Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27 ... 31  Suivant
AuteurMessage
anterak 08

anterak 08

Messages : 11923
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 12:05

cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 12:59

Ouch, ça chauffe ! Mai au moins les choses sont dites. En revanche, Eslan et Lyra m'inquiètent davantage affraid S'il s'approche du ranch, ça risque de faire du vilain What a Face Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 14:28

Quel combat entre les deux filles !! Bravo Kimi cheers cheers

Sayaka s'est isolée, avec Lyra dans les parages qui connaît la situation ? Est-ce que je m'inquiète pour rien?

Eslan qui arrive. Alcor et Phénicia qui partent....cela sent mauvais tout cela... affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 18:11

Merci Kimi_san pour ce chapitre haut en couleur et en action que j'attendais avec impatience.  Very Happy
Heureusement qu'Actarus était là pour s'interposer.  affraid

Toutefois, quelque chose me chifonne:

Citation :
Peut-être que ça n’aurait servi à rien, tu sais. Ceux que nous avons affrontés étaient nettement plus avancés que nous sur le plan technologique. Je suis pas sûr que Mazinger Z ou Great Mazinger auraient tenu bien longtemps contre eux. Si on s’en est sortis c’est parce qu’on avait quelqu’un avec nous suffisamment fort pour leur résister.

- Parce que c’était pas toi ?

- Non. C’est une longue histoire et ça prendrait trop de temps à raconter. Cette victoire, c’est un travail d’équipe. Il y avait Actarus, Vénusia, Phénicia et moi.

- Si tu t’expliquais plus clairement ?

- C’est Actarus qui les a repoussés en utilisant son robot. Goldorak est plus puissant que Mazinger Z et Great Mazinger réunis. J’ai essayé de l’aider comme je le pouvais. Vénusia et Phénicia nous ont rejoints ensuite pour nous permettre de vaincre l’envahisseur.

Je ne comprend pas ce passage où l'on a l'impression que Sayaka découvre tout de ce qui s'est passé sur Terre lors de la première guerre alors qu'elle vit aussi au Japon. Et qu'elle a certainement déjà entendu parlé de Goldorak, d'Alcorak et des engins des filles.   confused

Mais, peut-être, ai-je mal compris.  scratch
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 20:04

Merci Kimi pour ces tribulations ! Je suis comme Hikaru "chiffonnée" par l'ignorance du "clan Mazinger" après tant d'années et aussi par l'atmosphère qui baigne ces scènes : comme le rappelle Perosia, Lyra est dans les parages et les Aigles le devinent et craignent cela. J'aurais imaginé Actarus (ou Phénicia censée sentir le danger) mettant en garde ou du moins cherchant à ce que personne ne s'éloigne du ranch ou que tout le monde reste à l'intérieur (ce qui pourrait être encore plus épique !), surtout qu'il y a un enfant de plus maintenant, mais j'ai peut-être loupé un passage antérieur. Je vais relire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 8 Sep 2018 - 20:13

Curieusement, ce passage me "chiffonne" aussi un petit peu mais pas tout à fait pour les mêmes raisons ! Wink C'est plutôt le fait que Alcor ait avoué si rapidement que Actarus est aux commandes de Goldorak là où lors du conflit précédent, cette info était censée rester plutôt secrète ! Wink

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 9 Sep 2018 - 15:59

Je lis vos réactions avec beaucoup de plaisir et je vais essayer d'y répondre (en espérant que ça me permettra de débloquer mon processus créatif puisque je suis un peu "bloqué" au niveau de l'épisode #149) !

Déjà ce qui me fait plaisir, c'est de voir que je ne suis pas trop "planté" sur la confrontation Phénicia / Sayaka alors c'est  un chapitre que j'ai écrit il y plusieurs années déjà et sans avoir les connaissances que j'ai aujourd'hui sur l'univers Mazinger ! Maintenant, que la fête commence !


venusia45 a écrit:
Ouch, ça chauffe ! Mai au moins les choses sont dites.
=> Elles sont dites et bien dites ! J'avais planché sur une autre version un peu plus "franche" mais j'ai préféré ne pas aller trop loin en sens, surtout vu ce qui arrive ensuite ...

venusia45 a écrit:
En revanche, Eslan et Lyra m'inquiètent davantage affraid S'il s'approche du ranch, ça risque de faire du vilain  :
=> C'est le moins qu'on puisse dire. Si Eslan ne constitue pas vraiment une menace vu son état (encore que ...), c'est surtout Lyra qui peut (et qui va) leur jouer un sale tour ...

Perosia a écrit:
Quel combat entre les deux filles !! Bravo Kimi  cheers  cheers
=> C'est vraiment ce qui a guidé ma rédaction : essayer de faire monter la pression entre deux personnages qui ne se connaissent pas et qui ont pourtant un point en commun : leurs sentiments pour Alcor. J'ai rédigé le passage d'une traite et c'est vraiment "sorti tout seul" !

Perosia a écrit:
Sayaka s'est isolée, avec Lyra dans les parages qui connaît la situation ? Est-ce que je m'inquiète pour rien?
=> C'est surtout Lyra qui constitue le principal danger pour Sayaka. Va-t-elle la retrouver ? Et si oui, que va-t-il se passer ?

Perosia a écrit:
Eslan qui arrive. Alcor et Phénicia qui partent....cela sent mauvais tout cela... affraid affraid
=> Eslan est quand même à bonne distance du ranch. Avec ses tripes en dentelles, ses chances de l'atteindre sont réduites. Mais le ranch n'est pas la seule habitation de la région (et heureusement d'ailleurs) ...

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san pour ce chapitre haut en couleur et en action que j'attendais avec impatience.  Very Happy
=> J'espère que tu n'as pas été déçue par cette petite "confrontation orageuse" ?

hikaru a écrit:
Heureusement qu'Actarus était là pour s'interposer.  affraid
=> Il est toujours là pour agir comme il faut, quand il le faut ...  

hikaru a écrit:
Je ne comprend pas ce passage où l'on a l'impression que Sayaka découvre tout de ce qui s'est passé sur Terre lors de la première guerre alors qu'elle vit aussi au Japon. Et qu'elle a certainement déjà entendu parlé de Goldorak, d'Alcorak et des engins des filles.   confused
=> Mea culpa, ma narration est imparfaite de ce côté-là : effectivement elle en a déjà entendu parler et elle les a d'ailleurs déjà vus en action (Goldorak et Alcorak uniquement) mais sans pouvoir intervenir, n'étant pas au Japon. C'est un élément que j'ai mentionné dans la présentation des personnages mais que je n'ai pas inséré dans le récit : Sayaka est en effet repartie aux Etats-Unis pour poursuivre ses études sous l'égide du professeur Watson, déjà vu dans les épisodes 86-87 de "Mazinger Z" (je n'ai pas beaucoup d'infos sur lui mais je le vois bien comme un "disciple" ou "collègue" de Juzo Kabuto, le grand-père d'Alcor).

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Docteu10
Le professeur Watson (illustration : Francisco Etchart)

Biniou a écrit:
Je suis comme Hikaru "chiffonnée" par l'ignorance du "clan Mazinger" après tant d'années
=> Je vais essayer de retoucher ça dès que possible (pas pour le moment, mais je vais laisser venir).

Biniou a écrit:
et aussi par l'atmosphère qui baigne ces scènes : comme le rappelle Perosia, Lyra est dans les parages et les Aigles le devinent et craignent cela. J'aurais imaginé Actarus (ou Phénicia censée sentir le danger) mettant en garde ou du moins cherchant à ce que personne ne s'éloigne du ranch ou que tout le monde reste à l'intérieur (ce qui pourrait être encore plus épique !), surtout qu'il y a un enfant de plus maintenant, mais j'ai peut-être loupé un passage antérieur. Je vais relire Wink
=> Je vois ce que tu veux dire et c'est effectivement plus que logique. Il faut que je retravaille l'ambiance pour la rendre plus "anxiogène". Et puisqu'on en parle, est-ce que vous savez où est Rigel ?  Wink

Gurendaizä a écrit:
Curieusement, ce passage me "chiffonne" aussi un petit peu mais pas tout à fait pour les mêmes raisons ! Wink  C'est plutôt le fait que Alcor ait avoué si rapidement que Actarus est aux commandes de Goldorak là où lors du conflit précédent, cette info était censée rester plutôt secrète ! Wink
=> Vu qu'ils se connaissent depuis très longtemps et qu'ils ont partagé beaucoup de choses ensemble, Alcor n'a éprouvé le besoin de garder cette information "secrète". Je pense qu'il doit avoir d'autres soucis en tête à ce moment-là ... Etre "attaqué" sur ce terrain (glissant) sans y être préparé n'est pas très évident à gérer, surtout si ça vient de quelqu'un qui a beaucoup compté et qui compte toujours beaucoup pour vous.

venusia45 a écrit:
Merci Kimi !

Perosia a écrit:
Bravo Kimi  cheers  cheers

Biniou a écrit:
Merci Kimi pour ces tribulations !

=> You're welcome, as usual ! Et si vous avez d'autres remarques concernant le récit, n'hésitez pas à m'en faire part ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 9 Sep 2018 - 16:16

merci Kimi ! Wink Wink Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 20914310
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 9 Sep 2018 - 16:43

Citation :
Mea culpa, ma narration est imparfaite de ce côté-là : effectivement elle en a déjà entendu parler et elle les a d'ailleurs déjà vus en action (Goldorak et Alcorak uniquement) mais sans pouvoir intervenir, n'étant pas au Japon. C'est un élément que j'ai mentionné dans la présentation des personnages mais que je n'ai pas inséré dans le récit : Sayaka est en effet repartie aux Etats-Unis pour poursuivre ses études

Désolée, je n'avais pas remarqué cela.  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 9 Sep 2018 - 17:15

hikaru a écrit:
Désolée, je n'avais pas remarqué cela.  Embarassed

=> Pourquoi serais-tu désolée de quoi que ce soit ? Tu as mis le doigt sur un point important : je n'ai pas été assez clair dans ma narration comme je l'ai mentionné plus haut.

A la fin de "Mazinger Z", Alcor et Sayaka partent aux Etats-Unis pour poursuivre leurs études, ce qui explique donc leur absence et leur retour tardif (uniquement dans les derniers épisodes) dans "Great Mazinger". J'ai fait repartir Sayaka aux States pour qu'elle poursuive son cursus scientifique avec le prof. Watson.

Je n'ai pas beaucoup d'éléments sur lui et je n'ai rien trouvé sur le wiki Mazinger le concernant d'ailleurs. Il n'y a aucune référence non plus sur le manga Nagaï édité par BlackBox et je ne me rappelle pas avoir lu quoi que ce soit à son sujet sur celui de Gosaku Ôta (il faudrait que je le relise, d'ailleurs ...).

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Lun 12 Nov 2018 - 16:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeMer 17 Oct 2018 - 18:53

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Aujour10

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 054_un10





Actarus ne savait pas quoi penser. La décision qu’Alcor venait de prendre l’avait pris au dépourvu. Il ne s’attendait pas à ce que lui et Phénicia décidassent de quitter le ranch de cette façon, et ce sans donner la moindre indication quant à leur destination. Ce choix était à la fois une source de soulagement et d’inquiétude.

Soulagement car cette mise à l’écart permettrait peut-être de dissiper les tensions provoquées par la rencontre entre Sayaka et sa sœur. Il se disait cependant qu’elles ne disparaîtraient jamais tout à fait : elles avaient toutes les deux un caractère très affirmé et il faudrait certainement attendre un bon moment avant qu’ils ne daignassent s’adresser la parole une nouvelle fois. Il espérait également que cela leur permettrait de se rendre compte du mal qu’elles avaient causé autour d’elles. Si Sayaka avait ouvert les hostilités, il pensait que Phénicia n’était peut-être pas exempte de tout reproche. Il aurait sans doute l’occasion d’y réfléchir plus longuement au cours des prochaines heures, une fois que la pression serait retombée.

Inquiétude parce que ce départ inopiné n’était pas sans conséquences : privée d’Alcor et de Phénicia, la Patrouille des Aigles se retrouvait affaiblie puisque deux appareils sur quatre resteraient dans leurs hangars, et même trois puisque Vénusia ne pourrait pas tenir sa place en cas de combat pour des raisons évidentes. En d’autres termes, il était seul pour défendre la planète bleue contre les forces de Véga. Il avait certes déjà vécu cette situation lors du conflit qui l’avait opposé au Grand Stratéguerre et à ses capitaines d’armes, mais les choses étaient cette fois bien différentes puisque les moyens déployés par Végalina pour l’éliminer lui et ses amis étaient considérables. Et il savait pertinemment qu’il ne s’en sortirait pas sans aide.

Il s’écoula encore quelques minutes avant qu’il ne se décidât à rejoindre la résidence principale, le visage fermé et les mains dans les poches. Sur la terrasse, Vénusia était restée allongée sur sa chaise longue tandis que Mizar et Shirô s’étaient assis sur la dernière marche de l’escalier qui permettait d’y accéder. Tous notèrent à son arrivé son regard sombre et son air préoccupé. Il prit un siège et s’installa à ses côtés.

- Ça ne s’est pas bien passé, c’est ça ? J’ai vu Sayaka partir avec la Jeep. Elle n’a pas dû sympathiser avec Phénicia …

- C’est le moins qu’on puisse dire, Vénusia. Nous allons devoir faire face à un problème sérieux et je ne te cache pas que je n’aime pas ça.

- Ça veut dire quoi, Actarus ? demanda Mizar, intrigué.

- Ce qui devait être un agréable moment s’est transformé en cauchemar. Comme vous l’avez sans doute compris, les échanges entre Sayaka et Phénicia n’ont pas été des plus cordiaux. Alcor et moi avons dû intervenir pour éviter que cela ne dégénère. Et comme vous avez pu le voir, chacun a fini par partir de son côté.

- Tu sais où ils sont allés ? renchérit Shirô, l’air inquiet.

- Je n’en ai pas la moindre idée, dit-il en se levant de son siège pour aller s’appuyer contre la balustrade en face.

Il poursuivit.

- Je suppose que Sayaka est partie parce qu’elle a besoin de se calmer. Elle a un caractère très affirmé …

- J’te l’avais dit, Actarus. Pour qu’elle se calme, on risque d’attendre un moment, répondit Shirô en grimaçant.

- Elle reviendra. Il faut juste lui laisser un peu de temps. En revanche, les choses sont plus préoccupantes pour Phénicia et Alcor … dit-il en soupirant.

- Qu’est-ce que tu veux dire, Actarus ? demanda Vénusia, inquiète.

- Alcor m’a fait part de son intention de s’absenter durant quelques temps. Phénicia l’a accompagné. C’est une réaction normale puisqu’ils ont eux aussi besoin de temps pour se retrouver et profiter l’un de l’autre.

- Et on sait pas quand ils vont revenir ? fit Mizar, surpris.

- Il s’est montré assez évasif sur le sujet, même s’il m’a dit que nous pourrions les joindre à tout moment en cas de besoin. Mais je ne me fais pas d’illusions. Je crois qu’ils ne nous répondront que s’ils le veulent bien.

- Ça veut dire que …

- Exactement, Vénusia. En leur absence, notre escadrille ne pourra pas combattre. Leurs appareils resteront au sol. Quant à toi, je t’interdis de piloter dans ton état, même si la situation est critique … répondit-il en haussant le ton.

- Si on ne peut pas faire autrement, il faudra bien que quelqu’un vienne t’aider, non ? Et si personne n’est en mesure de le faire, c’est à moi d’y aller ! Je ne veux pas que tu ailles te battre tout seul, Actarus. Je ne supporterai pas qu’il t’arrive quelque chose, surtout maintenant. Je t’ai déjà dit que je préférais mourir plutôt que de vivre sans toi …

- Tu sais bien qu’il a raison, réagit Mizar. Si tu pars, tu risques de …

- Tu n’as pas à me donner de conseils, Mizar ! Je suis consciente des risques que je cours en agissant de cette manière. Mais s’il n’y a pas d’autre solution, il faut que bien que je le fasse pour aider Actarus ! répondit-elle en le fusillant du regard.

- Tu devrais l’écouter, Vénusia. J’veux pas me mêler de vos affaires mais puisque tu vas bientôt être maman, il faut que tu te reposes. C’est important. Pour toi d’abord, pour votre bébé qui arrive après … et aussi pour Actarus.

La jeune femme regarda Shirô avec insistance avant de baisser les yeux. Ses paroles étaient pleines de bon sens et elle le savait.

- Shirô a bien résumé la situation, Vénusia. Il serait plus sage que tu te tiennes tranquille et que tu restes ici. Je ne veux pas qu’il t’arrive malheur … ajouta Actarus.

- La vérité sort de la bouche des enfants, il paraît … murmura-t-elle.

Elle regarda Actarus d’un air triste et résigné.

- Si tu me le demandes, c’est d’accord, Actarus. Je ne ferai rien qui puisse te déplaire parce que je t’aime trop pour ça. Mais si tu dois aller te battre, fais attention. Je t’en prie.

- Ne t’inquiète pas pour ça. Je te reviendrai toujours, sois-en sûre.

- Je crois que tu seras pas tout seul, Actarus. Si Tetsuya est là aussi, il te donnera un coup de main et …

Il ne termina pas sa phrase. Tous les regards convergèrent vers le ciel étoilé. Scramble Dash déployé et réacteurs utilisés à pleine puissance, Great Mazinger survola le ranch en prenant de l’altitude avant de disparaitre quelques secondes plus tard. Shirô se passa la main sur la nuque et baissa la tête, visiblement dépité.

- Décidément ça continue. J’accumule les bêtises depuis que je suis là … Non seulement j’ai fichu la soirée par terre … mais maintenant tout le monde s’en va …

Actarus posa un genou à terre et tenta de le rassurer en posant la main sur son épaule et en s’adressant à lui avec tact.

- Tu n’as pas à te sentir responsable de tout cela, tu sais. Il s’agit juste d’un mauvais concours de circonstances. En attendant, je pense que vous devriez aller vous coucher. La nuit est déjà bien avancée et vous avez besoin de vous reposer.

- T’as raison, Actarus. Allez, tu viens ? dit Mizar en s’adressant à Shirô.

- J’te suis … Bonne nuit tout le monde … et à tout à l’heure.

Actarus et Vénusia leur firent un signe de la main en souriant. Ils étaient désormais seuls sur la terrasse. La jeune femme prit la parole sans chercher à masquer son inquiétude.

- Tu ne pourras pas te battre seul contre eux et surtout contre Elle. Comment feras-tu si tu dois une nouvelle fois l’affronter ?

- Ce n’est pas une situation confortable, je le sais … Et le fait que Tetsuya vienne de partir lui aussi n’est pas fait pour nous rassurer.

- J’ai peur, Actarus. J’ai peur.

- Oui, je le sais. Nous en reparlerons plus tard si tu es d’accord. Pour le moment, je voudrais que la « princesse d’Euphor » qui partage ma vie prenne le temps de se reposer et de dormir un peu parce qu’elle en a besoin. Nous avons eu suffisamment d’émotions fortes pour aujourd’hui et tu ne dois pas te fatiguer inutilement …

Vénusia fit un signe de la tête. Il l’aida à se relever, puis à s’installer sur le siège passager gauche de son buggy avant de reprendre le chemin du Centre. Le prince demeura aux aguets durant tout le trajet. Il n’avait pas oublié que Phénicia avait failli être tuée sur cette même route quelques jours plus tôt et il n’avait pas oublié non plus les attaques répétées des hommes de Véga contre Vénusia. Arrivés à destination, il soupira, visiblement soulagé. Tout s’était bien passé.

Il la prit dans ses bras et l’accompagna jusqu’à sa chambre. La jeune femme ouvrit les portes de sa penderie et en sortit une chemise de nuit bleue à manches longues qu’elle enfila sous le regard attendri de son compagnon avant de s’asseoir sur son lit. Il l’embrassa longuement et la regarda avec tendresse. Après lui avoir souhaité une bonne nuit, il quitta la pièce pour rejoindre la salle des commandes. Lorsqu’il y pénétra, il constata que seuls Argoli et Cochir étaient présents. Celui-ci se retourna en entendant le bruit de la double-porte automatique et se leva de son siège pour venir à sa rencontre.

- Tout est calme pour le moment, Actarus. Les satellites d’observation ainsi que nos instruments de mesure n’ont rien détecté depuis des heures.

- Pas de brouillage radar ou de quoi que ce soit qui y ressemble ?

- Non. Absolument rien, répondit Argoli, les yeux fixés sur le scope radar.

- Est-ce que vous savez où est mon père ? Je m’attendais à le trouver ici, avec vous.

- Il a quitté le Centre quelques minutes après votre départ en nous laissant les consignes habituelles. Il nous a dit qu’il comptait s’absenter pour deux ou trois jours.

- J’ai vu partir Great Mazinger tout à l’heure alors que nous étions encore au ranch. Est-ce que Tetsuya vous a donné une explication ?

- Il nous a laissé un message indiquant qu’il devait retourner à la Forteresse des Sciences pour récupérer des équipements susceptibles d’en améliorer les performances, rien d’autre.

- Très bien. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Continuez la surveillance et n’hésitez surtout pas à me joindre sur ma fréquence personnelle en cas de problème. Je décollerai immédiatement si la situation l’exige.

Il quitta la pièce et prit le couloir qui menait jusqu’à la sortie du Centre. La double-porte vitrée s’ouvrit à son passage et il descendit les marches du petit escalier pour se diriger vers la balustrade qui surplombait la pente vertigineuse du barrage. Il posa ses mains sur le métal glacé et soupira. Les départs conjugués de son père adoptif et de Tetsuya n’avaient rien de rassurant et risquaient de rendre sa tâche plus difficile encore. Il ferma les yeux pendant quelques instants et les rouvrit avant de regarder vers le portique qui marquait l’entrée du complexe. Une chose le préoccupait : où pouvait désormais se trouver Sayaka ? C’était un mystère de plus … et il était fermement décidé à trouver la réponse.

Il s’installa au guidon de son buggy et reprit la direction en ranch. Peut-être trouverait-il un indice susceptible de le mener jusqu’à la jeune fille ? Il l’ignorait. Les premiers kilomètres ne lui avaient cependant pas donné raison. Il s’arrêta et descendit de son véhicule en éclairant le sol avec une petite lampe-torche afin de récupérer d’éventuelles traces de pneus. Son regard s’illumina quelques secondes plus tard. Malgré l’obscurité, il avait finalement trouvé ce qu’il cherchait. Il se remit en route et suivit un petit chemin de terre accidenté visiblement peu fréquenté et parsemé d’obstacles divers et variés : amas de pierres, flaques d’eau boueuses et branches mortes. Il ralentit l’allure et finit par s’arrêter en apercevant la Jeep, garée à une dizaine de mètres de là.

Sayaka, assise sur un tronc d’arbre jeté à même le sol, regardait le ciel. En raison de sa tenue vestimentaire à dominante claire, Actarus la repéra aisément. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua la présence d’Actarus qu’au moment où celui-ci vint s’asseoir à ses côtés. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il vienne la retrouver ici, surtout à une heure aussi tardive.

- Est-ce que tu es calmée, à présent ? demanda-t-il d’un ton rassurant.

- J’ai encore du mal à réaliser ce qui m’arrive … je m’attendais pas à ça …

- Il est normal que tu réagisses de cette façon, répondit-il calmement. Ce n’est pas le genre de nouvelle qu’on a forcément envie d’entendre. Et quand ce genre de chose arrive, on peut parfois avoir des réactions disproportionnées.

- Il aurait quand même pu se montrer honnête avec moi …

- Je crois plutôt qu’il voulait te ménager. Ce n’était pas malhonnête de sa part, du moins je ne le pense pas. Vous ne vous étiez pas vus depuis longtemps et aborder ce sujet tout de suite après vos retrouvailles n’aurait pas été la meilleure chose à faire.

Sayaka ne répondit pas et ferma les yeux durant quelques secondes avant de les rouvrir pour regarder le ciel étoilé. Actarus en fit de même et reprit son raisonnement.

- Tu le connais aussi bien que moi. Certaines de ses réactions peuvent surprendre et il lui arrive parfois d’agir sans réfléchir mais ce qu’il t’a dit est sincère. Il ne voulait pas te faire de peine et il ne voulait pas non plus nier ses sentiments pour Phénicia. C’était une situation très inconfortable pour lui …

- Tout est allé si vite. J’ai peut-être été …

- Tu n’as pas à te justifier. C’est une réaction humaine, tout simplement. D’après ce que m’a dit Shirô, vous avez un tempérament similaire. Je ne connais pas les détails de votre histoire, mais je sais que vous avez traversé ensemble des moments difficiles. Et ce sont justement ces péripéties qui ont donné naissance à cette complicité qui vous lie.

Sayaka tourna la tête et le regarda avec insistance, visiblement prise au dépourvu par les réponses qu’il lui apportait. Actarus réagit aussitôt.

- Qu’est-ce qui te surprend à ce point ? demanda-t-il en souriant.

- Ton attitude, ton comportement. Je pensais que tu essaierais de me remettre à ma place et tu ne l’as pas fait. Tu n’as pas cherché à imposer ton point de vue comme l’aurait fait Alcor avant qu’il ne vous rejoigne ici. Tu t’es juste contenté de m’écouter et de me parler.

- Il ne sert à rien de rechercher l’affrontement en permanence. Alcor l’a parfaitement compris, maintenant. Nos relations ont été un peu difficiles au départ et nous en sommes même parfois venus aux mains. A cause de son caractère impulsif, il s’est souvent mis en danger en voulant combattre nos ennemis alors qu’il n’avait pas les moyens de le faire.

- Je le sais. Il a souvent agi de cette façon lorsque nous étions ensemble au Laboratoire photonique. Il a fallu beaucoup de patience à mon père pour essayer de le calmer, répondit-elle en esquissant un léger sourire.

- Le fait d’en parler calmement devrait arranger la situation. Pour le moment, il est préférable de retourner au ranch. La journée a été longue pour toi aussi et cette soirée a été riche en émotions fortes …

- Tu as raison. Il faudra que je parle à Alcor, mais aussi à Phénicia. Nous avons certaines choses à « mettre au point ».

- Je comprends ce que tu veux dire … mais je ne pense pas que tu auras la possibilité, du moins pas dans l’immédiat. Ton coup de sang et ta dispute avec Phénicia n’ont pas été sans conséquences. Peu après ton départ, Alcor a également quitté le ranch en emmenant Phénicia avec lui. Il ne nous a pas dit où il allait et combien de temps il comptait s’absenter.

- Il a tendance à se vexer facilement. Peut-être que …

- Nous en reparlerons le moment voulu. Tu as surtout besoin de reposer, maintenant.

La jeune fille acquiesça. Actarus l’aida à se relever et lui sourit. Elle allait s’installer derrière le volant de la Jeep lorsqu’un sifflement strident se fit entendre. Le prince réagit immédiatement et se jeta sur Sayaka pour l’éloigner du véhicule qui explosa quelques secondes plus tard. Les tirs se succédèrent pendant plusieurs minutes et l’un d’entre eux ne les manqua que de quelques mètres.

Toujours à terre, il incita Sayaka à le suivre pour rejoindre son buggy qui, curieusement, n’avait pas été pris pour cible. Une fois arrivés à proximité, il désigna du doigt le siège de gauche avant de s’éloigner pour faire diversion. La jeune fille approuva et s’y installa. Dans le même laps de temps, Actarus ramassa une pierre et se releva soudainement pour la lancer de toutes ses forces vers l’endroit où devait se trouver leur agresseur. Les tirs de laser s’interrompirent quelques instants plus tard. Profitant de cette accalmie, il s’installa au guidon de sa machine et démarra en trombe, se frayant tant bien que mal un passage à travers les arbres pour reprendre la route qui conduisait au ranch. Des vies étaient en danger et il devait tout tenter pour les préserver. A peine eurent-ils disparu que Lyra fit son apparition, son arme à la main et le visage couvert de sang. « Vous ne pourrez pas vous échapper éternellement … » murmura-t-elle avant de se replier dans la forêt.

Arrivés au ranch, Actarus et Sayaka se précipitèrent dans la résidence principale. Shirô et Mizar, qui s’étaient arrangés pour partager la même chambre vu qu’ils n’avaient pas souvent l’occasion de fréquenter des garçons de leur âge hors du domaine scolaire, étaient déjà en train de dormir. La jeune fille fit irruption dans la pièce, complètement essoufflée.

- Shirô ! Mizar ! Réveillez-vous ! Vite !

- Oh, laisse-moi d … fit Shirô, qui avait la tête sous son oreiller.

- Non Shirô ! Allez, debout ! Lève-toi !

- Ben quoi, qu’est-ce qui te prend, Sayaka ? demanda Mizar en se frottant les yeux.

- Je t’expliquerai tout à l’heure, Mizar. Pour l’instant, il faut te dépêcher … répondit-elle en essayant de rester calme.

Tous deux obtempérèrent et quittèrent la chambre, habillés de façon sommaire. Ce détail n’avait cependant aucune importance aux yeux de la jeune fille. Ils étaient en danger et il fallait les mettre en sécurité. Rien d’autre ne comptait pour elle à cet instant précis.

De son côté, Actarus parcourut toutes les pièces de la maison en espérant retrouver Rigel, mais en vain. Celui-ci avait quitté le ranch sans prévenir personne et il n’avait aucune idée de l’endroit où il pouvait se trouver. « Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé … », murmura-t-il en quittant la terrasse pour retrouver Sayaka et les enfants qui l’attendaient au pied de la résidence. Une fois regroupés, tous coururent vers l’écurie pour s’installer à bord d’une vieille Jeep. Elle n’était pas dans un état irréprochable mais elle leur permettrait de rejoindre le Centre rapidement. Le véhicule démarra quelques instants plus tard.

- Tu peux nous dire où on va, Actarus ? questionna Mizar qui peinait à garder les yeux ouverts.

- Nous devons aller nous abriter au Centre … et le plus rapidement possible.

- Ben pourquoi maintenant ?

- Est-ce que tu te souviens de l’attaque du ranch ?

- Ah ça j’suis pas près de l’oublier … répondit-il en ouvrant grand les yeux.

- Nous sommes à peu près dans la même situation. Sayaka et moi avons été pris pour cible par un ou des tireurs qui appartiennent vraisemblablement à la Division Ruine …

- Ben dis donc, c’est animé par chez vous … remarqua Shirô d’un air dubitatif.

Restée silencieuse, Sayaka s’était contentée d’observer Actarus. Elle était intriguée par sa façon de faire. Il agissait de manière calme et posée tout en gardant son sang-froid. Ce n’était pas qu’elle avait imaginé. Il était l’exact opposé d’Alcor. Ses gestes précis et son regard déterminé avaient quelque chose de rassurant.

- Même si cela risque de rallonger notre temps de parcours, nous devons rejoindre le Centre en utilisant un autre chemin. Pas question de prendre la route habituelle. Notre tireur doit certainement nous y attendre et nous devons prendre aucun risque.

Tous partageaient son opinion. Quelques minutes plus tard, une silhouette trapue et familière chevauchant un cheval apparut dans la lueur des phares de la Jeep. Actarus reconnut immédiatement Rigel et ralentit pour finalement s’arrêter à sa hauteur. A bout de souffle, le vieil homme resta juché sur son cheval, visiblement incapable d’en descendre.

- Et ben … je suis bien content de te voir, Actarus.

- Qu’est-ce qui se passe ? Quelque chose ne va pas ?

- J’ai cru voir un extraterrestre … C’est sûrement un homme de Véga !

Le visage d’Actarus se rembrunit.

- Tu es bien sûr de ce que tu as vu ?

- Il n’y a pas le moindre doute. C’est à quelques kilomètres d’ici, dans le Bois Ouest.

Le vieil homme descendit de son cheval et reprit son souffle avant de poursuivre son récit.

- J’avais quitté le ranch pour prendre l’air … et sur le chemin du retour, j’ai aperçu quelque chose qui ressemblait à un OVNI. Plutôt que d’aller voir je me suis dépêché pour te prévenir …

- Tu as bien fait. Et pour l’homme que tu as vu ?

- La seule chose que je puisse te dire, c’est qu’il était à terre et qu’il ne bougeait pas. Et comme je ne tenais pas à me faire voir, je n’ai pas voulu m’approcher. Il est peut-être mort … mais je sais bien qu’avec eux, il faut s’attendre à tout.

- Bon, je vais m’en occuper. Pour l’instant, nous devons tous nous mettre à l’abri. Nous venons d’être attaqués par un ou plusieurs tireurs inconnus. Peut-être s’agit-il de Lyra ou des mêmes hommes qui ont pris le ranch pour cible …

- Alors là ils vont voir de quel bois je m’chauffe ! répondit-il d’un air enragé. Si j’étais armé, ils seraient déjà dans l’autre monde, c’est moi qui vous l’dis !

- Calme-toi Rigel. Pour le moment tu ne dois penser qu’à te mettre à l’abri. Allez, viens !

Celui-ci acquiesça et s’installa derrière le volant de la Jeep tandis qu’Actarus enfourcha son cheval. Le chemin qu’ils avaient emprunté avait certes considérablement rallongé la durée de leur trajet mais ils avaient finalement réussi à rejoindre leur destination. Tous descendirent de la Jeep pour pénétrer dans le bâtiment principal. Actarus fut le dernier à y entrer et s’empressa d’activer avec la paume de sa main le dispositif de sécurité placé près de la double-porte vitrée qu’il venait de franchir. La trappe de sécurité rectangulaire de trente centimètres de long sur dix de large placée juste en-dessous s’ouvrit quelques secondes plus tard. Actarus pressa aussitôt le petit bouton circulaire de couleur rouge qui se trouvait à l’intérieur.

Le signal d’alarme se déclencha immédiatement. L’intensité des différents néons éclairant les couloirs du bâtiment diminua rapidement. La double-porte vitrée était désormais protégée par un volet roulant blindé et, dans les niveaux souterrains, toutes les zones sensibles, à commencer par les ateliers, les bureaux d’études, la salle du transformateur principal et celle du cérébro-ordinateur étaient désormais sécurisées. A l’extérieur, la rampe de lancement supportant les hangars des trois appareils de la Patrouille des Aigles se replia sur elle-même avant d’être recouverte par l’imposant miroir de protection blindé. Tous se retrouvèrent ensuite dans la salle des commandes. Vénusia se joignit à eux quelques minutes plus tard et prit place sur le siège laissé vacant par Procyon. Mizar et Shirô s’assirent à même le sol tandis que Sayaka et Rigel restèrent debout en regardant Actarus avec attention. Celui-ci s’efforça d’analyser les éléments dont il disposait.

- J’espère que tout le monde va bien et que vous n’avez pas été trop secoués par ce qui vient de se passer.

- Qu’est-il arrivé, Actarus ? demanda Vénusia, inquiète.

- Sayaka et moi avons été attaqués par un ou plusieurs tireurs dont nous ignorons pour le moment l’identité. Il est possible qu’il s’agisse de Lyra mais la présence d’un commando de la Division Ruine dans les parages n’est pas à exclure.

- Ils en ont après vous maintenant, Actarus. C’est toi qu’ils ont pris pour cible, cette fois !

- Tant que nous resterons ici, nous serons en sécurité. Le risque zéro n’existe pas, mais le Centre est actuellement le meilleur endroit où nous pouvons être pour nous abriter de toute attaque extérieure.

- Qu’est-ce que tu as l’intention de faire ? demanda-t-elle en guettant sa réponse.

- Ton père nous a donné un autre élément que nous devons prendre en compte. Il y aurait selon lui une navette de Véga cachée quelque part dans le Bois Ouest …

- Je pense savoir où tu veux en venir Actarus, déclara Cochir après l’avoir écouté avec attention. La route numéro 3 débouche dans le réservoir qui jouxte le Bois Ouest. Si le pilote de cette navette réussissait à trouver le point d’entrée, il pourrait remonter jusqu’au hangar de Goldorak. J’espère que nous n’aurons pas à utiliser le sabordateur …

- Je le sais. Si je dois combattre, il faudra que je fasse sortir Goldorak par une autre route.

- C’est quoi le sabordateur ? questionna Mizar. Actarus se tourna alors vers Argoli qui en avait la responsabilité.

- C’est un système de sécurité qui est installé sur toutes les routes souterraines depuis lesquelles Goldorak peut décoller et nous ne devons l’utiliser qu’en cas d’absolue nécessité. On peut dire que c’est un dispositif d’autodestruction.

- L’utilisation de cet équipement n’est pas sans risque, reprit Cochir. Si nous décidons de faire sauter cette route, elle ne sera plus utilisable et l’explosion que nous aurons déclenché ne sera pas sans conséquences : l’eau déferlera avec une puissance telle que tout ce qui se trouvera sur son chemin sera soit détruit, soit très endommagé … y compris les accès aux autres routes.

Le jeune garçon baissa les yeux, imité quelques instants plus tard par son père et sa sœur aînée. La situation était critique et tous le savaient. Actarus allait reprendre la parole lorsqu’une forte détonation se fit entendre. Il se hâta vers les larges baies vitrées qui ceinturaient la pièce. Ce qu’il vit ne lui plut pas du tout.

- J’aurais dû m’en douter …

- Ça veut dire quoi, Actarus ? fit Mizar, inquiet.

- Nous avons combattu hier deux antéraks envoyés par Véga. Nous avons détruit le premier et l’autre s’est abattu dans la vallée rocheuse située à une quinzaine de kilomètres du Centre. Si c’est ce que je pense …

- … il est peut-être encore en état de sa battre, c’est ça ? répondit Vénusia.

- Oui … et je vais devoir faire vite pour le neutraliser, répondit-il. Restez tous à l’abri et ne quittez le Centre sous aucun prétexte. Je vais m’occuper de lui.

Il se pencha en avant et embrasse Vénusia sur le front avant de quitter la salle des commandes pour emprunter le couloir, puis le passage secret qui lui permettrait de s’installer aux commandes de l’asporat pour rejoindre sa machine.

- « Métamorphose !!! »

Revêtu de sa tenue de pilote, il atterrit directement dans le poste de pilotage de la soucoupe porteuse et déclencha presque immédiatement la descente de la plate-forme pour accéder au niveau inférieur d’où partaient les huit routes secrètes qui lui permettraient de quitter le Centre sans être repéré.

- « Goldorak paré ! »

Cochir, qui avait repris place derrière son pupitre, observa attentivement l’écran indiquant les routes que pourrait emprunter Goldorak sans risque d’être repéré. Sa réponse fut presque immédiate.

- Actarus, la route numéro 5 est la meilleure. Elle est suffisamment éloignée de la route numéro 3 et tu pourras te rendre rapidement sur les lieux de l’explosion.

- Compris.

La plate-forme orienta Goldorak vers le sas d’entrée de la route numéro 5 qui s’ouvrit quelques instants plus tard.

- « Goldorak … GO !!! »

Goldorak prit de la vitesse et pénétra dans le tunnel et traversa les différentes sections de la route, toutes séparées par une porte étanche. Lorsque la dernière s’ouvrit, l’eau du lac s’engouffra rapidement à l’intérieur sans que la trajectoire du robot n’en souffre. Celui-ci émergea des eaux sombres du lac pour faire route vers le lieu de l’explosion. « Nous aurions dû nous assurer que cette machine du diable avait bien été détruite ! » soupira-t-il en tirant vers lui ses deux leviers de commande.

Se dressant fièrement au milieu des flammes, la silhouette du symbiorak était aisément identifiable. Il paraissait plus imposant qu’il ne l’était en réalité et il se dégageait de lui une incroyable sensation de puissance. Dans son poste de pilotage, Ezequios, bien qu’à bout de souffle, jubilait. Il avait passé les dernières heures à essayer de faire sauter les trois verrous de sécurité qui l’empêchaient d’exploiter pleinement le potentiel de son engin et il venait tout juste d’y parvenir. Son regard halluciné était plein de haine et son visage ridé déformé par un sourire diabolique. « Désormais, rien ni personne ne pourra m’arrêter ! » ricana-t-il.

Il pouvait (légitiment) se montrer fier de son exploit et le considérait comme la victoire de l’esprit sur la machine, oubliant ainsi ce en quoi il avait toujours cru. Du temps où il était LE grand scientifique de la Division Ruine, il était si fier de ses créations qu’il les estimait capables de tout détruire et de vaincre n’importe quel adversaire même si le pilote était « un lâche et un incapable » pour reprendre l’une de ses expressions favorites. Il croyait à la supériorité de la machine sur l’humain.

Sûr de sa force, il se mit à proférer quantité d’injures contre Végalina et ceux qui oseraient se mettre en travers de sa route. « Il est temps pour vous de mourir, misérables parasites … », dit-il en apposant ses mains sur les deux écrans tactiles de son tableau de bord. C’est à cet instant qu’il entendit un léger signal sonore. Il reprit son sérieux et esquissa un nouveau sourire lorsqu’il aperçut Goldorak. « Bien. Très bien. Allez … approche ! Approche si tu l’oses, Goldorak … Je vais te donner un avant-goût de la puissance de mon symbiorak ! ».

Actarus survola l’engin véghien avant de faire demi-tour. En dépit de la violence de l’explosion, celui-ci n’avait semble-t-il subi aucun dommage et il avait vite compris qu’il ne lui serait pas facile d’en venir à bout. D’un geste assuré, il appuya sur l’un des boutons placé sur l’accoudoir gauche de son siège.

- « Planitronks !!! »

Les deux disques déployèrent leurs lames et se détachèrent des ailes de la soucoupe porteuse, en tournant sur eux-mêmes. Le symbiorak réagit aussitôt et prit impulsion sur ses jambes pour venir à leur rencontre. Il réussit à dévier la première arme du poing tandis que la seconde ricocha sur le blindage de son épaule gauche. « Un coup pour rien … » songea Actarus en récupérant ses deux armes. La machine véghienne repartit à l’assaut et tenta de s’agripper à la soucoupe porteuse pour l’empêcher de fuir. Heureusement, le prince avait anticipé cette manœuvre en modifiant sa trajectoire. Goldorak décrocha sur sa gauche et se replaça immédiatement en position d’attaque.

- « Pulvonium !!! »

Les bras de Goldorak quittèrent les flancs de la soucoupe porteuse et projetèrent des rayons mauves par le biais des orifices positionnés sur ses poings en direction de son adversaire pour ralentir sa progression. Les effets de l’arme utilisée par Actarus cessèrent rapidement mais le robot conserva son cap et frappa violemment de ses poings la tête du symbiorak qui se retrouva au sol. Surpris par cette manœuvre, Ezequios heurta son tableau de bord. Il se releva péniblement et essuya rageusement le filet de sang qui coulait de ses narines avant de se mettre à hurler comme un dément. « Tu vas me payer ça aussi, prince d’Euphor ! ».

Il ferma les yeux en tenant ses poings serrés devant lui comme pour donner un surcroît d’énergie à son appareil. Quelques instants plus tard, deux tentacules noirs surgirent d’entre les plaques hexagonales qui protégeaient les genoux du monstre et vinrent s’enrouler autour des ailes de la soucoupe porteuse au moment où Actarus s’apprêtait à lancer une autre offensive. Deux autres appendices surgirent des orifices placés de part et d’autre de ses épaules pour s’accrocher à son gouvernail. Les décharges électriques produites étaient d’une puissance phénoménale.

- Tu ne m’auras pas comme ça … « Planitronks !!! »

Les deux disques rouges partirent en arrière et tranchèrent deux des quatre tentacules avant de retrouver leurs supports. Malgré la chaleur qui régnait désormais dans son poste de pilotage, Actarus poursuivit son effort et tira vers lui ses deux leviers de commande … avant de baisser subitement celui qui actionnait la post-combustion de sa machine.

- On va essayer autre chose … « Goldorak … Méga-mach !!! »

Les réacteurs de la soucoupe porteuse se mirent en marche. Ezequios comprit rapidement que sa machine ne pourrait résister bien longtemps à un tel déferlement de puissance. Comment faire pour contrer le prince d’Euphor ? Devait-il lâcher prise et permettre ainsi à Goldorak de se dégager ou devait-il l’empêcher de décoller à n’importe quel prix en sachant qu’il risquait de ne plus pouvoir reprendre le contrôle de symbiorak par la suite ? A contrecœur, le scientifique déchu opta pour la première solution.

Désormais libéré, Goldorak accéléra et quitta la zone de combat pour faire demi-tour tout aussi rapidement et mettre fin à la menace constituée par cette machine de mort. Après tout, le Centre n’était distant qu’une poignée de kilomètres et il était hors de question de laisser ce monstre mettre en péril la vie de ses amis et de ceux qui s’y trouvaient. Lorsqu’il revint sur les lieux, il constata que son adversaire ne s’était toujours pas relevé. C’était une chance à saisir.

- A nous deux … « Transfert !!! »

Le siège d’Actarus passa de la cabine de pilotage de la soucoupe porteuse à celle du robot après avoir fait deux demi-tours consécutifs. Le symbiorak mit à profit ces quelques secondes pour attaquer et expédia deux missiles qui manquèrent largement leur cible et explosèrent en heurtant une falaise. Actarus abaissa alors la manette d’éjection de son robot sans même la regarder.

- « Autolargue !!! »

Goldorak parvint à s’éjecter de sa soucoupe et heurta violemment le sol. Sous l’effet du choc, des fissures apparurent sur la vitre blindée du poste de pilotage. Le casque d’Actarus frappa également son tableau de bord sans que celui-ci ne perde connaissance. Sa situation n’était guère enviable puisque le symbiorak se tenait debout devant lui, prêt à frapper. Ezequios ne put masquer sa satisfaction. « Maintenant, il ne me reste plus qu’à te donner le coup de grâce, Goldorak !!! ». Face à cette menace, le prince décida de faire appel à sa soucoupe porteuse pour faire diversion.

- « Récupération !!! »

Celle-ci apparut quelques instants plus tard au-dessus de la zone de combat. Actarus appuya sur l’un des boutons placés sur l’accoudoir droit de son siège.

- « Mégavolts !!! »

Les quatre rayons acides projetés par les orifices disposés de part et d’autre du poste de pilotage entamèrent le blindage thoracique du symbiorak qui réagit en tendant ses deux bras dans sa direction. Les phalanges de ses mains renfermaient des missiles miniaturisés à courte portée qui n’avaient encore jamais été testés en situation de combat. Cette lacune allait être vite comblée.

Malheureusement pour Ezequios, tous ses tirs manquèrent leur cible. Goldorak bascula soudainement sur sa droite et se retrouva en position favorable pour attaquer.

- « Fulguro-poing !!! »

L’avant-bras droit du robot se détacha et prit de la vitesse avant de transpercer littéralement le torse du symbiorak, prenant de court son pilote. Celui-ci, obnubilé par la destruction de la soucoupe, avait commis l’erreur de se désintéresser de son adversaire. Cette faute allait lui coûter cher : Goldorak se releva et, après avoir récupéré son arme, prit impulsion sur ses jambes pour se jeter sur l’engin véghien, le pied gauche bien en avant.

- « Aquilio-choc !!! »

L’impact fut terrible : le pied du robot d’Actarus frappa violemment le dôme vitré protégeant le poste de pilotage. Ezequios fut littéralement projeté contre le tableau de bord et poussa un hurlement bestial. Un bref coup d’œil sur son ordinateur de bord lui fit comprendre qu’il était désormais dans une position plus que délicate. S’il voulait vaincre, il lui fallait agir sans attendre. Ce ne serait pas facile et il le savait.

Bien plus haut, dans le poste de commandement de la soucoupe amirale, Végalina et Erea suivaient attentivement le déroulement du combat entre les deux hommes. Ezequios était en mauvaise posture et elles avaient vite compris qu’il ne tiendrait pas très longtemps à ce rythme contre le prince d’Euphor. Se tenant debout, bras croisés devant l’écran principal, Végalina observait avec intérêt les images avec un léger sourire aux lèvres. Ce détail anodin n’échappa ni aux soldats et aux officiers présents dans la pièce, ni à Erea. Que signifiait ce sourire énigmatique ? A quoi pouvait-elle penser à cet instant précis ? Hormis Erea qui avait son idée sur la question, personne ne connaissait la réponse … sauf Végalina elle-même …





FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeMer 17 Oct 2018 - 21:28

Merci Kimi ! C'est "angoissant" de savoir que l'équipe est réduite à peau de chagrin si brutalement, avec même Procyon en vadrouille, alors que plusieurs fronts d'attaque s'ouvrent subitement… Mais c'est "jouissif" de découvrir qu'Actarus arrive à viser comme un tireur d'élite dans le noir : il n'a pas loupé Lyra avec sa pierre ! Bien fait pour elle mais elle résiste bien la bougresse…
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeVen 19 Oct 2018 - 8:56

Eh bien tout le monde s'en va ! Et la situation se complique ! Merci Kimi ! affraid cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeVen 19 Oct 2018 - 12:16

Tout le monde est parti, chacun peut-être en danger affraid affraid

Ezequios qui change d'avis, pas étonnant avec son ego démesuré Rolling Eyes Rolling Eyes

Kimi a écrit:
Hormis Erea qui avait son idée sur la question, personne ne connaissait la réponse … sauf Végalina elle-même …

:daisuke_mad: Que me réserve-t-elle encore ?

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 574077509 Ne prends pas de risques inconsidérés !!
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeVen 19 Oct 2018 - 16:21

L'intervention d'Actarus aura au moins réussi à calmer Sayaka. Leur échange est vraiment intéressant.

Mais espérons seulement qu'Alcor et Phénicia ne sont pas partis trop loin, car maintenant Actarus se retrouve seul pour protéger la Terre. affraid

Merci Kimi_san. Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeSam 10 Nov 2018 - 21:38

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Header14

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 055_le10






Cela faisait maintenant plusieurs heures que Great Mazinger avait quitté le Centre de recherches spatiales pour rejoindre la Forteresse des Sciences qui lui servait de base. Le jour était en train de se lever lorsqu’il aperçut enfin son objectif. Si Tetsuya avait quitté ses alliés en pleine nuit en se contentant de donner une explication sommaire aux techniciens avec qui il avait passé la soirée, c’était une pour une seule et bonne raison : il ne pouvait pas exploiter pleinement le potentiel de sa machine et cela ne lui plaisait pas. Il survola le bâtiment à basse altitude et fit demi-tour pour se poser juste devant la passerelle rétractable qui permettait d’y accéder.

- « Scramble OFF !!! »

A l’annonce de cette commande, le Scramble Dash se replia aussitôt dans le dos du robot qui, moteurs coupés, atterrit quelques secondes plus tard.

- « Fire … OFF !!! »

Le jet bicolore quitta son emplacement pour se poser juste devant l’entrée principale. Son pilote en descendit immédiatement et réajusta ses vêtements avant de regarder attentivement le bâtiment en forme de pyramide inversée surmonté par un tour dotée d’un poste de contrôle comportant de multiples verrières et dominé par un radar binoculaire mobile de forme rectangulaire dont l’efficacité n’avait rien à envier à celle du Centre. Suite à sa destruction lors de l’affrontement final contre l’empire de Mykène auquel il avait participé, le laboratoire avait été reconstruit à l’identique et le professeur Yumi avait succédé au professeur Kenzo Kabuto en attendant qu’un nouveau directeur soit nommé par le Ministère de la Défense. Le scientifique, qui l’avait vu arriver, quitta son poste pour venir à sa rencontre, accompagné par quatre de ses collaborateurs.

Agé d’une cinquantaine d’années, il avait à peu près la même stature que celle du professeur Procyon. Seule la couleur de ses cheveux coiffés en arrière, le port de lunettes de vue et son visage légèrement ridé permettaient de faire la différence. Très lié à la famille Kabuto puisqu’il avait succédé au professeur Juzô Kabuto à la tête du Laboratoire photonique, il avait également pris Alcor sous son aile suite à la disparation de ce dernier et lui avait apporté tout le soutien nécessaire pour lui permettre de vaincre, grâce à Mazinger Z, les armées du Dr. Hell. Tout comme Procyon, il était non seulement un très bon tacticien, mais également un expert en matière de robotique qui faisait l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Il ne lui avait fallu que quelques semaines pour appréhender et mettre en pratique sur Great Mazinger les solutions techniques qui lui avaient été communiquées par son confrère lors de sa dernière visite.

Après avoir réajusté ses lunettes, il s’adressa à Tetsuya, visiblement inquiet.

- Je ne pensais pas que tu reviendrais aussi rapidement, Tetsuya. Que se passe-t-il ? Y a-t-il un dysfonctionnement technique sur Great Mazinger ?

- Je n’ai pas beaucoup de temps pour répondre à vos questions, professeur. Nous devons agir et vite … répondit-il sur un ton monocorde.

Tous lui emboîtèrent le pas et empruntèrent le couloir principal pour se rendre dans les ateliers souterrains dédiés à l’entretien de sa machine et dans lesquels se trouvaient tous les équipements, accessoires et pièces détachées destinées à en améliorer les performances ou à le remettre en état. Il traversa le premier et s’arrêta à l’entrée du second : il venait de trouver ce qu’il cherchait.

- Je vais reprendre mon appareil habituel. Il est bien plus efficace que celui-ci.

- Celui que tu utilises en ce moment te pose-t-il un problème particulier ? Théoriquement, ils sont pourtant identiques.

- Non, pas exactement. J’ignore si le professeur Kabuto vous en a parlé, mais cet appareil n’est qu’un simple prototype. Je ne l’ai utilisé que pour me familiariser avec le pilotage d’un chasseur monoplace. Ses performances sont inférieures à celles du Brain Condor.

- Tu sembles pourtant contrôler ta machine sans trop de difficultés. Où est le problème ?

- Il manque cruellement de maniabilité et ses réactions sont parfois « surprenantes ». Si je parviens à contrôler Great Mazinger sans trop de difficulté, je ne peux pas en exploiter pleinement le potentiel, répondit-il tout en revêtant sa tenue de pilote.

Yumi acquiesça silencieusement et se tint le menton pendant quelques instants. Tetsuya ajusta ses gants et enfila son casque avant de s’installer à bord du Brain Condor, le tout sous le regard inquiet du scientifique. Celui-ci soupira et se passa la main dans les cheveux, geste rarissime chez lui. Le jeune homme pressa le bouton placé sur la crête de son casque pour baisser sa visière bleutée.

- Je vais certainement avoir besoin d’autre chose, professeur. Pourriez-vous faire en sorte que l’équipement entreposé dans le dernier atelier soit opérationnel dans les plus brefs délais ?

- J’y avais déjà pensé. Les réacteurs ont été révisés et nous venons tout juste de remplir les réservoirs. Il ne nous reste plus qu’à le replacer dans son transporteur. Je ne sais que je n’ai aucun conseil à te donner … mais es-tu sûr de vouloir l’utiliser ? Je te rappelle que cela ne s’est pas très bien passé au cours des derniers tests.

- Je le sais bien … mais c’est un risque à courir. La situation dans laquelle se trouvent Actarus, Alcor et les autres est critique ; Je ne dois ni perdre du temps, ni me priver d’un équipement qui nous permettrait de vaincre les forces de Véga. J’espère que vous me comprenez.

La bulle protégeant le poste de pilotage du jet rouge et orange se referma. Celui-ci dévala sans rampe de lancement pour s’engouffrer dans le long tunnel translucide construit sous la surface des eaux avant de refaire surface quelques kilomètres plus loin.

- « Fire … ON !!! »

Après avoir effectué un virage à gauche serré, le Brain Condor s’encastra avec une précision imparable dans la tête de Great Mazinger dont les yeux émirent un bref flash lumineux.

- « Scramble Dash !!! »

L’aile rétractable se déploya et ses réacteurs entrèrent instantanément en fonction. Il ne restait plus à Tetsuya qu’à reprendre le chemin du retour. Le fameux appareil qu’il comptait utiliser contre Végalina et ses sbires serait prêt en temps en heure. Il en était persuadé.

De leur côté, Alcor et Phénicia roulaient toujours vers une destination inconnue. Personne ne savait où ils comptaient aller, ni quand ils comptaient revenir parmi leurs proches. A vrai dire, ils ne le savaient pas eux-mêmes. La seule chose qui comptait à leurs yeux était de trouver un endroit calme et paisible où ils pourraient prendre le temps de se retrouver. Si Alcor, toujours au volant, demeurait étonnamment silencieux, Phénicia, perdue dans ses pensées, se remémorait sa violente altercation avec Sayaka. Celle-ci avait laissé des traces et il faudrait sans doute patienter un certain temps pour que cette blessure morale, causée par des critiques aussi personnelles qu’injustifiées, se refermât.

C’est à ce moment qu’ils aperçurent le bord de la mer. Même si Lexibourg n’était distante que d’une poignée de kilomètres, ils ne comptaient pas s’y rendre : trop de bruit, trop de monde, de trop contraintes. A l’inverse, cette petite crique rocheuse et déserte correspondait à leurs attentes. Alcor coupa le moteur de la Jeep sans toutefois en descendre. Phénicia le regarda attentivement : il semblait perdu, désorienté.

- Qu’est-ce que tu as ?

- Rien de tout. Ne t’inquiète pas, ça va … répondit-il sans grande conviction.

- Je n’en crois pas un mot. Allez, dis-moi ce qui t’ennuie … insista la jeune fille, guère satisfaite par cette réponse évasive.

- Je m’en veux pour ce qui est arrivé cette nuit. J’aurais voulu te préserver de tout ça. Cette histoire ne serait jamais arrivée si j’avais eu la force de défendre mes convictions comme je le fais presque toujours. J’y suis pas arrivé ce coup-ci … et je sais pas pourquoi.

- Peut-être parce que c’est simplement quelque chose qui te touche profondément. Ce n’est jamais facile d’aborder ce genre de sujet … On le sait toi et moi, non ?

Alcor acquiesça.

- Je suis pas doué pour évoquer ce genre de choses. En général, je dis ce que je pense, comme ça me vient … et je réfléchis pas toujours aux conséquences de mes mots ou de mes actes. On s’est accrochés plus d’une fois à cause de ça si tu t’en rappelles. C’est pas nouveau. C’était exactement la même chose avec Actarus au début quand on a fait connaissance. Et pareil avec Sayaka.

- Tu ne changeras jamais pour ça. C’est juste ta façon d’être. Et comme je l’ai dit à cette fille, je ne te demanderai jamais de changer ton comportement ou tes habitudes pour me faire plaisir. Tu es comme tu es … et c’est très bien comme ça.

Il garda le silence. Il aurait pu se sentir rassuré par ses paroles, mais il ne l’était pas vraiment. Quelque chose d’autre le préoccupait et Phénicia l’avait rapidement compris. Elle prit sa main dans la sienne et la serra très fort.

- Je sais que ça n’a pas été facile pour toi … mais je sais aussi que tu ne me dis pas tout. Il y autre chose qui te gêne. Est-ce que je me trompe ? Réponds-moi, s’il te plaît.

- J’en sais trop rien, à vrai dire. Je …

- Tu peux tout me dire … et tu le sais. C’est vrai qu’il nous arrive encore de nous disputer pour pas grand-chose, juste par jeu ou pour se provoquer l’un l’autre … mais il y a des moments où ça n’est pas pareil. Des moments comme maintenant. Alors dis-moi …

- Tu penses vraiment qu’on a pris la bonne décision ? demanda-t-il en baissant les yeux.

- Qu’est-ce que tu veux dire ?

- Justement je sais pas comment l’expliquer ça. Je ressens tellement de choses en même temps … c’est assez confus comme sensation. Je me sens mal d’avoir laissé tout le monde en plan … mais je veux en même temps qu’on prenne du temps pour nous, juste toi et moi.

- Je comprends. Je ressens un peu la même chose …

- Réfléchis. Qu’est-ce qui se passera si Végalina décide de nous attaquer ? Personne ne pilotera nos appareils. Alcorak et Fossoirak resteront au sol tout comme Vénusiak. Et ça veut dire surtout qu’Actarus devra se battre tout seul et sans aide …

Il poursuivit.

- Je suis parti comme ça sur un coup de tête sans réfléchir aux conséquences que ça pourrait avoir. Et c’est seulement maintenant que je m’en rends compte …

- Tu as raison. On ne peut pas se permettre de laisser mon frère tout seul …

- Dans ce cas …

Le jeune homme ne termina pas sa phrase et donna un grand coup de volant sur sa droite pour faire demi-tour. A peine eut-il terminé sa manœuvre que Phénicia lui demanda, sans raison apparente, de s’arrêter. En dépit de sa cheville douloureuse, elle parvint à descendre de la Jeep et prit appui sur son siège pour se saisir de ses béquilles. Arrivée sur la plage, elle lui adressa un signe de la main.

- Viens voir !

- Qu’est-ce qu’il y a ?

- Tu ne remarques rien ? demanda-t-elle en pointant son index en direction de la presqu’île voisine.

- Non. Je ne vois rien que la mer et quelques rochers … répondit-il d’un air dubitatif.

- Si regarde bien … Tu ne vois pas quelque chose, près du rivage ?

Les yeux plissés, Alcor examina plus attentivement la presqu’île et ses environs.

- En admettant qu’il y ait quelque chose, c’est peut-être une épave ou quelque chose du même genre. Ça doit pas avoir beaucoup d’intérêt … fit-il en haussant les épaules.

- Et moi je te dis que si ! répondit-elle d’un air catégorique. Il faut qu’on sache ce que c’est, Alcor. J’ai le pressentiment que c’est important …

- Bon … si tu le dis. On va y aller … mais je ne crois pas qu’on trouvera quoi que ce soit de spécial.

Les deux jeunes gens reprirent place dans la Jeep et prirent le chemin de la presqu’île. Il n’y avait pas de route, juste un petit chemin étroit parsemé de petites pierres et serpentant entre des amas de rochers et quelques arbres qui n’avaient certainement pas été taillés depuis un bon moment. Alcor s’arrêta quelques instants plus tard et coupa le contact pour ensuite se tourner vers Phénicia.

- Je pense qu’on ferait aussi bien de continuer à pied. On risque d’abîmer la voiture si on continue comme ça.

- Tu as raison, « Alcor chéri ». Et si tu pouvais m’aider, ce ne serait pas plus mal. Je suis fatiguée d’être obligée de me déplacer avec ça, répondit-elle en désignant ses béquilles du doigt.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent à destination. Alcor s’avança au bord de la falaise pour mieux voir ce qui se trouvait une vingtaine de mètres sous ses pieds. Il ne parvenait pas à y croire. Ce n’était pas une épave comme il l’avait supposé au premier abord, mais bien d’un engin spatial à moitié émergé, celui-là même qui avait permis à Eslan et aux membres de son Commando Ruine de se poser sur la Terre pour ensuite partir à la recherche de Lyra. Pour une raison indéterminée, le vaisseau avait quitté les fonds sous-marins de la baie de Lexibourg et avait dérivé pendant plusieurs jours jusqu’à s’abîmer contre la falaise.

Visiblement satisfaite, Phénicia, qui s’était assise sur un rocher quelques mètres derrière lui, le regarda en souriant.

- Alors ? Qui avait raison ?

- Toi, tu ne doutes de rien. Tu es incapable de marcher toute seule et tu trouves quand même le moyen de fanfaronner !

- Je pense que je peux me le permettre ! Qu’est-ce que ça peut être d’après toi ?

- Aucune idée. En tout cas, c’est pas un golgoth ni un antérak. C’est peut-être un vaisseau de transport ou un truc du même genre. Vu sa taille, il est suffisamment grand pour transporter une ou plusieurs navettes …

- … ou un commando de la Division Ruine, ajouta-t-elle.

- Sûrement. Donc ça veut dire qu’il y a forcément des hommes de Véga dans le secteur. Et si c’était le commando qui a essayé de se débarrasser de nous ?

- Tu penses que ce sont eux qui m’ont attaqué l’autre soir ?

- Ça se pourrait bien, oui. Même si on est loin du Centre, cet endroit est tranquille et pas vraiment fréquenté, surtout à cette époque de l’année. En fait, c’est peut-être le coin idéal pour faire débarquer un commando en toute discrétion. Et maintenant que j’y pense …

Alcor s’interrompit pendant quelques instants et observa le transporteur avec attention.

- Tu vois, je suis sûr que c’est l’engin dont on a perdu la trace le soir où on a descendu l’escadrille qui allait attaquer Lexibourg. La ville n’est pas si éloignée d’ici. Une trentaine ou une quarantaine de kilomètres tout au plus …

Phénicia acquiesça. Il avait sûrement raison.

- Il y a autre chose. Regarde la couleur du transporteur. Si on fait pas attention à ce qu’on cherche, on peut très bien passer à côté sans le voir. Tu as bien fait d’insister pour qu’on vienne jusqu’ici, Phénicia. Je crois que je te dois des excuses encore une fois …

- On reparlera de tout ça plus tard. Pour le moment, il faut qu’on prévienne Actarus et les autres.

- Vu. Je m’en occupe … répondit-il en activant l’émetteur contenu dans sa monte. Ici Alcor, j’appelle le Centre. Ici Alcor, est-ce que vous me recevez ?

Pas de réponse. Il réitéra son appel à plusieurs reprises jusqu’à ce que Vénusia lui réponde.

- Vénusia, est-ce que c’est toi ?

- Oui Alcor. Où est-ce que tu es ? Est-ce que Phénicia est avec toi ?

- On est là tous les deux. On vient juste de découvrir un engin de transport véghien dans une petite crique déserte pas très loin de Lexibourg. Je pense que c’est l’engin qui a transporté le commando qui nous a causé tant de misères récemment …

- Je vois. Je vais demander à ce qu’on désactive les sécurités du Centre. Je partirai tout de suite après avec Vénusiak. Je ne serai pas longue.

- Non Vénusia. Ne prends pas de risques inutiles. Le mieux, ce serait que tu demandes à Argoli ou à Cochir de mettre Alcorak et Vénusiak sur télécommande pour qu’on puisse les récupérer ici. Ça prendrait trop de temps pour revenir au Centre par la route …

- D’accord. Soyez prudents surtout … répondit-elle d’une voix hésitante.

Phénicia, qui avait suivi leur échange avec attention avait vite compris, en entendant la voix de la jeune femme, que quelque chose n’allait pas. Elle saisit le poignet d’Alcor et prit la parole à son tour.

- Actarus n’est pas avec vous, c’est ça ? demanda-t-elle.

- Il est parti combattre l’antérak qui s’était écrasé hier dans la vallée. Personne ne sait où il en est. A part la radio, rien ne fonctionne. La seule chose qu’on puisse voir d’ici, c’est un panache de fumée …

- Ne t’inquiète pas, petite sœur. Je suis sûre que tout ira bien. En attendant, reste calme et arrange-toi pour faire décoller nos appareils le plus vite possible.

La communication s’interrompit. Phénicia soupira en repensant à ses dernières paroles avant de jeter à Alcor un regard inquiet.

- J’espère que mon frère va s’en sortir …

- Fais-moi confiance. On ira l’aider dès qu’on aura détruit cet engin.

Actarus était quant à lui toujours aux prises avec le symbiorak d’Ezequios. S’il semblait avoir, pour l’instant, le dessus sur son adversaire, il savait que la partie était loin d’être gagnée. Face à lui, l’ex-responsable du Groupe de Recherches Scientifiques était dans une situation inconfortable. Les coups qu’il avait encaissés l’avaient mis sur la défensive et il n’avait pas encore trouvé le moyen de mettre le prince d’Euphor et sa machine en difficulté. Il lui fallait non seulement se battre contre un homme dont la science du combat était bien supérieure à la sienne, mais aussi contre lui-même : il était à la limite physiquement et la chaleur qui régnait dans le poste de pilotage n’arrangeait rien.

L’engin véghien tenta de se redresser sans y parvenir. Ezequios ferma les yeux et déclencha, par sa seule pensée une attaque aussi soudaine qu’inattendue : les différentes pointes positionnées sur les épaules du symbiorak, qui n’étaient rien d’autre que des missiles à courte portée, quittèrent leur emplacement et explosèrent en touchant leur cible, projetant Goldorak une centaine de mètres plus loin. Actarus réagit aussitôt.

- La brute ! Attends un peu, tu vas voir … « Fulguro-poings !!! »

Les deux armes lancées par Goldorak percutèrent le symbiorak et le firent chuter. Le robot d’Actarus se releva le premier et, après avoir récupéré ses deux poings, lança une nouvelle attaque.

- « Astéro-haches !!! »

Goldorak assembla sa hallebarde et se mit à courir en direction de l’engin véghien. Il prit impulsion sur ses jambes et s’apprêtait à la lancer sur son adversaire lorsque celui-ci expédia deux missiles depuis ses orifices ventraux. Les deux projectiles atteignirent le robot au niveau du torse, lui faisant ainsi lâcher son arme. Le symbiorak poursuivit sur sa lancée et se releva pour ensuite asséner un violent coup de pied sur la tête de la machine d’Actarus. Le casque de ce dernier frappa violemment son tableau de bord sous l’effet du choc.

Plus au nord, Alcorak et Vénusiak, placés en mode automatique, avaient quitté le Centre pour rejoindre leurs pilotes. Tous ceux qui se trouvaient dans la salle des commandes du Centre les avaient vus partir mais certains techniciens, à l’instar de Cochir, ne parvenaient pas à masquer leur inquiétude : ces dispositifs n’avaient pas été utilisés depuis un certain temps et celui monté sur Vénusiak n’avait jamais véritablement donné satisfaction. Si Rigel, visiblement fatigué, s’était assoupi sur l’un des sièges, Sayaka avait quant à elle discrètement quitté la pièce peu avant le départ des deux spacers. Elle pénétra dans le hangar dévolu à Fossoirak et constata que celui-ci, désormais réparé, était prêt à partir.

Sans se poser de question, elle grimpa sur le fuselage et se glissa dans le poste de pilotage, observant attentivement la disposition des commandes. « Je ne pense pas que cet engin sera trop compliqué à piloter. De toute façon, c’est un appareil comme un autre. Et si Phénicia peut le faire, alors je peux le faire aussi … », songea-t-elle. Elle était effectivement loin d’être une néophyte en matière de pilotage puisqu’elle avait déjà fait ses preuves aux commandes des robots Aphrodia A et Dianan A conçus par son père pour assister Mazinger Z dans son combat contre les armées du Dr. Hell. Dans son esprit, un robot était bien plus complexe à manœuvrer et à piloter qu’une machine comme Fossoirak. Elle en avait la certitude.

- Allez, on y va !!! dit-elle en tirant avec conviction le levier placé à sa droite.

Les moteurs se mirent en marche. Le volet roulant protégeant le hangar s’ouvrit et le feu tricolore passa du rouge au jaune, puis au vert. Fossoirak prit son envol avant de disparaître sous les yeux médusés des techniciens présents. Vénusia échangea un bref regard avec Cochir qui en saisit rapidement le sens : Sayaka savait-elle réellement ce qu’elle faisait ? Était-elle consciente du danger ? Réussirait-elle à le piloter comme elle le supposait sans se mettre en danger ? Il n’avait pas de réponse à ces questions.

Le départ de Fossoirak ne passa pas inaperçu puisque Végalina et Erea y assistèrent depuis le salle de réunion située juste au-dessus du poste de commandement de la soucoupe amirale, toujours en orbite au-dessus de la planète bleue. Végalina fut la première à réagir.

- Tu penses que Vénusia est sortie pour aller rejoindre les autres ?

- Peut-être bien. Nous pensions qu’elle était incapable de piloter et elle nous a déjà prouvé le contraire. Nous devons en tenir compte, Végalina.

La jeune femme s’approcha de l’écran panoramique et sélectionna un autre canal. Les images de l’affrontement qui opposait Goldorak au symbiorak d’Ezequios s’affichèrent quelques secondes plus tard. Celui-ci semblait avoir pris l’avantage sur la machine du prince d’Euphor, renversant ainsi une situation qui paraissait compromise.

- Voilà qui est intéressant. Il semble que notre ami Ezequios ait finalement réussi à faire sauter les sécurités pour maîtriser pleinement le symbiorak. Et à juger par ses images, il semble en faire un bon usage …

- Pour l’instant, oui. Attendons de voir comment les choses vont évoluer. De toute façon, je suis sûre qu’Actarus ne restera pas seul bien longtemps. Les Aigles viendront forcément lui prêter main-forte à un moment ou à un autre. Ezequios devra alors se battre non plus contre un homme seul, mais contre toute une escadrille.

- Si nous voulons lui permettre de remporter la victoire, nous devons donc empêcher les Aigles d’intervenir. Et pour y parvenir, nous allons cette fois attaquer la capitale en employant tous les moyens dont nous disposons … si tu vois ce que je veux dire.

- Quand comptes-tu partir ?

- Mon symbiorak est prêt à décoller et je sais que l’antérak dont nous a parlé Thalis est en route. Il est évident qu’il sera rapidement repéré par les radars terriens à commencer par ceux du Centre, mais cela n’aura aucune importance. Nos adversaires devront prendre une décision : aider leur chef de file ou l’empêcher de réduire la ville en cendres …

- Je vois. Je suppose que tu vas les laisser s’épuiser contre l’antérak avant d’attaquer à ton tour ?

- Exactement.

- Très bien. A toi de jouer.

Erea la salua et quitta le poste de commandement pour rejoindre le niveau inférieur en utilisant l’un des ascenseurs translucides qui desservaient chaque étage du vaisseau. Une fois arrivée à destination, elle enfila son casque et réajusta soigneusement sa visière comme elle le faisait toujours. Elle grimpa sur la rampe de lancement et ouvrit la trappe extérieure du transporteur qui lui permettrait de s’installer dans le poste de pilotage de sa machine. En dépit de son étroitesse, elle s’y glissa sans difficulté. Une fois à bord, elle ajusta son siège et baissa les trois interrupteurs placés sur son panneau de commande gauche avant de poser ses mains sur les deux écrans tactiles qui lui permettaient de contrôler le symbiorak.

Quelques secondes après, les moteurs du transporteur vrombirent. S’il ressemblait beaucoup à ses prédécesseurs, il s’agissait d’un modèle entièrement nouveau qui avait fait l’objet de toutes les attentions. Un nouvel alliage avait été employé pour sa conception et même s’il n’était pas armé, il était, selon les membres du G.R.S. suffisamment solide pour résister à toute attaque à l’arme conventionnelle. Le panneau supérieur de la soucoupe amirale s’ouvrit pour lui laisser le libre passage. « Voilà qui est parfait … », dit-elle en serrant ses leviers de commande.

Au même moment, Alcorak et Vénusiak venaient d’arriver à destination. Après avoir survolé la petite crique à basse altitude, les deux spacers avaient fait demi-tour pour se poser quelques mètres plus loin sous les yeux d’Alcor et Phénicia qui échangèrent ensuite un bref regard avant de prendre place à l’intérieur de leurs postes de pilotage respectifs. La jeune fille désactiva immédiatement le pilote automatique et consulta son ordinateur de bord avant de prendre en main ses deux leviers de commande. Elle se tourna ensuite vers Alcor qui était resté à ses côtés.

- Ce n’est que partie remise, « Alcor chéri ». On trouvera d’autres occasions de prendre le temps de penser un peu à nous …

- Je l’espère en tout cas. On en a bien besoin je crois. Allez, en route maintenant.

Alcor sauta depuis le fuselage du spacer et se réceptionna sur le sol rocheux sans problème pour rejoindre ensuite son appareil. Phénicia le regarda partir et actionna les rétrofusées de sa machine qui s’éleva alors lentement dans les airs. Parvenue à une altitude suffisante, elle tira vers elle le levier qui actionnait la post-combustion.

- « Vénusiak … GO !!! »

Le spacer jaune et rouge prit de la vitesse et amorça un long virage à gauche pour revenir sur la crique. Alcor observa attentivement sa manœuvre avant de décoller à son tour.

- « Alcorak … GO !!! »

Les deux Aigles effectuèrent deux passages à basse altitude au-dessus de l’engin véghien afin de déterminer le meilleur angle de tir possible.

- Phénicia, tu es prête ?

- Je suis prête. « Missiles Oméga !!! »

- « Missiles Alpha !!! »

Les deux salves tirées par chaque appareil atteignirent leur objectif. Le vaisseau explosa rapidement et émit un panache de fumée blanc avant de disparaître sous les eaux. Seuls quelques débris épars flottaient désormais à la surface.

- C’est gagné. Maintenant, il ne nous reste plus qu’à rejoindre Actarus pour l’aider à finir ce qu’il a commencé ! En route !

- Je te suis … Hé attends !

- Qu’est-ce qui se passe ? Tu as repéré quelque chose d’anormal ? demanda-t-il, intrigué.

- Regarde ton écran. Je crois qu’on va avoir de la visite. J’ignore ce que c’est mais ça vient sur nous !

- J’ai vu. Si c’est un engin ennemi, prépare-toi à riposter. Si on veut aider Actarus, il faut qu’on s’en débarrasse tout de suite !

Quelques instants plus tard, Fossoirak apparut dans leur champ de vision. Dans leurs postes de pilotage, Alcor et Phénicia eurent tous deux la même réaction : Vénusia était forcément aux commandes et était venue les rejoindre malgré sa grossesse. Le jeune homme réagit le premier, sans se douter de ce qu’il l’attendait.

- Qu’est-ce que tu fais là ? Tu aurais dû rester au Centre au lieu de venir nous rejoindre ici. Pense plutôt à toi et à ton bébé, Vénusia.

- Alcor a raison, petite sœur. Tu devrais …

- Mêle-toi de ce qui te regarde, toi !

Phénicia s’interrompit. Cette voix n’était pas celle de Vénusia et elle n’eut besoin que de quelques secondes pour identifier celle qui se trouvait à bord de son appareil habituel. Sa réaction fut particulièrement virulente.

- Pour qui est-ce que tu te prends ? Tu ne crois pas que tu en as déjà assez fait ? Retourne d’où tu viens … on n’a pas besoin que tu nous causes des soucis supplémentaires !

Le ton qu’elle venait d’employer était clair : Sayaka n’était pas la bienvenue, loin de là. Alcor tenta cependant de calmer le jeu.

- Écoute Sayaka, je pense qu’elle …

- Arrête de la défendre ! le coupa-t-elle sèchement. Si je suis venue jusqu’ici, c’est juste pour t’aider, Alcor. Ce qui peut lui arriver, je m’en fiche !

- Et toi cesse de raconter des idioties ! Si tu es venue pour nous aider à repousser ces monstres tu peux rester … mais si c’est pour autre chose, tu peux faire demi-tour ! cria Phénicia, hors d’elle.

Sayaka ne répondit pas. Elle avait d’autres soucis en tête comme essayer de comprendre les subtilités de pilotage de son appareil pour pouvoir en tirer la quintessence. Contrairement à ce qu’elle avait supposé, ce n’était pas aussi simple que cela. Elle était cependant persuadée de parvenir à ses fins.

- Qu’est-ce qu’on fait maintenant, Alcor ? demanda-t-elle.

- Pour le moment la priorité, c’est de rejoindre Actarus. On ne peut pas le laisser se battre tout seul. Si on est là pour l’aider, ça sera plus facile pour lui.

Sayaka obtempéra silencieusement. Volant désormais en formation, les trois Aigles reprirent la direction du Centre. Ils n’étaient plus qu’à une dizaine de kilomètres lorsque les visages de Cochir et de Vénusia qui se tenait à ses côtés apparurent sur les écrans de contrôle. Alcor fut le premier à réagir.

- Je vous écoute. Qu’est-ce qui se passe ?

- Rien de bon, Alcor. Nous avons capté un écho sur le radar voici quelques instants mais il a brusquement disparu sans laisser la moindre trace. C’est certainement un nouveau cadeau de Végalina. Et c’est forcément Perlépolis qui est visée …

- Tu en es sûr ?

- Ça ne fait aucun doute. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

- Bien reçu. On va s’en occuper. Est-ce que vous avez réussi à contacter Actarus ? Je pense que ce serait bien de le mettre au courant …

- Malheureusement non et ça n’est pas faute d’avoir essayé. Les ondes sont très perturbées autour du Centre. En revanche, les liaisons longue distance fonctionnent parfaitement.

- Écoute Alcor, j’ai une idée. Fais demi-tour et essaie de rejoindre Perlépolis pour arrêter cette chose. De mon côté, je vais aider Actarus. On vous rejoindra dès que possible, intervint Phénicia qui avait semble-t-il retrouvé son calme.

- C’est peut-être la meilleure chose à faire. Si c’est un antérak, j’espère simplement qu’on pourra le retarder suffisamment longtemps Sayaka et moi en attendant votre arrivée.

Alcorak et Fossoirak firent demi-tour et prirent le chemin de la capitale tandis que Vénusiak garda son cap initial pour rejoindre la zone de combat où devait se trouver Actarus.

Celui-ci, toujours à terre, tentait d’éviter les attaques répétées du symbiorak d’Ezequios qui, après avoir échappé aux rayons tirés par les poings de Goldorak, repartit à la charge et se jeta sur lui pour l’immobiliser. Sa main gauche griffue commença à serrer le cou du robot tandis que celle de droite pointa ses doigts en direction du poste de pilotage. Le prince comprit rapidement que son adversaire avait l’intention de lui tirer dessus à bout portant et qu’il avait toutes les chances d’y rester s’il y parvenait. Face à lui, le savant fou jubilait.

- Ta dernière heure a sonné, Goldorak ! Dès que je t’aurai détruit, je pourrai en finir avec Végalina et devenir le maître absolu des forces de Véga ! Plus rien ne m’empêchera ensuite de dominer l’univers tout entier !

- Ne te réjouis pas trop vite. La partie n’est pas encore jouée …

- Oh que si ! Et tu vas mourir !

- Évite de prendre tes désirs pour des réalités … « Clavicogyres !!! »

Les deux faux placées sur les épaules de la machine d’Actarus sectionnèrent immédiatement les deux avant-bras du symbiorak qui se redressa brutalement pour s’écrouler au sol l’instant d’après. Goldorak tendit ses bras devant lui pour lancer une nouvelle attaque.

- « Missiles Bêta !!! »

Les missiles miniatures tirés par les orifices placés sur les poings du robot endommagèrent la tête du monstre véghien, y compris le dôme translucide qui protégeait le poste de pilotage. La vitre blindée commença à se fendiller. Ezequios poussa un hurlement et reçut une violente décharge électrique. Malgré la chaleur, il se pencha en avant et posa ses mains sur les deux écrans de son tableau de bord, espérant ainsi générer assez d’énergie pour contrer son ennemi. Sa tentative échoua puisque le symbiorak fut atteint par deux missiles qui firent sauter plusieurs plaques de blindage. Actarus poussa un soupir de soulagement en apercevant Vénusiak.

- J’arrive à temps on dirait !

- Oui comme tu dis ! Content de te voir, petite sœur ! Alcor n’est pas avec toi ?

- Non. Je t’expliquerai dès qu’on en aura terminé avec cet engin …

- Compris. « Astéro-haches !!! »

Goldorak prit impulsion sur ses jambes et se propulsa en l’air avant de jeter son arme sur le symbiorak agonisant. Celui-ci parvint pourtant à lancer depuis ses orifices ventraux deux missiles qui explosèrent au contact du torse du robot d’Actarus, l’empêchant d’atteindre sa cible. Déséquilibré, celui-ci lâcha sa hallebarde et chuta lourdement. Ezequios réagit aussitôt et précipita sa machine sur lui, bien décidé à jouer sa dernière carte.

D’un geste ferme, il pressa sans se poser la moindre question le bouton noir situé au-bas de son tableau de bord pour déclencher le système d’autodestruction de son appareil. S’il devait mourir, autant qu’il emmenât Goldorak avec lui. La température dans le poste de pilotage se mit à grimper de façon exponentielle. A l’extérieur, le blindage du monstre changea progressivement de couleur jusqu’à devenir incandescent. « Il va se faire sauter et essayer de m’entraîner avec lui ! Je ne peux pas le laisser faire ! ».

- Phénicia, prépare-toi à attaquer dès que je te le dirai !

- Compris. Je n’attends que ton signal.

- Parfait … « Rétro-Laser !!! »

Le rayon multicolore repoussa lentement le symbiorak, devenu incandescent. Pour obtenir un surcroît de puissance, Actarus fit lentement pivoter vers l’extérieur son levier de commande droit tout en conservant ses pieds sur les pédales placées au bas de la cabine de pilotage.

- « Maxi Rétro-Laser !!! »

La poussée du rayon se fit plus insistante. Finalement, l’engin véghien fut projeté à plusieurs mètres de hauteur. Actarus ordonna à cet instant à sa sœur d’attaquer.

- Phénicia, à toi !  Décapite-le et vite !

- Ne te fais pas de souci, grand frère … « Delta-lame !!! »

L’aile delta quitta son support et sectionna avec précision le cou de l’engin véghien qui s’effondra presque aussitôt. Sa tête heurta le sol l’instant d’après et poursuivit sa course en tournant sur elle-même avant de s’arrêter quelques centaines de mètres plus loin. Il était temps d’en finir. Les deux Aigles lancèrent une dernière attaque simultanée.

- « Corno-fulgur !!! »

Le corps du symbiorak explosa, projetant quantité de débris dans toutes les directions.

- « Missiles Oméga !!! »

Ezequios poussa un hurlement de terreur et se protégea instinctivement le visage lorsqu’il vit les deux missiles arriver sur lui. Ce furent là ses derniers instants. La tête du monstre véghien explosa en dégageant un épais panache de fumée : le scientifique déchu avait rendu son dernier soupir.

Du haut de la soucoupe amirale, Végalina ne put réprimer un sourire en voyant exploser le symbiorak. Elle se remémora à cet instant ses dernières paroles vis-à-vis d’Ezequios. « Je ne vous tuerai pas moi-même, « professeur ». Le prince d’Euphor s’en chargera pour moi … », avait-elle dit.

C’était exactement ce qui venait de se passer. Et elle était ravie.




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 11 Nov 2018 - 9:51

Eh ben eh ben… Quel épisode ! Merci Kimi, même si voir disparaître ce "cher" Ezéquios me fait comme un pincement au cœur ; je crains le suivant, je veux dire le personnage qui va le remplacer et qui sera certainement encore plus dément, en tous cas redoutable. Parce que, rassure-moi, tu vas le remplacer, non ?!

Bon ouf, Alcor et Phénicia ont repris leur maîtrise d'eux-mêmes, j'avais vraiment trouvé ahurissant leur précédent départ en laissant Actarus tout seul, tu t'en tires bien !

Bravo cheers
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeLun 12 Nov 2018 - 12:44

Superbe épisode en effet!!! cheers cheers cheers

Sayaka qui entre dans les aigles... cela va chauffer avec Era qui arrive... Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Vivement la suite study study
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeLun 12 Nov 2018 - 16:18

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 3291812460 "Sayaka qui entre dans les Aigles" ??? Nan mais Perosia, tu prends tes désirs pour des réalités ma parole ! Hors de question et elle va voir, cette pimbêche, de quelles bottes je me chausse…

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2390522320 Phénicia on dit "de quel bois je me chauffe"...
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 20 Jan 2019 - 21:47

L'épisode #56 sera prochainement mis en ligne. Il faut juste que le montage "image" soit terminé.

L'épisode #60 marquera la fin du deuxième volume (qui en comptera six en tout) et qui sera également disponible en téléchargement au format PDF.

Naturellement, ceux et celles qui recevront la version "collector" auront droit à tout plein de bonus qui ne seront pas mis en ligne. Les choses suivent leur cours ... donc un peu de patience ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeDim 20 Jan 2019 - 23:22

Oups je me suis demandé si je viendrais à bout de ce Symbiorak de malheur !!! Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2045937091  ;


Merci Kimi !!!! cheers cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeMar 22 Jan 2019 - 22:22

Gurendaizä a écrit:
Oups je me suis demandé si je viendrais à bout de ce Symbiorak de malheur !!!  Wink

=> Rassure-toi, tu vas avoir plein d'autres bestioles du même genre à démolir ... même si le mal peut prendre plusieurs visages !

Gurendaizä a écrit:
Merci Kimi !!!! cheers cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2636677666

=> It's my pleasure ! Wink

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeJeu 24 Jan 2019 - 12:28

kimi_san a écrit:
L'épisode #56 sera prochainement mis en ligne. Il faut juste que le montage "image" soit terminé.

L'épisode #60 marquera la fin du deuxième volume (qui en comptera six en tout) et qui sera également disponible en téléchargement au format PDF.

Naturellement, ceux et celles qui recevront la version "collector" auront droit à tout plein de bonus qui ne seront pas mis en ligne. Les choses suivent leur cours ... donc un peu de patience ! Very Happy

cheers cheers cheers cheers LDDP est de retour I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeJeu 24 Jan 2019 - 20:57

Perosia a écrit:
cheers cheers cheers cheers LDDP est de retour I love you I love you I love you I love you

=> On dirait bien, oui ...


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 4177813809 "On avait bien besoin de ça, tiens ..."

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitimeVen 25 Jan 2019 - 19:31

Mais si bien sûr ! Sinon je serais restée pour l'éternité avec le Symbiorak !!! affraid Wink Wink Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 2045937091

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 26 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 26 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» Les fanfiction.
» Les extraterrestres sont parmi nous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: