Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 21 ... 31  Suivant
AuteurMessage
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 23 Nov 2017 - 19:33

Très beau dessin de Coqueluche05. Very Happy cheers

On ne peut pas dire que Végalina et Erea soient très souriantes, là elles sont sans doute à leur maximum. Wink lol!
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 23 Nov 2017 - 23:05

lol! Tu as raison Hikaru, elles respirent la joie de vivre !

Et bravo Coqueluche pour ce dessin qui rend bien l'atmosphère de la fic. Autant que les personnages, je suis sensible à cette lumière bleue, à cette atmosphère électrique, magnétique, déshumanisée, telle qu'elle ressort dans l'histoire Wink Un grand bravo !
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeVen 24 Nov 2017 - 10:37

Kass01 a écrit:
Hello

=> Hello !  Very Happy

Kass01 a écrit:
J'ai rattrapé mon retard et j'ai lu les derniers chapitres. Je trouve vraiment tes caractères intéressants, ils ont de la profondeur. De tous les méchants je trouve Vegalina très très intense, elle a de multiple facettes.

=> Merci pour ton commentaire. C'est vrai que Végalina a de multiples facettes et je n'ai pas encore (tout à fait) fait le tour du personnage. Il y a beaucoup à dire la concernant ... et c'est pour ça que j'ai prévu de lui consacrer une "side-story" en "point of view" (à la première personne donc) où elle se raconte elle-même ... ce qui vous permettra, je l'espère, de la voir sous un angle différent.  

Kass01 a écrit:
Je me réjouis de lire la suite et les dessins sont sublimes

=> J'espère qu'elle sera à la hauteur de tes attentes. Et pour les illustrations, je ne peux que partager ton avis !  Very Happy

Kass01 a écrit:
Bonne journée

=> De même ! Au plaisir de te lire ...

Perosia a écrit:
Et moi j'ai fini le chapitre 16... lol! lol!

=> Tu rattrapes ton retard à la vitesse de la lumière, ma chère !  lol!  

Perosia a écrit:
Le dessin est superbe....et représente très bien ces deux femmes.... cheers cheers

hikaru a écrit:
Très beau dessin de Coqueluche05. Very Happy cheers

=> Et tout le mérite en revient à Coqueluche05 ...

hikaru a écrit:
On ne peut pas dire que Végalina et Erea soient très souriantes, là elles sont sans doute à leur maximum. Wink lol!

venusia45 a écrit:
lol! Tu as raison Hikaru, elles respirent la joie de vivre !

=> Je partage votre opinion ... et c'est vrai qu'elles ne sourient presque jamais (c'est surtout le cas pour Erea, à vrai dire). Mais ce n'est pas parce qu'elles ne sourient pas qu'elles ne sont pas capables d'émotions ... comme vous avez déjà pu le constater ...

venusia45 a écrit:
Et bravo Coqueluche pour ce dessin qui rend bien l'atmosphère de la fic. Autant que les personnages, je suis sensible à cette lumière bleue, à cette atmosphère électrique, magnétique, déshumanisée, telle qu'elle ressort dans l'histoire Wink Un grand bravo !

=> C'est très joliment tourné ... et je ne peux que te remercier pour ce très beau compliment. La suite arrive !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 2593917539 "Chouette alors !"

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Actasia

Actasia

Messages : 62
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 48
Localisation : Sous la neige anglaise...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeSam 25 Nov 2017 - 8:50

Petit retour sur le chapitre 23...

kimi_san a écrit:

Actasia a écrit:

Citation :
Végalina hurlait de rage dans son cockpit.

Quelle phrase d'intro fantastique !

=> Elle l'aurait peut-être été un peu moins si j'avais mis "Actarus" à la place de "Végalina", non ?   Wink

Héhé, sans aucun doute !  Wink   Mais j'aurais du préciser que je trouve ta phrase d'intro fantastique en particulier pour son côté percutant et sa puissance évocatrice, autant auditive que visuelle ! Végalina ferait un très bon personnage de film (comme tous les autres d'ailleurs). Very Happy  


Chapitre 24 :

Après l'action, la réflexion...

Bien contente que les nouvelles de Vénusia soient plutôt positives. Je n'ose imaginer qu'il ait pu en être autrement, mais comme l'a dit Hikaru, l'attente est quelque chose de terrible et tu as très bien retranscrit l'angoisse de nos amis. Vivement que Vénusia se réveille !
kimi_san a écrit:
... peut-être dès l'épisode #25 ?
Very Happy

Quant à Végalina... Elle semblait avoir joué ses meilleures cartes et les conclusions du debriefing avec Erea sont certainement difficiles à avaler. Mais nul doute que cette leçon va lui servir. Twisted Evil

Merci pour la magnifique illustration de Coqueluche05 ! Végalina et Erea, belles et mortelles comme deux fleurs vénéneuses...

Chapitre après chapitre, l'histoire s'enchaine et le suspense nous tient... Merci Kimi_san ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeDim 26 Nov 2017 - 16:34

Actasia a écrit:
Mais j'aurais du préciser que je trouve ta phrase d'intro fantastique en particulier pour son côté percutant et sa puissance évocatrice, autant auditive que visuelle ! Végalina ferait un très bon personnage de film (comme tous les autres d'ailleurs). Very Happy

=> Merci pour ce compliment qui me touche beaucoup. J'ai essayé de faire en sorte que tous les personnages, y compris ceux que nous connaissons tous, ne soient pas traités de façon "unidimensionnelle" ...  

Actasia a écrit:
Après l'action, la réflexion...

=> Ca fait du bien de se poser de temps en temps ... mais dans "Goldorak", l'action n'est jamais loin !

Actasia a écrit:
Bien contente que les nouvelles de Vénusia soient plutôt positives. Je n'ose imaginer qu'il ait pu en être autrement, mais comme l'a dit Hikaru, l'attente est quelque chose de terrible et tu as très bien retranscrit l'angoisse de nos amis.

=> Encore une fois, merci pour ton compliment. Je vais essayer de poursuivre sur cette voie-là ...

Actasia a écrit:
Vivement que Vénusia se réveille !

=> Réveil imminent ? Possible ... ou pas ... affraid

Actasia a écrit:
Quant à Végalina... Elle semblait avoir joué ses meilleures cartes et les conclusions du debriefing avec Erea sont certainement difficiles à avaler. Mais nul doute que cette leçon va lui servir. Twisted Evil

=> La défaite n'est jamais agréable ... surtout si elle est provoqué par un des hommes placés sous tes ordres ! Mais comme elle le dit elle-même, Végalina ne fait jamais la même erreur de deux fois ...

Actasia a écrit:
Merci pour la magnifique illustration de Coqueluche05 ! Végalina et Erea, belles et mortelles comme deux fleurs vénéneuses...

=> Et il y a encore d'autres illustrations en réserve ... mais je n'en dis pas plus !

Actasia a écrit:
Chapitre après chapitre, l'histoire s'enchaine et le suspense nous tient... Merci Kimi_san ! cheers

=> You're welcome ! Je compte poster l'épisode #25 d'ici ce soir. Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeDim 26 Nov 2017 - 20:41

Me revoilà !!!! (et ce malgré deux "marathons" dans les ailes de 9 épisodes hier et 10 aujourd'hui ) Laughing

De magnifiques chapitres ! J'ai beaucoup aimé celui du sauvetage de Vénusia !

Et "merci" au Professeur Ezequios ! lol! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1752787198

 
Citation :
 Elle ne serait pas amoureuse d'Actarus, la petite Végalina ? D'où son incapacité à aller jusqu'au bout et la détermination qui la pousse à haïr Vénusia, et encore plus l'enfant à naître... Son intransigeance ne serait alors qu'une manière de masquer ses émotions.


=> Je n'irais peut-être pas jusque-là. Cependant, j'ai décrit leur première rencontre dans la "side-story" annexe que j'ai consacré à Actarus en marge du récit principal et qui est d'ailleurs toujours en cours de rédaction. Je vais retravailler un peu ce passage et j'en posterai un petit extrait si cela vous intéresse. Cela vous permettra de voir Végalina sous un jour différent ...

Je me suis aussi posé la question à la lecture de ce dernier chapitre ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeLun 27 Nov 2017 - 13:07

Chapitre 20:

Cher Kimi_san, chevalier du futur, je ne savais pas que vous étiez aussi: ingénieur en génie civil, ingénieur en hydraulique, électricité et électronique Shocked Shocked

La description technique est très bonne...faisant de la plongée, j'ai bien apprécié la suivante:
Kimi a écrit:
La porte blindée extérieure située à l’avant du vaisseau amiral se scinda en quatre parts égales pour lui permettre de se poser à l’intérieur. Les portes étanches intérieures s’ouvrirent et se refermèrent tout aussi rapidement après son passage. Les écoutilles réparties sur chaque mur, couplées au système de pompage installé par les soldats du Génie eurent tôt fait de chasser l’eau du hangar principal.

Kimi a écrit:
es pièces les plus étroites, dont l’aménagement était des plus sommaires, faisaient désormais office de lieu de détention. Très faiblement éclairées, elles étaient dépourvues du moindre dispositif de chauffage. La ventilation était assurée par deux conduits cylindriques reliés au système d’aération principal et protégés par deux grilles métalliques rectangulaires à la teinte argentée dont les dimensions n’excédaient pas trente centimètres de long sur vingt de large. Les portes, blindées et rivetées, comportaient deux orifices : le premier, très étroit et percé en leur centre, permettait de faire passer les aliments aux détenus tandis que le second permettait de voir ce qui se passait à l’intérieur.
Je vois que tout est prévu pour faire souffrir les futures prisonniers. A cette profondeur, pas de chauffage....ils ne vont pas résister longtemps Shocked Shocked

Kimi a écrit:
- Je suppose que sa mort l’a énormément fait souffrir. Est-ce que je me trompe ?

Vénusia, la gorge nouée, baissa la tête et ferma les yeux. Elle ne voulait pas répondre. Elle aurait préféré ne pas être là, mais elle avait tout vu, tout entendu. Elle se rappelait encore des larmes qu’elle avait versées et du réconfort qu’elle avait trouvé dans les bras d’Alcor. Malgré les circonstances, le jeune homme avait su trouver les mots pour la rassurer, même s’ils savaient tous les deux qu’ils ne suffiraient pas pour atténuer sa peine.
Et Végalina, qui atteint un summum de perversité....elle n'en devient que plus 'adorable' affraid affraid  lol!  lol!

Kimi a écrit:
- Ce n’est pas parce qu’ils utilisent ce genre d’équipement qu’ils sont indétectables. En utilisant un débusqueur à infrarouge comme celui qui est monté sur le radar binoculaire du Centre, on doit pouvoir retrouver leur trace et donc déterminer la trajectoire qu’ils ont empruntée pour s’échapper.
- L’idée est intéressante. Continue ton raisonnement.
Un peu de justice pour Alcor!!  Very Happy  Je trouve que dans le DA, ses compétences d'ingénierie et son travail à la NASA ne sont pas suffisamment mis en valeur...très bonne idée de lui en donner l'occasion... Cool  Cool

Kimi a écrit:
Actarus marqua un temps d’arrêt et s’adressa à Alcor d’un air reconnaissant.
- Merci Alcor. Je te revaudrai ça quand on sera rentrés.
...et son intervention n'est pas passée inaperçue... cheers  cheers

Kimi a écrit:
Tu crois que ça va marcher, oncle Procyon ? demanda le jeune garçon.
- Nous ne pouvons pas échouer. Nous sommes condamnés à réussir.
Le professeur serra le poing et ferma les yeux.
- Essaie de tenir encore un peu, Vénusia. Actarus sera bientôt là et il te tirera de cette mauvaise passe. Il faut que tu résistes. Pour toi, pour lui, pour l’enfant à venir …
Il espérait secrètement que ses prières ne resteraient pas lettre morte.
En effet...ils sont condamnés à réussir.

Je trouve que la réussite de ce chapitre est aussi basée sur une approche descriptive rationnelle vers de l'émotionnel qui va en crescendo...en tant que lecteurs, nous finissons sur les charbons ardents. What a Face  What a Face ..'vont-ils y arriver?' Question  Question ....et la maître Kimi_san écrit: A suivre...  Mad  Mad  

Venusia45 a écrit:
Brrr dans tous les sens du terme, il fait froid dans le dos, ton chapitre ! Pauvre Vénusia, enchaînée comme une criminelle Sad Sad Végalina est décidément machiavélique Evil or Very Mad Evil or Very Mad Chapeau bas à Alcor pour son sens de la déduction. Ça va chauffer dans le prochain épisode (historie de continuer la métaphore météorologique !)
Tout à fait d'accord... sunny  sunny  sunny  sunny  Un peu de soleil pour réchauffer tout le monde avant le chapitre suivant  lol!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeLun 27 Nov 2017 - 13:48

Perosia a écrit:
Cher Kimi_san, chevalier du futur, je ne savais pas que vous étiez aussi: ingénieur en génie civil, ingénieur en hydraulique, électricité et électronique Shocked Shocked

=> Et encore, il ne s'agit là que de la première base d'invasion de la Division Ruine. Les autres seront différentes et sûrement mieux conçues que celle-ci ...

Perosia a écrit:
Je vois que tout est prévu pour faire souffrir les futures prisonniers. A cette profondeur, pas de chauffage....ils ne vont pas résister longtemps Shocked Shocked

=> C'est le but ...  Twisted Evil

Perosia a écrit:
Et Végalina, qui atteint un summum de perversité....elle n'en devient que plus 'adorable' affraid affraid  lol!  lol!

=> Elle ne se prive pas de tourmenter Vénusia pour l'affaiblir encore plus d'un point de vue psychologique. Mais elle est capable de faire pire ... bien pire.

Perosia a écrit:
Un peu de justice pour Alcor!!  Very Happy  Je trouve que dans le DA, ses compétences d'ingénierie et son travail à la NASA ne sont pas suffisamment mis en valeur...très bonne idée de lui en donner l'occasion... Cool  Cool

=> C'est vrai que c'est une chose que j'ai toujours eu du mal à comprendre. En tant que fils et petit-fils de grands scientifiques (son grand père Juzô a découvert le minerai "Japanium" pour concevoir le super-alliage Z et l'énergie photonique qui seront utilisés pour concevoir Mazinger Z, solutions techniques qui seront ensuite reprises par son père Kenzo pour créer Great Mazinger), Alcor est malgré son jeune âge très intelligent. Les cours qu'il a suivi aux Etats-Unis notamment sous les ordres du professeur Watson et son travail à la NASA (expériences qui lui ont quand même permis de concevoir son OVT, ça n'est pas rien) lui ont aussi permis de se perfectionner; C'est dommage que cet aspect de sa personnalité n'ait pas été exploité dans la série ...

Perosia a écrit:
...et son intervention n'est pas passée inaperçue... cheers  cheers

=> Sur cet épisode-là, c'est vraiment lui le héros !  Very Happy  

Perosia a écrit:
Je trouve que la réussite de ce chapitre est aussi basée sur une approche descriptive rationnelle vers de l'émotionnel qui va en crescendo...en tant que lecteurs, nous finissons sur les charbons ardents. What a Face  What a Face ..'vont-ils y arriver?' Question  Question 

=> La pression monte ...

Perosia a écrit:
....et la maître Kimi_san écrit: A suivre...  Mad  Mad

=> Comme je le fais toujours ! Et pour paraphraser Végalina, si je vous disais tout, "ce ne serait pas amusant" !  lol!

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeLun 27 Nov 2017 - 18:38

Citation :
venusia45 a écrit:
Et bravo Coqueluche pour ce dessin qui rend bien l'atmosphère de la fic. Autant que les personnages, je suis sensible à cette lumière bleue, à cette atmosphère électrique, magnétique, déshumanisée, telle qu'elle ressort dans l'histoire Wink Un grand bravo !

=> C'est très joliment tourné ... et je ne peux que te remercier pour ce très beau compliment

you're welcome Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeLun 27 Nov 2017 - 19:14

Citation :
=> Comme je le fais toujours ! Et pour paraphraser Végalina, si je vous disais tout, "ce ne serait pas amusant" !  lol!

C'est certain !  Twisted Evil  FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1752787198 Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 20914310
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08

anterak 08

Messages : 11923
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeLun 27 Nov 2017 - 19:37

oups j'ai de la lecture a rattraper Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeMar 28 Nov 2017 - 22:20

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 438614header

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 660831025Alarecherchedutempsperdu






Le docteur Yasabi s’était retiré au calme dans l’une des salles de soins inoccupées voisines du bloc médical du Centre de recherches spatiales. Contrairement à ses deux collègues qui étaient allés se reposer dans la salle qui leur avait été allouée, lui avait continué à étudier avec le plus grand soin les résultats des différentes analyses et examens pratiqués sur Vénusia depuis son retour quarante-huit heures plus tôt. Malgré les traitements qui lui avaient été administrés, la jeune femme n’avait toujours pas repris conscience et cela le perturbait. Malgré ses trente années d’expérience en tant que médecin et chirurgien, il n’avait jamais rien vu de pareil et ce qu’il avait pu observer jusqu’à maintenant semblait défier toute logique.

Contrairement à certains de leurs confrères, davantage préoccupés par leur carrière et leur réputation personnelle que par le santé des patients dont ils avaient pourtant la charge et qui se seraient, à leur place, empressés de révéler, une fois Vénusia sortie d’affaire, l’existence de ce cas unique « dans l’intérêt de la science » (et du leur par la même occasion) à l’opinion publique, les trois hommes ne se souciaient guère de leur gloire personnelle dont ils ne savaient de toute façon que faire. C’était particulièrement vrai pour Yasabi qui avait décidé de se consacrer entièrement à la médecine depuis la disparition de sa femme et de son fils dans un accident de la route, quelque part entre Perlépolis et Lumiville. S’ils avaient été transportés à l’hôpital dans un laps de temps très court, lui et ses collègues n’étaient pas parvenus à les sauver. Ce drame le hantait constamment et il s’était juré de faire tout ce qu’il était possible de faire pour sauver ou aider ceux et celles qui étaient sous sa responsabilité.

Tous avaient également pu consulter, ce qui était rarissime compte-tenu des procédures de sécurité en vigueur, le dossier médical de Vénusia ainsi que ceux des autres membres de sa famille et le professeur Procyon, qui suivait de près l’évolution de la situation, leur avait fourni tous les éléments qui ne pouvaient être quantifiés, sauf un : le fait qu’Actarus était un extraterrestre. Exception faite des personnels du Centre et de ses proches, personne n’était au courant et personne ne devait savoir. C’était un secret qu’il fallait préserver à tout prix et Yasabi, mis dans la confidence, l’avait compris.

Après s’être servi une nouvelle tasse de café, sa cinquième en l’espace de quelques heures, il enfila sa blouse blanche et réajusta ses lunettes avant de rejoindre le bloc médical en emportant avec lui le dossier qu’il s’était constitué. Une fois sur place, il prit connaissance des données enregistrées par le cérébro-ordinateur et les compara avec celles qui étaient déjà en sa possession. Il soupira et déposa son dossier sur la petite table de chevet voisine du brancard où demeurait Vénusia. Placée sous assistance respiratoire, elle semblait dormir paisiblement et rien ne la distinguait d’une patiente ordinaire … alors qu’elle n’avait justement rien d’une patiente ordinaire. Il regarda sa montre et soupira de nouveau : il était presque 23 heures et il se disait qu’il ne tarderait pas à passer le relais à l’un de ses confrères pour aller se reposer à son tour.

Il allait quitter le bloc lorsqu’une sonnerie stridente se fit entendre. Surpris, il se retourna et revint immédiatement sur ses pas pour consulter les données qui défilaient sur les écrans des instruments de mesure. Il ôta ses lunettes et s’essuya les yeux avant de les réajuster. Il se rendit près du brancard et prit le pouls de la jeune femme qui, à sa grande surprise, s’était progressivement accéléré. Il remarqua quelques instants plus tard de brefs mouvements de ses paupières qu’il interpréta comme le signe d’un réveil imminent. « Je n’arrive pas à y croire … comment cela est-il possible ? » se demanda-t-il en rassemblant maladroitement le résultat de ses analyses. Il sortit de la pièce en courant pour rejoindre la salle de détente où se trouvaient Procyon et Actarus. Les deux hommes y avaient passé le plus clair de leur temps, espérant obtenir, de la part de Yasabi ou de ses confrères, des informations susceptibles d’apaiser leurs craintes.

Le praticien ouvrit brutalement la porte sans même s’annoncer, attirant du même coup leur attention.

- Professeur, c’est incroyable !

- Que se passe-t-il, docteur ? répondit Procyon en se relevant tout aussi brusquement.

- Venez avec moi. Ce que je dois vous montrer est de la plus haute importance. Monsieur Actarus, vous devriez venir également. Votre présence m’est indispensable.

Tous deux obtempérèrent et le suivirent jusqu’au bloc médical. Arrivés devant la vitre blindée, ce dernier prit la parole.

- J’ai étudié attentivement le dossier médical de mademoiselle Vénusia et passé en revue le résultat de tous les examens que nous lui avons fait passer depuis son retour. J’ai procédé à quelques tests supplémentaires en début de soirée pour voir si les choses avaient évolué et j’ai ensuite comparé les données avec celles dont nous disposions avant de me rendre au bloc pour consulter les relevés imprimés par les instruments médicaux et votre ordinateur. Je m’apprêtais à en sortir lorsque tout s’est emballé. Son pouls s’est accéléré et les traits de son visage ont commencé à bouger …

- Avez-vous déjà été confronté à un cas similaire ? questionna Procyon, interloqué.

- Non, absolument pas. Comme je vous l’ai précédemment expliqué, je pensais qu’il nous faudrait au moins quarante-huit heures pour nous faire une idée plus précise de la situation. Ce qui se passe en ce moment est en train de nous le confirmer.

Il poursuivit.

- Vous m’aviez précisé que ses capacités physiques avaient été décuplées depuis sa transfusion. Je pense que nous avons peut-être ici la clé de l’énigme. Sa détention dans des conditions de vie extrêmes a sérieusement mis à mal son système immunitaire et le fait qu’elle soit enceinte n’a fait que renforcer ce processus. Maintenant qu’elle est revenue dans un environnement stable et sain, il retrouve son efficacité et surpasse celui d’un être humain « moyen ».

- Seriez-vous en train de me dire que mon sang serait à l’origine de son rétablissement précoce ? demanda Actarus, intrigué.

- C’est fort possible, monsieur Actarus. Le professeur Procyon m’a expliqué que votre groupe sanguin est différent de tous ceux qui ont déjà été répertoriés. J’ai donc étudié longuement les prélèvements mis à ma disposition et j’ai réussi à isoler une anomalie plasmatique que je ne suis pas parvenu à identifier avec précision. Je ne veux pas tirer de conclusions hâtives, mais c’est peut-être ce qui est en train de lui sauver la vie …

Il continua sur sa lancée.

- Je sais que le moment est peut-être mal choisi pour l’évoquer, mais je suis persuadé qu’un échantillon de votre sang pourrait, s’il est soigneusement étudié et analysé, peut-être nous permettre de sauver des vies humaines. J’en suis intimement convaincu …

Actarus le regarda avec attention et échangea un bref regard avec son père adoptif. Il pensait sincèrement ce qu’il disait.

- Je ne sais que dire, docteur. Si vous estimez que cela peut s’avérer bénéfique et apporter le bien-être sur Terre, je suis d’accord pour vous fournir un échantillon plus conséquent qui vous permettra d’en apprendre davantage.

- Ce serait quelque chose de fabuleux, monsieur Actarus. Je n’ai pas d’autres mots.

- Je n’avais jamais envisagé cet aspect des choses, ajouta Procyon. Si vous pensez que l’étude du sang d’Actarus peut sauver des vies, je vais faire en sorte que vous puissiez vous pencher sur la question de manière plus approfondie. Je vous demanderai cependant de faire preuve de discrétion à ce sujet, et ce pour des raisons évidentes.

- Je n’avais pas envisagé les choses autrement, professeur. Je devrai certainement mettre mes activités médicales entre parenthèses pour mener à bien un tel projet, mais j’estime que le jeu en vaut la chandelle. Mais avant toute chose, nous ferions mieux de nous rendre au chevet de mademoiselle Vénusia. Si mes premières impressions sont bonnes, je ne me sentirai rassuré qu’à partir du moment où elle aura repris connaissance …

Tous acquiescèrent. Yasabi ouvrit la porte et pénétra dans le bloc médical le premier, suivi par Procyon et Actarus. Allongée sur son brancard et toujours sous assistance respiratoire, Vénusia avait ouvert les yeux. Ce rétablissement aussi spectaculaire qu’inattendu avait quelque chose d’irréel. D’un geste sûr, il débrancha le dispositif positionné sur le côté droit du brancard et ôta lentement le masque placé sur le visage de la jeune femme. Une fois sa tâche terminée, il se pencha vers elle et lui sourit.

- Je suis heureux de constater que vous avez enfin repris conscience, mademoiselle. Comment vous sentez-vous ?

- Je suis fatiguée … répondit-elle d’une voix hésitante. Où est-ce que je suis ?

- Vous êtes dans le bloc médical du Centre de recherches spatiales. Vous étiez dans une situation critique lorsque vos amis vous ont transporté ici. Mes confrères et moi-même avons fait de notre mieux pour stabiliser votre état et faire en sorte qu’il s’améliore. Mais si vous êtes encore en vie à cette heure, ce n’est pas grâce aux traitements que nous vous avons administré, mais bien grâce au sang qui coule dans vos veines …

- Mon sang ? s’étonna-t-elle.

- J’en suis intimement persuadé, mademoiselle. Sans entrer dans les détails, je crois que c’est la composition de votre sang qui est à l’origine de votre rétablissement rapide. Pour être honnête avec vous, je n’ai jamais vu cela en trente ans de carrière. Vous êtes un cas unique, mais cela m’importe peu. Ce qui compte, c’est que vous soyez en vie.

Vénusia voulut répondre, mais Yasabi la devança.

- Rassurez-vous, votre bébé se porte bien. Je suppose que c’était l’objet de votre question, répondit-il en esquissant un léger sourire. Ce que vous avez subi ne devrait pas avoir de conséquences quant à son développement. Nous effectuerons des tests complémentaires prochainement pour nous en assurer. Pour le moment, vous ne devez songer qu’à vous reposer. Votre système immunitaire est certes plus efficace que celui d’un être humain « moyen », mais nous ne devons prendre aucun risque.

- Merci, docteur, merci beaucoup … répondit-elle d’un air reconnaissant.

- C’est la moindre des choses. Reposez-vous bien. Mes collègues et moi-même repasserons vous voir dans quelques heures.

Il lui sourit de nouveau et réajusta ses lunettes avant de quitter la pièce. Actarus et Procyon se rendirent aussitôt à son chevet. Celui-ci prit la parole le premier.

- Je crois que tu ne cesseras jamais de nous surprendre, Vénusia. Comme tu peux t’en douter, nous étions tous très inquiets à ton sujet et le fait que tu te sois rétablie aussi rapidement est un authentique miracle. Je n’aurais jamais imaginé qu’une telle chose serait possible, fit-il sur un ton presque admiratif.

- Père, tu devrais prévenir tous nos amis. Cette nouvelle est très importante et ne doit pas être ignorée.

Procyon acquiesça avant de quitter la pièce à son tour. Le ton qu’Actarus avait employé ne laissait planer aucune  ambiguïté : ils voulaient rester seuls.

- Tu m’as encore sauvé la vie, Actarus. Deux fois. La première en venant à mon secours, et la deuxième avec ton sang. Je ne sais pas quoi te dire ni quoi faire pour te remercier …

- Ne t’inquiète pas de cela. Ce qui compte, c’est ce que tu sois de nouveau parmi nous et en vie. Rien n’est plus important que cela. Si nous avons réussi à te retrouver et à te ramener au Centre pour te soigner, c’est surtout grâce à Alcor. Ma contribution est minime …

La jeune femme acquiesça et tenta vainement de se redresser. Elle baissa les yeux pendant quelques instants avant de lui répondre.

- J’ai cru que j’allais mourir, là-bas, toute seule. Je sais que je ne devrais pas dire ça, mais j’avais si peur de quitter ce monde sans vous revoir une dernière fois. Et il y avait cette jeune femme qui prétendait être la fille de Véga …

- Je sais de qui il s’agit. Elle ne t’a pas menti. C’est la sœur de Végalia. J’avais presque oublié son existence. En déclenchant cette guerre et en agissant comme elle l’a fait, elle s’est rappelée à notre bon souvenir, répondit-il à voix basse.

- Tout est encore si flou dans ma tête. Je ne me rappelle pas de grand-chose. Juste qu’il faisait froid, que j’avais du mal à respirer. Je ne sais même pas comment je suis revenue ici …

- Nous en reparlerons quand tu iras mieux. Pour l’instant, tu ne dois plus penser qu’à toi et au bébé. Le reste est superflu.

- Elle sait. Pour nous. Pour notre enfant. Je ne sais pas comment elle l’a su mais elle le sait, j’en suis sûre. Et elle va se servir de ça contre toi. Contre nous.

Vénusia tendit la main pour prendre celle d’Actarus et la posa ensuite sur son ventre. Les larmes coulaient à présent sur ses joues rougies.

- Je sais que tu peux comprendre ce que je ressens en ce moment. Est-ce que tu sens la vie qui grandit en moi ? Je te l’ai déjà dit … cet enfant représente tellement de choses pour moi. Et quand il viendra au monde, il aura besoin de nous, de nous deux.

- Oui, je le sais.

- Promets-moi de faire attention si tu dois de nouveau te battre contre elle. Et de rester près de moi aussi longtemps que tu le pourras …

- Oui c’est promis. Mais pour l’instant, tu dois te reposer. Alors, sois raisonnable et suis les conseils que le docteur Yasabi t’a donné.

- Tu as raison. Avec tout ce qui s’est passé ces derniers jours, je dois t’avouer que je me sens fatiguée. Je devrais suivre ses conseils et me montrer raisonnable comme tu le dis …

Elle s’interrompit tout en continuant à serrer la main d’Actarus dans la sienne.

- Je sais que je devrais le faire … mais en même temps, je n’en ai pas vraiment envie. J’ai attendu et espéré ton retour tous les jours depuis votre départ … Maintenant que tu es là, je veux profiter de tous les instants que je vis à tes côtés. Je n’ai besoin que de ça … Tu comprends ?

Elle avait raison. Il comprenait ce qu’elle ressentait et il n’irait pas contre sa volonté. Son bonheur passait avant tout.

De leur côté, Alcor et Phénicia avaient volontairement choisi de se mettre à l’écart. Le jeune homme, qui était resté cloîtré dans sa chambre toute la journée, avait finalement quitté le Centre en moto en début de soirée. Il ne supportait plus de rester là, à ne rien pouvoir faire alors que son équipière et amie était entre la vie et la mort. Phénicia l’avait accompagné et ils avaient tous deux roulé sans but pendant un long moment pour finalement trouver un endroit calme susceptible de leur convenir.

Ils étaient allongés dans l’herbe, l’un à côté de l’autre, regardant le ciel tout en essayant de chasser de leur esprit les mauvaises pensées qui les assaillaient depuis leur retour. Ils avaient tout connu en l’espace de quelques jours : la joie avec la maternité de Vénusia, la rage et la colère suite au raid mené sur le Centre par le Commando Ruine d’Eslan, la peur de ne pas retrouver leur amie, la détermination avec le lancement de leur mission de sauvetage, le soulagement et la satisfaction de l’avoir tirée des griffes de la Division Ruine et l’inquiétude quant à ses chances de survie.

Ils auraient voulu tout oublier. Mais ils ne le pouvaient pas.

Bras croisés derrière sa tête, Alcor était perdu dans ses pensées, insensible à ce qui se passait autour de lui. Phénicia l’observa longuement avant de prendre la parole. Seul le son de sa voix le ramena à la réalité.

- Je sais à quoi tu penses en ce moment.

- Il faut qu’elle s’en sorte, Phénicia. Il le faut. Si l’irréparable se produisait, je ne me le pardonnerai jamais.

- Ne sois pas aussi dur envers toi-même. C’est grâce à toi que nous l’avons retrouvée. Elle serait peut-être déjà morte si tu ne nous avais pas mis sur la voie.

- Peut-être … mais tout ça n’aura servi à rien si elle meurt maintenant. Je m’étais promis de la protéger en attendant votre retour … et j’en ai pas été capable.

- Tu ne pouvais pas savoir ce qui allait arriver. Tu ne peux pas prévoir l’avenir.

Il ne répondit pas. Il s’en voulait, tout comme Actarus. Il aurait dû prévoir cette éventualité et l’assurance qu’il affichait dans presque toutes les situations s’était envolée. Il était rongé par le doute et la culpabilité. L’idée de perdre Vénusia lui était insupportable. Il avait déjà perdu des êtres chers par le passé … et il ne tenait pas à revivre pareille expérience.

Il ferma les yeux et versa une larme. Ce détail n’échappa pas à celle qui se tenait à ses côtés.

- Tu n’as rien à te reprocher, Alcor. Et tu sais aussi bien que moi que Vénusia est une battante. Je suis sûre qu’elle va s’en sortir … Alors sèche cette larme que je vois sur ton visage.

- C’est rien. J’ai juste une poussière dans l’œil, dit-il en se relevant pour s’essuyer les yeux avec la manche droite de sa veste.

- Écoute-moi. Par moments, je peux lire en toi comme dans un livre ouvert … et je peux t’assurer que tu n’as pas à te sentir coupable de quoi que ce soit. C’est Végalina qui est la seule responsable. Elle et elle seule.

Il voulut répondre mais elle ne lui en laissa pas le temps.

- Tu essaies de te faire plus fort que tu ne l’es vraiment. Tu n’as pas à avoir honte de ce que tu ressens, tu sais. Regarde-moi, Alcor. S’il te plaît.

Il s’exécuta et tourna la tête dans sa direction. Elle lui caressa la joue avec le revers de sa main droite et finit par poser sa tête sur son épaule comme pour mieux le rassurer.

- Elle va s’en sortir. J’en suis sûre …

- J’aimerais pouvoir en dire autant, tu sais. Je ne sais pas comment tu fais … mais même dans des situations comme celles-là, tu essaies toujours de rester positive …

- Non, pas toujours. Nous avons vécu tant de moments difficiles, que ce soit ensemble ou chacun de notre côté. Tu te rappelles de ce que tu m’as dit l’autre jour ? Que c’était en restant ensemble qu’on pourrait surmonter les difficultés à venir …

- Oui je m’en rappelle … dit-il en tentant vainement de sourire.

- Il faut rester unis et continuer à y croire, Alcor. Allez, courage.

Tous deux gardèrent ensuite le silence. Phénicia avait gardé sa tête sur son épaule et avait fermé les yeux, tandis que lui regardait le ciel en se remémorant les paroles qu’elle venait de prononcer.

Il s’écoula encore quelques minutes avant que l’émetteur placé à l’intérieur de sa montre ne se mette à sonner. Il se redressa brusquement et jeta un bref regard à Phénicia avant de prendre la communication. A quoi devait-il s’attendre ? Il ne le savait pas, mais il espérait secrètement entendre une bonne nouvelle.

- Ici Alcor. C’est vous professeur ?

- Oui. Ce que nous espérions tous est arrivé.

- Attendez un peu. Vous voulez dire que …

- Oui. Elle a repris connaissance voici quelques minutes. Cependant, au vu de ce qu’elle vient de traverser, elle restera en observation pendant quelques jours, le temps de nous assurer que tout danger est définitivement écarté.

- Je comprends. Et pour le bébé ? Est-ce que tout va bien ?

- A priori, aucune inquiétude de ce côté selon le docteur Yasabi qui a procédé aux derniers examens. En attendant, il faut la laisser se reposer. Actarus est avec elle et …

- … il vaut mieux ne pas les déranger, c’est ça ? Ne vous en faites pas, professeur. On ira la voir une fois qu’elle aura complètement récupéré. Pas avant.

La communication s’interrompit. Alcor sentit une nouvelle larme couler sur sa joue. Cette fois, il pouvait pleinement savourer sa réussite : les Aigles avaient cette fois encore réussi l’impossible et, plus que cela, le fait de savoir Vénusia réveillée et à priori en bonne santé suffisait à son bonheur. Phénicia le tenait par le bras et n’avait pas manqué un instant de la conversation. Il se tourna vers elle et lui sourit.

- Je crois que je te dois des excuses, Phénicia. Tu as eu raison, encore une fois. Ce sont …

Il ne put terminer sa phrase. Visiblement folle de joie, Phénicia s’était jetée sur lui et l’avait embrassé à pleine bouche, lui faisant ainsi perdre l’équilibre. Il fut le premier surpris par cette réaction inattendue … et ne fit rien pour s’y opposer. Lorsqu’elle réalisa la portée de son geste, la jeune fille se releva soudainement et esquissa un mouvement de recul.

- Excuse-moi, je … Je … Je ne sais pas ce qui s’est passé … c’est sorti comme ça … dit-elle en essayant de trouver ses mots.

- C’est rien. Je comprends. C’est simplement quelque chose de spontané. On ne peut pas expliquer ces choses-là … répondit-il en souriant.

- Je ne sais pas ce qui m’a prise … Vraiment ! Je me suis laissé emporter par mes émotions. Ça ne m’arrive jamais, d’habitude …

- Presque jamais ! De toute façon, il fallait bien que ça finisse par sortir à un moment ou à un autre, tu crois pas ? Et pour te faire une confidence, je me demandais quand ça allait finir par arriver !

Alcor ne put réprimer un sourire. Phénicia n’en était que plus embarrassée et ne savait pas vraiment comment répondre à cette remarque. Il s’attendait à ce qu’elle le remette en place comme elle le faisait toujours lorsqu’elle estimait qu’il allait trop loin. Pas cette fois.

- Tu sais que … En fait, j’y avais déjà songé. Seulement … je ne pensais pas que ça se passerait de cette façon …

- Ah bon ? Et depuis quand est-ce que tu es si sûre de toi à propos de tout ça ?

- Depuis notre première rencontre. C’était la première fois que je ressentais quelque chose d’aussi fort. Je n’en ai parlé à personne … mais ça m’a beaucoup perturbée. Je ne savais pas comment réagir ou m’y prendre pour te le faire comprendre … et j’avais aussi un peu peur de ta réaction …

- Tu constateras que je n’ai pas opposé la moindre résistance … Je pense que ça répond à ta question, non ? dit-il en riant.

- Bon ça suffit ! répliqua-t-elle, en lui tirant la langue et en fermant un œil. Et arrête de te moquer de moi ! Ce qui est fait est fait, non ? On peut passer à autre chose, maintenant ?

Elle se releva et se mit à courir en direction des deux motos qui étaient garées un peu plus loin, comme si elle cherchait à dissimuler ce qu’elle ressentait. Alcor l’imita quelques secondes plus tard.

- Hé, attends ! Ça veut dire quoi ? demanda-t-il, en hurlant dans sa direction.

- Je te laisse réfléchir, « mon cher Alcor » ! Et comme ça ne t’arrive pas très souvent, c’est le moment idéal pour t’y mettre et faire travailler tes neurones s’il t’en reste !

Comme elle s’y attendait, cette remarque le piqua au vif.

- Quelle petite peste tu peux faire ! Un de ces jours, tu risques d’avoir une mauvaise surprise si tu ne fais pas attention à toi, je te le garantis !

Il s’attendait à la voir démarrer en trombe, comme elle le faisait toujours. Il en fut pour ses frais : elle s’adossa contre le carénage de sa machine et se contenta de l’attendre, un léger sourire aux lèvres. Ce n’était pas la Phénicia qu’il connaissait par cœur et avec qui il passait son temps à se chamailler … et souvent pour pas grand-chose.

- Qu’est-ce que tu fiches ? Tu n’es pas encore partie ? Je te rappelle que j’ai une revanche à prendre !

Elle s’approcha et lui sourit. Son regard était pétillant de malice.

- Non, je ne suis pas partie, comme tu peux le constater.

- Et on peut savoir pourquoi ? demanda-t-il en la regardant avec curiosité.

- Tais-toi et embrasse-moi, idiot !

Surpris par sa franchise, il sentit ses joues rougir. Cela faisait plusieurs fois qu’il se faisait prendre au dépourvu en l’espace de quelques minutes et même pour quelqu’un comme lui qui en avait vu d’autres, cela commençait à faire beaucoup.

Il posa maladroitement ses mains sur sa taille et posa ses lèvres sur les siennes avec une infinie douceur. Ce baiser valait plus qu’un long discours. Ils échangèrent un bref regard et s’embrassèrent une nouvelle fois.

- Est-ce que la petite peste a mérité ton pardon, maintenant ?

- Tu veux rire ? C’est pas près d’arriver ! Bon, je veux bien faire une exception pour aujourd’hui, répondit-il en tentant vainement de garder son sérieux.

- Juste pour aujourd’hui ? Tu n’es pas généreux ! Pourtant quelque chose me dit que les exceptions seront nombreuses …

- Tu as peut-être raison. Ça se pourrait bien, oui …

- Ne perdons plus de temps ! Nous en avons déjà bien assez perdu toi et moi, répondit-elle en enfilant son casque pour s’installer ensuite sur sa moto.

- Ah ça, je vais pas te contredire pour une fois !

Phénicia lui sourit et démarra sa machine pour reprendre la direction du Centre, distant de quelques kilomètres. Alcor en fit de même et se lança à sa poursuite pour essayer de la rattraper. Comme toujours.

Seulement, les choses avaient changé. Cette nouvelle course qui débutait serait bien différente de toutes celles qu’ils avaient pu disputer jusqu’à maintenant, tout simplement parce qu’il n’y aurait, pour une fois, ni vainqueur, ni vaincu …



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 395913asuivre

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Jeu 30 Nov 2017 - 7:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeMar 28 Nov 2017 - 23:50

rhooo c'est trop mimi guimauve-kawaï !! Petite parenthèse de douceur avant que la mère Végalina ne se pointe à nouveau pour gâcher la vie de nos deux couples (on peut le dire maintenant) et de leurs amis ! Autant en profiter Wink Mention  spéciale à Actarus qui accepte de donner son sang pour sauver des vies, généreux comme à son habitude, et bien sûr, triple ban  pour Vénusia, qui va bien ainsi que le bébé Wink cheers cheers cheers  Merci Kimi !


Dernière édition par venusia45 le Mer 29 Nov 2017 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeMer 29 Nov 2017 - 19:42

Tellement contente que Vénusia ait enfin repris connaissance. bounce bounce bounce
Et comme je la comprends lorsqu'elle dit qu'elle veut passer un maximum de temps avec Actarus, surtout après ce qu'elle vient de vivre, c'est tout à fait normal et ce même si elle est fatiguée.  Very Happy

Seule petite remarque, c'est sur un mot qu'Actarus prononce et qu'une femme enceinte laisserai difficilement passer sans rien dire. Wink

Citation :
Nous en reparlerons quand tu iras mieux. Pour l’instant, tu ne dois plus penser qu’à toi et à ton bébé. Le reste est superflu.

Il aurait pu dire "au" ou "à notre bébé", parce qu'après tout il y est aussi un peu pour quelque chose, non !!! Elle ne l'a pas fait toute seule ce bébé. Wink Very Happy lol!

En tout cas, merci pour ce beau chapitre Kimi_san dont j’apprécie beaucoup la seconde partie et les réactions d'Alcor et Phénicia, c'est vraiment trop chou de les voir évoluer ainsi. I love you
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 7:25

venusia45 a écrit:
rhooo c'est trop mimi guimauve-kawaï !! Petite parenthèse de douceur avant que la mère Végalina ne se pointe à nouveau pour gâcher la vie de nos deux couples (on peut le dire maintenant) et de leurs amis ! Autant en profiter Wink

=> Un peu de finesse dans un monde de brutes ! C'est vrai que Végalina ne va pas tarder à rappliquer ... puisque la vengeance est un plat qui se mange froid. Mais avant, nous allons faire un peu de tourisme ... Wink

venusia45 a écrit:
Mention  spéciale à Actarus qui accepte de donner son sang pour sauver des vies, généreux comme à son habitude, et bien sûr, triple ban  pour Vénusia, qui va bien ainsi que le bébé Wink cheers cheers cheers
 

=> Voilà Actarus tel qu'on le connaît ... toujours prêt à aider pour essayer d'apporter le bien-être sur Terre. Il faut juste espérer que le résultat des recherches de ce bon docteur Yasabi ne tombe pas entre de mauvaises mains ...

venusia45 a écrit:
Merci Kimi !

=> You're welcome !

hikaru a écrit:
Tellement contente que Vénusia ait enfin repris connaissance. bounce bounce bounce

=> Phénicia l'a dit elle-même : Vénusia est une battante !

hikaru a écrit:
Et comme je la comprends lorsqu'elle dit qu'elle veut passer un maximum de temps avec Actarus, surtout après ce qu'elle vient de vivre, c'est tout à fait normal et ce même si elle est fatiguée.  Very Happy

=> La meilleure chose possible pour surmonter une épreuve comme celle-ci, c'est d'être auprès de celui qu'on aime. Et l'amour de Vénusia pour Actarus n'a pas de limites ... bien au contraire.

hikaru a écrit:
Seule petite remarque, c'est sur un mot qu'Actarus prononce et qu'une femme enceinte laisserai difficilement passer sans rien dire. Wink

Citation :
Nous en reparlerons quand tu iras mieux. Pour l’instant, tu ne dois plus penser qu’à toi et à ton bébé. Le reste est superflu.

Il aurait pu dire "au" ou "à notre bébé", parce qu'après tout il y est aussi un peu pour quelque chose, non !!! Elle ne l'a pas fait toute seule ce bébé. Wink Very Happy lol!

=> Et pourtant, j'ai relu le chapitre plusieurs fois avant de le poster. Je ne sais pas comment ce détail a pu m'échapper ... mais merci de me l'avoir fait remarquer, ma chère Hikaru. C'est corrigé !  Very Happy

hikaru a écrit:
En tout cas, merci pour ce beau chapitre Kimi_san dont j’apprécie beaucoup la seconde partie et les réactions d'Alcor et Phénicia, c'est vraiment trop chou de les voir évoluer ainsi. I love you

=> J'en ai déjà parlé par ailleurs, mais c'est important pour le récit (et aussi pour enrichir le personnage) de voir Alcor sous un autre angle que celui du pilote casse-cou, intrépide, téméraire et capable de tous les exploits et qu'on a pu voir dans les épisodes précédents. C'est un jeune homme comme les autres : il a ses manques, ses doutes, ses craintes ... Quant à Phénicia, j'ai essayé de garder toute sa spontanéité ...

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 9:09

Super enfin un chapitre à lire

Très très beau chapitre bien émouvant et la joie de savoir Venusia visiblement hors de danger.

Alcor est aussi touchant, il s'inquiète pour son amie, j'aime beaucoup sa maturité, on voit bien son intelligence et surtout tout ce qu'il cache derrière sa bonne humeur et son impulsivité.

Merci c'est un très beau chapitre bon maintenant je suppose que la dingue de service va bientôt refaire parler d'elle..... mais bon c'est cela aussi qui met du piment dans l'histoire :-)

Bonne journée

Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 10:09

Kass01 a écrit:
Super enfin un chapitre à lire

=> C'est vrai que j'ai pris un peu de retard pour poster cet épisode #25. En fait, ce qui me prend le plus de temps en ce moment, c'est de créer les petits montages "image" qui présentent les épisodes (je suis déjà en train de plancher sur celui de l'épisode #26).

Kass01 a écrit:
Très très beau chapitre bien émouvant et la joie de savoir Venusia visiblement hors de danger.

=> Oui, c'est bien de la savoir tirée d'affaire !

Kass01 a écrit:
Alcor est aussi touchant, il s'inquiète pour son amie, j'aime beaucoup sa maturité, on voit bien son intelligence et surtout tout ce qu'il cache derrière sa bonne humeur et son impulsivité.

=> Là aussi, je suis d'accord. Il est dommage, comme je l'ai mentionné par ailleurs, que certains aspects de la personnalité d'Alcor, notamment sa vulnérabilité qu'il essaie de masquer derrière sa détermination, n'aient pas été véritablement exploités dans la série.

Kass01 a écrit:
Merci c'est un très beau chapitre bon maintenant je suppose que la dingue de service va bientôt refaire parler d'elle..... mais bon c'est cela aussi qui met du piment dans l'histoire :-)

=> Tout juste ! Mais comme je l'ai mentionné plus haut, partons déjà faire un peu de tourisme là où personne n'a envie de mettre les pieds ...

Kass01 a écrit:
Bonne journée

=> A toi aussi ! Bientôt l'épisode #26 !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 10:28

Haha du tourisme ? On va faire un p'tit tour sur Akérèbe aux frais de la princesse (enfin de Végalina) ? Mmmm la destination rêvée pour les fêtes What a Face
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 10:36

venusia45 a écrit:
Haha du tourisme ? On va faire un p'tit tour sur Akérèbe aux frais de la princesse (enfin de Végalina) ? Mmmm la destination rêvée pour les fêtes What a Face

=> Exactement ! Dès que j'ai terminé le montage "image", je mets l'épisode en ligne. Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 12:41

Je viens de lire les chapitres 21 et 22: superbes.

Kimi a écrit:
Il empoigna les deux manettes de contrôle situées de part et d’autre de son siège et activa les électrodes. Quelques secondes plus tard, le fluide destiné à convertir les ondes cérébrales en énergie se déversa dans le conteneur logé à l’intérieur de son casque. Lentement mais sûrement, une incroyable sensation de puissance, accentuée par son égo démesuré, s’empara de lui. Ses yeux étaient injectés de sang et son visage déformé par un rictus diabolique. Le pouvoir absolu était entre ses mains. « Désormais, rien ne pourra m’arrêter ! », ricana-t-il.
Je suis curieuse de savoir ce que va devenir Ezquesios: J'espere une bonne bagarre avec Végalina Twisted Evil Twisted Evil

Kimi a écrit:
Il arriva à une intersection et marqua un temps d’arrêt. Où chercher ? Devait-il poursuivre sa route droit devant lui ou, au contraire, changer de direction ? Il l’ignorait. Ce n’est qu’en remarquant la présence de sang séché sur le dallage du couloir qu’il prit sa décision. Il allait suivre ces traces sans savoir exactement où cela le mènerait.
Très beau rôle pour Alcor dans sa sagesse et aussi son intuition. Cool Cool

Kimi a écrit:
- Pour une fois que tu perds ta belle assurance …
- Très drôle, vraiment très drôle ! répondit-elle en haussant le ton.
- Bonne idée. Allez, en route.
- Compris, « mon cher Alcor » !
Tout en n'oubliant pas la relation avec Phénicia... Wink  Wink

Kimi a écrit:
Lentement, la tête de son engin se rapprocha de celle de Goldorak. Les deux pilotes se faisaient face et chacun pouvait aisément imaginer le regarde de l’autre. Celui d’Actarus était déterminé et celui de Végalina plein de haine.
Cela me rappelle un autre combat.....Actarus/Hydargos...aussi provoqué par le mauvais traitement de Vénusia (voir analyse de Gerdha sur le sujet).


Bravo Kimi_san  cheers  cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 13:04

Perosia a écrit:
Je viens de lire les chapitres 21 et 22: superbes.

=> Merci pour le compliment ! Je pense que l'épisode #23 te fera bien sourire aussi !

Perosia a écrit:
Je suis curieuse de savoir ce que va devenir Ezquesios: J'espere une bonne bagarre avec Végalina Twisted Evil Twisted Evil

=> Tu n'en es pas loin !

Perosia a écrit:
Très beau rôle pour Alcor dans sa sagesse et aussi son intuition. Cool Cool

=> Comme quoi, l'ancien pilote de Mazinger Z (auquel je ferai sans doute référence tout au long de LDDP pour renforcer l'appartenance de "Goldorak" à la trilogie "Mazinger") mérite bien sa réputation ! Il est capable de réussir l'impossible ...

Kimi a écrit:
Tout en n'oubliant pas la relation avec Phénicia... Wink  Wink

=> Je n'allais pas laisser passer cette occasion !  Very Happy

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 3755842864   "Oh !"

Perosia a écrit:
Cela me rappelle un autre combat.....Actarus/Hydargos...aussi provoqué par le mauvais traitement de Vénusia (voir analyse de Gerdha sur le sujet).

=> Peut-être LE meilleur combat livré par Actarus contre l'un de ses ennemis jurés. La détermination d'Actarus contre la haine d'Hydargos résumée en un seul montage.

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 807978dukefleedblacky

=> Il est à noter que c'est uniquement dans cet épisode #27 (si je me trompe, n'hésitez pas à me reprendre) qu'Actarus pousse Goldorak au maximum de ses possibilité en utilisant dans une seule attaque toutes ses armes énergétiques ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1605083980    "Tu ne perds rien pour attendre, Actarus ! Je trouverai bien le moyen de revenir d'entre les morts pour te détruire un jour !"

Perosia a écrit:
Bravo Kimi_san  cheers  cheers

=> Merci, ma chère Perosia ! L'épisode #26 arrive !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 18:58

kimi_san a écrit:

hikaru a écrit:
Seule petite remarque, c'est sur un mot qu'Actarus prononce et qu'une femme enceinte laisserai difficilement passer sans rien dire. Wink

Citation :
Nous en reparlerons quand tu iras mieux. Pour l’instant, tu ne dois plus penser qu’à toi et à ton bébé. Le reste est superflu.

Il aurait pu dire "au" ou "à notre bébé", parce qu'après tout il y est aussi un peu pour quelque chose, non !!! Elle ne l'a pas fait toute seule ce bébé. Wink Very Happy lol!

=> Et pourtant, j'ai relu le chapitre plusieurs fois avant de le poster. Je ne sais pas comment ce détail a pu m'échapper ... mais merci de me l'avoir fait remarquer, ma chère Hikaru. C'est corrigé !  Very Happy

Very Happy  Il est sans aucun doute bien plus facile pour moi que pour toi de se mettre à la place d'une femme enceinte. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Perosia

Perosia

Messages : 479
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 50
Localisation : Cologne (Allemagne)

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 19:23

hikaru a écrit:
kimi_san a écrit:

hikaru a écrit:
Seule petite remarque, c'est sur un mot qu'Actarus prononce et qu'une femme enceinte laisserai difficilement passer sans rien dire. Wink

Citation :
Nous en reparlerons quand tu iras mieux. Pour l’instant, tu ne dois plus penser qu’à toi et à ton bébé. Le reste est superflu.

Il aurait pu dire "au" ou "à notre bébé", parce qu'après tout il y est aussi un peu pour quelque chose, non !!! Elle ne l'a pas fait toute seule ce bébé. Wink Very Happy lol!

=> Et pourtant, j'ai relu le chapitre plusieurs fois avant de le poster. Je ne sais pas comment ce détail a pu m'échapper ... mais merci de me l'avoir fait remarquer, ma chère Hikaru. C'est corrigé !  Very Happy

Very Happy  Il est sans aucun doute bien plus facile pour moi que pour toi de se mettre à la place d'une femme enceinte. Wink

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1151347092  Ah bon?? Et pourquoi???
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 21:13

hikaru a écrit:
Very Happy  Il est sans aucun doute bien plus facile pour moi que pour toi de se mettre à la place d'une femme enceinte. Wink

=> Sans aucun doute !  lol!

Perosia a écrit:
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1151347092   Ah bon?? Et pourquoi???

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 1532017942   "Oh toi, tu ne perds rien pour attendre !!!"

Un peu de sérieux quand même ... l'épisode #26 arrive de suite ... avec son lot de surprises !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitimeJeu 30 Nov 2017 - 21:35

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 789587headerestampe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 498001026BienvenuesurAkrbelaRouge





La navette blanche et rouge portant l’emblème de la Division Ruine avait quitté le Camp de la Lune noire depuis un peu plus de 24 heures. Deux personnes étaient à son bord : son pilote et un prisonnier, enfermé dans une unité de transport étanche placée dans la soute. Les réserves d’oxygène pour le maintenir en vie avaient été calculées au plus juste et il ne devait d’ailleurs plus en rester beaucoup.

A l’intérieur du poste de pilotage, le lieutenant Thétis savait parfaitement où il devait se rendre. Malgré son jeune âge, cet officier sérieux et discret avait déjà effectué ce trajet des dizaines de fois aux commandes d’appareils autrement plus volumineux que celui qu’il pilotait aujourd’hui et qui ne transportaient pas un seul, mais des dizaines, des centaines, voire des milliers de passagers. La destination était toujours la même : une planète autrefois paisible et florissante où les gens vivaient heureux et en parfaite harmonie avec leur environnement. En termes d’organisation sociale, elle faisait figure de modèle pour les autres planètes de la nébuleuse de Véga. Les choses avaient désormais bien changé puisqu’elle était devenue exsangue et inhabitable. Lorsqu’il s’y était rendu pour la première fois, il s’était même demandé si la vie y avait déjà existé.

Le lieu où il devait se poser faisait presque figure d’exception puisqu’il était, d’une certaine manière, habité. Seuls quelques bâtiments y avaient été construits. L’astroport comportait deux pistes d’atterrissage relativement larges et plusieurs hangars contigus bâtis à proximité dont le plus vaste était suffisamment grand pour accueillir des vaisseaux de la taille de la soucoupe Impériale. Les différentes voies de circulation qui permettaient d’y accéder étaient réduites à leur plus simple expression et s’étaient, faute d’entretien, progressivement détériorées. Leur remise en état, maintes fois évoquée par les différents officiers en charge de ce site stratégique, était sans cesse reportée, officiellement par manque de temps et de moyens.

Se dressant face aux hangars, le bâtiment principal, haut de cinq étages, était, comme tous les autres, dans un état de délabrement avancé. Les murs gris constellés de taches noires plus ou moins larges étaient fissurés de toutes parts. Hormis celles du poste de contrôle, les vitres blindées qui donnaient sur les pistes étaient presque toutes condamnées. Seules les double-portes automatiques qui permettaient d’y accéder et les équipements annexes qui sécurisaient l’entrée fonctionnaient encore et faisaient l’objet d’un soin particulier.

La navette atterrit dans un nuage de poussière. Une fois les moteurs arrêtés, Thétis soupira et vérifia soigneusement l’étanchéité de sa combinaison avant de quitter son poste de pilotage. Les deux soldats qui gardaient l’entrée quittèrent leur poste et vinrent à sa rencontre pour l’aider à sortir l’unité de transport de la soute. Tous prirent ensuite la direction du bâtiment principal. Thétis s’arrêta subitement alors qu’il n’était qu’à quelques mètres de l’entrée et regarda vers l’horizon. Là-bas, à quelques kilomètres, se trouvait l’un des endroits les plus terrifiants de l’univers : les mines et les usines de retraitement, à peine identifiables car masquées par des émanations de gaz hautement toxiques et des panaches de fumées nocives rejetés dans une atmosphère déjà polluée par la radioactivité.

Bienvenue en enfer. Bienvenue sur Akérèbe la Rouge.

Reprenant ses esprits, il poursuivit sa route et franchit les trois sas de sécurité. Une fois en sécurité, il ôta son casque et se débarrassa de sa combinaison. Il se passa la main dans ses cheveux bleus et réajusta son uniforme bleu nuit aux épaulettes blanches et ses gants noirs pour gagner la salle des commandes dont le blindage de protection venait d’être refait. Le responsable du Camp l’y attendait.

- Heureux de vous revoir, lieutenant Thétis, l’accueillit-il de sa voix rauque.

- Moi aussi, Capitaine. Je ne resterai cependant que quelques minutes. Il me faut repartir dans les plus brefs délais pour rejoindre notre flotte. Je ne vous ai amené qu’un seul prisonnier, mais un homme de valeur.

- Vraiment ? Et de qui s’agit-il ? demanda-t-il, intrigué.

- De l’un des nôtres, du professeur Ezequios.

Le visage du Capitaine se crispa. Il ne croyait pas ce qu’il venait d’entendre. Comment un des cerveaux les plus brillants du Groupe de Recherches Scientifiques de la Division Ruine avait-il pu se retrouver dans une situation pareille ? Thétis poursuivit.

- Ce cher professeur s’est mis dans ce pétrin tout seul. Il s’est emparé d’un appareil « top secret » et fait échouer une mission de la plus haute importance. Son attitude a en outre failli coûter la vie au Commandant Végalina.

- Je comprends. Je connais le Commandant Végalina. Elle s’est plusieurs fois rendue sur Akérèbe, que ce soit de sa propre initiative ou sur les ordres du Grand Stratéguerre. Je ne souhaite à personne de l’avoir pour ennemie. Soyez tranquille, notre cher professeur subira le traitement « habituel ».

- Le Commandant Végalina vous en sera reconnaissant. Je dois partir, à présent.

- Un instant, lieutenant. Avant que vous ne partiez, j’aimerais vous poser une question. J’ai entendu dire que notre planète Stykadès n’existait plus. Est-ce exact ?

Thétis acquiesça en baissant les yeux.

- Je ne connais pas tous les détails, mais c’est malheureusement le cas. Afin de compenser cette perte, la plupart de nos forces se trouvent actuellement dans une galaxie différente de la nôtre. C’est en menant une attaque massive contre ceux qui occupent, pour l’instant, cette planète que nous convoitons que notre Commandant a failli mourir par la faute de celui qui se trouve actuellement dans cette unité de transport.

- Tout s’explique. Ce comportement est inexcusable et il est logique que ce cher professeur se retrouve ici. Le Commandant Végalina ne supporte pas le moindre échec ou la moindre insubordination. Certains de nos propres hommes en ont d’ailleurs fait les frais.

- C’est exact. J’ai eu l’occasion d’effectuer plusieurs trajets entre Stykadès et Akérèbe à bord de nos transporteurs par le passé et j’ai vu, parmi les prisonniers de guerre et les survivants des mondes conquis, les visages de ceux qui avaient eu le malheur d’échouer au combat ou désobéi aux ordres. Je n’ai rien oublié de cela. Mais pour en revenir à votre question première, je vous demande faire preuve de discrétion. Cette information est et doit demeurer confidentielle.

- Vous avez ma parole, lieutenant. Bonne route.

- Merci.

Thétis quitta la pièce et renfila son équipement. Une fois vêtu et casqué, il regagna sa navette en courant et prit place à l’intérieur. Celle-ci prit son envol quelques minutes plus tard pour reprendre le chemin du Camp de la Lune noire. Bras croisés, le Capitaine la regarda s’éloigner, puis disparaître à travers les volutes de fumées des mines et des usines toutes proches. Il soupira longuement à ce qu’il venait d’apprendre. Qu’allait-il devenir, maintenant que Stykadès avait été détruite ? Serait-il condamné, lui et ses hommes, à demeurer sur cette terre morte pour toujours ? Il n’avait pas de réponse.

Après avoir réajusté ses gants, il se rendit dans le hall d’entrée et considéra avec attention  l’unité de transport, toujours posée à même le sol. Il fit un signe de la main aux deux soldats qui se trouvaient près du sas de sécurité et s’adressa ensuite à eux en la désignant du doigt.

- Emmenez le conteneur et déposez-le dans l’une des cellules souterraines. Vous libérerez son occupant une fois à l’intérieur. Pas avant.

Les deux soldats obtempérèrent. Ils se saisirent du conteneur et empruntèrent successivement l’ascenseur intérieur et un couloir faiblement éclairé pour rejoindre le bâtiment annexe qui,  s’il était extérieurement tout aussi délabré que son voisin, comportait un niveau souterrain inconnu du tous ou presque. Seul le Grand Stratéguerre et quelques autres « élus » étaient au courant. Même Végalina ignorait son existence.

Situé plusieurs mètres sous la surface et théoriquement à l’abri de toute substance radioactive susceptible de mettre en danger ceux qui s’y trouvaient, ce niveau comportait deux rangées de cinq cellules séparées par un large couloir. Elles étaient relativement vastes, lumineuses et bien chauffées, ce qui constituait un véritable luxe. Les murs de béton étaient protégés d’un côté comme de l’autre par un blindage de deux mètres d’épaisseur fait d’un alliage dont les composants étaient tenus secrets. Les portes qui permettaient d’y accéder étaient faites du même métal et seule une petite ouverture destinée à la distribution de nourriture rompait la pseudo-harmonie de l’ensemble. Hormis les prisons militaires bâties par les soldats du Génie sous le palais royal de Véga sur Stykadès, il n’existait aucun endroit comme celui-ci.

Seules deux cellules étaient occupées. Contrairement aux autres prisons véghiennes, les deux détenus, un homme et une femme, bénéficiaient d’un traitement de faveur bien particulier qui déplaisait fortement à ceux qui étaient chargés de leur surveillance. Les détenus étaient mieux traités qu’ils ne l’étaient eux-mêmes et cela ne leur plaisait pas. Ce qu’ils voyaient était pour eux inadmissible : il s’agissait d’une prison et pas d’une résidence princière ! Ce régime était cependant logique lorsqu’on connaissait leur véritable identité. Peu de gens connaissaient la vérité.

Sa cellule était la dernière, au fond du couloir, côté droit. C’était une femme, âgée d’une cinquantaine d’années. Elle était élégamment vêtue d’une longue robe jaune et mauve. Un fin diadème doré serti d’émeraudes qui avait au fil des ans perdu tout éclat couronnait ses longs cheveux d’un rouge sombre légèrement violacé. Les traits fins de son visage reflétaient une immense tristesse. Sa peau était très pâle et ses yeux d’un bleu très profond. Le temps n’avait pour elle aucune importance, aucune signification. D’aussi loin qu’elle en souvenait, il lui semblait toujours avoir vécu entre ces quatre murs … alors que c’était loin d’être le cas.

Si les gardes connaissaient la vérité, ils penseraient immédiatement que sa vraie place n’était pas dans une cellule sur Akérèbe, mais bien sur Stykadès aux côtés du Grand Stratéguerre.

Elle s’appelait Cydonia.

Mais aux yeux de tous, de l’obscur subalterne au plus côté des généraux en service, ce nom autrefois révéré n’était plus qu’un souvenir.

Tout le monde savait que la reine Cydonia avait été tuée bien des années auparavant dans l’explosion de son vaisseau amiral alors qu’elle était en visite officielle sur la planète Lucida, située aux confins de la nébuleuse de Véga. Contrairement aux mesures de sécurité en vigueur pour tout déplacement impliquant un ou plusieurs membres de la famille royale, seuls quelques gardes armés et deux officiers se trouvaient à bord et le vaisseau lui-même n’avait bénéficié d’aucune escorte. Pour tous ceux qui étaient opposés à un éventuel rapprochement entre Lucida et Stykadès, c’était une opportunité qu’il ne fallait pas laisser passer : enlever Cydonia était la première partie d’un plan qui devait, à terme, leur permettre de conquérir le pouvoir, puis d’étendre leur influence sur les autres planètes de la nébuleuse. Ce plan échoua misérablement puisque l’assaut contre le vaisseau, mené par des hommes déterminés mais inexpérimentés, se termina dans un bain de sang.

Rapidement mis au courant par ses services de renseignements, le Grand Stratéguerre avait réagi avec fermeté en envoyant ses meilleurs hommes sur les lieux. Ces derniers, armés jusqu’aux dents et menés par des officiers expérimentés à l’instar du général Hydargos, ne firent pas de détail et, avec l’accord du pouvoir en place, massacrèrent tous les opposants présents sur les lieux. Ceux qui avaient échappé aux rafles organisées dans la capitale et les villes environnantes furent rapidement rattrapés et exécutés à leur tour. D’autres furent torturés et battus à mort pendant plusieurs jours avant de rendre leur dernier soupir … et tout cela pour rien.

Certes, un vaisseau amiral avait bien été détruit. Tous les soldats et les hommes d’équipage présents à son bord avaient été tués, au même titre que certains haut-dignitaires favorables à un rapprochement avec Stykadès. Mais cette « agression inqualifiable » telle qu’elle avait été décrite et rapportée à la population n’était rien d’autre qu’une gigantesque et coûteuse mise en scène qui n’avait pour seul but que de faire croire à la mort de la Reine, « assassinée par des brutes sans foi ni loi ».

Grâce à ce stratagème diabolique, le Grand Stratéguerre avait atteint les deux objectifs qu’il s’était secrètement fixés : convaincre la population du bien-fondé de ses actions en démontrant que les régimes en place sur certaines planètes de la nébuleuse constituaient une menace potentielle pour la pérennité du royaume de Véga … et se débarrasser de son épouse qui, sans le savoir, était devenue trop  « gênante ». Elle constituait un obstacle qu’il lui fallait impérativement écarter pour mettre en œuvre son projet de domination des mondes.

Tous deux avaient en effet une conception différente de l’exercice du pouvoir. Lui, impatient, autoritaire, agressif, se préoccupait essentiellement de politique extérieure et ne songeait qu’à étendre son influence sur les mondes environnements, quitte à employer la force pour les soumettre, ce qui déplaisait fortement à son épouse qui, malgré le protocole, ne se privait jamais de dire ouvertement ce qu’elle pensait. « Quand quelque chose te déplaît ou te résiste, tu ne penses qu’à employer la force. Tu ne sais résoudre tes problèmes que par la violence ! », lui avait-elle dit lors au cours d’une de leurs (nombreuses) disputes. Elle était son exacte opposée : calme, posée, souriante, accessible, ouverte sur le monde et réfractaire à toute forme de violence, ce qui lui valait le respect de tous. Elle voyait plus loin que les frontières du royaume de Véga, ce qui lui avait permis de tisser de nombreux liens d’amitié avec les dirigeants d’autres planètes, à commencer par Euphor et sa reine, Astrida.

Malgré les responsabilités qui étaient les leurs, elles consacraient beaucoup de temps à leurs enfants, et ce pour la plus grande joie de ces derniers. Au fil de leurs rencontres, la princesse Végalia et le prince Actarus avaient appris à se connaître et à s’apprécier. Leur complicité naissante n’était pas feinte, tout comme leurs sentiments respectifs. Végalia était cependant bien plus spontanée que lui et avait fini par lui confier ses sentiments, ses rêves, ses espoirs et ce à quoi elle aspirait : une vie à deux. Ce mariage, s’il devait avoir lieu, serait autant un mariage d’amour que de raison et les deux reines étaient persuadées qu’une telle union ne pourrait que resserrer les liens entre leurs mondes respectifs. Le roi d’Euphor, dont la sagesse et le sens de la diplomatie étaient reconnus à travers toute la nébuleuse (un fait jamais remis en cause, y compris par ses détracteurs) voyait lui aussi cela d’un très bon œil, contrairement au Grand Stratéguerre qui estimait qu’un tel projet ne pouvait que nuire à ses propres ambitions.

Le jour de l’attaque, peu de temps avant que le vaisseau amiral ne quittât Stykadès pour Lucida, elle se faisait enlever par des hommes dont le nom ne serait jamais révélé. Emmenée dans le bloc médical situé dans les niveaux souterrains du palais royal à la demande expresse du Grand Stratéguerre, elle subirait plusieurs lavages de cerveau et resterait détenue dans un endroit inconnu avant d’être transférée en toute discrétion là où personne ne songerait à la chercher : sur Akérèbe la Rouge.

L’autre prisonnier se trouvait quant à lui dans la cellule opposée. Il était un peu plus âgé que Cydonia. Ses cheveux courts étaient blancs et son visage dévoré par les rides. Sa peau était d’un bleu très pâle et ses yeux jaunes avec une pupille violette. Il portait un uniforme bleu ciel à parements noirs élimé aux coudes et aux genoux, des gants noirs eux aussi abîmés et des bottes de la même couleur. Cette tenue était très similaire à celles portées par les premiers soldats intégrés à la Division Ruine, ce qui n’avait à vrai dire rien d’étonnant dans la mesure où il avait joué un rôle plus qu’actif dans la création de cette unité d’élite. Il en était même à l’origine puisque cet homme était à la fois un militaire talentueux, un pilote d’exception et un fin politicien. Son nom ? Eraska.

Le Grand Stratéguerre s’était intéressé à lui dès son arrivée au pouvoir et en avait fait l’un des hommes de base de son système. Au départ simple conseiller, il devint rapidement responsable des services de renseignement, puis chef des armées avant d’être promu Ministre de la Défense. Il occupa ce poste pendant deux ans avant de quitter ses fonctions à la surprise générale. Interrogé sur les raisons de sa démission, il s’était contenté de répondre qu’il avait d’autres projets, ce qui était effectivement le cas puisque son Maître lui avait fait une offre qu’il était impossible de refuser.

Il se retrouva ainsi à la tête d’un camp d’entraînement ultrasecret totalement indépendant de l’Académie militaire qui formait l’élite des soldats de Véga et où il avait enseigné quelques temps plus tôt. Rares étaient ceux qui connaissaient son existence. Tout ce dont il n’avait jamais osé rêver était à sa disposition : des simulateurs de vol ultra-perfectionnés, des salles d’entraînement toutes équipées, de vastes ateliers où pourraient être conçus et testés en toute sécurité et à l’abri des regards indiscrets les premiers prototypes de nouvelles machines de combat destinées à servir les armées de Véga. Comme il l’avait si souvent expliqué, l’armée aurait toujours besoin de soldats mais il savait que ces armes de destruction massive représentaient l’avenir. Véga l’avait attentivement écouté et s’était empressé d’accélérer ce processus en « invitant » d’autres savants issus d’autres planètes à collaborer avec ses propres scientifiques.

En tant qu’instructeur, il avait appris les principales ficelles du métier et aiguisé les talents de militaires d’exception aux facultés impressionnantes. L’Histoire ne retiendrait que quelques noms, à commencer par ceux du capitaine Janus et du commandant Titios. Le premier, cruel, imbu de sa personne et sans pitié était à ses yeux l’archétype du soldat idéal tandis que le second se distinguait par une intelligence et un sens tactique tout à fait exceptionnels.

D’autres officiers retinrent également son attention : deux jeunes femmes, intelligentes, déterminées et prêtes à travailler dur pour se montrer plus efficaces encore que leurs homologues masculins. La première se nommait Végalina. Eraska savait bien sûr qu’elle était la fille du Grand Stratéguerre mais elle ne s’était jamais servie de ses origines princières pour se justifier en cas d’échec. Quand elle échouait dans ses exercices, elle se remettait au travail, inlassablement. La seconde, Erea, était faite du même métal. Elle était brillante, plus douée que presque tous les autres soldats de sa promotion réunis. Toutes deux étaient promises à un brillant avenir. Il en avait la certitude.

Tous ces souvenirs appartenaient désormais au passé. Dans cette cellule où le temps semblait s’être arrêté, il avait vainement cherché une explication logique à son incarcération. Ceux qui l’avaient transféré sur Akérèbe ne s’étaient jamais expliqués à ce sujet. Celle-ci était pourtant fort simple. Tout comme Cydonia, lui aussi était devenu trop « gênant » aux yeux du Grand Stratéguerre. Il le connaissait bien et savait qu’il faisait autorité dans son domaine. Il était de surcroît éminemment respecté et sa position avantageuse le pousserait peut-être, à un moment ou à un autre, à tenter quelque chose contre lui. Ses craintes étaient cependant injustifiées puisqu’Eraska n’avait aucune ambition politique. De plus, sa fidélité et sa loyauté envers son Maître étaient à toute épreuve.

La lumière du couloir s’alluma. Les deux soldats mandatés par le Capitaine firent leur apparition et déposèrent l’unité de transport devant la première cellule. Le premier désactiva les différents systèmes de sécurité et attendit que la porte s’ouvre avant d’aider son collègue à la transporter à l’intérieur. Celui-ci posa un genou à terre et débloqua les sécurités du conteneur. Une fois leur tâche accomplie, ils quittèrent la pièce. La porte se referma quelques secondes plus tard.

Il s’écoula une dizaine de minutes supplémentaires avant qu’Ezequios ne reprenne connaissance. Il grimaça et détourna la tête en essayant de protéger ses yeux avec le revers de sa main droite couverte de sang séché de la lumière. Il avait passé les dernières 48 heures dans le noir le plus complet et le voyage avait été extrêmement pénible : pas de nourriture, pas d’eau, juste ce qu’il fallait d’oxygène et le grondement assourdissant des deux moteurs de la navette comme fond sonore. Lentement, il se redressa et tenta une première fois de quitter son sarcophage de métal. Il y renonça rapidement : son genou le faisait toujours souffrir et il hésita longuement avant de s’y risquer une deuxième fois. Mâchoires serrées et yeux fermés, il parvint à se lever et à atteindre la couchette voisine. Son esprit était toujours aussi embrouillé et il était trop affaibli pour faire appel à ses souvenirs. « Autant dormir … », pensa-t-il en s’allongeant. C’était la meilleure et la seule chose à faire.

Combien de temps avait-il réellement dormi ? Il ne le savait pas lui-même. Toujours est-il qu’il se réveilla en sursaut en entendant s’ouvrir la porte de sa cellule. Le Capitaine pénétra à l’intérieur et s’assit juste en face de lui sur l’unité de transport. Ce serait une entrevue informelle.

- Vous semblez avoir récupéré, professeur. Comment vous sentez-vous ?

- Suffisamment lucide pour savoir où je me trouve. Autrement dit aux portes de l’enfer.

- C’est une façon de présenter les choses. Si cela peut vous rassurer, vous ne subirez pas le même traitement que ceux qui posent habituellement les pieds sur cette terre morte en se demandant combien de temps ils survivront. Comme vous l’avez sans doute remarqué, je suis venu seul pour m’entretenir avec vous. Cette entrevue restera confidentielle.

- Merci pour ce « traitement de faveur » …

- Ne me remerciez pas. Ce n’est pas tous les jours que nous accueillons des « invités » de votre rang. Permettez-moi de vous faire une confidence : l’endroit où nous nous trouvons actuellement est assez particulier et rares sont ceux qui connaissent son existence. En vérité, seul le Grand Stratéguerre et ses plus proches collaborateurs sont au courant.

- Hmm. Au cas où vous l’ignoreriez, sachez que notre Maître n’est plus de ce monde. Il est soi-disant mort au combat avec ses hommes dans une autre galaxie que la nôtre. C’est du moins ce qu’on m’a dit avant que l’on ne m’envoie ici.

Le Capitaine marqua un temps d’arrêt. Thétis lui avait caché cette information. Pourquoi avait-il agi de la sorte ? Était-ce pour ne pas l’effrayer et l’inciter à poursuivre sa mission sur Akérèbe ? Il l’ignorait.

Ezequios reprit.

- Tout cela remonte à plusieurs mois. Ces évènements font suite à la destruction de notre planète-mère.

- Je suis au courant pour Stykadès. Le lieutenant Thétis m’en a apporté la confirmation voici quelques heures. Il est reparti presque immédiatement après vous avoir déposé ici pour rejoindre le Commandant Végalina et ses troupes.

- Hmm. Et vous a-t-il appris la vérité sur le Commandant Végalina ?

- De quelle vérité parlez-vous ? Soyez plus clair, demanda-t-il, intéressé.

Ezequios lui raconta toute l’histoire en marquant de nombreuses pauses. Végalina n’était pas seulement le Commandant de la Division Ruine. Elle était aussi la fille du Grand Stratéguerre, la sœur de la princesse Végalina et l’unique survivante de la famille royale de Véga. Le Capitaine écouta son récit avec attention avant de reprendre la parole.

- C’est incroyable. Jamais je n’aurais imaginé cela. Je comprends mieux certaines choses, à présent.

- J’ai encore du mal à le comprendre moi-même. A mes yeux, elle n’était et n’est toujours qu’un officier sans envergure. Un militaire de pacotille. Un soldat médiocre tout juste bon à faire la cuisine, à travailler dans les mines ou à assurer notre survie. Rien de plus …

Le ton employé par le scientifique avait progressivement changé. Sa voix était maintenant chargée de haine et de mépris envers celle qu’il jugeait responsable de sa déchéance.

- Je ne peux pas accepter que cette femme soit désormais à la tête de nos armées. C’est à la fois répugnant, honteux et dégradant de devoir obéir aux ordres d’un être « inférieur ». Si j’avais été à la tête du royaume du Véga, je les aurais toutes faites massacrer ou déporter ici pour leur montrer quelle était leur vraie place !

L’officier le regarda s’agiter avec perplexité. Il ne savait pas s’il s’agissait des premiers effets de sa captivité ou s’il était vraiment fou, mais son comportement et son mépris de la gente féminine le rendaient encore plus « dérangé » à ses yeux. « Peut-être génial, mais incontestablement dangereux. Sa présence ici est plus que justifiée … », songea-t-il avant de prendre la parole.

- Ce que je viens d’entendre me suffit. Je comprends votre point vue … tout comme je comprends celui du Commandant Végalina à votre sujet, professeur.

- Je me fiche de ce que vous pouvez penser. La Division Ruine ne peut tolérer la présence d’officiers et de soldats aussi insignifiants que cette misérable créature. Le jour où nous nous croiserons de nouveau, je la tuerai de mes propres mains !

- Et vous mourrez dans les secondes qui suivront. Le Commandant Végalina n’est pas un officier comme les autres, contrairement à ce que vous semblez penser. Si elle est désormais en charge de notre Division Ruine, ce n’est pas le fait du hasard. Elle n’a bénéficié d’aucun passe-droit et elle a travaillé dur pour en arriver là, sans jamais se soucier du regard des autres. Tous ceux qui l’ont côtoyée sur les champs de bataille vous le diront : elle serait prête à mourir pour ses hommes et elle nous a prouvé sa loyauté plus d’une fois.

Il poursuivit le fil de son raisonnement.

- Plusieurs centaines d’entre nous ont combattu sous ses ordres. Nous avons remporté bien des victoires avec des pertes minimes. Un officier « médiocre » se serait contenté de rester caché derrière ses troupes en guettant une faute de l’ennemi pour remporter la victoire et récolter tous les honneurs. Le Commandant Végalina n’a jamais agi de cette manière, bien au contraire. Chaque offensive était minutieusement planifiée et elle était toujours en première ligne sur le terrain. Elle nous montrait ce que DEVAIT être un officier de la Division Ruine. C’était un meneur, un vainqueur.

- Tout cela n’est que sornettes ! Il n’y a pas que les fumées toxiques et la radioactivité qui peuvent vous tuer ou vous rendre fou sur cette maudite planète ! Je pense que vous avez vous aussi été contaminé. Vous êtes aussi fou et aussi stupide qu’elle. Rien que pour cela, vous devriez mourir vous aussi. Et vous mourrez dès que je deviendrai le chef suprême des armées de Véga … car je le deviendrai.

Ezequios semblait avoir perdu tout bon sens. Tout n’était plus que haine et chaos dans son esprit et le Capitaine l’avait compris. Il s’estimait être à présent celui qui devait commander les troupes de Véga comme il estimait être le seul scientifique susceptible de seconder, voire de supplanter le général Akéron dans l’élaboration de la technologie « Monstrogoth » quelques années plus tôt. On lui refusait toujours ce qu’il estimait lui revenir de droit. « Tous des lâches et des incapables ! », pensait-il.

Sans rien dire, l’officier pressa discrètement deux des boutons de l’émetteur qu’il portait à sa ceinture. Dans les secondes qui suivirent, deux gardiens solidement armés firent irruption dans la cellule et se saisirent manu-militari d’Ezequios. Celui-ci tenta de se dégager, mais en vain. Ils étaient bien trop forts pour lui.

- Lâchez-moi ! Je vous ordonne de me lâcher !

- Mes hommes n’ont aucun ordre à recevoir de votre part, répondit l’officier sur un ton monocorde.

Il dégaina alors son arme et fit feu. Le bruit du rayon laser fut occulté par un hurlement bestial strident : le tir l’avait atteint à l’œil droit et le sang coulait abondamment sur ses vêtements.

- Je n’apprécie guère vos propos vis-à-vis du Commandant Végalina. Vous pouvez ne pas être d’accord avec ses opinions, ses actes ou sa façon d’agir. Cependant, vous oubliez une chose : elle est à la tête de la Division Ruine et, en tant que membre de la famille royale de Véga, la seule personne qui soit à même de décider de ce qui est bon pour notre peuple. Le lieutenant Thétis m’avait expliqué les raisons de votre présence ici … mais je voulais en savoir plus. Ma curiosité est à présent satisfaite.

Il s’éloigna et lui tournait désormais ostensiblement le dos. Il avait néanmoins gardé son arme en main et reprit sur le même ton.

- Vous autres scientifiques n’avez vécu que dans vos laboratoires aseptisés. Tout ce que vous demandiez, que ce soit dans le cadre de vos expériences scientifiques ou pour la construction de nouveaux golgoths et antéraks vous était fourni sans effort. Vous n’avez jamais connu, ou si peu, la réalité du terrain. Dans votre cas, cette lacune va rapidement être comblée.

Il se retourna et tira une nouvelle fois, le blessant cette fois au genou droit. Ezequios, qui se débattait toujours malgré la douleur, sentit la brûlure du laser et hurla de plus belle.

- Vous êtes abject ! Le pire des soldats que j’aie jamais rencontré. Vous ne valez guère mieux que le Commandant Végalina. Votre stupidité vous perdra. Lorsque je deviendrai le chef des armées de Véga, vous serez l’un des premiers à être exécutés ! Souvenez-vous de mes paroles !

Guère impressionné, l’homme fit signe aux gardes de quitter la pièce. Ils s’exécutèrent et le laissèrent tomber sans ménagement sur le plancher maculé de sang. Ezequios grogna de nouveau en protégeant son œil blessé. Sa haine envers celui qui se trouvait devant lui était palpable dans l’air.

- Vraiment ? Sans remettre en cause vos certitudes, sachez que j’appartiens moi aussi à la Division Ruine. Je n’ai pas peur de mourir et n’ai que faire de vos menaces. Vous pouvez d’ores et déjà oublier ces rêves de conquête qui ont certainement dû germer dans votre esprit malade depuis longtemps.

Il tourna les talons et quitta la cellule, non sans s’adresser à lui une nouvelle fois.

- Je vous suggère de prendre un peu de repos, professeur. Vous êtes intelligent et devriez suivre mon conseil. Cette nuit qui s’annonce risque d’être la dernière nuit paisible de votre existence. Vous commencerez à travailler dès demain dans la mine principale et ferez le trajet à pied sous bonne escorte. Vous aurez du travail, professeur. Beaucoup de travail. Et si votre rendement n’est pas satisfaisant, je peux vous assurer que vous y resterez jour et nuit …

Il actionna la commande électronique qui provoquait la fermeture de la porte. Celle-ci se referma l’instant d’après dans un bruit assourdissant. Les trois autres systèmes de sécurité, y compris le système de secours branché sur un générateur auxiliaire n’ayant aucun lien avec le générateur central assurant l’alimentation en énergie de la base, se mirent en marche presque aussitôt.

Satisfait, l’officier s’éloigna. Le bruit de ses pas fut couvert par ses dernières paroles.

- Bienvenue sur Akérèbe, professeur ! J’espère que vous passerez un agréable séjour !






FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 395913asuivre

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 12 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 12 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 21 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» Les fanfiction.
» Les extraterrestres sont parmi nous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: