Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17 ... 23 ... 30  Suivant
AuteurMessage
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeJeu 28 Déc 2017 - 0:08

Là, le titre est parfaitement adapté, entre Ezequios et Lyra, les dossiers psychiatriques doivent être très épais.

Quant au passage sur Akerebe. affraid affraid affraid

Tout cela n'a rien de réjouissant pour la suite.

Bon, reste à savoir quelle grosse bêtise va encore faire Ezequios et quel va être le rôle futur des deux prisonniers qu'il a libérés, car ce ne sont pas n'importe qui. Wink

Merci pour cette suite Kimi_san. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeJeu 28 Déc 2017 - 7:01

Merci pour vos commentaires ! L'épisode #34, "Turbulences !" devrait arriver dans la journée si tout va bien ... Very Happy

Perosia a écrit:
On s'y croirait! C'est très bien décrit comme dans nos anciennes mines de charbon... bounce  bounce

Gurendaizä a écrit:
J'ai bien aimé aussi ta description des mines d'Akérèbe !

=> J'ai essayé de rester assez sobre dans les descriptions tout de même. Je ne voulais pas faire du "Tom Clancy" qui, dans ses romans, peu quand même faire six pages pour décrire un stylo ...

Perosia a écrit:
C’est son adrénaline…. bom  bom

=> Tu as trouvé le mot juste. C'est la seule chose qui le maintienne en vie ...  

Perosia a écrit:
Allons faire notre marché….brrrr ca fait froid dans le dos…. What a Face

=> Oui, c'est un peu ça. C'est aussi ce qu'on peut reprocher à la série : exception faite d'Eudix (et encore, il est obligé de reprendre du service pour épargner la vie de sa mère) et de Pollux (lavage de cerveau pour lui), on ne voit aucun prisonnier véghien venir se mesurer à Goldorak et Actarus. Les personnages "invités" sont tous des officiers véghiens de haut vol ou très expérimentés ...

Perosia a écrit:
Aie, c’est ce que je me demande depuis le début….simule-t-elle ?  Suspect  Suspect  La mise en garde d’Alcor est encore plus critique  affraid  affraid

Gurendaizä a écrit:
Je me demande également quelle est la signification du sourire diabolique de la jeune Lyra, et comme Actarus, je pense que lui et ses amis vivront sans doute d'autres jours aussi animés que celui qu'il vient de connaître... affraid


=> Si elle simule ? Bien sûr que oui ... parce que tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins ! Elle est capable de jouer sur plusieurs registres pour remplir la mission qui lui a été assignée ...

Perosia a écrit:
Ce qui est diabolique est qu’elle se sert d’une situation  réelle!! Pas besoin d'en inventer une!  affraid  ce qui donne encore plus de poids à ce qu’elle peut dire.  No  No

=> Elle peut se baser sur ses expériences personnelles pour appuyer ses dires ... parce que son intégration au sein des Commandos Ruine n'a pas été des plus faciles, loin de là. La preuve, on ne faisait pratiquement jamais appel à elle ...

Perosia a écrit:
Est-ce que cela ne risque pas de provoquer l’effet inverse ?  Suspect  Suspect  
Puisque ces soldats sont prêts à l’éliminer, ne la considérant pas comme eux et dangereuse.
Est-ce que ce n’est pas ce qui va sauver nos amis ?  cheers

=> Il est clair que les soldats issus des Commandos Ruine ne la portent pas dans leur coeur, loin de là. Seulement, ils vouent un respect absolu à Eslan qui a toujours su la canaliser et ils sont persuadés que ce sera le cas cette fois encore. A tort ou à raison ? Les épisodes suivants devraient vous en apprendre davantage ...

Perosia a écrit:
Puis-je me permettre ? Je suppose que tu leur fais respirer de l’air comme nous. Dans ce cas, toute bouteille est à l’air comprimé dans les cas standards (plongée moins de 60m, spéléologie, etc…). L’oxygène pur est réservé à usage médicale, car toxique et mortel sur la durée (maximum 1h) et/ou en-dessous de 7m de profondeur (sur Terre).

=> Tu me l'avais déjà fait remarquer dans l'épisode #22 "Au secours de Vénusia" sur le sauvetage de cette dernière par Alcor. J'aurais dû rectifier ici aussi. C'est corrigé !

Perosia a écrit:
De l’action entre Végalina et Ezequios. J’attends cela avec impatience. pirat  pirat

=> Il te faudra attendre encore un peu pour les retrouver face-à-face ... mais tu ne devrais pas être déçue par leur affrontement ...

Perosia a écrit:
Et quel sera le rôle de ses « deux anciens pensionnaires », dont la mère de Végalina si je ne me trompe !

=> Encore une preuve qu'Ezequios n'est pas tout à fait sain d'esprit puisque rien ne l'obligeait à libérer Eraska et Cydonia. En fait, il a agi exactement comme il l'a fait pour Vénusia au pôle nord : juste pour "emm ..." Végalina.

venusia45 a écrit:
Brrr, rien que le titre...Et le chapitre tient toutes les promesses du titre: Ezequios, Lyra, les membres de la division ruine qui se servent en main d'œuvre humaine...Fort réjouissant...Et angoissant pour les aigles.

=> Voilà qui ne promet effectivement rien de bon pour les Aigles. Et cette offensive qui s'annonce risque d'être encore plus destructrice que toutes les précédentes !

venusia45 a écrit:
La petite Lyra ne me dit décidément rien qui vaille...

=> Tu as bien raison ... et l'épisode #34 va le prouver de la meilleure des manières ... affraid affraid affraid

venusia45 a écrit:
Et avec les prisonniers libérés, que va-t-il advenir de nos amis...?

=> Bonne question ... sans réponse pour le moment !

venusia45 a écrit:
Cydonia, la maman de Végalina, va-t-elle influer sur les actes futurs de sa fille?

=> Encore faut-il qu'elles se retrouvent face-à-face ... et que Végalina la reconnaisse. Et en admettant que ce soit le cas, cela risque de lui faire un sacré choc psychologique puisque c'est en partie à cause de la mort de sa mère qu'elle est devenue ce qu'elle est aujourd'hui.

hikaru a écrit:
Là, le titre est parfaitement adapté, entre Ezequios et Lyra, les dossiers psychiatriques doivent être très épais.

=> C'est le moins qu'on puisse dire. Cependant, Lyra est davantage une victime qu'autre chose ... contrairement à Ezequios dont l'état psychologique ne va pas s'arranger au cours des épisodes suivants, bien au contraire !

hikaru a écrit:
Quant au passage sur Akerebe. affraid affraid affraid

=> Quand je t'avais dit qu'Ezequios était cinglé ... pale  

hikaru a écrit:
Tout cela n'a rien de réjouissant pour la suite.


hikaru a écrit:
Bon, reste à savoir quelle grosse bêtise va encore faire Ezequios et quel va être le rôle futur des deux prisonniers qu'il a libérés, car ce ne sont pas n'importe qui. Wink


Perosia a écrit:
Merci Kimi! cheers cheers

venusia45 a écrit:
Merci Kimi pour cette suite palpitante comme toujours !

Gurendaizä a écrit:
merci  Kimi ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 2636677666

hikaru a écrit:
Merci pour cette suite Kimi_san. Very Happy

=> You're welcome ! cheers cheers cheers

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeSam 30 Déc 2017 - 21:31

Et voilà la dernière publication de l'année ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Header12

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 034_tu10



Végalina faisait les cent pas dans la salle de réunion du Camp de la Lune noire. Cela faisait maintenant plus de 48 heures que le lieutenant Thétis s’était rendu sur Akérèbe la Rouge pour en ramener les pilotes qui participeraient au prochain raid que mènerait la Division Ruine contre la planète bleue et il n’était toujours pas revenu. Ce retard était pour le moins inhabituel et cela ne lui plaisait pas.

Elle avait également d’autres soucis en tête : la mission qu’elle avait confié à Eslan n’avait, pour l’instant, pas apporté les résultats escomptés. L’agent qui avait été envoyé sur Terre pour espionner, puis supprimer les Aigles ne s’était pas encore manifesté et il était hors de question pour elle de rester dans l’incertitude : il lui fallait en savoir plus et la meilleure chose à faire était de dépêcher Eslan sur place. Celui-ci, accompagné par plusieurs soldats issus des commandos Ruine, partirait dans les prochaines heures à bord d’un appareil spécialement affrété pour cette opération.

Visiblement agacée, elle s’apprêtait à quitter la pièce lorsqu’un soldat, un de ces obscurs subalternes qu’elle méprisait tant, se présenta devant elle en la saluant respectueusement.

- Commandant, la navette du lieutenant Thétis vient tout juste de se poser. Il vous attend dans le hangar numéro 4. Deux prisonniers sont avec lui.

- Très bien, j’arrive dans un instant.

Le soldat tourna les talons et s’éclipsa pour rejoindre son poste. Végalina lui emboîta le pas et emprunta l’un des ascenseurs translucides qui desservaient les niveaux inférieurs de la base véghienne pour rejoindre le niveau 0, puis le hangar en question. Lorsqu’elle y pénétra, elle constata que Thétis était descendu de son appareil. Il se tenait devant la soute et était visiblement épuisé par la durée du voyage. L’officier se reprit rapidement et réajusta maladroitement son uniforme lorsqu’il aperçut la jeune femme. A en juger par sa démarche et son visage fermé, il s’attendait à passer un mauvais moment. Il ne croyait pas si bien dire.

- Excusez-mon retard Commandant, mais …

Il ne put terminer sa phrase. Végalina le saisit au collet et le plaqua violemment contre le blindage de la navette. Il ne pouvait plus bouger et ses pieds ne touchaient plus le sol.

- J’ose espérer que votre retard est justifié, lieutenant. Si vos explications ne sont pas satisfaisantes, vous repartirez immédiatement pour Akérèbe à bord de cette navette, mais cette fois comme passager …

- J’ai rencontré quelques difficultés techniques en chemin qui m’ont forcé à réduire ma vitesse, Commandant. Les deux pilotes que vous avez demandés sont à bord.

- J’espère que c’est une plaisanterie lieutenant, répondit-elle en jetant un regard noir sur les deux hommes qui se trouvaient dans la soute. Je vous ai demandé de me ramener deux pilotes. Pas deux cadavres.

- Le Capitaine en poste sur Akérèbe m’a certifié qu’il s’agissait là de pilotes d’élite qui se sont opposés avec virulence à nos troupes lors de l’invasion de la planète Pallas. Je n’ai aucune raison de mettre sa parole en doute, Commandant.

- Soit. J’espère qu’il vous a dit la vérité. Si ce n’est pas le cas, je peux vous assurer qu’il sera démis de ses fonctions et qu’il vous tiendra compagnie … dit-elle en le fusillant du regard.

Elle le relâcha et se retourna dès qu’elle entendit la voix d’Erea qui, prévenue de l’arrivée de Thétis, avait quitté le hangar où elle se trouvait pour les rejoindre.

- Il a raison, Végalina. Je connais ces deux hommes, répondit-elle en les regardant avec intérêt. Ils nous ont causé bien des traces sur Pallas et par la faute, nous avons perdu un grand nombre de soldats et plusieurs antéraks. C’est une bonne chose qu’ils soient encore en vie. Une très bonne chose, même.

Végalina acquiesça et adressa un regard noir à Thétis. Celui-ci salua les deux jeunes femmes et quitta rapidement les lieux.

- Je te crois sur parole, Erea. S’ils sont aussi efficaces que tu sembles le penser, ils nous seront d’une grande utilité.

- Merci de ta confiance. Cependant, nous devons les « préparer » pour cette mission. Je vais leur faire subir un petit traitement « personnalisé » pour leur permettre de retrouver l’intégrité de leurs moyens physiques et intellectuels, si tu vois ce que je veux dire. Nous pourrons attaquer dès que tout sera prêt.

- Je vois à quoi tu penses, sourit Végalina. Cette petite séance de « rééducation » leur sera très profitable. Où en es-tu de ton côté ?

- Les choses se présentent bien. Eslan et les membres du Commando Ruine partiront dans les prochaines heures à bord d’un appareil d’observation. Les techniciens du Groupe de Recherches Scientifiques sont en train de la réaménager. Quatre navettes « Mark II » ont été chargées à bord et nous comptons envoyer une escadrille de navettes « Mark III » pour faire diversion pour lui permettre de se poser sans être repéré.

- Très bien. Et pour ce qui est du symbiorak « Delta » ?

- J’ignore quelles étaient les méthodes de travail d’Ezequios, mais je dois dire que Thalis s’est montré très coopératif. Il n’a esquivé aucune de mes questions et a tenu compte de toutes mes remarques et suggestions. Les quelques modifications que nous avons apporté à notre symbiorak devraient le rendre encore plus performant que ceux que tu as déjà piloté.

- Vraiment ? Tu peux m’en dire plus ?

- Sans entrer dans les détails, nous avons replacé les réservoirs de lasernium liquide à basse et haute pression au centre du symbiorak pour obtenir un meilleur équilibre en vol et éviter qu’ils ne soient endommagés ou détruits par une attaque extérieure. Si nos calculs sont exacts, l’efficacité des rayons produits par la combinaison de ces deux éléments devrait être supérieure à celles de nos appareils précédents.

- Voilà qui est intéressant …

- Tu m’as dit qu’Actarus a énormément souffert lorsque tu les as utilisés contre lui. Si nous avons vu juste, ce qu’il a précédemment enduré n’est rien à côté de ce qui l’attend.

Toutes deux se regardèrent et esquissèrent un sourire entendu.

A des milliers de kilomètres là, sur Terre, le soleil commençait à se lever sur la région du Centre de Recherches spatiales. Les trois jours qui venaient de s’écouler s’étaient avérés plus calmes que les précédents. Dans la salle des commandes, seul Argoli était présent. Celui-ci avait, une fois n’est pas coutume, choisi de travailler avec l’équipe de nuit pour permettre au professeur Procyon de prendre un peu de repos. Contrairement à ce qu’il avait envisagé au départ, le scientifique n’avait pas rejoint sa chambre mais s’était retiré dans la salle de détente voisine. Il s’était promis de ne pas dormir trop longtemps dans la mesure où la charge de travail qui l’attendait, lui et ses hommes, était conséquente. Réparer les différents appareils de la Patrouille des Aigles n’était pas une mince affaire et ils le savaient.

Si Fossoirak était de nouveau opérationnel, l’équipe qui avait pour charge de réparer Alcorak avait rencontré des difficultés imprévues : si les moteurs principaux avaient été démontés, vérifiés puis remontés, ils n’avaient jamais délivré plus de 70% de la puissance théoriquement disponible pendant les tests pour une raison indéterminée. Cochir, qui était à la tête de l’équipe en question, se trouvait confronté à un choix difficile : fallait-il prendre le risque de tout démonter une nouvelle fois pour déterminer les causes exactes de ces dysfonctionnements répétés ou, au contraire, les remplacer purement et simplement en sachant que cela risquait d’allonger la durée d’immobilisation du spacer ? Il avait déjà son avis sur la question mais il souhaitait en parler avec Procyon avant de prendre sa décision.

Le technicien savait cependant que celui-ci était surtout préoccupé par la remise en état de Goldorak et de sa soucoupe porteuse. Le combat qui l’avait opposé au symbiorak de Végalina avait été parmi les plus difficiles qu’il avait jamais eu à livrer et il savait qu’il faudrait bien plus que de simples réparations pratiquées ici et là pour lui redonner toute sa puissance et son efficacité. Une révision complète du robot et de son transporteur était indispensable et une analyse détaillée avait été menée en ce sens. Compte-tenu des dommages qui lui avaient été infligés, il était évident que la remise en état de la soucoupe constituait la priorité des personnels impliqués.

S’ils avaient effectué bon nombre de modifications en renforçant sa structure, ces dernières seraient cependant insuffisantes pour permettre au prince d’Euphor de livrer bataille à ses adversaires. Il s’était déjà retrouvé dans ce genre de situation par le passé, forcé de combattre les armées de Véga aux commandes d’une machine diminuée ou techniquement inférieure à celles de ses ennemis. L’intervention de ses équipiers ou un facteur extérieur inattendu lui avait permis d’échapper au pire mais les choses étaient cette fois bien différentes dans la mesure où les engins de mort envoyé par Végalina étaient autrement plus redoutables que ceux envoyés lors du conflit précédent par les anciens maîtres du Camp de la Lune noire. Pour espérer les vaincre, il fallait qu’il fût en mesure d’exploiter pleinement le potentiel de son appareil, ce qui était pour l’instant loin d’être le cas.

C’est justement ce sentiment d’inquiétude qui avait incité Actarus à quitter sa chambre en toute discrétion pour aller jusqu’au hangar où demeurait sa machine. Après s’être identifié, il ouvrit, puis referma la porte blindée avant de se rendre au pied de la rampe de lancement. Le robot avait été replacé dans sa soucoupe porteuse et semblait prêt à repartir au combat mais il savait qu’il n’en était rien. S’il ne pouvait pas les voir, il n’avait pas oublié les marques laissées par le symbiorak de Végalina durant leur affrontement. Certes, elles ne seraient bientôt plus qu’un mauvais souvenir une fois les réparations terminées, mais elles étaient encore là pour lui rappeler qu’elle était prête à tout pour l’éliminer, lui et ses amis.

Il s’écoula encore plusieurs minutes avant que la porte ne s’ouvrît de nouveau, brisant du même coup le silence qui régnait dans le hangar. Le prince entendit le grincement de la porte derrière lui sans se retourner pour autant. Il savait déjà de qui il s’agissait.

- Déjà réveillé, Actarus ?

- Oui. Je ne te cache pas que j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. Je ne sais pas comment te l’expliquer, mais je ne suis pas tranquille.

- Tu penses à Lyra en disant cela ?

- Oui. J’y ai beaucoup réfléchi et hormis ce dont nous avons parlé, je n’ai pas trouvé d’explication logique à son comportement. Si les choses se sont quelque peu améliorées depuis nos derniers échanges, je ne pense pas que nous soyons à l’abri d’un nouveau « coup de sang » de sa part.

- Hmm. Tes inquiétudes sont légitimes. Quoi qu’il en soit, nous essaierons d’en savoir plus ce matin en procédant à un examen médical complet vu qu’elle semble aller mieux. Si elle a vraiment été programmée pour s’en prendre à nous, nous en aurons la confirmation.

Actarus acquiesça sans quitter des yeux son appareil. Ce détail n’avait pas échappé au scientifique : il avait deviné les pensées de son fils adoptif sans que celui-ci ne prononçât le moindre mot.

- Est-ce que ce sera encore long, père ?

- Les modifications que nous avons apportées vont dans le bon sens mais il nous reste encore beaucoup à faire pour réparer ta soucoupe porteuse. Je pourrai t’en dire plus dans quelques heures.

- J’espère seulement que nous aurons assez de temps pour terminer les réparations. Tu sais que Végalina peut nous attaquer à n’importe quel moment …

- Nous en avons déjà parlé, Actarus. Même si ta soucoupe n’est pas opérationnelle, tu pourras utiliser Goldorak après avoir effectué les opérations de jumelage avec l’un de nos appareils.

- Oui, excuse-moi. Cela m’était complètement sorti de l’esprit.

- Nous avons tous nos préoccupations, Actarus. Tu ne peux pas penser à tout.

- Oui, je le sais. Mais je …

Il ne termina pas sa phrase, brutalement interrompu par un grondement sourd qui ne dura que quelques secondes, mais dont les effets se firent rapidement sentir. Les murs du hangar avaient tremblé et le signal d’alarme s’était déclenché. Les deux hommes échangèrent un bref regard et quittèrent précipitamment la pièce pour prendre les escaliers de secours situés au fond du couloir qui permettaient d’accéder aux niveaux souterrains. Une explosion de forte puissance s’y était vraisemblablement produite et avait certainement causé d’importants dommages. Actarus ne pouvait masquer son inquiétude : les craintes qu’il venait d’exprimer semblaient se confirmer.

Parvenus au cinquième sous-sol, ils ouvrirent les portes coupe-feu pour pénétrer dans le couloir principal. La fumée était encore dense mais ils purent apercevoir Alcor et deux autres techniciens lutter contre le feu avec les extincteurs. Actarus s’empara d’un extincteur et se joignit à eux pour tenter de maîtriser l’incendie, ce qui leur prit plusieurs minutes. Par chance, l’explosion n’avait fait aucune victime.

Marqué par l’effort, Alcor laissa tomber son extincteur et posa un genou à terre. Il se frotta longuement les yeux et s’essuya le front avec la manche gauche de sa veste avant de se relever en regardant Procyon et Actarus. Comme ils l’avaient supposé, l’explosion s’était produite dans le local où Lyra était détenue.

- Qu’est-ce qui s’est passé ?

- Tu le vois bien ! Je sais pas comment elle a fait son compte, mais notre prisonnière a réussi à faire sauter la pièce où elle était enfermée.

Le prince grimaça. Procyon pénétra dans la pièce pour se rendre compte par lui-même de l’étendue des dégâts. Les néons et plusieurs dalles du plafond s’étaient détachés, laissant apparaître une multitude de câbles électriques, une grande partie du plancher s’était effondrée et toutes les grilles des bouches d’aération avaient sauté. Malgré la violence de l’explosion, les murs, bien que noircis, avaient résisté.

- Je pense que nous l’avons échappé belle. Malgré la violence de l’explosion, seule cette pièce et les deux salles voisines ont été touchées.

- Je partage ton avis quant à la violence de cette explosion puisque nous en avons perçu les effets jusque dans le hangar de Goldorak. Mais comment expliques-tu qu’il y ait, en fin de compte, si peu de dégâts ? demanda Actarus.

- J’allais vous demander la même chose … ajouta Alcor.

- Comme vous le savez sans doute, tous les murs des niveaux souterrains sont protégés par un épais blindage. Pour obtenir une meilleure isolation, nous avons inséré, entre le béton et ce blindage métallique une fine couche de fluide composée de multiples polymères que nous avons précédemment testé sur vos appareils. Dans le cas présent, cette pellicule liquide a pleinement joué son rôle d’amortisseur et nous a ainsi permis d’échapper au pire.

- Si je comprends bien, on n’est pas passés loin de la catastrophe encore une fois, répondit Alcor en se passant la main dans les cheveux.

- Nous pouvons voir effectivement les choses de …

Procyon s’interrompit en entendant des bruits de pas qui venaient en se rapprochant. La porte coupe-feu s’ouvrit quelques secondes plus tard. Phénicia parvint à se frayer un passage à travers les débris pour les rejoindre. Elle aussi avait ressenti les effets de l’explosion mais avait préféré, à juste titre, rester auprès de Vénusia. Actarus lui résuma brièvement la situation. Elle l’écouta attentivement et s’aventura à son tour dans la pièce. Elle marqua un temps d’arrêt en constatant la présence d’un objet effilé de forme ovoïde coincé dans l’une des bouches d’aération.

- Alcor !

- Qu’est-ce qui se passe ? Tu as trouvé quelque chose ?

- Regarde ça, répondit-elle en désignant du doigt le mystérieux objet.

- J’ai vu. Je vais aller le chercher. Reste-là.

- Fais attention …

Le jeune homme s’avança et longea le mur avec de multiples précautions. Une fois arrivé, il s’agenouilla et parvint à l’extraire de la cavité avant de refaire le chemin en sens inverse sous le regard inquiet de Phénicia. Pas question pour lui de tomber et de se retrouver deux étages plus bas. Revenu dans le couloir, il le tendit à Actarus qui s’en saisit immédiatement en le regardant d’un air soupçonneux.

- Est-ce que tu penses à la même chose que moi, vieux frère ?

- Je crois que oui. Maintenant nous savons qu’elle a utilisé des désintégreurs comme celui-ci pour provoquer l’explosion et s’échapper.

- C’est un désintégreur ? demanda Phénicia.

- Oui. Il en existe plusieurs modèles, mais celui-ci est le plus fréquemment utilisé par les hommes de la Division Ruine. Et c’est avec un appareil de ce genre qu’Aphélie a …

Il baissa les yeux sans terminer sa phrase. Procyon et Alcor échangèrent un bref regard sans dire un mot. Ils savaient pertinemment que cet épisode avait laissé des traces dans l’esprit d’Actarus. Phénicia, qui ignorait tout de cette affaire, allait prendre la parole mais le jeune homme l’en dissuada en faisant un signe de la tête : mieux valait ne pas évoquer le sujet.

- Si elle a utilisé plusieurs désintégreurs pour s’échapper, pourquoi est-ce que celui-là n’a pas explosé ? questionna la jeune fille, perplexe.

- Ta question est intéressante, répondit Procyon. Il est clair qu’elle les a programmés pour qu’ils explosent l’un après l’autre et non simultanément. Il est possible qu’il s’agisse d’un simple dysfonctionnement technique …

- Je pense que tu es dans le vrai, père. Le désintégreur a bien été armé manuellement mais le détonateur n’a pas fonctionné, dit Actarus en désignant du doigt l’ouverture ovale placée en son centre.

Le scientifique se saisit du désintégreur et l’observa attentivement en fronçant les sourcils.

- Effectivement. Même le retardateur semble s’être déconnecté. C’est étrange …

- Il y a autre chose que je ne parviens pas à comprendre. Le temps d’activation n’excède pas plus de quelques secondes sur ce type d’appareil. Même pour un soldat surentraîné, s’échapper d’une pièce close en utilisant des explosifs aussi puissants est difficile, presque impossible. Elle a pris beaucoup de risques … et peut-être pour rien.

- C’est vrai … mais c’était peut-être justement ce qu’elle cherchait, Actarus.

- Si tu t’expliquais plus clairement, Alcor ?

- On part tous du principe qu’elle a essayé de s’échapper. Or, on fait peut-être fausse route en pensant de cette façon.

- Si je te suis bien, tu penses qu’elle aurait délibérément décidé de tout faire sauter au risque d’y laisser la vie ?

- C’est ça. Réfléchis un peu : si elle avait vraiment voulu nous fausser compagnie, elle aurait peut-être agi différemment : en attendant qu’on vienne l’interroger, par exemple.

- Oui, ça n’est pas impossible, reprit Procyon. Si elle a réellement été conditionnée, elle a sans doute dû suivre des instructions prédéfinies à l’avance, ce qui peut aller jusqu’au sacrifice en cas d’échec.

- Vous pensez vraiment qu’elle aurait pu aller jusque-là, professeur ? demanda Phénicia.

- Nos adversaires peuvent avoir des réactions complètement inattendues et ce qui vient de se passer en est la preuve. A-t-elle cherché à s’évader ou a-t-elle voulu en finir ? En l’absence de corps, nous ne pouvons exclure aucune hypothèse.

- Vous avez raison, professeur. Avec eux, il faut d’attendre à tout, réagit Alcor.

- Je suis d’accord, père. Peut-être s’agit-il de la première partie d’un nouveau plan machiavélique imaginé par Végalina.

- Oui, peut-être. Quoi qu’il en soit, nous allons inspecter l’ensemble de nos installations à commencer pour nous assurer qu’il n’y a pas d’autres dégâts. Nous étudierons également tout ce qui a été enregistré par le traqueur et les caméras de surveillance et renforcerons les patrouilles de nuit.

Il poursuivit.

- Nous allons également nous assurer que tous vos appareils soient prêts à décoller en cas de besoin. En ce qui concerne Goldorak, nous ferons tout ce qu’il est possible de faire pour le réparer rapidement. De cette façon, tu pourras l’utiliser si les troupes de Végalina venaient à se manifester. Alcor t’apportera tout le soutien dont tu auras besoin.

- Bien père.

- Et moi alors ? Je suis peut-être blessée, mais je suis encore capable de tenir ma place ! intervint Phénicia, visiblement vexée d’avoir été « oubliée ».

- Si tu te sens suffisamment forte, c’est une bonne chose. Si vous êtes trois, notre handicap sera moindre. Si sa dernière intervention vous a permis d’échapper au pire, je ne tiens pas à ce que Vénusia se mette de nouveau en danger comme elle l’a fait.

- J’allais justement t’en parler, père. Si nous sommes amenés à combattre, je ne veux pas qu’elle soit au courant. Et si elle l’apprend, je tiens à ce qu’elle en sache le moins possible. Nous devons la préserver de ce genre de choses.

- Bien parlé ! fit Alcor.

Tous quittèrent les lieux pour rejoindre les niveaux supérieurs. Ils étaient cependant loin de se douter que leurs échanges n’étaient pas passés inaperçus, bien au contraire.

En effet quelques mètres plus bas, dans l’un des bureaux d’études du niveau SL-6, Lyra avait tout entendu et ce qu’elle venait d’apprendre lui serait d’une grande utilité pour la suite de sa mission, une mission dont le bilan était, pour l’instant du moins, des plus mitigés. Ses seuls motifs de satisfaction pouvaient se résumer à la blessure qu’elle avait infligée à Phénicia, au lien qu’elle avait pu établir avec Actarus et à la réussite de son évasion. Le reste était moins brillant.

En effet, son plan d’évasion n’avait pas aussi bien fonctionné qu’elle ne l’avait espéré : si elle était bien parvenue à forcer la porte et à s’échapper peu de temps avant que le premier désintégreur n’explosât, le second, prévu pour exploser quelques secondes plus tard n’avait pas fonctionné pour une raison indéterminée. De plus, elle ne s’en était pas sortie indemne puisqu’elle s’était blessée en tombant sur les débris du plancher. Elle souffrait de multiples contusions aux genoux, aux coudes et aux épaules. Pour ne rien arranger, la blessure que lui avait faite Alcor s’était rouverte.

Cela ne l’empêcherait pas de remplir sa mission : elle s’était souvent retrouvée dans ce genre de situation par le passé et elle s’en était toujours sortie. Il lui serait cependant difficile d’attaquer les Aigles de front en étant physiquement diminuée et surtout désarmée. Elle reprendrait l’initiative dès qu’elle aurait comblé ce dernier handicap. « Ce n’est qu’une question de temps … », se dit-elle en se tenant le bras droit. Mais pour y parvenir, il lui faudrait tout d’abord quitter le Centre en déjouant tous les systèmes de sécurité, puis rejoindre sa navette pour récupérer l’équipement dont elle aurait besoin. Ce ne serait pas facile.

Plus haut, à des milliers de kilomètres de là, les techniciens du G.R.S. poursuivaient la remise à niveau du vaisseau qui emmènerait vers la Terre Eslan et ses hommes. Ce n’était pas un engin destiné au combat mais une navette d’observation aux dimensions conséquentes et dont l’aspect n’était pas sans rappeler celui de la soucoupe amirale. Si les superstructures étaient réduites à leur plus simple expression, les ailerons additionnels verticaux pointant vers l’avant et qui coupaient le fuselage en quatre parties égales avaient été doublés et ils étaient bien plus grands que ceux du modèle original. Deux ouvertures rectangulaires avaient été percées pour permettre aux quatre navettes « Mark II » stationnées à l’intérieur de décoller. Ces dernières constituaient par ailleurs son unique moyen de défense.

L’aménagement intérieur avait fait l’objet d’un soin particulier. Les ingénieurs impliqués avaient dû composer avec un cahier des charges relativement contraignant et avaient dû procéder à de nombreux changements. Ainsi, en raison de l’installation des deux rampes de lancement, les réservoirs intérieurs avaient été déplacés au centre de l’appareil pour une meilleure répartition des masses. Le poste de pilotage avait vu sa superficie divisée par trois et ne pouvait plus accueillir que deux hommes. Devant ce constat, il avait été décidé qu’Eslan prendrait seul les commandes du vaisseau et que ses hommes resteraient de leur côté dans leurs navettes respectives.

Adossé contre le mur du hangar, l’officier regardait les soldats, techniciens et ingénieurs s’affairer autour de son appareil avec intérêt. Il savait que les navettes attribuées à ses hommes se trouvaient déjà à bord et qu’une escadrille complète de modèles « Mark III » était elle aussi prête à partir. Il s’écoula plusieurs minutes avant qu’il ne se décidât à rejoindre sa cabine située sur le vaisseau amiral pour prendre un peu de repos.

Sur Terre, le soleil avait commencé à décliner et la nuit n’était plus très loin. Les évènements du jour étaient encore présents dans tous les esprits mais tous les personnels du Centre s’étaient remis au travail en suivant les instructions transmises par Procyon. Le scientifique avait passé le plus clair de son temps dans le hangar de Goldorak, prenant des notes tout en observant attentivement les membres de son équipe. Cela ne l’avait cependant pas empêché de se rendre de temps à autre dans la salle des commandes, histoire de s’assurer que tout allait bien.

Il s’était également longuement entretenu avec Cochir au sujet d’Alcorak. Ce dernier lui avait remis le résultat des tests sur les propulseurs du spacer tout en lui faisant part de son avis quant à leur éventuel remplacement. Après avoir longuement pesé le « pour » et le « contre », ils en étaient arrivés à la même conclusion : au vu de leur situation, il était préférable de tout changer plutôt que d’essayer de trouver ce qui ne fonctionnait pas. Les paroles qu’il avait prononcées étaient sans équivoque : « Notre charge de travail est conséquente et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de temps inutilement ». Même s’ils disposaient de tous les moyens humains et techniques nécessaires pour mener à bien cette opération, cela prendrait du temps et ils le savaient. Ils étaient cependant persuadés que c’était la meilleure chose à faire.

Les Aigles avaient quant à eux suivi d’autres chemins. Si Actarus, soucieux du bien-être de sa compagne était longtemps resté à ses côtés, parlant de choses et d’autres, il n’avait pas oublié son devoir pour autant et s’était rendu à plusieurs reprises dans le hangar de Goldorak pour s’entretenir avec son père adoptif et prendre connaissance de l’avancement des réparations.

De leur côté, Phénicia et Alcor étaient restés au calme dans la chambre de cette dernière. Le jeune homme n’avait toujours pas digéré les évènements des derniers jours, à commencer par la blessure de son amie. S’il refusait ouvertement de l’admettre, cette agression (puisqu’il n’y avait pas d’autre mot) l’avait particulièrement affecté. A l’inverse, Phénicia agissait comme s’il ne s’était rien passé, ce qui ne l’étonnait qu’à moitié : il la connaissait bien et savait pertinemment qu’elle détestait faire preuve de faiblesse.

La jeune fille, qui portait une chemise bleue ciel et un pantalon noir, était restée allongée sur son lit, jetant de temps à autre un regard vers le réveil posé sur sa table de chevet alors qu’il regardait distraitement ce qui se passait à l’extérieur. Il se retourna quelques instants plus tard et s’adossa contre le mur tout en la regardant avec tendresse. Elle lui répondit à sa façon en esquissant un léger sourire.

- Franchement, tu ne cesseras jamais de m’étonner … C’est pas croyable !

- Et pourquoi ça, « mon cher Alcor » ? demanda-t-elle avec curiosité.

- Je repense simplement à tout ce qui s’est passé depuis trois jours. Quand je pense à ce que cette cinglée t’a fait et à ce qu’elle vient de nous faire subir … Et toi, tu fais comme si rien ne s’était passé …

Phénicia baissa les yeux quelques instants et se redressa avant de poser la main sur son épaule blessée. Son visage s’était assombri.

- Tu as encore mal ?

- Ne t’inquiète pas, ça va.

Elle se leva et vint le rejoindre. Tous deux regardaient le soleil se coucher au travers de la vitre blindée.

- C’est du passé, maintenant. Tu as vu ce qui s’est passé. Elle a disparu, elle est peut-être morte. On ne connaîtra sans doute jamais le fin mot de cette histoire. Je sais que je ne devrais pas dire ça, mais je crois qu’on devrait passer à autre chose.

- Comme quoi ? A ce qui risque de nous tomber dessus dans les jours ou les semaines à venir ? Je sais bien que Végalina et ses troupes nous attaqueront à un moment ou à un autre … mais honnêtement, je n’ai aucune envie d’y penser.

- Moi non plus …

Alcor soupira et baissa brièvement les yeux avant de répondre.

- Pas vraiment réjouissant comme sujet de conversation, non ?

Elle acquiesça silencieusement avant de lui adresser un regard empli de douceur.

- Maintenant que j’y pense … J’ai complètement oublié …

- Oublié quoi ?

- De te dire merci. Merci pour tout ce temps que tu as passé avec moi aujourd’hui. Je ne t’avais rien demandé … et tu es quand même resté …

- C’est normal. Avec tout ce qui se passe, pas question que je te laisse toute seule.

- Je ne m’y attendais pas, tu sais. Mais au fond de moi, j’espérais quand même que tu le ferais … dit-elle dans un sourire.

- Je ne pouvais pas agir autrement. C’est normal de prendre soin des gens qu’on aime … et c’est aussi un peu mon rôle de veiller sur toi …

- Ça me touche de t’entendre parler de cette façon. Même si je suis capable de me débrouiller toute seule, je t’avoue que je me sens mieux quand tu es avec moi comme maintenant …

Elle ferma les yeux et hocha la tête en souriant.

- Qu’est-ce que je suis en train de raconter comme bêtises, moi !

- Tu dis simplement ce que tu ressens. Il n’y a pas de mal à ça. Et puis, tu n’es pas la seule à réagir de cette façon. Ça m’arrive à moi aussi …

- Tu sais, on n’a pas forcément besoin de parler pour faire comprendre à quelqu’un ce qu’on pense, ce qu’on ressent. Parfois, de simples gestes ou regards suffisent …

Le jeune homme acquiesça.

- Je dois dire que tu as raison. C’est drôle, mais tu as presque toujours réponse à tout. Je me demande comment tu fais …

- Je ne le sais pas moi-même, « mon cher Alcor » … C’est comme ça, c’est tout.

- Tu pourrais arrêter de m’appeler comme ça ? répondit-il en essayant de garder son sérieux. Parce que si tu continues, tu auras affaire à moi, petite peste !

- Vraiment ? Je suis curieuse de voir ça … dit-elle en lui adressant un regard moqueur.

- Attends un …

Phénicia posa son index sur sa bouche pour l’empêcher de terminer sa phrase. Sans rien dire, elle s’approcha et se mit sur la pointe des pieds, l’embrassant sur la joue avant de poser délicatement ses lèvres sur les siennes. Il n’opposa aucune résistance et lui rendit son baiser tout en passant la main dans ses cheveux.

- Je me rends. Je crois que tu auras toujours le dernier moment, de toute façon !

La jeune fille sourit. Ce n’était pas dans les habitudes d’Alcor de renoncer si facilement. Elle l’embrassa de nouveau tandis qu’il la prit par la taille. Ils se regardèrent mutuellement pendant un bon moment avant qu’elle ne pose sa tête sur son épaule. Elle se sentait apaisée, protégée, à l’abri. C’était une sensation nouvelle. Nouvelle et plaisante. La pression qui s’exerçait sur eux étaient retombée.

Ils savaient cependant que cela ne durerait qu’un temps.



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 1:36

Pourvu que le professeur Procyon et son équipe réussissent à remettre les appareils en état à temps !

Merci Kimi pour ce nouveau chapitre ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 7:43

Gurendaizä a écrit:
Pourvu que le professeur Procyon et son équipe réussissent à remettre les appareils en état à temps !

=> C'est une véritable course contre la montre qui s'est engagée ! Parviendront-ils à tout remettre en état avant que les forces de Véga n'attaquent ? La question est posée ... affraid

Gurendaizä a écrit:
Merci Kimi pour ce nouveau chapitre ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 1752787198  

=> You're welcome, as usual ! Content que ce nouveau chapitre t'ait plu ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 10:50

Une forme de chapitre de transition, je les aime bien aussi ceux-là, annonciateurs de tempêtes ou d'événements à venir. Lyra récolte des informations l'air de rien (ses petites bombes sont là pour tester ses adversaires, si elle avait voulu faire sauter le centre elle aurait fait autrement), les ingénieurs s'affairent à l'atelier et la tension monte. Chacun en ressent l'impérieuse pression, Alcor et Phénicia, Procyon, Actarus. Et du côté de Véga on affûte aussi ses armes...Tout cela ne présage rien de bon...

Merci Kimi pour ce chapitre Wink
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 11:39

venusia45 a écrit:
Une forme de chapitre de transition, je les aime bien aussi ceux-là, annonciateurs de tempêtes ou d'événements à venir.

=> Le premier chapitre de ce type ... puisque l'offensive qui s'annonce sera encore plus destructrice que les précédentes ...

venusia45 a écrit:
Lyra récolte des informations l'air de rien (ses petites bombes sont là pour tester ses adversaires, si elle avait voulu faire sauter le centre elle aurait fait autrement)

=> Tu n'as pas tort. Si les désintégreurs avaient été placés dans un des points névralgiques du Centre, que ce soit la salle du transformateur (cf. épisode #44 "Quand les chiens sont lâchés") ou celle du cérébro-ordinateur (cf. épisode #42 "Péril en la demeure", les dégâts auraient été bien plus lourds ...

venusia45 a écrit:
les ingénieurs s'affairent à l'atelier et la tension monte. Chacun en ressent l'impérieuse pression, Alcor et Phénicia, Procyon, Actarus.

=> Tout juste ... la question est de savoir, comme l'a dit Gurendaizä, si Procyon et son équipe parviendront à réparer les appareils de la Patrouille des Aigles avant que l'offensive véghienne ne débute ...

venusia45 a écrit:
Et du côté de Véga on affûte aussi ses armes...Tout cela ne présage rien de bon...

=> Effectivement, c'est le moins qu'on puisse dire ... surtout si Erea est de la partie !

venusia45 a écrit:
Merci Kimi pour ce chapitre Wink

=> De rien. La suite va arriver ... dans pas longtemps !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 11:54

Eh bien les nuages noirs s'amoncellent sur nos amis on dirait ... affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 2045937091

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 12:06

Gurendaizä a écrit:
Eh bien les nuages noirs s'amoncellent sur nos amis on dirait ... affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 2045937091

=> Ciel plombé pour les Aigles ... car Végalina, par le biais d'Erea, est bien disposée à prendre sa revanche ... affraid affraid affraid

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 12:27

Oui,surtout avec ce que tu promets ! affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 4072822622

Citation :
=> Le premier chapitre de ce type ... puisque l'offensive qui s'annonce sera encore plus destructrice que les précédentes ...

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 14:00

Gurendaizä a écrit:
Oui,surtout avec ce que tu promets ! affraid  FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 4072822622

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 18089810

Va-t-il relever le défi ? Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 14:43

Mais certainement !!!! lol! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 1752787198 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 2045937091 Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 20914310
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeDim 31 Déc 2017 - 16:55

Citation :
- Oui. Je ne te cache pas que j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. Je ne sais pas comment te l’expliquer, mais je ne suis pas tranquille.

Avec tout ce qui s'est passé lors du dernier combat, les dégâts sur différents appareils et surtout sur la soucoupe porteuse de Goldorak, plus le comportement bizarre de Lyra, Actarus a effectivement de quoi ne pas être tranquille.

Citation :
- J’allais justement t’en parler, père. Si nous sommes amenés à combattre, je ne veux pas qu’elle soit au courant. Et si elle l’apprend, je tiens à ce qu’elle en sache le moins possible. Nous devons la préserver de ce genre de choses.


Voir Actarus demander aux autres de préserver Vénusia fait chaud au cœur I love you , même si nous savons tous qu'elle ne lui demandera pas son avis si elle veut de nouveau intervenir. Wink

Merci pour ce nouveau chapitre Kimi_san. Passe un bon réveillon. Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeLun 1 Jan 2018 - 16:10

hikaru a écrit:
Avec tout ce qui s'est passé lors du dernier combat, les dégâts sur différents appareils et surtout sur la soucoupe porteuse de Goldorak, plus le comportement bizarre de Lyra, Actarus a effectivement de quoi ne pas être tranquille.

=> Ca peut se comprendre ... surtout si Végalina décide d'attaquer avant que les appareils de l'escadrille (notamment la soucoupe porteuse de Goldorak comme tu le mentionnes) ne soient complètement réparés. Quant à Lyra, vous n'êtes pas au bout de vos peines avec elle ...

hikaru a écrit:
Voir Actarus demander aux autres de préserver Vénusia fait chaud au cœur I love you , même si nous savons tous qu'elle ne lui demandera pas son avis si elle veut de nouveau intervenir. Wink

=> C'est un petit spoiler que je poste, mais les réactions d'Actarus vis-à-vis de sa compagne seront du même tonneau pour les épisodes suivants : "Je voudrais que la princesse qui partage ma vie essaie de se reposer. Sois tranquille, le prince d'Euphor sera toujours là pour veiller sur celle qu'il aime ..."

hikaru a écrit:
Merci pour ce nouveau chapitre Kimi_san. Passe un bon réveillon. Very Happy cheers

=> De rien ! J'en profite pour t'adresser tous mes voeux pour cette nouvelle année qui commence ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 6:52

kimi_san a écrit:
=> C'est un petit spoiler que je poste, mais les réactions d'Actarus vis-à-vis de sa compagne seront du même tonneau pour les épisodes suivants : "Je voudrais que la princesse qui partage ma vie essaie de se reposer. Sois tranquille, le prince d'Euphor sera toujours là pour veiller sur celle qu'il aime ..."

kimi_san a écrit:
=> De rien ! J'en profite pour t'adresser tous mes voeux pour cette nouvelle année qui commence ! Very Happy

Merci pour ce joli cadeau et bonne année 2018 à toi aussi Kimi_san. Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 11:02

kimi_san a écrit:
C'est un petit spoiler que je poste, mais les réactions d'Actarus vis-à-vis de sa compagne seront du même tonneau pour les épisodes suivants : "Je voudrais que la princesse qui partage ma vie essaie de se reposer. Sois tranquille, le prince d'Euphor sera toujours là pour veiller sur celle qu'il aime ..."

Tout est dans le "essaie"...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 307556534 Allez Venusia reste tranquillement au Centre ou au ranch pour te reposer

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 517954911 En te regardant te faire canarder ? Tu crois vraiment que je vais le faire ?

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 507332864 Actarus a raison, il faut que tu te ménages

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 517954911 Ah tiens, tu ne veux plus le pendre maintenant ? Bon, si vous vous y mettez à deux...
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 11:26

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 2593917539 "Actarus a raison ... N'oublie pas que vous êtes deux, maintenant !"

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 1706371011 "Pour une fois je suis d'accord avec Alcor ! Prends soin de toi, petite soeur ..."

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 1605083980 "Si j'étais encore de ce monde, ça ne se passerait pas comme ça !!!"

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 11:40

lol! lol! Hydargos qui ramène sa fraise
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 16:43

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Header13

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 035_un10




Allongé sur sa couchette, les mains derrière la nuque, le commandant Eslan regardait avec perplexité le plafond uniformément gris de sa cabine. Les deux néons rectangulaires qui y étaient fixés et qui en assuraient habituellement l’éclairage en diffusant une faible lumière bleutée étaient éteints. Il aurait bien voulu dormir ne serait-ce que quelques heures mais il n’y était pas parvenu. Il songeait encore aux propos qu’il avait échangés avec Végalina et Erea lors de leur dernière entrevue. Son officier supérieur avait émis de sérieux doutes quant aux aptitudes de Lyra à remplir une mission de cette importance, mais il ne s’était pas laissé faire et leur avait fait comprendre qu’il avait pleinement confiance en elle et que cette mission se terminerait comme toutes celles qu’il lui avait précédemment confiées : par un succès.

Les deux jeunes femmes s’étaient finalement ralliées à son point de vue, mais avaient exigé en retour qu’il se rendît sur la planète bleue avec plusieurs hommes pour mieux surveiller ses agissements, chose qu’il n’avait jamais faite par le passé. Il comprenait parfaitement les raisons qui les avaient poussées à prendre une telle décision : le prince d’Euphor n’était pas un adversaire comme les autres et il savait qu’il ne devait rien laisser au hasard s’il voulait l’éliminer, lui et ses équipiers. Si la théorie ne posait aucun problème, la pratique promettait d’être plus délicate puisqu’il lui faudrait non seulement la retrouver une fois sur place, mais aussi lui expliquer les raisons de sa présence sur le terrain, ce qui n’aurait rien d’évident : il lui avait toujours accordé une certaine liberté d’action et elle n’apprécierait sans doute guère le fait d’être surveillée en permanence.

L’émetteur qu’il portait à sa ceinture se mit à sonner et le ramena à la réalité. Il regarda l’astrologe fixée au-dessus de la porte automatique et soupira avant de se lever. Après avoir fait quelques étirements, il réajusta son uniforme et ses gants, puis rattacha sa ceinture en s’assurant de la présence de son arme dans son étui. Une fois équipé, il ramassa son casque et quitta la pièce pour rejoindre le hangar principal. Il n’avait même pas pris la peine de lire, sur l’écran digital de son appareil, le nom de son correspondant. Il savait déjà de qui il s’agissait et connaissait également le but de cet appel.

Une fois sur les lieux, il regarda avec attention l’appareil noir et bleu qu’il allait piloter pour rejoindre la Terre. Même s’il se trouvait à une centaine de mètres de celui-ci, il avait pu en distinguer chaque détail. La passerelle qui permettait d’accéder au poste de commandement situé en son centre était en place et les navettes attribuées aux membres de son commando étaient déjà à bord, contrairement à leurs pilotes.

Machinalement, il réajusta une nouvelle fois ses gants et se dirigea vers son vaisseau d’un pas assuré. C’est à cet instant qu’il entendit derrière lui une voix familière. Il se retourna et aperçut le capitaine Thalis qui venait à sa rencontre.

- Je constate que tu as reçu mon appel. Alors, te voilà sur le départ ?

- Oui. Le Commandant Végalina m’a demandé de me rendre sur Terre afin que je puisse me faire une idée précise de l’opération en cours. Pour le moment, mon rôle va se limiter à superviser le travail de l’agent que j’ai envoyé pour surveiller nos adversaires.

- Je comprends. Je ne sais pas à qui tu as fait appel pour cette mission, mais c’est peut-être la meilleure chose à faire. Si tu es sur place, tu auras un meilleur aperçu de la situation et tu pourras éventuellement lui donner quelques conseils en cas de besoin.

- Exact. Et si jamais les choses tournent mal, mes hommes et moi pourrons lui venir en aide et lui fournir le soutien nécessaire pour qu’il puisse ainsi atteindre les objectifs que je lui ai fixés.

- Quand dois-tu partir ?

- Dès que le Commandant Végalina m’en donnera l’ordre.

- Très bien. Dans ce cas, bonne route. Et sois prudent !

Thalis esquissa un sourire et fit demi-tour pour rejoindre les ateliers situés dans les niveaux souterrains. Arrivé sur place, il observa avec intérêt ses hommes s’affairer autour du symbiorak « Delta » dans sa configuration définitive. Son armement était déjà en place, mais le système de contrôle par la pensée n’était pas encore tout à fait opérationnel. S’il avait rapidement assimilé les principes de cette technologie, lui et le professeur Nida avaient rencontré quelques difficultés imprévues lors de la mise au point des équipements nécessaires à son bon fonctionnement, ce qui leur avait fait perdre un temps considérable. Il s’en était d’ailleurs excusé auprès de Végalina mais celle-ci ne lui en avait pas tenu rigueur.

En attendant que sa mise au point soit achevée, Thalis s’était attelé à la conception de son transporteur. Fidèle à ses habitudes, il l’avait soigné jusque dans les moindres détails et son apparence pour le moins inhabituelle tranchait singulièrement avec tous les lanceurs qui avaient été utilisés jusque-là.

S’il avait gardé sa forme cylindrique, il était à la fois plus petit et plus massif et la partie avant, habituellement effilée, avait été purement et simplement tronquée et de multiples orifices avaient été percés sur toute la longueur du fuselage, chacun d’entre eux étant plus petit que le précédent. La partie arrière avait fait l’objet de toutes les attentions puisqu’elle comportait désormais trois réacteurs au lieu d’un seul. Six dérives de forme triangulaire semblables à des ailerons de requin avaient été installées. D’après ses calculs, ce modèle serait à la fois plus solide et plus rapide que ses prédécesseurs. Il aurait très bientôt l’occasion d’en vérifier l’exactitude.

Sur Terre, la nuit était à présent tombée. Dans les couloirs et dans la salle des commandes du Centre de recherches spatiales, tout était calme. Le professeur Procyon était toujours sur le qui-vive et n’avait pas pris la peine d’aller se reposer. Ses collaborateurs avaient quitté leurs postes et l’équipe de nuit avait pris le relais. Tous surveillaient avec attention les différents instruments de mesure et les équipements de surveillance, à commencer par les caméras de surveillance installées dans les niveaux inférieurs du complexe. Si tout allait bien, ils seraient tous relayés dans les prochaines heures par Antarès et Cochir. Ces derniers n’avaient pas ménagé leurs efforts au cours des jours précédents et ils goûtaient à présent un repos largement mérité.

Il en était de même du côté des membres de la Patrouille des Aigles qui, à l’exception notable d’Actarus, avaient tous fini par trouver le sommeil. Vénusia, qui avait troqué sa robe mauve et argentée contre une chemise de nuit en soie beige à bretelles s’était vite endormie sous le regard attendri de son compagnon. Celui-ci l’avait ensuite recouverte d’un drap et d’une couverture légère avant de lui souhaiter une bonne nuit en l’embrassant sur le front. La même scène s’était répétée un peu plus loin puisque Phénicia s’était elle aussi rapidement assoupie sous les yeux d’Alcor. Visiblement fatigué lui aussi, il avait eu toutes les peines du monde à quitter la chambre de la jeune fille pour rejoindre la sienne. Là encore, Actarus avait assisté à la scène avec un sourire amusé. Le prince referma la porte de la chambre de Vénusia et s’apprêta à regagner la sienne lorsqu’il se ravisa : il lui restait encore une dernière chose à faire.

Il descendit les escaliers intérieurs pour se rendre jusqu’au hangar de Goldorak. Il s’y était déjà rendu à maintes reprises tout au long de la journée mais tenait à y revenir une dernière fois avant d’aller se coucher. Il croisa deux gardes en chemin qu’il salua avant de poursuivre sa route. Il ouvrit lentement la porte blindée et se glissa à l’intérieur du hangar en toute discrétion. Les techniciens et ingénieurs chargés de la remise en état de sa machine avaient bien avancé : selon les estimations de son père adoptif, Goldorak et sa soucoupe porteuse seraient pleinement opérationnels dans les deux ou trois jours à venir. Actarus observa attentivement la rampe de lancement incurvée et la plate-forme ascensionnelle où demeurait son appareil. Il soupira et s’essuya les yeux avec la manche gauche de son pull avant de faire demi-tour pour rejoindre sa chambre. Malgré ses capacités surhumaines, il avait lui aussi besoin de sommeil.

Les minutes avaient défilé, puis les heures. Installé derrière son poste de travail, Procyon scrutait attentivement le panoramascope situé au-dessus de l’écran principal, une tasse de café à la main. Il jeta un bref regard à sa montre : il était presque deux heures du matin et, même s’il ne voulait pas se l’avouer, la fatigue commençait à se faire sentir. Il était malgré tout resté à son poste. Sans pouvoir l’expliquer, il avait un étrange pressentiment. Il but son café d’une traite et déposa la tasse en porcelaine blanche sur la console avant de se lever de son siège. Tous les techniciens présents étaient penchés sur leurs instruments de mesure. Argoli, qui avait réajusté son casque et réglé son microphone, scrutait attentivement le scope radar. Aucune activité suspecte. Cela n’allait pas durer.

En effet, plusieurs points lumineux apparurent sur l’écran quelques minutes plus tard, ce qui le fit immédiatement réagir.

- Professeur, j’aperçois des OVNI sur le scope radar. Ils viennent d’entrer dans l’atmosphère.

- Quoi ? Qu’est-ce que vous dites ? demanda Procyon en se tournant dans sa direction.

- C’est une grosse formation. Elle semble se diriger vers le point 405 en suivant la trajectoire T-70. J’ai décelé la présence d’un autre écho suspect un peu en arrière, mais il a brutalement disparu.

- C’est inquiétant. Nous devons en savoir plus. Faites-moi un plan rapproché sur le scope de contrôle et essayez de retrouver sa trace.

- Oui professeur.

L’image apparut quelques secondes plus tard sur l’écran principal.

- C’est une escadrille de navettes ! Il n’y a pas une seconde à perdre. Déclenchez l’alerte rouge !

- Tout de suite ! répondit le technicien en appuyant simultanément sur deux des boutons de son panneau de commande.

Le signal d’alarme se mit à résonner dans les couloirs du Centre. La réaction des Aigles ne se fit guère attendre.

Actarus quitta sa chambre le premier pour gagner la salle des départs, imité par Phénicia qui avait hâtivement changé de vêtements, échangeant sa chemise de nuit mauve et blanche contre sa tenue de pilote. Elle sortit en emportant son casque et frappa à la porte d’Alcor avant de poursuivre sa route. Celui-ci, surpris, tomba de son lit en entraînant avec lui les draps et les couvertures dans lesquelles il s’était emmitouflé. Visiblement agacé, il mit quelques instants à s’en dépêtrer et parvint, sans réfléchir, à enfiler ses vêtements habituels pour rejoindre ses équipiers. A peine avait-il fait son entrée que le visage de Procyon apparut sur l’écran de contrôle principal.

- Nous venons de repérer une escadrille de navettes voici quelques minutes. Elle suit actuellement la trajectoire T-70 en direction du point 405. Nous avons également repéré un autre objet suspect resté légèrement en arrière mais celui-ci a brutalement disparu des radars sans laisser de trace.

- Décidément, ils ne nous laisseront jamais tranquilles … soupira Alcor.

- Alcor, Phénicia, décollez immédiatement pour détruire cette formation. Actarus, tiens-toi prêt à décoller en cas de besoin.

- Entendu ! répondirent-ils en chœur.

Alcor s’installa dans la bulle jaune et rouge qui le conduirait jusqu’à Vénusiak tandis que Phénicia prit place dans celle qui lui permettrait de rejoindre son appareil habituel. Il était logique que le jeune homme se rabatte sur le spacer de Vénusia puisque le sien n’était pas encore opérationnel. Tous deux se retrouvèrent quelques instants plus tard dans leurs postes de pilotage respectifs. Les portes blindées des hangars s’ouvrirent et les feux tricolores positionnés juste au-dessus passèrent successivement du rouge à l’orange, puis au vert.

- Phénicia, est-ce que tu es prête ?

- Prête … « mon cher Alcor » !

- « Vénusiak … GO !!! »

- « Fossoirak … GO !!! »

Les deux appareils quittèrent chacun leur hangar et disparurent dans la nuit sous les regards de Procyon et d’Actarus. Le scientifique se tourna ensuite vers Argoli qui n’avait pas quitté des yeux son écran radar.

- Argoli, avez-vous retrouvé la trace de l’écho suspect que vous avez repéré tout à l’heure ?

- Non professeur. Je n’ai que l’escadrille sur le scope, répondit-il, perplexe. Elle a conservé son cap et devrait atteindre le point 405 dans une dizaine de minutes environ.

- Père, nous devons savoir exactement ce qui se passe. S’il s’agit d’un antérak, Alcor et Phénicia ne pourront pas le repousser. Je t’en prie, laisse-moi y aller.

- Oui, je sais. Cependant, je préfère que tu restes ici pour l’instant. Il est possible que cette attaque ne soit qu’une simple manœuvre de diversion. Si tu sors maintenant, il est possible que Végalina profite de cette occasion pour attaquer ailleurs sans que nous ne puissions l’en empêcher. Et n’oublie pas que Goldorak n’est pas encore complètement réparé. S’il s’agit bien d’un antérak, tu ne seras peut-être pas en mesure de lui tenir tête.

- Tu as peut-être raison. Mais je ne me sens pas tranquille, répondit-il.

Le prince fronça les sourcils en regardant l’écran panoramique. Végalina était parfaitement capable d’agir de cette façon et il le savait.

Procyon avait vu juste : si les navettes qui servaient d’escorte au vaisseau d’observation d’Eslan avaient gardé leur cap initial, celui-ci avait progressivement réduit sa vitesse tout en infléchissant sa trajectoire pour finalement plonger dans la baie de Lexibourg. Située en bord de mer, cette ville calme et paisible nichée entre Lumiville et la capitale Perlépolis ne présentait aucun intérêt stratégique bien qu’elle ait déjà été prise pour cible par les forces de Véga au cours du conflit précédent. Procyon était perplexe : exception faite du chantier naval et de ses dépendances qui constituaient le poumon économique de cette région, il n’existait aucune installation dite « sensible », la plupart des complexes industriels se situant bien plus au nord. « Tout cela cache quelque chose … », se dit-il avant de prendre contact avec Alcor et Phénicia.

- Qu’est-ce qui se passe, professeur ?

- Selon nos estimations, l’escadrille atteindra le point 405 dans moins de dix minutes. Il faut impérativement que vous y arriviez avant elle.

- Soyez tranquille, professeur. On est presque arrivés et on ne devrait pas tarder à l’avoir en visuel, répondit Alcor.

- Souhaitons-le. Il faut que vous vous en débarrassiez au plus vite. Dès que vous en aurez terminé, nous aviserons.

- Compris.

La communication s’interrompit. Alcor regarda attentivement ses instruments de navigation, espérant retrouver les navettes qu’il lui faudrait abattre. Quelques secondes plus tard, la voix de Phénicia résonna dans le poste de pilotage.

- Alcor, les voilà !

- Je les ai vues ! On se sépare pour les attaquer sur deux fronts. Comme ça, on pourra en terminer rapidement.

- Bien reçu.

Les deux Aigles se séparèrent. Les pilotes de l’escadrille ennemie avaient anticipé cette manœuvre et en avaient fait autant, formant ainsi deux groupes distincts : le premier survola le centre-ville à basse altitude pour se diriger vers l’intérieur des terres tandis que le second passa à l’action en pilonnant à coups de laser les installations portuaires. Plusieurs entrepôts de matériel avaient pris feu et l’un des imposants portiques métalliques qui surplombaient les formes de construction et de radoub s’était effondré sur le pont d’un navire en construction en détruisant ses superstructures. Alcor réagit aussitôt.

- Phénicia, occupe-toi des autres navettes et empêche-les de tout détruire. Je vais me charger de celles-ci !

- Bien reçu. Fais attention !

Fossoirak fit demi-tour pour se lancer à la poursuite des navettes qui avaient finalement ouvert le feu sur l’aéroport. Ces dernières accélèrent mais la jeune fille, poussant ses propulseurs à fond, eut tôt fait de les rattraper pour se placer dans leur sillage. Son regard était déterminé. Sa première attaque fut imparable.

- « Missiles Sigma !!! »

Les deux missiles firent exploser les deux premières navettes. Les autres firent brutalement demi-tour pour se replacer en position d’attaque, tirant à de multiples reprises sur le spacer bleu et rouge sans le toucher pour autant. Phénicia avait dégagé sur sa gauche et amorcé un long virage à droite pour prendre ses ennemis à revers. Les appareils restants étaient à présent dans son viseur.

- « Pyro-bombes … en rafale !!! »

Les trois bombes incendiaires atteignirent leur but. Tout était terminé de ce côté-là.

Alcor était quant à lui en difficulté. S’il était soigneusement resté dans leur sillage, il n’avait pas réussi à détruire la moindre soucoupe. Toutes ses tentatives avaient échoué et cela ne lui plaisait pas du tout.

- Il faut que je nous en débarrasse … « Missiles Oméga !!! ».

Vénusiak décrocha sur sa gauche en expédiant deux salves consécutives qui firent exploser deux navettes. Il n’en restait plus que trois. Reprenant son cap initial, le jeune homme lança une nouvelle attaque.

- « Delta-Lame !!! »

L’aile Delta quitta son support et découpa deux des trois navettes : plus qu’une. Celle-ci explosa quelques instants plus tard, détruite par une bombe incendiaire. Phénicia était venue l’aider à terminer le travail. Alcor poussa un soupir de soulagement et contacta le Centre par radio.

- Nous avons détruit toute l’escadrille, professeur. Est-ce que vous avez repéré quelque chose d’autre de votre côté ?

- Malheureusement non. L’écho que nous avons repéré avant votre départ a disparu sans laisser la moindre trace.

- C’est inquiétant. Je doute que ce soit une simple météorite, professeur. Je vais passer en immergation pour en avoir le cœur net, professeur. Si c’est un engin envoyé par Véga, je pourrai peut-être retrouver sa trace.

- Tu peux y aller, Alcor. Sois prudent. Préviens-nous tout de suite si tu remarques quoi que ce soit d’anormal.

- Bien reçu. Phénicia, est-ce que tu peux survoler la baie pour voir si tout va bien ?

- D’accord.

Les deux appareils étaient à présent l’un derrière l’autre. Vénusiak replia ses ailes et plongea dans les eaux sombres et froides de la baie, laissant le champ libre à Fossoirak qui poursuivit sa route vers le large. Explorer toute la zone prendrait du temps et Actarus le savait.

- Père, est-ce que je ne ferais pas mieux de les rejoindre ? A nous trois, nous irions plus vite pour quadriller tout le secteur.

- Non, Actarus. Je préfère que tu restes ici en alerte. Pour le moment, ta présence sur place n’est pas nécessaire. Laisse Alcor et Phénicia s’en occuper.

Le prince acquiesça silencieusement. « Pourvu qu’il ne leur arrive rien … », pria-t-il.

Dans le poste de pilotage de Vénusiak, Alcor serrait de toutes ses forces ses deux leviers de commande en jetant un coup d’œil de temps à autre à son écran de contrôle. Si ses détecteurs n’avaient rien décelé d’anormal jusque-là, il était loin d’être à son aise. Le relief sous-marin était très accidenté et il savait, par expérience, qu’un appareil ennemi pouvait très bien se trouver dans cette zone sans qu’il ne puisse le repérer.

Plus haut, Phénicia avait poursuivi le survol de la baie en élargissant progressivement son périmètre de recherches mais ses investigations n’avaient rien donné. Ce fut donc avec une certaine lassitude dans la voix qu’elle décida de contacter son équipier.

- Alcor, est-ce que tu as trouvé quelque chose ?

- Rien de rien. J’ai tout exploré de long en large mais je suis peut-être passé à côté de quelque chose d’important. Où est-ce que tu en es de ton côté ?

- Tout est calme. Mes instruments de mesure n’ont rien détecté. Il n’y a aucune trace de lasernium ou de radioactivité. Je vais refaire un dernier passage au cas où, mais je ne pense pas qu’on découvrira quoi que ce soit d’intéressant.

- Je suis d’accord, répondit-il sans prendre la peine de réprimer un bâillement sonore. Pas la peine de rester ici à tourner en rond. Autant rentrer au Centre.

Le jeune homme tira vers lui ses leviers de commande. Le spacer émergea quelques instants plus tard et déploya ses ailes pour se placer dans le sillage de Fossoirak. Les deux Aigles survolèrent une dernière fois la baie avant de prendre le chemin du retour. Une fois posés, ils quittèrent leurs appareils respectifs pour regagner la salle des départs. Phénicia arriva la première et esquissa un nouveau sourire en entendant bâiller une nouvelle fois son équipier qui entra dans la pièce quelques instants plus tard en se frottant les yeux avec sa main gauche. La fatigue se lisait aisément sur son visage.

- Et ben … on peut dire que la journée commence bien, soupira-t-il en se tenant la nuque.

- Tu sais bien que Végalina et ses troupes peuvent attaquer à n’importe quel moment. Ce qui vient de se passer l’a encore prouvé …

- Je vais pas dire le contraire … et je suis sûr qu’elle remettra ça très bientôt. Viens, on va rejoindre les autres. Dès qu’on en aura terminé, je pourrai …

- … aller te recoucher ?

- Ce sont tes dons de divination qui t’ont soufflé la réponse ?

- Non, la logique seulement. Regarde-toi : tu tiens à peine debout et tu n’arrives même plus à garder les yeux ouverts …

Le jeune homme acquiesça : impossible pour lui de nier l’évidence. Tous deux quittèrent la pièce pour se rendre dans la salle des commandes. Lorsque la porte automatique s’ouvrit, Procyon fit pivoter son siège dans leur direction. Actarus, qui se tenait à ses côtés, n’avait pas bougé.

- Nous avons quadrillé le secteur de long en large sans rien trouver, professeur. Mes recherches sous-marines n’ont rien donné, annonça Alcor.

- J’ai survolé toute la baie à plusieurs sans rien remarquer de suspect moi non plus, renchérit Phénicia.

- C’est pour le moins troublant. Nous avons revu les enregistrements radar et ils sont formels : il y avait bien un objet de grande taille resté en arrière de l’escadrille que vous avez abattue et il a brusquement disparu. Reste à savoir de quoi il s’agit …

- Je ne pense pas que ce soit une météorite ou quoi que ce soit qui y ressemble. J’ai plutôt dans l’idée que c’est un nouveau cadeau de nos amis de Véga.

- Oui c’est possible, répondit le scientifique en pressant successivement deux boutons de son pupitre de commande, faisant ainsi apparaitre la carte détaillée de la région sur l’écran principal.

- Regardez. Comme vous pouvez le voir ici, le relief sous-marin est très accidenté et il existe, ici et là, des fosses sous-marines suffisamment profondes pour qu’un appareil de cette taille puisse s’y cacher, dit-il en les désignant du doigt.

- Vous pensez que je suis peut-être passé au-dessus de lui sans le voir ? questionna Alcor.

- Nous ne pouvons l’affirmer avec certitude, Alcor. Tu sais que les détecteurs montés sur Vénusiak ont une portée limitée. Seul un mini-submersible similaire à celui que nous avons utilisé pour découvrir la base sous-marine construite par le Grand Stratéguerre pourrait nous le confirmer … mais le seul prototype dont nous disposons est loin d’être opérationnel.

- Je comprends … répondit-il en faisant la moue.

- Dans ce cas, qu’est-ce qu’on peut faire, professeur ? demanda Phénicia.

- Nous allons mettre le secteur sous surveillance aérienne et maritime en faisant appel à la Défense Nationale et aux autres observatoires. Naturellement, nous resterons nous aussi en alerte permanente au cas où l’ennemi se manifesterait de nouveau.

Tous acquiescèrent. Alcor quitta la pièce le premier pour rejoindre sa chambre. Phénicia lui emboîta le pas peu après sous le regard de Procyon. Celui-ci soupira et regarda une nouvelle fois sa montre. Actarus allait lui aussi partir  lorsqu’il se retourna. S’il ne pouvait pas voir le visage de son père adoptif, il savait cependant que quelque chose le tracassait. Il revint sur ses pas et prit appui sur la console en s’adressant à lui d’un ton calme.

- Père, à quoi penses-tu ?

- A cet écho que nous avons repéré sur le radar. Les enregistrements sont formels et je suis sûr qu’Alcor est dans le vrai.

- Je partage ton opinion. Je suis sûr que Végalina est derrière tout cela mais j’avoue ne pas comprendre sa manœuvre.

- C’est bien là le problème. Nous ne savons pas à quoi nous attendre et je n’aime pas ça du tout.

- Je ressens la même chose. En attendant, je te suggère d’aller te reposer, père. Tu as veillé pendant un long moment et tu as besoin de dormir. Ne t’inquiète pas, je resterai ici pour veiller sur le Centre.

- C’est peut-être la meilleure chose à faire, soupira-t-il en se levant de son siège. Surtout préviens-moi si tu remarques quoi que ce soit d’anormal.

- Sois tranquille. Dors bien.

Procyon acquiesça et s’en alla. Actarus prit appui sur le dossier du siège et observa avec attention l’écran principal où figurait toujours la carte de la région de Lexibourg. Il ferma les yeux l’espace de quelques secondes et soupira de nouveau : « Qu’est-ce que tu as encore inventé pour nous tourmenter, Végalina ? »

Il s’écoula plusieurs heures avant que le soleil ne finît par se lever. Perdu dans ses pensées, Actarus gardait le silence tout comme les techniciens qui œuvraient à ses côtés. Un peu plus loin, Alcor avait rapidement trouvé le sommeil mais ses ronflements avaient empêché Phénicia de dormir. Excédée, elle avait par se lever et était fermement décidée à lui livrer le fond de sa pensée. Après s’être douchée, puis changée, elle quitta sa chambre en prenant soin de bien claquer la porte. C’est à cet instant qu’elle ressentit une douleur aiguë à l’épaule. Par réflexe, elle posa sa main sur son articulation endolorie et grimaça. « Il faut que j’en parle au professeur … » se dit-elle en revenant sur ses pas. Sans le savoir, Alcor l’avait échappé belle.

Quelques kilomètres plus loin, Lyra courait à perdre haleine à travers la forêt pour rejoindre les restes de son appareil. Elle avait profité de la sortie des Aigles pour sortir de sa cachette et quitter le Centre en échappant aux caméras de surveillance et aux agents de sécurité qui patrouillaient dans les couloirs du complexe. Sortir par une bouche d’aération exiguë et escalader le mur d’enceinte en étant blessée s’était révélé un peu plus compliqué qu’elle ne l’avait supposé mais cela ne l’avait pas empêchée de parvenir à ses fins. Il ne lui restait plus qu’à récupérer l’équipement qu’elle comptait utiliser pour poursuivre sa mission.

Une fois sur place, elle s’avança et se glissa tant bien que mal à l’intérieur du poste de pilotage et débloqua les deux trappes placées de part et d’autre du tableau de bord. La première dissimulait un espace de rangement contenant cinq désintégreurs alignés dans un ordre impeccable tandis que la seconde renfermait une mallette métallique noire contenant une arme de poing doté d’un système de visée très perfectionné spécialement conçue pour elle. Elle posa un genou à terre et s’en saisit avant de se relever.

Dans sa hâte, elle heurta du coude son panneau de commande gauche, activant sans le vouloir les traceurs placés respectivement sur le système anti-scratch de sa machine et dans l’émetteur qu’elle portait au poignet gauche. Elle ôta son gant et le considéra avec mépris en grimaçant. Ce signal ne passerait pas inaperçu et elle le savait. « Je n’avais vraiment pas besoin de ça ! », pesta-t-elle.

Au même moment, un point lumineux se matérialisa sur l’écran de l’ordinateur de bord de la navette d’observation d’Eslan. S’il ne l’admettrait jamais devant ses hommes, l’officier pouvait s’estimer heureux d’être arrivé à destination puisqu’il avait dû composer avec un appareil au comportement erratique, sous-motorisé, mal équilibré car trop lourd et à la maniabilité catastrophique. « C’est bien la première fois que je pilote un engin pareil et j’espère que ce sera la dernière ! », avait-il dit en désactivant manuellement ses propulseurs, visiblement agacé par la façon dont les choses s’étaient déroulées. Il avait ensuite quitté son poste de pilotage pour échanger avec les membres de son commando et définir les grandes lignes de son plan d’action avant d’y revenir pour s’accorder un peu de repos. Il y renonça rapidement  en entendant le signal sonore émis par les haut-parleurs placés de part et d’autre de son tableau de bord et considéra son écran de contrôle avec attention tout en esquissant un sourire satisfait. « Parfait … voilà qui est bien ! », murmura-t-il.

D’un geste sûr, il baissa trois des quatre interrupteurs de son panneau de commande gauche et pressa ensuite deux autres boutons placés entre ses deux leviers de commande pour établir une communication sécurisée avec le Camp de la Lune noire. Le visage de Végalina apparut quelques instants plus tard. Comme toujours, Erea n’était pas très loin.

- Je vous écoute, commandant Eslan. Où en êtes-vous ?

- Le lieutenant Lyra vient d’activer son traceur, Commandant. L’ordinateur est en train de calculer sa position exacte. Si tout se passe comme nous le souhaitons, nous devrions facilement retrouver sa trace.

- Voilà qui est intéressant. J’espère que votre agent mènera à bien la mission que vous lui avez confiée. Dans le cas contraire, je n’ai besoin de vous dire ce qui lui arrivera.

- J’en suis conscient, Commandant. Soyez tranquille, elle réussira.

- Je l’espère. Prenez vos hommes avec vous et partez dès que vous le pourrez. Nous vous demandons de faire preuve de discrétion. Vous ne devez en aucun cas vous faire repérer.

- Bien, Commandant.

- Prévenez-nous dès que vous aurez établi le contact avec le lieutenant Lyra. Nous vous communiquerons d’autres instructions le moment venu.

- A vos ordres. Fin de transmission.

Végalina se leva de son siège et fit quelques pas avant de s’arrêter subitement, visiblement perplexe. Ce détail n’échappa pas à Erea qui réagit aussitôt.

- Il l’a retrouvée. C’est un bon début.

- Reste à savoir si elle est parvenue à approcher Actarus et les autres suffisamment près pour nous permettre d’en apprendre plus sur eux.

- Nous en saurons plus lorsqu’il nous contactera. Pour l’instant, laissons-le faire.

- Très bien. Je te laisse agir comme tu l’entends. Après tout, c’est de ton opération qu’il s’agit.

- Merci. A ce propos, je peux t’informer que la séance de « rééducation » de nos deux invités s’est parfaitement déroulée. Il faudra sans doute encore un peu de temps pour que le lasernium agisse et décuple leurs capacités physiques et cérébrales. Nous les avons déjà placés dans leurs antéraks respectifs. En attendant que tout soit prêt, je vais aller inspecter le symbiorak « Delta » et son transporteur.

Végalina acquiesça sans dire le moindre mot.

Erea se leva à son tour et réajusta son uniforme avant d’adresser un signe de la tête à son officier supérieur. Elle actionna l’ouverture de la porte automatique et quitta la salle de réunion pour rejoindre le hangar principal. Celle-ci se referma quelques secondes après son passage. Désormais seule, Végalina ferma les yeux et baissa la tête. Elle demeura ainsi pendant plusieurs minutes avant qu’elle ne se décidât à rejoindre ses quartiers pour prendre un peu de repos.

Elle savait déjà que les prochaines heures seraient particulièrement chargées.


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Biniou

Biniou

Messages : 567
Date d'inscription : 01/01/2018
Age : 45
Localisation : AILLEURS

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 17:38

Suspens, suspens... J'adore ! Quelque chose me dit vaguement qu'avec Erea, ça ne va pas rigoler, mais alors pas du tout. Elle n'a pas d' "états d'am...our" comme dirait Amir Wink
Merci pour cet épisode !
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMar 2 Jan 2018 - 22:15

Eslan qui arrive sur Terre avec son équipe, quelque chose me dit que Lyra risque de ne pas apprécier leur intervention dans sa mission. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Actarus toujours aussi bienveillant envers Vénusia, mais aussi envers son père.

Citation :
Vénusia, qui avait troqué sa robe mauve et argentée contre une chemise de nuit en soie beige à bretelles s’était vite endormie sous le regard attendri de son compagnon. Celui-ci l’avait ensuite recouverte d’un drap et d’une couverture légère avant de lui souhaiter une bonne nuit en l’embrassant sur le front.

Citation :
Je ressens la même chose. En attendant, je te suggère d’aller te reposer, père. Tu as veillé pendant un long moment et tu as besoin de dormir. Ne t’inquiète pas, je resterai ici pour veiller sur le Centre.

Quant à Alcor, on a l'impression qu'il a continuellement envie de dormir dans ce chapitre. lol!

Reste à savoir si Erea va le laisser récupérer.  Suspect

Merci Kimi_san pour ce nouveau chapitre.  Very Happy  cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMer 3 Jan 2018 - 7:14

hikaru a écrit:
Eslan qui arrive sur Terre avec son équipe, quelque chose me dit que Lyra risque de ne pas apprécier leur intervention dans sa mission. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

=> Oh ça non ! Lyra a toujours eu une certaine "liberté d'action" dans ses missions et le fait d'être surveillée ne va pas arranger les choses, bien au contraire ...

hikaru a écrit:
Actarus toujours aussi bienveillant envers Vénusia, mais aussi envers son père.

=> J'aime bien le représenter comme ça, que ce soit envers Vénusia ou avec son père adoptif. C'est aussi un petit clin d'oeil à l'une des scènes de l'épisode #18 "Le nouveau temps des cavernes" où Actarus incite Procyon, qui a veillé une bonne partie de la nuit à essayer de joindre Alcor (porté disparu à ce moment-là) à aller se coucher après l'avoir récupéré ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Ilestr10
"Il est rare de te voir inquiet ..."

hikaru a écrit:
Quant à Alcor, on a l'impression qu'il a continuellement envie de dormir dans ce chapitre. lol!

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Mmhjai10
"Mhhh ... j'ai sommeil ! Laisse-moi dormir encore cinq minutes !"

=> Le pauvre ! Il a des heures de sommeil en retard à rattraper ! Là aussi, c'est un clin d'oeil à une scène de l'épisode #60 "Les rats" quand Phénicia vient le réveiller et qu'il est en tenue légère !

hikaru a écrit:
Reste à savoir si Erea va le laisser récupérer.  Suspect


=> Ca m'étonnerait beaucoup ... Elle attaquera dès que tout sera prêt côté véghien ...

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san pour ce nouveau chapitre.  Very Happy  cheers

=> You're welcome, as usual ! Au fait, ton réveillon s'est bien passé ? Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
anterak 08

anterak 08

Messages : 11901
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMer 3 Jan 2018 - 10:40

chic un peu de lecture Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMer 3 Jan 2018 - 10:47

anterak 08 a écrit:
chic un peu de lecture Very Happy

=> J'espère que cet épisode et les suivants te plairont, mon cher ! Wink

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitimeMer 3 Jan 2018 - 12:46

Merci Kimi. Comme les autres commentaires, j'ai bien l'impression que la suite va être mouvementée. Finalement, il vaut mieux qu'Alcor dorme maintenant, car la prochaine fois où il pourra s'accorder du repos semble bien lointaine ! J'aime bien les clins d’œil aux scènes que tu évoques, elles ne sont pas anodines du tout, ce sont cette bienveillance, cet humour, cette humanité qui soudent les membres du Centre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 16 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 16 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17 ... 23 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» La Caverne de la Rose d'Or
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: