Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 31  Suivant
AuteurMessage
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 26 Mar 2018 - 19:33

Pas de grosse surprise pour moi concernant le duel avec Ezequios, puisque je me souvenais parfaitement de ce passage de ton histoire Wink , mais il n'empêche que c'est toujours aussi agréable à lire. Very Happy

Merci Kimi_san et vivement que ce fou passe de vie à trépas, on peut dire qu'il l'aura bien cherché.  Twisted Evil

Very Happy  cheers  Very Happy  cheers
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 27 Mar 2018 - 13:52

Quel combat!!! cheers cheers cheers

Moi qui l'attendais depuis un moment. Je ne suis pas déçue.... Very Happy Very Happy

Et la suite s'annonce intéressante... bounce bounce ou effrayante pour nos amis affraid affraid

Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 2:05

C'est certain en effet ! affraid

D'un autre côté, pendant qu'elle s'est occupée de chercher Ezequios, cela a permis de laisser un peu de répit à nos amis et de pouvoir progresser dans les réparations de Goldorak !

Je me demande si de leur côté Eraska et Cydonia auront pu s'échapper de ce qui reste de la base !

Citation :
- C’est bonne nouvelle. Est-ce que vous avez pu progresser sur la remise en état du réservoir principal ?
- Les choses sont un peu plus compliquées à ce niveau. La structure a été sérieusement endommagée. Nous avions envisagé de remplacer uniquement les segments endommagés au départ, mais il est préférable, vu son état, de tout changer. En revanche, les réservoirs annexes sont réparés et tous les compresseurs ont été remplacés. Il faudra juste refaire le plein et faire quelques tests pour nous assurer que tout fonctionne bien.

Au fait : le plein de quoi ?

Je préfère penser à un plein d'énergie photonique, je n'aime pas trop le goût du carburant! geek Wink Wink Wink lol! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2636677666


_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 11:20

Biniou a écrit:
Ben ben ben... Elle agit efficacement, c'est le moins qu'on puisse dire ! Pauvre Ezéquios, alors qu'on lui doit la vie de notre héros dans les débuts de l'histoire (inoubliable passage !), malgré lui certes mais bon Laughing Et alors la suite, excellent, bravo !

=> Il fallait s'y attendre ! Ezequios a joué gros et il a perdu. Son égo surdimensionné lui a coûté cher ... mais a-t-il vraiment dit son dernier mot ?

Biniou a écrit:
Au fait : le plein de quoi ?

=> Le plein d'énergie photonique, of course ! Very Happy

hikaru a écrit:
Pas de grosse surprise pour moi concernant le duel avec Ezequios, puisque je me souvenais parfaitement de ce passage de ton histoire Wink , mais il n'empêche que c'est toujours aussi agréable à lire. Very Happy

=> Merci pour ce joli compliment ma chère Hikaru !

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san et vivement que ce fou passe de vie à trépas, on peut dire qu'il l'aura bien cherché.  Twisted Evil

=> Ce sont justement leur folie ou leur caractère jusqu'au-boutiste qui rendent certains personnages intéressants. J'avais pensé un peu Ezequios comme le pendant du Dr.Hell dans "Mazinger Z" avant de me dire que je pouvais aller encore plus loin avec lui. Et c'est loin d'être fini, comme tu le sais déjà !

Perosia a écrit:
Quel combat!!!   cheers   cheers  cheers

=> Mais il y en aura d'autres ...

Perosia a écrit:
Moi qui l'attendais depuis un moment. Je ne suis pas déçue.... Very Happy Very Happy


=> Je suis heureux que cet affrontement aussi âpre que vicieux t'ait plu !

Perosia a écrit:
Et la suite s'annonce intéressante... bounce bounce  ou effrayante pour nos amis affraid affraid

=> Réponse avec l'épisode #46 !

Gurendaizä a écrit:
C'est certain en effet ! affraid

=> Si ce n'était pas effrayant ou inquiétant, ce ne serait pas amusant ! Wink

Gurendaizä a écrit:
D'un autre côté, pendant qu'elle s'est occupée de chercher Ezequios, cela a permis de laisser un peu de répit à nos amis et de pouvoir progresser dans les réparations de Goldorak !

=> Absolument parce qu'il y de quoi faire !

Gurendaizä a écrit:
Je me demande si de leur côté Eraska et Cydonia auront pu s'échapper de ce qui reste de la base !

=> Je ne m'attendais pas à ce que tu poses la question ... mais c'est un point du récit que j'ai modifié par rapport à la version d'origine pour une meilleure cohérence, notamment d'un point de vue chronologique. Il te faudra patienter quelques épisodes supplémentaires pour connaitre leur destinée ...

Gurendaizä a écrit:
Je préfère penser à un plein d'énergie photonique, je n'aime pas trop le goût du carburant!

=> Je vois mal Actarus se pointer avec Goldorak dans une station-service (tel James Bond dans "Octopussy") en demandant au pompiste : "Le plein de super !" lol!

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 11:45

kimi_san a écrit:

Gurendaizä a écrit:
Je préfère penser à un plein d'énergie photonique, je n'aime pas trop le goût du carburant!

=> Je vois mal Actarus se pointer avec Goldorak dans une station-service (tel James Bond dans "Octopussy") en demandant au pompiste : "Le plein de super !" lol!

Ben moi je suis pas contre le plein d'essence....et surtout pour laver "sa voiture" (je t'appelle Gurendaiza ?) Embarassed Embarassed

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Cdiaz_10
Source: Cameron Diaz dans 'Bad teacher'

Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 11:50

Bof bof ! Evil or Very Mad Wink Wink Wink Wink lol! lol! lol! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 13:17

Pour éviter les confusions, peut-être utiliser le terme "recharger" ? Le plein ça fait tout de suite "carburant" en effet, pour un novice qui découvre et ne sait pas que Goldo fonctionne à l'énergie photonique. Ce n'est qu'une idée en passant Wink Désolée pour Cameron Diaz hein, je ne la vois pas utiliser un "Karsher" sur une surface pareille ! lol
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 13:28

C'est vrai en revoyant l'épisode 40 à l'âge adulte cela m'a fait drôle d'entendre de la bouche de Procyon "où en sont tes réserves de carburant" et la réponse d'Actarus : "il m'en reste un demi-réservoir" (beurk !  Wink  geek ) alors que l'épisode 11 indiquait qu'il "puisait toute son énergie de la puissance du soleil" sunny sunny sunny (phrases citées de mémoire  Wink )

scratch Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 14:43

Perosia a écrit:
Ben moi je suis pas contre le plein d'essence....et surtout pour laver "sa voiture" (je t'appelle Gurendaiza ?) Embarassed Embarassed

=> No comment. Shocked

Biniou a écrit:
Pour éviter les confusions, peut-être utiliser le terme "recharger" ? Le plein ça fait tout de suite "carburant" en effet, pour un novice qui découvre et ne sait pas que Goldo fonctionne à l'énergie photonique. Ce n'est qu'une idée en passant Wink

=> Bien vu ma chère Biniou. C'est corrigé. cheers

Gurendaizä a écrit:
C'est vrai en revoyant l'épisode 40 à l'âge adulte cela m'a fait drôle d'entendre de la bouche de Procyon "où en sont tes réserves de carburant" et la réponse d'Actarus : "il m'en reste un demi-réservoir" (beurk !  Wink  geek ) alors que l'épisode 11 indiquait qu'il "puisait toute son énergie de la puissance du soleil"  sunny  sunny  sunny   (phrases citées de mémoire  Wink )

=> A peu de choses près, ce sont bien les dialogues de la V.F. ! Bien joué Gurendaizä !

L'épisode #46 arrivera en fin de journée, dès que le montage adéquat sera prêt. Ce sera un épisode riche en sensations fortes ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 15:42

Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2045937091

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 20914310
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 18:05

Kimi_san a écrit:
=> Je vois mal Actarus se pointer avec Goldorak dans une station-service (tel James Bond dans "Octopussy") en demandant au pompiste : "Le plein de super !" lol!

lol! lol! lol!

Kimi_san a écrit:
L'épisode #46 arrivera en fin de journée, dès que le montage adéquat sera prêt. Ce sera un épisode riche en sensations fortes !  Very Happy

Very Happy bounce bounce bounce cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 2 Avr 2018 - 21:31

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 En_tet10

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 046_un10




Le calme régnait dans la salle des commandes du Centre de recherches spatiales. Si tous ses collaborateurs étaient partis se coucher et prendre ainsi un repos bien mérité à l’issue d’une journée de travail particulièrement bien remplie, le professeur Procyon était resté à son poste pour examiner l’ensemble des données enregistrées au cours des dernières quarante-huit heures par les différents équipements de surveillance du Centre. Une fois sa tâche accomplie, il se servit une nouvelle tasse de café, la troisième en l’espace d’une heure, et décida de visionner une nouvelle fois, sous forme de diaporama, l’intégralité des clichés pris la veille par Alcor et Phénicia lors de leur mission de reconnaissance au-dessus du pôle nord. Il les observa avec attention, notant sur son petit carnet tout ce qui lui semblait digne d’intérêt et synthétisa l’ensemble de ces données avant de les soumettre au cérébro-ordinateur.

Il lui fallut finalement se rendre à l’évidence : malgré toutes les informations dont il disposait, il n’avait pas trouvé d’explication logique au raid mené par la Division Ruine contre son ancienne base d’invasion. Pourquoi Végalina et les siens avaient-ils pris la peine de l’attaquer alors qu’elle n’était théoriquement plus utilisable ? Il l’ignorait et ne pouvait s’en remettre qu’aux hypothèses précédemment émises par Actarus et les autres membres de la Patrouille des Aigles. Si, en tant qu’homme de science, il avait pour habitude de se baser sur des faits, son expérience personnelle et les souvenirs des combats précédents lui avaient appris à croire à l’incroyable. Il était cependant une chose dont il était certain : s’ils avaient agi de la sorte, ils ne l’avaient pas fait pour rien.

A la fois perplexe et inquiet, le scientifique se leva de son siège pour regarder le paysage et le ciel étoilé, à travers l’une des vitres blindées. A l’extérieur, tout semblait calme et paisible mais il savait que les apparences étaient parfois trompeuses. Ce calme apparent pouvait très bien cacher quelque chose d’autre. L’évasion de Lyra et l’attaque-éclair qu’elle avait menée contre le ranch du Bouleau blanc l’avaient prouvé. Il ne croyait pas si bien dire.

En effet, à quelques kilomètres de là, les deux membres du Commando Ruine qui avaient pour mission de retrouver Eslan venaient enfin d’arriver dans le Bois Ouest. Selon les données dont ils disposaient, celui-ci devait se trouver quelque part dans ce secteur. Leur trajet n’avait pas été de tout repos et il s’était révélé bien plus long que prévu. Ce retard pouvait s’expliquer très facilement. Bien qu’ayant suivi la même route que celle précédemment empruntée par Eslan et les autres membres du Commando Ruine, ils commirent l’erreur de rester trop longtemps sous l’eau pour ne pas se faire repérer, ce qui eut pour effet d’endommager sévèrement les moteurs et le dispositif « anti-scratch » de leur appareil. Ils réduisirent donc l’allure et décidèrent de se poser dans une petite crique déserte et loin de toute habitation pour poursuivre leur route à pied.

Une fois sur place, ils se mirent immédiatement en quête de leur officier supérieur. Il leur fallait cependant agir avec prudence. Après tout, ils n’étaient qu’à une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau du Centre et celui-ci était suffisamment bien équipé pour retrouver leur trace. Explorant méthodiquement la zone en utilisant les équipements légers fournis par le Groupe de Recherches Scientifique, ils finirent non seulement par retrouver les trois autres navettes « Mark II », mais aussi et surtout le corps inerte d’Eslan, gisant sur le ventre au pied de son engin. Il avait les yeux clos et respirait avec difficulté.

- Le voilà … fit le premier soldat en le désignant du doigt.

- Bien. J’espère seulement que nous ne sommes pas arrivés trop tard, répondit le second en grimaçant.

Les deux soldats se hâtèrent dans sa direction. Le premier s’agenouilla près de lui tandis que le second, resté debout, se saisit de son arme et observa attentivement les alentours. Il ne parvenait pas à l’expliquer, mais il avait l’étrange impression d’être observé.

Un peu plus loin, Alcor et Phénicia venaient de quitter le ranch du Bouleau blanc pour retourner au Centre au guidon de leurs motos respectives. Cette journée s’était déroulée sous le signe de la détente : ils avaient déjeuné en compagnie de Rigel et Mizar et avaient tous ensemble fait une petite sortie à cheval. Suite à cette promenade des plus agréables, ils avaient pris temporairement congé pour se trouver un petit coin tranquille pour se détendre et oublier, pendant quelques heures du moins, ce conflit qu’ils devaient malgré eux mener.

Ils s’étaient montrés particulièrement attentionnés l’un envers l’autre, profitant intensément de ces instants si précieux à leurs yeux. Leur complicité, faites de sourires, de clins d’œil complices, d’éclats de rire et de moqueries en tout genre, était évidente … mais leur tempérament fougueux et bagarreur avait fini par reprendre le dessus. Cette fois encore, c’était à celui qui arriverait au Centre le premier. A ce petit jeu, c’était souvent Phénicia qui avait le dernier mot … mais Alcor n’avait nullement l’intention de se laisser faire. Il l’emporterait. Il en avait la certitude.

Cette certitude fut cependant rapidement mise à mal puisqu’elle avait pris les devants dès le début en le laissant à bonne distance. Visiblement, il n’arrivait pas à tenir le rythme qu’elle lui imposait et cela ne lui plaisait qu’à moitié. Phénicia l’avait vite compris et ne s’était pas privée de lui adresser quelques petites « piques » bien senties …

- Alors, c’est tout ce que tu sais faire ?

- Je serais déjà arrivé au Centre depuis longtemps si ma moto marchait aussi bien que la tienne ! Il faudra que je pense à faire quelques réglages dès que j’aurai un moment …

- Si tu veux mon avis, il n’y a pas que la moto qui aurait besoin d’un réglage, répondit-elle en riant.

- Hé ! Qu’est-ce que tu insinues ? demanda-t-il, piqué au vif par cette remarque.

- Que tu devrais essayer d’appuyer un peu plus fort sur l’accélérateur, « mon cher Alcor » !

Phénicia insista particulièrement en prononçant ces mots. Elle savait pertinemment qu’il détestait qu’elle l’appelle de cette façon et c’était pour elle une façon de le faire réagir.

- Si tu crois que tu vas t’en tirer comme ça, tu te trompes !

- Alors, essaie de me rattraper si tu peux !

Il la regarda une nouvelle fois en grimaçant et parvint, moyennant quelques trajectoires fort  peu académiques, à revenir dans ses roues. Il n’avait pourtant aucun mérite puisqu’elle avait délibérément réduit l’allure pour lui permettre de la rejoindre.

- Alors, t’as vu le travail ? dit-il, visiblement fier de sa prestation.

- Oui j’ai vu … répondit-elle d’un air moqueur.  Maintenant, c’est à mon tour de te …

Phénicia n’eut pas le temps de terminer sa phrase. Pour une raison inconnue, l’avant de sa moto se déroba brutalement. Incapable d’en reprendre le contrôle, elle quitta la route pour finalement terminer sa course sur le bas-côté. Impuissant, il ne put que constater l’étendue des dégâts : elle avait été éjectée et gisait, inconsciente, près des restes de sa machine.

- Phénicia, j’arrive !

Le jeune homme s’arrêta en catastrophe quelques mètres plus loin et descendit de sa moto sans couper le contact pour la rejoindre. Il posa un genou à terre et la prit dans ses bras, non sans remarquer, malgré l’obscurité, la présence d’une tâche sombre sur ses vêtements. Alcor comprit rapidement ce que cela signifiait : sa blessure s’était rouverte sous le choc et elle saignait à présent abondamment. « Pas de temps à perdre, il faut que je fasse vite ! Pourvu que j’arrive à contacter le Centre … », dit-il en activant l’émetteur contenu dans sa montre.

- J’appelle le Centre ! Ici Alcor ! Si quelqu’un m’entend, venez m’aider !

- Ici Procyon. Qu’est-ce qui se passe, Alcor ?

- Phénicia vient d’avoir un accident ! On était sur le point de vous rejoindre quand elle a perdu le contrôle de sa moto ! Elle est blessée et elle a perdu connaissance. Je …

- Calme-toi, Alcor. Nous arrivons.

La communication s’interrompit. Alcor regarda sa montre et grimaça, incapable de masquer son impuissance. « Que je me calme … Comme si c’était possible ! » maugréa-t-il.

Son regard se posa sur le visage de Phénicia, toujours inconsciente. « Allez … réponds-moi je t’en prie … », supplia-t-il. Quelques secondes plus tard, elle finit par ouvrir les yeux. Alcor poussa un soupir de soulagement : ses prières avaient été entendues.

- Alcor …

- Reste tranquille, Phénicia. Ne bouge pas …fit-il d’un ton rassurant.

- Qu’est-ce qui … qu’est-ce qui s’est passé ?

- On en reparlera plus tard. Pour l’instant, il faut qu’on s’occupe de toi. J’ai déjà prévenu le professeur. Il devrait bientôt arriver.

Visiblement perdue, désorientée, elle se redressa difficilement et posa la main sur son épaule blessée.  Elle tenta ensuite de se relever avec l’aide d’Alcor mais y renonça rapidement dès qu’elle prit appui sur son pied gauche. Quelques minutes plus tard, Procyon et Antarès arrivèrent à bord de la navette. Soulagé, le jeune homme se releva et se dirigea vers eux en portant la jeune fille dans ses bras. Il la déposa sur le brancard rangé à l’arrière du véhicule en prenant de multiples précautions pour ne pas lui faire mal et lui adressa un regard qui se voulait rassurant.

- Qu’est-ce que j’ai fait comme bêtise, Alcor ?…

- Ça n’a aucune importance. La seule chose qui compte vraiment, c’est de soigner cette fichue blessure. Le professeur va t’examiner dès qu’on sera rentrés. Ne t’en fais pas, je resterai près de toi.

Phénicia acquiesça. Alcor prit sa main dans la sienne et fit un geste de la tête en direction de Procyon. Celui-ci referma soigneusement la porte arrière de la navette et reprit place sur le siège passager. Antarès démarra quelques instants plus tard pour prendre la direction du Centre. La navette franchit le portique marquant l’entrée du complexe et s’arrêta devant le bâtiment principal. Tous descendirent du véhicule et prirent la direction du bloc médical, à l’exception du technicien qui les quitta pour reprendre son poste.

Procyon nettoya et désinfecta soigneusement la blessure et administra à la jeune fille un traitement contre la douleur. Il lui fit également passer des radios pour s’assurer qu’elle n’arrivait rien de cassé et procéda également à d’autres examens « de routine ». Une fois sa tâche accomplie, il se tourna vers elle, visiblement rassuré.

- Je crois que tu as eu de la chance de t’en tirer à si bon compte, Phénicia. Tu ne souffres que d’une entorse à la cheville. Je n’ai décelé aucune déchirure ligamentaire. Je vais te prescrire des anti-inflammatoires pour calmer la douleur et il te faudra porter une attelle pendant quelques temps.

- Et pour son épaule, professeur ? demanda Alcor avec inquiétude.

- Sa blessure s’est rouverte à cause du choc comme tu as plu le constater. Heureusement, elle n’a pas perdu trop de sang. Le traitement que nous lui avons administré devrait faire effet dans les prochaines heures. Nous devrons toutefois surveiller cela avec attention.

- Merci d’avoir fait aussi vite, professeur … fit Phénicia, reconnaissante.

- C’est plutôt Alcor qu’il te faut remercier. C’est lui qui nous a prévenus.

- Merci … « Alcor chéri », dit-elle en l’embrassant sur la joue.

- J’ai fait ce que tout le monde aurait fait, tu sais. Si tu te sens mieux, est-ce que tu penses pouvoir nous raconter ce qui s’est passé ?

- Je n’en ai aucune idée. Je contrôlais ma moto sans problème … et j’ai perdu l’avant d’un seul coup sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour la reprendre en main … dit-elle à voix basse tout en baissant les yeux.

- C’est peut-être une casse mécanique, alors … observa Alcor, songeur.

- Je n’en suis pas sûre. C’est peut-être autre chose.

- Qu’est-ce que tu veux dire, Phénicia ? demanda Procyon, intrigué.

- Je ne sais pas comment je pourrais le décrire, mais il m’a semblé entendre un bruit quelques instants avant que je ne quitte la route. C’était comme une détonation …

Procyon et Alcor échangèrent un regard bref : c’était peut-être un début de piste. Phénicia baissa les yeux une nouvelle fois.

- J’aurais dû faire plus attention. Si ça se trouve, ça n’est peut-être qu’un simple accident ou une casse mécanique comme tu l’as supposé, Alcor. Et je ne fais que me chercher des excuses …

- Ne te rends pas malade pour ça. Pour l’instant, il faut que tu te reposes. On reparlera de tout ça demain matin.

- C’est peut-être ce que j’ai de mieux à faire. Je vais suivre ton conseil, répondit-elle en essayant vainement de sourire.

Procyon quitta le bloc médical quelques instants plus tard, les laissant seuls. Alcor prit sa main dans la sienne et la regarda avec attention.

- Plus j’y pense et plus je suis sûr que tu as raison, Phénicia.

- A propos de quoi ?

- Le bruit que tu as entendu avant l’accident. J’ai pas bien vu ce qui t’est arrivé, mais vu la façon dont tu as perdu le contrôle …

- Tu penses que ce n’est pas un accident ? demanda-t-elle en lui coupant la parole.

- Je crois qu’on y verra plus clair quand on ira chercher ce qui reste de ta moto demain matin. En attendant, je t’emmène jusqu’à ta chambre. Rassure-toi, tu ne resteras pas toute seule cette nuit. Je serai là en cas de besoin … si tu le souhaites.

Il lui sourit et la prit dans ses bras avant de quitter la pièce pour emprunter les deux couloirs qui donnaient sur les chambres. Arrivé devant la porte de sa chambre, il réussit à l’ouvrir, non sans mal, et déposa soigneusement la jeune fille sur son lit. Il fit ensuite demi-tour et ouvrit la penderie avant de lui tendre une chemise de nuit beige et blanche ornée d’un petit nœud de la même couleur. Soucieux de préserver son intimité, il se retourna pendant quelques minutes pour lui laisser le temps de l’enfiler. Il la recouvrit ensuite d’un drap fin et d’une couverture avant de prendre une chaise pour s’installer son chevet. Elle le regarda avec tendresse, conquise par tant d’attention.

- Tu ferais bien d’aller te reposer toi aussi. Ne t’inquiète pas pour moi, ça ira.

- Oh ça non ! Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement ! répondit-il.

Tous deux se regardèrent en silence durant quelques instants avant d’éclater de rire. La jeune fille se redressa et l’embrassa ensuite sur la joue.

- C’est gentil de rester près de moi. Ça me touche beaucoup, tu sais …

- Je t’ai dit que je ne devais plus penser qu’à moi maintenant. Tout ce qui te concerne me concerne … et ma place est ici, avec toi.

- Merci « Alcor chéri » ! Tu es adorable !

- Ça je sais ! répondit-il en lui adressant un clin d’œil. Laisse-moi juste deux minutes, il faut que je vérifie quelque chose. Je pense pas en avoir pour très longtemps.

- D’accord.

Alcor s’éclipsa pour rejoindre la salle de commandes et s’entretenir avec Procyon. Lorsqu’il y pénétra, il constata qu’il était le seul à l’intérieur. L’équipe de nuit n’était pas encore arrivée.

- Professeur ?

- Oui qu’y a-t-il, Alcor ?

- Je repensais à ce que Phénicia nous a dit tout à l’heure. Au sujet du bruit qu’elle croit avoir entendu avant son accident.

- Tu as quelque chose en tête ?

- Je suis persuadé qu’elle a raison. Elle ne l’a pas inventé. On emprunte régulièrement cette route et elle ne présente aucune difficulté particulière. Je la vois mal faire une faute de pilotage … et je suis sûr que ça n’est pas une casse mécanique comme je l’ai pensé au début. Non, c’est autre chose …

- Tu penses donc que son accident n’en est pas un ? Qu’il a été provoqué par quelque chose d’autre ?

- Exactement. Par quelque chose … ou par quelqu’un. Nous sommes pratiquement les seuls à utiliser cette route pour nous rendre au ranch ou pour en revenir …

- Hmm. Je vois. La possibilité d’une embuscade n’est pas à exclure. Surtout si on fait le rapprochement avec l’attaque du ranch.

- Donc, il y a forcément quelqu’un appartenant aux forces de Véga qui rôde quelque part dans les environs. Et je suis presque sûr que c’est Lyra.

- Tu as sans doute raison. Et ce qui vient d’arriver m’amène à réviser mon jugement.

- Comment ça ?

- Nous pensions que Vénusia et son bébé constituaient leur objectif prioritaire. Seulement, ce qui vient de se passer prouve que nous sommes tous menacés. Ce soir, c’est Phénicia qui était visée. Et je suis persuadé que toi ou Actarus serez, à un moment ou à autre, leur prochaine cible.

Procyon reprit son raisonnement.

- Sans doute veulent-ils jouer sur deux tableaux à la fois. S’ils ne parviennent pas à vous éliminer au combat, peut-être espèrent-ils y arriver en utilisant d’autres moyens. Il peut très bien s’agir de Lyra … mais il peut tout aussi bien s’agir d’un commando semblable à celui qui a réussi à entrer dans le Centre pour s’emparer de Vénusia …

- De toute façon ça ne change rien. Si celui ou ceux qui ont fait le coup sont encore dans les parages, je les trouverai, quitte à ce que j’y passe toute la nuit.

- Attends une minute. Nous ne devons en aucun cas agir à la légère. Devant ce nouveau problème, nous devons coordonner nos efforts et ne pas agir de façon dispersée.

- Ça m’est égal ! Je veux en finir dès maintenant ! Pas question de laisser passer ce qu’ils ont fait à Phénicia !

Il fit demi-tour pour quitter la pièce, mais s’arrêta dès qu’il entendit la voix de Procyon. Le jeune homme se retourna et le vit s’approcher.

- Écoute-moi, Alcor. Je sais que tu as du mal à accepter cette situation, mais si tu te laisses emporter par tes émotions et ta soif de vengeance, tu risques de te faire tuer toi aussi.

- Je le sais bien … mais je ne peux pas rester là à ne rien faire !

- Je comprends ce que tu ressens. Seulement, si tu décides d’agir seul, tu ne feras que leur faciliter la tâche. Je pense que Végalina et les siens ont appris à vous connaitre depuis que cette guerre a commencé. Et selon moi, elle est peut-être capable d’anticiper vos réactions. Sa connaissance de la psychologie humaine est une arme redoutable, ne l’oublie pas.

Alcor ferma les yeux et serra les poings. Il devait se rendre à l’évidence : Procyon avait raison. Celui-ci poursuivit.

- Je ne dis pas cela pour te contrarier mais pour te protéger, dit-il en lui posant la main sur l’épaule. La meilleure chose que tu puisses faire à l’heure actuelle, c’est d’aller te reposer ou de veiller sur Phénicia. Je pense que ta présence lui sera très profitable.

Il baissa la tête, songeant à leurs derniers échanges. Il ne devait plus penser qu’à lui. S’il était parti seul, dans la nuit, à la recherche du ou des responsables de l’accident de son amie, il aurait manqué à sa parole.

- Vous avez raison, professeur. Je ne dois pas la laisser toute seule. Pas après ce qui vient de se passer.

Le scientifique acquiesça. Alcor soupira et se dirigea vers la double-porte automatique avant de se retourner une dernière fois pour lui poser une ultime question.

- Je pense qu’on ferait bien de mettre aussi Actarus et Vénusia au courant. Vous savez où ils sont ?

- Vénusia est dans sa chambre et elle doit sûrement dormir à l’heure qu’il est. Quant à Actarus, je ne l’ai pas vu depuis un moment. Il est parti en début de soirée sans me dire où il allait. Je vais essayer de l’appeler sur sa fréquence personnelle. De toute façon, nous reparlerons de tout cela tous ensemble demain matin.

- Je suis d’accord. A demain, professeur.

Procyon revint sur ses pas et prit appui sur son pupitre de commande, regardant de nouveau à travers la vitre blindée. Il ferma brièvement les yeux pendant quelques secondes et hocha la tête de dépit. Cet ennemi invisible qui pouvait se manifester à chaque instant était tout aussi dangereux que Végalina elle-même. Le retrouver, puis le mettre hors d’état de nuire ne serait pas une mince affaire et il le savait. « Mon Dieu. A quoi devons-nous nous attendre, à présent ? … », s’interrogea-t-il à voix basse.

De son côté, le prince d’Euphor était bien loin de se douter de la gravité de la situation. Il avait en effet quitté le Centre en début de soirée avec son buggy et avait roulé un long moment sans but précis avant de trouver ce qu’il cherchait : un petit endroit tranquille où il pourrait rester seul et prendre ainsi le temps de réfléchir à l’avenir. A son avenir.

Adossé à un arbre, il regardait le ciel étoilé. Quelques notes s’échappèrent quelques instants plus tard de sa guitare. Les cordes de son instrument vibraient sous ses doigts. Cela faisait longtemps qu’il n’en avait pas joué et, bien que plusieurs mois se fussent écoulés depuis son départ pour Euphor, il n’avait rien oublié : ni la façon de s’en servir, ni cette mélodie qu’il avait l’habitude de jouer, cette « complainte d’un lointain pays » comme il l’avait parfois décrite.

Cet air mélancolique lui fit songer à Euphor, la terre qui l’avait vu naître et qui revenait lentement à la vie. Ceux qui avaient réchappé aux massacres perpétrés par la Division Ruine poursuivaient avec l’aide d’hommes et de femmes de bonne volonté issus de la planète Ruby (et peut-être d’ailleurs) qu’il avait entrepris avec Phénicia. Il y serait resté si le destin ne l’avait pas conduit à livrer bataille pour protéger la Terre, cette planète qui était devenue sa seconde patrie. Comme il l’avait précédemment confié à Mizar, il avait des responsabilités vis-à-vis de ceux qui croyaient en lui et il les assumerait comme il l’avait toujours fait.

Son sens du devoir se heurtait cependant à ce que son cœur lui dictait. Il lui fallait y revenir pour retrouver ceux et celles qui lui étaient chers et qui constituaient sa seconde famille. Elle ne remplacerait jamais la première, mais il avait trouvé ici, parmi eux, l’affection qui lui avait tant manqué pendant toutes ces années. S’il n’avait pas apprécié ces instants à leur juste valeur à l’époque puisqu’il lui fallait impérativement les protéger contre l’envahisseur véghien, il comptait bien à présent rattraper le temps perdu.

Il continuait à jouer, essayant d’oublier comme il le pouvait ce conflit qui risquait de durer encore pendant un bon moment. Il s’arrêta et déposa soigneusement son instrument sur l’herbe légèrement humide et regarda la lune d’un air songeur. Il n’avait rien oublié de ces moments où elle prenait une teinte rougeâtre, signe imminent d’une attaque des forces de Véga. Il n’avait cependant rien constaté de tel depuis son retour. Il baissa la tête en soupirant, mais se reprit bien vite en entendant un bruit qu’il ne parvint pas à identifier tout de suite. Il allait se relever pour en trouver l’origine lorsqu’il entendit une voix familière.

- Continue à jouer, s’il te plaît. Cela fait si longtemps que je n’avais pas l’occasion d’entendre cette musique …

A sa grande surprise, Vénusia était venue le rejoindre. Il existait bien des endroits où il aurait pu rester seul à jouer de son instrument … mais maintenant elle était là. Cette fois encore, elle ne s’était guère montrée raisonnable en venant le retrouver ici en pleine nuit et dans son état qui plus est. Elle avait emprunté une Jeep et avait quitté le Centre en toute discrétion, suivant le signal émis par le buggy d’Actarus pour le rejoindre.

Il l’aurait bien sermonnée, mais il savait que cela ne servirait à rien. Elle tenait bien trop à lui pour rester toute seule dans son coin à l’attendre. Elle ne se sentait heureuse qu’en sa présence. Elle le lui avait dit. Son regard pétillait et le sourire qu’elle lui adressa en étaient la plus parfaite illustration. Elle fit quelques pas et s’allongea à ses côtés, les mains derrière la tête et regarda le ciel. Il reprit sa guitare et continua à jouer. Pour elle.

Après un ultime accord, il posa son instrument contre l’arbre voisin et regarda sa compagne avec affection. Elle en fit autant et, lentement, vint se blottir dans ses bras. Elle posa sa tête sur épaule et ferma les yeux, profitant intensément de ces instants.

- C’est le genre de moments auquel je ne cessais de rêver lorsque je m’endormais dans ma chambre, à l’université …

- Ce sont également des instants auxquels il m’est arrivé de penser sur Euphor, lorsque j’avais l’occasion d’être seul …

- Ce n’est plus un rêve, maintenant. Parce qu’à présent, je les vis … « pour de vrai … »

- Si tes rêves deviennent réalité, sache que je ferai de mon mieux pour qu’il en soit toujours ainsi, Vénusia …

- Je ne peux pas expliquer ce que je ressens en ce moment. Lorsque nous avons combattu les forces de Véga pour la première fois, j’ai essayé tant bien que mal de mettre de côté ce que je ressentais non seulement pour vous tous, mais surtout pour toi, Actarus. Je savais, s’ils venaient à l’apprendre, qu’ils pourraient s’en servir contre toi …

- Tu comprends maintenant ce que j’ai ressenti lorsque tu t’es jointe à nous. La peur de te perdre était une faiblesse que je ne voulais en aucun cas exposer, de peur que ces monstres n’en profitent …

- Je n’en suis plus capable, maintenant. Je ne peux plus garder tout ça en moi. Tu sais, j’ai l’impression que cette Vénusia-là est si loin …

- C’est peut-être aussi bien comme cela. Même si tu fais toujours partie de la Patrouille des Aigles, ta place n’est plus aux commandes de ton appareil à présent.

- J’ai parfois l’impression que tu me traites comme une gamine … et je me rends compte après que tu ne cherches qu’à me protéger. Je me sens idiote quand ça arrive …

- Nous devons tous faire face à des situations inattendues et les réactions que nous pouvons avoir ne sont pas toujours les meilleures. Alors, cesse de t’inquiéter inutilement.

- Tu as raison … comme toujours.

Vénusia se redressa et lui fit face sans se départir de son sourire. Si elle paraissait sereine, il était loin d’être dans ce cas. Son esprit était assailli par une foule d’émotions aussi intenses que contradictoires. Lui, d’habitude si sûr de ses choix, sachant exactement (ou presque) comment et quand agir, semblait quelque peu perdu, ce qu’elle ne manqua pas de lui faire remarquer.

- Qu’est-ce que tu as ?

- Oh rien. Rien du tout, ne t’inquiète pas.

- Tu en es sûr ?

- Oui. Je vais juste te demander une chose.

- Laquelle ? demanda-t-elle.

- Ferme les yeux et ne les ouvre que lorsque je te le dirai, tu veux bien ?

Elle ferma les yeux tout en se demandant ce qui l’attendait. Prenant son courage à deux mains, le prince sortit de sa poche gauche un écrin dont la teinte bleue et verte rappelait celle de son médaillon. Il le déposa délicatement dans la main de la jeune femme. Un frisson la parcourut.

- Tu peux les ouvrir maintenant … fit-il en souriant.

- Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle, intriguée.

- Tu n’as qu’à le découvrir par toi-même …

Elle conserva précieusement l’écrin dans la paume de sa main droite et détacha avec douceur la petite chaîne en or qui le maintenait fermé. Son visage s’illumina lorsqu’elle l’ouvrit : au milieu du présentoir en velours rouge se trouvait une bague en argent, ornée en son centre d’un blason circulaire incrusté de perles de couleur mauve au centre duquel apparaissait le symbole de la royauté d’Euphor.

Visiblement émue, elle la contempla silencieusement pendant plusieurs minutes sans chercher à retenir ses larmes. C’était bien la dernière chose à laquelle elle s’attendait. Elle releva la tête et se tourna vers Actarus qui n’avait pas manqué le moindre instant de la scène et qui essayait tant bien que mal de rester maître de ses émotions.

- Actarus … est-ce que c’est bien ce que je crois ?

- Oui. Pour tout te dire, je n’étais pas sûr de trouver le bon endroit ou le bon moment pour t’offrir ce présent. C’est justement pour y réfléchir que je suis venu jusqu’ici …

Il reprit sa respiration et poursuivit.

- Comme tu le sais, il me faudra repartir pour Euphor lorsque cette guerre sordide sera terminée et …

- Je n’ai pas changé d’avis, Actarus. Je te suivrai, moi et notre enfant. Notre place est avec toi et pas ailleurs.

- Cette bague est, tout comme le médaillon que j’ai remis à Phénicia peu avant notre départ pour Euphor, présente dans notre famille depuis des générations. Ce sont là les derniers présents que nos parents nous ont confié avant que …

- Si c’est trop pénible, ne dis rien de plus. Je comprendrai tu sais, dit-elle en prenant sa main dans la sienne.

- Je le sais … mais laisse-moi terminer si tu veux bien. Ce que je veux te dire, c’est que ce bijou symbolise non seulement la royauté d’Euphor, mais aussi l’amour que je te porte. Et j’espère que …

- Tu n’as pas besoin de me le demander, Actarus. Je la porterai toujours. De cette façon, tu seras toujours près de moi … et tu ne me quitteras jamais.

Il ôta la bague de son présentoir et la passa délicatement avec une infinie douceur au doigt de la jeune femme, fortement émue. De fines larmes coulèrent sur ses joues rougies. Des larmes de joie.

- Tu peux considérer cela comme une demande en mariage, Vénusia. Je ne sais pas si je m’y suis pris de la meilleure façon qui soit.

- Je me moque de la façon dont tu t’y es pris. Je ne sais plus que dire. Je ne cesse d’aller de surprise en surprise. C’est un rêve, Actarus. C’est un rêve. Je n’ai pas d’autres mots …

- Tu te souviens de ce dont nous avons parlé il y a quelques temps ? Tu disais que tu n’aurais jamais la grâce d’une princesse, fût-elle d’un autre monde ?

- Je m’en souviens, oui …

- Je t’avais dit que tu avais tort. Si je peux désormais t’appeler Vénusia, princesse d’Euphor, cela ne voudra strictement rien dire puisque tu l’es déjà dans mon cœur depuis longtemps. Rien n’est et ne sera plus important que cela …

- Je pourrais en dire autant, Actarus. Que tu sois prince ou pas ne change et ne changera jamais rien à l’amour que je te porte. Sois-en certain …

Elle regarda la bague de nouveau avant de poser les yeux sur son bien-aimé. Elle se rapprocha lentement et effleura sa joue du bout des doigts avant de poser ses lèvres sur les siennes. Ils s’embrassèrent longuement comme pour sceller cette future union qui marquerait, comme l’enfant à venir, la véritable renaissance de la famille royale d’Euphor.




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 6:26

Quelle belle fin romantique ! Merci Kimi ! J'espère juste que Lyra n'est pas aux aguets, prête à mettre un terme sanglant à ce beau moment... Mais non, tu as en fais en sorte qu'elle soit ailleurs, j'en suis sûre Wink En tous cas elle ou d'autres ont loupé leur coup, un peu plus tôt, ouf aussi !
Au fait : pour sceller cette union sous le ciel étoilé, non... je ne dis rien Wink Juste merci !
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 15:25

Voici mes commentaires...je me suis défoulée, désolée. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait une analyse complète...et comme j'ai terminé le cycle1, cela fait du bien... lol!

Kimi a écrit:
Il était cependant une chose dont il était certain : s’ils avaient agi de la sorte, ils ne l’avaient pas fait pour rien.
En effet. Venant de la part de Véga, j’appelle cela une ‘palissade’  Laughing

Kimi a écrit:
ils commirent l’erreur de rester trop longtemps sous l’eau pour ne pas se faire repérer, ce qui eut pour effet d’endommager sévèrement les moteurs et le dispositif « anti-scratch » de leur appareil.
Elle a une sacré bonne étoile avec elle, Miss Lyra.  sunny

Kimi a écrit:
Centre et celui-ci était suffisamment bien équipé pour retrouver leur trace.
Comment ? Je ne me souviens pas avoir lu quoi que ce soit à ce sujet ? Mais avec l’âge… Sleep

Kimi a écrit:
Il avait les yeux clos et respirait avec difficulté.
Ah c’est bien de nous le garder vivant ! Plein de possibilité s’ouvrent… bounce  bounce

Kimi a écrit:
mais il avait l’étrange impression d’être observé.
Quand va-t-elle de nouveau agir ?  scratch  pale

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 507332864 Jamais ! Je tiens à ma fille !

Kimi a écrit:
Alcor n’avait nullement l’intention de se laisser faire. Il l’emporterait. Il en avait la certitude.
C’est beau la foi…masculine (euh non, je ne suis pas féministe….vas-y Phénicia)  lol!

Kimi a écrit:
Il n’avait pourtant aucun mérite puisqu’elle avait délibérément réduit l’allure pour lui permettre de la rejoindre.
C’est pas gentil pour lui de nous dire cela Kimi…et la solidarité entre mecs t’en fait quoi ?  Razz  Razz

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 3352874800 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2593917539   C'est vrai...enfin Kimi !!

Kimi a écrit:
Pour une raison inconnue, l’avant de sa moto se déroba brutalement.
Qu’est-ce que j’ai fait comme bêtise, Alcor ?…
Est-ce vraiment un accident ? ou une erreur humaine ?  Suspect  Suspect

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 3291812460 Je suis une motarde hors pair...

Kimi a écrit:
C’était comme une détonation …
- Je crois qu’on y verra plus clair quand on ira chercher ce qui reste de ta moto demain matin
Ah, je ne suis pas la seule à avoir des doutes… bounce

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2449550244 Je leur ferai la peau à ces mécréants !

Kimi a écrit:
Il peut très bien s’agir de Lyra … mais il peut tout aussi bien s’agir d’un commando semblable à celui qui a réussi à entrer dans le Centre pour s’emparer de Vénusia …
Bien raisonné, cher professeur.

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2526988808 Merci

Kimi a écrit:
Si celui ou ceux qui ont fait le coup sont encore dans les parages, je les trouverai, quitte à ce que j’y passe toute la nuit.
Toujours aussi impulsif….et calmé ensuite par Procyon….très bien.

Je ne ferai aucun commentaire sur la partie romantique, notre cher Biniou s’en est très bien chargée.

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 517954911 Oh oui…

Un chapitre en douceur après la bataille qui tenait en haleine….Bravo Kimi  cheers  cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 16:42

Biniou a écrit:
Quelle belle fin romantique ! Merci Kimi !

Perosia a écrit:
Je ne ferai aucun commentaire sur la partie romantique, notre cher Biniou s’en est très bien chargée.

=> Un peu de romantisme n'a jamais fait de mal à personne ! Very Happy

Biniou a écrit:
J'espère juste que Lyra n'est pas aux aguets, prête à mettre un terme sanglant à ce beau moment... Mais non, tu as en fais en sorte qu'elle soit ailleurs, j'en suis sûre Wink En tous cas elle ou d'autres ont loupé leur coup, un peu plus tôt, ouf aussi !

=> Lyra ne peut pas être partout ... mais elle ne va pas tarder à refaire parler d'elle. Et là encore, ce sera sanglant ...

Biniou a écrit:
Au fait : pour sceller cette union sous le ciel étoilé, non... je ne dis rien Wink Juste merci !

=> Je dois dire que j'y ai pensé à un certain moment ... mais vu que l'épisode lui-même était assez dense, je ne voulais pas trop en mettre non plus ...

Perosia a écrit:
Voici mes commentaires...je me suis défoulée, désolée. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait une analyse complète...et comme j'ai terminé le cycle1, cela fait du bien... lol!

=> Miss Perosia passe à l'attaque ! "Perosiak ... GO !!!"

Perosia a écrit:
En effet. Venant de la part de Véga, j’appelle cela une ‘palissade’  Laughing

=> Doux euphémisme ...

Perosia a écrit:
Elle a une sacré bonne étoile avec elle, Miss Lyra.  sunny

=> Même les esprits les plus brillants font parfois des erreurs bêtes ... Wink

Perosia a écrit:
Ah c’est bien de nous le garder vivant ! Plein de possibilité s’ouvrent… bounce  bounce

=> Je ne pouvais pas faire autrement dans la mesure où son rôle dans les épisodes à venir sera très important. Ce qui m'a posé le plus de problème au départ, c'était de savoir comment le maintenir en vie après que Lyra ait essayé de lui faire sa fête. La première version du récit ne me plaisait pas, celle-ci fonctionne déjà mieux.

Perosia a écrit:
Quand va-t-elle de nouveau agir ?  scratch  pale

=> Dès l'épisode #47 ...

Perosia a écrit:
C’est beau la foi…masculine (euh non, je ne suis pas féministe….vas-y Phénicia)  lol!

=> A ce jeu-là, tu noteras que c'est souvent elle qui a le dernier mot ... et battre Alcor lui procure toujours une certaine satisfaction ! lol!

Perosia a écrit:
C’est pas gentil pour lui de nous dire cela Kimi…et la solidarité entre mecs t’en fait quoi ?  Razz  Razz

=> Il faut juste dire les choses comme elles sont ! Elle a ralenti exprès pour lui permettre de le rejoindre ...

Perosia a écrit:
Est-ce vraiment un accident ? ou une erreur humaine ?  Suspect  Suspect

=> Là aussi, réponse à l'épisode #47 ...

Perosia a écrit:
Ah, je ne suis pas la seule à avoir des doutes… bounce

=> C'est le moins qu'on puisse dire !

Perosia a écrit:
Toujours aussi impulsif….et calmé ensuite par Procyon….très bien.

=> Notre cher Alcor est comme ça ... et je ne pense pas que ça changera, même s'il est prêt à faire des efforts de son côté pour les beaux yeux de sa bien-aimée ...

Perosia a écrit:
Un chapitre en douceur après la bataille qui tenait en haleine….

=> Un peu de douceur dans un monde de brutes. Patience, ça ne durera pas ...

Perosia a écrit:
Bravo Kimi  cheers  cheers

=> You're welcome !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 17:59

Je suis décalée, je commente le chapitre 45...effrayant et très bien mené, avec un grand sens de la dramatisation. Ezequios a ce qu'il a cherché, et Vegalina est toujours aussi machiavélique, aussi redoutable en combat à mins nues qu'à bord d'une machine.. Brrr...

Soit dit en passant, comme je travaille avec mes étudiants de BTS sur le corps augmenté, le devenir d'Ezequios est tout à fait dans le thème  cheers  cheers  cheers

Merci Kimi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 18:13

Et pour prolonger le moment romantique qui ne fait de mal à personne, voici de quoi le fixer davantage dans les mémoires Wink

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 180403010719493383

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 180403010716215634
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 19:22

Magnifiques images Biniou ! Embarassed cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 20914310
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08

anterak 08

Messages : 11923
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 19:30

bravo Biniou cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Biniou

Biniou

Messages : 618
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 20:00

Je vous jure que je n'ai pas fait exprès pour les couleurs : j'ai fait l'écrin à partir des couleurs données par Kimi et j'ai pensé à mon avatar aux couleurs de France et Italie bien plus tard. Mais le "hasard" est bizarre n'est-ce pas !
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeMar 3 Avr 2018 - 22:12

Cet intermède romantique au milieu des combats fait vraiment du bien, même si le mystère de l'accident de Phénicia est là pour nous rappeler que le danger n'est jamais loin.  Wink

Merci Kimi_san.  Very Happy  cheers

Et bravo à Biniou pour ces très belles illustrations.  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeJeu 5 Avr 2018 - 9:36

Hello

J'avais pas mal de Retard à rattraper mais c'est fait.

et comme toujours j'ai beaucoup aimé, de l'action du suspense, pleins de questions et des moments romantiques

Merci
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeJeu 5 Avr 2018 - 19:06

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Header18

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 047_to10






Il faisait encore plus froid que d’habitude dans les couloirs du Camp de la Lune noire. En raison de problèmes électriques récurrents que les services du Génie n’étaient pas parvenus à résoudre, seul l’éclairage d’urgence était actif et les gardes armés qui les parcouraient inlassablement étaient contraints d’utiliser des petites lampes portatives pour remplir leurs fonctions. Les seules pièces qui bénéficiaient d’un éclairage normal se comptaient sur les doigts d’une main : le poste de commandement principal, la salle de réunion et celle des opérations.

Il en était tout autrement dans les niveaux souterrains puisque, les puissants projecteurs et néons disposés dans les ateliers de conception et les laboratoires annexes étaient toujours en fonction pour permettre aux différents scientifiques et techniciens du Groupe de Recherches Scientifique de poursuivre leur travail de mise au point sur les prochaines machines de combat destinées à éliminer Goldorak et le prince d’Euphor dans un futur proche. C’est précisément dans l’un de ces laboratoires que s’était retiré le capitaine Thalis. Bien sûr, il prendrait, comme toujours, le temps de répondre à ceux qui viendraient le solliciter, mais il n’avait pas vraiment envie d’être dérangé. Installé derrière sa table de travail et griffonnant sur une feuille de papier bleu ciel les premières esquisses d’un nouveau monstre surpuissant, il ne parvenait pas à oublier ce qu’il avait pu voir au cours des dernières heures.

Le symbiorak « Epsilon », dernière création des équipes dirigées par le professeur Nida, ne serait pas un appareil comme les autres, loin de là. Même si le principe d’une symbiose entre le pilote et son appareil avait été conservé, son mode de fonctionnement était complètement différent puisque la machine viendrait elle-même puiser son énergie et ses ordres directement dans le cerveau de celui qui était aux commandes. Aux yeux de l’officier qui en avait pourtant vu d’autres, cela avait quelque chose de terrifiant puisqu’à sa connaissance, personne n’avait osé expérimenter pareille chose. Jusqu’à aujourd’hui.

Il se releva et, bras croisés, baissa les yeux en repensant aux bruits qui avaient couru quelques années plus tôt au plus fort du conflit qui avait opposé le Grand Stratéguerre et ses différents capitaines d’armes à celui qui se faisait appeler le prince d’Euphor. S’il était, à l’époque, encore jeune et inexpérimenté, il ne se souciait guère de ces rumeurs pourtant persistantes : certains des meilleurs scientifiques de Véga avaient laissé entendre que tous les engins envoyés vers la Terre pour combattre et détruire Goldorak contenaient le cerveau d’un habitant d’Euphor. Il ne savait pas si c’était vrai … mais il savait pertinemment que ces hommes étaient les meilleurs dans leur domaine et qu’ils disposaient de moyens pratiquement illimités. De plus, les multiples expériences biologiques (autorisées ou non) menées depuis de nombreuses années sur toutes les formes de vie rencontrées par les armées de Véga au cours de leurs différentes campagnes militaires présentaient un intérêt certain, même si certains « chercheurs » (ou se présentant comme tels) avaient poussé leurs investigations bien au-delà de ce qui leur avait été demandé. Ses derniers doutes étaient désormais levés.

Ce qu’il venait de découvrir allait même encore plus loin puisque ce cerveau, toujours à l’intérieur de son corps d’origine, fournirait non seulement au robot l’énergie dont le robot avait besoin, mais lui indiquerait également, en s’appuyant sur le programme d’attaque ou de défense inséré dans l’ordinateur de bord de celui-ci, comment se comporter face à son ennemi pendant le combat. Naturellement, pour éviter d’exécuter des ordres contraires à sa programmation, toutes les données seraient analysées par la machine elle-même avant d’être mises en application. Il s’agissait d’une nouvelle forme de vie artificielle : la symbiose parfaite, au propre comme au figuré, entre l’homme et la machine.

Théoriquement, cela pouvait très bien fonctionner … mais aussi se retourner contre eux car celui qui constituait désormais l’un des composants du symbiorak n’était pas n’importe qui puisqu’il s’agissait de l’un de meilleurs scientifiques de la Division Ruine. Il était d’ailleurs non seulement persuadé d’être LE meilleur dans son domaine, mais aussi le seul qui soit capable de commander les forces de Véga en lieu et place de Végalina, cette « faible femme » qu’il méprisait tant. Il avait joué gros en la défiant et il avait perdu. A présent, il n’était plus qu’un simple ingrédient organique intégré à un engin de mort issu de la technologie qu’il avait lui-même mise au point.

Perdu dans ses pensées, l’officier revint à la réalité lorsqu’il entendit s’ouvrir la porte du laboratoire : Erea y pénétra quelques instants plus tard et remarqua tout de suite son air soucieux et ses traits tirés. Il était évident que quelque chose le perturbait et elle était bien décidée à découvrir de quoi il s’agissait.

- Vous me paraissez bien soucieux, capitaine … quelque chose ne va pas ?

- Ah … c’est vous commandant Erea. Excusez-moi, je ne m’attendais pas à vous voir ici, surtout à une heure aussi tardive.

- Laissons cela. Pourriez-vous me dire ce qui vous met dans cet état ?

- J’ai un mauvais pressentiment, commandant. Au sujet de notre nouveau symbiorak.

- Précisez votre pensée, demanda-t-elle, visiblement impatiente d’en savoir plus.

- Si je me base sur ce que j’ai déjà pu entendre à ce sujet, ce ne serait pas la première fois que le cerveau d’un être vivant serait installé dans un golgoth ou un antérak. Seulement son rôle se limitait alors à fournir l’énergie nécessaire à son bon fonctionnement tout en obéissant à nos ordres. Ce n’est plus le cas avec notre symbiorak …

- Je pense savoir où vous voulez en venir. Vous pensez qu’il est susceptible de se retourner contre nous, n’est-ce pas ?

Thalis acquiesça de la tête avant de reprendre la parole.

- Exactement. Même si nous multiplions les contrôles en installant tous les systèmes de sécurité possibles et en analysant en temps réel ses ondes cérébrales, nous ne pouvons être sûrs de rien. Le professeur Ezequios est loin un d’être idiot. Il a imaginé et conçu les premiers symbioraks et connaît mieux que quiconque les points forts et les points faibles de cette technologie, sans compter qu’il hait le Commandant Végalina. Cette équation a beaucoup trop d’inconnues selon moi.

- Si je vous suis bien, vous n’êtes pas favorable à l’utilisation de cet appareil en situation de combat ?

- La décision de l’engager ou non dans une opération de cette importance ne m’appartient pas, commandant. Sans vouloir remettre en cause son potentiel, je vous avoue en toute franchise une certaine réticence de ma part quant à sa mise en service. Personne ne peut savoir comment cet engin se comportera une fois sur le terrain …

- Merci de m’avoir fait part de vos impressions, capitaine. J’évoquerai prochainement ce sujet avec notre Commandant. D’ici là, je vous suggère de prendre un peu de repos. Les prochains jours risquent d’être particulièrement chargés comme vous pouvez vous en douter.

- Très bien.

Erea quitta le laboratoire et reprit l’ascenseur pour regagner les niveaux supérieurs qui abritaient les quartiers des officiers. Ce qu’elle venait d’entendre n’avait, à vrai dire, rien de rassurant : si Thalis lui-même doutait de l’efficacité et de la fiabilité de cette nouvelle machine de guerre, elle se devait d’en parler à Végalina. Tout cela était trop important pour être passé sous silence.

Elle inséra sa carte électronique dans le lecteur et pénétra dans la pièce. Comme elle s’y attendait, Végalina, bien qu’allongée sur sa couchette, ne dormait pas. Ses yeux fixaient le plafond et son corps portait encore les traces du combat livré contre Ezequios quelques heures plus tôt. Sa victoire finale lui avait cependant procuré une grande satisfaction : elle avait ainsi prouvé à tous ceux qui avaient assisté à cette confrontation qu’elle n’était pas le Commandant en chef de la Division Ruine par hasard.

- J’espère que je ne te dérange pas ?

- Non. De toute façon, je n’arrive pas dormir. Le combat contre Ezequios m’a demandé quelques efforts, mais je ne ressens aucune fatigue. Tu avais quelque chose à me dire ?

- Je reviens d’un de nos laboratoires. Thalis ne dort pas lui non plus. Il ne cesse de penser au symbiorak dans lequel se trouve Ezequios. Ses doutes sont nombreux, et à la réflexion, je le comprends.

- Tu penses qu’il peut se retourner contre nous ?

- C’est une éventualité. Je suppose que tu as déjà envisagé ce cas de figure ?

- J’ai demandé aux membres du Groupe de Recherches Scientifiques de mettre en place des systèmes de sécurité sur tous les points névralgiques du symbiorak ainsi qu’un dispositif d’autodestruction. De cette façon, nous pourrons reprendre le contrôle si les choses ne se passent pas comme nous le souhaitons.

- Cela suffira-t-il ? Ezequios est loin d’être un imbécile. Ses compétences scientifiques sont indéniables et il n’est pas exclu qu’il réussisse, d’une façon ou d’une autre, à contourner ces sécurités. Nous devrons surveiller tout cela de près.

- Je le sais. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas l’intention de changer mes plans. Nous enverrons ce symbiorak sur Terre dès que sa mise au point sera terminée. Nous suivrons ensuite le déroulement de cette opération depuis la soucoupe amirale. Et pour éviter toute mauvaise surprise, je vais faire préparer un autre symbiorak de sorte à ce qu’il puisse intervenir en cas de besoin. Je le piloterai personnellement.

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Végalina. Si tu décides de participer à cette opération, Ezequios pourrait être tenté d’en finir une nouvelle fois avec toi plutôt que de lutter contre le prince d’Euphor et ses alliés. Laisse-moi plutôt m’en occuper.

- Tu as sans doute raison. Je te laisse carte blanche pour mener à bien cette mission. Ce sera aussi l’occasion pour toi de prendre ta revanche sur Actarus.

Erea acquiesça.

- Je n’aime pas rester sur une défaite. Il est temps pour Actarus de savoir à qui il a affaire. En attendant, si je peux te donner un conseil, essaie de dormir un peu. Tu ne veux pas l’admettre, mais tu en as besoin.

Végalina opina. Erea tourna les talons et s’apprêtait à regagner ses quartiers lorsqu’elle entendit la voix de son officier supérieur.

- Est-ce que tu as des nouvelles des hommes du Commando Ruine ? Ont-ils réussi à récupérer Eslan ?

- Aucune nouvelle. J’espère simplement qu’ils rempliront leur mission et qu’ils seront rapidement de retour, répondit-elle d’un ton monocorde.

- Avertis-moi si tu as du nouveau de ce côté.

- Entendu.

La jeune femme lui adressa un signe de la main et s’éclipsa. Végalina la regarda partir et se leva quelques instants plus tard. Elle fit quelques pas avant de s’arrêter subitement. Elle ferma les yeux et esquissa un léger sourire. « Il est temps de te montrer toute la puissance de la Division Ruine, Actarus … Profite bien des quelques moments de tranquillité qu’il te reste car ce seront les derniers … ».

Sur Terre, dans le Bois Ouest, les deux soldats du Commando Ruine faisaient tout ce qu’il leur était possible de faire pour tenter de sauver leur officier supérieur, une tâche qui s’apparentait presque à une mission impossible : leurs connaissances médicales étaient limitées et ils ne disposaient, hormis ce qui s’apparentait à une trousse de premier secours, d’aucun équipement susceptible de le maintenir en vie. S’ils s’étaient mis à l’abri derrière l’une des trois navettes, la nuit et le vent jouaient contre eux. Suite à un ultime examen, le premier hocha la tête de dépit et se tourna vers son camarade.

- Il n’y a rien à faire. Si j’en juge par la contenance des flacons dont nous disposons, le nombre d’injections que nous pourrons lui administrer ne suffira pas à le maintenir en vie plus de quarante-huit heures.

- Peut-être. Mais si nous réussissons à quitter la Terre pour rejoindre le Camp de la Lune noire, il aura les meilleurs soins possibles. Quant à savoir ce qui se passera ensuite …

- Je ne crois pas qu’il pourra supporter un tel voyage vu son état. Si nous utilisons l’une de nos navettes, nous serons rapidement repérés. Nous ne sommes pas très loin de ce Centre de recherches dont le commandant Erea nous a parlé. Si ce qu’elle nous a dit est vrai, nous risquons d’attirer l’attention de ses occupants … et de nous retrouver avec Goldorak sur le dos. Et tu sais comme moi que nous ne pourrons pas lui échapper s’il nous prend en chasse.

- Je dois reconnaître que tu as raison. Qu’est-ce que tu comptes faire ? demanda-t-il.

- Je vais déjà essayer de stabiliser son état. Nous disposons des équipements nécessaires pour fabriquer un stimulateur que nous pourrons alimenter avec les compresseurs contenus dans les batteries de nos navettes. Cependant, l’idéal serait de s’introduire dans le Centre ou dans n’importe quelle habitation des environs pour y dénicher ce dont nous pourrions avoir besoin pour le soigner.

- Oui l’idée est bonne. Essaie de le garder en vie aussi longtemps que tu le pourras. De mon côté, je vais partir en reconnaissance pour voir comment procéder.

- Bien.

Le soldat se redressa et réajusta ses gants avant de se saisir de son arme. Après avoir adressé un ultime signe de la tête à son camarade, il s’enfonça dans la forêt en direction du Centre.

A quelques kilomètres de là, Actarus et Vénusia étaient à présent sur le chemin du retour. En dépit de sa grossesse, elle avait quitté le Centre à l’insu de tous pour retrouver celui qu’elle aimait plus qu’elle-même. Désormais installée sur le siège passager de gauche du véhicule à trois roues piloté de main de maître par le jeune homme, elle demeurait silencieuse, songeant aux mots qu’ils s’étaient échangés quelques minutes plus tôt. Son air rêveur parlait plus qu’un long discours. Une fois arrivés à destination, il l’aide à en descendre et la raccompagna jusqu’à sa chambre. Elle ôta ses vêtements et enfila une chemise de nuit beige et blanche avant de s’allonger sur son lit. Actarus la recouvrit d’un drap et de deux couvertures et lui sourit.

- Je n’arrive toujours pas à y croire …

- Je crois qu’il nous faudra du temps à tous les deux pour réaliser pleinement la portée de ce geste …

- Oui … J’espère simplement ne pas te décevoir, Actarus. Je ne sais pas si je serai capable d’assumer toutes ces responsabilités. Et si je n’étais pas à la hauteur ?

- Ne t’inquiète pas de cela. Reste simplement toi-même et tout ira bien. Nous avons tout le temps de trouver les réponses aux questions que tu peux te poser.

- Tu sais toujours trouver les mots justes pour me rassurer, Actarus. Tout va si vite. Tout est si différent depuis le jour où nous nous sommes rencontrés pour la première fois …

- Nous avons parcouru beaucoup de chemin et avons bien changé en l’espace de quelques années. Comme tu le sais, j’étais loin de me douter de ce que je trouverais dans ce monde qui ressemblait tant à Euphor lorsque je m’y suis échoué …

- … et tu ne t’attendais pas à vivre ce que nous vivons en ce moment … répondit-elle en lui souriant.

Il en fit autant. Cette fois encore, elle avait terminé la phrase qu’il avait commencé. Dans ces moments-là, ils avaient tous deux l’impression d’être en parfaite harmonie l’un avec l’autre, comme s’ils ne faisaient qu’un.

- Tu ferais bien de dormir, maintenant. Tu en as besoin. Ne t’inquiète pas, je serai là à ton réveil.

- Tu devrais en faire autant toi aussi …

- Sois tranquille.

Il acquiesça et l’embrassa avec tendresse avant de quitter la pièce pour se rendre dans la salle des commandes. Lorsqu’il y pénétra, il constata la présence de son père adoptif et nota rapidement son air soucieux. A en juger par sa posture, quelque chose de grave ou d’anormal venait de se produire. Aucun doute n’était possible.

- Père, tu devrais déjà être couché. Quelque chose ne va pas ?

- Oh, c’est toi, Actarus ? Excuse-moi, je ne t’ai pas entendu arriver.

- Ce n’est rien. Mais tu parais préoccupé …

- J’ai malheureusement toutes les raisons de l’être, mon fils. Phénicia a été victime d’un accident il y a un peu moins de trois heures. Rassure-toi, elle n’a rien si ce n’est une légère entorse et quelques contusions. Alcor est avec elle.

Actarus grimaça, désagréablement surpris par ce qu’il venait d’apprendre.

- Est-ce que je peux aller la voir ? Je veux m’assurer qu’elle va bien.

- Je pense qu’il vaudrait mieux que tu la laisses se reposer pour le moment. Laisse-lui le temps de récupérer.

- Oui tu as raison. Excuse-moi d’avoir réagi de cette façon.

- Ta réaction est normale, Actarus. En revanche, je dois admettre que les circonstances de cet accident me laissent perplexe.

- Comment ça ?

- Que ce n’est peut-être pas un accident, justement. Alcor en est intimement persuadé et je commence moi aussi à me faire à cette idée.

- Tu penses que Lyra aurait pu …

- C’est possible mais ce n’est pas la seule option. Peut-être s’agit-il de l’œuvre d’un commando semblable à celui qui nous a déjà attaqués.

- Comme celui qui a enlevé Vénusia ? répondit-il, inquiet.

Procyon acquiesça.

- Pour l’instant, nous n’avons pas suffisamment d’éléments en notre possession pour confirmer ou infirmer la moindre hypothèse. Nous en reparlerons tous ensemble demain matin. En attendant, je te suggère d’aller te reposer toi aussi.

- Oui … mais honnêtement, je ne pense pas que je réussirai à trouver le sommeil après ce que tu viens de m’apprendre.

- Il est normal que tu réagisses de cette façon. D’une certaine manière, je comprends ce que tu ressens en ce moment … répondit-il en terminant sa phrase à voix basse.

Le jeune homme le regarda attentivement, visiblement intégré par ses dernières paroles.

- Père … que dois-je comprendre ?

- Oh, je faisais simplement allusion à quelque chose de personnel … dont je n’ai jamais parlé à personne jusqu’à maintenant.

- Est-ce que tu veux en parler ?

- Je ne pense pas que ce soit le bon moment pour en discuter. Un jour viendra peut-être où je trouverai la force et le courage nécessaires pour évoquer ce sujet.

- Je comprends. Excuse-moi de m’être montré insistant.

- Ce n’est rien. Seulement …

Il ne termina pas sa phrase et prit appui sur son pupitre de commande. Actarus comprit qu’il valait mieux ne pas insister et quitta la pièce en toute discrétion pour s’en retourner auprès de Vénusia. Il aurait aimé évoquer avec son père adoptif les moments qu’il venait de partager avec sa compagne mais ce qu’il venait d’apprendre l’en avait dissuadé. Cet accident qui n’en était peut-être pas un le préoccupait au plus haut point.

Il s’écoula encore quelques heures avant que le soleil ne fît son apparition. Comme il fallait s’y attendre, le prince n’avait pas dormi et s’était contenté de veiller sur Vénusia. Celle-ci dormait paisiblement. Il n’en était pas certain, mais il lui semblait, par moments, la voir sourire. Elle devait sûrement rêver. S’il était satisfait de la façon dont les choses s’étaient déroulées, il ne pouvait s’empêcher de penser à sa sœur. Sans rien dire, il se leva de son siège et s’éclipsa pour rejoindre la chambre de Phénicia : il fallait en savoir plus.

Lorsqu’il y pénétra, il constata qu’Alcor s’y trouvait déjà. Le jeune homme était resté près d’elle et n’avait pas réussi lui non plus à trouver le sommeil. Il regardait le jour se lever au travers de la vitre blindée. S’il lui tournait le dos, il l’avait cependant entendu arriver.

- Ne t’inquiète pas, elle va bien. Je suis resté avec elle cette nuit. Je ne pouvais pas la laisser toute seule.

- Je suis soulagé de te l’entendre dire. Mon père m’a raconté ce qui s’est passé.

- Et qu’est-ce que tu en déduis ? demanda-t-il d’un air absent.

- Que ce n’est pas un accident. J’en suis persuadé.

- Il faut qu’on trouve le responsable, Actarus. Il le faut … dit-il en serrant le poing.

- Je le sais, mais nous devons agir avec prudence.

- C’est ce que le professeur m’a fait comprendre hier soir. Puisque tu es là, je voudrais que tu restes auprès d’elle jusqu’à ce que je revienne. J’ai quelque chose d’important à faire de mon côté …

- Si tu t’expliquais un peu plus clairement ? demanda-t-il.

- Je vais prendre la Jeep et aller récupérer ce qui reste de la moto de Phénicia. De cette façon, on pourra peut-être comprendre ce qui s’est réellement passé. Même si j’étais avec elle, il faisait nuit et j’ai …

- J’ai compris. Fais attention. A ta place, j’éviterais de quitter le Centre sans protection.

- Ne te fais pas de souci pour ça. Je suis armé. Si celui ou ceux qui ont fait le coup décident de s’en prendre à moi, ils trouveront à qui parler, je te le garantis. A tout à l’heure.

Alcor quitta la pièce et referma lentement la porte derrière lui. Une fois dans le couloir, il se mit à courir vers la sortie du Centre. Après avoir franchi la double-porte vitrée et descendu le petit escalier extérieur, il s’installa derrière le volant de la Jeep stationnée et démarra en trombe, franchissant le portique marquant l’entrée du complexe pour faire route vers les lieux de l’accident.

Une fois sur place, il en descendit et chercha du regard la moto de son équipière qui devait toujours se trouver dans le fossé. Dès qu’il l’aperçut, il descendit pour la récupérer et la ramener sur la route en prenant de multiples précautions. Il la déposa sur la plate-forme de chargement et examina minutieusement la partie avant tout en se remémorant les explications données la veille au soir par Phénicia : elle disait avoir brutalement perdu le contrôle alors que tout allait bien.

Quelques instants plus tard, il fronça les sourcils et effleura du bout des doigts ce qu’il venait de découvrir. « C’est ça. Phénicia avait raison. C’était pas un accident … », pensa-t-il en se redressant. Il se passa la main dans les cheveux et regarda tout autour de lui en posant la main sur son arme. Il avait le sentiment d’être observé.

Il l’était.

Dissimulée derrière un groupe d’arbres, Lyra était, malgré la fatigue, prête à passer à l’action. Son regard était dur, froid, déterminé. Elle dégaina son arbalète et posa un genou à terre avant d’ajuster son appareil de visée. Alcor n’était qu’à quelques dizaines de mètres de l’endroit où elle se trouvait. A cette distance, elle ne pourrait pas le manquer. « Cette fois, tu ne m’échapperas pas … », dit-elle en pointant son arme dans sa direction. Elle posa le doigt sur la détente et s’apprêtait à tirer lorsqu’un bruit suspect attira son attention.

Elle déposa son arme à terre et se retourna juste à temps pour apercevoir furtivement une silhouette se frayer un chemin à travers les arbres. Elle ne savait pas de qui il s’agissait mais cette façon bien particulière de se mouvoir ne lui était pas inconnue : en effet, elle avait appris, au cours de sa formation, à se déplacer discrètement d’un point à un autre exactement de la même façon. Il ne pouvait donc s’agir que d’un soldat issu des Commandos Ruine. « Je n’avais vraiment pas besoin de ça … », grogna-t-elle en le regardant s’éloigner.

Elle était à présent dans une situation délicate. Comment devait-elle agir ? Devait-elle éliminer Alcor comme elle l’avait envisagé au départ ou, au contraire, se débarrasser de ce gêneur qui risquait, tôt ou tard, de lui mettre des bâtons dans les roues ? La réponse s’imposa d’elle-même quelques instants plus tard. Elle rangea son arme dans sa mallette et dissimula cette dernière derrière un petit bosquet avant de s’enfoncer dans la forêt à la poursuite de l’intrus qui avait pris la direction du Centre sans véritablement se soucier de ce qui se passait derrière lui. Cette faute d’inattention allait causer sa perte puisque Lyra n’eut besoin que de quelques minutes pour retrouver sa trace. Sans se poser de question, elle tira à deux reprises dans sa direction. Touché à la tête, le soldat s’effondra aussitôt. « Au moins, tu ne me gêneras plus … », pensa-t-elle en le poussant négligemment du pied. Elle revint sur ses pas et constata amèrement qu’Alcor avait quitté les lieux.

Contrairement à ce qu’il avait prévu au départ, Alcor s’arrêta non pas sur l’aire de stationnement principale mais devant l’entrée latérale qui permettait d’accéder aux niveaux souterrains via le monte-charge prévu à cet effet. Il descendit de voiture et activa l’émetteur de sa montre pour contacter Procyon. Celui-ci prit rapidement la communication.

- Ici Procyon. Que se passe-t-il, Alcor ?

- Est-ce que vous pouvez me retrouver dans l’atelier ? Je viens de récupérer la moto de Phénicia et je pense avoir trouvé des choses intéressantes qui nous aideront sûrement à comprendre ce qui s’est passé hier soir.

- Très bien. Je t’y retrouve d’ici quelques minutes avec Actarus et Phénicia.

- Bien reçu.

Alcor débloqua les sécurités et ouvrit la porte automatique pour accéder au monte-charge. Il y déposa la moto de Phénicia en veillant soigneusement à préserver de tout choc la partie avant. Une fois sa tâche accomplie, il soupira de nouveau et s’essuya le front avec la manche gauche de sa veste. Comme convenu, le scientifique et ses deux équipiers le rejoignirent quelques minutes plus tard.

- Bonjour Alcor. Je constate que tu n’as pas perdu de temps pour récupérer la machine de Phénicia et la ramener ici pour l’examiner.

- Pour tout vous dire, je n’ai pratiquement pas dormi cette nuit. J’ai longuement réfléchi à tout ça et je pensais que c’était la meilleure chose à faire …

- Qu’est-ce que tu as trouvé ? demanda Actarus.

- Plus que je ne pensais. Lorsque Phénicia nous a raconté ce qui s’est passé, j’ai pensé que ça devait être une casse mécanique. Une rupture de suspension ou quelque chose du même genre. Seulement, lorsqu’elle nous a dit avoir entendu un bruit suspect juste avant de sortir de la route, j’ai pensé qu’il pouvait s’agir d’autre chose. Et c’est pour en avoir le cœur net que j’ai tenu à récupérer ta moto rapidement.

Il poursuivit.

- Regarde bien l’état de la suspension et du carénage, Phénicia. Tu vois ces deux impacts, ici et là ? demanda-t-il en les désignant du doigt. C’est la preuve qu’on a tiré sur toi hier soir.

- Alors … ça n’était pas un accident.

- Non. Et en regardant plus attentivement, j’ai remarqué un troisième impact, juste-là. Si celui ou ceux qui ont fait le coup avaient visé quelques centimètres plus haut, ils auraient percé le réservoir. Pas besoin de te dire ce qui se serait passé ensuite …

Phénicia acquiesça silencieusement. Elle l’avait échappé belle.

- Il y a encore autre chose … pour laquelle je n’ai aucune explication.

- Qu’est-ce que tu veux dire ?

- Tu n’as parlé que d’une seule détonation. Or, il y a trois impacts et les deux premiers sont assez éloignés du troisième. Même si on a affaire à un ou plusieurs bons tireurs, je vois pas comment ils auraient pu tirer trois projectiles en une seule fois … à moins qu’ils n’aient utilisé des munitions spéciales.

- Hmm. Je pense savoir où tu veux en venir, intervint Procyon. Il est possible qu’il s’agisse de munitions aux propriétés similaires à celles d’une bombe à fragmentation.

- C’est ça. Seulement, vu qu’il ne reste plus grand-chose d’exploitable sur la moto, je suis peut-être à côté de la plaque en disant ça.

- Je pense au contraire que tu es dans le vrai, Alcor. Lorsque les forces de Véga ont attaqué Euphor, les troupes chargées des attaques au sol ont parfois utilisé des armes similaires capables de toucher en un seul coup plusieurs cibles différentes, fit Actarus.

- J’ai saisi. Maintenant, il s’agit de mettre la main sur celui ou ceux qui ont fait ça. Et ça risque d’être plus facile à dire qu’à faire.

- Je suis d’accord avec toi, réagit Procyon. Actarus et moi en avons également discuté cette nuit. Il est fort probable que Lyra soit, comme tu l’as suggéré toi aussi, à l’origine de l’accident. Elle fait partie de la Division Ruine et elle est parfaitement capable de mener à bien de ce genre d’opération.

- Évidemment. Surtout qu’elle doit encore se trouver dans les parages, réagit Alcor en se passant la main dans les cheveux

- Ce n’est pas la seule option. Un Commando Ruine semblable à celui qui a enlevé Vénusia voici quelques semaines peut très bien remplir ce rôle.

- Dans ce cas, qu’est-ce qu’on peut faire, professeur ? demanda Phénicia avec inquiétude.

- Nous ne pouvons pour l’instant que renforcer la surveillance. Dans la mesure du possible, je vous demande de limiter vos déplacement et d’éviter de quitter le Centre sans motif valable.

- Je suis d’accord, père. Mais nous devons également nous occuper du ranch. Il a déjà été attaqué une fois et je suis persuadé qu’il peut encore être pris pour cible.

- Oui tu as raison. Le ranch constitue lui aussi une cible potentielle pour un Commando de Véga. Peut-être devrions-nous demander à Rigel et Mizar de venir s’installer ici pendant quelques temps. De cette façon, nous pourrons assurer leur sécurité.

- Je suis d’accord, fit Alcor en hochant la tête.

- Je compte me rendre au ranch dans la matinée avec la navette. Nous devons mettre Rigel et Mizar au courant des derniers évènements. Il nous sera certainement plus facile de les convaincre ensuite.

- Père, laisse-moi t’accompagner. Nous ne savons pas ce qui nous attend et je ne tiens pas à ce que tu quittes le Centre sans protection. Si les choses venaient à mal tourner, je serai là pour vous protéger.

- C’est peut-être la meilleure chose à faire. Mieux vaut éviter de prendre des risques inutiles. Quoi qu’il en soit, nous devons rester en contact permanent les uns avec les autres. Gardez vos émetteurs sur vous en toute circonstance et n’hésitez pas à intervenir si vous venez à remarquer quoi que ce soit d’anormal. C’est compris ?

- Entendu ! répondirent-ils en chœur.

- Très bien. Actarus, est-ce que tu peux emmener Phénicia au bloc médial, s’il te plaît ? Je souhaiterais procéder à quelques examens supplémentaires afin de m’assurer que tout va bien. J’espère que tu n’y vois pas d’inconvénient, Phénicia ?

- Non professeur, répondit-elle en faisant un signe de la tête.

- Rassure-toi, ce ne sera pas bien long. Dès que j’aurai terminé, tu pourras retourner te reposer. Dans ton état, c’est la meilleure chose que tu aies à faire.

La jeune fille acquiesça. Procyon regarda brièvement sa montre et quitta l’atelier le premier, bien vite suivi par Actarus et Phénicia. Alcor, qui s’était contenté de les écouter, les regarda partir. Bras croisés, il scruta attentivement la moto de son équipière et posa un genou à terre pour étudier de plus près les restes de la suspension avant, du carénage et du réservoir d’essence. Il ôta les différents éléments constituant le carénage et examina les différents organes mécaniques avant de se relever. « Vu l’étendue des dégâts, c’est même pas la peine d’espérer la remettre en état … », songea-t-il en quittant l’atelier à son tour : une autre tâche l’attendait.





FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeVen 6 Avr 2018 - 21:29

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 2449550244 Ma pauvre Phénicia, tu as frôlé pire que cet accident !!

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 3291812460 Et toi Alcor, la mort mais tu ne le sais pas !!!

Le suspens reprend. Lyra est de retour. Et un nouveau symbiote (epsilon)...qui va être piloté par Ezequios ?

Qu'en sera-t-il d'Eslan?

Un autre mystère:

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 3352874800 Père que se passe-t-il?

Bravo Kimi cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitimeLun 9 Avr 2018 - 9:37

Et bien, Phénicia l'a échappé belle!!! affraid
Et Alcor aussi.

Décidément, cette guerre est bien différente de la précédente puisque les Aigles risquent leur vie à tout moment et pas seulement au durant les combats.

Belle parenthèse entre Procyon et Actarus.

Merci Kimi_san.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 23 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 23 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» Les fanfiction.
» Les extraterrestres sont parmi nous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: