Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous reconstruirons Euphor

Aller en bas 
AuteurMessage
Lasernium66

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 07/03/2017
Localisation : Système Solaire, 3e planète

MessageSujet: Nous reconstruirons Euphor   Mar 12 Sep 2017 - 13:46

NOUS RECONSTRUIRONS EUPHOR

Première partie

« À présent, nous allons tout pouvoir recommencer. »

Les mots de Phénicia résonnaient encore dans l’esprit d’Actarus au moment où il fit atterrir Goldorak sur ce qui fut autrefois la grand-place de la capitale d’Euphor. L’enthousiasme qu’il éprouvait encore quelques minutes plus tôt avait maintenant fait place à une sourde angoisse qui lui vrillait douloureusement l’estomac. Il ouvrit la verrière du cockpit et sauta sur le sol.

Juste devant lui, s’étalaient les ruines noirâtres du palais royal. Quoique la majeure partie de l’édifice fût effondrée, le grand portique, resté presque intact, rendait le palais aisément reconnaissable. Figée dans un silence écrasant, la demeure de la famille royale d’Euphor avait l’aspect d’un gigantesque cadavre. Submergé par un flux d’émotions qu’il n’essaya même pas de maîtriser, Actarus tomba à genoux et éclata en sanglots, la tête entre les mains. Phénicia se précipita vers lui et l’entoura de ses bras, elle-même au bord des larmes. Elle poussa soudain un cri et tendit un bras en direction du palais.

- Actarus, là, regarde !

Le jeune homme releva la tête et, malgré les larmes qui lui embuaient les yeux, vit un homme aux cheveux blancs sortir des ruines et se diriger lentement vers eux. Actarus se releva d’un bond tandis que sa main, presque par réflexe, se saisissait du pistolet qu’il portait à la ceinture et le pointait vers l’homme.

- N’ayez aucune crainte, Prince, dit celui-ci d’une voix calme. Vous ne me reconnaissez pas ?

Actarus s’essuya les yeux d’un revers de manche, scruta longuement le nouvel arrivant, le pistolet toujours pointé dans sa direction. Les souvenirs de la fausse reine Astrida et du faux roi d’Euphor lui revinrent soudain en force.

- Je comprends très bien votre méfiance, reprit l’homme en souriant. Vous dirais-je que lorsque vous aviez six ou sept ans, lors d’un dîner protocolaire, votre cerf-volant est tombé en plein dans mon assiette et m’a éclaboussé copieusement. J’ajouterai que, malgré son embarras, le Roi n’a pu s’empêcher d’éclater de rire.

- Gélon ! Oui, bien sûr, je… Gélon, quel bonheur de vous retrouver, bredouilla-t-il en lui serrant la main avec empressement.

- Je suis heureux de vous revoir, Prince. Ainsi que vous, Princesse, ajouta-t-il en se tournant vers Phénicia.

- Phénicia, tu ne te souviens sans doute pas de lui car tu étais trop petite. Gélon était le chambellan du palais. C’était aussi le plus proche conseiller de notre père.

- Je suis enchantée de faire votre connaissance. Permettez-moi une question : notre arrivée n’a pas eu l’air de vous surprendre. Vous saviez que nous allions revenir sur Euphor ?

- En vérité, je m’y attendais. Lorsque j’ai appris la défaite des forces de Véga et la mort du grand Stratéguerre, je me suis bien douté que le Prince éprouverait le désir de revoir sa planète natale et qu’il reviendrait. J’ignorais par contre qu’il vous avait retrouvée sur Terre et croyez bien que je suis comblé de vous voir à ses côtés. Et pour tout vous dire, il y a déjà longtemps que je guettais votre arrivée. Je tenais absolument à être le premier à vous accueillir, Prince.

Le silence qui s’en suivit conforta Phénicia dans l’impression que quelque chose n’allait pas. Les deux hommes n’avaient cessé d’échanger des regards en coin, et malgré l’ostensible cordialité de leurs retrouvailles, elle percevait un lourd malaise. Actarus s’approcha de Gélon et s’adressa à lui à mi-voix.

- Est-ce qu’il est toujours là ? lui demanda-t-il.

- Oui, répondit Gélon, qui à présent ne souriait plus du tout.

- Et il est au courant ?

- Oui, dès que j’ai vu Goldorak dans mon télescope, je l’ai prévenu de votre retour. Je pense qu’il serait préférable que vous alliez le voir sans perdre de temps. La nouvelle de votre présence sur Euphor ne va pas tarder à se répandre.

- Vous avez raison. Pouvez-vous me conduire jusqu’à lui ?

- Bien sûr. Il n’est pas loin d’ici. Mais en ce qui concerne la princesse Phénicia…

- Ne vous inquiétez pas, Gélon, je m’en occupe, l’interrompit Actarus.

Le jeune homme revint vers sa sœur et la prit avec douceur par les épaules.

- Petite sœur, il va falloir que tu me fasses confiance. Je vais te demander de faire ce que je dis, sans discuter et sans poser de questions, promis ? Je vais devoir m’absenter durant quelques heures et tu ne pourras hélas pas m’accompagner. Tu vas remonter à bord de Goldorak, je vais le programmer pour qu’il aille se placer en lieu sûr et tu vas sagement attendre mon retour.

- Mais, Actarus, tu ne peux pas…

- Phénicia, s’il te plaît. Il y va de notre sécurité à tous. Je te demande de me faciliter la tâche en suivant mes instructions et en ne me posant pas de questions.

- C’est entendu, petit frère, je t’obéirai. Mais quoi que tu doives faire, je te supplie de faire attention à toi.

- Sois tranquille, Phénicia, je te le promets, dit-il en l’embrassant.

Après avoir envoyé Goldorak et Phénicia en lieu sûr, Actarus prit place dans la navette de Gélon. L’engin décolla aussitôt.

- Comment a-t-il réagi quand vous lui avez dit que j’étais de retour ? demanda le prince.

- Apparemment bien, répondit Gélon tout en actionnant les commandes de pilotage. Il s’est engagé à être raisonnable et à ne faire aucune difficulté.

- Tant mieux.

- Espérons toutefois qu’il tiendra parole, reprit le chambellan. Venant de lui, un revirement de dernière minute ne me surprendrait pas outre mesure. On ne peut lui faire totalement confiance, vous le savez bien.

Gélon se tourna vers Actarus et le regarda droit dans les yeux.

- Prince, je sais que vous désapprouvez, mais nous aurions pu régler le problème… autrement. Il n’est pas trop tard, il vous suffit de me donner votre feu vert et…

- Gélon, il n’en est pas question ! trancha Actarus d’une voix ferme. C’est horrible ! Jamais je n’autoriserai ce genre de procédés, tenez-vous le pour dit.

- Soit, je n’insiste pas. Nous arrivons, dans quelques minutes, vous vous trouverez en face de lui. Souhaitez-vous que j’assiste à l’entrevue ?

- Je crois qu’il vaut mieux que je le voie seul à seul.

- Comme vous voudrez, Prince. Permettez-moi toutefois de vous recommander d’être prudent.

Deuxième partie

- Dites-moi, Gélon, demanda Actarus, quelles ont été les conditions de vie sur Euphor durant mon absence ? Y a-t-il de nombreux survivants ?

- Il est vrai que notre problème immédiat a quelque peu monopolisé votre attention et que vous devez avoir des milliers de questions à me poser, répondit Gélon avec un sourire amer. Il me faudrait des jours entiers pour tout vous raconter, mais pour résumer, disons qu'après le saccage d'Euphor, les quelques milliers de survivants, dont il est difficile d'évaluer le nombre exact, ont dû avant tout s'abriter des retombées de lasernium qui ont contaminé la planète entière.

- Je suppose qu'ils ont trouvé refuge dans les souterrains, les tunnels et les cavernes.

- Exact. Et ce n'est que tout récemment, lorsque le taux de radiations est redevenu acceptable, que nous avons pu recommencer à nous aventurer à l'air libre.

- Et j'imagine qu'en même temps, vous avez dû être traqués et persécutés par les hommes de Véga.

- Beaucoup moins que vous ne pourriez le croire, Prince. Sur ce plan, nous avons été relativement tranquilles.

- Que voulez-vous dire ? demanda Actarus sans pouvoir réprimer un mouvement de surprise.

- Il faut savoir qu'Euphor a en quelque sorte servi de banc d'essai pour les nouvelles armes mises au point à l'époque par Véga. Ils appelaient ça des « golgoths », je crois. Le bombardement a été plus massif que nécessaire et la contamination atmosphérique qui s'en est suivie en a fait une terre pratiquement morte, une planète inexploitable pour l'envahisseur. De fait, Véga n'a laissé ici qu'une garnison très restreinte, juste pour la forme. D'ailleurs, lorsqu'elle a appris la mort du grand Stratéguerre, cette garnison ne s'est guère attardée sur notre monde inhospitalier et a filé sans demander son reste. C'est précisément la quasi absence de nos ennemis qui a permis aux survivants de s'organiser et de maintenir les structures de notre civilisation. Vous serez surpris, Prince, de découvrir que sous les ruines de nos anciennes cités, nous avons bâti de véritables petites villes souterraines.

Perdu dans ses pensées, Actarus ne savait que répondre. Ainsi donc, Euphor n'était pas entièrement morte, la reconstruction avait commencé avant même qu'il ne retournât sur sa planète natale. En contrepoint de l'atroce vision de la capitale en ruines, une ébauche d'espoir et de confiance en l'avenir commençait à se faire jour. Mais auparavant, il lui restait un problème à résoudre. Comme pour faire écho à cette dernière considération, la voix de Gélon rompit le silence.

- Nous sommes arrivés à destination, Prince.

La soucoupe descendit vers un village abandonné et s'engouffra dans les restes d'un vaste édifice qui avait dû être autrefois un temple. Elle se posa au milieu d'une grande salle aux mosaïques jonchées de gravats. Le chambellan sortit de la navette et invita Actarus à le suivre. Les deux hommes se dirigèrent vers un vaste escalier. Alors que tout semblait inerte et que les seuls rayons de lumière qui éclairaient faiblement l'endroit provenaient des trous dans la toiture, Gélon se pencha sur une borne de communication qui s'illumina aussitôt.

- Le Prince est arrivé. Êtes-vous prêt à le recevoir ?

Une voix masculine sortit de la borne.

- Qu'il vienne.

Le vieil homme se tourna vers Actarus et, du doigt, montra l'escalier.

- C'est ici. Vous devrez descendre jusqu'à la grande salle, la traverser et pénétrer dans la crypte. Le dispositif de sécurité a été désactivé, vous pourrez entrer sans difficulté. Prince, je vous réitère mes conseils de prudence. Le fait que vous soyez armé me rassure, mais je vous invite néanmoins à demeurer sur vos gardes.

- Je vous remercie, Gélon, répondit Actarus en lui posant une main sur l'épaule. Je ferai attention, soyez tranquille. De votre côté, je vous demande de m'attendre ici et de ne surtout pas intervenir, quoi qu'il puisse arriver.

Le jeune homme emprunta l'escalier et entama une descente qui lui sembla interminable, s'enfonçant dans une épaisse obscurité que rompait à intervalles réguliers la lueur blafarde des torches fixées à la paroi. Enfin, il arriva à la grande salle et se dirigea vers le deuxième escalier, beaucoup plus étroit, qui menait à la crypte. À mesure qu'il s'approchait, lui parvenait un curieux mélange d'odeurs nauséabondes et de parfums exagérément envoûtants.

En entrant dans la crypte, Actarus vit distinctement, dans la faible lumière rougeâtre, deux ombres fines onduler et s'avancer vers lui.

Troisième et dernière partie

D'instinct, Actarus fit un bond de côté et posa la main sur son arme, sans toutefois dégainer. À mesure que ses yeux s'accoutumaient à la pénombre, il vit les deux silhouettes prendre corps et devenir de plus en plus nettes. Et très vite, il réalisa qu'elles ne présentaient guère de danger pour lui.

À quelques mètres de lui, un couple nu tournoyait d'un pas incertain. La fille, le regard vide, semblait totalement ivre tandis que le garçon, visiblement très excité, lui caressait la croupe avec insistance. Ils frôlèrent Actarus sans lui prêter la moindre attention.

Continuant à avancer vers le fond de la crypte, il aperçut plusieurs autres individus assis ou couchés sur le sol : garçons, filles, pour la plupart enlacés, se caressant ou faisant l'amour, buvant, chantant, extatiques ou somnolants. Ils étaient tous jeunes et beaux, et ils étaient tous dévêtus.

Enfin, il parvint jusqu'à un épais rideau, qu'il écarta d'un geste lent, et pénétra dans une pièce qui baignait dans une désagréable lumière bleutée.

- Par exemple, voyez-vous ça ! Mais c'est qu'il n'a pas changé, notre cher prince ! lança un homme d'un ton goguenard.

L'homme qui venait de proférer ces mots avait sensiblement le même âge qu'Actarus et, comme lui, était nanti d'un physique avantageux. Bien qu'il fût nettement plus grand et qu'il portât une courte barbe, on pouvait remarquer chez lui une assez troublante ressemblance avec le prince d'Euphor. Ses traits, toutefois, à bien y regarder, avaient un petit je-ne-sais-quoi de prématurément vieilli. Assis sur un grand lit aux exubérantes soieries, il trônait au milieu d'une multitude de plats somptueux et de carafes multicolores, vêtu d'une tunique courte mais richement brodée.

Collées à lui, deux filles magnifiques aux formes sculpturales lui prodiguaient de subtiles caresses intimes.

- Cassez-vous ! leur ordonna-t-il sèchement.

Sans se départir de leur impassibilité, les deux filles se levèrent et, d'une démarche féline, quittèrent la pièce, non sans avoir lancé au passage quelques œillades provocantes à Actarus.

- Elles te plaisent ? demanda l'homme d'une voix avinée. Si tu as envie de piner, ne te gêne pas, elles sont là pour ça.

- Je vois que toi non plus, tu n'as pas changé, répondit Actarus avec une moue qui trahissait un évident mépris.

- Ciel ! C'est juste, j'oubliais que notre cher prince a des principes : il ne court pas la grognasse, il ne baise que des princesses. Du genre Végalia, par exemple. Note que celle-là, j'aurais bien aimé me la faire, tiens...

Actarus sentit son poing se crisper malgré lui, mais se maîtrisa aussitôt.

- Bon, ça suffit, enchaîna-t-il. Je suppose que tu sais ce que je suis venu te demander.

- Et comment, que je le sais. Tu es venu me demander de foutre le camp et de disparaître pour toujours.

- Je suis venu te demander de tenir ta promesse. Nous étions bien convenus que si je revenais, tu quitterais Euphor définitivement. Eh bien, le moment est venu.

L'homme eut un rire amer.

- « Le moment est venu». Ah, c'est vrai que monsieur a vaincu Véga et qu'il a droit à son repos du guerrier. Rassure-toi, va, je vais me casser sans faire d'histoires. D'ailleurs, ton ami Gélon a déjà tout arrangé : une jolie demeure luxueuse mais discrète sur Pallas, des gonzesses et des fêtes à gogo jusqu'à la fin de mes jours... De quoi est-ce que je me plaindrais, hein ? Et si ça peut te tranquilliser complètement, cet enfoiré m'a bien fait comprendre que s'il me prenait l'idée de jouer au con, il m'arriverait de vilaines bricoles... un accident est si vite arrivé, n'est-ce pas.

- Non ! s'insurgea Actarus avec véhémence. C'est faux, je te jure que jamais je n'abaisserais à de pareils procédés.

- Non, bien sûr, répondit son interlocuteur. Toi, tu es trop honnête pour me voler mon existence, tu préfères que je te la laisse bien gentiment. Après tout, c'était déjà ce que voulaient mes parents, alors autant continuer, et tout le monde sera content !

- Je ne t'ai jamais volé quoi que ce soit, s'emporta Actarus. Après tout, si nos parents...

- Si MES parents, l'interrompit l'autre. Tu vois, tu t'es tellement pris au jeu que tu as fini par y croire complètement.

Décontenancé, Actarus marqua un silence et serra les dents.

- Soit, reprit-il, si TES parents ont jugé bon de me confier certaines responsabilités qui auraient normalement dû être les tiennes, c'est que tu ne t'en étais pas montré digne. Est-ce ma faute si tu as toujours été irresponsable et frivole, si tu as toujours préféré l'amusement et la débauche aux obligations de ta fonction ?

- Évidemment, répondit l'autre, nous y voilà. À chacun son rôle : toi, le gentil, le fils idéal, le premier de la classe, le garçon sérieux et bien propre sur lui, celui qu'on est fier de présenter à tout le monde, et moi, le paria, le noceur, le partouzeur, le queutard qui fait honte à sa famille, celui qui pue et qu'on préfère cacher.

- Et celui qui aurait dû combattre et qui ne l'a pas fait, rétorqua Actarus. Laisse-moi te rappeler que c'est entre MES bras que TES parents sont morts. Toi, tu t'étais enfui, comme un lâche que tu es.

L'homme à la barbe sembla accuser durement le coup. Visiblement ébranlé, il baissa la tête et en voyant une larme perler au coin de son œil, Actarus regretta la violence de ses propos. L'homme se redressa et, avec une gravité inattendue, tendit la main vers Actarus, qui la serra en le regardant droit dans les yeux.

- Va dire à Gélon que je partirai pour Pallas demain matin, le temps de rassembler mes affaires. Ne te fais pas de bile, on n'entendra plus jamais parler de moi. Tu sais, j'ai beau dire, au fond, je sais parfaitement que mes parents ont eu raison de te préférer à moi. Après tout, tu feras un bien meilleur roi d'Euphor que moi. Sincèrement, je suis content que ce soit toi qui portes officiellement mon nom.

- Je te remercie pour ces bonnes paroles, elles me vont droit au cœur. Je te souhaite d'être heureux sur Pallas. Bonne chance, Actarus.

- Ça me fait bizarre, il y a tellement longtemps qu'on ne m'avait plus appelé comme ça... Moi aussi, cousin, je te souhaite d'être heureux dans ta fonction de roi. Bonne chance, Obéron.

FIN


Dernière édition par Lasernium66 le Jeu 14 Sep 2017 - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://goldoraknostalgie@wordpress.com
anterak 08

avatar

Messages : 11745
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Mar 12 Sep 2017 - 16:06

merci Lasernium cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

avatar

Messages : 2464
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

MessageSujet: Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le (véritable) prince d'Euphor sans jamais oser le demander ...   Mar 12 Sep 2017 - 16:56

J'ai lu ton récit d'une seule traite et il faut admettre qu'il atteint parfaitement son objectif : on ne peut qu'être surpris par la révélation finale. Personnellement, je ne m'y attendais pas du tout !

C'est vrai que ce genre de vie où tout n'est que débauche et luxure contraste singulièrement avec la vision que nous avons tous et toutes du prince d'Euphor. Celui que tu dépeins à travers ces quelques lignes est son exact opposé !

Je n'ose même pas imaginer ce qui serait arrivé à la Terre si c'était lui qui s'y était échoué avec Goldorak. En fait si : on ne serait plus là pour en parler !

Merci Lasernium66 pour cette petite histoire remarquablement écrite !  Very Happy  Very Happy  Very Happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

avatar

Messages : 5356
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Mer 13 Sep 2017 - 17:21

Merci Lasernium66 pour de cette histoire très originale dont la fin est vraiment étonnante et inattendue. Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
Lasernium66

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 07/03/2017
Localisation : Système Solaire, 3e planète

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Jeu 14 Sep 2017 - 0:20

Un grand merci à vous trois pour vos retours et vos appréciations ! Wink Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://goldoraknostalgie@wordpress.com
kimi_san

avatar

Messages : 2464
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Jeu 14 Sep 2017 - 8:35

Lasernium66 a écrit:
Un grand merci à vous trois pour vos retours et vos appréciations ! Wink Very Happy Very Happy

=> Normal ! C'est aussi intéressant de s'aventurer sur des chemins qui n'ont jamais été explorés. Very Happy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Kass01

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 46

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Jeu 14 Sep 2017 - 13:13

Coucou

merci pour cette histoire que j'ai eu plaisir à lire et j'ai trouvé la fin bien surprenante
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

avatar

Messages : 5356
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Sam 16 Sep 2017 - 16:33

kimi_san a écrit:
Lasernium66 a écrit:
Un grand merci à vous trois pour vos retours et vos appréciations ! Wink Very Happy Very Happy

=> Normal ! C'est aussi intéressant de s'aventurer sur des chemins qui n'ont jamais été explorés. Very Happy


Oui, en effet. Et pour ton imagination Lasernium66. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Lasernium66

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 07/03/2017
Localisation : Système Solaire, 3e planète

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Sam 23 Sep 2017 - 22:10

Je sais que j'ai l'air de me répéter, mais : un grand merci à vous trois pour vos retours et pour vos appréciations ! Wink Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://goldoraknostalgie@wordpress.com
Gurendaizä

avatar

Messages : 10565
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 51
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Dim 24 Sep 2017 - 0:15

merci Lasernium ! Wink Wink Wink Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
Revenir en haut Aller en bas
Oscar1965

avatar

Messages : 6271
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 52
Localisation : Planète Bleue

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Dim 24 Sep 2017 - 12:56

Bon récit, très bien écrit avec une chute surprenante! Je suis d'accord avec mes prédécesseurs: Bravo Lasernium!
Revenir en haut Aller en bas
Lasernium66

avatar

Messages : 146
Date d'inscription : 07/03/2017
Localisation : Système Solaire, 3e planète

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Jeu 5 Oct 2017 - 19:50

En relisant ce topic, je m'aperçois - avec confusion Embarassed - que j'ai omis de vous remercier, Gigi et Oscar, pour vos réactions. Embarassed
Mieux vaut tard que jamais : un grand merci à vous deux ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://goldoraknostalgie@wordpress.com
Gurendaizä

avatar

Messages : 10565
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 51
Localisation : A bord de Goldorak

MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   Jeu 5 Oct 2017 - 20:01

De rien ! Wink Wink Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous reconstruirons Euphor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous reconstruirons Euphor
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Chansons qui nous parlent
» je nettoie, tu nettoies, il nettoie, nous nettoyons les peintures. . (nettoyage, déontologie, méthodes aqueuses)
» ils nous ont quitté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: