d’amour. Pas de prince charmant et de filles de la campagne : ici seulement un homme et une femme qui s’aiment et qui se battent contre le destin pour garder leurs sentiments vivants, en dépit de tout.

C’est pourquoi, je trouve extrêmement ennuyeux le manque de détails dans la scène de départ. Le fait qu’Actarus et sa sœur décident de quitter la Terre pour retourner sur Euphor pour aider leur peuple à reconstruire leur planète native ne devrait pas être un problème : après tout, c’est dans l’ordre logique des choses.

Mais, du point de vue de l’histoire, c’est vraiment un « crime narratif » le switch soudain pour les spectateurs de l’espace pour cette plaine fleurie, sans un mot au sujet du processus interne qui a amené les personnages à ce point. Nous ne voyons rien au sujet d’Actarus prenant sa décision, des discussions pénibles dans les deux couples au sujet de ce qu’il doit être fait ou pas (il est clair à partir des mots de Phénicia qu’elle et Alcor ont eu une scène terrible, et il est impensable qu’Actarus et Vénusia n’ont pas aussi discuté sur ce sujet), des Euphoriens communiquant leur décision finale à Procyon, Rigel et Mizar, les préparations du départ…dois-je continuer ?

De plus, au contraire de l’opinion générale, je crois que la scène ne se passe pas tout de suite après la mort de Véga. Il est difficile de comprendre si la scène a lieu à la fin de l’été (et donc peu de semaines après la mort de Véga) ou au printemps suivant (quelques mois après). Mon opinion personnelle, étant donné le type de fleurs, ce qui est souligné par celles de Mizar à Goldorak, est que la scène a lieu au début du printemps suivant.

J’ai tendance à penser que le timing de l’anime est de nouveau, avec cette scène finale, aligné avec le timing de diffusion à la TV (date de diffusion de l’épisode 74 est le 27 février 1977) mais…un an plus tard. Ce n’est pas très important de toute manière. Ce qui l’est plus, en fait, c’est comment les personnages agissent dans cette scène d’adieu, laquelle est pour moi le dernier petit jeu de « poupées russes » à découvrir.

En dépit de l’approche narrative catastrophique en arrivant à ce point, d’après moi, le scénario est réussi par l’utilisation d’un truc pour la dernière fois. Même dans les scènes finales, les aspects visuels nous en disent plus que les dialogues eux-mêmes. Regardez : Vénusia devrait avoir le cœur brisé de voir Actarus partir, mais elle est la seule à ne pas pleurer.

Elle est émue, elle murmure un simple « Actarus », tandis que Rigel et Mizar pleurent toutes les larmes de leur corps. Phénicia et Alcor pleurent aussi. Vénusia, Actarus et Procyon ne versent pas une larme.

J’ai toujours trouvé ce comportement étrange, mais s’il peut être comprit pour Procyon connaissant sa personnalité. Mais pour Vénusia, si à ce moment elle devrait se sentir comme une femme abandonnée en regardant l’homme qu’elle aime la quitter, alors je suppose qu’elle aurait été dessinée soit très en colère soit totalement désespérée.

Une situation similaire n’autorise pas un être normal à avoir une réaction « douce », ce qui est l’impression que donnent les images à l’écran. Cela ne peut pas être une erreur, parce qu’elle est dans cette attitude tout le temps de la scène. De plus, Vénusia est émue (pas en colère), mais elle est la seule personne qui ne salut pas Actarus et Phénicia. Chacun dit d’une manière ou une autre « Au revoir » sauf elle. C’est totalement étrange, d’après moi, et je refuse de croire que c’est une erreur dans le script.

Il doit y avoir une raison derrière cet étrange comportement. Ma théorie est que, en dépit de la souffrance pour ce moment, Vénusia et Actarus savent qu’ils vont se revoir. Cosmorak a été construit exactement dans ce but : rendre possible aux terriens de voyager dans l’espace, et Alcor était supposé accompagner Phénicia sur Euphor (Episode 73*). Tamura est le scénariste des deux épisodes 73 et 74 : l’histoire devait se terminer avec la Patrouille des Aigles partant ensemble pour Euphor. Il n’y a aucun doute à cela. Le fait que les problèmes de la production (probablement liés à Alcor*) ont forcé les Auteurs à changer le final, ne signifie pas qu’il n’ait pas laissé des preuves de ce qu’était leur intention réelle comme un rappel perpétuel de leur plan original.

Vénusia ne quitte pas la Terre maintenant, car Mizar est trop jeune pour s’occuper du ranch et Rigel est trop vieux pour s’en occuper seul. Donc elle a besoins d’un peu de temps pour trouver une solution qui garantit un futur sécurisé pour sa famille (comme un nouveau fermier de confiance ou en vendant la propriété à un voisin ou toute autre solution similaire).

Mais Actarus ne peut pas repousser son départ pour Euphor, car il se doit d’être là-bas pour son peuple, quand il va revenir sur leur planète natale. Il est donc forcé de partir sans délai. Vénusia comprend la situation et le laisse faire.

Alcor ne peut pas partir non plus, car Goldorak ne peut transporter que deux personnes, et s’il prend Cosmorak maintenant pour suivre Phénicia alors Vénusia n’aura plus de moyens pour rejoindre ses amis sur Euphor. La raison derrière la dispute de Phénicia et Alcor est, d’après moi, le fait que Phénicia refuse la possibilité de rester sur Terre avec lui et d’aller sur Euphor en même temps que lui et Vénusia.

Mais il n’y a aucun doute dans mon cœur que Vénusia et Alcor rejoindront Actarus et Phénicia sur Euphor (avec Procyon ? Pourquoi pas) dès qu’une solution pour le ranch aura été identifiée. Mais Goldorak ne se termine pas dans la prairie au moment des adieux. Avant que le robot disparaisse dans la lumière de la planète Euphor renaissante, nous voyons une dernière fois le visage d’Actarus.

Et, cette dernière image du protagonist de l’histoire le montre se souvenant de Vénusia. Oui, bien sûr, il y a Mizar dans ce souvenir visuel, mais c’est un autre truc pour divertir l’attention des garçons japonais de la situation.

Les yeux d’Actarus tremblant sous l’émotion de ce souvenir de Vénusia sont la dernière image du DA, et je remercie les Auteurs, du fond du cœur, pour ce cadeau précieux.

Je ne pouvais pas espérer mieux comme rappel pour moi et les spectateurs que Goldorak est une longue chaîne de jeux de « poupées russes » et que Vénusia est peut-être le plus extraordinaire de tous : un incroyable, merveilleux, inoubliable personnage qui attend encore d’être reconnu comme le plus révolutionnaire des figures féminines des DA de robots japonais des années 70.

* Réponse officielle de la société (retranscrite dans l’Album du Roman) : c’est une adaptation de la réponse de Dynamic et non une traduction du texte (note de Gerdha)
* « …a finalement explosé dans l’espace » : Au moment d’écrire la fin de l’analyse, j’étais déjà en possession de la VO, mais pas de la traduction du doublage (note de Gerdha)
* "Daisuke" : dans la VO
* ”Les problèmes de la production (probablement liés à Alcor)” : par la suite, j’ai complete mon point de vue dans d’autres posts sur le forum français: Dynamic et Toei ne pouvaient se permettre de “perdre” Alcor, s’ils voulaient faire une nouvelle série de Mazinger (note de Gerdha).


Source: 'Daisuke and Hikaru: an analysis by Gerdha'
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

avatar

Messages : 354
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 49
Localisation : Cologne (Allemagne)

MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   Ven 26 Jan 2018 - 17:23

GOLDORAK – Actarus et Vénusia : une histoire cachée – partie 36

Auteurs : GERDHA pour l’article et Joe7 pour les images (NdT sur le site Joe7). Les sections en bleu sont de Joe7

VENUSIA MAKIBA: UNE NOTE EN MARGE


Gerdha essaya d’insérer une pièce dans le distributeur de la machine à café, située dans le couloir du Tribunal. Mais, cette saleté de machine avait déjà mangé plusieurs de ses pièces, sans lui rendre ce qu’elle aurait dû. Le niveau de déception du procureur augmentait de seconde en seconde.

Elle avait absolument besoin d’un café (Est-ce que quelqu’un connaît un italien qui n’a pas besoin de café l’après-midi lors d’une journée de travail?).
“Cela ne fonctionne pas depuis des heures, mais personne a daigné l’indiquer ! ”.

Une voix féminine la fit se retourner : L’avocat de la partie civile, Agnès, la regardait s’agiter.
“Charmantes nouvelles, merci ! C’est regrettable. Je suis épuisée et je voudrais bien un café…bon, tant pis”.

Gerdha hocha la tête, puis s’éloigna vers son bureau. Après quelques secondes de silence, elle entendit de nouveau la voix d’Agnès :
“Ça n’a pas été facile, n’est-ce pas ? ”

Gerdha s’arrêta et se retourna, la regardant surprise.
“De quoi parles-tu ? ”
“J’ai lu ton MM* au sujet de Vénusia. Je suppose que tu as passé beaucoup de temps dessus, non ? ”

Gerdha éclata de rire.
“Ah, Agnès. Je demande l’application du 5ème amendement! Je refuse de répondre pour ne pas être accusée ensuite !  Oui cela a été difficile. Un vrai challenge. Ou, pour être plus précise, une folie totale. Essayer d’exposer ses idées personnelles, tout en gardant le focus sur le sujet principal et en tenant compte des notes de la production…J’ai même souffert de la fameuse « page blanche de l’écrivain » jusqu’un certain point…Cela a été vraiment une expérience folle ! Mais, tu sais, un membre fier du TCT* ne pouvait rien faire d’autre que d’être « fou », tu ne penses pas ? ”

Agnès sourit.
“Oui, c’est très vrai..bien, tu as finalement répondu à ma première vieille bulle de savon*, merci ”
Gerdha redevint sérieuse.
“Agnès, comment aurais-je pu oublier ? Tout a commencé là, pour moi. Je veux dire, le grand challenge sur moi-même. D’une certaine manière, ce vieux post de ta part a changé mon opinion*. Donc je te dois une réponse..même avec presqu’une année de retard. Je devais juste trouver le courage…”
“Et l’Album du Roman aussi” ajouta Agnès*. Gerdha rit.
“Oh, oui, mais ne t’inquiète pas. Ce que j’ai écrit dans mon MM* au sujet de Vénusia Makiba ne peut pas être utilisé dans le TTOC* donc…notre challenge est toujours valide. J’espère voir l’avocat de la défense et toute la Cour bientôt sur ce point…”

Agnès regarda Gerdha avec une expression énigmatique.
“Qui sait…”

Les deux sourirent à nouveau pour se saluer, et elles retournèrent chacune dans leur bureau. Gerdha prit un papier et écrivit un mot pour la machine à café.
“Hors Service”

Elle regarda le papier et pensa:
“En fait, je devrais l’accrocher à mon ordinateur plutôt…non, je me dis des mensonges. Cela a été un challenge difficile, mais j’ai vraiment adoré. C’est ce qui compte le plus. J’espère que mes amis du forum ont eu du plaisir à le lire, et qu’ils aimeront partager leurs commentaires avec moi, quel qu’ils soient, même si c’est pour m’envoyer en enfer une fois pour toute. Après tout c’est le moment.”

Gerdha sortit de son bureau et colla le papier sur la machine. Mais maintenant, elle allait faire face à un nouveau très important engagement dans son agenda : elle avait absolument besoin de trouver quelque part du café, et elle craignait que ce soit une tâche bien plus difficile que cette histoire folle au sujet de V2nusia Makiba. Gerdha hocha la tête avant de s’agiter.
“J’adore les challenges…”*

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

* MM: Monstrogoth Message: C’était un surnom amical dans le forum français, qui a été donné aux messages d’analyses d’une longueur conséquente postés sur ce forum, en particulier par moi, Agnès Jérôme et Suzi (note de Gerdha).

* TCT: The Crazy Team: C’était un surnom amical sans le forum français, attribué à moi, Agnès Jérôme et Suzi (note de Gerdha).

* "bulle de savon": Agnès écrivit sa première bulle de savon (point déclenchant une large discussion sur le forum français en Novembre 2002, au sujet de la scène du lac dans l’épisode 72, lorsqu’elle m’a demandé mon opinion. Etant donné la différence entre la VF (Version Française doublée) et la IVHD (Version Italienne Historique Doublée), c’était la première discussion dans le forum sur l’épisode 72, et de là, une série de posts a généré l’idée de créer le TTOTC (note de Gerdha).

* TTOTC (The Trial of The Century – Le Tribunal du Siècle): Jeu de rôle sur un forum français, qui consistait à faire un procès au sujet des personnages. Il contenait des discussions, basées uniquement sur des preuves visuelles, relatant le fait que Duke Fleed était amoureux seulement de Végalia. Ils n’admettaient aucune preuve, basée sur les dialogues, quel que soit l’édition disponible. Gerdha avait le rôle de Procureur. Agnès était l’avocate de la défense. Le rôle du Juge était attribué à Jérôme et le Jury à Suzi et tous les autres membres du forum, qui souhaitaient commenter sur les posts variés.

* "ce vieux post de ta part a changé mon opinion":
A cette époque, je n’étais pas vraiment intéressée pour m’impliquer dans le forum (note de Gerdha).

* "Et l’Album du Roman aussi", ajouta Agnès :
C’était Agnès qui a pris l’initiative d’acheter pour moi ce document sur Ebay (note de Gerdha).

* " ne peut pas être utilisé dans le TTOTC" : En fait le TTOTC ne se base que sur les aspects visuels uniquement, pas les dialogues.

* "Qui sait..." : Quand j’ai publié cette analyse de Vénusia, le TTOTC n’était plus en service et je ne savais pas si et quand il reprendrait du service (note de Gerdha).

* “Well, I love challenges…” : C’est une référence à la conversation dur le forum français entre moi et Agnès à l’époque de sa première “bulle de savon”  (note de Gerdha).


Et avec cela, nous avons terminé l’analyse sur Vénusia et Actarus. Je remercie Gerdha pour son aide pour l’explication de son travail.


Source: 'Daisuke and Hikaru: an analysis by Gerdha'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actarus et Vénusia: une analyse par Gerdha/Joe7 (termine)
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Actarus, les gifles et les petites bagarres
» Quelles sont les scènes de la série qui vous ont marqué ?
» De quelle nature est la relation entre Vénusia et Actarus ?
» Vénusia / Hikaru Makiba ... forever !
» 16ième district d'Actarus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Goldorak - La Série :: Route 7-
Sauter vers: