Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 19 ... 31  Suivant
AuteurMessage
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 16:13

venusia45 a écrit:
C'est là toute la question. On a quand même l'impression qu'ils sont "limite"... alors q'il y a de nouvelles ruses, pourront-ils faire face ? Il y a le coup de main de Tetsuya qui pourrait aider mais sera-ce suffisant ?

hikaru a écrit:
Il faut espérer que oui. Sinon ... affraid affraid affraid

=> C'est ce que j'ai essayé de faire passer .. La Division Ruine commandée par Végalina est autrement mieux structurée et armée par rapport au temps où Hydargos, Minos et Horos multipliaient les offensives contre la planète bleue. C'est aussi pour ça que j'avais trouvé intéressant le fait de faire intervenir Tetsuya et Great Mazinger.

=> A ce titre, ils reviendront bientôt ... et ils ne seront pas les seuls à venir prêter main-forte aux Aigles. Heureusement !

hikaru a écrit:
Chouette! Il était temps car elle ne peut vraiment pas continuer comme ça. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Et moi non plus.  Wink  bounce  bounce  bounce  lol!  

=> Vous devriez en savoir un peu plus d'ici la fin de l'après-midi ... si tout va bien !  Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 17:51

kimi_san a écrit:
=> Vous devriez en savoir un peu plus d'ici la fin de l'après-midi ... si tout va bien !  Very Happy

Very Happy cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 18:12

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Header12

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 014_le11




Végalina et Erea se trouvaient dans la salle de réunion qui avait été aménagée un étage au-dessus du poste de commandement de la « soucoupe amirale ». Comme ce serait dorénavant le cas pour chaque opération, elles se retrouvaient pour un débriefing complet où tout serait analysé, décrypté, affiné. Les tactiques utilisées par le prince d’Euphor et ses compagnons seraient disséquées et l’interaction entre les différents membres de la Patrouille des Aigles soigneusement étudiée, jusque dans leurs moindres détails.

La fin du combat faisait l’objet de toutes les attentions. Malgré la perte de Vénusiak, ils étaient venus à bout de l’antérak piloté par Gallas et avaient finalement regagné leur base sans encombre. Toutes deux ignoraient si le pilote du spacer jaune et rouge avait été blessé dans l’accident, mais si tel était le cas, elles comptaient bien profiter de ce handicap pour aligner, dès que possible, une nouvelle machine de combat ultra-perfectionnée. Ce serait le baptême du feu pour le premier symbiorak et Végalina ne laisserait à personne le soin de le piloter. Eslan, resté au Camp de la Lune noire pour aider Thalis dans ses recherches, participait par liaison vidéo à cette réunion et prit la parole le premier.

- Au vu de l’enregistrement, ils ne sont plus que trois, Commandant. Leur coordination devrait s’en ressentir. C’est peut-être une chance à saisir.

- C’est possible. Cependant, nous ne devons pas nous laisser griser par cette opportunité, ni sous-estimer nos adversaires comme nos prédécesseurs l’ont si souvent fait par le passé, répondit Erea.

- Tu as raison, Erea. Nous ne devons pas confondre vitesse et précipitation, sous peine de risquer un nouvel échec. Les seuls antéraks dont nous disposons en ce moment sont des modèles de première et de deuxième génération. S’ils étaient capables de résister et de mettre Goldorak en difficulté hier, ce n’est peut-être plus le cas aujourd’hui, fit Végalina d’un ton neutre.

La jeune femme poursuivit.

- Commandant Eslan, que pouvez-vous nous dire sur le premier symbiorak ? Est-il d’ores et déjà opérationnel ?

- Il n’est pas encore tout à fait prêt mais ce n’est plus qu’une question de temps à présent, Commandant. Je sais qu’il a été conçu pour opérer dans des conditions extrêmes, ce qui est une bonne chose pour nous. En effet, d’après les derniers relevés météorologiques, une vague de froid devrait s’abattre sur la Terre dans les prochains jours. Ce sera l’occasion idéale pour le tester.

- C’est encourageant. Reste à savoir quel est son niveau de performance réel. Avez-vous des informations à ce sujet ?

- Je n’ai aucune information à vous communiquer pour le moment, Commandant. Je vais essayer d’en apprendre davantage.

- Il y a encore un détail dont nous devons nous occuper, intervint Erea. En admettant qu’il soit opérationnel le moment venu, nous aurons besoin d’un officier expérimenté pour le piloter et exploiter au mieux ses capacités, que ce soit en utilisant le système de contrôle par la pensée ou des commandes manuelles classiques. Dans la mesure où la liaison pilote / machine n’en est encore qu’à ses balbutiements, nous devons nous assurer qu’un système « traditionnel » commun à tous nos appareils sera installé à bord. Rien ne doit être laissé au hasard.

- Bien, commandant Erea. Je ferai le nécessaire. Mais avant cela, il est une chose dont je souhaiterais vous parler.

- De quoi s’agit-il ? questionna Végalina.

- C’est à propos du professeur Ezequios. Nous savons qu’il est le responsable du « Projet Symbiorak » mais il semble se consacrer à un autre projet sans aucun lien avec celui-ci.

- Quelle est la nature de ce projet ?

- Je ne dispose d’aucune preuve concrète pour l’instant, Commandant. Néanmoins, selon la rumeur, cela concernerait la mise au point d’un appareil de rééducation mentale ou de quelque chose qui s’en rapproche fortement.

- Voilà qui est étrange. Nous n’avons pourtant lancé aucun programme de développement pour un appareil de ce type. Notre cher professeur nous cacherait-il quelque chose ?

- Concevoir et mettre au point pareil dispositif prend du temps et aucun membre du Groupe de Recherches Scientifiques ne semble être impliqué. Tout semble indiquer qu’Ezequios a travaillé seul et dans le plus grand secret, Végalina. Si cet appareil existe, que compte-t-il en faire ? questionna Erea.

- Difficile à dire. Il est clair qu’un équipement comme celui-ci, bien utilisé, peut être d’un grand secours en opération. J’espère qu’il a été mis au point en ce sens et pas pour autre chose.

- J’essaierai de mener mon enquête discrètement, Commandant. De cette façon, nous pourrons en apprendre davantage. Voir un scientifique comme lui œuvrer sur deux projets aussi différents peut nous porter préjudice. Et au risque de me répéter, j’estime que le professeur Nida et ses collaborateurs ne peuvent pleinement exploiter leur potentiel. Il leur faut une plus grande liberté d’action. J’en ai la certitude.

- Je tiendrai compte de vos observations. Je vous laisse le soin de mener votre enquête, commandant Eslan. Faites pour le mieux.

- A vos ordres, Commandant.

- Informez également le capitaine Thalis que je compte personnellement piloter le premier symbiorak. Même si son retour au sein du G.R.S. n’est  pas encore à l’ordre du jour, nous devons le mettre au courant. Faites preuve de discrétion : personne ne doit savoir.

Eslan et Erea marquèrent un temps d’arrêt. Ils ne s’attendaient pas à cette décision, mais ils la comprenaient. Elle poursuivit. Le ton de sa voix ne laissait planer aucune ambiguïté.

- Cette technologie est prometteuse et peut nous procurer un avantage décisif contre le prince d’Euphor et ses alliés. Nous devons faire en sorte que ce type d’appareil soit à la fois performant et fiable. Une fois cette étape franchie, nous pourrons lancer sa production. Dans la mesure du possible, nous devons limiter les pertes dans nos rangs. Si quelqu’un doit piloter cet appareil, ce sera moi et personne d’autre.

- Soit. Je respecte ton point de vue, Végalina. Je n’irai pas contre ta décision.

- Je comprends et respecte votre décision, Commandant. J’estime cependant que c’est un choix risqué. Étant donné vos relations avec Ezequios, il serait peut-être préférable de l’affecter, du moins temporairement, sur un autre projet. S’il prend connaissance de vos intentions, il risque de négliger la mise au point du symbiorak pour vous mettre en difficulté et ainsi se venger de vous …

- Vous avez peut-être raison. Je n’avais pas envisagé les choses sous cet angle. Si le symbiorak est aussi performant que nous l’attendons, nous nommerons le professeur Nida à la tête du « Projet Symbiorak » avec Ezequios comme second. Si notre cher professeur décide de s’y opposer, faites-lui comprendre que je suis la seule à décider de ce qui est bon pour notre cause.

- Très bien.

- Cette réunion est maintenant terminée. Vous pouvez reprendre vos postes.

La communication avec le Camp de la Lune noire s’interrompit. Erea quitta la pièce pour rejoindre le poste de commandement, laissant Végalina seule. Cette dernière reprit le visionnage de la bataille. Grâce à un système de zoom très élaboré, elle fit un gros plan sur le sujet qui l’intéressait : Actarus. Malgré l’âpreté de la bataille, elle put distinguer, au travers de la vitre blindée du poste de pilotage et de la visière de son casque, ses yeux. Elle les fixa intensément en esquissant un sourire diabolique.

- Tu es loin de te douter de ce qui t’attend, Actarus. Cette fois, je vais m’occuper de toi personnellement …

Sur Terre, l’ambiance était nettement plus détendue dans la salle des commandes du Centre de recherches spatiales. Face à un adversaire aussi puissant qu’imposant, les Aigles avaient remporté une nouvelle victoire, plus nette que la précédente, sur les troupes de la Division Ruine menées par Végalina. Alcor était d’ailleurs ravi par cette démonstration de force.

- Après cette défaite, je pense que tes petits camarades de Véga vont se tenir tranquilles pendant un moment, Actarus ! dit-il en souriant.

- Il ne faut pas les sous-estimer, répondit celui-ci avec prudence. Ce nouvel échec ne fera que décupler leur motivation pour nous anéantir. A l’heure actuelle, ils doivent sûrement préparer quelque chose. Nous devons rester vigilants.

- Tu as raison, mais ça ne m’empêche pas de profiter de ces quelques instants à leur juste valeur ! Tu n’es pas d’accord, Phénicia ?

- Oui, oui, Alcor. Tu as raison. Profitons de ces moments de joie, même s’ils ne sont que passagers, fit-elle d’un air absent.

Elle lui lança un sourire et reprit son sérieux avant de quitter la pièce pour rejoindre Vénusia. La jeune femme s’était isolée dans la salle de détente, à l’écart de ses équipiers, se remémorant le combat qu’ils avaient livré ensemble quelques heures plus tôt.

Elle se reprochait cette erreur qui n’en était pourtant pas une et qui, pensait-elle, aurait pu lui coûter très cher. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas tout de suite la présence de Phénicia. Elle sursauta dès qu’elle l’aperçut et reprit péniblement son souffle avant de lui adresser un regard où se mêlaient à la fois angoisse, tristesse et désespoir. Visiblement inquiète, la jeune fille vint à s’asseoir et ses côtés et s’adressa à elle d’une voix douce qui se voulait rassurante.

- Pourquoi est-ce que tu n’es pas avec nous, Vénusia ? Nous avons encore remporté une belle victoire aujourd’hui …

- Tu as raison. C’est une belle victoire … répondit-elle sans grande conviction. Mais j’ai encore fait une erreur. Une erreur bête. Je ne vous ai pas vraiment aidé à vaincre ce monstre. Vous avez remporté cette bataille sans moi.

- Il ne faut pas dire ça, petite sœur. Ce que nous vivons, ce que nous faisons, nous le faisons tous ensemble. Le reste ne compte pas. Tu as toi aussi joué un rôle dans cette victoire, même si tu penses le contraire.

- C’est possible, répondit-elle à voix basse. Mais ça ne m’empêche pas de m’en vouloir quand même. J’aurais tous pu vous mettre en danger si vous étiez venus à mon secours …

Vénusia avait visiblement le moral dans les talons, ce qui n’allait pas arranger son état de santé. C’était aussi une des raisons pour lesquelles elle n’avait pas voulu se joindre à ses amis. Ses douleurs étaient devenues plus insistantes et elle ne savait pas pourquoi. Elle essayait de se persuader que ce n’était pas grave et que cela disparaîtrait rapidement comme par le passé. Mais le temps était maintenant venu : il fallait en connaître la ou les raisons.

- Je suis sûre que tu ne me dis pas tout, Vénusia. Je sais qu’il y a autre chose. Est-ce que je me trompe ? Réponds-moi, s’il te plaît.

Elle ne répondit pas. Phénicia insista.

- Non, tout va bien. J’ai juste fait une bêtise. Tout va bien, crois-moi.

- Ce n’est pas si simple et tu le sais. Je sens que quelque chose te tracasse, et ce depuis notre retour. Tu essaies de le cacher, mais je sais que tu souffres en silence. Tu ne prends pas la peine de nous en parler. Tu sais pourtant que nous sommes là pour t’aider, non ?

- Je t’assure que tout va bien, sois tranquille … ce n’est rien. Un peu de repos et ça passera.

- Je ne pense pas que ça sera suffisant, Vénusia. Ça fait déjà deux fois que tu es victime d’un accident pendant nos combats et je suis persuadée que ce ne sont pas des erreurs de pilotage comme tu t’entêtes à le penser. Je t’en prie. Dis-moi ce qui ne va pas. Laisse-moi t’aider.

Elle garda le silence pendant quelques instants avant d’éclater en sanglots pour finalement lui raconter toute l’histoire : son mal-être à leur départ, ses crises de larmes au cours des premières semaines de séparation, seule dans sa chambre. Bien sûr, elle essayait de rien laisser paraître lorsqu’elle suivait ses cours à l’université. Elle en faisait autant quand elle était au ranch ou au Centre. Elle le cachait du mieux qu’elle le pouvait à ses camarades, à ses proches et à ses collègues, le tout au détriment de sa santé qui allait en déclinant, petit à petit. Puis ses douleurs au ventre apparurent. Espacées, isolées au début, mais qui, au fil des mois, devenaient de plus en plus fréquentes et inquiétantes. Elle aurait pu s’en ouvrir à ses amis mais elle ne l’avait pas fait. Elle gardait tout cela pour elle. Il lui fallait être forte, ne pas laisser paraître ce qu’elle considérait comme une faiblesse.

Phénicia l’écouta avec attention. Elle comprenait ce que traversait celle qui était comme une sœur à ses yeux, quelqu’un avec qui on pouvait tout partager, tout se dire. Elle prit sa main dans la sienne et la serra très fort.

- Pourquoi tu ne nous as rien dit ? Tu n’aurais pas dû garder tout ça en toi. Tu t’es retrouvée toute seule pour gérer ce trop-plein d’émotions. C’était trop lourd pour toi …

- Personne n’aurait pu comprendre ce que je ressentais dans ces moments-là. Il me manquait terriblement. Je n’arrivais pas à m’y faire. J’avais l’impression de l’avoir perdu pour toujours. Je pensais qu’il ne reviendrait jamais et qu’il finirait, avec le temps, par m’oublier …

- Tu savais pourtant que nous reviendrions tôt ou tard. Je peux te dire que c’était la même chose pour lui. Tu lui manquais bien plus qu’il ne voulait l’admettre. Tu t’es toujours montrée courageuse quand on combattait tous ensemble … même si tu restes toujours émotionnellement fragile. Ce n’est pas un reproche, je peux te l’assurer.

Elle essayait de contenir ses larmes, mais n’y parvenait pas. Elle se sentait presque honteuse de s’être montrée aussi faible.

- Vénusia, écoute-moi. Tu ne dois pas surmonter ça toute seule. Nous sommes et nous serons toujours là pour t’aider. Tu ne dois pas avoir honte de me parler, de nous parler de tes problèmes. Nous allons tout faire pour que tout s’arrange. En attendant, reprends tes esprits et essaie de te calmer. Je reviens tout de suite. Attends-moi, s’il te plaît.

Vénusia s’essuya les yeux avec un mouchoir blanc et acquiesça. Phénicia, perturbée par ce qu’elle venait d’entendre, quitta la pièce pour gagner la salle des commandes. Actarus et Alcor étaient déjà partis et les techniciens qui assuraient normalement leur service avaient également quitté leur poste. Seul le professeur Procyon s’y trouvait encore. Lui aussi semblait perdu dans ses pensées, à tel point qu’il n’entendit ni le bruit de la double-porte automatique, ni celui des pas de Phénicia.

- Professeur ?

- Oh, c’est toi Phénicia ? Excuse-moi, je ne t’ai pas entendu entrer.

- Je sais être discrète de temps en temps ! fit-elle en souriant.

Procyon sourit à son tour.

- Je suis désolée d’être partie sans rien dire tout à l’heure, reprit-elle d’un air grave. Je voulais savoir pourquoi Vénusia n’était pas avec nous et pourquoi elle ne nous avait pas rejoints.

- Tu as très bien fait, Phénicia. Est-ce qu’elle t’a donné une explication ? J’espère que ce n’est pas à cause de ce qui est arrivé aujourd’hui. Personne n’est à l’abri d’une erreur de pilotage ou d’un dysfonctionnement technique inattendu. Les premières vérifications sur son appareil ont confirmé un problème mécanique. Elle n’a rien à se reprocher.

- Je le sais … mais elle refuse de voir les choses de cette façon. Elle n’a rien voulu me dire au début, mais j’ai insisté. Elle a tout gardé pour elle pendant des mois, sans rien dire à personne. Et elle a fini par craquer.

- Mon Dieu … Je ne pensais pas qu’elle en était arrivée à ce point. Même si elle ne disait rien de son mal-être, je pensais qu’elle avait réussi, du moins en partie, à surmonter le traumatisme lié à votre départ. Mais qu’elle en soit arrivée là … J’aurais dû m’en rendre compte plus tôt …

Procyon était non seulement dépité, mais aussi furieux contre lui-même. Vénusia avait dépassé ses limites et il ne l’avait pas remarqué. Comment un détail de cette importance avait-il pu lui échapper ? Il l’ignorait et il maudissait cette faute.

Phénicia poursuivit.

- Elle m’a tout dit, professeur. Au sujet de ses douleurs. On ne peut plus attendre. Il faut qu’on lui dise la vérité.

- Tu as raison. Nous avons trop attendu. Tu devrais aller la chercher. Je vous retrouverai au bloc médical dans quelques minutes. Il serait préférable que tu restes à ses côtés pendant tout le temps que dureront les examens.

- Je vais y aller. Est-ce qu’il faut que je prévienne Actarus ?

- Je m’en occuperai personnellement. Même s’il est lui aussi concerné, je préfère attendre le résultat des examens avant de le mettre au courant. Nous devons agir en prenant toutes les précautions nécessaires.

Phénicia acquiesça et quitta la pièce pour rejoindre la salle de détente. Vénusia n’avait pas bougé et s’y trouvait toujours.

- Est-ce que tu vas mieux ?

- Tout est encore si confus, mais je crois que oui. Je me sens un peu mieux, maintenant. Je commence seulement à comprendre que je n’aurais pas dû chercher à garder toutes ces choses-là en moi. J’aurais dû vous en parler avant, mais ce n’était pas important à mes yeux et je ne voulais pas vous ennuyer pour si peu.

Phénicia s’installa auprès d’elle et prit sa main gauche dans la sienne.

- Je viens de parler au professeur de tes problèmes de santé. Il doit déjà nous attendre au bloc médical. Il est temps qu’on sache exactement ce qui se passe. Ne t’inquiète pas, petite sœur. Je resterai avec toi pendant tous les examens et même après s’il le faut. Tu ne dois pas affronter ça toute seule.

Vénusia hocha la tête en signe d’approbation. Toutes deux quittèrent la salle de détente pour rejoindre le bloc médical, situé au fond du couloir. Tous les équipements médicaux étaient branchés et Procyon était présent. Ce dernier fit signe à Vénusia de se mettre à l’aise et de s’allonger sur le brancard pour commencer les examens. Phénicia prit un siège et s’installa à ses côtés avant de prendre sa main dans la sienne.

- Courage. Je suis sûre que tout ira bien, dit-elle en essayant de se montrer rassurante.

- Je l’espère, Phénicia. Je l’espère … répondit Vénusia, inquiète.

La jeune fille lui sourit comme pour la tranquilliser.

Les examens se déroulèrent normalement. Procyon, visiblement très concentré, prit un nombre considérable de notes en scrutant les écrans de contrôle et compara les données dont il disposait avec celles du dossier médical de Vénusia. Il avait prélevé plusieurs échantillons de sang pour les analyser en détail. La jeune femme le regarda s’affairer silencieusement et, durant quelques secondes, ferma les yeux en se remémorant la transfusion qu’elle avait subi voici presque deux ans maintenant. Blessée lors du raid mené par Hydargos et ses troupes, ses chances de survie étaient minces et elle n’avait dû son salut qu’à l’intervention d’Actarus qui lui avait donné son sang. Cette opération, ou ses éventuels effets secondaires, était-elle en rapport avec ses douleurs actuelles ? Cela semblait hautement improbable mais dans son esprit, cette possibilité était réelle.

Bien qu’il fût loin d’être un spécialiste, Procyon procéda à une échographie en prenant toutes les précautions nécessaires. Il estimait cet examen indispensable et pensait qu’il permettrait de comprendre l’origine des douleurs dont se plaignait Vénusia mais aussi (et surtout) de confirmer les prémonitions de Phénicia quant à une éventuelle grossesse.

- Voilà qui est fait. Les examens sont terminés et je pense disposer toutes les informations dont j’ai besoin. Il me reste encore quelques détails à vérifier et quelques échantillons à comparer mais cela ne devrait pas être très long. Dis-toi que le pire est passé, Vénusia. Je reviendrai dès que j’en aurai terminé.

- Merci professeur, fit-elle, reconnaissante.

Procyon quitta la pièce en emportant avec lui le dossier médical de la jeune femme. En dépit des paroles rassurantes du scientifique, elle ne sentait pas tranquille pour autant. Le pire était passé, lui avait-il dit. Mais peut-être que le pire était à venir, lorsqu’il lui annoncerait le résultat des examens. Elle avait peur d’entendre ce qu’il avait à dire et Phénicia l’avait parfaitement compris.

- Ne t’inquiète pas, Vénusia. Sois confiante et n’aies pas peur. Je resterai près de toi quoi qu’il arrive. Je suis sûre que tout ira bien.

- Je le souhaite de tout cœur. Mais j’ai peur de ce que je vais apprendre.

Procyon refit son apparition quelques minutes plus tard dans le bloc médical et regarda une dernière fois ses notes ainsi que le résultat des différents examens et analyses qu’il venait d’effectuer. L’ordinateur avait rendu son diagnostic : aucun doute n’était possible. Il déposa le dossier sur sa table de travail et se tourna en direction des deux jeunes femmes qui ne l’avaient pas quitté des yeux. Elles guettaient ensemble le verdict. Vénusia prit la parole la première.

- Alors, professeur ? Pouvez-vous me dire de quoi je souffre ? S’il vous plaît, soyez honnête avec moi. Je veux savoir ce qui m’arrive, même si c’est grave.

Il esquissa à cet instant un léger sourire. Elle ne comprenait pas.

- Je pense que ces douleurs, bien qu’inhabituelles, sont tout à fait compréhensibles au vu de ton état de santé, Vénusia. Je te rassure, il n’y a rien de grave. Ce que tu traverses en ce moment est plutôt normal, à vrai dire. C’est dans la logique des choses.

- Que voulez-vous me dire ?

- Je pense que les félicitations s’imposent. Tu es enceinte.

Elle en eut le souffle coupé. Elle ne parvenait pas y croire. C’était impossible. Il avait dû se tromper.

- Vous en êtes vraiment sûr, professeur ?

- Le résultat des différents examens ne fait aucun doute. L’analyse des échantillons de ton sang confirme également ce diagnostic. La marge d’erreur est d’à peine 5% contre plus de 15% ailleurs. Je pense que la transfusion que tu as subie peut aisément expliquer ce phénomène.

- Mais alors … pourquoi est-ce que je ne me suis rendue compte de rien ?

- Tu n’en avais pas conscience. Ton questionnement est logique dans la mesure où nous n’avons constaté aucun changement physique et aucun symptôme pouvant évoquer une possible grossesse, exception faite des douleurs dont tu viens de parler. Dans la mesure où tu ignorais tout de ton état, tu n’as pas pu faire le lien alors que celui-ci existe bien.

Il poursuivit.

- Ce sont justement ces douleurs ainsi que les examens que nous venons de pratiquer qui nous ont permis de découvrir ta future maternité. Sans ces douleurs et en l’absence de tout symptôme, tu aurais très bien pu mener ta grossesse à terme sans que tu ne te rendes compte de la situation, ce qui aurait pu s’avérer problématique le moment venu. Ta physiologie est relativement différente de celles des jeunes femmes de ton âge, je n’ai pas besoin de te le rappeler.

Vénusia acquiesça. Phénicia, qui avait gardé sa main dans la sienne, s’adressa à elle d’une voix douce.

- Tu vas être maman, petite sœur ! Tu ne trouves pas que c’est une excellente nouvelle ?

La jeune femme esquissa un très léger sourire et baissa la tête. L’impact émotionnel était énorme et elle aurait sûrement besoin de plusieurs heures pour réaliser exactement ce que cela signifiait. Sans qu’elle ne le réalise, de fines larmes, presque invisibles, se mirent à couler sur ses joues. C’est à cet instant qu’Actarus fit irruption dans la pièce, complètement essoufflé.

- Je viens seulement d’avoir ton message, père. Je suis venu aussi vite que j’ai pu. Tu m’as dit qu’il s’agissait de Vénusia et que son état de santé nécessitait ma présence. Que se passe-t-il exactement ? Rien de grave, j’espère ?

Phénicia et Procyon se regardèrent furtivement et sourirent. Vénusia, toujours silencieuse, le fixait intensément.

- Rassure-toi mon fils, tout va bien. Ta présence était effectivement indispensable et tu ne devais en aucun cas rester à l’écart car cela te concerne au plus haut point.

- De quoi s’agit-il ?

- Je pense que …

Il ne put terminer sa phrase. Phénicia l’interrompit et lui annonça la bonne nouvelle. Elle n’avait pu dissimuler ni son impatience, ni son excitation.

- Tu vas devenir papa, grand frère !

Actarus resta figé pendant quelques instants. Comme Vénusia avant lui, il ne savait ni quoi dire, ni que penser et Procyon l’avait vite compris. Il vint à lui et posa la main sur son épaule.

- Actarus, te rappelles-tu ce dont nous avions parlé voici quelques années suite aux ennuis rencontrés par Capella, la fiancée de notre ami Argoli ?

- Oui père, dit-il en hochant la tête. Je m’en souviens très bien. « Bien ne résiste à l’amour ». Et tu avais ajouté qu’un jour, je finirais par comprendre.

- Ce jour est arrivé, mon fils. Toutes mes félicitations.

- Si vous voulez bien nous excuser, nous allons vous laisser tranquilles ! Je pense que vous avez pas mal de choses à vous dire ! conclut Phénicia, avec malice.

Procyon et Phénicia quittèrent le bloc médical, les laissant seuls. Vénusia n’avait pas dit un mot depuis qu’il était entré et s’était contentée de le regarder. Actarus vint près d’elle et prit sa main dans la sienne. Les larmes se firent plus abondantes sur les joues de la jeune femme qui prit la parole la première.

- Je ne parviens pas à le croire … Même dans mes rêves les plus secrets, je n’avais pas osé imaginer ce que nous vivons en ce moment, Actarus. Que tu sois revenu après cette si longue séparation avait été un merveilleux cadeau … mais celui-ci est le plus beaux de tous ceux que tu aurais pu m’offrir. Je ne peux pas expliquer ce que je ressens en ce moment, ici, maintenant. Tout ça me semble tellement … Tellement …

- Je ne trouve pas de mots moi non plus pour l’expliquer … mais sache que je n’ai jamais ressenti ce que je ressens en ce moment. C’est peut-être …

- … la chose plus inattendue qui soit … mais aussi la plus belle, Actarus. Oui, la plus belle.

Vénusia avait repris exactement la phrase qu’Actarus allait terminer, au mot près.

- C’est une nouvelle histoire qui commence, Actarus. Une nouvelle vie … et pour moi un nouveau rêve. Tout ça me semble encore si irréel, si soudain …

- Je ne parviens pas à réaliser à ce qui nous arrive, moi non plus. Je crois que tu as trouvé les mots justes pour décrire nos émotions …

- Peut-être … mais par-dessus tout, je voudrais …

Elle s’interrompit un bref instant avant de se reprendre.

- Profitons de ce moment, Actarus. Rien que toi et moi. Et lui aussi.

Le prince acquiesça et la prit dans ses bras, non sans verser une larme à son tour. Vénusia avait bien résumé les choses.

C’était le début d’une nouvelle vie.



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 19:52

Gniark gniark j'en étais sûre...Bon, elle a fait un sacré déni de grossesse quand même, et tout n'est pas rose layette pour autant. Végalina n'est pas du genre à tricoter les chaussons et à leur présenter ses félicitations, mais plutôt à contrarier cette bonne nouvelle. Hâte de voir aussi la réaction de Rigel Wink Mais cette parenthèse leur fait du bien à tous les deux et permet enfin à Vénusia de s'épancher, il était temps !

Reste à voir ce que c'est que ce symbiorak qui ne me dit rien qui vaille !

Merci Kimi cheers
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 22:04

cheers Very Happy cheers Very Happy cheers Hip hip hip hourra !!!!! cheers Very Happy cheers Very Happy cheers

Enfin la bonne nouvelle que j'attendais. bounce bounce bounce

Toutefois, je me demande comment vont réagir les autres et surtout Riguel.  scratch

En tout cas, c'est une super nouvelle, même si ce petit bout n'a pas franchement choisi le meilleur moment pour venir avec Végalina qui menace. affraid

Que dire de plus que félicitation aux futurs parents et merçi Kimi_san pour cette belle nouvelle. Maintenant, je suis sûre de faire de beaux rêves. I love you Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 0:18

merci Kimi pour ce superbe chapitre tout en émotion !!! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 7:16

Merci Kimi

Un magnifique chapitre où enfin Vénusia et Actarus savent ce que je soupçonne depuis le début Very Happy bon maintenant je pense que ça va pas être rigolo pour la patrouille des aigles vu ce que Végalia prépare

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 9:17

venusia45 a écrit:
Gniark gniark j'en étais sûre...Bon, elle a fait un sacré déni de grossesse quand même, et tout n'est pas rose layette pour autant.

hikaru a écrit:
Enfin la bonne nouvelle que j'attendais. bounce bounce bounce

Kass01 a écrit:
Un magnifique chapitre où enfin Vénusia et Actarus savent ce que je soupçonne depuis le début Very Happy

=> Et voilà ... c'était le moment que tout le monde attendait !

venusia45 a écrit:
Hâte de voir aussi la réaction de Rigel Wink Mais cette parenthèse leur fait du bien à tous les deux et permet enfin à Vénusia de s'épancher, il était temps !

Hikaru a écrit:
Toutefois, je me demande comment vont réagir les autres et surtout Riguel.  scratch

=> C'est un point intéressant, en effet. Je n'ai traité le cas de Rigel que brièvement. Il faudra que je retouche ça dès que possible. Mais si Phénicia n'avait pas insisté aussi lourdement, est-ce que Vénusia aurait finalement admis qu'il était temps de connaître l'origine de ses douleurs ?  affraid

Hikaru a écrit:
En tout cas, c'est une super nouvelle, même si ce petit bout n'a pas franchement choisi le meilleur moment pour venir avec Végalina qui menace. affraid

venusia45 a écrit:
Végalina n'est pas du genre à tricoter les chaussons et à leur présenter ses félicitations, mais plutôt à contrarier cette bonne nouvelle.

Kass01 a écrit:
bon maintenant je pense que ça va pas être rigolo pour la patrouille des aigles vu ce que Végalina prépare

=> Pas vraiment, non ... puisque Végalina et les siens ont décidé de passer à la vitesse supérieure et ce dès le chapitre #15 avec le premier grand arc du récit (ce qu'on pourrait par exemple considérer comme un épisode-double dans la série.

Hikaru a écrit:
Que dire de plus que félicitation aux futurs parents et merçi Kimi_san pour cette belle nouvelle. Maintenant, je suis sûre de faire de beaux rêves. I love you Very Happy

=> Tu as bien dormi, au final ?  Very Happy

venusia45 a écrit:
Reste à voir ce que c'est que ce symbiorak qui ne me dit rien qui vaille !

=> Non ... vu que c'est le premier d'une nouvelle génération de monstres !

Gurendaizä a écrit:
merci Kimi pour ce superbe chapitre tout en émotion !!! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2636677666

=> You're welcome ! La suite arrive !

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 11:31

Citation :
Pas vraiment, non ... puisque Végalina et les siens ont décidé de passer à la vitesse supérieure et ce dès le chapitre #15 avec le premier grand arc du récit (ce qu'on pourrait par exemple considérer comme un épisode-double dans la série.

Oh là là j'ai l'impression que je vais devoir affuter mon astérohache !!! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 1752787198 Wink

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 11:34

Gurendaizä a écrit:
Oh là là j'ai l'impression que je vais devoir affuter mon astérohache !!! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 1752787198 Wink

=> Je ne pense pas que cela suffira ! Vérifie le fonctionnement de tout ton arsenal ... affraid

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 12:13

Avec tout ce que tu promets, je pense en effet que cela sera nécessaire ! Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 12:26

Gurendaizä a écrit:
Avec tout ce que tu promets, je pense en effet que cela sera nécessaire ! Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 1752787198

=> Tout juste ! L'épisode #15 arrive !


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2449550244

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 16:52

kimi_san a écrit:
Hikaru a écrit:
Que dire de plus que félicitation aux futurs parents et merçi Kimi_san pour cette belle nouvelle. Maintenant, je suis sûre de faire de beaux rêves. I love you Very Happy

=> Tu as bien dormi, au final ?  Very Happy

Sleep Sleep Sleep

Parfaitement bien, merci. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 18:59

lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 19:28

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Header14

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 015_la10





Le calme régnait dans les coursives du vaisseau amiral, stationné à quelques encablures de ce qui avait été le Camp de la Lune noire. Au terme d’une journée éprouvante et en tout point similaire aux précédentes, le commandant Eslan s’était retiré dans ses quartiers pour prendre un peu de repos. Lui et Thalis avaient travaillé jusqu’à une heure tardive pour décrypter les fichiers contenues dans les armoires de stockage de la salle des archives de l’ancienne base véghienne. Des heures de recherches et apparemment pour rien : pas le moindre indice, pas la moindre information susceptible d’être utilisée dans la lutte qui opposait la Division Ruine aux membres de la Patrouille des Aigles. Même si son collègue lui avait demandé de se montrer patient, il commençait à perdre espoir.

Il se leva de sa couchette et jeta un œil au dehors. De là où il se trouvait, il pouvait apercevoir la planète bleue, cette planète qui s’était toujours refusée au Grand Stratéguerre et à ses troupes. Bien des hommes et des machines de guerre, qu’il s’agisse de navettes, de golgoths ou d’antéraks avaient été envoyés au combat dans le seul but de vaincre Actarus et de détruire Goldorak. Tous avaient échoué dans leur mission. Une mission qui était à présent la leur. La sienne. Perdu dans ses pensées, il ne savait pas s’il en serait capable. Il paraissait sûr de lui devant ses officiers supérieurs, ses frères d’armes ou ses quelques (rares) amis, mais seul entre quatre murs, sa belle assurance s’envolait.

Ce fut à cet instant que l’émetteur qu’il portait à sa ceinture se mit à sonner avec insistance. Il n’avait aucune idée de ce dont il s’agissait, mais cela devait être important pour qu’on le dérange à cette heure. Il enfila le haut de son uniforme, réajusta son col et ses gants, puis descendit au niveau inférieur pour prendre les commandes de sa navette et faire route vers le périmètre de forage mis en place par les soldats du Génie pour faciliter l’accès au quatrième sous-sol, là où se trouvait la salle des archives. Une fois posé, il descendit de son véhicule et s’entretint quelques instants avec le lieutenant Pandia avant de descendre dans le puits pour y retrouver Thalis. Celui-ci l’attendait et même s’il n’avait pas dormi depuis plusieurs jours, il semblait ne ressentir aucune fatigue.

- Tu m’as fait demander ?

- Tout juste, mon ami. Viens avec moi. Je pense avoir trouvé quelque chose d’intéressant qui pourrait bien nous servir par la suite …

- De quoi s’agit-il ?

- Tu le verras sur place ! répondit Thalis en lui adressant un sourire énigmatique.

Tous deux prirent place derrière l’un des terminaux installés au fond de la pièce. Celui-ci, qui disposait d’une puissance supérieure aux modèles dits standard et d’un écran ovale venait juste d’être installé : on pouvait nettement distinguer nombre de câbles électriques sur le plancher, déjà sérieusement endommagé lors de la destruction du Camp ordonnée par le Grand Stratéguerre lors de son ultime offensive contre la Terre en signe de non-retour. Dès qu’il prit connaissance des données qui s’affichaient progressivement sur l’écran, Eslan ne put masquer sa surprise.

- C’est incroyable ! C’est exactement ce dont nous avions besoin …

- Preuve que notre travail commence à porter ses fruits. Nous avons déjà trouvé ceci … et il nous reste encore plus de 80% des fichiers sauvegardés à analyser. Nous avons toutes les chances de faire d’autres découvertes du même genre dans les prochains jours. En attendant, je vais sauvegarder ces données sur notre serveur principal et en faire une copie pour que le Commandant Végalina puisse les consulter. Tu devrais l’en avertir.

- J’y vais à l’instant. Une dernière chose, cependant : attends-toi justement à être convoqué par notre Commandant dans les jours à venir. Il désire s’entretenir personnellement avec toi. Je pense que c’est en rapport avec nos précédentes discussions.

- Très bien.

Eslan rebroussa chemin et, une fois à bord de son appareil, fit route vers la nouvelle soucoupe amirale qui s’était posée quelques kilomètres plus loin. Suite à l’offensive précédente, marquée par la destruction de l’antérak du capitaine Gallas, l’engin véghien avait fait demi-tour et quitté l’atmosphère terrestre pour retourner au Camp de la Lune noire sans toutefois rejoindre son hangar situé sur le vaisseau amiral. Végalina et Erea devaient encore se trouver à bord. Il en était persuadé.

Le sas d’entrée était resté ouvert. L’officier n’eut aucun mal à atterrir sur l’une des rampes de lancement. Il coupa ses moteurs et quitta son poste de pilotage pour rejoindre le poste de commandement. Celui-ci était désert : aucun soldat n’était présent, ce qui le prit au dépourvu : c’était le genre de chose qui n’arrivait pourtant jamais. Il fit demi-tour et prit l’initiative, presque insensée, de se rendre directement dans les quartiers du Commandant Végalina pour lui parler. Sa démarche, pourtant logique, risquait cependant de lui coûter cher : le dernier officier qui avait osé en faire autant avait fini dans un cercueil étanche qui fut ensuite placé en orbite autour d’Akérèbe la Rouge. Aussi prit-il le temps nécessaire avant de commettre l’irréparable.

De l’autre côté de la porte blindée, Végalina ne dormait pas. C’est bien simple, elle ne dormait plus depuis des jours et les quelques moments de repos qu’elle s’accordait ne duraient jamais bien longtemps. Elle avait appris bien des choses lors de ses retrouvailles avec Actarus et notamment l’existence de cette jeune femme qui devait à présent partager sa vie. Cette révélation l’avait inexplicablement troublée. Elle se leva de sa couchette et allait se désaltérer lorsqu’elle entendit sonner son émetteur. Elle détestait cette sonnerie, tout comme elle détestait qu’on la dérange à une heure aussi tardive, même si elle ne dormait pas. Elle but son verre d’une traite et le déposa sur sa table de chevet, puis réajusta son uniforme et désactiva manuellement le verrouillage de la porte. Eslan se tenait là, devant elle, son émetteur en main. Végalina le repoussa sèchement contre le mur opposé et resserra sa main autour de son cou, visiblement hors d’elle.

- J’ose espérer que vous avez une bonne raison de me venir me déranger à cette heure-ci, commandant. Le dernier qui a osé le faire n’est plus là pour en parler.

- Cela me semblait important, Commandant. Je crois que vous devriez venir en salle de réunion. Ce que je veux vous montrer est, selon moi, essentiel pour nos futures offensives contre la Terre.

- Très bien. J’espère que ce que vous dites est vrai. Je vous y retrouve dans cinq minutes et ferai en sorte que le commandant Erea soit également présent.

- A vos ordres, Commandant.

L’officier se rendit alors dans la salle pour finaliser les dernières transactions permettant la liaison entre la salle de réunion et le serveur qui contenait toutes les informations collectées par Thalis et ses hommes. La plus grande partie des données, toujours cryptée, avait déjà été téléchargée et plusieurs traitements étaient en cours, ce qui n’empêcherait pas Eslan de faire son exposé. Végalina lui adressa un regard noir en passant devant lui tandis qu’Erea le considéra avec curiosité. Toutes deux étaient impatientes d’en savoir plus.

- Tout d’abord je tiens à …

- Cessons les préliminaires et venez-en au fait. Qu’avez-vous découvert ?

- Le Commandant Végalina a raison, commandant Eslan. De quoi s’agit-il ?

- Nous avons décrypté un peu moins de 20% des fichiers qui se trouvent dans les armoires de stockage du Camp de la Lune noi …

- Je vous ai dit d’en venir à l’essentiel ! répondit Végalina en lui coupant sèchement la parole.

- A vos ordres. Les informations que je vais vous montrer nous seront certainement d’une très grande utilité pour nos futures attaques contre la Terre.

- Et en quoi consistent ces informations ? demanda Erea qui montrait elle aussi un certain agacement.

- Il s’agit tout simplement du profil détaillé de nos adversaires, Commandant. Ceux qui nous ont précédés étaient peut-être incompétents, mais ils prenaient la peine de faire des sauvegardes régulières.

- C’est également notre cas, commandant Eslan. Et, à ma connaissance, nous ne sommes pas incompétents.

- Excusez-moi, Commandant. Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Voici les renseignements que nous venons de télécharger.

Erea et Végalina fixèrent l’écran avec intérêt. Il n’avait pas menti. Ces informations, regroupées sous la forme de fiches extrêmement détaillées, pourraient bien leur servir, et même plus rapidement que prévu …

- Nous allons étudier tout cela avec attention, commandant Eslan. Vous pouvez disposer et prendre un peu de repos si vous le souhaitez.

- A vos ordres, Commandant.

Eslan les salua et quitta la pièce, laissant les deux jeunes femmes derrière lui. Erea fut la première à réagir.

- C’est une très bonne nouvelle, Végalina. Finalement, il a bien fait d’insister lorsqu’il souhaitait essayer de récupérer des informations intéressantes sur Actarus et ses amis.

- Tu as raison. Regardons ces fiches de plus près. Mieux nous les connaîtrons et plus nous serons à même de les combattre efficacement.

Végalina s’installa devant le terminal et appuya sur l’un des boutons rectangulaires qui se trouvait sur le panneau de commande qui lui faisait face. La première fiche qui apparut à l'écran était celle du prince d'Euphor. Végalina ne prit même pas la peine de la lire. Elle savait déjà tout ce qu’il y avait à savoir au sujet d’Actarus. Erea la parcourut en revanche avec intérêt. Sa réaction ne se fit guère attendre.

- Je comprends mieux à présent tes réactions et les sentiments qu'il pouvait t'inspirer. Si on met de côté ses faiblesses sur le plan affectif, il semble bien plus fort que tous les adversaires contre lesquels j’ai combattu. Les enregistrements vidéo le prouvent. Il est efficace, sûr de ses décisions et son sens tactique est indéniable. Ce ne sera pas facile, je dois l’admettre.

- Oui, je le sais. Mais je dois mettre de côté mes sentiments personnels s’ils venaient à se manifester. Actarus est pour moi un adversaire comme un autre, répondit Végalina, d’un ton monocorde.

Erea regarda Végalina avec attention. Elle ne croyait pas un mot de ce qu’elle venait d’entendre. Elle ressentait encore quelque chose à son égard. Aucun doute n’était possible.

La seconde fiche était celle d'Alcor. Les deux jeunes femmes lurent toutes les informations le concernant. Erea réagit aussitôt.

- C’est assurément un excellent pilote. Il est expérimenté, courageux, combatif et surtout capable de tout. C’est le genre d’homme qui ne renonce jamais, même lorsque tout est contre lui. Son profil psychologique le prouve : il semble parfois réfractaire à toute forme d’autorité, mais sa loyauté envers le prince d’Euphor et ses équipiers est à toute épreuve.

Végalina acquiesça silencieusement avant de passer à la fiche suivante. Le visage de Vénusia apparut alors à l’écran.

- C'est elle, fit-elle, avec détermination.

Erea regarda également son profil avec la plus grande attention et remarqua un certain agacement sur le visage de son officier supérieur et amie.

- D'après ces renseignements, ses aptitudes physiques sont supérieures à la moyenne terrestre et ce n’est pas un mauvais pilote, bien au contraire. Sa prestation face à nos deux escadrilles le prouve. Cependant, son mental semble très fragile. S’il s’agit bien de la promise d’Actarus, il est clair que ses sentiments envers lui sont sa plus grande faiblesse. Attaquer sous cet angle me semble un excellent choix.

- C’est une bonne approche, Erea. Mais regardons la dernière fiche avant de prendre une quelconque décision.

La dernière fiche concernait Phénicia. Végalina marqua un temps d'arrêt.

- Voilà une très bonne surprise ! Je pensais qu’il était le seul rescapé d’Euphor … mais sa sœur cadette a elle aussi survécu.

- C’est exact. Son caractère se rapproche beaucoup de celui qui s’appelle Alcor. Tout comme lui, elle est impulsive et ses qualités de pilote sont remarquables pour ne pas dire autre chose. Sa trop grande confiance en elle est sa seule faiblesse. Je n’en vois pas d’autre.

- Quelles sont tes conclusions ?

- Vénusia est le point faible de l’escadrille. C’est elle, la clé. Tu as déjà remporté une première victoire sur Actarus sur le plan psychologique lorsque tu as évoqué le lien qui les unit. Leurs sentiments respectifs sont une faiblesse qu’il nous faut impérativement exploiter.

- Et pour Phénicia ?

- Même si les épreuves qu’ils ont traversé n’ont fait que renforcer ce lien frère / sœur, je ne pense pas que ce soit la meilleure arme dont nous disposions.

Erea poursuivit.

- Contrairement à ses équipiers, Vénusia s’est rapidement montrée en difficulté face à nos appareils et je ne pense pas que son matériel soit en cause. Non, c’est autre chose.

- A quoi est-ce que tu penses ?

- Dans un combat à mort, tout peut arriver. Tu le sais aussi bien que moi. Vénusia a commis plusieurs fautes en très peu de temps, ce qui est assez inhabituel pour un pilote expérimenté. En revanche, cela semble logique pour quelqu’un qui manque de confiance en lui et qui est vulnérable psychologiquement. Pour avoir mené de nombreuses escadrilles au combat, je peux te certifier que la plupart de ceux qui ont péri ont davantage été victimes d’eux-mêmes que de l’habileté de nos adversaires. Ils se sont laissé submerger par l’enjeu et par leurs propres émotions au lieu de rester concentré sur l’objectif à atteindre.

- Je vois. Si nous décidons de concentrer nos efforts sur Vénusia, cela aura une incidence sur le comportement d’Actarus. Ses qualités de pilote et de stratège pourraient être perturbées par cette pression émotionnelle inattendue, ce qui aurait pour effet de lui faire perdre une partie de sa lucidité.

- Exactement, Végalina. Il pourrait se focaliser sur un objectif qui ne serait pas forcément le plus judicieux. Si nous agissons avec méthode, nous avons de réelles chances de le mettre en difficulté, lui et ses alliés. Si nous parvenons à abattre Vénusia ou tout autre membre de l’escadrille, les autres seront soit abattus, soit en colère. Dans les deux cas, nous aurons l’avantage.

- Et comment comptes-tu procéder ?

- Ces nouvelles données sont intéressantes mais insuffisantes pour établir un plan de bataille précis. Si nous voulons vaincre, nous ne devons rien laisser au hasard et surtout éviter de confondre vitesse et précipitation. Cependant, nous pouvons d’ores et déjà explorer certaines pistes.

- Lesquelles ?

- Pour le moment, nous ignorons tout ou presque du Centre de recherches qui leur sert de base. En l’absence de données fiables, lancer une attaque massive est inutile. Nous devons d’abord savoir comment il fonctionne et quels sont ses systèmes de défense. Pour obtenir ces informations, il faudrait enquêter sur place. Je pense qu’Eslan est, parmi tous les officiers, le plus qualifié pour ce genre d’opération.

- Je suis d’accord. Investir le Centre de cette manière est une excellente idée. Cela nous permettra non seulement de l’explorer et découvrir ses faiblesses éventuelles, mais aussi de prendre ses occupants en otage. A commencer par Vénusia si elle s’y trouve.

- Je n’avais pas envisagé les choses sous cet angle. Toutefois, nous devrons d’abord faire diversion en engageant une ou plusieurs escadrilles de navettes, voire même un antérak pour inciter Actarus et les autres à quitter le Centre. S’ils sont occupés ailleurs, nous aurons tout le temps nécessaire pour agir.

- Il nous reste cependant un détail à régler : en admettant que ce raid réussisse, nos forces devront se replier rapidement avec les otages afin que le prince d’Euphor ne puisse pas leur porter secours. L’idéal serait de disposer d’un poste avancé sur la Terre puisqu’il est exclu de les transférer au Camp de la Lune noire.

- C’est juste. Nous ne disposons actuellement d’aucune structure de ce type. Ceux qui nous ont précédés ont sans doute construit une ou plusieurs bases sur Terre mais je doute qu’elles soient encore opérationnelles. Les retrouver, puis les remettre en état risque de prendre du temps. Or, la réussite de ce plan repose sur sa vitesse d’exécution. Je pense néanmoins avoir une solution.

- Laquelle ?

- Utiliser un appareil existant qui nous servirait temporairement de poste avancé en attendant que notre future base d’opérations soit construite. Un de nos vaisseaux amiraux ferait parfaitement l’affaire. Ils sont suffisamment grands et très bien équipés pour cela.

- C’est une option intéressante mais un appareil de cette importance ne passera pas inaperçu. Les terriens n’auront aucun mal à le repérer et même si nous réussissons à franchir leurs barrages radar, nous devrons obligatoirement procéder à des ajustements une fois sur place.

- C’est justement pour cela que je souhaite en parler au capitaine Thalis. Il est sûrement le mieux placé pour répondre à nos questions.

- Oui, tu as raison. Je comptais justement le convoquer pour lui parler de sa nouvelle affection. Nous profiterons de l’occasion pour évoquer ce projet avec lui. Est-ce que cela te convient ?

- Absolument, répondit-elle en esquissant un sourire.

Thalis, qui avait finalement quitté la salle des archives pour prendre un peu de repos, fut brutalement tiré de son sommeil par la sonnerie de l’émetteur dont il ne se séparait jamais. Il prit connaissance de l’identité de son interlocuteur et changea rapidement de vêtements pour se présenter dans la salle de réunion à l’heure dite. Il s’attendait à être convoqué par Végalina mais pas aussi rapidement. Était-ce en rapport avec une nouvelle affectation ? Une nouvelle mission à remplir ? Ou s’agissait-il d’autre chose encore ? Il ne tarderait pas à le savoir.

La porte automatique de la salle de réunion s’ouvrit. Végalina y pénétra la première, immédiatement suivie par Erea. Toutes deux prirent place derrière le pupitre de commande principal et l’invitèrent ensuite à prendre un siège.

- Commandant. Capitaine Erea …

- A l’avenir, il vous faudra dire commandant Erea, capitaine Thalis.

- Excusez-moi Commandant. Je n’étais pas au courant.

- Laissons cela, reprit Végalina. Si nous vous avons fait venir, c’est pour vous confier une mission de la plus haute importance. Vous êtes actuellement affecté au service du Génie et effectuez, vous et vos hommes, un travail remarquable comme nous avons pu le constater au cours des derniers jours.

- Merci, Commandant. Mais je suppose que vous ne m’avez pas fait venir jusqu’ici pour me féliciter ?

- Effectivement. Vous occupiez un poste important voici quelques années au sein du Groupe de Recherches Scientifiques de la Division Ruine. Vous avez travaillé avec quelques uns de nos plus éminents scientifiques, je crois. Le général Akéron vous avait d’ailleurs choisi pour l’aider à développer la technologie « Monstrogoth ». Est-ce exact ?

- Oui, Commandant. J’ai cependant quitté le G.R.S. voici plusieurs mois pour divergences d’opinion avec l’un de mes confrères.

- Le professeur Ezequios, oui. Nous sommes au courant. Pourtant, en dépit de ce qui vous sépare et de l’animosité dont il fait preuve à votre égard, je pense que vous devriez réintégrer ce service. Vos compétences techniques sont indéniables et certaines des armes que vous avez mises au point ont plusieurs fois prouvé leur efficacité. En outre, vous avez gardé semble-t-il d’excellents contacts avec vos anciens collègues.

- C’était le fruit d’un travail d’équipe, Commandant. Je n’y serais jamais parvenu seul.

- A l’inverse d’Ezequios, n’est-ce pas ? intervint Erea.

- C’est un homme brillant dont le génie créateur est incontestable. Il a donné naissance à quelques unes de nos meilleures machines de combat. Certains officiers comme le commandant Titios pourraient aisément vous le confirmer. Malheureusement, ils ne sont plus là pour en parler aujourd’hui.

- Nous le savons, oui. Ils sont tous morts au combat, vaincus par le prince d’Euphor et son appareil, Goldorak. Je suppose que ces noms ne vous sont pas inconnus.

- Le commandant Eslan et moi avons évoqué ce sujet il y a peu. Je connais un peu cet appareil, assurément l’un des plus complexes qu’il m’ait été donné de voir. Son efficacité n’est plus à démontrer et seuls nos antéraks de deuxième génération sont susceptibles de l’égaler ou de le surpasser si les pilotes sont à la hauteur.

- Avez-vous entendu parler du « projet Symbiorak », capitaine ? demanda Erea.

- Non, commandant Erea. De quoi s’agit-il ?

- Ce sont des appareils de quatrième génération pouvant être contrôlés par la pensée. Le professeur Ezequios supervise personnellement ce projet avec le professeur Nida comme assistant. Selon ses dires, la technologie employée est supérieure à la technologie « Monstrogoth » sur laquelle vous avez travaillé.

- Sauf votre respect, je doute réellement de cette supériorité. Les monstrogoths étaient des appareils extraordinaires, alliant la force des bêtes sauvages à nos technologies les plus perfectionnées. Le général Akéron avait tout supervisé jusque dans les moindres détails et tous les tests que nous avions menés ont été couronnés de succès. Il s’agit là de la machine de combat ultime, commandant. Rien ne peut rivaliser avec elle. Pas même Goldorak.

- Ezequios semble pourtant très confiant en ses moyens, répondit-elle.

- Capitaine, voici quelle sera votre nouvelle mission. Vous serez dans les prochains jours officiellement ré-affecté au Groupe de Recherches Scientifiques. Vous serez en charge du développement de nouvelles technologies et essaierez, en fonction de vos souvenirs et des notes laissées par feu le général Akéron, de recréer la technologie « Monstrogoth ». Vous disposerez de tous les moyens nécessaires pour y parvenir. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous l’aurez.

Végalina reprit en le fixant intensément du regard.

- Même si vous n’aurez aucun contact avec Ezequios, le commandant Erea et moi-même vous demandons de surveiller ses agissements. Nous devons savoir s’il se consacre entièrement au « Projet Symbiorak » ou s’il s’occupe d’autres projets non autorisés. Si vous notez quoi que ce soit d’anormal, vous devrez nous en avertir. Le commandant Eslan sera votre officier de liaison. Si notre cher professeur venait à outrepasser ses fonctions et à agir dans son propre intérêt au détriment de nos objectifs, nous devons nous tenir prêts à le remplacer.

- Et votre nom est le premier sur la liste avec celui du professeur Nida, ajouta Erea en le regardant droit dans les yeux.

- Je comprends, Commandant. J’essaierai de ne pas vous décevoir.

- Nous avons confiance en vos capacités, capitaine. Avez-vous songé à un officier en particulier qui soit apte à vous succéder au Génie ?

- Non, Commandant. J’ai sous mes ordres des hommes très compétents qui assureront parfaitement ma succession, à l’instar du lieutenant Pandia. Dois-je leur laisser des consignes particulières avant mon départ ?

Végalina répondit par l’affirmative.

- Nous souhaiterions remettre en service l’ensemble des installations du deuxième niveau souterrain du Camp de la Lune noire dans les plus brefs délais de sorte à ce que nos scientifiques et techniciens puissent s’y installer pour poursuivre leurs recherches et la mise au point de nos futures machines de combat. Est-ce envisageable ?

- Oui dans la mesure où nous avons déjà effectué une opération similaire pour accéder à la salle des archives. Nous devrons simplement examiner en détail l’état de la structure puis mettre toutes les données sur ordinateur. Dès que nous aurons tous les éléments en main, nous pourrons nous mettre au travail. Cela ne devrait pas nous poser trop de problèmes.

- Espérons-le. En attendant que les travaux de rénovation débutent, le commandant Erea et moi-même avons un autre projet à vous soumettre.

- De quoi s’agit-il, Commandant ?

- En prévision de nos futures offensives contre le prince d’Euphor et ses alliés, nous comptons implanter une base d’opérations sur la Terre. Nos ordinateurs ont sélectionné six sites susceptibles de nous convenir et nous avons choisi celui que nous semble être le mieux adapté.

- C’est un projet de grande envergure, Commandant. Même si nous disposons des hommes, des connaissances et des matériaux nécessaires, concevoir, puis construire une base opérationnelle à partir de rien prendra du temps. La durée de construction peut varier de quelques semaines si la topographie du lieu nous est favorable à plusieurs mois …

- Nous le savons. C’est justement pour vous éviter de partir de zéro que nous mettons à votre disposition un de nos deux vaisseaux amiraux. Pouvez-vous l’utiliser pour en faire, dans un premier temps, un poste de commandement avancé, puis par la suite le centre opérationnel de notre future base ?

- Techniquement, je vous dis « oui » sans hésiter. Malgré leur taille, les vaisseaux de ce type sont relativement simples dans leur conception et il est possible de les aménager à notre convenance. Bien entendu, les sections contenant les ateliers et laboratoires du G.R.S. seront laissées en l’état ou agrandies pour permettre à nos hommes de poursuivre leur travail. Les équipes du Génie pourront aisément modifier ou démonter les autres sections existantes.

- Voilà qui est intéressant. Combien de temps vous faudrait-t-il pour y parvenir, capitaine ?

- Il m’est impossible de vous répondre pour le moment. Nous devons tenir compte de plusieurs paramètres, à commencer par ceux concernant le site que vous avez choisi. Ce n’est qu’après les avoir étudiés minutieusement que nous pourrons, mes collaborateurs et moi, vous en dire davantage.

- Très bien. Le commandant Erea vous fournira rapidement toutes les informations dont vous pourriez avoir besoin, à commencer par la carte de la zone en question et les plans détaillés de notre vaisseau amiral. Vous disposerez de tout le temps nécessaire pour les étudier. Libre à vous de vous organiser comme vous le souhaitez. Choisissez les solutions techniques adéquates ainsi que les hommes qui vous assisteront dans cette charge.

- A vos ordres, Commandant. Je ferai l’impossible. Pour la plus grande gloire de Véga.

- Je suis satisfaite de vous l’entendre dire. Vous pouvez disposer, capitaine. Mais avant que vous ne quittiez cette pièce, je vous demande de rester discret quant à votre nouvelle affectation. Personne ne doit savoir. Est-ce clair ?

- Tout à fait clair.

L’officier quitta rapidement la pièce après avoir salué les deux jeunes femmes. Erea se tourna vers Végalina et esquissa à cet instant un léger sourire.

- Il est brillant, fit Erea. Ses analyses sont claires et ses remarques pertinentes. Et il ne se soucie guère de sa gloire personnelle, contrairement à Ezequios. La construction de notre base sur la Terre est un projet que peu d’officiers pourraient mener à bien. Après ce que je viens d’entendre, je suis persuadée qu’il est l’homme de la situation.

- Je partage ton opinion. Il est entièrement dévoué à la cause de Véga et sa loyauté ne peut être prise en défaut. Et le fait qu’Akéron l’ait choisi lui et non notre cher professeur parle pour lui.

- Nous disposons désormais de deux atouts majeurs qui nous aideront à remporter la victoire sur Actarus et les siens. Vénusia d’un côté, Thalis de l’autre. A nous de bien les utiliser, Végalina.

- Tu as raison. Ils détiennent les clés de notre réussite.

Toutes deux sourirent.


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5447
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 21:35

Tout ça ne présage rien de bon pour nos amis et en particulier pour Vénusia. affraid

Merci Kimi_san. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 23:12

Tu as tout dit hikaru ! affraid

merci Kimi ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2977308385

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 20914310
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeLun 6 Nov 2017 - 23:39

Shocked What a Face affraid Je ne sais ce qui est le plus flippant, entre cet assaut de technologie, la perspective d'une base sur terre ou l'aspect psychologique qui vise à détruire la patrouille en atteignant Vénusia...Guerre totale, psychologique, stratégique, militaire...Nettement plus perspicace et intelligente que feu son père, la petite Végalina...

Merci Kimi !!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeMar 7 Nov 2017 - 7:26

hikaru a écrit:
Tout ça ne présage rien de bon pour nos amis et en particulier pour Vénusia. affraid

Gurendaizä a écrit:
Tu as tout dit hikaru ! affraid

=> Et vous n'avez encore rien vu ! affraid

venusia45 a écrit:
Shocked What a Face affraid Je ne sais ce qui est le plus flippant, entre cet assaut de technologie, la perspective d'une base sur terre ou l'aspect psychologique qui vise à détruire la patrouille en atteignant Vénusia...

=> Bonne question ! Ce qui est sûr, c 'est que Végalina et Erea ne vont pas lésiner sur les moyens pour réduire Actarus et les Aigles à l'impuissance totale. Et ce n'est que le premier "arc" du récit !

venusia45 a écrit:
Guerre totale, psychologique, stratégique, militaire...Nettement plus perspicace et intelligente que feu son père, la petite Végalina...

=> A quelques exceptions près, le Grand Stratéguerre avait tendance à privilégier la force brute. Sa fille a décidé d'utiliser d'autres armes et elle est prête à tout pour parvenir à ses fins. Et encore, je n'ai pas encore exploré toutes les facettes du personnage ...

hikaru a écrit:
Merci Kimi_san. Very Happy

Gurendaizä a écrit:
merci Kimi ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2977308385

venusia45 a écrit:
Merci Kimi !!

=> You're welcome. La suite devrait arriver dans la journée si tout va bien. Very Happy



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 307556534 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 2390522320 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 574077509 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 3291812460

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeMer 8 Nov 2017 - 21:51

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Header10

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 016_le10





Cela faisait à présent plusieurs heures que le Commandant Végalina s’était retirée dans ses quartiers. Suite à son entretien avec Thalis, elle s’y était rendue en espérant prendre un peu de repos. Elle n’avait pas dormi depuis plusieurs jours et la fatigue, aussi bien physique que nerveuse, commençait à se faire sentir.

Pourtant, allongée sur sa couchette, les mains derrière la tête,  elle ne parvenait pas à trouver le sommeil. Elle fixait le plafond uniformément gris tout en se remémorant les évènements survenus depuis sa rencontre avec Actarus. Cette entrevue avait quelque chose de spécial à ses yeux, quelque chose qu’elle ne parvenait pas à s’expliquer. Était-ce en rapport avec ce conflit qui commençait ou, au contraire, avec ce passé qui la tourmentait encore ? Elle l’ignorait et elle n’était pas sûre de vouloir connaître la réponse à cette question.

Finalement, n’y tenant plus, elle se releva et se passa la main dans ses longs cheveux noirs avant de réajuster soigneusement son uniforme et ses gants. Elle ramassa l’émetteur qu’elle avait précédemment fait tomber en entrant dans sa cabine et composa le code qui correspondait à Erea. Contrairement à son officier supérieur et amie, la jeune femme était restée dans la salle de réunion pour peaufiner le plan qu’elles venaient de mettre au point. Il n’était pas exempt de défauts et il faudrait attendre que le poste de commandement terrestre mis en place par Thalis soit opérationnel pour le mettre à exécution. Cela prendrait du temps et elle le savait, mais elle se disait qu’elle profiterait de ce délai pour affiner sa stratégie. En ce sens, ses méthodes de travail n’étaient pas sans rappeler celles de Végalina : analyser et utiliser au mieux toutes les données disponibles avant de lancer la moindre opération.

L’émetteur qu’elle portait à la ceinture se mit à sonner. Elle s’en saisit et esquissa un sourire en lisant sur le petit écran digital le nom de celle qui tentait de la joindre. Elle se leva de son siège et quitta la pièce pour rejoindre Végalina dans ses quartiers. Elle inséra sa clé électronique dans le lecteur : la porte automatique s’ouvrit quelques instants plus tard et se referma sitôt après son passage.

- J’étais presque sûre que tu appellerais. Je suppose que tu n’as pas dormi ?

- Non. A vrai dire, je suis trop préoccupée pour y parvenir.

- A quoi est-ce que tu penses ? A notre prochaine offensive contre la Terre ?

- En partie. J’ai longuement réfléchi à la façon dont les choses pourraient se dérouler. En théorie, ce plan est impeccable. Reste à savoir comment cela se passera sur le terrain.

- Je comprends tes inquiétudes. Je sais que ce ne sera pas facile mais je suis certaine que nous parviendrons à nos fins. Nous pouvons compter sur des hommes de valeur pour le mener à bien.

- Oui c’est vrai. Puisque nous en parlons, je pense que nous devrions mettre Eslan au courant. Son rôle dans cette opération est essentiel.

- Je suis d’accord. Nous le convoquerons dans les prochaines heures. En attendant, essaie de te reposer, Végalina. Tu en as besoin.

La jeune femme acquiesça.

Sur Terre, la journée était déjà bien avancée et l’atelier du Centre de recherches spatiales faisait l’objet d’une intense activité. Malgré la victoire remportée la veille par les Aigles contre l’antérak envoyé par Végalina, tous savaient qu’elle pouvait attaquer à n’importe quel moment et il était essentiel, compte-tenu de la puissance de feu dont elle semblait disposer, que tous les appareils de l’escadrille soient opérationnels et prêts à combattre si le besoin s’en faisait sentir. Il était évident qu’Actarus et Goldorak ne pourraient pas défendre la planète bleue à eux seuls face à un adversaire aussi redoutable comme ils l’avaient fait au début du conflit précédent contre les armées du Grand Stratéguerre menées par Hydargos, Minos et Horos.

Dans cette optique, et conformément au plan de travail établi par le professeur Procyon et ses collaborateurs, chaque spacer ferait l’objet d’une révision complète et tout composant endommagé ou défectueux serait immédiatement remplacé. Si plusieurs équipes avaient été constituées dans ce but, il était cependant hors de question, ne serait-ce que pour des raisons logistiques, d’intervenir sur les trois en même temps. Un tel scénario était, dans une situation comme celle-ci, tout simplement inenvisageable.

Alcorak était le premier spacer à avoir été révisé. Hormis quelques éraflures sur son fuselage qui disparaîtraient avec un peu de peinture, il était en bon état. Les propulseurs principaux et auxiliaires fonctionnaient normalement, la gouverne de direction avait été renforcée et l’armement soigneusement vérifié. Seule sa maniabilité suscitait quelques inquiétudes mais Alcor se chargerait bien vite de les dissiper lors de la prochaine séance d’essais en vol, prévue en fin de semaine. Suite à ces vérifications, Alcorak avait été replacé dans son hangar, les ailes et le nez en position basse, le tout sous le regard attentif de son pilote.

Fossoirak était de son côté toujours en travaux et les deux équipes de techniciens placées sous la responsabilité de Cochir auraient besoin de quelques heures supplémentaires pour mener leur tâche à bien. La première avait minutieusement inspecté les superstructures et le blindage du spacer sans rien trouver d’anormal tandis que la seconde avait procédé au démontage et au remontage des propulseurs principaux afin de déterminer si certains composants devaient être ou non remplacés. Cette dernière tâche leur avait pris beaucoup de temps. Il ne restait plus qu’à contrôler les différents systèmes d’armement et à refaire le plein deux turboréacteurs. Cette opération, pourtant courante, était relativement délicate dans la mesure où le carburant utilisé, un mélange d’oxygène liquide et d’ammoniac, faisait l’objet de soins particuliers. Procyon était cependant convaincu que tout se passerait bien.

Le scientifique était en revanche bien plus préoccupé par l’état de Vénusiak. Si les appareils d’Alcor et de Phénicia étaient pratiquement opérationnels, il en était tout autrement pour celui de Vénusia. Les dégâts subis par le spacer jaune et rouge étaient plus importants que prévu. Si la structure avait, dans l’ensemble, bien résisté, le blindage était entamé en plusieurs endroits et le système gérant l’ouverture et la fermeture des ailes rétractables était, comme la gouverne de direction, sérieusement endommagé. Les propulseurs auxiliaires étaient encore en état de marche mais les réacteurs principaux devaient quant à eux être changés. A l’exception du Delta-Lame resté en place, tous les systèmes d’armement avaient été désactivés pour éviter tout risque d’accident.

Silencieux, Procyon regardait les techniciens s’affairer autour de l’appareil endommagé. Si Alcorak et Fossoirak pourraient efficacement seconder Goldorak contre les forces de Véga, l’absence de Vénusiak se ferait cruellement sentir si les Aigles étaient amenés à combattre en mer. Il espérait simplement ne pas se retrouver confronté à ce genre de situation dans les semaines à venir.

Il était encore perdu dans ses pensées lorsqu’Alcor se joignit à lui. Réalisant soudainement sa présence, il fit son possible pour masquer son inquiétude, mais en vain.

- Alors professeur ? Qu’est-ce que ça donne ?

- Tout se passe selon nos prévisions pour le moment. Comme tu le sais, Alcorak est dans son hangar, prêt à décoller. Nous aurons encore besoin de quelques heures pour terminer l’ensemble des vérifications sur Fossoirak mais je ne crois pas que nous rencontrerons de problèmes particuliers.

- Tant mieux. Au moins, on ne sera pas trop démunis en cas de coup dur. Et pour Vénusiak ?

- Les dommages sont bien plus importants que nous ne le supposions et sa remise en état risque de prendre du temps. Si l’ennemi décide de nous attaquer dans les jours à venir, nous ne pourrons pas l’utiliser.

- Je comprends. C’est vrai que ça n’arrange pas nos affaires mais on fera avec.

Procyon acquiesça silencieusement avant de reprendre la parole.

- Tu pourras commencer les essais en vol avec Alcorak dès que Fossoirak sera prêt. Nous devons nous assurer qu’il est parfaitement au point. Pour éviter toute mauvaise surprise, il serait préférable que Phénicia t’accompagne. Ce sera également l’occasion pour elle de tester son appareil.

- Vous avez raison. Si ça ne se passait pas comme prévu, on pourra toujours compter l’un sur l’autre. Je lui en parlerai tout à l’heure, approuva-t-il de la tête.

- Nous superviserons les essais depuis le Centre et serons toujours en liaison permanente les uns avec les autres. Si vous notez quoi que ce soit d’anormal sur vos appareils, je vous demande de rentrer immédiatement de sorte à ce que nous puissions les examiner et procéder aux ajustements nécessaires.

- Ne vous en faites pas pour ça. On fera attention.

- Très bien. En attendant que tout soit prêt, je crois que tu devrais profiter de ces quelques instants de trêve pour te détendre. Les derniers jours ont été émotionnellement très chargés pour nous tous.

Le jeune homme sourit et se passa la main sur la nuque. Il avait vite compris où Procyon voulait en venir.

- Évidemment ! C’est pas tous les jours qu’on apprend que sa meilleure amie attend un heureux événement ! Vous savez, j’ai eu beaucoup de mal à croire Phénicia quand elle m’a appris la nouvelle. Et dire que je ne suis même pas encore allé la voir ! Quel idiot je peux faire, par moments …

- Il ne te reste plus qu’à combler cette lacune, répondit le scientifique en souriant.

- J’y vais. A plus tard, professeur.

Alcor quitta l’atelier et emprunta l’ascenseur intérieur qui lui permettrait d’accéder au couloir qui donnait sur les chambres. Il était non seulement impatient de prendre des nouvelles de son amie et il était persuadé de retrouver Phénicia à ses côtés.

Il ne s’était pas trompé : la jeune fille, qui portait sa robe habituelle blanche et rose à volants ornée d’un grand nœud doré à l’arrière, était assise sur un siège noir et vert près du lit où Vénusia, en chemise de nuit, était allongée. La jeune femme avait quitté le bloc médical dans la matinée pour regagner sa chambre et un médecin était même venu spécialement pour l’occasion pour lui administrer un calmant pour ses douleurs si celles-ci venaient à réapparaître. Ce traitement n’aurait aucune incidence sur le bébé à naître. Elle sourit en apercevant Alcor. Elle ne l’avait pas revu depuis qu’on lui avait annoncé la « grande nouvelle ».

- Alors, comment se porte la future maman ?

- Je vais bien. Le traitement qu’on m’a donné ce matin fait toujours effet. Je dois dire que j’ai encore du mal à réaliser ce qui m’arrive. C’est si inattendu … mais c’est la plus belle chose qui me soit jamais arrivée. Je me sens tellement heureuse … Le retour d’Actarus et de Phénicia m’avait fait du bien, mais ce que j’ai appris hier soir m’a bouleversée. Je suis heureuse, tout simplement.

- Je suis content pour toi, tu sais. Je dois dire que c’était bien la dernière des choses auxquelles je m’attendais ! Maintenant, tu es prévenue : pas de cabrioles ou quoi que ce soit qui y ressemble ! Et c’est même pas la peine de penser à piloter Vénusiak !

- J’en serais incapable … et je n’y pense même pas de toute façon. La seule chose dont j’ai réellement envie, c’est de prendre soin de moi. De moi et de mon bébé. Et de passer le plus de temps possible avec Actarus. Il n’y a que ça qui compte. C’est sûrement égoïste, mais je voudrais qu’il soit tout le temps près de moi … dit-elle en souriant.

- C’est normal que tu prennes les choses comme ça, tu sais. Mais prends aussi le temps de te reposer. N’oublie pas que vous êtes deux, maintenant … répondit-il en lui adressant un clin d’œil.

Vénusia passa lentement sa main sur son ventre et sourit. Phénicia s’était contentée de les écouter tout en les regardant d’un air attendri.

- Tu viens, Phénicia ? On va la laisser se reposer, si tu es d’accord.

- J’arrive … « mon cher Alcor » !

Elle se leva de son siège et embrassa Vénusia sur le front avant de le rejoindre.

- Pas de bêtises maintenant, petite sœur ! Promets-moi de nous parler si quelque chose ne va pas. N’attends pas d’être au plus mal, s’il te plaît. Promis ?

- Oui c’est promis.

Tous deux quittèrent la chambre le cœur léger et croisèrent Rigel et Mizar dans le couloir. Le petit garçon tenait un grand bouquet de fleurs aux couleurs vives tandis que son père portait (difficilement) un paquet d’une taille conséquente. Eux aussi avaient appris la nouvelle la veille au soir et, plutôt que de se rendre directement à son chevet, ils avaient préféré patienter avant de venir la voir. Rigel estimait qu’elle devait se reposer et prendre conscience des changements qui allaient s’opérer dans sa vie. Ils se sourirent mutuellement et poursuivirent leur route, chacun de leur côté.

La double-porte vitrée qui marquait l’entrée du Centre s’ouvrit à leur approche. Alcor la franchit et descendit l’escalier le premier, précédant son équipière et amie de quelques longueurs. La jeune fille avait visiblement la tête ailleurs.

- J’ai discuté avec le professeur avant de vous rejoindre. Alcorak est prêt à décoller et Fossoirak devrait être opérationnel dès demain si tout va bien. Est-ce que ça te dit de m’accompagner pour qu’on fasse nos essais en vol ?

- C’est gentil de me le proposer. Je sais que c’est important … mais je n’ai pas vraiment envie de piloter. Mes essais en vol attendront. Mais tu peux y aller toi, si tu en as envie.

- Je vois. En attendant, tu te sens prête pour une ballade à moto ? Je te rappelle que j’ai une revanche à prendre ! Tu as eu de la chance la dernière fois … mais je te garantis que tu n’en auras pas autant ce coup-ci …

- Non, Alcor. Si on allait juste faire quelques pas, toi et moi ?

Alcor la considéra avec attention : ce n’était pas la Phénicia qu’il connaissait et qui ne manquait jamais une occasion de prouver qu’elle était la meilleure, que ce soit dans les airs ou sur deux roues. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que la future maternité de Vénusia devait occuper ses pensées.

Sans rien dire, elle se dirigea vers le plan d’eau situé derrière le bâtiment principal du Centre et s’avança au bord de la plate-forme. Il lui emboîta le pas et vint à ses côtés. Tous deux regardaient le lac et le rocher qui dépassait de la surface des eaux sans dire un mot. Jusqu’à ce que Phénicia se décide à prendre la parole.

- Tu as vu comme elle est épanouie, maintenant ? Elle était au plus mal hier soir. Elle était si désespérée, si malheureuse. Je ne savais pas quoi lui dire ni quoi faire pour l’aider. Et aujourd’hui, tout a changé …

- Elle va bien, maintenant. Et elle ira de mieux en mieux si on est tous là pour elle. C’est à partir de maintenant qu’elle va vraiment avoir besoin de nous.

La jeune fille acquiesça et, après une longue hésitation, prit sa main dans la sienne.

- Je … je voudrais te poser une question, Alcor. Mais tu n’es pas obligé d’y répondre …

- Je t’écoute.

- Est-ce que … Est-ce que tu penses que ça nous arrivera ? Tu penses qu’on connaîtra ce genre de choses nous aussi ?

- Je crois oui, dit-il en regardant le ciel. Mais pour être honnête, je ne pense pas que je sois prêt à vivre ça. C’est une très grande responsabilité. Pour moi en tout cas. En tout cas, c’est ce que je ressens.

- Tu me surprendras toujours, tu sais ça ? Il y a des moments où tu es insupportable et où tu te comportes comme un gamin … et d’autres où tu fais preuve de sagesse comme quelqu’un qui aurait tout vu et tout vécu. C’est ce genre de petites choses qui m’a tant manqué lorsque j’étais là-bas, sur Euphor, loin de vous …

- Tu sais comment je suis. Je suis incapable de philosopher. Je dis juste ce que je pense, comme ça me vient … même si ça peut se retourner contre moi parfois. Pour te dire la vérité, je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui … et je ne pense pas être prêt à assumer une responsabilité comme celle-là. Tu vas sûrement trouver ça idiot … mais je voudrais …

Il s’interrompit quelques instants.

- Je voudrais juste profiter de l’instant présent, de ce qu’on vit en ce moment. C’est pas grand-chose, mais ça me suffit. Je n’ai besoin que de ça …

- Ça n’a rien d’idiot, répondit-elle en lui adressant un regard empli de tendresse. Tu es adorable. J’aime t’entendre parler de cette façon. Tu dis ce que tu penses, ce que tu ressens. Tu as raison de voir les choses comme ça. On est encore jeunes et on a tout le temps pour y penser. Tu disais l’autre jour que le temps perdu ne se rattrapait pas. Je comprends ce que tu as voulu dire. C’est important d’avoir du temps pour nous … mais je ne te cache pas que j’envie un peu Vénusia de vivre ça. Je sais qu’elle sera une maman formidable …

- Je suis sûr qu’elle le sera, moi aussi. Au fait, est-ce que tu sais où est passé Actarus ? Je pensais qu’il serait avec vous.

- Il n’a pratiquement pas dormi de la nuit … et il est parti très tôt ce matin. D’après ce que je sais, il avait deux ou trois petites choses à faire aujourd’hui … Je pense qu’il ne devrait plus tarder, maintenant.

- Sans doute … dit-il, perplexe.

Sur la Lune noire, Eslan avait du mal à garder les yeux ouverts. Il n’avait pas l’habitude, lui, l’homme d’action, d’être installé derrière un terminal à analyser et à trier des informations de toute sorte. Il savait que sa mission était importante mais la fatigue et le manque de sommeil commençait à se faire sentir. Lentement, il prit appui sur le terminal et se releva avec peine. Il ôta l’un de ses gants et se frotta longuement les yeux avant de se passer la main sur sa nuque. C’est à cet instant qu’un soldat se présenta devant lui.

- Commandant Eslan ?

- Qu’y a-t-il ?

- Le Commandant Végalina désire vous voir. Vous devez vous rendre immédiatement sur notre soucoupe amirale. Le commandant Erea vous y attend également.

- Très bien. Je pars tout de suite. Est-ce que mon appareil est prêt à décoller ?

- Oui commandant. II vous attend.

- Merci.

L’officier quitta la pièce et emprunta l’escalier pour rejoindre le niveau 0, passablement encombré par les différents équipements et outils déchargés par les soldats du Génie. Il aperçut ainsi le lieutenant Pandia en grande discussion avec plusieurs d’entre eux, ce qui n’avait rien d’étonnant : les travaux de remise en état des niveaux souterrains de l’ancienne base véghienne, notamment celui abritant les différents laboratoires et ateliers débuteraient dans les prochains jours.

Il poursuivit sa route et s’installa aux commandes de son appareil. Celui-ci prit son envol et atterrit quelques minutes plus tard. Il sauta du poste de pilotage et pénétra dans l’ascenseur qui le conduirait à l’étage où se trouvait la salle de réunion. Il réajusta ses gants et se massa longuement la nuque en grimaçant. Il reprit sa respiration avant d’y entrer. Comme il s’y attendait, les deux jeunes femmes l’attendaient. Il les salua avant que Végalina ne l’invite à prendre un siège avant de s’adresser à lui.

- Vous semblez bien fatigué, commandant Eslan.

- Je dois l’admettre, Commandant. Les travaux de décryptage des données récupérées dans la salle des archives sont encore loin d’être terminés et même si nous avons trouvé des informations intéressantes, elles ne nous apprennent rien que nous ne sachions déjà.

- Au vu de la masse de données extraites de ces armoires de stockage, il est normal que cela prenne du temps. Mais si cela peut vous rassurer, vous pourrez aller vous reposer une fois cette réunion terminée.

- Merci, Commandant. Je ne veux pas me chercher d’excuses … mais cette tâche exige toute mon attention et je ne peux plus compter sur l’aide du capitaine Thalis. Lui et moi avons brièvement discuté tout à l’heure. Il m’a expliqué, sans entrer dans les détails, qu’il était désormais en charge d’un projet très important.

- C’est exact. Si nous vous avons fait venir, c’est pour vous confier une mission que vous seul pouvez remplir. Elle s’inscrit dans le cadre d’une opération de grande envergure.

- De quoi s’agit-il ? demanda-t-il, intrigué.

- Comme vous le savez, les opérations que nous avons menées contre le prince d’Euphor et ses alliées n’ont pas apporté les résultats escomptés pour le moment. Cependant, le plan que nous venons de mettre au point devait mettre nos adversaires en difficulté, voire davantage. Le commandant Erea va vous l’expliquer en détail.

Erea se leva de son siège et regarda ses deux interlocuteurs d’un air déterminé avant de commencer son exposé.

- Nous avons demandé au capitaine Thalis et à ses collaborateurs de concevoir les plans de notre future base d’opérations sur la Terre. En attendant qu’ils soient finalisés et que sa construction débute, nous enverrons un de nos vaisseaux amiraux sur place. Celui-ci fera office de point de ralliement provisoire dans le cadre de nos futures opérations, et ce jusqu’à ce que notre base soit achevée.

- Je vois. Si nous implantons une base sur Terre, nous pourrons mieux coordonner nos attaques contre nos adversaires. Seulement, notre vaisseau est d’une taille conséquente et les terriens le détecteront rapidement. Et si c’est le cas, nous devons affronter le prince d’Euphor et Goldorak. Cela ne fait aucun doute …

- Votre remarque est pertinente. Cependant, nous avons déjà réglé le problème : la route que nous avons choisie et le point d’atterrissage de notre vaisseau sont très mal surveillés par les radars terriens. Nous utiliserons un brouillage radar de très forte puissance pour masquer notre approche.

La jeune femme poursuivit.

- Dès que Thalis et ses hommes seront en place, nous pourrons nous concentrer sur notre offensive proprement dite. Elle se déroulera en deux phases distinctes pour semer le trouble dans les défenses terriennes. Nous attaquerons sur deux fronts : par les airs et par la terre.

- Comment ça ?

- C’est très simple, commandant Eslan. La phase 1 consistera à envoyer sur des cibles prédéfinies une ou plusieurs escadrilles de navettes ainsi qu’un antérak pour occuper le prince d’Euphor et ses alliés. Si tout se passe comme nous le supposons, leur Centre de recherches sera sans défense. C’est à ce moment-là que nous lancerons la phase 2.

- Et c’est là que vous intervenez, reprit Végalina en le regardant avec attention.

Erea activa l’écran de contrôle. La carte détaillée de la région du Centre ainsi que la fiche détaillée de Vénusia apparurent quelques instants plus tard.

- Votre tâche consistera à vous introduire dans le Centre de recherches spatiales avec l’aide d’un commando Ruine pour prendre ses occupants en otage et vous emparer de cette jeune femme, Vénusia. Comme vous le savez, son appareil s’est écrasé lors de notre dernière offensive et ce genre d’accident laisse souvent des séquelles aussi bien physiques que mentales. Si elle est blessée, elle sera forcément sur place.

- De plus, vous connaissez l’endroit et avez déjà accompli des missions similaires par le passé, je crois.

- C’est exact, Commandant. Mais rien ne prouve qu’elle sera bien présente au moment où nous déclencherons la phase 2.

- Nous le savons. C’est justement pour en avoir la confirmation que vous rejoindrez la Terre quelques jours avant que nous ne passions à l’attaque. Vous pourrez ainsi surveiller les moindres faits et gestes de nos ennemis et percer les secrets des différents systèmes de défense qui équipent le Centre. Nous vous laissons le soin de constituer vous-même l’équipe qui vous secondera dans cette opération.

- Merci pour votre confiance, Commandant.

- Nous comptons sur votre réussite. Dès que vous et votre équipe serez prêts, vous vous rendrez sur notre deuxième vaisseau amiral. Une escadrille de navettes vous y attendra, prête à partir.

- Très bien. Je vous tiendrai informé.

- Vous pouvez disposer.

L’officier salua les deux jeunes femmes et quitta la pièce sans se retourner.

- Voilà un problème réglé. Il sait ce que nous attendons de lui.

- C’est son terrain de prédilection. De plus, il connaît bien les hommes qui font partie de nos commandos Ruine. En choisissant lui-même ceux qui l’accompagneront sur Terre, il sera dans les meilleures conditions possibles pour mener à bien cette mission.

- C’est juste. Et puisque nous parlons de mission, peux-tu me dire où en est Thalis ?

- Il m’a contacté voici quelques minutes. Et il a demandé à nous voir.

- Où est-il ?

- Dans la salle de réunion de notre vaisseau amiral. Et il n’est pas seul puisque le lieutenant Pandia et deux autres soldats du Génie sont également sur place.

- Bien. Dans ce cas, allons-y. Je suis curieuse de savoir ce qu’ils ont à nous dire.

L’ambiance était particulièrement agitée dans la salle en question. Si Thalis, Pandia et le premier des soldats échangeaient calmement leurs points de vue, le second se comportait d’une façon bien différente : il gesticulait, hurlait, frappait du poing sur la table pour exprimer son mécontentement et son désaccord avec ses trois collègues. Il avait même, dans un accès de colère, arraché plusieurs relevés du dossier sur lequel Thalis avait noté toutes les améliorations et modifications qu’il comptait apporter au vaisseau amiral une fois celui-ci arrivé sur la Terre.

- Tout ceci n’est qu’une perte du temps, capitaine ! Nous devons agir autrement.

- Je ne partage pas votre avis, Sordio. Vous savez pertinemment qu’il serait stupide d’agir de la sorte, répliqua Pandia. Tenez-vous vraiment à ce que le prince d’Euphor et ses alliés découvrent notre projet ?

- Qu’il vienne ! Je n’ai pas peur de lui, bien au contraire. Je me ferai un plaisir de l’abattre moi-même !

- Gardez votre calme. N’oubliez pas ce pourquoi nous sommes ici : mettre en pratique la stratégie établie par notre Commandant et établir une base sur la Terre, répondit Thalis en haussant le ton. Rien n’est plus important que cela.

- Cette stratégie est absurde. Le Commandant se trompe !

Sordio était tellement sûr de son fait qu’il n’entendit pas le bruit de la porte automatique. Ce n’est qu’en se retournant qu’il constata la présence de Végalina. Bras croisés, la jeune femme le foudroya du regard. Ce qu’elle venait de voir ne lui avait pas plu. Pas du tout, même.

- Je vous trouve bien agité, lieutenant Sordio. Quelle est la cause de votre énervement ?

- Le capitaine Thalis, le lieutenant Pandia et moi-même échangions nos points de vue au sujet concernant l’implantation de notre base sur la Terre, dit-il en tentant vainement de se calmer.

- Vous avez dans ce cas une conception bien particulière du mot « échange », intervint Pandia. C’est tout juste si vous nous avez écouté ! Vous êtes tellement persuadé d’être dans le vrai que vous n’avez même pas étudié les données contenus dans le dossier du capitaine Thalis, exception faite des relevés que vous avez arraché !

Sordio grimaça et serra le poing.

- Est-ce exact, lieutenant Sordio ? Avez-vous réellement fait cela ?

- La constitution de ce dossier n’est qu’une perte de temps, commandant Erea. Je sais qu’il est essentiel de bénéficier d’une base sur cette planète que nous convoitons mais repartir de zéro est une erreur. C’est ce que j’ai essayé de faire comprendre au lieutenant Pandia peu avant votre arrivée.

- Et comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ? demanda Végalina dont le regard s’était assombri.

- En consultant les données que nous avons récupérées dans la salle des archives, Commandant. J’ai pu visionner certains enregistrements qui n’ont fait que confirmer ce que je supposais : nos prédécesseurs ont établi plusieurs bases sur la Terre. Les remettre en état nous ferait gagner du temps et nous permettrait ainsi de nous concentrer sur l’essentiel : éliminer Goldorak et le prince d’Euphor.

- Je suis satisfaite de constater que vous n’avez pas oublié notre objectif premier … mais vous n’aviez nul besoin d’agir de la sorte pour vous faire entendre, bien au contraire.

- Je n’ai …

- Taisez-vous ! hurla Végalina en se dirigeant vers lui.

Thalis et Pandia échangèrent un bref regard. Ils savaient qu’il était insensé de s’opposer à elle. Sordio avait commis une faute et cela allait lui coûter cher.

Végalina le saisit au collet et le plaqua contre le mur. Ses yeux noirs s’étaient lentement teintés de rouge.

- Le commandant Erea et moi-même avions personnellement demandé au capitaine Thalis de travailler sur ce projet. Pour mener à bien un projet de cette importance, un tel travail est nécessaire et ne constitue pas une « perte de temps » contrairement à ce que vous avancez. Je comprends que vous puissiez ne pas être d’accord avec vos collègues, mais vous n’aviez pas à agir de cette façon. C’est le genre d’attitude que je ne peux tolérer.

La jeune femme lui adressa un coup au visage et le relâcha. Elle s’éloigna tout en débloquant discrètement la sécurité de son arme. Elle s’en saisit et se retourna brusquement pour faire feu, le touchant à l’épaule.

- La prochaine fois, c’est votre tête que je prendrai pour cible, Sordio. Sortez.

Celui-ci ne se fit guère prier et quitta la pièce la tête basse et la main sur son épaule blessée, le tout sous le regard d’Erea qui n’avait pas bougé. Elle n’était pas vraiment surprise par l’attitude de Végalina : elle s’attendait à ce genre de réaction de sa part.

- Maintenant que nous avons réglé ce petit problème, nous pouvons continuer. Quelles sont vos premières impressions, capitaine Thalis ?

- Ce petit incident risque de retarder le départ de notre vaisseau, Commandant. Cependant, je dois dire que les choses se présentent plutôt bien. Nous avons soigneusement étudié toutes les données qui nous ont été communiquées par le commandant Erea. Vous avez vu juste : le point NP situé sous les glaces du pôle nord est le meilleur choix possible.

- Je suis ravie que nous soyons vous et moi arrivés à la même conclusion. Comment comptez-vous vous organiser ?

- De nombreux ajustements sont à prévoir dans la mesure où nous devrons composer avec des conditions climatiques difficiles et des températures extrêmement basses, que ce soit en surface ou sous l’eau. Nous devons être sûrs que notre vaisseau sera capable de résister. Dans cette optique, nous embarquerons, outre nos équipements habituels, un outillage spécifique ainsi qu’un maximum d’éléments de construction préfabriqués pour nous faire gagner du temps.

Il poursuivit.

- Pour étudier en détail la topographie du lieu, nos équipes utiliseront des appareils adaptés pour évoluer en milieu hostile. Il serait cependant souhaitable de disposer d’au moins deux escadrilles de navettes pour nous défendre en cas d’attaque.

- Vous les aurez. Ensuite ?

- Dans la mesure où nous devrons nous établir dans les grands fonds pour éviter que les terriens ne nous découvrent, nous devrons installer juste sous la surface un petit relais pour faciliter les communications entre le Camp de la Lune noire et notre vaisseau. Dès que nous aurons terminé d’explorer la zone, nous pourrons nous mettre au travail.

- C’est une bonne approche. Y a-t-il autre chose dont vous souhaiteriez nous faire part ?

- Non, Commandant.

- Lieutenant Pandia, avez-vous quelque chose à ajouter ?

- Oui, Commandant. Si vous me le permettez, je souhaiterais de mon côté explorer le site JS. Je pense qu’il peut constituer une alternative intéressante au point NP.

- Expliquez-vous.

- Les fonds marins sont eux aussi propices à l’édification d’une base sous-marine. Le secteur est parsemé de nombreuses îles et îlots inhabités. En les utilisant, nous pourrons sans doute réduire les délais de construction de manière significative. La présence de nombreux volcans encore actifs dans cette zone peut également jouer en notre faveur. Une éruption peut constituer un excellent camouflage naturel. Dans la mesure où il s’agit d’un phénomène courant, les terriens ne se méfieront pas.

- L’idée est intéressante, je dois l’admettre. Qu’en pensez-vous, capitaine Thalis ?

- A titre personnel, je considère toujours le point NP comme le meilleur choix. Je rejoins cependant l’avis du lieutenant Pandia : explorer ce secteur peut s’avérer utile. Peut-être y découvrirons-nous des choses intéressantes susceptibles de nous servir par la suite.

- Lieutenant Pandia, de quoi aurez-vous besoin pour effectuer cette mission ? questionna Végalina.

- Un simple appareil d’observation me suffira. Je ne tiens pas à gêner le capitaine Thalis et ses hommes dans leur travail, Commandant. Leur mission est autrement plus importe que la mienne.

- Soit. Je vous donne carte blanche.

- Merci de votre confiance, Commandant.

- Cette réunion est à présent terminée. Vous pouvez vous retirer et prendre du repos. Vous en aurez grand besoin étant donné la charge de travail qui vous attend.

Les deux officiers quittèrent la salle de réunion pour regagner leurs cabines respectives.

- Qu’en penses-tu ? demanda Erea.

- En dépit des agissements de cet imbécile de Sordio, les choses se présentent sous un angle favorable pour le moment. Comme nous pouvions nous y attendre, ils ont accompli tous les deux un travail remarquable.

- Je suis d’accord. Si nous connaissions déjà les qualités de Thalis, il faut reconnaître que Pandia constitue lui aussi un très bon élément. Le fait qu’il ait souhaité explorer une voie différente est également très positif.

- Je partage ton opinion. Ses arguments sont pertinents et ses découvertes pourraient nous être utiles. Si, d’aventure, la construction de notre base polaire ne se déroulait pas comme prévu, nous pourrons toujours utiliser ce site comme solution de repli.

Erea acquiesça.


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Actasia

Actasia

Messages : 62
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 48
Localisation : Sous la neige anglaise...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeJeu 9 Nov 2017 - 1:53

Episode 14

kimi_san a écrit:

venusia45 a écrit:
Gniark gniark j'en étais sûre...Bon, elle a fait un sacré déni de grossesse quand même, et tout n'est pas rose layette pour autant.

hikaru a écrit:
Enfin la bonne nouvelle que j'attendais.  bounce  bounce  bounce

Kass01 a écrit:
Un magnifique chapitre où enfin Vénusia et Actarus savent ce que je soupçonne depuis le début  Very Happy

=> Et voilà ... c'était le moment que tout le monde attendait !

Yesss! l'heureuse nouvelle, enfin ! Very Happy Soupir de soulagement pour Venusia... C'est rassurant de savoir qu'elle va maintenant être entourée et que tout le monde va prendre soin d'elle et du bébé du mieux qu'ils peuvent... Et puis quel magnifique moment pour elle et Actarus...

Episode 16

Citation :
(Phénicia) - Il n’a pratiquement pas dormi de la nuit … et il est parti très tôt ce matin. D’après ce que je sais, il avait deux ou trois petites choses à faire aujourd’hui … Je pense qu’il ne devrait plus tarder, maintenant.

...d'ailleurs, je suis tres curieuse de savoir ce qu'il est parti faire... scratch enfin j'ai bien une petite idée mais nous verrons...  Wink  

Episode 15

L'analyse de Vegalina et la logique implacable de son plan font vraiment froid dans le dos... Brrrrrrr

Episode 16

Le bonheur de Venusia fait chaud au coeur, et tu nous offres un bien joli moment entre Alcor et Phénicia...  Very Happy  I love you Une petite bulle de douceur qui ferait presque oublier la tempête à venir pendant quelques instants.


Et puis un petit commentaire général (vu que j'ai pris le train en route) juste pour dire que je suis vraiment soufflée, les scènes prennent vie sous ta plume précise, les descriptions détaillées et les dialogues superbement ficelés... j'ai l'impression d'y être ! Merci Kimi pour ce récit qui tient en haleine ! Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2644
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 45

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeJeu 9 Nov 2017 - 16:12

Actasia a écrit:
Episode 14

Yesss! l'heureuse nouvelle, enfin ! Very Happy Soupir de soulagement pour Venusia... C'est rassurant de savoir qu'elle va maintenant être entourée et que tout le monde va prendre soin d'elle et du bébé du mieux qu'ils peuvent... Et puis quel magnifique moment pour elle et Actarus...

=> Il ne pouvait en être autrement ! C'est une nouvelle vie qui commence, maintenant ... Very Happy


Actasia a écrit:
Episode 15

L'analyse de Vegalina et la logique implacable de son plan font vraiment froid dans le dos... Brrrrrrr

=> Et tu n'as encore rien vu ... parce qu'elle est prête à tout pour arriver à ses fins.


Actasia a écrit:
Episode 16

...d'ailleurs, je suis tres curieuse de savoir ce qu'il est parti faire... scratch enfin j'ai bien une petite idée mais nous verrons...  Wink  

=> A quoi est-ce que tu penses ?  Wink


Actasia a écrit:
Episode 16

Le bonheur de Venusia fait chaud au coeur, et tu nous offres un bien joli moment entre Alcor et Phénicia...  Very Happy  I love you Une petite bulle de douceur qui ferait presque oublier la tempête à venir pendant quelques instants.

=> C'est une progression logique. Notre ami Alcor commence, lentement mais sûrement, à évoluer et à intégrer ses sentiments pour Phénicia. Ce lien qui ne cesse de s'intensifier résistera-t-il aux épreuves à venir ?


Actasia a écrit:
Et puis un petit commentaire général (vu que j'ai pris le train en route) juste pour dire que je suis vraiment soufflée, les scènes prennent vie sous ta plume précise, les descriptions détaillées et les dialogues superbement ficelés... j'ai l'impression d'y être ! Merci Kimi pour ce récit qui tient en haleine ! Very Happy Very Happy Very Happy

=> Merci pour ton commentaire ... je ne sais pas quoi dire ... Embarassed Embarassed Embarassed

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4468
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 47
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeJeu 9 Nov 2017 - 16:17

Merci Kimi Wink Toujours aussi sympathique cette Végalina. Et elle dispose d'une armada de personnes toutes plus dévouées les unes que les autres (et ceux qui ne suivent pas la ligne ont intérêt à compter leurs abattis !). Brrrr !

Pour Vénusia, j'ai aussi une petit idée mais comme Actasia je ne dirai rien Very Happy

Merci encore pour cette histoire qui se suit très facilement, pleine de suspense et dans laquelle on passe facilement d'un registre à l'autre. C'est très fluide Wink
Revenir en haut Aller en bas
Actasia

Actasia

Messages : 62
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 48
Localisation : Sous la neige anglaise...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeJeu 9 Nov 2017 - 18:47

kimi_san a écrit:

Actasia a écrit:
Episode 15

L'analyse de Vegalina et la logique implacable de son plan font vraiment froid dans le dos... Brrrrrrr

=> Et tu n'as encore rien vu ... parce qu'elle est prête à tout pour arriver à ses fins.

Un vrai bon méchant machiavélique à souhait est aussi ce qui fait une excellente histoire !  Wink  
Ceci dit, j'en tremble d'avance pour nos amis.

kimi_san a écrit:
Actasia a écrit:
Episode 16

...d'ailleurs, je suis tres curieuse de savoir ce qu'il est parti faire...  scratch  enfin j'ai bien une petite idée mais nous verrons...  Wink  

=> A quoi est-ce que tu penses ?  Wink  

Hmm.. je ne dirai qu'un mot... "meaningful"*  Very Happy
*plein de signification

kimi_san a écrit:
Actasia a écrit:
Et puis un petit commentaire général (vu que j'ai pris le train en route) juste pour dire que je suis vraiment soufflée, les scènes prennent vie sous ta plume précise, les descriptions détaillées et les dialogues superbement ficelés... j'ai l'impression d'y être ! Merci Kimi pour ce récit qui tient en haleine !  Very Happy  Very Happy  Very Happy

=> Merci pour ton commentaire ... je ne sais pas quoi dire ... Embarassed  Embarassed  Embarassed

Mais il n'y a rien a dire, c'est la vérité vraie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10845
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitimeVen 10 Nov 2017 - 0:54

merci Kimi ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 8 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 8 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 19 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» Les fanfiction.
» Les extraterrestres sont parmi nous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: