Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20 ... 24 ... 30  Suivant
AuteurMessage
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 12 Jan 2018 - 15:00

Effectivement, nous avons posté en même temps !

Je vais prendre connaissance de ton post et procéder à quelques modifications vu que j'ai laissé passer quelques coquilles on dirait ...

Sans compter que je vais également devoir remettre les posts "image" à jour puisque le site hostingpics.net a annoncé sa fermeture prochaine (les images resteront cependant accessibles quelques semaines pour les personnes ayant un compte et souhaitant les récupérer avant que tout ne soit désactivé).

Perosia a écrit:
J’essaye de me représenter.  scratch  scratch

=> Je ne me suis pas montré suffisamment rigoureux dans ma description et c'est la pire chose qui soit quand on décrit un monstre quel qu'il soit. C'est corrigé.

Perosia a écrit:
Actarus tout craché !! Very Happy

=> Le leader de la Patrouille des Aigles est fidèle à lui-même ... mais peut-il en être autrement ?

Perosia a écrit:
Quelle manœuvre osée ?  Suspect Il est passé entre les pattes de l’Antérak, par exemple ? Ou osée pour son robot lui-même (en tournoyant, etc..) ? Editorial : changé.

=> Il a changé de trajectoire en passant par-dessous l'antérak pour le prendre à revers et se replacer dans son sillage. Pour le reste, c'est corrigé.

Perosia a écrit:
Sympa le changement de tonalité entre Alcor et Phénicia  I love you  I love you

Les taquineries en vol (osé quand on sait qu’ils sont en train de se battre  affraid ), l’aspect dramatique ensuite quand Alcor  pale  la récupère blessée et enfin de nouveau la chamaillerie.  Very Happy
 
C’est ce que j’aime avec ce couple, cela bouge tout le temps.

=> Ils se ressemblent beaucoup ... et tout est prétexte à compétition ! Phénicia veut constamment prouver, et on le voit dès les premiers épisodes (notamment le #50 "L'aigle à quatre têtes") qu'elle est la meilleure et qu'elle est surtout capable de rivaliser avec n'importe quel garçon ... à commencer par Alcor.

Perosia a écrit:
C’est moins le cas avec Actarus-Vénusia car leur relation est différente, toute aussi intéressante.

=> Deux couples différents pour deux styles différents : tout en spontaneité pour Alcor et Phénicia, tout en romantisme pour Actarus et Vénusia.

Perosia a écrit:
Jolie phrase celle-là Kimi ! Cela sent le vécu ! Me tromperais-je? Suspect Suspect  lol!

=> Je m'abstiendrai de faire le moindre commentaire à ce sujet, ma chère !  Razz  

Perosia a écrit:
Petit effet de surprise ! ‘J’ai plus d’un tour dans mon sac’ ! Cool bounce bounce

=> Exactement !  Twisted Evil

Perosia a écrit:
Est-ce que ce ne serait pas plus logique de faire dire par Alcor ‘Achevons-le !’. Je trouve la proposition pour l’arrimage sinon 'comme un cheveu sur la soupe'.

=> C'est corrigé.

Perosia a écrit:
Combat bien décrit. J’ai pensé au début que l’humanoïde serait le plus fort.  Cool  En fin de compte c’était l’oiseau  Shocked  Shocked ….tu as bien trompé le lecteur, en tout cas moi. Bravo. cheers

=> Merci bien ! Il n'empêche que j'ai un peu de mal à digérer cette description imprécise du début. Je ferai plus attention pour les épisodes suivants ...

Perosia a écrit:
Ca y est, Erea passe à l’action !  cheers   pale

=> Ce sera l'occasion de voir la différence de style de combat entre Végalina et Erea. Et il y a quelques petites différences ...
 
Perosia a écrit:
Quelque chose me dit que les deux Antérak n’étaient que le hors d’œuvre !!! Le plat principal arrive et je crains que nos amis aient une sacré indigestion ! affraid affraid

=> Bien vu ... et l'épisode #38 va bien vite t'en apporter la confirmation !

Perosia a écrit:
Phénicia est aussi un Aigle ! Un peu de sexisme dans ton subconscient cher Kimi_san ? Evil or Very Mad Evil or Very Mad


Perosia a écrit:
Un brancard est comme une civière. Etant au bloc médical, je peux supposer qu’il y ait au moins un vrai lit ou une table d’infirmerie…

=> C'est corrigé.

Perosia a écrit:
Un peu plus d’interaction avec le professeur, j’aime bien.

=> On a parfois un peu tendance à minimiser le rôle du professeur Procyon et de toute son équipe ... et il ne faut pas oublier que sans eux, rien n'est possible. Le récit permet aussi de mettre à l'honneur, outre Procyon que j'apprécie beaucoup, les hommes de l'ombre ... Attendez-vous aussi à de la nouveauté de ce côté-là.

Perosia a écrit:
Et toujours aussi sage avec les TROIS Aigles. Et QUATRE si Vénusia était disponible  Rolling Eyes  Rolling Eyes Gare à toi Kimi_san  Mad  Mad

=> Je ne l'ai pas oublié ... mais merci de me le rappeler !  drunken

Perosia a écrit:
La suite promet un combat qu’on n’oubliera pas de sitôt sur Terre !!   bom  bom

=> Je pense effectivement que les Aigles, à commencer par Actarus, risquent de s'en souvenir pendant un moment ...

Perosia a écrit:
Merci Kimi….j’attends le fameux combat annoncé depuis plusieurs chapitres, et avec un Goldorak à 40% de ses moyens….tu me tiens en haleine… cheers  cheers

=> J'espère que ce combat qui s'annonce sera à la hauteur de tes attentes !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 12 Jan 2018 - 19:20

Bon, le combat commence seulement, mais il y a déjà deux aigles à terre. Franchement, Alcor et Phénicia sont vraiment incorrigibles, depuis le temps ils devraient savoir que ce genre de comportement n'aboutit jamais à rien de bon. Si Végalina sait apprendre de ses erreurs, eux ils ont bien du mal. Grrr.....!!!!  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad

Et maintenant, Actarus va devoir se débrouiller seul et avec Goldorak qui est très endommagé la suite promet d'être très très difficile. Je ne suis même pas certaine que l'intervention de Vénusiak suffira a gagner ce combat.

Citation :
On ne peut pas rester là à attendre que la fumée se dissipe. Alcor, Phénicia, vous allez retourner au Centre. Je vais protéger votre départ et m’occuper de ça personnellement.

La réaction du jeune homme ne se fit guère attendre.

- J’espère que tu ne parles pas sérieusement ! Tu es presque à court d’énergie et tu peux à peine voler. Alors n’y pense même pas. Si on doit se battre, alors on se battra ensemble !

- Alcor a raison ! Et n’oublie pas qu’il y a quelqu’un qui t’attend. Si elle ne te voit pas revenir, ça lui fera plus de mal que de bien … ajouta Phénicia.

Je ne comprends pas la réaction d'Actarus, à moins qu'il suppose que son adversaire soit Végalina et qu'il souhaite en faire une affaire personnelle. Mais c'est vraiment inconscient de sa part étant donné l'état de Goldorak.  

Heureusement qu'Alcor et Phénicia refusent catégoriquement. Wink cheers

Merci Kimi_san.
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 12 Jan 2018 - 20:06

Eh bien ce n'est pas brillant avec deux spacers mis hors de combat et Goldorak affaibli !    affraid pale  Sad  FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 4072822622

Pourvu que Vénusiak réussisse à retourner la situation !

Merci Kimi pour ces chapitres palpitants ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2045937091


Edit (désolée pour le hs) : Hosting Pics va fermer ?

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 12 Jan 2018 - 20:17

hikaru a écrit:
Bon, le combat commence seulement, mais il y a déjà deux aigles à terre. Franchement, Alcor et Phénicia sont vraiment incorrigibles, depuis le temps ils devraient savoir que ce genre de comportement n'aboutit jamais à rien de bon. Si Végalina sait apprendre de ses erreurs, eux ils ont bien du mal. Grrr.....!!!!  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad  Evil or Very Mad


=> Phénicia a voulu trop en faire ... ce qui lui a déjà joué des tours par le passé, tout comme Alcor. Quant à Alcor, il a complètement perdu le contrôle dès qu'il l'a vue en difficulté. Vu son expérience, c'est une réaction compréhensible ... mais qui ne pardonne pas.

hikaru a écrit:
Et maintenant, Actarus va devoir se débrouiller seul et avec Goldorak qui est très endommagé la suite promet d'être très très difficile. Je ne suis même pas certaine que l'intervention de Vénusiak suffira a gagner ce combat.

=> Encore faut-il que Vénusiak soit en mesure de se rendre sur place ... ce qui n'est pas encore acquis ...  affraid

hikaru a écrit:
Je ne comprends pas la réaction d'Actarus, à moins qu'il suppose que son adversaire soit Végalina et qu'il souhaite en faire une affaire personnelle. Mais c'est vraiment inconscient de sa part étant donné l'état de Goldorak.
 

=> Bien vu ... parce que c 'est exactement ça. Après avoir combattu deux symbioraks, il est forcément persuadé que Végalina pilote également celui-là ...

hikaru a écrit:
Heureusement qu'Alcor et Phénicia refusent catégoriquement. Wink cheers


=> Ils ont beau être incorrigibles ... ils ne sont pas inconscients heureusement ! Pas question pour eux de laisser leur chef de file tout seul contre l'ennemi !

Gurendaizä a écrit:
Eh bien ce n'est pas brillant avec deux spacers mis hors de combat et Goldorak affaibli !    affraid pale  Sad
 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 4072822622

=> Le style Erea : efficace et sans fioritures ...  affraid  

Gurendaizä a écrit:
Pourvu que Vénusiak réussisse à retourner la situation !

=> Voir plus haut ...  affraid  affraid  affraid

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san.

Gurendaizä a écrit:
Merci Kimi pour ces chapitres palpitants ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2045937091

=> You're wlecome ! Ca tombe bien, la suite arrive ...  Very Happy

Gurendaizä a écrit:
Edit (désolée pour le hs) : Hosting Pics va fermer ?

=> C'est malheureusement le cas. C'est annoncé sur le site. Les images sont pour le moment accessibles et devraient le rester pendant quelques mois encore, mais même si la fonction d'upload est toujours visible, elle ne fonctionne plus ... raison pour laquelle je suis en train de reprendre tous mes posts pour récupérer les images et le mettre sur un autre hébergeur.

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 12 Jan 2018 - 20:37

merci pour l'info Kimi ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 477
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeSam 13 Jan 2018 - 18:17

Merci Kimi, le suspens monte crescendo.  affraid  affraid

Lyra qui se débarrasse de ses sbires et qui a prit Eslan en grippe.....et au moment de tuer Vénusia, elle a une crise!!! Ouf pour Vénusia...mais que va-t-il se passer?  pale  pale

Ensuite les spacers qui sont vaincus, Phénicia et Alcor ayant agit chacun à leur tour de manière impulsive au lieu de se coordonner avec Actarus!!! (Ne ferais-tu pas un clin d'œil à un épisode sur le fait que Phénicia prend une initiative seule? scratch scratch

Kimi a écrit:
Il n’avait pas le droit de perdre. Car cette fois encore, le sort de la Terre et de ses habitants était entre ses mains.

Et voilà, Actarus seul contre Erea! Mais lui ne sait pas encore que c'est elle, puisque le combat ne s'est pas vraiment engagé...Si Erea se comporte très différemment, cela va lui faire un choc! affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeJeu 18 Jan 2018 - 12:17

Coucou

Bon j'ai rattrapé tout mon retard dû aux vacances et à une reprise sur les chapeaux de roues.

Merci Kimi, le suspense monte de plus en plus, j'ai hâte de voir comment tout cela va se nouer ensemble et comment les Aigles vont s'en sortir.

En tout cas un grand merci c'est passionnant à lire

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeJeu 18 Jan 2018 - 15:08

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Header18

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 039_l_10






Le vaisseau venait de pénétrer dans l’atmosphère terrienne et survolait à présent la banquise qui flottait au-dessus de l’océan Arctique. Bien que volant à vitesse réduite, il était à présent en piteux état : l’un de ses deux réacteurs avait cessé de fonctionné durant le trajet et la vitre panoramique blindée avait commencé à se fendiller en plusieurs endroits. Compte-tenu des conditions météorologiques extrêmes et du vent qui soufflait en rafale sur la région, allait-elle tenir jusqu’au bout ou, au contraire, se rompre et mettre en danger la vie du pilote et de ses deux passagers ? Personne n’avait de réponse à cette question pourtant cruciale.

Celui-ci qui se trouvait aux commandes avait consenti des efforts considérables pendant un laps de temps conséquent pour garder le contrôle de son appareil. Le voyage avait été long et pénible et il était physiquement à bout de forces. Il avait de  plus en plus de mal à garder les yeux ouverts et se demandait s’il pourrait tenir encore longtemps. Ce fut finalement avec un certain soulagement qu’il aperçut, quelques minutes plus tard, ce qu’il cherchait : les restes de ce qui avait été la première base d’invasion construite sur la Terre par la Division Ruine.

Comme il s’y attendait, il ne restait pas grand-chose. La plupart des débris encore visibles provenaient du premier niveau du vaisseau amiral et certains éléments de la structure métallique visant à le stabiliser étaient pris dans la glace. Quant à la station-relais construite à titre provisoire pour assurer les communications entre le site et le Camp de la Lune noire, il n’en restait plus rien, exception faite de l’antenne et de son support. Ce qui n’avait pas été détruit par les Aigles se trouvait sous la surface et il se demandait bien comment il allait pouvoir y accéder. Après avoir survolé la zone une seconde fois, il remarqua la présence d’une cavité ovale relativement large, vraisemblablement les restes d’une des rampes de lancement utilisées pendant la bataille qui avait opposé Actarus et ses équipiers aux troupes de Végalina et qui était, en apparence, encore accessible. « Voilà ma chance … », songea-t-il en faisant faire demi-tour à son engin qui se posa à proximité.

Il s’écoula encore plusieurs minutes avant qu’il ne se décide à quitter son poste de pilotage pour se diriger vers ce qu’il estimait être la meilleure voie d’accès aux niveaux inférieurs de l’ancien vaisseau amiral. Il dut rapidement déchanter : le conduit était obstrué par une quantité non négligeable de débris tous plus gros les uns que les autres. Il lui faudrait trouver un autre moyen de pénétrer à l’intérieur. Il regarda attentivement autour de lui et finit par repérer, quelques mètres plus loin, une conduite d’aération. La trappe qui la maintenait fermée avait disparu et elle était suffisamment large pour lui permettre d’entrer. Il s’engouffra à l’intérieur en prenant de multiples précautions et poursuivit sa route jusqu’à arriver devant une porte aux dimensions modestes. Cet accès était lui aussi théoriquement protégé mais en raison de la température ambiante et des différentes explosions ayant ravagé le vaisseau amiral, son blindage était très endommagé et le système qui en commandait l’ouverture ne fonctionnait plus. Il lui asséna de multiples coups de pied, frappant sans relâche le métal glacé jusqu’à ce que celui-ci finisse par céder. Visiblement satisfait, il descendit lentement pour se retrouver dans l’une des coursives du troisième niveau : celui-ci était encore praticable. « C’est encore mieux que je ne l’avais espéré … », exulta-t-il.

Même en l’absence d’éclairage, il n’eut aucun mal à se repérer. Il était en terrain connu et savait exactement où il voulait aller. Arrivé devant les ascenseurs, il les considéra avec attention : si la plupart étaient à présent inutilisables, l’un d’eux fonctionnait encore. Il y pénétra et appuya, non sans appréhension, sur le panneau de commande latéral pour descendre un étage plus bas. Il n’était pas sûr que cela marcherait mais il s’en moquait. Seul comptait l’objectif qu’il s’était fixé. Rien d’autre.

A sa grande surprise, l’ascenseur l’emmena jusqu’à destination. Une fois dehors, il regarda autour de lui et poursuivit sa route jusqu’aux ateliers de conception. Si le dispositif de sécurité qui en verrouillait l’accès était toujours en place, il n’eut besoin que de quelques secondes pour le désactiver. Il se glissa à l’intérieur et esquissa un sourire, ravi d’être de retour dans cet environnement familier qui allait non seulement devenir son nouveau «quartier général », mais surtout le lieu de sa renaissance. Il ôta précautionneusement son casque et se débarrassa du haut de sa combinaison avant d’examiner avec soin les différents équipements présents à l’intérieur. Il se mit alors à rire d’une façon diabolique. Jusqu’à présent, tout s’était déroulé comme prévu mais il n’était pas encore satisfait. Il lui fallait à présent abattre le Commandant Végalina et il était prêt à tout pour parvenir à ses fins. Ce n’était selon lui qu’une question de temps. « Profitez des quelques instants qu’il vous reste à vivre … « Commandant ». Vous pensiez vous être débarrassé de moi … mais je suis toujours vivant … et ma vengeance sera terrible ! », hurla-t-il en levant le poing.

Plus haut, Eraska avait lui aussi quitté l’appareil en tenant dans ses bras celle qui avait fait le trajet à ses côtés. Reprenant son souffle avec difficulté, il entreprit de suivre le même chemin qu’Ezequios mais s’arrêta avant d’arriver aux ascenseurs. Il lui était impossible d’aller plus loin. Lentement, il s’agenouilla et déposa sa compagne d’infortune à terre avant de s’éponger le front avec le revers de sa main gauche sans la quitter du regard. Elle était toujours inconsciente. Il ne savait pas qui elle était, mais elle avait à ses yeux quelque chose de spécial. Son visage, sa chevelure, ses vêtements … Il devait assurément s’agir de quelqu’un d’important dont la place n’était pas sur Akérèbe. Qui était-elle ? Pourquoi se trouvait-elle dans cet endroit sordide ? Il n’avait aucune réponse à ces questions. Pas encore, du moins.

Quelques milliers de kilomètres plus loin, il faisait encore nuit au-dessus de la région du Centre de recherches spatiales et du ranch du Bouleau blanc. Suite à son coup de sang injustifié contre Phénicia, Rigel était retourné dans sa chambre et les ronflements qui s’échappaient de sa fenêtre restée ouverte semblaient indiquer qu’il y resterait encore un bon moment, contrairement à Mizar. Le jeune garçon avait pris l’habitude de se lever de bonne heure pour assurer toutes les tâches courantes que son père ne prenait jamais la peine de faire avant d’aller à l’école. Quant à Vénusia, elle était restée sur la terrasse et avait elle aussi fini par trouver le sommeil. Ce fut pourtant elle qui se réveilla et se releva la première, non sans mal. Compte-tenu de sa grossesse et de son petit ventre rond, cela n’avait rien d’étonnant.

De son côté, Lyra avait également repris connaissance. Elle n’avait aucun souvenir de ce qui lui était arrivé. Le malaise dont elle avait été victime n’avait, dans son esprit tourmenté, jamais existé. Les seules choses dont elle se rappelait clairement étaient l’objectif de sa mission et l’extermination (il n’y avait pas d’autre mot) des membres du Commando Ruine qui l’accompagnaient. Elle réajusta son uniforme et ses gants et ramassa l’arbalète qu’elle avait laissé tomber pour se focaliser sur la terrasse de la résidence principale. Elle esquissa un léger sourire en constatant la présence de Vénusia. Sans rien dire, elle modifia une dernière fois les réglages de son système de visée et tira sa première flèche explosive. Un tir proche de la perfection … qui n’atteindrait pourtant pas sa cible.

Vénusia s’était en effet agenouillée au dernier moment. La jeune femme avait ressenti une nouvelle secousse qui, contrairement aux précédentes, la fit sourire : le bébé se portait bien et faisait clairement sentir sa présence. Son sourire disparut rapidement lorsqu’elle entendit une brusque détonation. Elle leva les yeux et remarqua immédiatement l’impact sur le mur qui lui faisait face. Consciente du danger, elle décida de rester à terre pour éviter d’être de nouveau prise pour cible car elle en était certaine : c’était elle qui était visée.

Deux nouveaux tirs suivirent. Le premier projectile fit un nouveau trou dans le mur tandis que l’autre fit éclater l’une des fenêtres de la maison. Exaspéré par ce remue-ménage, Rigel quitta à sa chambre à moitié nu et commença à vociférer.

- Mais qu’est-ce qui se passe encore ici ?

Son visage changea radicalement d’expression lorsqu’il aperçut sa fille allongée sur la terrasse. Il s’apprêtait à la rejoindre lorsqu’elle lui intima du regard de rester là où il était.

- Surtout ne bouge pas, papa !

- Tu n’es pas blessée, au moins ?

- Non, tout va bien. Préviens le Centre tout de suite ! Nous allons avoir besoin d’aide et vite !

Il s’exécuta immédiatement et rebroussa chemin pour rejoindre la pièce à vivre. Il se saisit du téléphone et composa le numéro du Centre de recherches spatiales. Cochir décrocha le combiné et prit la communication avant de se tourner vers le professeur Procyon, qui, préoccupé par les évènements en cours, lui répondit de façon assez abrupte.

- Professeur, Rigel est au téléphone. C’est important !

- Je le rappellerai plus tard, nous avons d’autres choses plus urgentes à régler !

- Je pense que vous devriez prendre cet appel, professeur. Le ranch est attaqué !

- Quoi ? fit-il, surpris. Très bien, je le prends immédiatement.

Il se saisit du combiné et le porta à son oreille, visiblement inquiet.

- Ici Procyon. Je vous écoute, Rigel. Que se passe-t-il ?

- On se fait tirer dessus comme des lapins depuis cinq minutes ! Pour le moment, personne n’est blessé … mais je suis certain que c’est Vénusia qui est visée.

- Restez à l’abri et ne vous montrez pas. Je vous rejoins immédiatement avec la navette.

La communication s’interrompit. Il raccrocha le combiné et se tourna vers ses assistants.

- Il n’y a pas de temps à perdre. Antarès, vous savez ce qui vous reste à faire. Faites vite, je vous attends dehors.

- Bien professeur, répondit ce dernier en quittant la salle des commandes.

Quelques minutes plus tard, le véhicule à six roues quitta le Centre pour s’engager sur la route poussiéreuse qui permettait de rejoindre le ranch. Sur place, les tirs s’étaient poursuivis et deux autres fenêtres de la résidence avaient éclaté. Mizar était resté dans sa chambre tandis que Rigel s’était réfugié dans la pièce à vivre. Les multiples impacts sur les murs étaient clairement visibles. Sur la terrasse, Vénusia était restée à terre et n’avait pas pris le risque de se relever pour aller se mettre à l’abri. Elle savait bien que si elle agissait de la sorte, elle n’en sortirait pas vivante.

Les tirs cessèrent lorsque Lyra entendit le bruit du moteur de la navette. Soucieuse de ne pas être repérée, la jeune femme rengaina son arme et s’empara de sa mallette avant de se replier dans la forêt. Pas question pour elle de se faire prendre.

Si Antarès demeura à bord pour maintenir une liaison radio avec le Centre, Procyon en descendit pour retrouver Vénusia et les autres qui s’étaient regroupés dans le petit salon qui jouxtait la cuisine. Le scientifique prit la parole le premier.

- Hé bien … Je suis content de voir que personne n’est blessé.

- Non ça va, on a rien … mais j’ai vraiment eu peur, fit Mizar, encore sous le choc.

- Ce qui vient de se passer démontre une nouvelle fois que nos adversaires sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins. Ils peuvent nous attaquer n’importe où et n’importe quand, même ici … répondit Procyon sans chercher à masquer son inquiétude.

Se tenant à l’écart, la tête basse, Vénusia intervint d’une voix presque inaudible.

- Je sais que c’était moi qui étais visée. Si je n’avais pas été là, rien ne serait arrivé. C’est ma faute …

- Tu n’as rien à te reprocher, Vénusia. Personne ne pouvait prévoir cette attaque, répondit-il en essayant vainement de la tranquilliser.

Il poursuivit.

- Quoi qu’il en soit, mieux vaut ne pas rester ici. Il est préférable de rejoindre le Centre au plus vite et d’y rester jusqu’à ce que les choses se calment. Même si nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle attaque, nous y serons davantage en sécurité.

- Si Actarus avait été là, les choses ne se seraient sûrement pas passées de cette façon ! Il aurait pu au moins se déplacer jusqu’ici ! répondit Rigel d’un air courroucé.

Tous les regards convergèrent alors dans sa direction. Cette intervention avait visiblement fait l’unanimité … contre lui. Procyon voulut intervenir mais Vénusia l’en empêcha.

- Je te défends de t’en prendre à Actarus ! JE TE LE DÉFENDS, TU ENTENDS ! Qu’est-ce que tu crois qu’il est en train de faire, en ce moment ? Et qu’est-ce que tu crois qu’Alcor et Phénicia sont en train de faire de leur côté ?

La jeune femme, visiblement hors d’elle, fusilla son père du regard. Celui-ci esquissa un geste de recul, comprenant à cet instant qu’il aurait peut-être mieux fait de se taire. Procyon s’interposa entre eux pour faire retomber la pression, mais en vain. Vénusia, les poings serrés, tourna les talons et quitta la pièce pour regagner sa chambre. Procyon soupira et revint sur ses pas et prit place sur l’un des sièges avant de reprendre la parole.

- Cette intervention était mal venue, mon cher Rigel. D’autant que les nouvelles que je vais vous communiquer ne sont pas très rassurantes. En un sens, le fait qu’elle ne soit pas parmi nous n’est peut-être pas une mauvaise chose.

Rigel et Mizar le regardèrent avec attention, inquiets de ce qu’ils allaient apprendre.

- A l’heure où je vous parle, Actarus, Alcor et Phénicia sont toujours sur le front. Ils ont réussi à détruire les deux antéraks que nous avons précédemment repérés …

- Alors ça veut dire qu’ils vont revenir bientôt, oncle Procyon ? demanda Mizar.

- J’aimerais que ce soit le cas … mais si ces deux monstres ont bien été détruits, nous en avons repéré un troisième qui est semble-t-il bien plus puissant que les autres. Les pertes sont lourdes. Alcor et Phénicia sont en vie, mais leurs appareils sont trop endommagés pour combattre.

- Si je comprends bien, Actarus se bat tout seul contre l’antérak, c’est ça professeur ? fit Rigel en baissant les yeux.

Procyon acquiesça silencieusement avant de baisser les yeux à son tour.

- Nous ne pouvons rien faire pour le secourir. Seul Dieu peut lui venir en aide.

- Je crois que j’ai commis une grossière erreur … J’espère que ma petite fille saura me pardonner le mal que je viens de lui faire. Je suis désolé … et je vais aller le lui dire …

- Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Rigel. Mieux vaut que j’essaie de régler ce petit problème personnellement. Allez-vous installer à bord de la navette. Je vais aller la chercher.

Rigel et Mizar opinèrent et quittèrent la pièce pour rejoindre Antarès qui était resté à son poste. Procyon et Vénusia furent les derniers à s’installer à bord du véhicule qui démarra quelques secondes plus tard. L’ambiance était pesante. Rigel chercha sa fille du regard en espérant qu’elle lui pardonnerait ses propos mais celle-ci ne lui prêta aucune attention. Elle n’avait pas supporté qu’il se montre aussi injuste avec Actarus et elle risquait de lui en tenir rigueur pendant un bon moment.

Arrivés au Centre, tous se rendirent dans la salle de détente, à l’exception d’Antarès qui les quitta aussitôt pour reprendre son poste.

- Je vous donnerai des nouvelles d’Actarus, d’Alcor et de Phénicia dès que j’aurai réussi à les contacter, fit Procyon en adoptant un ton rassurant.

Celui-ci quitta la pièce et fit quelques pas dans le couloir lorsque Vénusia, qui lui avait emboîté le pas, le saisit par le poignet. Elle n’avait pas trouvé d’autre moyen pour attirer son attention.

- Je suis désolée d’avoir réagi comme ça tout à l’heure, professeur. Mais je ne veux pas qu’on s’en prenne injustement à Actarus. Il est en train de risquer sa vie en ce moment, pour nous tous, pour moi, pour notre bébé …

- C’est une réaction normale, Vénusia. Nous sommes dans une situation difficile et nous ne savons pas exactement ce qu’il en est. De plus, ce que nous venons de traverser n’est pas fait pour nous rassurer.

- Je … je voudrais vous confier quelque chose, professeur, fit-elle en baissant les yeux et en posant les mains sur son ventre. Ça va sûrement vous sembler ridicule … mais j’ai senti mon bébé bouger quelques secondes seulement avant que le premier tir ne me manque. Je ne sais pas comment l’expliquer … mais c’est comme s’il avait voulu m’avertir de quelque chose, comme s’il avait senti que j’étais en danger …

- Je comprends ce que tu veux dire. Je n’ai jamais eu l’occasion d’observer concrètement ce genre de phénomène, mais tu as ressenti, de façon confuse, qu’une force inexplicable t’a protégée à cet instant précis …

- C’est ça, professeur. C’est vraiment ça. Je ne sais pas com …

- Nous en reparlons dès qu’Actarus et les autres seront rentrés, si tu veux bien. Pour le moment, tu ne dois songer qu’à te reposer, Vénusia. Souhaitons simplement que cette force inconnue, si elle existe, le protège lui aussi …

La jeune  femme acquiesça.

Justement, Actarus ne savait pas vraiment comment réagir face au monstre qui se trouvait devant lui. Il était persuadé qu’il s’agissait d’une machine en tout point similaire à celles précédemment pilotées par Végalina et cela ne lui plaisait pas. Cet engin surpuissant sorti du fin fond des enfers était-il lui aussi piloté ? Et si oui, par qui ? Végalina était-elle aux commandes ou avait-elle laissé sa place à un autre officier issu de la Division Ruine ? Il l’ignorait.

Ce nouvel adversaire ne serait pas facile à vaincre. Il le savait. Ses équipiers avaient été littéralement balayés sans la moindre difficulté. Plus inquiétant encore, sa propre machine était très abîmée et il ne pourrait plus compter sur sa soucoupe porteuse, devenue inutilisable suite aux attaques dont elle avait fait l’objet. Les témoins qui clignotaient sur son tableau de bord traduisant la gravité de la situation : tous les indicateurs ou presque étaient dans le rouge. Selon ses estimations, Goldorak ne pourrait fonctionner qu’à 30% de ses possibilités, guère plus.

Le robot véghien se dressait fièrement au milieu d’une flaque de métal liquide encore brûlante, seul vestige de son transporteur. Avec ses trente-cinq mètres de haut, il était certes plus grand mais moins massif taille que le premier symbiorak. Un autre détail attira l’attention du prince : l’aspect souple, lisse et sans aspérité de son blindage noir teinté de reflets bleus qui accentuait son aspect animal. Il n’y avait pas de trace de la moindre articulation mécanique, pas d’ailes surdimensionnées lui permettant de voler, pas d’armes apparentes non plus … même si les nombreux tirs de laser émis par cette « chose » disaient le contraire. Quant à l’emblème de la Division Ruine, il brillait par son absence.

Sa tête était particulièrement impressionnante avec une mâchoire puissante et effilée munie de dents tranchantes. Plus réduit que les modèles précédents, le poste de pilotage, alimenté en air frais par deux imposantes prises d’air triangulaires, était placé juste en avant des deux globes oculaires de couleur rouge situés de part et d’autre de sa tête. Il était impossible pour Actarus de savoir qui se trouvait à l’intérieur. Quelques instants plus tard, la voix du pilote se fit entendre. Une voix féminine.

- Te voici enfin, prince d’Euphor. Je suis ravie de te rencontrer. On m’a tellement parlé de toi. J’attendais cet instant depuis longtemps …

- Qui es-tu ?

- Je suis la dernière personne que tu verras de ton vivant, prince d’Euphor. Je suis Erea, commandant en second de la Division Ruine. Tu ne sauras rien d’autre. Et maintenant que les présentations sont faites … défends-toi !

- Quand tu veux … « Corno-fulgur !!! »

La foudre frappa le symbiorak violemment sans avoir de prise sur lui. Guère découragé, Actarus réitéra sa manœuvre, estimant que la meilleure de ses armes énergétiques poussée à pleine puissance lui permettrait de faire la différence.

- « Maxi Corno-fulgur !!! »

Ce fut un mauvais calcul : le symbiorak absorba l’énergie projetée par Goldorak, ce qui le fit grandir de quelques mètres supplémentaires. Actarus, visiblement pris au dépourvu, fronça les sourcils derrière la visière de son casque et réalisa rapidement qu’il lui faudrait changer de tactique pour ne pas gaspiller toute l’énergie dont il disposait pour continuer le combat. S’il persistait dans cette voie, celui-ci serait perdu avant même d’avoir commencé et il ne le fallait à aucun prix.

- Tu as montré ce que tu pouvais faire, prince d’Euphor. A mon tour, maintenant !

Le symbiorak tendit ses mains devant lui. Deux petites ouvertures de forme circulaire placées dans la paume de ses mains s’entrouvrirent en laissant échapper un léger panache de fumée rose. Sans se poser de question, Erea tira à deux reprises. Les deux rayons laser de couleur rouge atteignirent Goldorak au niveau des épaules, faisant sauter plusieurs plaques de blindage. Celui-ci chuta au sol et se releva péniblement avant de mettre un genou à terre, visiblement incapable de se tenir debout.

Sûre de sa force, la jeune femme déchargea une nouvelle fois en visant cette fois uniquement l’épaule gauche du robot, détruisant ce qui restait du blindage et mettant à nu l’articulation et la structure interne de celle-ci. Le cauchemar d’Actarus ne faisait pourtant que commencer car elle n’avait nullement l’intention de s’arrêter là. Utiliser des armes contre un adversaire était une chose. Se battre au corps à corps en était une autre et elle excellait dans ce genre de discipline. Le prince n’allait pas tarder à s’en rendre compte.

Le symbiorak se précipita sur Goldorak qui venait à peine de se redresser et lui asséna un violent coup de poing qui le projeta au sol. Il tenta de se relever lorsqu’un autre coup, tout aussi violent que le précédent, le renvoya à terre. Le symbiorak prit son élan et se propulsa dans les airs pour redescendre en piqué, tel un oiseau de proie fondant sur sa prochaine victime. Pour Actarus, c’était une chance à saisir.

- « Fulguro-poing !!! »

L’avant-bras droit de Goldorak partit en direction du symbiorak qui le dévia d’un seul geste avec sa main gauche. Contrairement à l’habitude, celui-ci ne revint pas à son point de départ et termina sa course quelques mètres plus loin. Actarus grimaça. C’était pour lui un handicap supplémentaire. Tirant profit de sa vitesse, Erea parvint à faire basculer son appareil pour le faire atterrir, les deux pieds en avant, sur son adversaire. L’impact contre la cabine de pilotage fut terrible : la vitre blindée se fissura et le casque du prince frappa violemment le dossier de son siège. « Pas question de lâcher prise … », songea-t-il en reprenant en main ses leviers de commande.

Erea sourit. Elle avait le contrôle de la situation, mais cela ne lui suffisait pas. Le symbiorak effectua un saut périlleux arrière et se réceptionna parfaitement avant d’attaquer une nouvelle fois. Actarus répliqua aussitôt en appuyant énergiquement sur la pédale placée sous son pied droit.

- « Rétro-Laser !!! »

Peine perdue. Le rayon multicolore émis par la poitrine du robot ne parvint pas à repousser son adversaire qui parvint à s’asseoir sur lui et à l’immobiliser. Dans son cockpit, Erea serra fermement les deux manettes qui lui permettaient de transférer sa propre énergie vers les générateurs de sa machine pour en décupler la puissance. Le symbiorak se mit à frapper Goldorak de plus belle, du point gauche puis du poing droit et ainsi de suite jusqu’à ce que l’inévitable se produise : les fissures se multiplièrent sur la vitre blindée, provoquant la perte de l’écran de protection externe. Actarus se savait désormais dans une position plus que délicate. Il lui fallait pourtant trouver un moyen de riposter car le prochain impact risquait de lui être fatal …

- S’il continue comme ça, c’est la fin … « Corno-Fulgur !!! ».

La foudre frappa le symbiorak de plein fouet. Erea ne put masquer sa surprise. Elle ne pensait pas que son adversaire fût encore en mesure de lui tenir tête après ce qu’elle lui avait fait subir.

- Tu es un adversaire de valeur, prince d’Euphor. Je l’admets … mais il est temps d’en finir, maintenant. Je ne suis pas Végalina. Je n’éprouverai aucun remord en t’achevant !

- Tu te trompes, Erea. Ça n’est pas encore fini …

- Oh mais si ! Tu vas vite t’en rendre compte … et pas plus tard que maintenant !

La jeune femme appuya sur l’un des boutons de son tableau de bord. Les yeux du symbiorak s’illuminèrent pour tirer deux rayons-laser rouge vif qui frappèrent le poste de pilotage de Goldorak. Un troisième rayon de couleur mauve émis par la gueule du monstre fit grimper la température de plusieurs dizaines de degrés. Celui-ci était le plus meurtrier des trois car il utilisait un lasernium spécial non-traité. Jamais on n’avait osé expérimenter une telle arme sur un être vivant. La chaleur devint vite étouffante et l’air irrespirable.

Un peu plus loin, Alcor et Phénicia parvinrent à escalader le sommet de la colline qui leur masquait l’affrontement entre Actarus et Erea. Ce qu’ils virent leur glaça le sang : le prince ne répondait plus aux attaques du symbiorak et n’était visiblement plus en mesure de se défendre.

- Non … Non … NOOOON !!! Il faut faire quelque chose, Alcor ! Il faut sauver mon frère !  hurla Phénicia au bord des larmes.

- Je le voudrais bien, je te jure … mais qu’est-ce qu’on peut faire ? Le pilote-automatique de Vénusiak ne fonctionne pas, on n’est pas armés et nos appareils sont hors d’état …

L’émetteur de la montre qu’il portait au poignet se mit à sonner. Il prit la communication en soupirant.

- Ici Alcor. C’est vous professeur ?

- Oui Alcor. Argoli et ses hommes procèdent aux derniers ajustements sur Vénusiak. Si tout se passe bien, il pourra décoller dans quelques minutes. Est-ce que vous savez où en est Actarus ? Nous avons essayé de le joindre sur sa fréquence personnelle et sur la fréquence de détresse, mais il ne répond pas à nos appels …

- Je doute qu’il puisse vous entendre, professeur. La situation est critique et on ne peut rien faire pour l’aider. L’antérak le bombarde de rayons et il ne tiendra pas longtemps si ça continue ! Si vous avez une idée, dites-la nous …

- S’il vous plaît professeur, faites quelque chose ! Mon frère va être tué si on ne vient pas à son secours ! ajouta Phénicia.

- Je ne vois plus qu’un seul et unique moyen. Je n’aurais jamais pensé à en arriver là …

- Qu’est-ce que c’est, professeur ? demanda Phénicia.

- Un équipement dont je n’ai découvert l’existence que récemment et qui n’a jamais été testé. J’ai volontairement caché son existence à Actarus pour des raisons de sécurité car sa puissance dépasse les normes. Une exposition à cette source d’énergie peut tout aussi bien le sauver que lui coûter la vie.

- D’un côté ou de l’autre, on est coincés. Il faut tenter le coup, professeur. On a une chance sur deux de réussir. C’est mieux que rien, répondit Alcor à voix basse.

- Très bien. Je vais essayer de contacter Actarus encore une fois en utilisant toutes les fréquences possibles. Vous devez impérativement vous mettre à l’abri. Nous ignorons tout des effets secondaires susceptibles d’être générés par ce dispositif …

- Bien reçu. Viens Phénicia. On ne doit pas perdre de temps.

- Je dois aller aider mon frère, il le faut Alcor ! Je ne veux pas qu’il lui arrive malheur comme à toute notre famille … Comprends-moi !

- Je sais ce que tu ressens, mais il faut suivre les directives de Procyon et se mettre à l’abri.

Phénicia consentit à lui obéir. Tous deux descendirent la colline qu’ils venaient de gravir pour s’y abriter. La jeune fille se blottit dans les bras de son équipier sans chercher à retenir ses larmes. Celui-ci la serra contre lui en passant sa main dans ses cheveux. « Je ne crois pas en un Dieu quelconque … mais s’il existe un, qu’il permette à Actarus de s’en sortir … », supplia-t-il intérieurement en versant une larme à son tour.

Dans la salle des commandes, Procyon multiplia les appels sur la fréquence de détresse, espérant recevoir une réponse de son fils adoptif. Jusqu’à présent, toutes ses tentatives avaient échoué mais il était hors de question de renoncer.

- Actarus, si tu m’entends, réponds-moi !

Pas de réponse. Qu’importe. Il se devait d’essayer, encore et encore. La vie d’Actarus était en jeu.

- Actarus, si tu m’entends, accuse réception de ce message !

La voix du prince, très faible, se fit finalement entendre. Respirer lui était devenu très difficile et la douleur était si vive qu’il risquait de perdre conscience à tout moment.

- Oui … père … je t’ente …

- Actarus, nous devons tenter le tout pour le tout pour que tu puisses t’en sortir. Il y a sur le côté gauche de ton siège une trappe qui contient un petit bouton rouge. Il faut que tu l’ouvres et que tu presses ce bouton, vite !

- Je … je …

La communication s’interrompit, au grand désespoir du scientifique, incapable de retenir ses larmes.

- Actarus … Actarus ! Presse ce bouton ! Vite !

Piégé dans son poste de pilotage, se protégeant comme il le pouvait des rayons destructeurs émis par le symbiorak, celui-ci parvint à se pencher en avant en repensant aux dernières paroles de Procyon. La trappe … le bouton rouge …

Il la chercha désespérément du bout des doigts et parvint, au prix d’un effort surhumain, à l’ouvrir. Le bouton était bien là. A quoi pouvait-il servir ? Il l’ignorait mais il sentait qu’il s’agissait là de sa dernière carte. Il le pressa de toutes ses forces avant de s’effondrer sur son tableau de bord, sans connaissance. Ses instruments de bord étaient brûlants et plusieurs écrans de son panneau de contrôle droit avaient éclaté sous l’effet de la chaleur. Son sort semblait scellé. En apparence.

Quelques mètres seulement sous ses pieds, le réservoir principal dissimulé dans les entrailles du robot se mit à briller de plus en plus fort jusqu’à devenir incandescent. La température grimpa progressivement de plusieurs centaines de degrés et tout être vivant présent à proximité aurait été carbonisé en quelques secondes. Les canalisations surchauffées véhiculèrent toute l’énergie contenue dans les différents conteneurs et composants électriques et électroniques qui équipaient Goldorak. A l’extérieur, plusieurs panneaux métalliques dissimulant de minuscules fentes verticales s’ouvrirent.

Toutes les ressources de la machine d’Actarus étaient désormais concentrées en un seul et unique point. Si cette énergie formidable venait à être libérée sans être contrôlée, elle provoquerait une explosion si puissante qu’elle détruirait tout sur un rayon de plusieurs kilomètres. C’est précisément ce qui se produisit quelques secondes plus tard. Plusieurs plaques de blindage et l’une des deux clavicogyres sautèrent et furent projetées dans toutes les directions, certaines d’entre elles percutant violemment le symbiorak qui recula de deux pas pour les éviter. L’alliage « Gren », pourtant si résistant, perdit progressivement son intégrité structurelle et l’explosion qui suivit fut gigantesque.

Un flash aveuglant déchira le ciel. Un bruit terrifiant. Une chaleur étouffante. Et puis … plus rien.

Ceux qui avaient construit Goldorak voici bien longtemps avaient imaginé et conçu ce dispositif qui ne devrait être utilisé que dans une situation désespérée. Ils n’étaient même pas sûrs que celui-ci fonctionnerait si quelqu’un se décidait à l’employer un jour …

Tout finit par revenir à la normale. Malgré sa puissance, l’explosion n’avait causé aucun dommage aux environs. Rien n’avait été détruit. C’était impossible … et c’était pourtant bien réel. Bien que sonnés, Alcor et Phénicia revinrent sur le pas pour voir ce qu’il était advenu de Goldorak et de son adversaire. Ce qu’ils virent les prirent au dépourvu.

Du symbiorak il ne restait rien. C’était comme s’il ne s’était jamais trouvé là. Comme s’il n’avait jamais existé. Quant à Goldorak, il était sérieusement endommagé. Jamais ils ne l’avaient vu dans cet état. Cela n’avait cependant aucune importance à leurs yeux. Une seule chose leur importait : savoir si Actarus était encore en vie.

- C’est à peine croyable … J’ai jamais vu un truc pareil … et je pense pas que quelqu’un d’autre sur cette Terre ait déjà vu quelque chose d’approchant …

- On s’en moque, Alcor ! Il faut que je sache si mon frère va bien, c’est tout ce qui compte, le coupa Phénicia, impatiente de se rendre sur place.

- Tu as raison, rien n’est plus important que ça. Allons-y.

Les deux jeunes gens se mirent en route pour finalement se retrouver, une dizaine de minutes plus tard, au pied de la carcasse inerte et brûlante de Goldorak. Malgré la chaleur, Alcor entreprit de rejoindre le poste de pilotage. Lorsqu’il y parvint, il ne put que constater l’état déplorable des instruments de bord. Actarus était inconscient. La visière de son casque était relevée et sa peau semblait encore plus pâle que d’habitude. Le jeune homme frappa la vitre blindée de toutes ses forces pendant plusieurs minutes jusqu’à ce qu’elle finisse par éclater en plusieurs petits fragments. Une fois l’accès dégagé, il pénétra à l’intérieur et réussit à le tirer de cet enchevêtrement de débris avant de refaire le trajet inverse en le portant sur son dos. Le visage grave, il le déposa ensuite à terre avant de se relever.

- Est-ce que … Est-ce que tu penses que …

- Je ne veux même pas l’envisager, Phénicia. Ça ne peut pas se terminer comme ça. Pas après tout ce qu’on a traversé tous ensemble. Il DOIT vivre. Il le faut. Je vais avertir le professeur et les autres pour qu’il nous envoie une équipe médicale au plus vite.

- Fais vite s’il te plaît. Chaque minute compte !

- Je le sais bien ! J’espère juste que …

Il ne termina pas sa phrase et leva les yeux vers le ciel en entendant le bruit caractéristique des propulseurs de Vénusiak. Le spacer les survola à basse altitude avant de faire demi-tour quelques centaines de mètres plus loin pour finalement se poser près d’eux. Moteurs coupés, Vénusia quitta le poste de pilotage en prenant soin de ne pas se blesser. Alcor vint à sa rencontre.

- Qu’est-ce que tu fiches là ?

La jeune femme passa devant lui sans s’arrêter pour rejoindre Phénicia et Actarus qui n’avait toujours pas repris connaissance. Cette fois encore, elle avait agi de sa propre initiative contre l’avis de tout le monde. Alcor haussa les épaules en esquissant toutefois un (très) léger sourire. « Décidément, elle m’étonnera toujours … » dit-il avant de les rejoindre.

- Tu n’es pas raisonnable, petite sœur … Tu penses vraiment que c’était la meilleure chose à faire que de venir ici, et avec Vénusiak qui plus est ? questionna Phénicia, surprise.

- Rassure-toi, je ne suis pas venue toute seule. Le professeur est en route avec les équipes d’intervention. Ils devraient bientôt arriver … répondit-elle.

Vénusia s’agenouilla et caressa du bout des doigts le visage d’Actarus sans chercher à masquer son inquiétude. De sombres pensées l’envahirent progressivement et de fines larmes commencèrent à perler sur ses joues rougies. Alcor se joignit à elle et posa sa main sur son épaule pour essayer de la tranquilliser tout en se remémorant les paroles qu’il avait prononcées peu de temps auparavant. « Ça ne peut pas se terminer comme ça. Non, ça ne peut pas se terminer comme ça ! ».

Actarus finit par ouvrir les yeux quelques minutes plus tard, au grand soulagement de ses équipiers. Tous se penchèrent vers lui. Qu’il eût survécu à une telle débauche d’énergie tenait de l’irrationnel.

- Ben mon vieux, tu nous as fichu une sacrée frousse … souffla Alcor.

- Il a raison … Tu ne peux pas savoir à quel point je suis heureuse de te savoir en vie … ajouta Phénicia, visiblement soulagée.

- Ça tu peux le dire … fit Vénusia sans chercher à retenir ses larmes.

Encore sous le choc, il se redressa péniblement et s’essuya les yeux pendant un long moment.

- Où est passé l’antérak ? demanda-t-il en regardant autour de lui.

- Alors ça c’est un mystère. On le sait pas nous-mêmes. Tu étais en train de te battre contre lui … et puis il y a eu cette lumière venue d’on ne sait où. Ni Phénicia ni moi ne savons ce qui s’est passé ensuite. Quand on a rouvert les yeux, il ne restait plus que Goldorak …

- Ça n’a aucune importance, Actarus. On se moque bien de cet antérak. La seule chose qui compte, c’est que tu sois vivant. Si tu n’étais pas revenu, j’aurais préféré mourir pour te rejoindre dans l’autre monde plutôt que de rester ici à vivre sans toi …

Le jeune homme baissa la tête et se passa la main dans les cheveux avant de lui répondre.

- Je comprends ce que tu veux dire. Mais en attendant, j’aimerais bien que tu me dises ce que tu fais ici … Tu aurais mieux fait de rester au ranch ou au Centre pour te reposer. Je ne tiens pas à ce que tu fasses des efforts inutiles dans ton état …

Vénusia allait répondre mais Phénicia la devança.

- N’essaie pas de lui faire la morale, grand frère. Ce qu’elle vient de te dire n’est pas suffisant pour toi ? Tu sais bien qu’elle s’inquiète toujours pour toi chaque fois que tu pars te battre … et elle ne se sentira mieux qu’à partir du moment où tu seras de nouveau près d’elle. Je sais qu’elle ne devrait pas être là … mais je peux la comprendre.

- Phénicia a raison, Actarus. Ce qu’elle éprouve pour toi est bien plus fort que tu ne l’imagines. Je ne suis pas d’accord moi non plus sur le fait qu’elle soit là … mais c’est sa façon à elle de te dire qu’elle t’aime et qu’elle sera toujours là pour toi, pour nous. Il n’y a rien d’autre à ajouter … ajouta Alcor en adressant un clin d’œil à la jeune femme.

Actarus baissa les yeux quelques instants et releva la tête avant de plonger son regard dans celui de Vénusia qui serrait toujours sa main dans la sienne.

- Je crois qu’ils ont raison … dit-il en souriant. Excuse-moi. Je n’aurais pas dû réagir de cette façon. Ta dernière intervention nous a tous sauvés la vie. Que tu sois ici, après ce que nous venons de vivre me touche profondément … autant que les mots que tu as prononcés. Je ne sais vraiment pas quoi te dire …

- Alors ne dis rien … répondit-elle en lui caressant la joue de sa main droite. Tu sais très bien jusqu’où je pourrais aller pour toi. Je ne veux pas, je ne peux pas concevoir ma vie, notre vie, sans toi. Je n’ai qu’une seule chose à te dire, Actarus. Je t’aime.

Tout était dit.




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeJeu 18 Jan 2018 - 19:54

Impressionnant chapitre aux multiples rebondissements comme je les aime !!! I love you I love you I love you I love you I love you

Citation :
Un flash aveuglant déchira le ciel. Un bruit terrifiant. Une chaleur étouffante. Et puis … plus rien.

Ouch ce passage fait craindre le pire pendant quelques secondes !!!! affraid affraid affraid

merci Kimi ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2045937091

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeJeu 18 Jan 2018 - 23:32

Chap. 38:

Quelle frousse pour Vénusia. Heureusement que Lyra a eu ce malaise !! Et que dire de ce pauvre Actarus, tout seul pour combattre Sad Espérons que le combat sera quand même équilibré (tu as dit qu'il fallait que Goldorak soit poussé "à fond"...Il sera en tout cas passionnant, à n'en point douter)

Je commenterai le chap. suivant après ma lecture Wink Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 19 Jan 2018 - 7:25

Kass01 a écrit:
Merci Kimi, le suspense monte de plus en plus, j'ai hâte de voir comment tout cela va se nouer ensemble et comment les Aigles vont s'en sortir.

=> Maintenant que l'épisode #39 est en ligne, tu vas avoir la réponse !

Kass01 a écrit:
En tout cas un grand merci c'est passionnant à lire

=> J'espère que la suite sera à la hauteur de tes attentes !  Very Happy

Gurendaizä a écrit:
Impressionnant chapitre aux multiples rebondissements comme je les aime !!! I love you I love you I love you I love you I love you

=> Beaucoup d'action et d'émotion aussi ! Rédiger cet épisode n'a pas été simple ... mais je suis content qu'il t'ait plu !  Very Happy  

Gurendaizä a écrit:
Ouch ce passage fait craindre le pire pendant quelques secondes !!!! affraid affraid affraid

=> C'était le but recherché ... et ce n'est que le début !  Very Happy

venusia45 a écrit:
Quelle frousse pour Vénusia. Heureusement que Lyra a eu ce malaise !!

=> C'est vrai qu'elle a eu chaud ! Quant au malaise de Lyra, ce n'est que la première manifestation des effets secondaires des traitements qu'elle a subi en captivité ... et qui ont fait d'elle ce qu'elle est aujourd'hui.

venusia45 a écrit:
Et que dire de ce pauvre Actarus, tout seul pour combattre Sad Espérons que le combat sera quand même équilibré (tu as dit qu'il fallait que Goldorak soit poussé "à fond"...Il sera en tout cas passionnant, à n'en point douter)

=> Je l'espère, en tout cas !

venusia45 a écrit:
Je commenterai le chap. suivant après ma lecture Wink


=> Bonne lecture ! Very Happy

Gurendaizä a écrit:
merci Kimi ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2045937091

venusia45 a écrit:
Merci Kimi !

=> You're welcome, as usual !   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 1752787198

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeVen 19 Jan 2018 - 15:05

C'te trouille !!

Citation :
et je pense pas que quelqu’un d’autre sur cette Terre ait déjà vu quelque chose d’approchant …

Ca fait quand même un peu (destruction mise à part) penser à l'arme nucléaire, dont les réminiscences sont nombreuses dans Goldorak.

Et l'anterak...Pulvérisé ? Envoyé dans un autre dimension, dans un autre espace-temps ? A 8675564545 milliards de km ? S'il a été anéanti, il reste Végalina pour faire le sale boulot (et Ezequios pour lui mettre des bâtons dans les roues...)

Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeSam 20 Jan 2018 - 19:39

J'adore la passage où Riguel ose dire du mal d'Actarus et surtout la réaction de Vénusia.
Wouah ! Au moins, j'espère que cette fois Riguel aura compris qu'on ne contredit pas une femme enceinte. Wink lol!

Quant au combat, que dire de plus sinon que j'ai eu très peur pour Actarus cette fois. affraid
Et qu'il est vraiment extra ce petit bouton rouge, en espérant que Goldorak ne soit pas trop sévèrement abîmé.

En ce qui concerne la fin, je trouve bien que Phénicia et Alcor qui intercèdent en faveur de Vénusia. cheers


Merci pour cette suite Kimi_san
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeDim 21 Jan 2018 - 21:52

venusia45 a écrit:
C'te trouille !!

=> C'était l'effet recherché ... et on dirait que ça a marché !  Very Happy

venusia45 a écrit:
Ca fait quand même un peu (destruction mise à part) penser à l'arme nucléaire, dont les réminiscences sont nombreuses dans Goldorak.

=> C'est très bien vu car c'est effectivement une référence à la série dans laquelle plusieurs références sont faites à l'enfer nucléaire (mention particulière à l'épisode #64 "Cinq minutes pour mourir" et naturellement à la blessure d'Actarus).

venusia45 a écrit:
Et l'anterak...Pulvérisé ? Envoyé dans un autre dimension, dans un autre espace-temps ? A 8675564545 milliards de km ?  S'il a été anéanti, il reste Végalina pour faire le sale boulot (et Ezequios pour lui mettre des bâtons dans les roues...)

=> Avouez que ce serait plus pratique pour Actarus et les Aigles ! Malheureusement pour eux, ce n'est pas le cas. Et préparez-vous au pire car Erea déteste rester sur un échec ! Quant à Ezequios, l'épisode #45 marquera le sommet de sa rivalité avec Végalina !

hikaru a écrit:
J'adore la passage où Riguel ose dire du mal d'Actarus et surtout la réaction de Vénusia.
Wouah ! Au moins, j'espère que cette fois Riguel aura compris qu'on ne contredit pas une femme enceinte. Wink lol!


=> Rigel qui retrouve l'espace d'un instant sa verve des premiers épisodes ! Sauf que cette fois, Vénusia le remet à sa place et assez sèchement ! J'ai un peu édulcoré la scène d'origine où elle repartait dans sa chambre en claquant violemment la porte de sa chambre pour exprimer sa rage ...

hikaru a écrit:
Quant au combat, que dire de plus sinon que j'ai eu très peur pour Actarus cette fois. affraid

=> C'était le but ... Comme elle le dit elle-même, Erea n'est pas Végalina ... et son style de combat est très différent, non ?

hikaru a écrit:
Et qu'il est vraiment extra ce petit bouton rouge, en espérant que Goldorak ne soit pas trop sévèrement abîmé.

=> Le mystère du petit bouton rouge ... Je dois dire que je me suis fait plaisir sur ce coup-là mais c'est aussi un clin d'oeil non pas à la série mais à la franchise "Super Robot Wars", une adaptation à ma sauce du "Dizer Full Power".

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Dizer_10
Dizer Full Power !

hikaru a écrit:
En ce qui concerne la fin, je trouve bien que Phénicia et Alcor qui intercèdent en faveur de Vénusia. cheers

=> J'ai retouché et rallongé un petit peu le "final" sur les conseils de notre amie Biniou (dont les conseils se sont avérés très précieux) sans toucher cependant à l'essentiel. La réaction d'Alcor et Phénicia semblait assez évidente ...  Very Happy

venusia45 a écrit:
Merci Kimi !

hikaru a écrit:
Merci pour cette suite Kimi_san

=> You're welcome ... as usual ! La suite arrivera dès que j'aurai bouclé le montage de l'épisode #40 (que j'ai pris énormément de plaisir à rédiger, vous vous en rendrez certainement compte à la lecture !).

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 0:20

Citation :
Je dois dire que je me suis fait plaisir sur ce coup-là mais c'est aussi un clin d'oeil non pas à la série mais à la franchise "Super Robot Wars", une adaptation à ma sauce du "Dizer Full Power".

Je suis désolée parce que c'est un peu hs, mais cela pique ma curiosité, quelle est donc cette arme "Dizer Full Power" ?

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2045937091

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 7:07

J'ai aussi eu la grosse trouille pour Actarus et Goldorak, heureusement qu'il y avait le bouton rouge.

En tout cas ce sont des vrais méchants et qui ne sont pas près à renoncer

Le centre va avoir du boulot pour essayer de remettre en état Goldorak et la Patrouille

Et je sens que c'est pas fini :-)

En tout cas merci pour ces chapitres passionnants et plein de suspense
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 7:46

Gurendaizä a écrit:
Je suis désolée parce que c'est un peu hs, mais cela pique ma curiosité, quelle est donc cette arme "Dizer Full Power" ?

=> Ca n'a rien de "hors-sujet" ... et je m'attendais à ce que tu me poses la question, à vrai dire ! Le "Dizer Full Power" n'est pas une arme à proprement parler, mais une fonctionnalité similaire au "Mazin Power" des Mazinger. Actarus peut désactiver tous les systèmes de sécurité pour pousser Goldorak au maximum de ses possibilités.

=> Seul bémol : le puissance déployée est si importante qu'elle fait surchauffer tous les composants internes ... ce qui implique que ces derniers doivent ensuite refroidir, ce qui suppose une période d'inactivité plus ou moins longue suivant l'utilisation de cette fonctionnalité.

Kass01 a écrit:
J'ai aussi eu la grosse trouille pour Actarus et Goldorak, heureusement qu'il y avait le bouton rouge.

=> C'est vrai que le coup n'est pas passé loin. Quant au petit bouton rouge, l'épisode #40 vous en apprendra plus sur la question ...

Kass01 a écrit:
En tout cas ce sont des vrais méchants et qui ne sont pas près à renoncer

=> J'ai essayé de les dépeindre comme ça ... en insistant sur le fait que Végalina et les siens sont "différents" de Minos, Hydargos, Horos et consorts ...

Kass01 a écrit:
Le centre va avoir du boulot pour essayer de remettre en état Goldorak et la Patrouille

=> Cette fois encore, Procyon et son équipe vont avoir du travail ... beaucoup de travail ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2526988808 "Les 35 heures ? Je ne connais pas ..."

Kass01 a écrit:
Et je sens que c'est pas fini :-)

=> Oh ça non ! Sinon, "ce ne serait pas amusant" !

Kass01 a écrit:
En tout cas merci pour ces chapitres passionnants et plein de suspense

=> Merci bien ! Comme indiqué précédemment, l'épisode #40 arrive bientôt ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 8:30

Citation :
=> Ca n'a rien de "hors-sujet" ... et je m'attendais à ce que tu me poses la question, à vrai dire ! Le "Dizer Full Power" n'est pas une arme à proprement parler, mais une fonctionnalité similaire au "Mazin Power" des Mazinger. Actarus peut désactiver tous les systèmes de sécurité pour pousser Goldorak au maximum de ses possibilités.

Wink Wink Wink merci Kimi ! Cela aurait été intéressant de voir cela dans la série je trouve ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 9:22

Gurendaizä a écrit:
Wink Wink Wink  merci Kimi ! Cela aurait été intéressant de voir cela dans la série je trouve ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 1752787198

=> Je pense que cette fonctionnalité n'était pas prévue et qu'elle a été rajoutée plus tard. A noter qu'il existe une variante vue dans l'un des mangas mais qui n'a été utilisée qu'une seule fois : le "Dizer Tera Max". La finalité est identique mais le mode de fonctionnement différent (de multiples panneaux disposés sur le corps de Goldorak se déploient pour laisser passer la puissance utilisée par Actarus).

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 13:27

Oh cela serait bien d'avoir les titres de ces mangas ! Wink Wink Wink et comment avoir le jeu que tu évoques plus haut ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 4072822622 (fin hs !) FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 477
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 15:05

Superbe Kimi,

Le combat est très prenant. Comme dit Vénusia45: où est passé Erea.....je suis sûre qu'en bonne militaire bien rodée, elle ne va pas se laisser faire.

Ezequios de retour sur terre....autre combat en vue, mais cette fois entre les méchants Very Happy

Que vas-tu proposer avec la femme de Véga et l'autre pasager? Je suis curieuse..

Lyra qui doit croiser Eslan, et qui n'en a certainement pas fini avec Vénusia.


Bref, encore de bons moments de suspens en perspective.

Chic de la lecture pour imiter notre ami Anterak... lol!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 16:40

Gurendaizä a écrit:
Oh cela serait bien d'avoir les titres de ces mangas ! Wink Wink Wink et comment avoir le jeu que tu évoques plus haut !  FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 4072822622 (fin hs !) FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2636677666

=> Pour le manga, c'est difficile à dire. Je ne me rappelle pas avoir vu cette fonctionnalité sur le "One-shot" de Nagaï / Ishikawa, ni sur les versions "Ota" et "Okazaki". Je pense plutôt pour un "one-shot" du type "Super Robot Retsuden" ou "Mazinger Anthology".

=> Pour les Jeux "Super Robot Wars", voilà un petit dossier très bien fait sur le sujet :

http://www.grospixels.com/site/srt1a.php

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeLun 22 Jan 2018 - 19:59

merci Kimi ! Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeMar 23 Jan 2018 - 22:32

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Header11

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 040_le10




Les dernières heures avaient été éprouvantes : le combat titanesque qu’avait dû livrer Actarus contre la dernière création de la Division Ruine était assurément l’un des plus durs qu’il avait jamais eus à mener. Il s’était retrouvé seul, privé du soutien de ses équipiers et il se disait qu’il aurait très bien pu y rester si son père adoptif ne lui était pas venu en aide en lui indiquant comment faire pour neutraliser son adversaire. Ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait dans ce genre de situation, contraint de se battre contre un ennemi aussi fort que lui aux commandes d’une machine endommagée. Mais cette fois, le coup était vraiment passé très près.

Il avait fallu attendre le milieu de la matinée pour que le professeur Procyon et ses assistants ne fussent arrivés sur les lieux de l’affrontement. Deux camions transportant plusieurs conteneurs avaient spécialement été affrétés pour cette opération pas comme les autres. L’un d’eux avait apporté un gouvernail de rechange pour Alcorak afin de remplacer celui qui avait été endommagé durant le combat ainsi que le matériel nécessaire pour effectuer le montage sur place. Ce ne serait là qu’une réparation de fortune, mais elle permettrait au spacer de repartir pour regagner le Centre de recherches spatiales. A première vue, les dégâts constatés n’étaient pas très importants mais seul un examen minutieux permettrait à Alcor et aux différents techniciens qui le seconderaient d’en savoir davantage. Une chose était certaine : Alcorak était, de loin, celui qui avait le moins souffert.

En effet, Fossoirak était sérieusement endommagé et bien trop abîmé pour effectuer le voyage de retour par ses propres moyens. Les forces de sécurité déployées par la Défense Nationale, avaient un temps envisagé de le rapatrier au Centre par la route et sous bonne escorte, mais ce projet avait rapidement été abandonné en raison de son poids et de son envergure. Le scientifique avait finalement décidé d’utiliser les grappins situés sous le blindage inférieur de Vénusiak pour pouvoir le transporter par la voie des airs et ce en toute sécurité. S’il avait déjà subi des dommages similaires quelques mois plus tôt lorsque les Aigles avaient dû à la fois combattre un monstre véghien et empêcher l’explosion en pleine ville d’une bombe au lasernium, les réparations promettaient d’être longues.

Phénicia ne se préoccupait guère de ce genre de détail. Elle souhaitait, plus que tout, en savoir plus sur l’état de santé de son frère aîné. Son exposition prolongée au lasernium utilisé par Erea pendant le combat et la violence de l’explosion causée par l’usage de ce dispositif dont nul, excepté Procyon, ne connaissait l’existence constituaient une source d’inquiétude légitime. Par chance, le scientifique avait apporté avec lui un équipement médical portable et performant, ce qui lui avait permis de procéder à un rapide examen. D’autres seraient nécessaires pour que tous fussent pleinement rassurés, mais les premiers résultats étaient plus qu’encourageants.

- Je dois dire que je ne m’attendais pas à cela, observa-t-il en consultant une nouvelle fois les relevés qu’il venait d’éditer.

- Que voulez-vous dire, professeur ? demanda Vénusia, inquiète. La jeune femme était restée auprès d’Actarus pendant toute la durée des examens et avait gardé sa main dans la sienne.

- Même si tout cela demande encore confirmation, les premiers examens montrent que ton état de santé est plus que satisfaisant, Actarus. Si tu avais été exposé à ce type de rayon alors que ta blessure n’était pas encore guérie, tu n’aurais probablement pas survécu.

- Vraiment ? Dis m’en plus, père.

- La puissance de cette arme dépasse de loin tout ce que nous avons pu connaître au cours des différents combats que vous avez dû livrer contre les armées du Grand Stratéguerre et je suis persuadé que les instruments de bord de Goldorak nous le confirmeront si nous parvenons toutefois à en tirer quelque chose.

- Tu penses que nous pourrons le remettre en état rapidement ?

- Il est encore trop tôt pour le dire. Les dégâts que nous avons constatés sur ta machine et ta soucoupe porteuse sont importants et nous devons avant toute chose nous assurer que tu puisses rejoindre le Centre sans danger.

Il poursuivit.

- Nous n’utiliserons pas les moteurs et le système d’alimentation en énergie de ta soucoupe porteuse comme nous l’avions envisagé au départ. Nous avons installé, de part et d’autre de son gouvernail, deux réservoirs couplés à des propulseurs similaires à ceux montés sur les autres appareils de l’escadrille. De plus, les réserves de secours de Goldorak n’ont pas été entamées et je pense qu’elles devraient suffire pour te permettre d’effectuer la manœuvre d’arrimage.

- Très bien.

Procyon allait reprendre la parole lorsque le bruit caractéristique des rétrofusées d’Alcorak se fit entendre. Tous les regards convergèrent alors dans sa direction. A l’intérieur du poste de pilotage, Alcor alluma successivement les propulseurs principaux et auxiliaires avant de prendre la direction du Centre en volant à une allure modérée. Si tout allait bien, il s’y poserait dans un peu moins d’une heure.

- Comme vous venez de le voir, Alcor vient juste de décoller. Phénicia, prépare-toi à en faire autant d’ici quelques minutes. Tu transporteras Fossoirak jusqu’au Centre avec Vénusiak. Je vais voir où en sont les préparatifs de ce côté.

- Compris professeur. Je vous accompagne, répondit la jeune fille.

Phénicia adressa un clin d’œil à son frère qui lui répondit par un sourire avant de s’adresser à Vénusia. « Veille bien sur lui, petite sœur … promis ? ».

- Oui, c’est promis … répondit-elle en lui faisant un petit signe de la tête.

Procyon et Phénicia s’éloignèrent en laissant Vénusia et Actarus derrière eux. Le jeune homme se releva, visiblement préoccupé. Son esprit était assailli de multiples questions qui n’avaient pour le moment aucune réponse. Comment avait-il pu échapper au funeste destin qui lui semblait promis ? D’où pouvait venir cette formidable puissance qui lui avait sauvé la vie ? Et comment son père adoptif en connaissait-il l’existence alors qu’il ne la connaissait pas lui-même ?

Vénusia le regarda avec attention. Elle le connaissait bien et savait qu’il préférait qu’on le laissât tranquille dans ce genre de situation. Mais c’était avant, avant qu’ils ne fussent devenus aussi proches qu’ils l’étaient aujourd’hui. Elle reprit sa main dans la sienne et finit par se blottir contre lui, fermant les yeux tout en esquissant un très léger sourire. Il baissa la tête à son tour et passa longuement sa main dans ses cheveux avant de sourire à son tour, profitant intensément de ces instants.

- Tu devrais éviter de te fatiguer inutilement, tu sais. Tu ne trouves pas que tu en fais un peu trop ? demanda-t-il en plongeant son regard dans le sien.

- Je n’en ferai jamais assez de toute façon, répondit-elle d’une voix douce. Parce que ma place est ici, avec toi. Je ne suis heureuse que lorsque tu es près de moi … et tu ne me feras jamais changer d’avis à ce sujet …

- Je n’en ai pas l’intention et tu le sais. Ce serait renier tout ce en quoi je crois si j’agissais de cette façon. Nous éprouvons la même chose l’un pour l’autre … et la seule pensée de te savoir en danger m’inquiète au plus haut point.

- Je le sais. Tu te rappelles de ce moment où je t’ai dit que j’étais prête à te suivre jusque dans la mort pour qu’on ne soit plus jamais séparés ?

- Oui, je m’en souviens. Seulement, je n’ai pas l’intention de quitter ce monde tout de suite, fit-il en souriant. Je dois cependant reconnaître que ce conflit est plus difficile que le précédent et nos adversaires sont encore plus redoutables que ceux que nous avons affrontés par le passé.

- Tu penses à Végalina en disant cela, n’est-ce pas ? demanda-t-elle en le regardant avec insistance. Elle avait hâte de connaître sa réponse.

Il acquiesça.

- Tous ceux que nous avons combattu ont souvent privilégié la force brute, même s’ils ont parfois eu recours à d’autres méthodes toutes plus abjectes les unes que les autres, comme le chantage ou la rééducation mentale. Avec Végalina, tout est différent …

- Qu’est-ce que tu veux dire ?

- Son approche est différente. Elle peut tout aussi bien utiliser la force que jouer la carte de la psychologie en manipulant nos émotions. C’est ce qui la rend aussi imprévisible que dangereuse. Tu en as fait l’amère expérience …

- Tu ne peux pas tout prévoir. Tu viens de le dire. Elle sait se servir de toutes les armes dont elle dispose. C’est ce qui me terrifie le plus …

- C’est justement parce que je le sais que …

- J’ai peur, dit-elle en lui coupant la parole. A cause de ce qu’elle nous déjà fait subir et de ce qu’elle est déjà en train de préparer. Elle ne s’arrêtera pas avant d’en avoir fini avec toi, Actarus …

- Je ne me laisserai pas faire, sois-en sûre. Je comprends tes craintes et tes angoisses, mais sache que je ferai tout pour vous protéger. C’est aussi pour vous préserver de sa folie que je préfère te savoir en sécurité au Centre ou au ranch …

- Il n’y a aucun endroit où je me sente véritablement en sécurité. Ce qui s’est passé au Centre avec l’évasion de Lyra ne m’a pas vraiment rassurée … pas plus que ce qui c’est passé au ranch tôt ce matin …

- Quoi ?! Qu’est-ce que tu dis ? dit-il, interloqué.

- Je n’ai pas envie d’en parler ici. Je préfère qu’on soit seuls pour en parler. Juste toi et moi … si tu veux bien.

Il opina et l’embrassa sur le front toue en caressant sa joue avec douceur. Vénusia se sentit rougir et ferma les yeux. Pour rien au monde elle n’aurait souhaité se trouver ailleurs.

Quelques minutes plus tard, Cochir et deux de ses collègues vinrent à leur rencontre.

- Tout est terminé pour ce qui concerne ta soucoupe porteuse, Actarus. Antarès et moi avons fini la mise en place des réservoirs externes et avons vérifié le bon fonctionnement des propulseurs. Ce n’est qu’une solution provisoire, mais cela devrait suffire pour te permettre de retourner au Centre.

- Merci d’avoir fait aussi vite.

C’est à cet instant qu’ils virent, à quelques centaines de mètres de là, Vénusiak s’élever dans les airs avec Phénicia aux commandes. La jeune fille débloqua les trappes placées sous le fuselage du spacer, libérant les grappins que les techniciens restés au sol fixèrent sur les supports métalliques installés à la base des ailes de Fossoirak. L’opération, particulièrement délicate, prit en tout et pour tout une vingtaine de minutes.

Les deux appareils de l’escadrille quittèrent la zone et finirent par disparaître à l’horizon sous le regard inquiet de Procyon. Le scientifique regarda sa montre et but le contenu d’une petite bouteille d’eau. Après avoir échangé quelques mots avec Antarès et deux autres de ses collaborateurs, il rejoignit Actarus et Vénusia.

- Tout est paré, Actarus. Il ne te reste plus qu’à t’arrimer à ta soucoupe porteuse. Tu penses pouvoir y parvenir ?

- Je crois que oui. De toute manière, nous serons rapidement fixés.

- Alors vas-y. Dès que tu auras réussi ta manœuvre, nous partirons à notre tour pour rejoindre le Centre. Tu es d’accord, Vénusia ?

- Bien professeur.

La jeune femme embrassa Actarus sur la joue et lui sourit.

- Fais attention à toi, surtout.

- Sois tranquille.

Quelques instants plus tard, le prince prit place dans le poste de pilotage de sa machine et constata avec dépit l’état déplorable de ses instruments de bord, tous très endommagés. Il effleura du bout des doigts cette trappe restée ouverte qu’il n’avait jamais remarquée et le bouton qui s’y trouvait. Ce simple bout de plastique rouge irisé lui avait sauvé la vie. Il ne savait pas exactement ce que cela cachait, mais il était bien décidé à en savoir davantage une fois au Centre.

- Mon vieux Goldorak, il est temps de réussir l’impossible … « Récupération !!! »

Il entendit une détonation et aperçut au loin un panache de fumée grisâtre qui se dissipa rapidement. « Raté … » songea-t-il. Son regard lorsqu’il vit apparaître sa soucoupe porteuse devant lui. Sa silhouette était moins gracieuse qu’à l’accoutumée en raison des différents équipements positionnés de part et d’autre de son gouvernail mais elle volait et c’était là l’essentiel.

- Et maintenant à moi de jouer … dit-il en tirant vers lui ses leviers de commande. « Allez Goldorak … Cabré !!! ».

Le robot géant se redressa lentement et se mit ensuite à courir pour se propulser dans le ciel et rejoindre son transporteur qui planait juste au-dessus de lui.

- « Arrimage !!! »

Les réacteurs se soulevèrent pour lui laisser le libre passage. La manœuvre se déroula sans problème apparent. Une fois à son bord, le robot conserva ses deux bras droit devant lui pour éviter tout problème d’équilibre.

- Bien joué Goldorak ! Bien joué ! dit-il, visiblement soulagé.

Tous ceux qui assistèrent à la scène, y compris les curieux maintenus à l’écart par les forces de sécurité, réagirent de la même façon. Procyon se montra même admiratif. A l’exception d’Actarus, il était celui qui le connaissait le mieux et il lui arrivait encore de s’étonner des performances de cette machine de guerre devenue entre les mains de son fils adoptif et aux yeux de tous (ou presque) le Défenseur de la planète bleue. Satisfait, il prit place à bord de la navette où se trouvaient déjà Vénusia et Cochir. Celle-ci quitta les lieux quelques instants plus tard.

Il fallut plus d’une heure à Goldorak et son pilote pour rejoindre leur base secrète. La porte du barrage s’ouvrit peu de temps avant qu’il n’entame sa descente et se referma quelques instants après son passage. Une fois immobilisé, Actarus releva sa visière, satisfait d’être arrivé à destination. Il savait cependant que le plus dur était à venir : il faudrait une nouvelle fois le réparer et ce serait loin d’être une partie de plaisir.

Il quitta le poste de pilotage du robot et se réceptionna quelques instants plus tard sur la rampe de lancement incurvée. Un autre saut lui permis de se retrouver sur le plancher du hangar. Il releva la visière de son casque et recula de quelques pas pour se rendre compte par lui-même des dommages causés à son appareil par les trois engins véghiens qu’il avait affronté avec ses équipiers. Ce qu’il vit le rendit plus soucieux encore.

Procyon le rejoignit quelques minutes plus tard. Les deux hommes gardèrent le silence en se contentant d’observer le robot et sa soucoupe porteuse. La tâche qui les attendait était énorme et ils le savaient.

- Je ne pensais pas qu’il était endommagé à ce point. Si Végalina décidait de nous attaquer dans les prochains jours …

- … il ne serait pas en état de combattre, je sais. Cependant, nous ne pouvons plus nous permettre de procéder à des réparations sommaires comme nous l’avons fait jusqu’à maintenant. Nous devrons effectuer une analyse minutieuse de ta machine et agir en profondeur pour que tu puisses de nouveau exploiter toute sa puissance. Comme tu peux t’en douter, cela prendra du temps.

- Tu viens de parler de puissance, père … Je voudrais …

- Je pense savoir où tu veux en venir, mon fils. Tu fais allusion à ce qui t’a permis de vaincre cet antérak, n’est-ce pas ?

- Oui. Qu’est-ce que c’était ?

Le scientifique hésita brièvement avant de répondre.

- J’espérais ne jamais évoquer ce sujet avec toi, Actarus. Je n’aurais jamais imaginé faire appel à cette commande un jour.

- Tu connaissais donc son existence ?

- Oui. A vrai dire, je l’ai découverte peu de temps avant que notre combat contre le Grand Stratéguerre et ses hommes ne se termine. J’ignorais exactement de quoi il s’agissait à l’époque, mais j’avais le sentiment que nous ne devions pas l’utiliser et ce quel que soit le risque.

Il croisa les bras et ferma les yeux, visiblement ému. Actarus sentit que cet aveu lui était extrêmement pénible. Il posa sa main sur son épaule pour tenter de le rassurer.

- Si tu ne veux en parler, je comprendrai. Ne t’inquiète pas.

- Oui je sais. Mais je n’ai pas le droit de te cacher ces informations. Ta curiosité doit être satisfaite.

Procyon leva les yeux en direction de Goldorak et commença son exposé.

- Comme tu le sais, ton ordinateur de bord contient les plans détaillés de ta machine. Nous en avons fait une copie de sauvegarde que nous avons soigneusement conservée dans le cérébro-ordinateur de sorte à ce que nous puissions l’étudier jusque dans ses moindres détails pour en améliorer les performances.

Il poursuivit.

- Ce n’est qu’après votre départ pour Euphor que j’ai pu vraiment me pencher sur la question. D’après les annotations qui figuraient sur les plans, les ingénieurs et les techniciens qui ont conçu Goldorak considéraient cet équipement non pas comme une arme proprement dite, mais plutôt comme un système de sécurité.

- Un système de sécurité ?

- Exactement. Sans entrer dans les détails, c’est un mécanisme très complexe qui peut être utilisé de manière offensive ou défensive. Il n’avait cependant jamais été testé dans des conditions réelles et sa fiabilité était très incertaine. En d’autres termes, personne ne savait comment il se comporterait si quelqu’un se décidait à l’employer.

- Je vois.

- En pressant le bouton rouge situé sous la trappe gauche de ton siège, tu as actionné le mode offensif dont le fonctionnement est similaire à celui d’une arme conventionnelle. Tu as projeté toute l’énergie dont tu disposais pour te défendre contre une attaque venue de l’extérieur.

- Je comprends. Et pour ce qui est du mode défensif ?

- Le mode défensif est actionné par un autre bouton dissimulé sous la trappe droite de ton siège. Il concentre toute l’énergie disponible et la redirige vers l’intérieur de ta machine pour la mettre en surcharge … et provoquer sa destruction.

- Grands dieux … J’étais loin de me douter de l’existence d’un tel équipement …

- Tu comprends maintenant pourquoi j’ai volontairement décidé de te cacher l’existence de ce dispositif, notamment en raison de sa fiabilité. Nous avions déjà suffisamment de problèmes à l’époque et je ne tenais pas à ce que tu l’utilises. J’espère ne pas avoir mal agi.

- Tu as agi comme tu pensais devoir le faire, père. Tu voulais seulement me protéger et je ne peux pas te blâmer pour cela, bien au contraire.

- C’est parce que tu étais dans une situation désespérée que je me suis décidé à t’en faire part aujourd’hui. Alcor et Phénicia n’étaient plus en mesure de combattre et nous ne pouvions rien faire pour te venir en aide. Nous n’avions aucune autre alternative.

Le prince acquiesça.

- Nous allons tout mettre en œuvre pour remettre Goldorak en état dans les meilleurs délais. En attendant, accompagne-moi jusqu’au bloc médical. Même si les résultats des premiers examens ont partiellement apaisé mes craintes te concernant, il est essentiel de savoir exactement où tu en es.

- Oui, tu as raison. Après ce qui vient de se passer, mieux vaut ne pas prendre de risques.

Tous deux quittèrent le hangar de Goldorak quelques instants plus tard.

De son côté, après un vol (presque) sans histoire, Alcor avait réussi à se poser dans son hangar quelques minutes avant Actarus et avait quitté son appareil pour se rendre via l’ascenseur intérieur dans l’atelier où se trouvait à présent Fossoirak. Malgré quelques soucis d’équilibre survenus à la fin de son trajet, Phénicia avait réussi à manœuvrer presque sans aide pour l’y déposer avant de faire demi-tour pour regagner son emplacement habituel.

Visiblement marqué par l’effort, le jeune homme avait les traits tirés et peinait à garder les yeux bien ouverts. Il se passa la main dans ses cheveux en bataille et regarda attentivement le spacer bleu et rouge. Il était bien plus endommagé qu’il ne l’avait supposé et savait qu’il ne serait guère aisé de le réparer. « Et ben, ça risque de nous prendre un bon moment pour le remettre à neuf … ». Une question lui vint à l’esprit : si Phénicia était arrivée avant lui, où avait-elle bien pu passer ? La réponse tomba quelques instants plus tard, évidente.

- Est-ce que tu aurais besoin d’aide par hasard … « mon cher Alcor » ?

Il grimaça et ferma les yeux. « Elle m’énerve quand elle s’y met … elle m’énerve ! » grommela-t-il avant de regarder autour de lui. Il n’y avait personne dans son champ de vision alors qu’il était sûr de l’avoir entendue. Ce n’est qu’en levant les yeux sur la passerelle qui surplombait l’atelier qu’il l’aperçut enfin.

- Décidément, tu as la tête dure ! Je t’ai déjà dit de pas m’appeler comme ça ! Il va falloir que je te le répète combien de fois ?

- Encore quelques unes, je crois … répondit-elle dans un éclat de rire.

- Vas-y … moque-toi autant que tu voudras ! De toute façon, j’ai autre chose à faire. Dès que nos collègues seront rentrés, on pourra se mettre au travail pour remettre tous nos appareils en état. Parce que si Végalina revient à la charge, on ne pourra pas riposter !

- Oui c’est vrai … dit-elle en reprenant son sérieux.

D’un geste, elle enjamba la barrière et s’y assit, les pieds dans le vide. Il devait facilement y avoir une quinzaine de mètres par rapport au plancher mais elle semblait s’en moquer, contrairement à Alcor. « C’est pas vrai … Elle va finir par se faire mal un de ces jours … et ça sera pas faute de l’avoir prévenue … », songea-t-il en hochant la tête de dépit. Quelques instants plus tard, elle sauta et, après un saut périlleux plein de grâce, se réceptionna parfaitement sous le regard ébahi du jeune homme. Une fois encore, ses talents d’athlète confirmée avaient fait merveille.

- Tu  sais que t’es complètement cinglée quand tu t’y mets ?

- Je sais … mais c’est aussi pour ça que tu m’aimes bien, non ? répondit-elle du tac au tac.

- Je l’admets … mais à force de faire ce genre d’acrobaties, tu finiras par te tuer ou me faire attraper une crise cardiaque !

- Vraiment ? Je ne te savais pas si sensible … « mon cher Alcor » …

Elle se rapprocha en souriant et se passa la main sur la nuque.

- Excuse-moi de réagir de cette façon et de te paraître un peu désinvolte, mais c’est un peu ma façon à moi de décompresser. Je ne vais pas te mentir … mais j’ai eu très peur.

- Ah ça … tu es pas la seule. J’ai bien cru que cette fois, on y aurait droit.

Phénicia esquissa une grimace et posa sa main sur son épaule droite, un geste qui ne passa pas inaperçu aux yeux de son équipier.

- Tu as encore mal ?

- Un peu … mais ça va aller. C’est rien du tout, ne t’inquiète pas.

- Justement non. J’ai toutes les raisons de m’inquiéter, même si tu penses que ta blessure n’est pas grave. Je ne veux pas que tu prennes de risques. On a bien vu ce que ça a donné cette nuit. Tu n’étais pas complètement remise et tu as voulu repartir tout de suite …

- Le professeur m’a dit que ça irait. Et puis je ne pouvais pas vous laisser là-bas tous les deux. Déjà à quatre, on avait parfois du mal. Alors à deux …

- On était déjà deux avant que Vénusia ne nous rejoigne … mais je reconnais que tu as eu raison. On aurait tort de se priver de ta présence. Si on veut protéger la Terre contre ces monstres, il faut qu’on mette tous les atouts de notre côté …

- Tu me fais penser à Actarus lorsque tu parles de cette façon …

- Peut-être bien, oui. Pour le moment, ce qui compte, c’est de remettre nos appareils en état le plus vite possible. Je ne pense pas que ça prendra trop de temps pour Alcorak. En revanche, pour Fossoirak …

- Tu devrais en parler au professeur lorsque tu le verras. Si ça se trouve, il dispose de toutes les pièces nécessaires pour le réparer.

- Tu crois ? Je te signale que ton appareil a perdu un turboréacteur dans l’histoire. C’est déjà arrivé une fois et ça nous a pris un moment pour le remettre à neuf. Tu te rappelles de cette histoire ?

- Je m’en souviens, oui. On a beaucoup de chance ce jour-là. Si Actarus n’avait pas réussi à nous débarrasser de cette bombe, toute la ville aurait été rasée et on ne serait peut-être plus là aujourd’hui …

- Voilà. Et si tu te rappelles bien, on s’en est pas sortis indemnes. Vénusia s’était déboîté l’épaule et Actarus était resté inconscient pendant deux jours. Et ce coup-ci, il a bien failli y rester pour de bon. Et je ne m’explique toujours pas comment il a pu en réchapper …

- Il n’y a que le professeur qui pourrait te répondre. Après tout, c’est bien lui qui nous a donné la solution …

Alcor ne put réprimer un bâillement sonore.

- En attendant que tout le monde arrive, autant aller prendre un peu l’air. Qu’est-ce que tu en penses ?

- Avec plaisir.

Les deux jeunes gens quittèrent l’atelier et empruntèrent l’ascenseur intérieur, puis le couloir qui donnait sur la sortie du Centre. Ils descendirent l’un après l’autre le petit escalier et contournèrent le bâtiment principal pour se diriger vers le plan d’eau situé en arrière de celui-ci. Avec le temps, ils avaient appris à apprécier cet endroit calme où ils pouvaient discuter librement.

Le ciel était dégagé. La température était agréable et il  n’y avait pas de vent. Phénicia ôta ses gants et les glissa à sa ceinture avant de s’adosser contre le mur. La fatigue commençait à se faire sentir et la belle assurance qu’elle avait affiché quelques minutes plutôt s’était dissipée. Elle se ressaisit dès qu’elle sentit la présence d’Alcor à ses côtés. Son regard se posa alors sur la bague qu’il lui avait offerte avant que leurs chemins ne se séparassent. Elle l’avait toujours gardée avec elle. Elle le lui avait promis et elle avait tenu parole.

- Tu sais, il ne s’est pas passé un jour sans que je ne la regarde. On était peut-être loin l’un de l’autre … mais quelque part, tu étais toujours là, près de moi. Il paraît qu’il y a une expression sur Terre qui résume bien ce genre de chose … mais je serais incapable de dire laquelle !

- « Loin des yeux et près du cœur ». C’est ce qui se dit ici. Je n’avais jamais prêté attention à ce genre de chose avant … ou presque. Mais quand tu es partie …tout a changé.

- Pour beaucoup de gens sur Euphor, ce n’était qu’un bijou sans importance … mais pas pour moi.

- Phénicia … je voudrais te faire une confidence, dit-il, visiblement ému.

- Je t’écoute … répondit-elle avec curiosité.

- Voilà. Avant de faire ta connaissance, j’ai vécu une belle histoire avec une jeune fille qui avait à peu près ton âge à l’époque. Ça remonte à loin, maintenant. C’était avant que je ne vienne ici et que je ne fasse la connaissance d’Actarus, de Vénusia, de Procyon et de tous les autres. Partir avait été un choix difficile, surtout après toutes les épreuves que nous avions traversé. Je n’en ai parlé à personne … mais je  ne l’ai pas très bien vécu, surtout au début.

- Je te comprends. Est-ce que tu y repenses, parfois ? demanda-t-elle.

- Parfois oui. Parce que ce sont de beaux souvenirs que je ne veux pas oublier. Seulement, ça n’a rien à voir avec ce que j’ai ressenti avec votre départ à tous les deux. Je ne sais pas si tu as réagi de la même façon que moi ce jour-là … mais j’ai pas été fichu de retenir mes larmes. C’est bête, mais j’ai pleuré. Et vu que j’avais jamais osé te dire franchement combien tu comptais pour moi, ça a été encore plus difficile …

- Je le sais Alcor, dit-elle en prenant ses deux mains dans les siennes. Nous n’avons jamais eu la force ou le courage d’admettre qu’on avait des sentiments l’un pour l’autre … et quand on a fini par se décider, c’était trop tard. Je devais repartir et tu le savais. Tu t’es montré compréhensif avec moi ... et tu m’as offert cette bague. Ça m’a beaucoup touchée, tu sais. C’est ton cœur qui a parlé à ce moment-là … et c’est pour ça que je t’ai offert mon médaillon. Je suis peut-être partie ce jour-là, mais mon cœur est resté auprès de toi.

- Je pensais pas t’entendre dire ça un jour. Après votre départ, j’ai été tenté de repartir moi aussi puisque ma mission était terminée. Pourtant, j’ai décidé de rester … et d’attendre ton retour. Parce que je savais qu’on se retrouverait un jour ou l’autre …

Il ferma brièvement les yeux en essayant de rester maître de ses émotions.

- Phénicia … Est-ce que je peux te demander une faveur ?

- Laquelle ?

- Si ton cœur est resté sur Terre comme tu le dis, alors je voudrais que ce qui manque reste aussi. Je sais, quand tout sera fini, qu’Actarus repartira pour Euphor avec Vénusia et leur bébé. Mais moi, je voudrais que tu restes … si tu le veux.

- Tu sais ce que je pense de tout ça, « Alcor chéri ». Je t’ai dit que je resterais à tes côtés si tu me le demandais. Je n’ai pas changé d’avis … et je le souhaite tout autant que toi.

- Tu ne sais pas à quel point ça peut me faire plaisir. C’est …

- … ce que tu as toujours voulu entendre sans jamais oser me le dire ? dit-elle en prenant un air amusé.

- C’est pas sympa de ta part de te servir de tes pouvoirs pour terminer les phrases que je commence. Tu pourrais au moins me laisser aller jusqu’au bout de mes pensées …

- Excuse-moi, je n’ai pas pu m’en empêcher ! C’est comme ça … Tu vas sûrement dire que j’exagère … mais je pense déjà savoir ce que tu  as en tête …

La jeune fille passa ses bras autour de son cou et se mit ensuite sur la pointe des pieds pour poser ses lèvres sur les siennes tandis qu’il la prit par la taille. Ils étaient là. Unis. Rien d’autre ne comptait pour eux.

Plus haut, après son passage au bloc médical, Actarus, qui portait sa tenue « civile » s’était rendu auprès de Vénusia. La jeune femme, vêtue d’une robe ample et légère de couleur mauve ornée de fleurs blanches et argentées semblait perdue dans ses pensées et regardait le paysage qui s’étalait devant elle au travers de la vitre blindée de sa chambre. Son regard était triste et ses yeux rougis, comme si elle avait pleuré peu de temps auparavant. Une fois près d’elle, il prit sa main dans la sienne.

- Je suis heureuse de te savoir ici, Actarus. Il n’y a qu’à tes côtés que je me sens réellement en  sécurité. Qu’importe l’endroit où je me trouve … parce que si tu es avec moi, je sais que tu me protégeras.

- Tu as dit que tu me parlerais de ce qui est arrivé au ranch ce matin. Dis-moi ce qui s’est passé. Je sais que cela t’a beaucoup perturbée. Je peux le lire dans tes yeux.

Elle acquiesça et s’assit sur son lit avant de lui raconter toute l’histoire en marquant de fréquentes pauses. Il l’écouta avec intérêt. Malgré son état, elle avait gardé son sang-froid dans cette situation difficile, ce qui lui avait permis d’échapper au pire.

- Ça ne peut être que Lyra. Nous pensions qu’elle n’avait pas survécu à l’explosion qu’elle avait provoquée pour s’échapper. Il faut croire que nous nous sommes trompés. Si elle est encore dans les parages, et je crois qu’elle l’est, elle risque de s’en prendre à nous encore une fois … et à n’importe quel moment.

- Tu ne m’apprends rien … mais il faut que je te parle d’autre chose. Quelque chose qui m’a profondément marquée.

- Qu’est-ce que c’est ?

Elle l’invita à s’installer près d’elle, ce qu’il fit aussitôt. Son visage se fit plus grave. Elle prit sa main droite et la posa sur son ventre avant d’apposer sa main sur la sienne.

- Je ne sais pas comment l’expliquer. Mais avant qu’elle ne me tire dessus pour la première fois, j’ai senti mon bébé bouger. Comme s’il avait voulu m’avertir de quelque chose, comme s’il avait su avant moi que ma vie, que nos vies étaient en danger. Ça doit te sembler complètement irréel …

- Je le comprends mieux que tu ne le crois. Il m’est arrivé moi aussi de ressentir la même chose lorsque je partais combattre les armées de Véga, comme si quelque chose me protégeait. Je n’ai pas compris immédiatement de quoi il s’agissait, mais …

- … tu l’as ressenti. Comme moi. Tu l’as ressenti … avant même qu’on ne s’embrasse pour la première fois et qu’on ne passe la nuit ensemble, quelques heures avant ton départ. Je l’ai ressenti encore plus intensément lorsque tu me touchais, que tu m’embrassais, que tu me serrais tout contre toi. C’était si fort … et si plaisant en même temps.

Au fil de ses paroles, elle retrouva le sourire, sans se soucier des larmes qui perlaient sur ses joues rougies. La gorge nouée, elle poursuivit sur sa lancée.

- Je me suis sentie heureuse et épanouie comme jamais je ne l’avais été. Je n’étais plus l’adolescente rêveuse et insouciante que j’étais lorsque je t’ai rencontré. J’étais devenue, entre tes bras, celle que j’avais toujours voulu être …

Jamais elle ne s’était dévoilée ainsi. Elle se sentait en confiance, libérée de ses angoisses et donnait libre cours aux sentiments qu’elle avait gardés en elle pendant si longtemps. Tout ce qu’elle lui avait confié depuis son retour n’était rien comparé à cela.

- J’ai passé bien des nuits à repenser à tout ça, à revivre ces instants encore et encore. J’ai ressenti tant de choses contradictoires cette nuit-là. Et pour tout te dire, je n’avais qu’une seule envie : recommencer … pour le ressentir encore une fois. Cette nuit était la plus belle que j’ai jamais vécue. Je me fichais de l’endroit où nous étions … parce que nous étions enfin ensemble … rien que toi et moi.

- Vénusia, je …

- Laisse-moi continuer … s’il te plaît. Votre départ à tous les deux a été pour moi le pire des châtiments. Je suis entrée peu de temps après à l’université en espérant que les cours, les devoirs et tout le reste rendraient votre absence moins pénible … mais je me suis trompée. Je ne sais plus combien de nuits j’ai passé à pleurer comme une gamine, toute seule dans ma chambre, en espérant que tu viendrais me chercher comme tu le faisais toujours dans mes rêves …

- …

- Vous me manquiez tellement. Mais je ne me suis jamais plainte. J’ai gardé ma peine au fond de moi … parce que je ne voulais pas que ça se sache. Durant ces moments-là, il n’y avait que trois choses qui m’aidaient à tenir le coup : cette photo qui est là et où nous sommes tous ensemble, la perspective, pour moi si lointaine, de votre retour … et surtout le souvenir de cette nuit-là. Rien d’autre …

Elle s’interrompit et le regarda avec tendresse. Il lui était impossible de garder en elle ce trop-plein d’émotions. C’était en elle … et il fallait que cela sorte. Il fallait qu’elle les lui fît partager pour qu’il comprenne à quel point il comptait à ses yeux. Elle avait de plus en plus de mal à respirer.

- Je sais que ce n’est pas le retour que vous souhaitiez, Phénicia et toi. Mais c’était la réponse à toutes mes prières. Mon vœu avait été exaucé. Je n’ai pas su comment réagir lorsque j’ai repris connaissance et que je vous ai vus à mon chevet. Tout se bousculait dans ma tête … et je ne savais même pas que le meilleur était encore à venir …

- Je le sais, Vénusia. Je comprends la portée des s …

- Laisse-moi finir … je t’en prie. Je n’aurai ni la force, ni le courage d’aller jusqu’au bout de mes pensées si tu essaies de m’interrompre …

Elle se releva et reprit la direction de la fenêtre. Suivait-elle les contours du paysage qui se dessinait devant elle ou ceux qui prenaient forme dans son esprit au fur et à mesure de ses paroles ? Elle ne le savait pas et elle s’en fichait. Il l’écoutait et rien n’était plus important.

Il se releva à son tour lorsqu’elle se retourna avec grâce. Elle lui sourit et se passa la main dans ses cheveux, comme pour se donner du courage.

- Quand j’ai appris que j’étais enceinte et que je portais ton enfant, j’ai compris que ma vie avait un sens. C’était un cadeau magnifique … le plus beau de tous ceux que tu aurais pu m’offrir. Savoir que nous partirons ensemble pour Euphor avec notre bébé lorsque cette guerre sera terminée me comble de joie … mais il reste encore autre chose …

- De quoi est-ce que tu veux parler ? demanda-t-il, visiblement troublé.

Il ne savait pas à quoi s’attendre mais cette sensation ne lui était pas inconnue. C’était exactement la même chose que la première fois. Elle essayait également, tant bien que mal, de maîtriser ses émotions … mais elle en était incapable.

- Actarus, réponds-moi franchement … est-ce que tu m’aimes ?

- Tu n’as pas besoin de me poser cette question, Vénusia. Tu connais déjà la réponse. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé personne.

- Je ne me lasse pas de l’entendre. Je ne m’en lasserai jamais. Tu pourrais me le dire des dizaines, des centaines, des milliers de fois … Je ressentirai toujours la même chose, comme si c’était la première fois …

D’un geste presque imperceptible, elle fit glisser sa robe, dévoilant ainsi son intimité. Elle ne se sentait ni gênée, ni complexée par quoi que ce fût. Il en aurait été autrement quelques années auparavant mais plus maintenant. Elle était auprès de celui qu’elle aimait plus qu’elle-même et assumait pleinement sa féminité.

Elle le regarda longuement. Son attitude, son regard, son allure … Tout cela parlait plus qu’un long discours. D’un geste, elle l’attira à elle et l’embrassa sans retenue avant de lui glisser quelques mots à l’oreille.

- Alors … Aime-moi ! Ici, maintenant. De toutes tes forces. De tout ton cœur. Et de toute ton âme …

- Tu n’es pas vraiment raisonnable … Est-ce …

- Je ne veux plus être raisonnable, Actarus. J’ai trop longtemps attendu ces instants. Il ne s’est pas passé un jour sans que je ne souhaite revivre ce que nous avons partagé. Les conditions n’étaient jamais réunies … Il y avait toujours quelque chose qui nous en empêchait. Plus maintenant.

- Je …

- Je suis amoureuse de toi, Actarus. Plus que tu ne pourras jamais l’imaginer. J’ai besoin de sentir que tu partages, que tu ressens la même chose que moi. J’ai envie que tu me serres dans tes bras, que tu m’embrasses, que tu me touches … Je te veux près de moi, en moi, comme si nous ne faisions plus qu’un …

Il ne résista pas. Leur séparation avait été longue et même s’il semblait l’avoir mieux supportée, il n’avait pas cessé lui non plus de penser à elle. Bien sûr, le travail ne manquait pas sur Euphor mais lorsque le calme revenait, il lui arrivait de s’isoler pour être seul. A chaque fois, ce souvenir lui revenait en mémoire. Et pour l’avoir longuement observé pendant tout ce temps, Phénicia avait vite compris à quel point elle lui manquait.

Il la serra contre lui et passa la main dans les cheveux avant de l’embrasser longuement. Ils s’allongèrent sur le lit et s’enlacèrent, guidés par leurs propres désirs et redécouvrant le corps de l’autre. Comme elle lui avait dit, ils ne faisaient à présent plus qu’un.

Ils étaient désormais seuls dans ce monde qui n’appartenait qu’à eux.

Ils n’en demandaient pas davantage.




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Biniou

Biniou

Messages : 567
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitimeMar 23 Jan 2018 - 22:55

Merci Kimi San bounce J'aime quand Actarus parle à son robot. J'aime beaucoup d'autres choses ! Vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 19 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 19 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20 ... 24 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» La Caverne de la Rose d'Or
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: