Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 22 ... 30  Suivant
AuteurMessage
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 10:02

Merci Perosia (ça me fait penser à mon fils, qui s'intéresse à tout ce qui touche les avions Wink )

Merci d'avance Kimi...Un titre tout en réjouissances pour le prochain chapitre...J'espère qu'il s’agit de membres de la division ruine (voire d'une analepse sur ceux qui ont œuvré pour la gloire de Véga...) What a Face What a Face What a Face Ça promet affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 11:04

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 789587headerestampe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 146061029Tombsauchampdhonneur






La lutte avait été âpre. Combattre deux adversaires en même temps n’était jamais chose facile. Pourtant, depuis que les troupes de Végalina avaient lancé leurs premières offensives sur la planète bleue, il y avait quelques semaines, ce n’était pas la première fois que les Aigles se retrouvaient dans cette situation. Jusqu’à présent, ils étaient parvenus à repousser les assauts de l’envahisseur, mais cela ne durerait pas éternellement. Tous le savaient, et Actarus mieux que quiconque.

Même s’il s’en défendait, il avait du mal à reprendre son souffle. Les trois impacts qu’il avait encaissés l’avaient sonné. Cette puissance, cette chaleur et cette luminosité presque insoutenables lui rappelaient de désagréables souvenirs liés à l’invasion et à la destruction d’Euphor par les troupes de la Division Ruine et aux combats qu’il avait dû livrer pour défendre la Terre dont il n’était pas toujours sorti indemne. Il aurait bien voulu chasser ses souvenirs de sa mémoire, ne serait-ce qu’un court instant, mais il était incapable de le faire.

Il releva la visière de son casque et s’essuya longuement les yeux. Il pensait que cela passerait rapidement et qu’il n’y paraîtrait plus d’ici quelques heures. Il refusait de l’admettre, mais son cœur avait du mal à reprendre un rythme normal. Ce détail n’avait pas échappé au professeur Procyon qui avait suivi le combat avec intérêt. Il ne partageait pas le même sentiment que son fils adoptif sur les conséquences éventuelles de cette attaque sur son organisme et prit la décision de le contacter par radio.

- Actarus, est-ce que tout va bien ?

- Oui père, ne t’inquiète pas. J’ai juste un peu de mal à récupérer. Ces deux antéraks nous ont donné du fil à retordre, d’autant que nous n’étions que trois.

- Si ça peut te réconforter, sache que le quatrième membre de la Patrouille des Aigles n’est pas très loin. Elle a assisté au combat depuis la salle des commandes et elle souhaite justement te parler.

- Tu n’as pas de mal, Actarus ?

- Non, sois tranquille. J’aurais préféré cependant que tu restes au ranch. Tu te fatigues inutilement en restant au Centre. C’est de repos dont tu as besoin. Tu ne dois pas te faire de mauvais sang en attendant que je revienne …

- Si, justement ! Tu sais bien que je m’inquiéterai toujours tant que tu ne seras pas de retour avec Alcor et Phénicia.

- Rassure-toi, je serai là d’ici quelques minutes ! « Récupération !!! »

Goldorak se propulsa dans les airs pour rejoindre sa soucoupe porteuse, dont les réacteurs s’étaient relevés pour lui permettre de s’arrimer.

- « Arrimage … Ovostable !!! »

Quelques secondes plus tard, le siège d’Actarus fit son apparition dans la cabine de pilotage de la soucoupe. Son occupant semblait avoir retrouvé l’intégralité de ses moyens et avait pris la tête de la formation. Même si l’équilibre en vol de Goldorak n’était pas parfait, cela ne l’empêcherait pas de rentrer à bon port. Alcorak et Fossoirak s’étaient replacés dans son sillage. Phénicia n’était pas rassurée pour autant.

- Tu penses vraiment qu’il n’a rien, Alcor ?

- S’il le dit, je n’ai aucune raison de mettre sa parole en doute. Cependant, je ne te cache pas que je ne suis pas totalement convaincu par ce que j’ai entendu … Hé …attends !

- Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as vu ou remarqué quelque chose d’anormal ?

- Ça se pourrait bien, oui. J’ai vu passer quelque chose sur mon écran, mais ça a disparu tout aussi rapidement. Je vais essayer de contacter le Centre pour en avoir le cœur net.

Le jeune homme changea alors de canal de transmission.

- Professeur, ici Alcor. Est-ce que vous me recevez ?

- Oui, je t’écoute Alcor, qu’est-ce qu’il y a ?

- Avez-vous repéré un écho sur les radars du Centre ou sur vos écrans de contrôle ?

- Je n’ai rien constaté de suspect sur le panorama-scope. Argoli, avez-vous aperçu quelque chose de votre côté sur le scope radar ?

- Oui professeur. C’était très bref. Difficile de savoir s’il s’agit d’une anomalie naturelle ou de quelque chose d’autre.

Le scientifique se rembrunit. Le combat que les Aigles avaient livré leur avait coûté beaucoup d’énergie et si un nouvel ennemi venait à se manifester, cela risquait de leur rendre les choses plus difficiles.

- Actarus, est-ce que tu as entendu ?

- Oui père. C’est étrange. Je n’ai rien remarqué non plus. Alcor, tu es bien sûr de ce que tu as vu ?

- Sûr et certain, Actarus. Et si c’est ce que je crois, on n’est pas rentrés à la maison.

- Dans ce cas, autant s’en assurer tout de suite. On fait demi-tour et on voit de quoi il en retourne. GO !!!

Les trois appareils changèrent de cap pour se diriger vers le champ de bataille qu’ils venaient de quitter. Dissimulé derrière quelques nuages, le soleil commençait à décliner et ne tarderait pas à se coucher. Quelques minutes plus tard, l’écho repéré par Alcor se matérialisa sous leurs yeux : une fusée bicolore bleue et verte dépourvue du moindre signe distinctif et qui se dirigeait dans leur direction.

- Qu’est-ce que tu penses de ça, Actarus ?

- Je pense que nos ennuis ne sont pas terminés, répondit-il en grimaçant. Si c’est une nouvelle trouvaille de la Division Ruine, il va falloir s’en débarrasser au plus vite.

- Tu as une idée de ce que ça peut être ? interrogea Phénicia.

- Non, aucune. Mais on va vite le savoir … « Corno-fulgur !!! ».

La foudre captée par la crête de la tête de Goldorak fut renvoyée par les cornes de celui-ci vers l’appareil inconnu qui explosa aussitôt, projetant quantité de débris autour de lui avant de s’écraser dans un épais panache de fumée noire. Depuis son poste de pilotage, Actarus considéra celui-ci avec intérêt, éprouvant de nouveau cette sensation de « déjà-vu ».

- Ça, c’était pas un engin ordinaire. Pas de doute là-dessus, observa Alcor. Le problème, c’est qu’on n’y voit rien avec toute cette fumée. Et avec le soleil qui commence à se coucher, ça risque d’être encore plus difficile de s’y retrouver …

- On ne peut pas se permettre d’attendre, Alcor. Il faut qu’on en finisse et vite, réagit Phénicia en pressant les boutons sur ses leviers de commande.  « Missiles Sigma !!! »

Les missiles tirés par Fossoirak furent pulvérisés par deux rayons violets qui s’échappèrent du panache de fumée, ce qui fit immédiatement réagir Actarus. « Je m’en doutais … », songea-t-il en changeant de trajectoire. Deux autres salves consécutives prirent Alcorak pour cible et le manquèrent de quelques mètres seulement.

C’est à cet instant qu’apparut le symbiorak « Gamma » au milieu des décombres encore fumants de son transporteur. Sa silhouette rappelait irrésistiblement celui d’oiseau de proie avec ses ailes munies de mains aux griffes acérées. Si elles étaient pour le moment repliées, leur envergure devait être conséquente une fois l’appareil en vol. Son corps était percé de multiples orifices permettant de lancer divers projectiles. Montée sur un cou télescopique, sa tête, particulièrement imposante malgré sa petite taille, comportait une mâchoire puissante bardée de dents tranchantes comme des rasoirs, de yeux menaçants de couleur mauve avec une pupille noire, le tout surplombé par une antenne de couleur jaune et par plusieurs excroissances semblables à des plumes d’oiseau. Le poste de pilotage de ce monstre qui tenait plus de la bête sauvage que de la machine se trouvait en contrebas.

- D’où ça sort, ça ? fit Alcor, visiblement interloqué.

- C’est une nouvelle génération de monstres, Alcor. Cette fois, on dirait que Végalina a décidé d’employer les grands moyens. Regarde-le attentivement. Ça ne te rappelle rien ?

Il ne fallut pas longtemps à Alcor pour comprendre. Dans son esprit, il ne pouvait s’agir que d’un nouveau monstrogoth. En tout cas, cela y ressemblait beaucoup. Tous se souvenaient du combat qu’ils avaient dû livrer pour venir à bout du modèle « Alpha ». Ce jour-là, ils avaient eu de la chance, beaucoup de chance. Si le général Akéron n’avait pas été trahi, dans son propre camp, par ceux qu’il avait supplanté, Minos et Horos, les Aigles ne seraient peut-être plus de ce monde et les forces de Véga auraient conquis la planète bleue.

- Vu. S’il est aussi costaud qu’il en a l’air, ça risque de nous prendre du temps pour en venir à bout ! Professeur, vous m’entendez ??

- Oui Alcor. Que se passe-t-il ? Nos radars ont brutalement cessé de fonctionner et seule la liaison radio est encore opérationnelle !

- Est-ce que vous vous rappelez du gorille qu’on a combattu la dernière fois ?

- Il nous serait difficile de l’oublier, répondit Procyon en grimaçant. Goldorak avait été sérieusement endommagé au cours de cette attaque et nous avons eu beaucoup de chance de nous en sortir à si bon compte. Pourquoi cette question ?

- J’en suis pas très sûr, mais on dirait qu’on a le même genre de bestiole en face de nous !

- Bon sang …

Procyon ferma les yeux et hocha la tête de dépit sous le regard anxieux de Vénusia. Le combat qui s’annonçait serait sûrement plus difficile que tous ceux qu’ils avaient eu à livrer jusqu’à maintenant, ce qui n’avait rien de rassurant. Et comme l’avait souligné Actarus quelques minutes plus tôt, ils n’étaient que trois. Ce détail pouvait faire la différence et tous le savaient.

De là où il se trouvait, le prince d’Euphor pouvait apercevoir le poste de pilotage de l’engin véghien. S’il ne pouvait pas voir celui ou celle qui se trouvait aux commandes, il avait déjà son idée sur la question et ce qu’il entendit quelques secondes plus tard ne fit que confirmer ce qu’il soupçonnait déjà.

- Tu sembles surpris, prince d’Euphor ! Ne me dis pas que je te fais un tel effet …

- Végalina.

- Tu as gardé toute ta perspicacité, dis-moi ! Tu as eu de la chance, beaucoup de chance, lors de notre dernière rencontre, là-bas dans les glaces du pôle Nord … mais je ne fais jamais la même erreur deux fois. Actarus, prépare-toi à mourir !

- Ne prends donc pas tes désirs pour des …

Le prince ne put terminer sa phrase. Le symbiorak se propulsa vers lui avec une rapidité surprenante en expédiant dans sa direction deux missiles de couleur rouge et or munis de quatre dérives recourbées pointant vers l’arrière qui explosèrent en heurtant le blindage inférieur de la soucoupe porteuse. Végalina réitéra sa manœuvre en lançant deux autres projectiles qui, cette fois encore, atteignirent leur but. A l’intérieur du poste de pilotage, Actarus ferma les yeux et relâcha ses leviers de commande sans pouvoir réprimer un hurlement. Hors de contrôle, Goldorak partit en vrille et percuta le sol quelques secondes plus tard en tournoyant sur lui-même avant de s’immobiliser sous le regard horrifié de ses deux équipiers.

Malgré la violence du choc et bien qu’ayant heurté son tableau de bord avec son casque, son pilote était resté conscient. Exhibant ses griffes menaçantes, l’engin véghien déploya ses immenses ailes et prit son envol pour se jeter littéralement sur lui. Son approche fut contrée par Alcor qui tira sur lui à deux reprises, lui faisant ainsi changer de trajectoire. Le jeune homme poursuivit son effort en lançant deux autres missiles.

- « Missiles Alpha !!! »

S’ils atteignirent leur objectif, le symbiorak ne souffrit aucun dommage. Alcorak dégagea en chandelle pour laisser le libre passage à Phénicia de sorte à ce qu’elle puisse attaquer à son tour.

- « Missiles Sigma !!! »

Le résultat fut sensiblement le même : pas la moindre égratignure. Le monstre leva la tête et réagit en lançant successivement deux bombes incendiaires de couleur violette en direction du spacer blanc et rouge qui ne put les éviter : la première frappa ses propulseurs principaux tandis que la seconde faussa sa gouverne de direction. Alcor comprit rapidement qu’il ne serait plus en mesure de continuer la lutte … et qu’il lui serait tout aussi difficile de se poser sans trop de casse. L’appareil toucha le sol et poursuivit sa course sur quelques dizaines de mètres en ligne droite avant de s’immobiliser. En dépit de la rudesse du choc, son pilote était indemne.

- Alcor tu n’as rien ? demanda Phénicia d’un air inquiet, en le survolant.

- Ça va, y a pas de mal ! Retourne plutôt aider Actarus ! Il va avoir besoin de soutien !

- Va vite te mettre à l’abri ! Je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose !

- Je t’ai dit d’aller aider Actarus bon sang ! répondit-il en élevant la voix. Ne t’inquiète pas pour moi.

- Va te mettre en lieu sûr, je reviendrai te chercher dès que je pourrai. Pas question de te laisser tout seul !

Fossoirak fit demi-tour pour se diriger vers Goldorak. Actarus avait réussi à reprendre les commandes de sa machine et avait jusqu’à présent réussi à éviter les missiles tirés par le symbiorak. Il savait cependant que son adversaire ne le laisserait pas s’échapper aussi facilement. Au prix d’une manœuvre osée, Végalina parvint à se remettre en position d’attaque pour descendre en piqué à grande vitesse. Montées sur des bras télescopiques, les griffes de ses mains s’assemblèrent pour constituer deux pointes menaçantes qui partirent l’une après l’autre. Si la première endommagea légèrement le blindage inférieur de la soucoupe porteuse, la seconde la traversa littéralement de part en part avant de reprendre sa forme initiale. Se sachant en mauvaise posture, Actarus réagit rapidement en actionnant une nouvelle arme.

- « Corno-fulgur !!! »

Sans surprise, la foudre n’eut pas la moindre prise sur le symbiorak qui répondit en lançant une bombe incendiaire sur la cabine du robot. Par chance, le prince n’était pas à bord et il put ainsi attaquer de nouveau pour tenter de se dégager.

- « Planitronks !!! »

Les deux disques placés de part et d’autre des ailes de la soucoupe porteuse déployèrent leurs lames tranchantes et se dirigèrent vers la tête du symbiorak avant d’être déviés par ses lasers oculaires pour finalement revenir à leur point de départ quelques instants plus tard : un coup pour rien.

- Je n’ai pas le choix ! Je dois tenter une attaque au sol … « Transfert !!! »

Actarus rejoignit dans le poste de pilotage de Goldorak et lança une nouvelle attaque.

- « Corno-fulgur !!! »

L’antenne placée sur la partie supérieure de la tête du symbiorak émit un rayon qui annihila les effets de l’arme énergétique utilisée par Actarus. Végalina contre-attaqua en expédiant deux nouveaux missiles sur la soucoupe, ce qui eut pour effet d’éjecter Goldorak de son transporteur qui s’abattit quelques mètres plus loin. Phénicia, qui avait suivi toute la scène, réagit sans se poser de questions.

- Tu ne t’en tireras pas comme ça … « Missiles Sigma !!! »

Les deux projectiles expédiés par Fossoirak explosèrent dans le dos du symbiorak sans lui causer le moindre dégât. « Sale bête ! Elle résiste à tout ! », pesta la jeune fille en reprenant de l’altitude. Le monstre véghien releva la tête et tira deux rayons-laser qui ne manquèrent le spacer que d’une dizaine de mètres. La jeune fille soupira : elle s’en était bien tirée. Soulagé, Actarus prit le relais en pointant les poings de sa machine vers son adversaire.

- « Pulvonium !!! »

Les rayons mauves tirés par Goldorak le frappèrent à la tête, mais leur puissance était insuffisante pour l’endommager. Guère impressionnée, Végalina serra de toutes ses forces les leviers qui permettaient de transformer ses ondes cérébrales en énergie pour libérer toute la puissance dont elle disposait. Les rayons oculaires et le laser émis par l’antenne du monstre s’abattirent avec violence sur la tête du robot d’Actarus qui, incapable de résister à leur incroyable puissance, esquissa un geste de recul en essayant de se protéger le visage avec son bras gauche. Son adversaire avait pris l’avantage et il le savait.

- Ça ne te rappelle rien, prince d’Euphor ?

Elle n’obtint qu’un hurlement de douleur comme seule réponse.

- Aurais-tu donc perdu l’usage de la parole, Actarus ?

La chaleur était suffocante et Actarus incapable de réagir. Il lui fallait pourtant tenter quelque chose pour échapper aux rayons du symbiorak. Il ne connaissait que trop les effets dévastateurs du lasernium sur les organismes vivants, lui qui avait été grièvement blessé lors de l’invasion d’Euphor par un tir de laser. Condamné à plus ou moins brève échéance par cette blessure instable, de plus en plus affaibli par les assauts répétés des forces de Véga contre la planète bleue malgré le soutien indéfectible des Aigles, il n’avait finalement dû son salut qu’à l’intervention de celui qui fut son meilleur ami et qui donna sa vie pour sauver la sienne : Pollux, le prince de la planète Pallas.

Il ignorait cependant que l’attaque dont il faisait l’objet était bien plus grave qu’il ne pouvait l’imaginer puisqu’il était attaqué sur deux fronts : de l’extérieur et de l’intérieur.

De l’extérieur car les rayons utilisés par la jeune femme avaient causé de graves dommages aux instruments et aux commandes actionnant les armes de Goldorak, mais également de l’intérieur puisqu’ils avaient également altéré la composition de l’alliage « Gren » utilisés par ceux qui l’avaient conçu et qui contenait, tout comme les métaux utilisés par la Division Ruine pour la création de leurs propres machines de combat, de fines particules de lasernium. En très faible quantité certes, mais suffisantes pour causer de graves lésions à son pilote si elles étaient exposées à un rayon de même nature … ce qui était le cas.

La situation était critique et il le savait. « Pas question de me laisser faire … » songea-t-il en appuyant de toutes ses forces sur les deux pédales situées sous ses pieds.

- « Rétro-Laser !!! »

Peine perdue. « Jamais je ne réussirai à me dégager ! Que faire ? ». Curieusement, le pilonnage s’arrêta quelques instants plus tard. Le symbiorak se redressa et déploya ses ailes avant de décoller pour revenir à la charge, les griffes de ses pattes bien en avant pour tenter de le transpercer. Goldorak parvint à contrer cette attaque en se décalant au dernier moment sur sa gauche. Le robot gisait désormais sur le flanc et vacilla pendant quelques secondes avant de retomber sur le dos dans un nuage de poussière. Végalina esquissa alors un sourire diabolique. Il était à sa merci et c’était le moment idéal pour en finir.

Phénicia envisageait les choses différemment : elle ne comptait pas la laisser agir à sa guise et allait tout tenter pour protéger son frère. Il était inconcevable pour elle de le laisser sans défense. Elle reprit de l’altitude et décrocha sur sa gauche pour prendre sa cible à revers.

- Maintenant ! « Pyro-bombes … en rafale !!! »

Tirées à deux secondes d’intervalle, les trois bombes incendiaires causèrent une brèche dans le dos du robot véghien sans toutefois le faire dévier de sa trajectoire. Désormais immobilisé par les pattes du symbiorak, Goldorak était incapable de se mouvoir. Sûr de sa force, son pilote délaissa temporairement le système de contrôle par la pensée pour se rabattre sur les commandes manuelles tout en poursuivant le bombardement au lasernium de son ennemi juré, ajustant selon son bon plaisir l’intensité de ses rayons en utilisant la molette de réglage placée sur son tableau de bord. A ce rythme, il ne tiendrait plus très longtemps et elle le savait.

- Je pourrais augmenter encore davantage la puissance des rayons et te faire mourir dans d’atroces souffrances, et en un minimum de temps … mais ce ne serait pas amusant.

Pas de réponse.

- J’espère qu’il n’est pas déjà trop tard, dis-moi ! Nous n’avons même pas eu le temps de passer aux choses sérieuses …

Plus haut, Phénicia ne savait plus quoi faire. Les deux robots étaient bien trop proches l’un de l’autre pour qu’elle puisse attaquer et elle ne pouvait rien faire d’autre que de les survoler en espérant trouver un angle de tir favorable pour aider son frère à se dégager, ce qui n’était pas sans risque : un seul tir mal ajusté risquait de l’affaiblir encore davantage mais elle se disait qu’il n’y avait pas d’autre moyen pour le secourir. « Je ne peux pas rester là sans rien faire … je dois tenter quelque chose ! », pensa-t-elle en tirant vers elle le levier rouge placé sur sa gauche.

- « Pyro-bombe !!! »

La bombe incendiaire atteignit la tête du symbiorak qui se redressa pour répliquer avec ses missiles chargés de lasernium. Ces derniers atteignirent leur cible avec une déconcertante facilité, endommageant non seulement le propulseur droit mais également le turboréacteur gauche du spacer qui termina sa course non loin de l’endroit où s’était précédemment échoué Alcorak. Si le choc ne fut pas particulièrement violent, la jeune fille avait cependant perdu connaissance.

Ayant tout juste aperçu la fin de l’attaque et l’atterrissage forcé de Fossoirak, Actarus réagit avec détermination en poussant l’un des leviers de son panneau de commande droit.

- C’est maintenant ou jamais … « Clavicogyres !!! »

Les deux lames recourbées quittèrent les épaules de Goldorak pour transpercer les ailes du symbiorak qui étaient restées déployées. Furieuse de constater qu’Actarus n’avait pas renoncé à se battre, elle poussa l’intensité de ses rayons au maximum.

- Tu n’aurais pas dû faire ça, Actarus ! Ta ténacité te fait honneur, mais ça ne te sauvera pas !

- Je suis loin d’avoir dit mon dernier mot ! répondit-il avec difficulté.

- Tu ne doutes de rien … Tes équipiers sont hors de combat et ils ont peut-être été tués quand leurs appareils se sont écrasés ! Ton Goldorak est impuissant contre moi et je ne pense pas que tu résisteras bien longtemps aux effets du lasernium !

- Je ne suis pas encore mort, Végalina. Tu devras attendre encore un peu pour ça …

- Vraiment ? Alors, j’attendrai le temps qu’il faudra !

Deux nouveaux missiles au lasernium tirés à bout portant explosèrent au contact du torse de Goldorak sans qu’Actarus ne puisse répliquer. Les commandes de sa machine étaient brûlantes et il ne pouvait plus utiliser ses armes. Son sort semblait scellé.

Au Centre, les effets du brouillage radar avaient fini par se dissiper. Les premières images de la zone de combat montrèrent un amas de débris correspondant aux vestiges du transporteur du symbiorak. Ce ne fut que quelques instants plus tard que Procyon et Vénusia aperçurent Alcorak et Fossoirak. Les deux spacers étaient semble-t-il endommagés et ne pourraient par conséquent seconder Actarus dans son combat. Si la jeune femme se garda de prononcer le moindre mot, le scientifique tenta désespérément de prendre contact avec Alcor et Phénicia.

Si ses premiers essais se révélèrent vains, il poursuivit ses efforts, essayant encore et encore en espérant être entendu. Son vœu fut exaucé quelques minutes plus tard lorsque la jeune fille, de nouveau consciente, répondit à ses appels.

- Oui professeur, je vous écoute.

- Qu’est-ce qui se passe, là-bas ? Je n’arrive à joindre ni Alcor, ni Actarus. Tu es la seule à avoir répondu à mes appels.

- Ça se présente mal, professeur. Fossoirak est endommagé. Deux de mes quatre réacteurs sont en panne et je ne suis même pas sûre de pouvoir repartir.

- Est-ce que tu sais où en est Alcor ?

Le visage de ce dernier apparut sur l’écran panoramique. S’il avait les traits tirés, il ne semblait pas être sérieusement blessé.

- Je vous reçois également, professeur. J’ai repris place à bord d’Alcorak mais on est dans une situation difficile. Alcorak a été touché et je ne peux pas repartir. Mes réacteurs ne fonctionnent plus et la gouverne de direction est dans un sale état. La seule chose que je puisse faire, c’est tenter de rejoindre le Centre. Et encore, à vitesse réduite …

- Et Actarus ? Dis-moi où est Actarus, Alcor ! Je t’en prie … demanda Vénusia en sentant couler des larmes sur ses joues.

- Il est toujours aux prises avec le monstrogoth. Mais je suis sûr que celui-là est piloté et pas télécommandé à distance.

- Et où en est-il exactement ? reprit Procyon.

- Difficile à dire. Vu l’endroit où on est, il nous est impossible de l’apercevoir. Vous êtes le seul à pouvoir le contacter directement, professeur. Je sais que ça ne servira peut-être pas à grand-chose, mais il y a peut-être quelque chose qui peut vous intéresser.

- Explique-moi, Alcor. Toutes les informations sont bonnes à prendre.

- Je vous ai dit tout à l’heure que le monstrogoth était piloté et je suis persuadé que c’est une femme qui est aux commandes.

- Mon Dieu ! C’est elle ! Ça ne peut être que Végalina. Aucun doute n’est possible. Alcor, tu ne peux vraiment rien faire pour aider Actarus ?

- Je le voudrais bien, je vous jure. Mais Alcorak n’est plus en état de combattre.

- Hmm. Je vois. Essaie quand même de rejoindre la base comme tu pourras. Phénicia, tu penses pouvoir en faire autant ?

- Peut-être. Seulement si nous repartons, nous ferons une cible facile pour ce monstre. S’il nous voit partir, il aura largement le temps de nous descendre !

Procyon ferma les yeux. La situation était vraiment désespérée.

- Je ne peux rien faire pour les aider et il nous est impossible de contacter Actarus. Nous devons pourtant absolument tenter quelque chose pour l’aider. Que faire ?

- Je sais très bien ce qu’il nous reste à faire, professeur.

Le scientifique se retourna et regarda dans sa direction. Vénusia avait séché ses larmes et se tenait devant lui, visiblement déterminée. Un seul regard lui avait suffi pour comprendre ce qu’elle projetait de faire.

- Tu n’y songes pas ! C’est de la folie !

- C’est pourtant la seule solution ! Je ne peux pas rester là à ne rien faire, pendant qu’Actarus est obligé de se battre tout seul contre Végalina ! Contre ce monstre qui m’a déjà fait tant de mal !

- Je ne peux pas te laisser tenter une chose pareille ! Tu n’y arriveras jamais, c’est bien trop difficile.

- Je peux y arriver, je le sais. Et vous ne me ferez pas changer d’avis.

Vénusia quitta la salle des commandes pour rejoindre, à son rythme, la salle des départs. Elle emprunta l’escalier intérieur pour rejoindre le hangar où demeurait son appareil. Elle eut besoin de plusieurs minutes pour s’y installer. Une fois à bord, elle alluma ses moteurs et serra dans ses mains ses deux leviers de commande. Le visage de Procyon s’afficha quelques instants plus tard sur son écran de contrôle.

- Vénusia, je t’interdis de décoller ! Tu ne sais pas ce qui t’attend là-bas !

- Je suis la seule à pouvoir aider Actarus. Vous le savez aussi bien que moi. Il risque à tout instant de mourir si je ne vais pas à son secours.

- C’est de la folie ! En agissant de cette façon, tu mets non seulement ta vie en danger, mais aussi celle de ton bébé.

- Je suis parfaitement consciente des risques que je cours. Actarus a besoin de moi tout comme nous avons besoin de lui, moi et notre bébé. Alors j’irai, que ça vous plaise ou non.

Elle interrompit la communication en abaissant l’un des interrupteurs de son tableau de bord pour regarder droit devant elle. Lorsque le feu tricolore situé au-dessus de la porte du hangar passa au vert, elle lâcha son levier de commande droit pour tirer énergiquement vers elle le levier placé sur sa droite.

- « Vénusiak … GO !!! »

Le spacer jaune et rouge prit son envol et Vénusia enclencha immédiatement la post-combustion. Il n’y avait pas une seconde à perdre et elle le savait. Vénusiak prit de la vitesse et disparut à l’horizon sous le regard inquiet de Procyon. Celui-ci n’avait rien pu faire pour la retenir et l’empêcher de commettre l’irréparable.

- Mon Dieu. Vénusia, sois prudente, je t’en conjure …

A bord, la jeune femme s’efforçait de garder son calme. Elle ne pouvait nier l’évidence : elle s’était laissé, une fois de plus, submerger par ses pulsions personnelles au moment de prendre cette décision qui risquait d’avoir de fâcheuses conséquences. Dans le fond, Procyon avait peut-être raison : serait-elle assez forte pour lutter contre Végalina et ainsi aider Actarus à s’en sortir ? Elle l’ignorait mais elle DEVAIT essayer. Il le fallait, quels que soient les risques.

- Je te sauverai, Actarus. Je t’en fais la promesse … songea-t-elle.





FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 395913asuivre

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 477
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 11:32

Excellent chapitre, qui tient en haleine jusqu'au bout. affraid ...vivement la suite . bounce bounce ..et fin? positive pour les Aigles et Goldorak? Espérons-le affraid

Kimi a écrit:
Il ignorait cependant que l’attaque dont il faisait l’objet était bien plus grave qu’il ne pouvait l’imaginer puisqu’il était attaqué sur deux fronts : de l’extérieur et de l’intérieur.

De l’extérieur car les rayons utilisés par la jeune femme avaient causé de graves dommages aux instruments et aux commandes actionnant les armes de Goldorak, mais également de l’intérieur puisqu’ils avaient également altéré la composition de l’alliage « Gren » utilisés par ceux qui l’avaient conçu et qui contenait, tout comme les métaux utilisés par la Division Ruine pour la création de leurs propres machines de combat, de fines particules de lasernium. En très faible quantité certes, mais suffisantes pour causer de graves lésions à son pilote si elles étaient exposées à un rayon de même nature … ce qui était le cas.

Terrible combat qui ne sera pas sans consequence pour Actarus..... pale pale

Kimi a écrit:
- Je suis la seule à pouvoir aider Actarus. Vous le savez aussi bien que moi. Il risque à tout instant de mourir si je ne vais pas à son secours.

- C’est de la folie ! En agissant de cette façon, tu mets non seulement ta vie en danger, mais aussi celle de ton bébé.
Et pur Venusia et...le bébé... affraid

Tout cela n'augure rien de bon pour nos amis... No No pale pale
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 12:15

Ouch ça chauffe pour Actarus, impuissant face à cette espèce de saleté (la bestiole et son pilote...) ! Je me doutais que Vénusia prendrait cette décision mais tout ce monde, s'il s'en sort, sera sans doute en piteux état...sans compter que Végalina peut à un moment trouver que le jeu a assez duré et faire ceci


Citation :
Je pourrais augmenter encore davantage la puissance des rayons et te faire mourir dans d’atroces souffrances, et en un minimum de temps … mais ce ne serait pas amusant.

et alors... What a Face What a Face What a Face What a Face

Bref...vivement le chapitre 30 !! Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 16:31

Perosia a écrit:
Excellent chapitre, qui tient en haleine jusqu'au bout.  affraid  ...vivement la suite . bounce  bounce ..et fin? positive pour les Aigles et Goldorak? Espérons-le affraid

=> Il faut l'espérer en effet. Actarus et Goldorak vont-ils réussir à vaincre le symbiorak de Végalina ? Tu vas bientôt le découvrir !

Perosia a écrit:
Terrible combat qui ne sera pas sans consequénce pour Actarus..... pale pale

venusia45 a écrit:
Ouch ça chauffe pour Actarus, impuissant face à cette espèce de saleté (la bestiole et son pilote...) !

=> Non seulement pour Actarus, mais aussi pour Goldorak et les autres appareils de la Patrouille des Aigles, tous endommagés à des degrés plus ou moins divers ... sans compter que ce symbiorak est certes plus petit, mais surtout plus puissant que les modèles précédents ...

Perosia a écrit:
Et pur Venusia et...le bébé... affraid


venusia45 a écrit:
Je me doutais que Vénusia prendrait cette décision mais tout ce monde, s'il s'en sort, sera sans doute en piteux état...

=> Il était évident que Vénusia, même enceinte, n'allait pas rester au Centre sans rien faire. Après tout, elle avait déjà agi de la même façon dans l'épisode #38 "Les faiseurs de ténèbres" en prenant les commandes d'Alcorak en lieu et place d'Alcor (incapable de piloter comme dans l'épisode précédent) pour aller aider Actarus à vaincre son adversaire ...

Perosia a écrit:
Tout cela n'augure rien de bon pour nos amis... No No pale pale

=> Pas vraiment, non. Actarus pourra-t-il inverser la tendance dans l'épisode suivant ? Bonne question ...

venusia45 a écrit:
sans compter que Végalina peut à un moment trouver que le jeu a assez duré et faire ceci : "Je pourrais augmenter encore davantage la puissance des rayons et te faire mourir dans d’atroces souffrances, et en un minimum de temps … mais ce ne serait pas amusant."

=> Les prochains épisodes devraient également vous apprendre davantage sur la façon de voir de Végalina ...  affraid

venusia45 a écrit:
Bref...vivement le chapitre 30 !! Merci Kimi !

=> Je suis déjà en train de plancher sur le montage "Images" pour l'illustrer et j'ai terminé les dernières corrections. Je devrais pouvoir le poster assez rapidement si tout va bien.

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 12 Déc 2017 - 22:36

Superbe chapitre. Very Happy cheers
Comme le dit Perosia, il tient en haleine jusqu'au bout. affraid affraid affraid

Bien sur que c'était évident que Vénusia allait intervenir, espérons seulement qu'il n'est pas trop tard pour Actarus et que les conséquences de cette décision ne seront pas trop graves.

Quelque chose me dit qu'il risque d'y avoir bientôt foule à l'infirmerie. pale  pale  pale

Merci Kimi_san et vivement la suite, c'est trop dur de voir Actarus souffrir ainsi. Sad
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMer 13 Déc 2017 - 13:25

hikaru a écrit:
Superbe chapitre. Very Happy cheers

=> Merci, c'est gentil !

hikaru a écrit:
Comme le dit Perosia, il tient en haleine jusqu'au bout. affraid affraid affraid

=> C'était le but du jeu ... comme pour tous les autres épisodes de cette saga ...

hikaru a écrit:
Bien sur que c'était évident que Vénusia allait intervenir, espérons seulement qu'il n'est pas trop tard pour Actarus et que les conséquences de cette décision ne seront pas trop graves.

=> C'est la Vénusia que j'aime : prête à prendre tous les risques possibles pour sauver Actarus, quitte à y rester. Après tout, on est capable de tout faire (ou presque) par amour ...

hikaru a écrit:
Quelque chose me dit qu'il risque d'y avoir bientôt foule à l'infirmerie. pale  pale  pale

=> Ca se pourrait bien, oui ... Mad

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san et vivement la suite, c'est trop dur de voir Actarus souffrir ainsi. Sad

=> Elle va arriver ... et bien plus vite que vous ne le pensez ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMer 13 Déc 2017 - 13:46

... et voilà !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 727121header4

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 760389030Reglementdecomptes






La nuit était à présent tombée. Une nuit froide et sans lune. Si la température extérieure était fraîche, il en était tout autrement dans le poste de pilotage de Goldorak. Les effets combinés des deux rayons au lasernium et des décharges électriques envoyées par l’antenne située sur la mâchoire supérieure du symbiorak avaient fait monter la température de plusieurs dizaines de degrés. Un être humain normal aurait déjà péri depuis longtemps. Heureusement pour lui, Actarus n’était pas comme les autres. Sa physiologie particulière lui permettait de rester en vie et de supporter, dans une certaine mesure, l’augmentation progressive de la chaleur. Il était également protégé par sa tenue de pilote capable de supporter des températures jusqu’à cent degrés au-dessus et en-dessous de zéro. Mais toutes ces considérations n’étaient rien face à la douleur qu’il ressentait. Au train où allaient les choses, il ne pourrait tenir que dix minutes. Pas plus.

Dans la cabine de pilotage du symbiorak, à quelques mètres à peine, Végalina ne pouvait s’empêcher de sourire. Actarus était visiblement trop affaibli pour lancer une attaque susceptible de remettre en cause la suprématie de sa machine. Il suffisait d’attendre, mais cela ne lui suffisait pas. Elle augmentait ou diminuait l’intensité des rayons au gré de sa volonté. Elle faisait durer le plaisir et en savourait chaque instant avec délectation.

- Tu n’en as plus pour très longtemps à présent, prince d’Euphor. Encore quelques minutes et tout sera terminé.

Pas de réponse. Actarus avait perdu connaissance. Végalina n’était même pas surprise. Elle connaissait parfaitement les conséquences d’une exposition prolongée d’un organisme vivant au lasernium.

- Peut-être est-ce déjà terminé ? Tu m’en vois désolée, Actarus. Je pensais que ça durerait plus longtemps …

Quelques dizaines de kilomètres plus haut, dans la salle de réunion située dans les étages supérieurs de la soucoupe amirale, Erea et Eslan avaient suivi avec intérêt chaque minute du combat. Ils avaient tout vu, tout enregistré, tout analysé. Les Aigles étaient tombés les uns après les autres et Goldorak ne tiendrait plus très longtemps face au symbiorak. Eslan se montrait d’ailleurs particulièrement satisfait.

- C’est terminé, commandant. Plus rien ne peut le sauver maintenant. Ses équipiers ne sont plus en état de se battre et leurs appareils sont trop endommagés pour pouvoir reprendre l’air.

- Au risque de vous décevoir, je ne partage pas votre approche si enthousiaste de la situation, commandant Eslan. Certes, les Aigles ont été décimés et je doute qu’ils soient en mesure de repartir au combat, à moins d’être complètement inconscients. Bien sûr, notre Commandant a pour l’instant l’avantage, mais la partie n’est pas encore finie. Nous ne pourrons crier victoire que lorsque le prince d’Euphor ne sera plus de ce monde.

- Reconnaissez tout de même que le symbiorak a fait preuve de son éclatante supériorité, commandant. Même Goldorak est impuissant contre lui ! Une fois que nous l’aurons détruit, nous n’aurons aucun mal à nous emparer de la planète bleue.

- Ne soyez pas aussi catégorique. Ceux qui nous ont précédé ont trop souvent été battus parce qu’ils étaient trop sûrs d’eux. Nous ne devons pas commettre ce genre d’erreur.

- C’est juste. Cependant, à moins d’un retournement de situation inattendu, je ne vois pas très bien comment il pourrait s’en sortir, cette fois.

- Tout est possible. Ezequios l’a prouvé lors de notre bataille dans les glaces du pôle Nord. La victoire nous était presque acquise, comme maintenant. Et pourtant, nous avons été battus.

- Battus de l’intérieur seulement ! Or, à l’exception du Commandant, il n’y a personne ! Je persiste à dire que c’est presque terminé.

L’émetteur que portait Erea à la ceinture se mit à sonner. Elle s’en saisit et s’éloigna progressivement d’Eslan pour prendre la communication.

- Nous sommes actuellement en réunion, le commandant Eslan et moi-même. Nous ne devons en aucun cas être dérangés, sauf s’il s’agit d’un cas de force majeure.

Le lieutenant Thétis, qui était sur la passerelle et qui avait pris l’initiative de contacter Erea lui répondit de façon claire et distincte.

- C’est un cas de force majeure, commandant. Nos radars détectent l’approche d’un objet volant non identifié volant à basse altitude. Nous devrions bientôt l’avoir en visuel.

- Très bien, tenez-moi au courant dès que vous en saurez davantage. Fin de transmission.

Erea se tourna vers Eslan et s’adressa à lui d’un air contrarié.

- Il semble que nous ayons un invité-surprise. Nous en saurons davantage dans les minutes qui viennent. Et contrairement à ce que vous avanciez, ce n’est peut-être pas fini …

L’invité-surprise en question poursuivait sa route en direction de la zone de combat. En raison des flammes et des panaches de fumée noire causés par les explosions précédentes, il ne lui était pas franchement difficile de la repérer. Dans son poste de pilotage, Vénusia tentait, tant bien que mal, de conserver son calme. Elle ne savait pas ce qu’elle découvrirait une fois sur place, mais elle se devait d’être forte. Son intervention permettrait peut-être à Actarus de rester en vie. Elle le voulait de toutes ses forces et se disait que tout était possible, pour peu qu’on le veuille vraiment.

De son côté, Alcor essayait tant bien que mal de réparer la gouverne de direction de son appareil. Ce serait une réparation de fortune, mais c’était toujours mieux que rien. Phénicia l’avait rejoint et essayait de l’aider comme elle le pouvait.

- Il faut que j’aille plus vite, soupira-t-il. Peut-être que je pourrai aider Actarus après.

- Je sais que tu tenterais l’impossible pour lui venir en aide, Alcor. Tout comme moi. Mais tu es vraiment sûr de pouvoir y parvenir ?

- Je dois essayer, Phénicia. Et si jamais ça ne marchait pas et que je n’en ressorte pas vivant, on pourra toujours dire que ma vie aura servi à quelque chose, non ?

Phénicia baissa les yeux l’espace de quelques instants mais se reprit tout aussi rapidement en lui assénant un coup de poing sur l’épaule.

- Je te défends de me faire un coup pareil ! Sinon, tu entendras parler de moi, je te le garantis !

- Je crois que ça y est, fit-il en s’essuyant le front. Si je fais chauffer mes propulseurs auxiliaires, je pourrai peut-être décoller dans cinq minutes. Pourvu que ça marche !

De son côté, Actarus avait finalement repris conscience. Mais la chaleur qui régnait dans le poste de pilotage et ses propres douleurs étaient telles qu’il aurait peut-être préféré ne jamais se réveiller. Pourtant, quelque chose, ou plutôt quelqu’un, l’empêchait de quitter le monde des vivants. C’est non seulement pour elle, mais aussi pour l’enfant qu’elle portait qu’il devait continuer à se battre, à ne pas renoncer. Même si les commandes de sa machine étaient (peut-être) trop endommagées pour repousser son adversaire, il se devait de tenter quelque chose. « Allez Goldorak … Allez, vas-y ! On va s’en sortir ! » s’exhorta-t-il. Sa volonté, aussi forte soit-elle, ne suffirait pas à faire la différence et il le savait. Il lui faudrait une aide extérieure. Une aide qui viendrait d’en haut. Il ne se doutait pas, à cet instant, que son vœu serait exaucé dans les secondes à venir …

Vénusia était maintenant en vue du symbiorak. Celui-ci crachait ses rayons et ses décharges électriques sur Goldorak, toujours immobilisé au sol. Si elle ne pouvait pas, à cause du relief environnement, voir la machine d’Actarus, son objectif était là, devant elle. Il fallait faire vite et viser juste. Ce ne serait pas facile et elle le savait. « Ne pas trembler. Surtout ne pas trembler … », pensa-t-elle. « Actarus, je sais que la moindre erreur peut me coûter ta vie. Je vais y arriver. Oui, j’y arriverai … j’en suis sûre ! » fit-elle en appuyant de toutes ses forces sur les deux boutons placés sur ses leviers de commande.

- « Missiles Oméga !!! »

Les deux missiles partirent aussitôt. Si le premier manqua sa cible, le second termina sa course dans l’œil droit du symbiorak, détruisant du même coup le canon au lasernium qui s’y trouvait. Le bombardement cessa. Vénusiak passa à quelques mètres seulement de la cabine de pilotage de l’engin véghien avant de reprendre de l’altitude. Vénusia poussa un soupir de soulagement. « J’ai réussi … mais je ne peux pas m’arrêter là. Je dois continuer ! ».

A bord de la soucoupe amirale, Erea et Eslan échangèrent un bref regard. C’était impossible : Vénusia ne pouvait pas être aux commandes de son appareil puisque sa future maternité devait l’empêcher de piloter. Ils durent cependant se rendre à l’évidence : elle était là et bien là. Son arrivée avait changé la donne.

- C’est incroyable, fit Eslan. Le Commandant nous avait pourtant dit qu’elle serait incapable de se battre !

- Je le sais. Et pourtant, notre amie Vénusia est bien là. Son arrivée n’était pas prévue, loin de là. Je pensais, comme vous, que son état de santé et l’expérience traumatisante subie lors de sa captivité au pôle Nord l’aurait mis hors de combat pendant un certain temps … sans omettre le fait qu’elle sera bientôt mère …

- Que voulez-vous dire, commandant ? demanda Eslan, intrigué.

- Elle attend un enfant. Et ce ne sera pas un enfant ordinaire, puisque son père n’est autre que le prince d’Euphor. C’est peut-être cette physiologie particulière, différente de tous les standards terriens connus, qui lui permet certainement d’être ici, en ce moment, en train de lutter contre notre Commandant.

- Voilà un détail bien intéressant. Peut-être devrions-nous enlever l’enfant au lieu de la mère afin de faire pression sur le prince d’Euphor ?

- Notre Commandant y a déjà songé, mais il nous est pour l’instant impossible de déterminer le moment où cette naissance se produira. Aucun de nos scientifiques n’est en mesure de donner une estimation précise. Arrivera-t-elle dans quelques jours ? Dans quelques semaines ? Dans quelques mois ? Personne ne le sait dans la mesure où il s’agit de l’union de deux races d’origine différente.

- Mais justement ! C’est une opportunité fantastique ! Il ne faut pas la laisser passer, commandant. Cet enfant pourrait être un atout capital pour nos projets d’expansion. Il pourrait nous servir ! répondit-il en tentant de masquer son excitation.

- Je le sais aussi bien que vous. Seulement, il semble que notre Commandant ne partage pas cet avis. Il ne faut pas que ce conflit s’éternise. Nous devons en finir au plus vite. Attendre la naissance de cet enfant pourrait également permettre aux terriens de renforcer leurs défenses et de trouver de nouveaux moyens pour nous combattre.

- Vous avez raison, je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Mais je persiste à dire que cet enfant pourrait nous être utile …

- Pour l’instant, concentrons-nous sur le combat présent. Savez-vous si nous avons d’autres appareils prêts à partir supporter le Commandant Végalina ?

- Les autres symbioraks ne sont pas prêts et leur mise au point risque de prendre encore un peu de temps. Les quelques golgoths dont nous disposons sont des machines de première génération aux performances plus que limitées. Même endommagé, Goldorak pourrait facilement en venir à bout.

- Cela n’a aucune importance, répondit Erea d’un ton monocorde. Contactez au plus vite le Camp de la Lune noire et faites en sorte qu’ils nous rejoignent ici au plus vite. Nous devons impérativement tout mettre en oeuvre pour permettre à notre Commandant de remporter la victoire !

- Entendu, je vais faire le nécessaire.

Eslan quitta la pièce, laissant Erea seule. Elle fixait l’écran de contrôle, montrant les images du combat qui se déroulait sous ses pieds. Dans le même laps de temps, elle fit apparaître sur l’un des écrans annexes la fiche détaillée de Vénusia. « Décidément, cette jeune femme est pleine de ressources … Nous l’avons peut-être sous-estimée … » soupira-t-elle.

Dans le poste de pilotage du symbiorak, les conséquences de l’attaque de Vénusia se firent immédiatement sentir : Végalina reçut une violente décharge électrique qui lui fit brièvement lâcher ses deux leviers de commande. Elle se reprit rapidement et esquissa un sourire diabolique en constatant la présence de Vénusiak. La perspective d’abattre son adversaire sous les yeux d’Actarus et de ses équipiers n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire.

- Bienvenue à toi, Vénusia ! Voilà une très bonne surprise ! fit-elle en souriant.

La jeune femme ne répondit pas. Le combat physique qu’elle avait à livrer était déjà suffisant et il ne fallait pas qu’elle se laisse entraîner dans la guerre des mots.

- Est-ce que tu aurais toi aussi perdu l’usage de la parole, Vénusia ? C’est dommage. Mais puisque tu es à présent parmi nous, permets-moi de t’offrir ce petit cadeau !

Le symbiorak se dressa, ailes déployées et griffes pointées vers le ciel. Deux bombes incendiaires partirent de son orifice buccal en direction du spacer jaune et rouge qui les évita toutes les deux en décrochant brutalement sur sa droite. Elle se retrouva la tête en bas et se rapprocha de l’appareil ennemi en ayant progressivement réduit sa vitesse. C’était une belle occasion qu’elle se devait de saisir.

- « Delta-Lame !!! »

L’aile Delta sectionna l’antenne située sur la mâchoire supérieure du symbiorak. Désormais, celui-ci ne serait plus en mesure de lancer de décharges électriques. Seul le canon au lasernium situé dans son œil gauche pourrait encore causer des dégâts éventuels. Furieuse, Végalina empoigna les commandes manuelles et se prépara à lancer les bras télescopiques de son appareil en direction du spacer jaune et rouge. Actarus, qui avait entretemps rouvert les yeux, fut tout aussi surpris que son ennemie jurée de la présence de Vénusia. C’était là une source de motivation supplémentaire.

- Tu vas me payer ça, Vénusia. Tu ne vas pas t’en sortir si facilement, je te le garantis ! fit Végalina en haussant le ton.

Elle s’était pourtant juré de ne pas répondre à ses provocations verbales. Oubliant sa ligne de conduite, Vénusia ne put s’empêcher de lui répondre et ne chercha nullement à masquer sa colère.

- Il n’y a que mes amis qui comptent ! Je ne te laisserai pas leur faire le moindre mal. Ni à Alcor, ni à Phénicia et encore moins à Actarus. Ils ne peuvent peut-être plus se battre, mais moi si !

- Ta ténacité et ton courage t’honorent, ma chère Vénusia. Je ne te pensais pas capable de te battre en dépit de ton état de santé … et au risque de perdre la vie. La tienne comme celle de ton enfant …

- Ça ne regarde que moi !

- J’ai touché le point sensible, on dirait. Tant pis pour toi … et pour lui !

L’échange entre les deux jeunes femmes n’avait pas échappé à Actarus. Malgré ses douleurs, il était décidé à tenter le tout pour le tout.

- Tu ne leur feras pas le moindre mal … « Clavicogyres !!! »

Les deux faux tranchantes se détachèrent des épaules de Goldorak et sectionnèrent les deux bras du symbiorak, qui tombèrent ensuite à terre. Son attaque avait échoué mais la jeune femme n’avait pas dit son dernier mot. Son regard était plein de haine. Elle reprit les commandes et activa ses propulseurs arrière pour se lancer à la poursuite de Vénusiak. Il lui fallait l’abattre, et ce à n’importe quel prix. Si elle parvenait à éliminer Vénusia sous les yeux d’Actarus et de ses équipiers, elle pensait pouvoir l’achever rapidement puisqu’il était trop affaibli pour se défendre. Elle n’en aurait pas l’occasion.

En effet, Goldorak était parvenu à saisir avec ses deux mains les pattes inférieures du symbiorak qui, malgré toute sa puissance, était incapable de soulever les 280 tonnes du robot d’Actarus. Le fait que Végalina ait dépensé énormément d’énergie par ses attaques répétées au lasernium ne jouait pas non plus en sa faveur et les Aigles allaient tirer profit de cette faiblesse. Reparti aux commandes d’une machine endommagée mais encore capable de voler, Alcor était tout aussi surpris de constater la présence de Vénusia sur les lieux mais il se ressaisit rapidement en la voyant se remettre en position d’attaque. Il savait ce qu’elle comptait faire et il allait suivre le mouvement.

- « Missiles Oméga !!! »

- « Missiles Alpha !!! »

Les deux salves de missiles atteignirent le symbiorak au dos, sans que celui-ci soit en mesure de riposter. C’est le moment que choisit Actarus pour réagir à son tour.

- « Fulguro-Poings !!! »

Les deux avant-bras du robot transformés en torpilles broyèrent les membres inférieurs du symbiorak avant de reprendre leur place initiale. L’impact fut rude puisque l’appareil de Végalina fut projeté à plusieurs centaines de mètres. Dans une telle situation, pour n’importe quel soldat, battre en retraite était la seule chance de rester en vie … mais pas pour elle. Il lui fallait vaincre … ou périr. « Voilà ce que doit être un véritable officier de la Division Ruine ! », pensa-t-elle. Elle parvint à corriger sa trajectoire avant de faire demi-tour pour se mesurer une fois de plus à Goldorak qui venait de se relever. Il attendait son adversaire et il pourrait à présent compter sur Vénusiak et Alcorak pour l’appuyer.

Le symbiorak apparut dans son champ de vision. Reprenant son souffle avec difficulté, Actarus regarda non sans inquiétude le témoin lui indiquant l’énergie qui était encore disponible. A peine 20%. Soit exactement ce qui lui fallait pour lancer une ultime attaque.

- Alcor, Vénusia, on tente le tout pour le tout. Attaque simultanée !

- A tes ordres, Commandant, firent Alcor et Vénusia en chœur.

- Très bien. « Corno-fulgur !!! »

- « Mortanium !!! »

- « Electronium !!! »

Toutes les armes énergétiques déclenchées par les Aigles frappèrent le symbiorak de plein fouet. Celui-ci s’écrasa et demeura au sol, incapable de se relever. Il était temps d’en finir. Et définitivement cette fois. Actarus abaissa un des leviers placés sur son panneau de commande droit.

- « Astéro-haches !!! »

Utilisant les dernières ressources qu’il lui restait, Goldorak se projeta en l’air et saisit au vol les deux clavicogyres et les manches qui y étaient rattachés. Dans un ultime effort, il assembla sa hallebarde et la lança en direction du symbiorak. Celui-ci, gisant désormais sur le dos, la reçut en plein cœur. Une nouvelle décharge électrique frappa Végalina. Le système de contrôle par la pensée et les commandes manuelles ne fonctionnaient plus. Les Aigles étaient en position de force et désormais au complet puisque Phénicia, malgré un Fossoirak très endommagé, était venue les rejoindre.

Dans la cabine de pilotage du symbiorak, les effets de la chaleur commençaient à se faire sentir. Végalina essayait de se persuader que les dommages subis par sa machine ne l’empêcheraient pas de repartir au combat et de venir à bout du prince d’Euphor et de ses équipiers. Elle se trompait. Les témoins d’énergie et les écrans digitaux avaient également cessé de fonctionner. Il ne restait plus qu’une seule solution : partir pendant qu’il en était encore temps. A contre cœur, Végalina quitta le poste de pilotage pour se rendre vers la petite navette de secours, placée quelques mètres seulement en dessous de celui-ci. Peu de temps après y être montée, elle actionna l’ouverture de l’orifice dorsal de son appareil, lui permettant ainsi de s’échapper.

De forme triangulaire, la navette comportait de part et d’autre de son fuselage deux petits canons au lasernium de faible puissance et une petite foreuse lui permettant de se déplacer sous terre. Elle avait à peine fait quelques mètres qu’un grondement sourd se fit entendre. Le symbiorak était de nouveau attaqué. Les Aigles allaient terminer le travail.

- « Missiles Alpha !!! »

- « Missiles Oméga !!! »

- « Pyro-bombe !!! »

Le symbiorak explosa. Phénicia, malgré un appareil en mauvais état, avait tenu à porter le coup final. Le combat avait été très difficile. L’un des pires que la Patrouille des Aigles avait eu à livrer depuis bien longtemps. Mais ils en étaient sortis vainqueurs.

Actarus avait du mal à reprendre son souffle. Alcor et Phénicia avaient du mal à garder leurs appareils bien horizontaux. Seule Vénusia conservait son calme, même si des larmes de joie coulaient abondamment sur ses joues. Elle répétait inlassablement, à voix basse, les mêmes mots.  « J’ai réussi … j’ai réussi … j’ai réussi … ». Elle avait raison. Son intervention avait été décisive.

- Et ben, on s’en est encore sortis … fit Alcor, soulagé.

- C’était très juste, ajouta Phénicia. On a eu beaucoup de chance, ça aurait pu très mal se terminer.

- Je partage ton opinion, Phénicia. Si Vénusia n’était pas intervenue, on y serait peut-être tous restés … répliqua-t-il.

- Merci, petite sœur ! répondit Phénicia en s’adressant à son équipière et amie.

- Ce n’est rien, Phénicia. Rien du tout. J’ai fait ce que je devais faire. Je ne pouvais pas rester au Centre sans tenter quelque chose.

- En tout cas, maintenant que c’est fini, tu vas nous faire le plaisir d’aller te reposer quand on reviendra au Centre. Tu t’es mise en danger pour nous tirer d’affaire … mais n’oublie pas que tu n’es plus toute seule, maintenant !

- Je le sais, Alcor. Fais-moi confiance, j’irai dès qu’on sera tous rentrés à la maison.

Seul Actarus garda le silence. Il avait suivi la conversation entre ses trois équipiers avec intérêt, mais s’était bien gardé de prendre la parole. Ce que venait de faire Vénusia était complètement insensé. Il le savait et le lui aurait très certainement reproché, dans un passé récent, d’avoir agi comme elle l’avait fait. Mais pas aujourd’hui, bien au contraire. Elle s’était mise en danger pour eux et surtout pour lui. Il pouvait se montrer fier d’elle.

Il fit légèrement pivoter son levier de commande gauche vers l’extérieur pour reprendre le contrôle de sa soucoupe porteuse. Il ne savait pas si celle-ci, vu les dommages qui lui avaient été infligés, serait capable de voler mais il allait quand même essayer.

- « Récupération !!! »

Bien que très endommagée, elle avait réussi à reprendre l’air. Ses réacteurs se soulevèrent pour permettre à Goldorak de s’arrimer.

- « Arrimage … Ovostable !!! »

La manœuvre se déroula correctement. Tous pouvaient maintenant prendre le chemin du retour. Lorsqu’ils disparurent à l’horizon, la navette de secours de Végalina refit surface. La jeune femme en descendit et regarda le ciel d’un air contrarié : une deuxième défaite en si peu de temps alors que la victoire lui tendait les bras cette fois encore, c’était beaucoup.

- Ce n’est que partie remise, prince d’Euphor. Je trouverai bien le moyen d’en finir avec toi un jour ou l’autre …

Il fallut un peu plus d’une demi-heure à l’escadrille pour rejoindre le Centre. Si Goldorak quitta la formation le premier pour rejoindre sa base via la route numéro 4, les trois autres spacers poursuivirent leur route à vitesse modérée. Les portes automatiques des trois hangars de la rampe de lancement s’ouvrirent pour leur permettre de se poser. En raison des dommages subis par Alcorak et Fossoirak, seul Vénusiak regagnerait son abri.

Alcorak réduisit sa vitesse et, après que son pilote ait actionné ses rétrofusées, se posa directement dans l’atelier. Alcor quitta son poste de pilotage et emprunta la passerelle rétractable pour se retrouver sur la plate-forme où il fut accueilli par Procyon, venu à sa rencontre.

- Est-ce que tout va bien, Alcor ?

- J’ai essayé de réparer dans la mesure de mes moyens et du temps qui nous était imparti, mais il y a encore beaucoup à faire. Je ferais bien de m’y atteler dès maintenant.

- Je ne pense pas que tu sois en état de t’occuper de ton appareil. Le combat que vous avez livré a été particulièrement difficile et il serait préférable que tu ailles te reposer. Nous en reparlerons demain matin.

- Le professeur a raison, ajouta Phénicia qui s’était posée quelques instants plus tôt. Les dommages subis par son appareil étaient peut-être moins importants que celui d’Alcor, mais tous ses réacteurs devaient être démontés et remplacés au besoin.

- Si on s’y met tout de suite, on pourra l’utiliser si jamais les troupes de Végalina venaient à nous attaquer encore une fois, répliqua-t-il en élevant la voix. On ne doit pas perdre une seconde …

- Tu vas te taire au lieu de raconter des idioties ? répondit-elle sèchement. Si le professeur te dit d’aller te reposer, tu y vas … et tu ne discutes pas, sinon tu auras affaire à moi !

- Je pense que tu devrais l’écouter, Alcor … Elle sait se montrer très convaincante quand elle le souhaite !

- Bon, si vous êtes tous contre moi, il ne me reste plus qu’à aller me coucher. Dans le fond, c’est peut-être pas plus mal …

Phénicia prit sa main dans la sienne et l’entraîna vers la sortie de l’atelier en riant.

- Allez, viens sans te faire prier. Qu’est-ce qui pourrait t’arriver de mieux que d’aller te reposer en ma compagnie ?

- Une attaque des forces de Véga ?

- Idiot ! grimaça Phénicia en lui adressant une tape sur la tête.

Tous deux se mirent à rire et quittèrent l’atelier sous le regard amusé de Procyon. Actarus, toujours casqué et encore vêtu de sa tenue de pilote, le rejoignit peu après.

- Je crois que nous l’avons échappé belle cette fois encore, Actarus. Comment te sens-tu ?

- Je vais bien, père. Ne t’en fais pas pour moi. C’est surtout de Goldorak dont il faut s’occuper, maintenant. Le combat a été rude et il est très endommagé. Le remettre en état risque de nous prendre un certain temps.

- Ne t’inquiète pas de cela. Nous nous occuperons de Goldorak dès demain matin. Pour le moment, je voudrais que tu te rendes au bloc médical. Tu es resté exposé au lasernium pendant un long moment et nous devons nous assurer que tout va bien.

- Tu as raison, je vais y aller. Mais avant, est-ce que tu me peux me dire où se trouve Vénusia ? J’aimerais lui dire deux mots …

- Ne la juge pas trop sévèrement, mon fils. Elle était pleinement consciente des risques qu’elle courait en allant vous rejoindre. Elle n’a fait que suivre ce que lui dictait son cœur, tout simplement. Et cette fois encore, son intervention s’est révélée décisive …

Actarus baissa les yeux. Il savait que son père adoptif avait raison.

- Je le sais. Ce qu’elle a fait était insensé, mais je ne peux pas le lui reprocher.

- Tu la retrouveras certainement dans le hangar de son appareil. Et si ce n’est pas le cas, elle sera soit dans la salle de détente, soit à l’extérieur. A ta place, je ne tarderais pas trop.

- J’y vais. A tout à l’heure.

Procyon ne s’était pas trompé. Après s’être posée avec Vénusiak, il avait fallu un moment à Vénusia pour reprendre son souffle et quitter son appareil. Elle avait fait beaucoup d’efforts pour garder sa concentration et ne pas se laisser submerger par ses émotions. La pression était retombée. Elle quitta le hangar et emprunta les escaliers intérieurs pour gagner la sortie du Centre. Une fois à l’extérieur, elle s’avança vers la rambarde de protection qui donnait sur la pente du barrage. Elle posa ses mains sur le métal glacé et regarda le ciel. Il n’y avait aucune étoile, juste un peu de vent. Cette fraîcheur était la bienvenue.

Elle ferma les yeux quelques instants, songeant à ce qu’elle avait accompli quelques minutes plus tôt. C’était risqué, dangereux … mais elle l’avait fait quand même. Elle continuait à regarder le ciel et ne tourna même pas la tête lorsqu’Actarus vint la rejoindre.

- Il fallait que je le fasse. C’était plus fort que moi.

- Je le sais. Tu n’as pas à me donner d’explications.

- Durant toutes ces années, j’ai toujours eu peur que tu partes au combat et que tu n’en reviennes pas. Je ne pouvais pas me faire à cette idée. C’était tellement difficile …et ça l’est encore plus aujourd’hui. Vous étiez tous en danger. Je devais intervenir. Même si ça risquait de me coûter cher.

- Ce que tu as fait était insensé. Je ne t’aurais jamais permis de faire une chose pareille si j’en avais eu la possibilité. Mon père a cependant su trouver les mots justes pour me faire comprendre mon erreur. Tu as simplement fait ce que ton cœur te disait de faire …

Il poursuivit, avec une certaine émotion dans la voix.

- Ce combat est certainement l’un des plus pénibles que nous ayons jamais eu à livrer et je dois admettre que nous ne nous en serions probablement pas sortis sans ton aide. Je ne peux rien te reprocher.

- Ce n’est rien. Rien du tout. J’aurais même pu aller beaucoup plus loin s’il le fallait et tu le sais, Actarus. Parce que je n’aurais pas supporté de te perdre. Je t’aime trop pour ça.

- Je sais très bien de quoi tu es capable, Vénusia. Je le sais depuis longtemps. Tu n’as plus rien à me prouver. Je suis pleinement conscient des sentiments que nous éprouvons l’un pour l’autre et je sais aussi que la décision que j’ai prise est la bonne : je t’emmènerai avec moi sur Euphor dès que cette guerre sera finie. Rien ne pourra m’en dissuader.

- Tu me l’as déjà dit … mais je ne me lasse pas de te l’entendre dire. Je sais que ça ne sera pas facile et qu’il me faudra sûrement du temps pour m’y habituer quand …

- Nous évoquerons ce sujet en temps voulu si tu es d’accord. Nous avons tout le temps d’y penser.

Vénusia acquiesça. Il la prit dans ses bras et l’embrassa tendrement. La communion était totale en cet instant précis. Ils passèrent ensuite un long moment à se regarder les yeux dans les yeux, lorsque des bruits de pas et des cris mirent fin à leur rêverie. Pas besoin de se retourner pour savoir de qui il s’agissait …

Alcor sortit en courant du Centre, avec Phénicia juste derrière lui. Tous deux étaient en train de rire comme des gamins lorsqu’ils rejoignirent Vénusia et Actarus, venus à leur rencontre.

- On a peut-être mal choisi notre moment ? fit Alcor, quelque peu gêné.

- Non, rassure-toi. Tout va très bien, répondit Vénusia, amusée parce qu’elle venait de voir.

- Tout ça, c’est de la faute d’Alcor ! ajouta Phénicia en reprenant son souffle.

- Et qu’est-ce qu’il a encore dit ou fait comme bêtise ?

- Tout simplement qu’il préférait passer son temps libre à se battre contre les forces de Véga plutôt que de le passer avec moi !

- Oh … Ce n’est effectivement pas très adroit de sa part, répondit Vénusia en souriant.

- Au vu de ce que nous venons de traverser, je crois que le moment est plutôt mal choisi pour ce genre de plaisanterie, ajouta Actarus, visiblement contrarié.

- J’ai lancé ça sans réfléchir. Je me rends compte maintenant que je suis allé un peu trop loin. Excuse-moi. La prochaine fois, je ferai plus attention à ce que je dis !

- Ça ne fait rien, Alcor. On ne va pas te jeter la pierre pour si peu, dit Vénusia d’un air amusé.

- Si, justement. Je suppose qu’Actarus t’en a déjà fait part de son côté, mais on voulait aussi te dire merci pour ce que tu as fait tout à l’heure. On ne s’en serait pas sortis sans ton aide.

- Il a raison, petite sœur. Tu as pris des risques insensés pour nous venir en aide. Ce n’est pas la première depuis notre retour sur Terre qu tu agis de cette façon. Mais je n’aurais jamais pensé que tu serais capable d’aller jusque-là, surtout dans ton état. Tu as risqué ta vie et celle de ton bébé dans cette histoire.

- Je sais. Mais je devais le faire. Pour Actarus, pour notre bébé et pour vous tous. Je n’aurais pas supporté qu’il vous arrive malheur. Tu m’as fait comprendre, il n’y a pas si longtemps, que ce que nous vivons, ce que nous faisons, nous le faisons tous ensemble. Il n’y a que ça qui compte.

Sans se départir de son sourire, elle versa une larme et s’essuya les yeux quelques instants plus tard avant de se blottir entre les bras d’Actarus. Elle se sentait à l’abri, apaisée, protégée. Pour rien au monde elle n’aurait souhaité se trouver ailleurs. Elle esquissa un nouveau sourire en les regardant.

Phénicia et Alcor sourirent à leur tour. Vénusia avait raison : c’est en restant ensemble, unis, qu’ils surmonteraient les épreuves à venir qui, à n’en point douter, seraient sans doute encore nombreuses.





FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 395913asuivre

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMer 13 Déc 2017 - 15:10

Bon, rien que le titre déjà...Qui règle ses comptes avec qui ? Végalina avec Actarus ? Vénusia avec Végalina ? Ou Actarus avec Vénusia pour s'être mise en danger avec le bébé ? Voyons, voyons...

Citation :
Elle faisait durer le plaisir et en savourait chaque instant avec délectation.

Non, je ne serai pas vulgaire (mais ça me démange...) Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

Citation :
Reconnaissez tout de même que le symbiorak a fait preuve de son éclatante supériorité, commandant. Même Goldorak est impuissant contre lui  

La peau de l'ours, tout ça tout ça...

Citation :
Phénicia baissa les yeux l’espace de quelques instants mais se reprit tout aussi rapidement en lui assénant un coup de poing sur l’épaule.

- Je te défends de me faire un coup pareil ! Sinon, tu entendras parler de moi, je te le garantis !

et toc ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 3291812460 tu as raison de lui remettre les idées en place, non mais !


Citation :
Il lui faudrait une aide extérieure. Une aide qui viendrait d’en haut. Il ne se doutait pas, à cet instant, que son vœu serait exaucé dans les secondes à venir …

Ne jamais perdre foi en l'amour...

Citation :
« Actarus, je sais que la moindre erreur peut me coûter ta vie. Je vais y arriver. Oui, j’y arriverai … j’en suis sûre ! »

Comme la première fois où elle a piloté Alcorak Wink

Citation :
détruisant du même coup le canon au lasernium qui s’y trouvait. Le bombardement cessa.

bien visé cheers cheers

Citation :
Les autres symbioraks ne sont pas prêts et leur mise au point risque de prendre encore un peu de temps. Les quelques golgoths dont nous disposons sont des machines de première génération aux performances plus que limitées. Même endommagé, Goldorak pourrait facilement en venir à bout.

- Cela n’a aucune importance, répondit Erea d’un ton monocorde. Contactez au plus vite le Camp de la Lune noire et faites en sorte qu’ils nous rejoignent ici au plus vite. Nous devons impérativement tout mettre en oeuvre pour permettre à notre Commandant de remporter la victoire !

Il semble que les préoccupations aient un peu changé de camp...

Citation :
Les deux faux tranchantes se détachèrent des épaules de Goldorak et sectionnèrent les deux bras du symbiorak, qui tombèrent ensuite à terre

Ah revoilà Goldorak en action ! cheers


Citation :
Il savait ce qu’elle comptait faire et il allait suivre le mouvement.

- « Missiles Oméga !!! »

- « Missiles Alpha !!! »

Leur force, c'est leur synchronisation, et le parallélisme du discours direct le rend parfaitement bien Wink

Citation :
Il lui fallait vaincre … ou périr.

On a vu ce que ça donnait pour les autres membres de la division ruine...

Citation :
Elle s’était mise en danger pour eux et surtout pour lui. Il pouvait se montrer fier d’elle.

Un peu oui !! Ouf pour cette fois...

Citation :
Qu’est-ce qui pourrait t’arriver de mieux que d’aller te reposer en ma compagnie ?

lol!  lol!

Allez, encore une de gagnée...mais m'est avis que Végalina va ruminer son échec et que son orgueil lui dictera encore d'autres coups tordus. Pour l'heure, repos pour tout le monde et un petit tour chez le mécano pour Goldo Wink

Merci Kimi pour ce chapitre mené de main de maître !
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMer 13 Déc 2017 - 19:14

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 1752787198 Je te remercie Vénusia !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 4072822622 Mais maintenant il va falloir que j'aille à l'atelier de réparation ! Wink

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2636677666  Merci également Kimi pour ces chapitres palpitants ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2340738771

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMer 13 Déc 2017 - 19:34

venusia45 a écrit:
Bon, rien que le titre déjà...Qui règle ses comptes avec qui ? Végalina avec Actarus ? Vénusia avec Végalina ? Ou Actarus avec Vénusia pour s'être mise en danger avec le bébé ? Voyons, voyons...

=> Ben tu as vu maintenant ! lol!

venusia45 a écrit:
Non, je ne serai pas vulgaire (mais ça me démange...) Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad

=> La $*ùù^$*ù^* ! C'est ce que tu voulais dire ? Laughing

venusia45 a écrit:
La peau de l'ours, tout ça tout ça...

=> Tu remarqueras que c'est Eslan qui se la joue "c'est gagné" ici. A croire que "vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué", c'est vraiment typique chez les officiers véghiens de sexe masculin ...

venusia45 a écrit:
et toc ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 3291812460 tu as raison de lui remettre les idées en place, non mais !

=> FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2449550244 "Toi, tu perds rien pour attendre !"

venusia45 a écrit:
Ne jamais perdre foi en l'amour...

=> Non, jamais ...

venusia45 a écrit:
Comme la première fois où elle a piloté Alcorak Wink

=> Un petit clin d'oeil à l'épisode #37, "Une étoile est morte". L'un de mes préférés. Et une bonne occasion de prouver également (notamment à ceux et celles qui détestent Vénusia) qu'elle peut faire aussi bien qu'Alcor. Et si elle est passée du statut de "demoiselle en détresse" à celui de "action girl", c'est aussi grâce à lui !

=> FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 3194335719 "Non mais !"

venusia45 a écrit:
bien visé cheers cheers

=> Elle a été à bonne école ...

venusia45 a écrit:
Il semble que les préoccupations aient un peu changé de camp...

=> Non ... tu crois ? lol!

venusia45 a écrit:
Ah revoilà Goldorak en action ! cheers

=> Il faut dire quand même qu'Actarus a vraiment souffert ...

venusia45 a écrit:
Leur force, c'est leur synchronisation, et le parallélisme du discours direct le rend parfaitement bien Wink

=> Exactement. "Ce que nous vivons, ce que nous faisons, nous le faisons tous ensemble !" comme dirait Phénicia.

venusia45 a écrit:
On a vu ce que ça donnait pour les autres membres de la division ruine...

=> Faites-vous plaisir ... rejetez un petit coup d'oeil sur la scène d'ouverture de l'épisode #59, "Le commando" ... affraid

venusia45 a écrit:
Un peu oui !! Ouf pour cette fois...

=> Le coup est passé près, cette fois. Actarus peut être fier de sa compagne !

venusia45 a écrit:
Allez, encore une de gagnée...mais m'est avis que Végalina va ruminer son échec et que son orgueil lui dictera encore d'autres coups tordus. Pour l'heure, repos pour tout le monde et un petit tour chez le mécano pour Goldo Wink

=> M'est avis qu'elle ne sera pas la seule à mettre au point un nouveau plan diabolique pour se débarrasser des Aigles une bonne fois pour toutes !

Gurendaizä a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 1752787198 Je te remercie Vénusia !

=> FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 574077509 "Mais de rien !"

Gurendaizä a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 4072822622 Mais maintenant il va falloir que j'aille à l'atelier de réparation ! Wink


=> FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2526988808 "Ne t'inquiète pas, nous allons nous occuper de toi dans les plus brefs délais !"

venusia45 a écrit:
Merci Kimi pour ce chapitre mené de main de maître !

Gurendaizä a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2636677666  Merci également Kimi pour ces chapitres palpitants ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2340738771

=> You're welcome ! Prochain épisode : "Entre passé et avenir"


A titre d'information, pour un meilleur confort de lecture, j'ai modifié le post initial en rajoutant un lien pour accéder aux chapitres déjà publiés (comme une table des matières). En espérant que cela vous sera utile.

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 9:07

Bonne idée, le sommaire du chapitrage cheers
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 9:20

Ouah les deux derniers chapitres étaient époustouflant

ça m'étonne pas du tout que Vénusia soit venu au secour d'Actarus, elle devait tenter quelque chose même si c'était de la Folie

Pauvre Actarus il a quand même subi un sacré combat

En tout cas merci pour ces deux chapitres qui étaient très très interessant et pleins de suspense

Et le sommaire des chapitres c'est une excellente idée

Comme toujours vivement la Suite lol!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 9:33

Kass01 a écrit:
Ouah les deux derniers chapitres étaient époustouflant

=> Beaucoup d'action, beaucoup de casse et un soupçon d'émotion ... tout ce qu'on attend d'un épisode de "Goldorak" (enfin j'espère) !

Kass01 a écrit:
ça m'étonne pas du tout que Vénusia soit venu au secour d'Actarus, elle devait tenter quelque chose même si c'était de la Folie

=> Elle est prête à tout pour sauver Actarus. Tout et même un peu plus !

Kass01 a écrit:
Pauvre Actarus il a quand même subi un sacré combat

=> Si vous pensiez qu'Actarus avait souffert, vous n'avez encore rien lu ... puisque le prochain arc sera encore plus douloureux que celui-ci ...

Kass01 a écrit:
En tout cas merci pour ces deux chapitres qui étaient très très interessant et pleins de suspense

=> Je suis content que cela t'ait plu. J'espère que la suite te plaira tout autant ...

venusia45 a écrit:
Bonne idée, le sommaire du chapitrage cheers

Kass01 a écrit:
Et le sommaire des chapitres c'est une excellente idée


=> En fait, c'est Perosia qui m'a donné l'idée. Sur d'autres sites comme fanfic-fr.net, il est possible d'accéder, pour chaque récit posté, aux différents chapitres (les commentaires étant postés à la suite) via un menu déroulant.

=> Plutôt que d'ouvrir deux sujets différents pour un récit (un pour l'histoire et l'autre pour les commentaires comme cela se fait ailleurs), la table des matières me semble être un bon compromis. C'est un peu lourd à mettre en place puisqu'il faut avoir le numéro du post mais rien n'est trop beau pour les fans !

Kass01 a écrit:
Comme toujours vivement la Suite lol!

=> L'épisode #31 "Entre passé et avenir" devrait arriver en fin de semaine !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 13:12

Citation :
Si vous pensiez qu'Actarus avait souffert, vous n'avez encore rien lu ... puisque le prochain arc sera encore plus douloureux que celui-ci ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 4072822622 Oh là là je ne suis même pas encore réparé(e) que tu promets déjà un arc encore plus douloureux ? ça promet !!!!

Citation :
Beaucoup d'action, beaucoup de casse et un soupçon d'émotion ... tout ce qu'on attend d'un épisode de "Goldorak" (enfin j'espère) !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 2636677666 Moi aussi ! Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 13:17

Gurendaizä a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 4072822622 Oh là là je ne suis même pas encore réparé(e) que tu promets déjà un arc encore plus douloureux ?  ça promet !!!!

=> Parce que tu croyais vraiment que j'allais te laisser tranquille ? lol!

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 13:20

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 1752787198 Je ne pense pas, non ! Une petite séance d'échauffement et cela repart !!!! lol! lol! lol!

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 13:25

Gurendaizä a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 1752787198 Je ne pense pas, non ! Une petite séance d'échauffement et cela repart !!!! lol! lol! lol!

=> Je pense surtout que les techniciens du Centre vont devoir agir vite et bien pour te réparer et te redonner toute ta puissance de feu ! Et ça risque d'être plus facile à dire qu'à faire ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 1998538000 "Végalina ne nous laissera aucun répit ..."

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 477
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeJeu 14 Déc 2017 - 21:22

Kimi a écrit:

- C’est terminé, commandant. Plus rien ne peut le sauver maintenant. Ses équipiers ne sont plus en état de se battre et leurs appareils sont trop endommagés pour pouvoir reprendre l’air.

- Au risque de vous décevoir, je ne partage pas votre approche si enthousiaste de la situation, commandant Eslan. Certes, les Aigles ont été décimés et je doute qu’ils soient en mesure de repartir au combat, à moins d’être complètement inconscients. Bien sûr, notre Commandant a pour l’instant l’avantage, mais la partie n’est pas encore finie. Nous ne pourrons crier victoire que lorsque le prince d’Euphor ne sera plus de ce monde.
Seule Erea reste la tête froide et ne sous-estime pas la Patrouille des Aigles et Goldorak. Elle fait aussi un sacré contre-poids à Végalia, qui devient irrationnelle. Shocked Shocked

Kimi a écrit:
- Ne soyez pas aussi catégorique. Ceux qui nous ont précédé ont trop souvent été battus parce qu’ils étaient trop sûrs d’eux. Nous ne devons pas commettre ce genre d’erreur.
Exact!!!

Kimi a écrit:
Furieuse, Végalina empoigna les commandes manuelles et se prépara à lancer les bras télescopiques de son appareil en direction du spacer jaune et rouge.
Et voilà, Végalia quui devient irrationnelle....son point faible....si Erea avait été à sa place, je crains qu'elle aurait vraiment battu Goldorak !! affraid affraid

Kimi a écrit:
- Vous avez raison, je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Mais je persiste à dire que cet enfant pourrait nous être utile …
Nous réserves-tu quelque chose par la suite... scratch scratch

Kimi a écrit:
Pour le moment, je voudrais que tu te rendes au bloc médical. Tu es resté exposé au lasernium pendant un long moment et nous devons nous assurer que tout va bien.
Moi aussi, je me demande quel est son état de santé....si les terriens sont vraiment capable de voir les conséquences....

Excellent chapitre de combats, avec des 'hints' pour d'autres combats potentiels en ne sachant pas lesquels...la porte est ouverte... Very Happy Very Happy

Kimi a écrit:
=> En fait, c'est Perosia qui m'a donné l'idée. Sur d'autres sites comme fanfic-fr.net, il est possible d'accéder, pour chaque récit posté, aux différents chapitres (les commentaires étant postés à la suite) via un menu déroulant.
Merci!! Et en effet ta solution est bonne.... cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeVen 15 Déc 2017 - 9:56

Perosia a écrit:
Seule Erea reste la tête froide et ne sous-estime pas la Patrouille des Aigles et Goldorak. Elle fait aussi un sacré contre-poids à Végalina, qui devient irrationnelle. Shocked Shocked

Perosia a écrit:
Et voilà, Végalina quui devient irrationnelle....son point faible....si Erea avait été à sa place, je crains qu'elle aurait vraiment battu Goldorak !! affraid affraid


=> Tu mets effectivement le doigt sur un point important. Ce qui sépare Végalina d'Erea, c'est que Végalina est très / trop impliquée émotionnellement dans la lutte qui l'oppose à Actarus, essentiellement parce qu'ils se connaissent depuis longtemps. Certains des mots qu'il a prononcés (c'est une scène que j'ai rédigé dans la side-story consacrée à Actarus) l'ont beaucoup touchée aussi. A l'inverse, en raison du traumatisme qu'elle a subi, Erea s'est "blindée" et ne manifeste pas de sentiments ...

Perosia a écrit:
Nous réserves-tu quelque chose par la suite... scratch scratch

=> Ca se pourrait bien, oui ...

Perosia a écrit:
Moi aussi, je me demande quel est son état de santé....si les terriens sont vraiment capable de voir les conséquences....

=> Je vais développer cette partie en détail un peu plus tard ... Il y a un "arc" que je n'ai pas encore publié et où Actarus va passer un très, très mauvais moment ...

Perosia a écrit:
Excellent chapitre de combats, avec des 'hints' pour d'autres combats potentiels en ne sachant pas lesquels...la porte est ouverte... Very Happy Very Happy

=> Je pense que ça va te plaire ... puisque c'est Erea qui va mener l'une des prochaines offensives contre les Aigles ! Tu verras que son style de combat est assez "différent" de celui de Végalina ...

Perosia a écrit:
Merci!! Et en effet ta solution est bonne.... cheers cheers

=> Comme indiqué dans le MP que je t'ai envoyé, je me demande si je ne vais pas mettre un place un petit tutoriel pour les auteurs qui rédigent des fan-fictions au long cours. Qu'en penses-tu ?

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeSam 16 Déc 2017 - 19:20

Tu as raison en disant que Végalina est à présent bien plus impliquée émotionnellement que ne l'est Erea. La façon dont elle réagit à la fin de ce combat en est la preuve.

Bravo à notre chère Vénusia, dont l'intervention, bien que très risquée étant donné son état, a permis de gagner ce combat et par la même occasion de sauver Actarus. Je crois que là Végalina s'est rendu compte qu'elle avait sous-estimée Vénusia et le lien qui l'unit au Prince d'Euphor. Ce qui, je suppose, ne va pas lui plaire du tout. No

Jolie fin, particulièrement la réaction d'Actarus en vers Vénusia.

Merci Kimi_san.
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeSam 16 Déc 2017 - 20:29

hikaru a écrit:
Tu as raison en disant que Végalina est à présent bien plus impliquée émotionnellement que ne l'est Erea. La façon dont elle réagit à la fin de ce combat en est la preuve.

=> L'épisode #31 va nous seulement vous le confirmer mais devrait également vous en apprendre davantage sur l'état psychologique de Végalina. Elle qui n'avait jamais jusque-là connu la défaite se retrouve face à un problème insoluble. Erea va-t-elle la remettre dans le droit chemin ?

hikaru a écrit:
Bravo à notre chère Vénusia, dont l'intervention, bien que très risquée étant donné son état, a permis de gagner ce combat et par la même occasion de sauver Actarus.

=> Je ne pense pas me tromper en disant que c'est la Vénusia qu'on aime : prête à tout pour sauver celui qu'elle aime plus qu'elle-même, quitte à y laisser la vie. Sans trop en dire, voici une petite phrase extraite d'un des futurs chapitres :

"Sans lui, je ne serais sans doute plus là aujourd’hui. Et sans lui, je n’ai plus rien à faire ici."

hikaru a écrit:
Je crois que là Végalina s'est rendu compte qu'elle avait sous-estimée Vénusia et le lien qui l'unit au Prince d'Euphor. Ce qui, je suppose, ne va pas lui plaire du tout. No

=> C'est le moins qu'on puisse dire ...

hikaru a écrit:
Jolie fin, particulièrement la réaction d'Actarus en vers Vénusia.

=> Il l'aurait bien sermonnée, l'air de rien ... mais non. Actarus sait jusqu'où elle est prête à aller pour lui ...

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san.

=> You're welcome ! L'épisode #31 sera mis en ligne dès demain. Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 19 Déc 2017 - 17:17

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 789587headerestampe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 512684031Entrepassetavenir





La journée était déjà fort avancée et le calme régnait dans les étages supérieurs du Centre de recherches spatiales. Le combat que les Aigles avaient dû livrer contre le symbiorak de Végalina et les deux antéraks qu’elle avait préalablement envoyés avait laissé des traces. Seul le professeur Procyon et les membres de l’équipe de nuit étaient restés sur le qui-vive. Le scientifique n’avait dormi qu’une petite heure et était debout depuis longtemps. Il était de toute façon trop préoccupé pour dormir : si les Aigles l’avaient finalement emporté face à la Division Ruine, il savait que celle qui en assurait le commandement pouvait se manifester à tout moment, d’une façon ou d’une autre.

L’ambiance était toute autre dans l’atelier souterrain où deux équipes composées chacune d’une dizaine de techniciens œuvraient sur deux des trois appareils de l’escadrille pour les remettre en état. Cochir supervisait celle qui était en charge d’Alcorak. La gouverne de direction, endommagée lors du combat, avait été démontée pour être remplacée par un modèle équivalent et les propulseurs principaux seraient eux aussi désassemblés dans les prochaines heures pour vérifier l’étendue des dégâts. En raison de la complexité de cette opération, leur remise en état complète prendrait au moins quarante-huit heures dans le meilleur des cas.

Son collègue Antarès était lui à la tête de l’équipe chargée de remettre Fossoirak à neuf. La charge de travail était certes moins importante puisqu’il ne faudrait théoriquement remplacer que le propulseur droit et le turboréacteur de son aile gauche. Cette dernière opération était cependant très complexe car exigeant la dépose complète de celui-ci. Dans un souci de sécurité, tous les systèmes d’armement avaient été désactivés, les commandes débranchées et les réservoirs des deux spacers vidangés.

Mais c’était assurément dans le hangar de Goldorak que l’agitation était la plus intense. Les techniciens, placés directement sous les ordres de Procyon, étaient à pied d’œuvre depuis le début de la matinée, vérifiant soigneusement l’intégralité des circuits et des équipements qui composaient le robot, sorti pour l’occasion de sa soucoupe porteuse. Un échafaudage mobile d’une taille conséquente avait été mis en place pour permettre d’accéder rapidement à ses points névralgiques. Exception faite de ses bras qui comportaient de multiples entailles et du poste de pilotage, sévèrement endommagé par la chaleur dégagée par les émanations de lasernium, les rayons et les projectiles incendiaires utilisés par les machines véghiennes envoyées par Végalina, il avait plutôt bien résisté. Un traitement permettant de détecter toute trace de substance radioactive susceptible de nuire à Actarus était également prévu.

Il en était tout autrement pour la soucoupe porteuse, toujours positionnée sur la plate-forme de départ. Même si ses ailerons stabilisateurs seraient remplacés par un modèle standard et ses ailes renforcées, c’était surtout l’état de sa structure interne qui constituait une source d’inquiétude. Elle avait certes déjà subi d’importants dégâts par le passé, notamment lors du combat qui avait opposé le prince d’Euphor à l’antérak surpuissant du commandant Titios, mais les dommages infligés par le symbiorak de Végalina au cours de cet ultime affrontement les dépassaient largement. Les griffes métalliques montées sur ses bras télescopiques l’avaient transpercée de part en part. Procéder à des réparations sommaires ne réglerait pas le problème et risquait, au contraire, d’aggraver la situation. Les réparations seraient longues et difficiles et Procyon le savait bien.

Les Aigles goûtaient quant à eux un repos bien mérité. Alcor et Phénicia s’étaient chamaillés encore pendant un bon moment avant d’aller dormir chacun de leur côté, leurs chambres respectives étant voisines l’une de l’autre. Actarus s’était quant à lui retiré dans l’une des salles de repos en se promettant de ne pas dormir trop longtemps dans la mesure où son père devait lui faire passer un examen médical complet suite à l’exposition prolongée au lasernium dont il avait fait l’objet. Il ne tiendrait pourtant pas cette promesse : la fatigue avait été la plus forte.

Pour Vénusia, l’héroïne du jour, le contrecoup des efforts qu’elle avait consentis s’était vite fait sentir puisqu’elle trouva rapidement le sommeil. Actarus, qui l’avait raccompagnée dans sa chambre, était resté quelques minutes à son chevet. Une fois la jeune femme endormie, il l’embrassa sur le front avec tendresse et s’éclipsa discrètement en lui souhaitant une bonne nuit. Pour elle, la nuit s’éternisait …

Il était plus de 13 heures lorsqu’Actarus fit son apparition. Dès son réveil et après s’être douché, il s’était immédiatement rendu dans le hangar de Goldorak pour s’enquérir de l’état de sa machine et avait vite compris que les dommages étaient bien plus sérieux qu’il ne les avait imaginés au départ. Procyon, qui se tenait près de la rampe de lancement, supervisait les opérations et s’était longuement entretenu avec Argoli et les autres techniciens présents sur place. Réalisant la présence de son fils adoptif, le scientifique mit un terme à leurs échanges avant de le rejoindre en esquissant un léger sourire.

- Déjà réveillé, Actarus ?

- Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas dormi de cette façon, répondit-il en se frottant la nuque. C’est plutôt étrange comme sensation.

- Ne sois pas surpris, mon fils. Le combat que vous avez dû livrer vous a coûté beaucoup d’énergie. Même si tu es un extraterrestre, tu as également des limites que ton organisme ne peut dépasser. Je pense malgré tout que ces quelques heures de sommeil t’ont fait le plus grand bien. Je me trompe ?

- Oui, c’est vrai père. J’ai peut-être tendance à me dire que ma physiologie me permet de tout supporter et de récupérer plus vite que les autres. Même si c’est vrai, je n’en reste pas moins un être humain.

Il regarda attentivement les techniciens s’affairer autour de sa machine puis adressa un regard interrogatif à son père adoptif qui en saisit immédiatement le sens.

- Les réparations seront longues. Si Goldorak n’est pas sérieusement touché, ce n’est pas le cas pour sa soucoupe porteuse. Si Végalina décidait de nous attaquer dans les prochains jours, tu ne pourras pas l’utiliser.

- Dans ce cas, que pouvons-nous faire ? Goldorak doit impérativement être prêt au combat et tu le sais très bien.

- J’en suis conscient. Si elle décide de passer à l’action, tu pourras l’utiliser normalement après avoir fait la jonction avec Alcorak. Quoi qu’il soit, le remettre en état ne devrait pas nous prendre beaucoup de temps, contrairement à sa soucoupe.

Actarus acquiesça. Devant ses yeux, le ballet continuait.

De son côté, Alcor venait de se réveiller et même s’il savait qu’il lui faudrait aider les techniciens du Centre à réparer son appareil, il se demandait franchement s’il ne valait pas mieux qu’il reste au lit pour rattraper ses (nombreuses) heures de sommeil en retard. Il changea rapidement d’avis lorsqu’il jeta successivement un coup d’œil à sa montre, puis au réveil posé sur sa table de chevet. « Oh ! Et ben celle-là, elle est pas mal ! », dit-il en repoussant ses draps et ses couvertures pour se rendre dans la salle de bains voisine. Il en ressortit quelques minutes plus tard … mais se retrouva pourtant à terre lorsqu’il quitta sa chambre. Pas besoin de chercher bien loin la responsable de cette chute. Phénicia se tenait devant lui, un oreiller à la main et visiblement ravie du tour qu’elle venait de lui jouer.

- Hé mais ça va pas, non ?

- C’est ma façon de te souhaiter un bon réveil, « mon cher Alcor » !

- Et ben pour un réveil en fanfare, c’est réussi …

- Dis-toi que toi au moins, tu as dormi …

- Et ça veut dire quoi, tout ça ?

- Que tu as ronflé une bonne partie de la nuit et que j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil ! Même si les murs sont épais, je t’ai entendu quand même …

Alcor se passa la main dans les cheveux, visiblement gêné. La fatigue ne l’avait pas quitté et il n’avait, à vrai dire, guère envie de se chamailler avec celle qui était devenue plus qu’une simple partenaire à ses yeux.

- Excuse-moi de t’avoir empêché de dormir. En fait, je pense que je ferais peut-être mieux d’y retourner …

La jeune fille le frappa une nouvelle fois avec son oreiller. Il esquissa un geste de défense, mais ses réflexes étaient encore bien trop lents pour espérer se protéger.

- Il n’est pas question de retourner au lit, on a beaucoup de choses à faire toi et moi !

- Comme quoi ? demanda-t-il, intrigué.

- C’est une surprise ! répondit-elle avec malice. Viens, suis-moi !

- Attends … Où est-ce que tu veux m’emmener ?

- Arrête de poser des questions et viens ! Les motos sont déjà prêtes !

- Quoi ? Tu veux vraiment sortir maintenant ?

- Mais oui, « mon cher Alcor » ! Il faut absolument que je te montre quelque chose … et je suis sûre que ça te plaira ! Allez, viens !

- Bon ça va, on va y aller. Mais avant, est-ce que tu pourrais me rendre un petit service ?

- Lequel ?

- Arrête de m’appeler « mon cher Alcor », ça m’énerve ! Tu pourrais plutôt dire … euh … « Alcor chéri » ? Ce ne serait pas mieux comme ça ?

- S’il n’y a que ça pour te faire plaisir … Dépêche-toi, « Alcor chéri » ! Je t’attends en bas.

Elle l’embrassa sur la joue et s’éloigna. Il se releva non sans mal et réajusta ses vêtements avant de la rejoindre quelques minutes plus tard. Ils grimpèrent sur leurs motos respectives et se mirent en route. Une fois encore, Phénicia avait pris les devants.

Vénusia venait également de se réveiller. Contrairement à Alcor, elle se sentait en pleine forme et n’avait pas éprouvé de grandes difficultés pour se lever et regarder le paysage au travers de la vitre blindée. Les effets de sa grossesse étaient désormais bien visibles et elle arborait à présent un petit ventre bien rond. Il fallait qu’elle se rendît à l’évidence : fini les tenues courtes … Il faudrait trouver autre chose.

La porte de la chambre s’ouvrit peu de temps après. Elle se retourna subitement en pensant voir Actarus. A sa grande surprise, Rigel était venu lui rendre visite. Elle ne s’y attendait pas, enfin pas tout de suite.

Celui-ci arborait un visage grave et paraissait visiblement préoccupé. Il avait apporté avec lui un volumineux paquet de couleur bleu nuit sur lequel étaient imprimées des roses blanches et qui ne devait pas être particulièrement léger à porter. Il le déposa, non sans mal, sur le lit et le regarda avec certaine émotion. Vénusia le considéra également avec attention : elle ne l’avait jamais vu et ignorait tout de son contenu. Le vieil homme reprit sa respiration et ôta son chapeau avant de se tourner vers sa fille, reprenant cet air sévère qu’il affichait (presque) en toutes circonstances.

- Hé bien, tu peux être fière de toi, jeune fille ! J’ai appris ce que tu as fait hier soir en allant prêter main-forte aux garçons et à Phénicia. Tu n’aurais jamais dû faire une chose pareille, surtout dans ton état. Tu aurais mérité une belle fessée !

- J’ai fait ce que je devais faire papa, dit-elle, en haussant le ton. Et si c’était à refaire, je recommencerais. Et personne ne m’en empêchera, pas même toi !

Rigel ne répondit pas et se contenta de fixer le paquet posé à côté de lui. Vénusia s’attendait à ce qu’il lui répondît avec véhémence mais rien ne vint. Il n’osait pas parler et semblait visiblement ému. Elle ne comprenait pas ce qui se passait et reprit place sur son lit quelques secondes plus tard. C’est à cet instant qu’il décida de prendre la parole.

- Je ne suis pas content de ce qui s’est passé, tiens-toi le pour dit ! Mais je n’ai pas à te juger pour ce que tu as fait. C’était une belle preuve de courage et aussi une belle preuve d’amour. Si ta maman avait été encore parmi nous, elle aurait été vraiment fière de toi …

- Pourquoi tu me parles de maman ? Tu n’as jamais voulu nous en parler depuis qu’elle nous a quittés. Ni à Mizar, ni à moi.

Rigel baissa les yeux et regarda le sol, incapable de soutenir le regard de sa fille.

- Parce que j’en étais incapable. Je pensais que ce serait moins douloureux à vivre pour tout le monde si on évitait d’en parler. Seulement, je crois que le temps en venu de voir les choses comme elles sont. Je dois te parler de quelque chose d’important … mais je ne pensais pas que ça viendrait aussi vite …

- Et de quoi est-ce que tu veux parler ?

- Tu n’as qu’à ouvrir ce paquet pour le savoir. C’est à toi que revient cet honneur.

Vénusia se saisit du paquet et ôta la couche de poussière qui le recouvrait. A priori, il n’avait pas dû voir la lumière du jour depuis longtemps. Elle ne se rappelait pas l’avoir jamais vu, ni au ranch, ni ailleurs. Elle défit soigneusement le filet de soie rose qui le maintenait fermé et l’ouvrit. Ses yeux s’agrandirent : elle ne s’attendait pas à découvrir ce qui se trouvait à l’intérieur.

Il y avait une robe blanche satinée parcourue par de fins liserés mauves et ornée de manière raffinée, des gants de la même couleur sertis de perles, une bague en or et en argent ainsi que des vêtements d’un autre âge qui renfermaient nombre de souvenirs. Rigel baissa de nouveau les yeux et versa une larme. Elle ne l’avait pour ainsi dire jamais vu dans un tel état.

- C’est la robe que ta maman portait, lorsque nous nous sommes mariés, il y a déjà bien longtemps. C’était peu de temps avant que tu ne viennes au monde. La bague qui est là est celle que je lui avais offerte quelques temps après notre première rencontre. Les choses se sont faites naturellement, au fil du temps. Il s’est écoulé plusieurs années avant que je ne me décide à lui dire ce que je ressentais vraiment pour elle et que nous nous décidions à franchir le pas… Les vêtements qui sont là sont ceux qu’elle avait portés quand elle était enceinte et avant ta naissance.

Vénusia avait les larmes aux yeux et fixait toujours le contenu du paquet avec la plus grande attention comme s’il s’agissait d’un trésor d’une valeur inestimable. C’était le cas.

- Tu ne m’as jamais montré tout ça … pourquoi tu as décidé de le faire maintenant ?

- Parce qu’il y a longtemps, j’ai fait la promesse à ta maman de te donner ces vêtements le jour où tu aimerais vraiment quelqu’un. Je t’ai toujours interdit de fréquenter les garçons surtout s’ils étaient plus âgés que toi. Les garçons tout court en vérité. Je ne voulais que ce qu’il y avait de meilleur pour toi. Je ne voulais surtout pas que tu sautes tout de suite au cou du premier venu. Je ne pense pas m’y être pris de la meilleure des façons …

Il marqua une pause, essayant de réprimer ses larmes. Jamais il n’aurait pensé que ce serait aussi difficile. Ce qu’il ressentait était à cent lieues de l’image qu’il donnait au quotidien.

- J’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce que tu éprouvais vis-à-vis d’Actarus, même lorsque j’ai fini par apprendre qui il était vraiment. C’était d’ailleurs la dernière chose à laquelle je m’y attendais … et vous m’avez tous laissé dans l’ignorance ! hurla-t-il.

Il lui avait fallu longtemps pour digérer cette affaire. Il était furieux qu’on lui eût caché un détail de cette importance. Cette révélation inattendue lui avait cependant permis de le voir sous un jour nouveau. Il reprit le fil de sa pensée.

- Mais bon, j’ai été un peu excessif … et j’ai fini par comprendre.

- Et qu’est-ce que tu as compris ?

- Que je n’avais plus le droit de m’opposer à tes sentiments. Après tout, tu m’as dit plus d’une fois que tu étais majeure quand je criais après toi. Je ne voulais pas l’admettre et finalement, c’était toi qui avais raison …

Il poursuivit.

- Même si tu es toujours ma petite fille, tu as maintenant grandi et il est temps pour toi de voler de tes propres ailes. Je ne pensais pas que ça serait aussi difficile, mais je ne peux pas faire autrement. Et puis …

- Et puis quoi, papa ?

- Je dois admettre que tu es bien tombée avec Actarus. J’espère que vous vivrez heureux pendant longtemps… et avec les enfants à venir aussi. Je ne sais pas si vous comptez vous marier quand tout ça sera fini. Si ça devait arriver, j’espère encore être là quand ça arrivera et …

- Ne dis pas ce genre de choses, tu sais que …

- Ne m’interromps pas, jeune fille ! C’est peut-être un moment difficile … mais jusqu’à preuve du contraire, je suis toujours ton père et tu dois écouter ce que je dis ! dit-il en retrouvant soudainement sa verve habituelle.

Il reprit son raisonnement.

- Bon, où est-ce que j’en étais, moi ? Ah oui, c’est ça … que j’espère être encore là quand ce jour viendra. Je sais déjà que vous repartirez ensemble sur Euphor. Ta place sera auprès de lui, là-bas … J’espère seulement que vous aurez une petite pensée pour moi de temps en temps …

- Nous n’avons pas eu vraiment le temps de discuter sérieusement de tout ça. Nous avons encore tant de choses à nous dire, lui et moi. Je sais qu’il devra repartir et il m’a dit qu’il comptait m’emmener avec lui … C’est si inattendu, si …

- Qu’importe ce que vous déciderez quand tout ce bazar sera fini. La décision ne m’appartient plus. Tu es assez grande pour la prendre toute seule et je la respecterai.

Il détourna la tête et versa une larme pour se reprendre quelques instants plus tard.

- Je sais bien que je n’ai pas toujours été le père que j’aurais dû être. J’ai trop longtemps pensé à moi parce que je n’ai jamais vraiment accepté le fait qu’elle nous ait quittés si jeune, alors qu’il nous restait encore tant de belles années devant nous. Je sais que tu seras une maman formidable … exactement comme elle l’a été envers toi et Mizar. Voilà ce que je voulais te dire …

Vénusia ne put s’empêcher de verser une larme à son tour. C’était la première fois qu’il avait osé évoquer de lui-même ces mauvais souvenirs et cela l’avait visiblement déstabilisé, plus qu’il ne l’avait supposé au départ.

- Ne pleure pas non plus, Vénusia. Je sais que vous aurez beaucoup de bons moments à vivre, toi et Actarus. J’espère simplement qu’ils seront aussi nombreux et aussi beaux que ceux que nous avons vécus ta maman et moi. C’est là mon seul et unique vœu.

- Et qui veillera sur toi si jamais je devais partir ?

- Ne te fais pas de souci pour moi. J’apprendrai à vivre avec ça. Et puis je ne serai pas seul non plus. Mizar sera toujours là. Le professeur et les autres aussi.

Il s’essuya maladroitement les yeux et tourna les talons. Il allait ouvrir la porte … et manqua de la recevoir en pleine figure, ce qui le fit sortir de ses gonds. Il serra les poings et se mit à vociférer.

- Espèce d’idiot ! Tu pourrais quand même faire attention à ce que tu fais ! Ce n’est pas parce que tu me prends ma petite fille que tu dois te débarrasser de moi tout de suite !

- Excuse-moi, je suis vraiment désolé … répondit Actarus. J’étais loin de penser que tu  étais derrière la porte !

- Oh ça va, on n’en parle plus … Pfff ! Décidément … je ne vous comprendrai jamais !

Il quitta la chambre et prit la direction de la sortie sous le regard des deux jeunes gens. Le visage de Vénusia changea d’expression après son départ, à la grande surprise d’Actarus. Il allait prendre la parole, mais elle le devança.

- Il ne faut pas lui en vouloir, Actarus. Nous avons évoqué certaines choses qu’il a gardées pour lui pendant des années. Je sais que ça a été très pénible pour lui d’en parler.

- Je n’ai aucune raison de lui en vouloir. J’ai l’impression qu’il est égal à lui-même ! dit-il en souriant. Comment est-ce que tu te sens ? Tu es remise de tes émotions ?

- Si tu fais allusion à ce qui s’est passé hier, ne te fais de souci. Je me sens bien et ces quelques heures de sommeil m’ont fait beaucoup de bien. Et puis, quand tu es avec moi, je ne peux qu’être heureuse …

- Ce que tu viens de dire me touche profondément. Tu m’as dit que vous avez tout deux évoqué certaines choses qui étaient visiblement très importantes pour lui. Peux-tu me dire de quoi il s’agit ? Si tu ne souhaites pas en parler je comprendrai tu sais.

- Je n’ai aucun secret pour toi, Actarus. Je n’ai rien à te cacher et je voudrais même parfois aller encore plus loin pour que tu saches à quel point tu comptes pour moi … et à quel point j’ai besoin de te sentir à mes côtés …

Elle lui montra le paquet qu’elle avait déposé sur la petite table de chevet qui jouxtait son lit et lui raconta toute l’histoire. Il l’écouta attentivement. Ce qu’elle lui avait confié était effectivement très important et lui tenait particulièrement à cœur.

- Oui, je comprends ce qu’il a pu ressentir en évoquant tout cela. Ce n’est jamais facile de se retourner et d’exhumer ses souvenirs passés, surtout les plus douloureux. J’en ai fait l’amère expérience. La destruction d’Euphor et la perte de ma famille sont toujours présentes dans ma mémoire. Il a fallu beaucoup de temps et de patience à mon père pour apaiser mes craintes et mes angoisses. Malgré tout, je n’ai rien oublié de tout cela. C’est toujours là, en moi …

- Tu ne m’en as jamais parlé. Tu as toujours gardé ça pour toi. Je t’ai vu souffrir en silence sans jamais te plaindre. A ta place, si j’avais vécu ce que tu avais vécu, je ne l’aurais pas supporté. Je serais sûrement devenue folle …

- Ça n’a pas été facile, tu peux me croire. Mais je me sens mieux maintenant, grâce à vous tous, mais aussi grâce à toi et aux sentiments que tu me portes.

- Je comprends que tu ne souhaites pas en parler. Ce sont de mauvais souvenirs … et je ne veux pas que tu les évoques parce que je sais que ça te fera beaucoup de mal. Tu as déjà tellement souffert pendant toutes ces années … et je ne veux pas te faire souffrir.

- Je suis heureux que tu le prennes de cette façon. Je n’en demandais pas tant.

- Je serai toujours là pour toi comme tu le seras pour moi, Actarus. J’aimerais que tu ne me quittes jamais, que tu ne sois jamais loin de moi … Mais par-dessus tout, je voudrais que tu sois heureux. Enfin heureux. Rien n’est plus important que ça à mes yeux …

Elle se releva et prit la direction de la fenêtre. Tout semblait calme et tranquille. Elle reprit la parole.

- L’avenir nous promet de belles choses. Je sais que cette guerre n’est pas encore terminée, mais ce rêve dont je t’ai parlé n’est pourtant pas si lointain. Il est déjà là, en moi. Ton retour, notre enfant, notre futur départ … Tout ça est pour moi un conte de fées, comme ceux que ma mère me lisait quand je n’étais encore qu’une petite fille. Je ne pensais pas que je vivrais ça un jour « pour de vrai ».

Elle vint à sa rencontre et l’embrassa avant de se blottir dans ses bras. Il ne résista pas car c’était ce qu’ils souhaitaient tous les deux. Tous deux regardèrent, à travers la vitre blindée, le spectacle qui s’offrait à leurs yeux.

- Je rêve alors que tout est pourtant bien réel. Je voudrais que ça ne se termine jamais …

- J’espère me montrer à la hauteur des espoirs que tu places en moi, Vénusia. Sois sûre que je ferai de mon mieux pour que ton bonheur soit complet et que ce rêve dont tu parles se poursuive …

A cet instant précis, elle ressentit brièvement une légère secousse au ventre qui la fit sourire sans qu’elle n’éprouve la moindre douleur, contrairement à celles qui l’avaient assaillie au cours des semaines précédentes.

- Je pense ne pas être la seule à vouloir que cela se réalise … fit-elle en souriant.

Il acquiesça et sourit à son tour l'instant d'après.

Cette ambiance chaleureuse était bien loin de celle qui régnait dans le Camp de la Lune noire. Les travaux qui devaient rendre toute sa majesté à cette base se poursuivaient mais nul ne savait quand ils se termineraient. Les officiers et les soldats du Génie avaient beaucoup de mal à coordonner leurs efforts depuis le départ du capitaine Thalis pour le Groupe de Recherches Scientifiques même si le lieutenant Pandia, qui assurait l’intérim, ne ménageait pas ses efforts pour les aider et les guider dans leurs choix.

La soucoupe amirale s’était posée près de l’entrée principale. A l’exception d’Eslan, qui avait rejoint la salle des archives, tous les officiers étaient restés à bord. Après que sa navette de secours eut été récupérée par Thalis, venu à sa rencontre aux commandes d’une navette « Mark III » modifiée par ses soins, Végalina s’était rendue dans ses quartiers et s’y était barricadée. Elle n’avait aucune envie d’être dérangée. Après avoir désactivé la commande électronique qui commandait l’ouverture de la porte automatique, elle avait ôté la veste de son uniforme, un geste qu’elle reproduisait presque machinalement après chaque bataille depuis le début de ce conflit. Elle resta assise sur sa couchette pendant un long moment avant de se relever et de faire quelques pas vers le hublot qui donnait sur l’extérieur. Elle se retourna subitement et saisit son arme pour faire feu sur le système de sécurité qui maintenait la porte fermée et qui explosa en lançant une gerbe d’étincelles.

Incapable de se calmer, elle tira à trois reprises sur l’écran panoramique qui lui permettait d’accéder aux différentes ressources logicielles et techniques du bord. Celui-ci explosa à son tour en des dizaines de petits fragments. Elle reprit péniblement son souffle et regarda son pistolet-laser avec dégoût avant de le lancer contre le mur.

Elle regarda les restes de l’écran et se laissa tomber à genoux, prenant appui sur le plancher avec ses mains pour éviter de tomber. Elle était furieuse contre elle-même et son regard était encore plus noir qu’à l’accoutumée. Sans prononcer le moindre mot, elle se mit à frapper rageusement le sol avec ses poings pour exprimer sa frustration. Toutes les opérations qu’elle avait menées contre Actarus et la patrouille des Aigles avaient échoué, y compris celles auxquelles elle avait participé aux commandes des symbioraks, ces machines spécialement conçues pour éliminer Goldorak et son pilote. Cela commençait à faire beaucoup : elle n’avait presque jamais connu l’échec et détestait que quelque chose lui résistât.

Elle continua à frapper des poings et sentit lentement des larmes couler sur ses joues. « Qu’est-ce qui m’arrive ? Mais qu’est-ce qui m’arrive ? » s'interrogea-t-elle. Et c’était vrai qu’elle ne parvenait pas à comprendre ce qui se passait. Elle avait eu plusieurs fois toutes les cartes en main pour l’éliminer et parvenir à ses fins … mais des évènements extérieurs l’en avaient empêchée. Elle n’avait pas tort sur ce point. En effet, personne n’aurait pu prévoir l’intervention d’Ezequios durant son combat contre Actarus dans les glaces du pôle nord. Personne n’aurait pu imaginer que Vénusia viendrait lui porter secours alors qu’il se trouvait dans une situation désespérée. Autant d’éléments sur lesquels elle n’avait aucun contrôle. C’était la seule explication logique. Ce ne pouvait être que cela !

En temps normal, face à n’importe quel adversaire, elle ne faisait pas de sentiment. Quand elle combattait aux commandes d’un engin de combat, quel qu’il soit, ceux qui se trouvaient sur son chemin n’avaient pas ou peu de chances de s’en sortir. Et quand elle devait se battre au corps à corps, elle restait focalisée sur son objectif sans même regarder ses adversaires dans les yeux. S’ils étaient parfois plus grands, plus forts ou plus imposants qu’elle, elle arrivait toujours à prendre l’ascendant sur eux avant de les abattre sans faire de sentiment.

Pourquoi ne parvenait-elle pas à en faire autant avec le prince d’Euphor ?

Lorsqu’elle avait entrepris ce voyage vers la Terre, avec toutes les troupes de la Division Ruine derrière elle, elle savait bien qu’il était le seul responsable de la déchéance de la famille royale de Véga. Venger la mort de son père était une évidence et faire de la Terre le cœur du nouveau royaume de Véga une nécessité. Ses motivations étaient extrêmement puissantes. Elle était sûre d’elle-même, sûre de sa force.

Un autre élément jouait en sa faveur : l’invasion d’Euphor avait été particulièrement sanglante et avait causé la mort de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Et à l’exception d’Actarus et de Phénicia, tous les membres de la famille royale avaient été tués pendant l’attaque. Il avait dû souffrir … mais il n’avait selon elle pas « apprécié » ces instants à leur juste valeur. C’était ce qu’elle voulait : qu’il périsse à son tour, comme le Grand Stratéguerre et sa sœur Végalia. Mais dans son esprit chaotique, une mort brutale aurait été trop douce, bien trop douce. Il fallait autre chose, de plus vicieux, de plus pervers encore : une mort lente et douloureuse. Il fallait qu’il comprenne réellement ce qu’était la véritable souffrance.

Si elle avait pris l’avantage d’un point de vue psychologique lors de leurs retrouvailles, elle n’avait pas su en tirer le meilleur parti et leurs affrontements successifs avaient mis à mal ses certitudes tout en faisant rejaillir tout ce qu’elle avait enfoui au plus profond d’elle-même pendant toutes ces années. Cela compliquait les choses puisqu’il lui fallait désormais se battre sur deux fronts : contre le prince d’Euphor … et contre elle-même. Pour la première fois depuis son arrivée à la tête de la Division Ruine, elle se retrouvait face à un problème qu’elle était incapable de résoudre. Seule, du moins.

Elle se releva pour s’asseoir sur sa couchette, repensant aux paroles prononcées par Erea quelques temps plus tôt. « Tu devrais éviter de te focaliser sur Actarus … personne ne peut rester seule … tu devrais prendre un peu de recul … ». Et, après réflexion, elle finit par se dire qu’elle avait peut-être raison.

Elle se saisit de son émetteur et composa son numéro. Quelques minutes plus tard, la jeune femme pénétra dans la pièce en utilisant sa clé électronique. Le système de sécurité extérieur, contrairement à celui que Végalina avait détruit, était pleinement fonctionnel. Elle ne s’attendait pas à voir un tel désordre : cela ne ressemblait pas vraiment à la Végalina qu’elle connaissait. Elle referma la porte derrière elle et vint s’asseoir à ses côtés.

- Tu penses toujours à ce qui est arrivé lors de notre dernier affrontement avec le prince d’Euphor et ses alliés, n’est-ce pas ?

- Nous avions tous les atouts pour réussir … et j’ai encore une fois manqué ma cible. Tout était pourtant parfait !

- Je partage ton sentiment. Les Aigles étaient affaiblis par l’attaque précédente. Tout s’est déroulé exactement selon nos plans … jusqu’à ce que Vénusia intervienne.

- Nous n’avons pas tenu compte de ce paramètre dans notre stratégie. Cette erreur nous a coûté la victoire.

- Tu n’as pas à te sentir responsable de ça. Nous pensions que ce qu’elle avait traversé la mettrait hors de combat pendant un certain temps et que sa maternité l’empêcherait de piloter. Nous avons eu tort.

- Et contrairement à nos prévisions, ce que nous pensions être un handicap ne l’a pas empêchée de secourir Actarus et de le sauver d’une mort certaine. En outre, j’ai fait une erreur que je n’aurais pas dû commettre.

- Que veux-tu dire ?

- J’aurais dû en finir rapidement avec Actarus. Ne pas faire de sentiment et agir de façon efficace comme je l’ai toujours fait par le passé. Quelque chose m’en a empêché … et ça n’a rien à voir avec l’intervention de Vénusia.

- Est-ce que c’est en rapport avec tes sentiments personnels ? Je sais que tu n’as pas envie d’en parler mais cela peut jouer contre toi, contre nous. Je le dis sans animosité aucune, Végalina. Je te fais part de mon opinion, rien de plus … dit-elle en posant sa main sur son épaule.

- Je sais qu’il a perdu sa famille, ceux et celles qu’il aimait … mais ça n’est pas assez. Il ne connait pas la signification du mot « souffrance » à mes yeux. Je te disais à quel point j’ai apprécié de le voir souffrir quand nous nous sommes affrontés. J’aurais pu, j’aurais dû en finir tout de suite … mais c’était si grisant de savoir sa vie entre mes mains et de pouvoir en disposer à ma guise …

- Je vois ce que tu veux dire. Le tuer ne te suffit pas. Tu voudrais le torturer, lui faire comprendre ce qu’est vraiment la souffrance, le laisser mourir lentement jusqu’à ce qu’il te supplie de l’achever …

- Je ne sais pas comment l’expliquer. Mais l’exposé que tu viens de faire traduit ce que je ressens. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être est-ce parce que je connais celui contre lequel nous nous battons ? Je l’ignore …

- Tu ne m’as pas habituée à cela, tu sais. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, je comprends ce que tu ressens. Je suis passée par là. C’est quelque chose dont je n’ai jamais parlé à personne, pas même à toi. Si cela peut te rassurer, je veux que tu saches que je ne te jugerai pas sur ta façon de voir les choses. Je ne t’ai jamais jugée et je ne me permettrai jamais de le faire.

- Il y a autre chose, Erea. Ce que je vais te dire doit rester strictement entre nous. Personne ne doit être au courant.

- Je peux te le certifier. Cela ne sortira pas de cette pièce.

- J’ai repensé à ce dont nous avons parlé il y a quelques temps. Tu as raison : personne ne peut être seul. Je vais suivre ton conseil et prendre un peu de recul. Peut-être que nos échecs répétés sont dus à mon implication affective dans cette affaire. Aussi, si tu le souhaites, je te laisse le soin de mener notre prochaine opération contre le prince d’Euphor et ses alliés.

- C’est avec plaisir que j’accepte cette charge, répondit-elle d’un air reconnaissant. Je fais le serment de ne pas te décevoir, Végalina. Le fait de combattre Actarus selon mes méthodes pourrait être un atout non négligeable. Il ignore tout de moi … et cela nous permettra peut-être de prendre l’avantage …

Végalina la regarda fixement. Elle n’avait pas tort. Actarus n’avait jamais combattu Erea et son expérience passée ne lui servirait à rien.

Ce ne serait pas une mauvaise chose pour les offensives à venir …




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 395913asuivre

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
anterak 08

anterak 08

Messages : 11901
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 19 Déc 2017 - 18:23

merci Kimi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 477
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitimeMar 19 Déc 2017 - 20:01

Kimi a écrit:
si les Aigles l’avaient finalement emporté face à la Division Ruine, il savait que celle qui en assurait le commandement pouvait se manifester à tout moment, d’une façon ou d’une autre.
Oui ! Et cela donne des sueurs froides dans le dos rien que d’y penser !! affraid affraid

Kimi a écrit:
puisqu’il ne faudrait théoriquement remplacer que le propulseur droit et le turboréacteur de son aile gauche.
Puis-je me permettre une petite explication aéronautique Question

Un propulseur est toujours relié à une hélice, entraînée par les gaz brûlés. Un turboréacteur rejette violemment les gaz brûlés en arrière, gaz provenant de la compression et combustion de l’air entrant à l’avant. De ce que j’ai vu des spacers, il ne me semble pas qu’il y ait d’hélice ?   Suspect  Suspect

De surcroît un propulseur d’un côté et un réacteur de l’autre pas top pour faire avancer un avion.. Shocked  Shocked

Mais bon comme les spacers défient toutes les lois de l’aérodynamique (Alcorak a un profilage du fuselage…du concorde, comme tu l’as déjà remarqué…avec des ‘trous’ dans les ailes…ce qui en fait un vrai ‘fer à repasser’ dans le jargon aéronautique).. Laughing Laughing

Kimi a écrit:
Dans un souci de sécurité, tous les systèmes d’armement avaient été désactivés, les commandes débranchées et les réservoirs des deux spacers vidangés.
Comme pour toute manip sur un avion !! Very Happy Very Happy

Kimi a écrit:
Même si ses ailerons stabilisateurs seraient remplacés par un modèle standard et ses ailes renforcées
Je comprends ce que tu veux dire, mais ce ne sont malgré tout pas des ailes…elles ne servent pas à faire voler….

Kimi a écrit:
Les griffes métalliques montées sur ses bras télescopiques l’avaient transpercée de part en part. Procéder à des réparations sommaires ne réglerait pas le problème et risquait, au contraire, d’aggraver la situation. Les réparations seraient longues et difficiles et Procyon le savait bien.
Je me suis toujours demandée comment le centre arrivait à réparer Goldorak avec son alliage spécial. J’en déduis que tous les matériaux existent sur terre, et que soit Actarus connaît la composition, soit Procyon a fait appel à un laboratoire pour une analyse poussée (possible avec un spectrolaser…mais pas sûre que cela existait déjà dans les années 70). Dans le 2ème cas le labo a du rester comme ‘une tombe’ pour ne pas trahir le secret de Goldorak.. scratch scratch

Kimi a écrit:
Alcor et Phénicia s’étaient chamaillés encore pendant un bon moment avant d’aller dormir chacun de leur côté, leurs chambres respectives étant voisines l’une de l’autre
Dommage  Embarassed  Embarassed …A moins qu’il y a une porte communicante entre les deux chambres…. lol!

Kimi a écrit:
Actarus s’était quant à lui retiré dans l’une des salles de repos en se promettant de ne pas dormir trop longtemps dans la mesure où son père devait lui faire passer un examen médical complet suite à l’exposition prolongée au lasernium dont il avait fait l’objet. Il ne tiendrait pourtant pas cette promesse : la fatigue avait été la plus forte.
Quand même ! je veux bien qu’il ait des capacités extraordinaires notre (beau) jeune homme ! il y a des limites… No No

Je me demande ce que seront les résultats des examens médicaux… pale pale

Kimi a écrit:
Même si tu es un extraterrestre, tu as également des limites que ton organisme ne peut dépasser. Je pense malgré tout que ces quelques heures de sommeil t’ont fait le plus grand bien. Je me trompe ?
Merci professeur de conforter mon opinion ! bounce bounce

Kimi a écrit:
Même si c’est vrai, je n’en reste pas moins un être humain.
C’est bien de le reconnaître….sauf peut-être pour Vénusia.. Rolling Eyes Rolling Eyes

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 517954911  Oh mon bel Actarus, si fort ! si beau !

Pardon pour le petit délire Laughing Laughing

Kimi a écrit:
Pas besoin de chercher bien loin la responsable de cette chute. Phénicia se tenait devant lui, un oreiller à la main et visiblement ravie du tour qu’elle venait de lui jouer.
Une bataille d’oreillers….souvenirs, souvenirs…. Cool Cool

Kimi a écrit:
- Arrête de m’appeler « mon cher Alcor », ça m’énerve ! Tu pourrais plutôt dire … euh … « Alcor chéri » ? Ce ne serait pas mieux comme ça ?
- S’il n’y a que ça pour te faire plaisir … Dépêche-toi, « Alcor chéri » ! Je t’attends en bas.
Jolie tentative d’Alcor de modifier la relation (des chamailleries à….) flower flower

Kimi a écrit:
Il y avait une robe blanche satinée parcourue par de fins liserés mauves et ornée de manière raffinée, des gants de la même couleur sertis de perles, une bague en or et en argent ainsi que des vêtements d’un autre âge qui renfermaient nombre de souvenirs. Rigel baissa de nouveau les yeux et versa une larme. Elle ne l’avait pour ainsi dire jamais vu dans un tel état.
Clin d’œil à un épisode où il donne l’écharpe de sa maman je crois. C’est très joliment tourné… Very Happy

Kimi a écrit:
- J’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce que tu éprouvais vis-à-vis d’Actarus, même lorsque j’ai fini par apprendre qui il était vraiment. C’était d’ailleurs la dernière chose à laquelle je m’y attendais … et vous m’avez tous laissé dans l’ignorance ! hurla-t-il.
J’aime beaucoup le passage émotions que Rigel essaye de cacher avec une ‘sortie’ bien à lui… Very Happy

Kimi a écrit:
- Et qui veillera sur toi si jamais je devais partir ?
- Ne te fais pas de souci pour moi. J’apprendrai à vivre avec ça. Et puis je ne serai pas seul non plus. Mizar sera toujours là. Le professeur et les autres aussi.
Ohoh, très belle séquence émotion avec le papa qui accepte que sa fille vive sa vie sans qu’elle culpabilise pour le futur… Rolling Eyes Rolling Eyes

Kimi a écrit:
- L’avenir nous promet de belles choses. Je sais que cette guerre n’est pas encore terminée, mais ce rêve dont je t’ai parlé n’est pourtant pas si lointain. Il est déjà là, en moi. Ton retour, notre enfant, notre futur départ … Tout ça est pour moi un conte de fées, comme ceux que ma mère me lisait quand je n’étais encore qu’une petite fille. Je ne pensais pas que je vivrais ça un jour « pour de vrai ».
Ou un joli conte de Noël... qui devient réalité Wink Wink

Kimi a écrit:
Pourquoi ne parvenait-elle pas à en faire autant avec le prince d’Euphor ?
Excellente question  scratch  scratch …et ce n’est pas en se laissant gagner par la rage qu’elle y arrivera…tant mieux pour nos amis cheers

Kimi a écrit:
C’était ce qu’elle voulait : qu’il périsse à son tour, comme le Grand Stratéguerre et sa sœur Végalia. Mais dans son esprit chaotique, une mort brutale aurait été trop douce, bien trop douce. Il fallait autre chose, de plus vicieux, de plus pervers encore : une mort lente et douloureuse. Il fallait qu’il comprenne réellement ce qu’était la véritable souffrance.
Et de nouveau les émotions qui la dominent…et elle se demande pourquoi elle n’arrive pas !!  No  No
Si avec le symbiorak, elle avait mis la puissance à fond sans ‘jouer’ avec Actarus, à l’heure qu’il est, il serait mort. What a Face What a Face

Kimi a écrit:
Cela compliquait les choses puisqu’il lui fallait désormais se battre sur deux fronts : contre le prince d’Euphor … et contre elle-même. Pour la première fois depuis son arrivée à la tête de la Division Ruine, elle se retrouvait face à un problème qu’elle était incapable de résoudre. Seule, du moins.
Mais si elle le réalise, elle va chercher de ‘l’aide’ et alors danger… affraid affraid

Kimi a écrit:
Je suis passée par là. C’est quelque chose dont je n’ai jamais parlé à personne, pas même à toi. Si cela peut te rassurer, je veux que tu saches que je ne te jugerai pas sur ta façon de voir les choses
Un secret chez Erea ? Nous en diras-tu plus un jour Kimi ? Suspect Suspect

Kimi a écrit:
- J’ai repensé à ce dont nous avons parlé il y a quelques temps. Tu as raison : personne ne peut être seul. Je vais suivre ton conseil et prendre un peu de recul. Peut-être que nos échecs répétés sont dus à mon implication affective dans cette affaire. Aussi, si tu le souhaites, je te laisse le soin de mener notre prochaine opération contre le prince d’Euphor et ses alliés.
Et voilà ! Très bien amené Kimi ! Et Erea c’est une autre paire de manches car pas d’implications émotionnelles… pale pale

Kimi a écrit:
Végalina la regarda fixement. Elle n’avait pas tort. Actarus n’avait jamais combattu Erea et son expérience passée ne lui servirait à rien.
Ce ne serait pas une mauvaise chose pour les offensives à venir …
La patrouille des Aigles a du souci à se faire…. affraid  affraid

Très bon chapitre comme d’habitude Kimi  cheers  cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 14 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 14 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 22 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» La Caverne de la Rose d'Or
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: