Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 18 ... 30  Suivant
AuteurMessage
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeJeu 26 Oct 2017 - 10:14

Brrr elle fait froid dans le dos cette Vegalina et sa copine n'est pas mieux.

J'espère que Vénusia va prendre au sérieux sa douleur au ventre

Je sens que la suite sera très dur

En tout cas merci beaucoup pour ce récit

Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeVen 27 Oct 2017 - 17:38

hikaru a écrit:
Vénusia qui s'entête à dénier sa douleur au ventre, seule responsable de son accident. pale  

=> Par certains côtés, force est de constater qu'elle n'a vraiment à rien à envier à Actarus ... Very Happy

hikaru a écrit:
Et Eslan et Thalis qui s’apprêtent à découvrir les archives de la base lunaire. affraid

=> Gardez bien un oeil sur Thalis ... parce que vous n'êtes pas au bout de vos surprises avec lui ! Je ne pensais pas que je le développerais autant au départ, mais c'est un personnage intéressant. On peut très bien être véghien et éprouver des émotions ...

hikaru a écrit:
Bref, rien de bon pour l'avenir.

=> Et ça commence dès le chapitre #11 !

venusia45 a écrit:
Je reprends le train en marche après quelques jours de folie au travail.  Tout ce qui se passe sur la lune noire ne présage rien de bon, et les douleurs de Vénusia non plus Sad Shocked

=> C'est le moins qu'on puisse dire ... que ce soit d'un côté ou de l'autre ... affraid

Gurendaizä a écrit:
Je me demande bien ce qu'ils vont découvrir ! affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

=> Réponse dans les prochains chapitres !!!

Kass01 a écrit:
Brrr elle fait froid dans le dos cette Vegalina et sa copine n'est pas mieux.

=> Si elles étaient toutes gentilles, "ce serait pas amusant" !

Kass01 a écrit:
J'espère que Vénusia va prendre au sérieux sa douleur au ventre

=> Il faudra bien qu'elle le fasse à un moment ou à un autre ... de préférence avant qu'il ne soit trop tard ...

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 29 Oct 2017 - 19:59

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Aujour10

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 011_er10





La vie suivait son cours au Centre de recherches spatiales. Si la salle des commandes dans laquelle officiaient Argoli et Antarès était étrangement silencieuse, il en était tout autrement dans l’atelier souterrain où deux équipes de techniciens placées sous la direction de Cochir travaillaient d’arrache-pied pour remettre Vénusiak en état. Le spacer jaune et rouge, endommagé lors du combat contre les forces de Véga, avait été récupéré quelques jours plus tôt par Phénicia. Si la jeune fille avait rapidement retrouvé sa trace dans la montagne, Fossoirak avait dû être modifié afin de le transporter jusqu’à sa base. Les filins de sauvetage habituellement logés sous l’appareil avaient été démontés au profit d’un autre équipement d’aspect similaire développé en collaboration avec d’autres laboratoires et spécialement conçu pour le port de charges lourdes et volumineuses, ce qui était exactement le cas pour Vénusiak et ses 90 tonnes.

Les dégâts étaient moins importants que prévu : l’appareil avait plutôt bien résisté au choc même si son blindage avait été sérieusement entamé en plusieurs endroits. Les moteurs principaux et auxiliaires n’avaient subi aucun dommage et les différents équipements électriques et hydrauliques étaient pleinement fonctionnels. Seuls quelques éléments inhérents aux systèmes d’armement avaient dû être remplacés. Il pourrait donc prendre l’air et se battre en cas de besoin mais, comme l’avait souligné Cochir et ses collaborateurs, ses performances ne seraient pas les mêmes qu’à l’accoutumée.

Du haut de la passerelle qui surplombait l’atelier, Vénusia regardait les différents techniciens s’affairer autour de son appareil tout en se remémorant les derniers instants du combat précédent. Elle n’avait rien oublié et se reprochait encore d’avoir commis ce qu’elle considérait comme une erreur de débutant. Elle n’avait pas réagi comme il le fallait et elle aurait dû, malgré la douleur, terminer la manœuvre qu’elle avait entamé pour échapper à son adversaire pour ensuite repartir à l’attaquer et ainsi aider ses équipiers et amis à repousser les troupes de la Division Ruine envoyées par Végalina. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas tout de suite la présence d’Alcor qui était venu la rejoindre.

- Je pensais pas te retrouver ici. Comment tu te sens ?

- Je vais bien, Alcor. Ne t’en fais pas pour moi, répondit-elle sans grande conviction.

- Je sais à quoi tu penses en ce moment … et je t’assure que tu fais erreur. Tu n’as rien à te reprocher pour ce qui est arrivé l’autre jour.

- Tu te trompes. J’ai mal jugé la situation. Quand l’antérak nous a tiré dessus, j’aurais dû me douter qu’un de ses missiles me serait destiné. J’aurais dû réagir plus rapidement …

- Pour moi, tu n’as pas fait d’erreur. Au contraire, tu avais pris la bonne décision et je peux te dire que j’aurais agi exactement comme toi. Simplement, je pense que ton appareil n’a pas répondu correctement. Dans des situations comme celles-ci, une fraction de seconde suffit pour faire la différence. On le sait tous les deux.

- Je te dis que c’était une erreur de ma part ! répondit-elle en haussant le ton. Il n’y a rien à dire de plus. C’est ma faute …

Elle quitta l’atelier la tête basse en laissant Alcor derrière elle. Il ne resta cependant pas seul bien longtemps puisque Phénicia se joignit à lui quelques instants plus tard. Vénusia était passée devant elle sans dire le moindre mot et la jeune fille avait vite compris qu’elle devait encore être furieuse contre elle-même.

- Qu'est-ce qu'elle a ? demanda Phénicia à un Alcor toujours songeur.

- J'en sais rien. Je l’ai jamais vue comme ça. Elle est persuadée d’avoir fait une faute de pilotage et elle s’en veut de ne pas nous avoir aidés comme elle l’aurait voulu. J’ai essayé de lui expliquer qu’elle n’avait pas fait d’erreur et que c’était peut-être un problème technique sur Vénusiak mais elle n’a rien voulu savoir.

- Elle essaie peut-être de s'en persuader tout simplement. A part elle, personne ne sait ce qui s’est vraiment passé. Si c’est vraiment une panne mécanique, elle n’aura plus confiance dans son appareil et elle sera forcément handicapée quand elle ira se battre à nos côtés.

- Tu as sans doute raison. J’avais pas vu les choses comme ça … répondit-il, perplexe.

Phénicia ne disait rien mais n'en pensait pas moins. Cette « faute de pilotage » telle que la décrivait Vénusia n’en était peut-être pas une.

- De toute façon, je pense qu'Actarus est déjà auprès d'elle. S'il y a quelqu'un qui peut la rassurer, c’est bien lui. Je crois qu’ils ont besoin de passer du temps ensemble pour se retrouver. Je sais qu’ils ont, chacun de leur côté, mal vécu leur séparation.

- Ce sont tes dons divinatoires qui t'ont soufflé tout ça ? Décidément, tu ne cesseras jamais de m'étonner, Phénicia … dit-il sur un ton admiratif.

Elle sourit.

- Je sais … et c’est aussi pour ça que tu m’aimes bien, non ?

- En tout cas, c’est pas la modestie qui t’étouffe ! Tu es toujours aussi sûre de toi à ce que je vois !

L'ambiance était autrement plus maussade dans la salle de détente où Vénusia s’était réfugiée. Elle regardait le paysage à travers la vitre blindée, ne cessant de maudire son erreur. « Je ne suis qu’une idiote. Tout le monde me fait confiance et voilà comment je les remercie … », dit-elle à voix basse. Elle baissa la tête et grimaça lorsqu’elle ressentit encore une douleur dans le bas-ventre. Encore une. « Ça ne fait rien … ça va passer. Ça n’a aucune importance … », pensa-t-elle. Elle se trompait.

Actarus pénétra à son tour dans la pièce quelques minutes plus tard et marqua un temps d’arrêt en la voyant se tenir le ventre. Il ne l’avait jamais remarqué auparavant et cela ne fit que renforcer son inquiétude. Réalisant soudainement sa présence, elle se redressa et réajusta ses vêtements comme si de rien n’était. Il vint immédiatement à sa rencontre.

- Que se passe-t-il, Vénusia ? Est-ce que tout va bien ? Tu es toute pâle.

- Ne t’en fais pas, je vais bien. C’est juste une faiblesse passagère, rien d’autre …

- Tu en es vraiment sûre ?

- Oui je t’assure.

- J’espère que tu as raison. Tu peux me dire ce que tu fais ici, toute seule ?

- Je repensais à ce qui s’est passé l’autre jour. Je n’arrive pas à me pardonner l’erreur que j’ai commise …

- Je comprends que cela te perturbe mais tu ne dois pas t’inquiéter pour cela. Dans quelques jours, tu n’y penseras plus, tu verras.

Elle acquiesça et vint se blottir dans ses bras. Elle avait besoin de réconfort et il le sentait. Ils se regardèrent et s'embrassèrent longuement. Il vit à cet instant quelques larmes perler sur ses joues. Leur séparation avait été beaucoup plus dure pour elle qu'il ne l'avait imaginée.

- Reprends-toi, Vénusia. Ne sois pas triste et essaie de garder ton calme. Je suis là, à présent et rien ne doit être plus important que cela.

- Depuis ce qui est arrivé dans la vieille auberge, je te sens différent, Actarus. Jamais tu te n'étais montré aussi protecteur et aussi attentionné envers moi. Tu ne pourras jamais imaginer ce que j’ai ressenti ce soir-là et ce que je ressens encore maintenant. C’est ce dont j’avais toujours rêvé. Et lorsque tu es parti, même si j’ai essayé de le cacher comme je le pouvais, j’avais peur … Peur que tu finisses par m’oublier et que ce que nous avions vécu n’était rien d’autre qu’un cadeau d’adieu …

- Je te défends de penser une chose pareille. Il n'y avait rien de tout cela. Je me suis senti coupable parce que tu étais dans un état second. Je te sentais moi aussi différente, et j’avais l’impression d’avoir peut-être abusé de cette faiblesse. J'avais eu tort.

- Tu n'avais pas à te sentir coupable. Je t'ai un peu forcé la main, moi aussi. J'ai toujours voulu ce qui s'est passé entre nous, durant ces quelques heures. Je me suis sentie vraiment heureuse pour la première fois. Je n'aurais jamais voulu vivre ces instants avec quelqu'un d'autre que toi. Tu avais pris mon cœur dès notre première rencontre. Je voulais attirer ton attention … et je m’y prenais mal. Seulement, tu étais tellement distant parfois. Je ne savais pas quoi faire …

- Peut-être … mais pourtant, tu as su trouver la clé. J’ai souvent pensé à ce que tu m’avais confié peu de temps après que tu aies découvert ma véritable identité. Tu disais que tu avais peur pour moi chaque fois que je devais aller me battre. Cette crainte était devenue la mienne lorsque tu as intégré l’escadrille. Je ne voulais pas que tu viennes parce que je voulais te protéger. Je ne voulais pas qu’un jour, tu subisses le même sort qu’Aphélie ou Végalia. Je m’y suis pris maladroitement … et j’ai compris beaucoup trop tard ce que je ressentais réellement pour toi, Vénusia.

- Nous avons beaucoup de temps à rattraper ensemble, Actarus. Le temps perdu ne se rattrape pas. Si je le pouvais, je ne te laisserais plus repartir et me laisser encore une fois ici, toute seule. Je sais que je suis égoïste et qu’il te reste encore beaucoup à faire sur Euphor, mais c’est simplement ce que je ressens …

- Je ne peux nier l’évidence, Vénusia. Reconstruire Euphor prendra du temps et …

- Je le sais, Actarus. Je sais que tu devras repartir quand cette guerre sera finie … et c’est pour ça que je ne veux plus perdre une seule seconde … La seule chose dont j’ai envie, c’est de profiter de toi le plus longtemps possible …

Actarus, ému, esquissa alors un léger sourire et la regarda avec tendresse en lui caressant la joue. Ils s’embrassèrent de nouveau. Vénusia garda les yeux clos comme pour mieux profiter de ces quelques instants. Ils ne faisaient plus qu’un et demeurèrent ainsi jusqu’à ce que le signal d’alarme retentisse. Ils reprirent leurs esprits et se regardèrent mutuellement : chacun savait à quoi l’autre pensait.

- Il faut que j’y aille. Reste ici et attends-moi, Vénusia. Je ne serai pas long.

- Fais attention, Actarus. Fais attention.

Le prince acquiesça et quitta précipitamment la pièce sous le regard inquiet de la jeune femme pour regagner la salle des commandes. Quelques secondes lui suffirent pour y parvenir.

- Qu'est-ce qui se passe, Argoli ?

- Une escadrille de navettes vient d’entrer dans l'atmosphère. Leur vitesse est considérable.

- Bon sang, ils n'ont pas perdu de temps … réagit-il.

- Je pense qu'elles ne sont pas seules et qu'un antérak doit les suivre à bonne distance. De toute façon, même s’il n’y a rien sur le scope, nous serons rapidement fixés.

- J’espère qu’Alcor et Phénicia ont également entendu le signal d’alarme. Essaie quand même de les joindre sur leur fréquence personnelle au cas où. Nous devons décoller rapidement pour nous débarrasser de ces intrus.

- Entendu.

Au même moment, Vénusia, désormais vêtue de sa tenue de pilote, fit irruption dans l’atelier et gagna le poste de pilotage sans se soucier de la présence des techniciens qui poursuivaient leur travail. Surpris par l’attitude de la jeune femme, Cochir l’interpella.

- Vénusia, attends ! Nous n'avons pas terminé les réparations ! Ton appareil n'est pas encore opérationnel ! Ce serait de la folie de combattre dans ces conditions !

- Ne vous inquiétez pas, je serai très prudente, répondit-elle en ajustant son casque.

La vitre blindée du cockpit se referma. Vénusia activa les rétro-fusées du spacer qui s’éleva alors progressivement jusqu’à se retrouver à l’air libre. D’un geste ferme et précis, elle tira vers elle le levier actionnant la post-combustion.

- « Vénusiak … GO !!! »

Vénusiak prit alors de la vitesse suivant une trajectoire ascendante. L’ennemi se trouvait quelque part devant elle et elle était bien décidée à le débusquer. « Actarus, Alcor, Phénicia, vous allez tous voir ce dont je suis capable. Je veux que vous soyez tous fiers de moi … », pensa-t-elle à voix haute comme pour se donner du courage.

Le décollage de la jeune femme n’était pas passé inaperçu, bien au contraire. Tous les personnels présents dans la salle des commandes avaient vu le spacer prendre de la vitesse et disparaître à l’horizon. Prévenu, Actarus était immédiatement revenu sur ses pas alors qu’il s’apprêtait à prendre les commandes de l’asporat pour rejoindre le hangar de sa machine.

- Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda-t-il.

- Vénusia vient juste de décoller ! répondit Cochir, complètement essoufflé. J’ai essayé de l’en dissuader car les réparations ne sont pas encore terminées mais elle n’a rien voulu entendre. L’armement et les propulseurs sont opérationnels mais Vénusiak ne pourra fonctionner qu’à 55% de ses possibilités environ !

- Elle est complètement inconsciente ! Elle n’est pas encore complètement remise et il faut déjà qu’elle reparte se battre !

A peine avait-il terminé que Phénicia intervint.

- C’est ce que je pensais ! C’est exactement ce dont Alcor et moi avons parlé lorsque nous étions encore dans l’atelier. Elle n’arrête pas de s’en vouloir après ce qui s’est passé l’autre jour et elle tient sûrement à nous montrer que ça n’était qu’une erreur sans conséquence !

- De toute façon, pas question de la laisser se débrouiller toute seule, ajouta Alcor. On décolle !

Les trois Aigles quittèrent la salle des commandes pour s’installer à bord de leurs appareils respectifs. Si Alcor et Phénicia prirent la direction de la salle des départs, Actarus entreprit de rejoindre le hangar de sa machine à pieds. Il pénétra à l’intérieur et, dans un saut d’une hauteur prodigieuse, revêtit sa tenue de pilote pour finalement prendre place dans son cockpit.

- « Métamorphose !!! »

Sans se poser de question, il actionna la commande activant la plate-forme ascensionnelle qui lui permettait d’accéder à l’étage inférieur d’où partaient les huit routes secrètes qu’il pouvait utiliser pour faire partir sa machine. Son choix se porta sur la route numéro 4 dont les sas étaient déjà ouverts. Il fallait faire vite.

- « Goldorak …GO !!! »

Goldorak descendit la rampe de lancement et suivit le couloir aménagé spécialement à travers la montagne avant de s’engager dans les tunnels transparents surplombant les lacs de lave en fusion situés non loin du Centre et c’est au milieu des fumées nocives du Val d’Enfer qu’il fit son apparition. Le prince d’Euphor n’eut besoin que d’une poignée de secondes pour rejoindre ses équipiers et prendre la tête de la formation.

- J’espère qu’on va rapidement la rattraper … fit Alcor, inquiet.

- On doit y arriver, Alcor. Il le faut. On ne peut pas la laisser se battre toute seule. Même si son appareil est presque opérationnel, elle n’est pas à l’abri d’une nouvelle panne …

- Je partage votre avis à tous les deux. D’après Argoli, l’escadrille se trouve à moins de dix kilomètres et droit devant nous. Nous devrions bientôt l’avoir en vue … et Vénusia aussi par la même occasion.

- Vu. Pourvu qu’on n’arrive pas trop tard … conclut Alcor.

L’escadrille en question n’en était pas vraiment une. Il s’agissait en fait de deux escadrilles bien distinctes, composées chacune de dix navettes. Toutes deux avaient pris leur envol depuis les deux rampes de lancement de l’appareil qui avait quitté les restes du Camp de la Lune noire une heure auparavant. L’engin spatial véghien était à présent en position stationnaire au-dessus de la planète bleue comme Végalina l’avait exigé.

Chaque escadrille avait une mission bien précise : la première devait effectuer une manœuvre de diversion pour faire sortir les Aigles de leur tanière tandis que la seconde servirait d’escorte au nouvel antérak envoyé par la Division Ruine. Disposant toujours d’une légère avance sur ses équipiers, Vénusia fut rapidement en vue de la première.

- Si vous croyez qu’on va se laisser faire, vous vous trompez !!!  dit-elle à voix basse.

Il était temps pour elle de passer à l’action. Vénusiak se déporta sur sa gauche et tira une première salve de missiles.

- « Missiles Oméga !!! »

Deux navettes furent détruites dans l’opération. Vénusia fit ensuite demi-tour pour se lancer à la poursuite de celles qui lui avaient échappé. Une fois dans leur sillage, elle utilisa une autre arme, énergétique celle-là.

- « Electronium !!! »

Deux rayons laser de forte puissance sortirent des orifices placés de part et d’autre du fuselage. Quatre navettes furent prises dans le faisceau lumineux et explosèrent aussitôt. Il n’en restait plus que quelques unes qui furent abattues à leur tour par une deuxième salve de missiles. La première escadrille n’existait plus. « Désormais, ils sauront à quoi s’en tenir ! », songea-t-elle.

C’est à cet instant que la deuxième escadrille apparut sur son écran de contrôle. « En voilà d’autres … ça ne s’arrêtera donc jamais ? » songea-t-elle en tirant vers elle ses deux leviers de commande. Le spacer jaune et rouge changea de trajectoire et prit ensuite de la vitesse, s’écartant de sa route initiale pour se lancer à l’assaut des appareils véghiens qui étaient encore à bonne distance. Elle se plaça immédiatement en position d’attaque et tira deux salves de missiles consécutives qui détruisirent les deux navettes de tête.

- « Missiles Oméga !!! »

Vénusiak décrocha lentement sur sa droite et amorça un demi-tour pour échapper aux tirs de laser adverses. Vénusia porta une nouvelle attaque en actionnant un des leviers qui se trouvait sur sa droite.

- « Delta-Lame !!! »

L’aile delta quitta son support et, lancée à pleine vitesse, sectionna deux navettes, les débris enflammés en faisant exploser une troisième. De cette seconde escadrille, il ne restait presque plus rien lorsque Goldorak et les deux autres appareils de la Patrouille des Aigles firent leur apparition. Sans se poser de question, Phénicia quitta la formation pour terminer le travail.

- « Pyro-bombes en rafale !!! »

Les bombes incendiaires firent exploser les navettes restantes. L’antérak tant attendu avait finalement fait demi-tour sur ordre de Végalina. Depuis son cockpit, Vénusia adressa un signe de victoire à son équipière et lui sourit avant de rejoindre la formation comme si de rien n’était. Actarus voulut la rappeler à l’ordre mais Alcor le devança.

- Qu’est-ce qui t’a pris de réagir comme ça ? Tu aurais quand même pu nous attendre vu l’état de ton appareil. Tu aurais pu te faire tuer ou blesser inutilement ! fit-il, visiblement contrarié.

- Tu n’as aucun souci à te faire. Même si mon appareil n’est pas complètement réparé, je suis parfaitement capable de me défendre toute seule contre une ou plusieurs escadrilles comme celles-ci. Et à ma place, tu en aurais fait autant. Je me trompe ?

Alcor ne répondit pas. Elle avait raison et il le savait. « Là-dessus, on est d’accord … », songea-t-il.

- Alcor a raison, Vénusia. Tu t’es mise en danger inutilement. Tu sais bien que tu n’es pas encore complètement remise et que ton appareil n’est au mieux lui non plus, reprit Actarus.

- J’ai fait une erreur l’autre jour. C’est quelque chose qui n’aurait pas dû arriver. Il fallait que je me rassure, c’est tout. Et si nous devons encore nous battre dans les jours ou les semaines à venir, il faut que je sois prête.

Visiblement peu convaincu par cette explication, Actarus jeta un regard en direction de l’appareil de son équipière. Vénusia paraissait sereine, mais gardait désormais le silence. « Qu’est-ce qu’elle essaie de nous prouver ? » pensa-t-il.

Phénicia s’était de son côté bien gardée d’intervenir dans la discussion, ce qui n’avait à vrai dire rien d’étonnant dans la mesure où elle en savait plus sur l’état de santé de Vénusia que ses équipiers. « Elle veut sûrement nous montrer qu’elle a complètement récupéré et qu’elle peut se battre à nos côtés même si elle se sent affaiblie. Pourquoi prendre autant de risques, Vénusia ? », s’interrogea-t-elle. Elle s’inquiétait à juste titre.

Un peu plus haut, dans le poste de commandement de l’appareil d’observation qui faisait à présent office de soucoupe amirale, Végalina et Erea n’avaient rien perdu du combat ayant opposé quelques minutes plus tôt la Patrouille des Aigles aux deux escadrilles véghiennes. La prestation de Vénusia aux commandes de son appareil ne les avait pas laissées indifférentes.

- Décidément, ils ne cessent de me surprendre. Je les ai peut-être sous-estimés ! Qu’est-ce que tu en penses, Erea ?

- Il faut reconnaître qu’ils ne sont pas maladroits, loin de là. Je suppose que le pilote de cet appareil avait bien des choses à se faire pardonner. Il suffit d’analyser les trajectoires qu’elle a empruntées et sa façon d’attaquer pour s’en rendre compte. Nous avons assisté à une véritable démonstration de force plutôt qu’une attaque coordonnée. Actarus et les autres l’ont rejointe alors que l’essentiel était fait.

- Quelles sont tes conclusions ?

- D’après les enregistrements que j’ai pu visionner, elle s’est retrouvée hors de combat presque tout de suite. L’accident dont elle a été victime a été particulièrement violent et elle n’en est pas sortie indemne d’après ce que tu m’as dit. Elle était blessée et inconsciente lorsque tu l’as retrouvée. Peut-être a-t-elle voulu leur montrer qu’elle ne garderait aucune séquelle de cet accident …

- Quoi qu’il en soit, elle nous a également prouvé qu’il faudra compter avec elle lors de notre prochaine offensive. Malheureusement, les moyens dont nous disposons sont bien trop limités. Nous pouvons certes compter sur l’antérak du capitaine Gallas, mais seuls quelques appareils de première génération sont disponibles. Les autres doivent être révisés et réarmés, ce qui risque de prendre un certain temps. Il faut que les techniciens du Groupe de Recherches Scientifiques règlent ce problème au plus vite.

- Je me chargerai de leur faire passer la consigne. Ne t’en fais pas pour ça.

- Très bien. Est-ce que tu as des nouvelles d’Eslan ?

- Rien pour le moment. Je sais qu’il travaille toujours avec Thalis pour essayer de trouver dans la salle des archives des informations susceptibles de nous aider à vaincre nos adversaires. J’essaierai d’en apprendre davantage dès que nous serons rentrés.

- Parfait. Dans ce cas, partons immédiatement.

Erea acquiesça et donna ensuite à l’officier navigateur l’ordre de retourner au Camp de la Lune noire. Ce dernier s’exécuta aussitôt.

Le retour de la Patrouille des Aigles au Centre se déroula sans encombre. Tous s’apprêtaient à regagner leurs hangars respectifs lorsque Vénusiak décrocha brutalement sur sa gauche, quittant le reste de l’escadrille, pour se diriger plein sud. Alcor fut le premier à constater ce changement de cap.

- Hé Vénusia ! Où est-ce que tu vas ?

- Vénusia, rejoins tout de suite la formation ! renchérit Actarus, visiblement surpris par la manœuvre de son équipière.

Vénusia ne répondit pas. Le spacer disparut rapidement de leur champ de vision.

- Alcor, essaie de déterminer sa destination, en te basant sur le cap qu’elle a suivi.

- Je ne pense pas que j’aurai besoin de faire des recherches très poussées, Actarus. Elle a pris la direction du ranch et je ne serais pas surpris de la voir se poser là-bas.

- Très bien. Que tout le monde rentre à la maison, je m’occuperai de ça personnellement.

- Bien, « commandant ! » répondirent en chœur Alcor et Phénicia.

Alcor avait vu juste. Le spacer se posa dans la cour intérieure du ranch. Vénusia releva la visière de son casque et ferma les yeux avant de s’extraire de son poste de pilotage. Une fois à terre, elle se hâta vers la résidence principale, ignorant successivement Mizar, pourtant venu à sa rencontre, et Rigel qui était descendu de son mirador.

- Ben alors p’tite sœur, où est-ce que tu cours comme ça ? demanda Mizar, intrigué.

- Et alors ? Ça t’arrive de répondre quand on te pose une question, jeune fille ? fit Rigel d’un air courroucé.

Ils n’obtinrent tous deux aucune réponse. Vénusia pénétra dans sa chambre et tira les rideaux avant de s’enfermer à clé. Elle voulut rejoindre son lit mais chuta lourdement, heurtant de la tête sa table de chevet. Elle tenta désespérément de se relever mais ne le put. Elle ferma les yeux et grimaça : ses douleurs ventrales étaient revenues, plus fortes que d’habitude. Bien plus fortes. Elle aurait pu hurler, mais elle ne le voulait pas.

Incapable de résister, elle finit par s’évanouir.

Elle n’avait pas commis de faute de pilotage cette fois. Sa mission avait été une réussite, mais elle avait commis une erreur en privilégiant son devoir au détriment de sa santé : une erreur lourde de conséquences qui allait peut-être s’avérer fatale …




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 29 Oct 2017 - 23:07

Ouch...Ca ne s'arrange pas pour Vénusia :/ Un peu d'orgueil mal placé même si c'est compréhensible, et ces fichues douleurs...Evanouie dans sa chambre...même si elle a fermé à clé, je gage que Rigel ou Actarus pourront l'y trouver et tirer au clair tout cela très vite.

Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 6:36

venusia45 a écrit:
Ouch...Ca ne s'arrange pas pour Vénusia :/ Un peu d'orgueil mal placé même si c'est compréhensible, et ces fichues douleurs...Evanouie dans sa chambre...même si elle a fermé à clé, je gage que Rigel ou Actarus pourront l'y trouver et tirer au clair tout cela très vite.

Merci Kimi !

Oui, c'est à espérer. Il serait vraiment temps qu'elle arrête de s'entêter et qu'elle sache l'origine de ses douleurs. Sait-on jamais, il s'agit peut-être d'une bonne nouvelle après tout. Wink Very Happy

Merci Kimi_san. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 7:20

hikaru a écrit:
venusia45 a écrit:
Ouch...Ca ne s'arrange pas pour Vénusia :/ Un peu d'orgueil mal placé même si c'est compréhensible, et ces fichues douleurs...Evanouie dans sa chambre...même si elle a fermé à clé, je gage que Rigel ou Actarus pourront l'y trouver et tirer au clair tout cela très vite.

Merci Kimi !

Oui, c'est à espérer. Il serait vraiment temps qu'elle arrête de s'entêter et qu'elle sache l'origine de ses douleurs. Sait-on jamais, il s'agit peut-être d'une bonne nouvelle après tout. Wink Very Happy

Merci Kimi_san. cheers

Je ne peux que me joindre à ces mots, vivement que tout le monde sache et que Venusia puisse aller mieux car je peux qu'imaginer que les attaques vont s'intensifier.

Merci Kimi
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 11:44

merci Kimi pour ce nouveau chapitre ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 12:08

venusia45 a écrit:
Ouch...Ca ne s'arrange pas pour Vénusia :/ Un peu d'orgueil mal placé même si c'est compréhensible, et ces fichues douleurs...Evanouie dans sa chambre...même si elle a fermé à clé, je gage que Rigel ou Actarus pourront l'y trouver et tirer au clair tout cela très vite.

=> Vénusia peut se montrer entêtée par moments ... et elle n'a rien à envier à Actarus en certaines circonstances ! Le prince réussira-t-il à lui venir en aide ? Réponse au chapitre suivant !

hikaru a écrit:
Oui, c'est à espérer. Il serait vraiment temps qu'elle arrête de s'entêter et qu'elle sache l'origine de ses douleurs. Sait-on jamais, il s'agit peut-être d'une bonne nouvelle après tout. Wink Very Happy

=> C'est bien possible, oui ... Very Happy

Kass01 a écrit:
Je ne peux que me joindre à ces mots, vivement que tout le monde sache et que Venusia puisse aller mieux car je peux qu'imaginer que les attaques vont s'intensifier.

=> Premiers éléments de réponses dans le chapitre #12 ! Quant à Végalina, elle ne va pas attendre que Vénusia se remette pour attaquer, bien au contraire !

Gurendaizä a écrit:
merci Kimi pour ce nouveau chapitre ! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

=> You're welcome. Ca tombe bien, la suite arrive bientôt ! Very Happy



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 307556534

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 12:51

Je pense moi aussi qu'il pourrait s'agir d'une bonne nouvelle Very Happy Wait and see Wink Merci Kimi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 13:07

Citation :
You're welcome. Ca tombe bien, la suite arrive bientôt ! Very Happy

Super ! FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 13:31

venusia45 a écrit:
Je pense moi aussi qu'il pourrait s'agir d'une bonne nouvelle Very Happy Wait and see Wink Merci Kimi Wink

=> N'en sois pas si sûre, vu que j'ai fait quelques retouches ... Twisted Evil


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 4177813809 "Non mais !"

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 18:57

Ouille mais que mijotes-tu donc ? affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 19:56

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Header11

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 012_je10





La nuit était à présent tombée sur le Centre de recherches spatiales et le ranch du Bouleau blanc, distants de quelques kilomètres. Mais, que ce soit dans un endroit ou dans un autre, l’ambiance n’était pas vraiment au beau fixe. L’attitude de Vénusia suscitait bien des interrogations. Elle avait voulu attaquer les escadrilles de la Division Ruine seule, au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité. Pendant un instant, on aurait cru voir Alcor en personne aux commandes de Vénusiak. Une fois sa tâche accomplie, elle avait quitté la formation pour se poser au ranch quelques minutes plus tard, sans donner la moindre explication, que ce soit à ses équipiers ou aux membres de sa famille.

Dans la salle de détente du Centre qui n’avait cette fois encore de détente que le nom, tout le monde demeurait silencieux, chacun semblant perdu dans ses pensées respectives. Ils cherchaient des réponses à leurs questions. Actarus prit la parole le premier. En raison de ses liens affectifs avec la jeune femme, il estimait normal de prendre la direction des débats.

- C’est une attitude bien inhabituelle de sa part. Je ne comprends pas ce qui l’a poussée à agir ainsi.

- Je ne vois qu’une seule explication, répondit Alcor. Je pense que ce qui lui est arrivé lors de notre premier combat l’a beaucoup perturbée. En agissant comme elle l’a fait, elle a peut-être essayé de se persuader qu’elle est toujours à la hauteur.

- Tout cela me paraît excessif. Tout le monde peut commettre une erreur de jugement ou une faute de pilotage. Je lui ai dit moi-même que personne n’était à l’abri.

- Elle a voulu nous montrer qu’elle peut faire aussi bien que nous tous, malgré ce qu’elle a traversé. Je ne vois pas pourquoi elle a pris autant de risques. Ça ne lui ressemble pas … fit Phénicia, pensive.

Alcor reprit la parole quelques secondes plus tard tout en regardant Actarus.

- Ça va sûrement vous sembler idiot, mais il y a peut-être autre chose. Le retour de la Division Ruine nous a tous pris de court … mais votre retour à tous les deux a également son importance. Je me trompe peut-être, mais le fait que tu sois là l’a peut-être amenée à commettre un acte irréfléchi.

- Qu’est-ce que tu entends par-là, Alcor ? demanda Actarus, toujours perplexe.

- Peut-être qu’elle veut simplement se montrer à la hauteur des espoirs que tu places en elle. Nous en avons parlé tous les deux il y a quelques temps de ça. Ce qu’il y a entre vous deux est bien plus important pour elle que tu ne le penses. Elle a probablement voulu te montrer à quel point elle était forte et à quel point tu pouvais te montrer fière d’elle. Ce qu’elle a fait aujourd’hui en est la preuve.

- Je pense qu’Alcor est dans le vrai, grand frère. Tu sous estimes peut-être la place que tu tiens dans sa vie. Tu comptes énormément pour elle et elle veut à tout prix te montrer à quel point elle tient à toi. Elle est émotionnellement très fragile, je n’ai pas besoin de vous l’apprendre. Son envie de bien faire et tout ce qui est arrivé depuis notre retour est à l’origine de tout ça. J’en suis sûre.

A peine Phénicia avait-elle terminé sa phrase que Rigel et Mizar pénétrèrent dans la pièce, la tête basse. Cela n’avait rien de surprenant. De par les liens de sang qui les unissaient, il était normal qu’ils se sentissent concernés par l’attitude de la jeune femme. Actarus prit la parole le premier.

- Est-ce que vous savez comment elle va ? Elle n’a pas repris contact avec nous depuis qu’elle s’est posée et nous n’arrivons pas à la joindre sur sa fréquence personnelle.

- Elle s’est enfermée dans sa chambre juste après avoir atterri avec Vénusiak dans la cour, répondit Mizar. Je lui ai demandé si elle allait bien, mais elle m’a pas répondu. Vu qu’elle avait encore son casque sur la tête, elle m’a peut-être pas entendu.

- En tout cas, elle a fait comme si elle n’avait rien entendu lorsque je lui ai posé moi-même une question, ajouta Rigel. J’ai bien essayé de la suivre lorsqu’elle est entrée dans la maison … Mais tout ce que j’ai entendu, c’est le bruit de la porte de sa chambre et celui de la clé dans sa serrure. Mais après …

- Tu veux dire que tu as entendu quelque chose d’autre ? demanda Alcor.

- J’ignore si ma vieillerie me joue des tours ou si j’entends des voix, mais j’ai cru l’entendre crier un peu plus tard. Pour en être sûr, j’ai essayé d’ouvrir sa porte et ses fenêtres mais je n’y suis pas arrivé. Je ne comprends pas …

- Pour en arriver là, il faut vraiment que ce soit grave … murmura Alcor, dépité.

- Ce n’est pas seulement dans la tête que ça se passe, reprit Phénicia. Le physique y est aussi pour quelque chose.

- Qu’est-ce que tu veux dire ? demanda Alcor, intrigué.

- Elle a subi un gros choc et elle s’est sans doute fait très mal. Même si elle ne nous en a pas parlé, elle en a peut-être gardé des séquelles. C’est ce qui peut expliquer ses maux de ventre et le fait qu’elle ait parfois du mal à reprendre son souffle. J’ai essayé de lui en parler, mais elle m’a répondu qu’elle avait juste besoin de repos et que ça passerait tout seul. Tout ça n’est pas bien clair …

- Sauf que c’est pas la première fois, Phénicia. Ça arrivait de temps en temps quand elle rentrait à la maison chaque semaine après ses cours, intervint Mizar.

- Qu’est-ce que tu dis ? réagit Actarus, visiblement surpris.

- Ben qu’elle se sentait pas bien par moments et que ça passerait tout seul. Elle disait qu’elle travaillait trop et qu’elle avait besoin qu’on la laisse tranquille.

Quelques minutes plus tard, le professeur Procyon entra dans la salle, fatigué mais surpris par cette réunion au sommet. Les travaux entamés avec le professeur Yumi pour la remise en état de Great Mazinger avaient été des plus difficiles en raison de difficultés imprévues. Il avait cependant laissé à son confrère un certain nombre de pistes à explorer avant de rejoindre le Centre. Le trajet qui l’avait ramené avait été long et il aurait aimé prendre un peu de repos. Ce qu’il vit l’en dissuada rapidement.

- Bonsoir à tous. Qu’est-ce qui nous vaut l’honneur de cette réunion nocturne ?

Tous lui expliquèrent dans le détail les évènements du jour. Procyon baissa la tête et se tint le menton pendant quelques instants. Lui aussi était inquiet.

- Je ne vois pas non plus d’explication logique, même si Phénicia et Alcor me paraissent assez bien résumer la situation. Je pense qu’elle est trop exigeante envers elle-même et qu’elle doit encore se reprocher ce qu’elle considère comme une faute. Cela peut entraîner des conséquences aussi bien physiques que psychologiques.

- Qu’est-ce qu’on peut faire alors, professeur ? demanda Alcor.

- Rien pour l’instant. Mieux vaut ne pas prendre de risque. Les choses auront sans doute évolué d’ici demain. Au vu de la situation, je pense que tu es le mieux placé pour régler ce problème, Actarus … dit-il en regardant ce dernier.

- Oui, père. Je m’occuperai de tout cela demain matin.

- Bien. En attendant, allez tous vous reposer. C’est la meilleure chose à faire.

Tous approuvèrent. Chacun regagna sa chambre, hormis Rigel et Mizar qui reprirent la direction du ranch. Procyon et Phénicia étaient désormais seuls. La jeune fille ne pouvait plus masquer son inquiétude. Elle se sentait coupable et le scientifique l’avait vite compris.

- Est-ce que vous pensez que c’est en rapport avec …

- Ce n’est pas impossible, Phénicia. Même si elle a fait des progrès considérables dans ce domaine, elle n’en reste pas moins fragile d’un point de vue émotionnel. Si ce changement de comportement est, comme tu le supposes, dû à une éventuelle grossesse, nous serons rapidement fixés.

- Il faut le lui dire maintenant, professeur.

- Je ne pense pas que ce soit la meilleure chose à faire au vu des évènements d’aujourd’hui, Phénicia. Son état émotionnel est très instable et ce genre de nouvelle risque d’aggraver la situation. Nous devons faire preuve de patience pour le moment et attendre que les choses se calment, même si je sais que nous ne pourrons plus tergiverser bien longtemps. Nous en reparlerons demain matin si tu es d’accord. En attendant, je te conseille d’aller te reposer toi aussi. Tu en as besoin.

- Bien professeur, répondit la jeune fille en quittant la pièce, la tête basse.

Il resta seul dans la pièce. Lui aussi espérait que la situation s’améliorerait dans les heures à venir.

Les minutes avaient défilé, puis les heures. La nuit avait été courte et peu de gens étaient parvenus à trouver le sommeil. Assurément, Actarus n’en faisait pas partie. L’attitude inexplicable de Vénusia l’avait empêché de dormir. Il avait retourné plusieurs fois le problème dans sa tête sans trouver de réponses à ses questions.

Il repensait également aux paroles prononcées par Alcor la veille au soir. Les liens affectifs qui l’unissaient à Vénusia étaient extrêmement forts, bien plus qu’il ne l’avait imaginé au départ. Il était décontenancé par la situation, mais l’évidence s’était imposée : ils étaient amoureux, tout simplement. C’était dans cet état d’esprit qu’il devait aller la voir et non dans celui de chef de la Patrouille des Aigles.

C’est donc d’un pas décidé qu’il quitta le Centre pour prendre la direction du ranch. Mais contrairement à son habitude, il ne ferait pas le trajet au guidon de son buggy mais à pied, ce qui lui laisserait tout le temps pour développer son argumentaire, exposer ses idées et surtout laisser parler son cœur. Peut-être lui suffirait-il simplement de l’écouter. Après tout, Alcor et Phénicia avaient peut-être raison : elle avait sûrement de bonnes raisons pour avoir agi comme elle l’avait fait. S’il réussissait à la mettre en confiance, elle lui raconterait tout et il pourrait ainsi se faire une idée plus précise de la situation. Ce ne serait pas facile.

Une fois au ranch, après avoir informé Mizar et Rigel de ses intentions, il se rendit dans la chambre de Vénusia. La porte était désormais ouverte et si les rideaux étaient toujours tirés, la jeune femme avait finalement trouvé la force nécessaire pour se relever et s’allonger sur son lit. Actarus remarqua la présence de sang sur le sol sans toutefois y prêter une grande attention. Vénusia dormait toujours mais son sommeil était visiblement agité. Elle devait sûrement rêver ou pire, faire des cauchemars. C’est en tout cas ce qui expliqua son réveil en sursaut. Elle se passa la main dans les cheveux et reprit son souffle avec difficulté. Ce n’est qu’en relevant la tête qu’elle constata la présence d’Actarus, juste devant elle. Elle baissa les yeux et préféra détourner la tête pour ne pas croiser son regard.

- Ça fait longtemps que tu es là ?

- Quelques minutes à peine … mais le peu que j’ai vu n’est pas fait pour me rassurer. Tu as sûrement passé une mauvaise nuit. Je me trompe ?

- Je n’ai pas cessé de faire des cauchemars. Je me suis souvent réveillée en larmes. C’était toujours la même chose, quelque chose de terrifiant. C’est tout ce dont je me rappelle. Je n’en ai pas d’autre souvenir.

Actarus vint s’asseoir à ses côtés et la prit dans ses bras pour la rassurer.

- Tu n’as pas à t’inquiéter. Ce que nous subissions depuis le retour des forces de Véga nous affecte tous à des degrés plus ou moins divers … mais je pense que cela t’affecte plus que nous tous, même si tu sembles ne pas t’en rendre compte.

- J’ai beaucoup réfléchi depuis hier soir. J’ai essayé de comprendre ce qui m’était passé par la tête. C’est pour ça que je n’ai voulu parler à personne, pas même à toi. J’ai été idiote. Je n’ai aucune excuse pour ce que j’ai fait. C’était un acte stupide. J’aurais pu me faire tuer inutilement. Et je ne sais toujours pas pourquoi je l’ai fait. C’était comme une pulsion que je n’ai pas pu contenir. Vous aviez tous raison.

- Qu’est-ce que tu as essayé de démontrer ? Tu voulais nous prouver, et à moi en particulier, que tu étais toujours prête à te battre à nos côtés malgré tout ce par quoi tu es passée ?

- Je n’en sais rien. Je voulais juste que tu sois fier de moi et que tu saches jusqu’où j’étais capable d’aller. Je n’ai pas réfléchi. Je te demande pardon, Actarus. Je te demande pardon …

Incapable de retenir ses larmes, elle se blottit dans les bras d’Actarus. Celui-ci la serra contre lui et lui passa longuement la main dans ses cheveux.

- Tu n’as rien à me prouver, Vénusia. Je sais ce dont tu es capable. Tu nous l’as montré maintes et maintes fois déjà. Tu n’avais pas besoin de faire une chose pareille.

- J’avais peur. J’avais peur de te perdre, de ne pas me montrer digne de toi, de ne pas mériter l’attention, l’affectation et l’amour que tu me portes depuis la nuit que nous avons passé ensemble.

- Cela n’arrivera pas. Tu me connais suffisamment. Ne pense pas des choses pareilles.

- J’espère que tu dis vrai. Je ne supporterais pas que tu aies une mauvaise opinion de moi avec la bêtise que j’ai faite.

Ils s’embrassèrent longuement. Les larmes ne coulaient plus. Elle se sentait rassurée. La pression était retombée. Pour l’instant du moins.

Bien plus haut, sur la face cachée de la Lune, Eslan et Thalis travaillaient toujours d’arrache-pied pour décrypter les dizaines de fichiers susceptibles de donner aux armées de Véga des informations décisives sur les forces et les faiblesses de leurs adversaires.

- Les choses se présentent bien pour l’instant, fit Thalis en s’épongeant le front. Si nous gardons ce rythme, nous n’aurons besoin que de quelques jours pour décrypter toutes ces données.

- Souhaitons-le. J’espère que nous trouverons quelque chose d’intéressant. Je ne voudrais pas avoir travaillé tout ce temps pour rien, répondit Eslan d’un ton monocorde.

- Je comprends ton impatience, mais dis-toi que ce n’est pas ce qui fera avancer les choses plus rapidement. Ces systèmes de sauvegarde sont complexes et le moindre détail peut avoir son importance. Ce qui peut te sembler anodin peut se révéler d’une importance capitale pour la suite des évènements.

Eslan hocha la tête en regardant Thalis. Ce dernier poursuivit.

- Je vais te donner un exemple. D’un point de vue strictement militaire, le processus de conception, la construction et la mise au point d’une machine de guerre, quelle que soit son type, peut te sembler très simple. Mais sur le plan technologique, si tu y regardes d’un peu plus près, tu constateras qu’il est infiniment plus complexe, ne serait-ce que par le nombre de paramètres dont nous ne devons tenir compte. Pour qu’un golgoth, un antérak ou même un monstrogoth soit efficace au combat, nous ne devons rien laisser au hasard.

- Vu sous cet angle, je ne peux que te donner raison. C’est une des choses que j’ai toujours apprécié te concernant. Qu’importe la mission : tu adoptes toujours la même approche scientifique et rationnelle. Pour être honnête, je ne comprends toujours pas pourquoi tu as quitté le Groupe de Recherches Scientifiques. Je sais qu’Ezequios t’a rendu la vie difficile, mais à ce point …

Thalis soupira.

- Il se croit au-dessus des lois. Même un scientifique aussi talentueux que Nida n’arrive pas à s’exprimer sous ses ordres. Il veut tout savoir, tout connaître, tout garder pour sa propre personne, afin d’être le seul à obtenir les honneurs. La notion de « travail en équipe » lui est étrangère. Je ne veux pas lui manquer de respect, mais son attitude est dangereuse. Elle risque de nous attirer des ennuis.

- Je suis de ton avis. Il en est de même pour le Commandant Végalina. Je pense que tu devrais considérer ton retour au sein du G.R.S. comme acquis. Je compte m’entretenir avec notre Commandant dès que possible à ce sujet. Si tu n’y vois pas d’objection, je vais te laisser poursuivre seul les recherches pour me rendre sur notre soucoupe amirale. Je te tiendrai au courant.

- Très bien.

Eslan quitta la salle des archives et emprunta les escaliers intérieurs pour rejoindre la navette qui l’attendait à l’extérieur. Quelques minutes lui suffirent pour se poser sur l’une des rampes de lancement de la « soucoupe amirale ». L’officier quitta son appareil pour gagner le poste de commandant situé à l’étage supérieur. Lorsque la porte automatique s’ouvrit, il constata qu’aucun officier n’était présent. Il n’y avait que d’obscurs subalternes. Il s’adressa au premier d’entre eux d’un ton ferme.

- Pourriez-vous informer le Commandant Végalina que je souhaite lui parler le plus tôt possible ? Ce que je dois lui communiquer est de la plus haute importance.

Le soldat s’exécuta et quitta précipitamment la pièce. Quelques minutes plus tard, Végalina et Erea firent leur entrée. Eslan les salua comme il se devait de le faire.

- Vous avez du nouveau, commandant Eslan ?

- Nous sommes toujours en train de récupérer les fichiers sauvegardés dans les armoires de stockage de la salle des archives du Camp. Le processus de décryptage prend du temps, mais le capitaine Thalis estime que ce n’est qu’une plus qu’une question de jours, à présent. Dès que nous aurons terminé, nous commencerons à les analyser en détail.

- Espérons que vous trouverez ce que vous cherchez, commandant … répondit Végalina sur un ton monocorde. Y a-t-il autre chose ?

- Oui, Commandant. C’est justement du capitaine Thalis dont j’aimerais vous parler. Je pense réellement qu’il doit réintégrer le Groupe de Recherches Scientifiques.

- Et comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion, commandant ? demanda Erea.

- Il s’agit là son terrain de prédilection. S’il ne fait plus partie du G.R.S, c’est uniquement en raison de ses relations conflictuelles avec Ezequios. Je ne remets pas en cause ses talents de concepteur mais j’estime que sa présence peut constituer un réel handicap pour nous.

- Que voulez-vous dire ?

- Ezequios est le genre d’homme qui souhaite concentrer tous les honneurs sur sa propre personne. Dans son esprit, lui seul s’estime digne de diriger le G.R.S. Comme je l’ai dit, son expérience et sa maîtrise scientifique parlent pour lui, mais son attitude empêche nos autres techniciens, à commencer par le professeur Nida, d’exploiter pleinement leur potentiel de travail.

- Votre analyse est pertinente. Si ce que vous dites est exact, il nous met indirectement en danger, observa Erea.

- Loin de moi l’idée de le dénigrer, commandant Erea. Mais je suis persuadé que le capitaine Thalis a raison.

- Si cet homme représente une menace pour nos intérêts, il faut dans ce cas le remplacer au plus tôt ou lui rappeler quelles sont nos priorités. Le combat que nous devrons mener contre le prince d’Euphor et ses alliés est déjà suffisamment difficile. Nous ne devons pas nous battre dans notre propre camp.

- Ton point de vue me semble justifié, Erea. Je vais faire en sorte que Thalis reprenne ses fonctions au sein du G.R.S. dans les jours qui viennent, sans toutefois en informer notre cher professeur.

- Mais que ferons-nous s’il venait à l’apprendre, Commandant ? demanda Eslan.

- Si cette initiative lui déplait, qu’il vienne directement me voir. Je lui expliquerai pourquoi j’ai pris cette décision. Et si cela ne lui convient pas, tant pis pour lui.

Erea et Eslan acquiescèrent. Végalina se tourna vers ce dernier.

- Nous convoquerons prochainement le capitaine Thalis et discuterons de sa prochaine affectation. En attendant, vous allez retourner l’aider dans ses recherches. Comme vous le savez, le temps joue contre nous. Nous comptons sur votre efficacité, à tous les deux.

- A vos ordres, Commandant.

Il sortit de la pièce. Erea regarda Végalina avec insistance.

- Je sais que tu n’apprécies pas beaucoup Ezequios. Cependant, la nomination de Thalis n’est-elle pas prématurée ? Si j’étais à ta place, je patienterais encore un peu.

- Et pourquoi ?

- Je sais qu’il travaille actuellement sur un projet baptisé « Symbiorak ». Cette technologie est semble-t-il très prometteuse.

- Voilà qui est intéressant. Sais-tu de quoi il s’agit ? demanda Végalina, intéressée.

- Il m’est difficile de te répondre dans la mesure où je ne dispose pas de tous les éléments nécessaires. Sans entrer dans les détails, ces appareils de quatrième génération disposent d’une très grande puissance et seraient capables de s’adapter à n’importe quelle situation ou adversaire grâce à la matérialisation physique du lien homme / machine.

- Si je te suis bien, son pilote serait à même de le contrôler par la pensée ?

- Exactement, et ce sans avoir recours à des commandes manuelles classiques.

- Tu penses que ce type d’appareil a des chances de fonctionner ?

- Le concept est intéressant et correspond à nos attentes. Reste à savoir cependant où en est exactement Ezequios. En est-il encore au stade théorique ou est-il déjà passé à la pratique avec un prototype opérationnel ? Difficile à dire. De plus, il y a un autre facteur que nous devons prendre en considération.

- Lequel ?

- La fiabilité de cette technologie en situation de combat. Théoriquement, une machine contrôlée par la pensée est forcément supérieure en termes de performances pures à un appareil doté de commandes manuelles classiques comme Goldorak. Cependant, ce dernier système présente l’avantage d’être extrêmement fiable. Si on ajoute à cela l’habileté au combat du prince d’Euphor et la confiance absolue qu’il accorde à sa machines, il peut parfaitement combler ce handicap.

- Je vois. Cependant, je maintiens la nomination du capitaine Thalis au sein du Groupe de Recherches Scientifiques. Néanmoins, pour que notre cher professeur ne se sente pas menacé, il n’y aura aucun contact entre eux. Par ailleurs, j’ai un autre projet en tête et je pense que Thalis est l’homme de la situation.

- De quoi s’agit-il ?

- Nous allons lui confier le soin de recréer la technologie « Monstrogoth ». Nous disposons d’un certain nombre d’éléments et savons que Thalis a travaillé sur ce projet sous les ordres du général Akéron. C’est un défi qui mérite d’être relevé.

Je n’irai pas contre ta décision, Végalina. Mais en agissant de la sorte, nous jouons également à un jeu dangereux. Espérons simplement que celui-ci ne se retournera pas contre nous.



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 A_suiv10


Gurendaizä a écrit:
Ouille mais que mijotes-tu donc ?  affraid FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

=> Tu verras bien ! Very Happy

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
anterak 08

anterak 08

Messages : 11901
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeLun 30 Oct 2017 - 21:42

chic un peu de lecture Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeMer 1 Nov 2017 - 2:06

Le projet Symbiorak, la technologie Monstrogoth... affraid J'ai l'impression que nos amis vont avoir du fil à retordre !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 3078841561 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 998076678 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2872741927 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 20914310
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeMer 1 Nov 2017 - 12:52

Gurendaizä a écrit:
Le projet Symbiorak, la technologie Monstrogoth... affraid  J'ai l'impression que nos amis vont avoir du fil à retordre !

=> Et encore, je n'ai pas évoqué ma dernière petite trouvaille avec le projet ECV ... (que vous connaissez à vrai dire déjà sous une autre forme) ! Very Happy


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 4177813809 "Même mort je les tourmente encore !!! Y a pas à dire, je suis quand même sacrément doué !"

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeJeu 2 Nov 2017 - 7:04

Gurendaizä a écrit:
Le projet Symbiorak, la technologie Monstrogoth... affraid  J'ai l'impression que nos amis vont avoir du fil à retordre !

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 3078841561 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 998076678 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2872741927 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2636677666

Il va encore y avoir beaucoup de travail pour Goldorak. Wink FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

Très beau passage lorsque qu'Actarus vient parler à Vénusia dans sa chambre. I love you  

Citation :
Les liens affectifs qui l’unissaient à Vénusia étaient extrêmement forts, bien plus qu’il ne l’avait imaginé au départ. Il était décontenancé par la situation, mais l’évidence s’était imposée : ils étaient amoureux, tout simplement. C’était dans cet état d’esprit qu’il devait aller la voir et non dans celui de chef de la Patrouille des Aigles.

C'est tout a fait ça, bravo Actarus tu as tout compris. Very Happy cheers

Avant tout (comme tout femme Wink ), je crois que Vénusia a besoin d'être rassurée vis à vis des ses sentiments à lui, ce qui est compréhensible étant donné la soudaineté des événements qui ont eu lieu juste avant son départ sur Euphor.

Elle est un peu perdue. Ce qui la fait agir bizarrement. Disons qu'elle a tellement espéré qu'il l'aime qu'elle a peur d'y croire.

Merci Kimi_san.
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeSam 4 Nov 2017 - 18:32

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Header11

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 013_un10



Cela faisait presque une semaine que les troupes de Véga ne s’étaient pas manifestées. Contrairement à leur première offensive, seules deux escadrilles de navettes avaient été envoyées au combat et Vénusia, partie sur un coup de tête, les avait presque décimées à elle seule avant que ses équipiers ne la rejoignent pour terminer le travail. Au vu de sa prestation, la jeune femme était de nouveau en pleine possession de ses moyens. Elle s’était montrée certes incapable d’expliquer les raisons qui l’avaient poussé à agir de cette manière, mais cela n’avait aucune importance. Actarus l’avait pardonnée et c’était là l’essentiel. Il ne l’avait pas jugée. Il l’avait juste écoutée et trouvé les mots justes pour la rassurer. Cela suffisait à son bonheur.

Pourtant, ce qui semblait n’être qu’une attaque de routine destinée à tester la vigilance des Aigles était encore présent dans toutes les mémoires. Le professeur Procyon s’en était d’ailleurs ouvert à Actarus et Alcor et les avait conviés à une petite réunion informelle dans le petit bureau jouxtant la salle des commandes du Centre de recherches spatiales. L’air grave, le scientifique, installé derrière sa table de travail, prit la parole le premier.

- Bien qu’elle ne soit plus qu’un souvenir parmi d’autres, je ne vous cache pas que cette attaque continue à me laisser perplexe.

- Ne vous inquiétez pas, professeur. De toute façon, nous les avons repoussés, non ? Enfin, je devrais dire que c’est Vénusia qui les a repoussés ! Elle a fait tout le travail. Elle aurait pu quand même nous en laisser un peu, non ? répondit-il en souriant.

- Nous ne devons pas prendre les choses à la légère, Alcor. Bien sûr, c’est un succès indéniable et Vénusia y a largement participé. Sa prestation lui a permis de reprendre confiance en elle, je crois. Cependant, je suis persuadé que cela cache quelque chose d’autre …

- Dis-moi, père … A quoi est-ce que tu penses ? demanda Actarus, soucieux.

- Je pense que cette attaque n’est pas allée jusqu’à son terme. C’est comme si un évènement inattendu en avait provoqué la fin. Nous attendions un antérak et il n’est pas venu. Selon Argoli et les enregistrements radar, il ne s’est même pas montré.

- C’était peut-être une simple manœuvre d’intimidation, juste pour nous effrayer ?

- J’en doute Alcor, répondit Procyon. En tout cas, je ne pense pas qu’ils aient fait tout cela pour rien.

- Je suis d’accord. Ils doivent certainement préparer quelque chose. Nous devons rester sur nos gardes.

Procyon et Alcor acquiescèrent. Il avait raison.

L’ambiance était nettement plus légère au ranch du Bouleau blanc, à quelques kilomètres de là. Vénusia profitait du calme ambiant pour se reposer et reprendre des forces. Si elles n’avaient pas totalement disparu, ses douleurs au ventre s’étaient progressivement espacées, ce qui les rendait plus supportables au quotidien. Phénicia lui tenait fréquemment compagnie et profitait elle aussi de ces moments de détente à leur juste valeur.

Outre ses courses à moto avec Alcor, elle appréciait également les longues balades à cheval dans les environs, que ce soit en compagnie de ce dernier ou de Mizar et Rigel. Comme à son habitude, elle empruntait systématiquement le cheval d’Actarus, Vif-Argent, sans lui demander la permission. En général si récalcitrant, il se laissait monter sans difficulté et elle n’avait aucun mal à le maîtriser, ce qui serait encore le cas aujourd’hui. La jeune fille était arrivée la première et était descendue de cheval avant de s’appuyer sur la barrière, guettant l’arrivée de Rigel et de Mizar, un sourire aux lèvres. Quelques longues minutes plus tard, le vieil homme et son fils firent leur apparition, visiblement épuisés par les efforts qu’ils avaient consenti pour suivre le rythme qu’elle leur avait imposé.

- Et ben … je vois que tu n’as pas perdu la main Phénicia …loin de là, même ! fit Rigel en souriant et en s’essuyant le front.

- Il paraît que ce genre de chose ne s’oublie pas … et je dois dire que ça me manquait un peu, répondit-elle dans un éclat de rire.

- En tous cas, t’as été bien vite, et on t’a rapidement perdue de vue. Pour un peu, on aurait dit que c’était Alcor qui était devant nous. Il est pareil que toi ! fit Mizar en riant à son tour.

- Il est bon cavalier mais je suis meilleure que lui ! répondit-elle. Il a encore des progrès à faire !

- Et de quels progrès tu veux parler ? demanda Alcor, intrigué. Le jeune homme avait quitté le Centre quelques minutes plus tôt et s’était joint à la conversation après être descendu de sa Jeep.

- Elle parlait de tes progrès en équitation, Alcor. Elle dit qu’elle est meilleure que toi, et j’crois bien qu’elle a raison ! fit Mizar en souriant.

- Ah oui ? Et bien on a qu’à faire la course, Phénicia. Je vais te montrer ce que c’est que de monter à cheval !

- Tu montes aussi bien à cheval que tu conduis une moto ? répondit innocemment la jeune fille.

- C’était un simple coup de chance ! La prochaine fois, tu finiras derrière moi, je te le garantis !

- Peut-être bien. Mais si je gagne encore une fois, il faudra que je te trouve autre chose à faire parce qu’il est hors de question qu’on te laisse faire à nouveau la cuisine ! Parce que là aussi, tu as des progrès à faire … « mon cher Alcor » ! dit-elle avec malice.

- On dirait que tu as touché le point sensible, jeune fille ! intervint Rigel.

Le vieil homme sourit. Il n’était pas mécontent de son petit effet et il fallait admettre qu’il n’avait pas tort : les premiers essais d’Alcor n’avaient pas été des plus concluants. Bras croisés, il grimaça et leur adressa à tous un regard réprobateur qui déclencha l’hilarité générale.

Installée sur une chaise longue sur la terrasse de la résidence principale, Vénusia suivait la scène d’un air amusé. Ces scènes de la vie quotidienne lui avaient beaucoup manqué. Ce n’était plus la même chose depuis que Phénicia et Actarus étaient partis. Mais maintenant qu’ils étaient revenus, elle avait bien l’intention d’en profiter le plus possible. C’était ce qu’elle souhaitait. Rien d’autre ne comptait. Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas tout de suite la présence de Procyon. Celui-ci avait délaissé sa tenue de travail et portait à présent un costume bleu nuit du meilleur goût ainsi qu’une chemise blanche avec un petit lacet noir autour du cou. Il était arrivé quelques minutes plus tôt à bord de la navette et l’avait rapidement rejointe pour prendre de ses nouvelles.

- Je vois que tu as l’air d’aller mieux, Vénusia. C’est une grande joie pour nous tous.

- Ces quelques jours de repos m’ont fait du bien, professeur. Je me sens plus calme, plus détendue. Il s’est passé tellement de choses en si peu de temps … Je me suis laissée submerger par tout ça …

- Nous l’avons tous été à des degrés différents. Néanmoins, je pense que tu devrais rester ici pendant quelques temps plutôt que de rester au Centre. C’est surtout de repos dont tu as besoin.

- Pas seulement, professeur. Il y a autre chose … dont je n’ai aucune envie de me passer.

Procyon sourit. Il avait vite compris où elle voulait en venir.

- Ne t’inquiète pas. Il avait certaines choses à régler au Centre mais je suppose qu’il est déjà en route. Il ne devrait plus tarder, maintenant. Je comprends ce que tu peux ressentir. Votre séparation a été longue et vous avez besoin de temps pour vous retrouver. Je ne peux que m’en réjouir.

La jeune femme sourit à son tour. Il avait assez bien résumé la situation. Tout se présentait à priori pour le mieux. Cela n’allait pas durer.

Quelques secondes plus tard, Actarus arriva, sans s’arrêter pour autant puisqu’il était aux commandes de Goldorak. Lui et sa machine survolèrent le ranch en prenant de la vitesse avant de disparaître à l’horizon. L’ambiance en prit un coup. Alcor fut le premier à réagir.

- S’il est parti, c’est qu’il se passe quelque chose de sérieux ! Pourtant, personne ne nous a prévenus. C’est étrange …

- Voilà qui est troublant, en effet. Je vais regagner le Centre avec la navette pour essayer d’en apprendre davantage. Tenez-vous tous prêts à décoller.

- Nous allons vous accompagner, professeur. C’est la meilleure chose qu’on puisse faire, répondit Phénicia.

- Bon, en route tout le monde ! Pas question de laisser Actarus faire la fête tout seul, ajouta Alcor en enfourchant sa moto.

- Et moi alors ? Vous ne pensez pas que je vais rester les bras croisés en attendant que vous reveniez tous ? Je viens aussi, fit Vénusia en se levant pour rejoindre la navette à son tour.

- Tu ferais bien mieux de rester ici à te reposer, jeune fille ! Tu pourrais au moins écouter les conseils de ton père, non ? cria Rigel.

- Ne te fais pas de souci, papa. Je me reposerai plus tard ! répondit-elle en lui faisant un signe de la main.

Mizar et Rigel les regardèrent partir. Ce dernier ne pouvait pas vraiment masquer son inquiétude, vis-à-vis de la santé fragile de sa fille. Il espérait qu’il ne lui arriverait rien.

Tandis que les trois pilotes s’en étaient allés dans la salle des départs pour rejoindre les bulles colorées qui les mèneraient à leurs appareils, le scientifique entra dans la salle des commandes, complètement essoufflé.

- Argoli, qu’est-ce qui se passe, nom d’un chien ?

- Un OVNI est apparu sur le scope radar voici quelques minutes. Sa vitesse de déplacement est considérable. Malheureusement, nous n’avons pas pu calculer sa trajectoire puisque tous nos dispositifs de détection sont tombés en panne les uns après les autres. Le brouillage est intense et toutes les communications sont coupées.

- Pourquoi ne pas nous avoir appelés sur nos fréquences personnelles ?

- C’est ce que nous avons essayé de faire, répondit Cochir en se levant de son siège. Sans réponse de votre part, Actarus a décollé et survolé le ranch avant de reprendre son cap initial. Il pensait que le fait de l’apercevoir vous inciterait tous à regagner le Centre.

- Et il a eu raison … murmura Procyon, visiblement inquiet.

Prenant place derrière son pupitre de commande, il s’adressa aux Aigles qui avaient entretemps rejoints leurs appareils respectifs. Ils n’attendaient plus que son feu vert.

- Décollage immédiat. Nos radars ont repéré un objet volant se dirigeant vers nous à grande vitesse. Actarus est parti pour tenter de l’intercepter. Il faut que vous le rejoigniez au plus vite. Bonne chance.

- Compris professeur, répondit Alcor. Allez, en avant les filles !

Phénicia et Vénusia répondirent en même temps en souriant. « Oui, commandant ! ».

- « Alcorak … GO !!! »

- « Vénusiak … GO !!! »

- « Fossoirak … GO !!! »

Les trois appareils prirent l’air en même temps. Alcor avait pris la tête de la formation et suivait désormais la trajectoire X-84 précédemment empruntée par Actarus pour intercepter l’appareil inconnu. Aux yeux du prince d’Euphor, il ne pouvait s’agir que d’un engin de mort envoyé par la Division Ruine. Peut-être s’agissait-il même de celui aurait dû prendre part à l’offensive précédente et qui, pour une raison inconnue, ne s’était finalement pas montré.

Dans le poste de commandement de l’appareil qui faisait désormais office de soucoupe amirale et qui se trouvait en position stationnaire au-dessus de la planète bleue, Végalina et Erea suivaient attentivement le déroulement des opérations. Conformément au plan prévu, l’antérak avait quitté la soucoupe à vitesse réduite pour ne pas être repéré avant de prendre de la vitesse. Contrairement aux autres pilotes placés sous les ordres de Végalina, celui qui était à bord n’était ni un homme issu de l’Académie militaire de Stykadès, ni un officier expérimenté s’étant illustré sur d’innombrables champs de bataille : c’était le seul survivant d’un monde disparu, anéanti voici bien longtemps par les armées du Grand Stratéguerre.

Si le capitaine Gallas était toujours de ce monde, c’était uniquement grâce à ses talents de pilote qui avaient laissé certains officiers véghiens admiratifs. Si Végalina l’avait déjà vu en action, elle n’était, contrairement aux officiers en question, guère impressionnée par ses performances au combat. Il était pourtant loin d’être maladroit et s’était même révélé être un excellent tireur, mais il n’était pas aussi bon que pouvaient l’être Végalina ou Erea. Les deux jeunes femmes figuraient parmi les meilleurs pilotes jamais vus dans ce corps d’élite. Même des officiers comme Janus, Sogrady ou Titios pour ne citer que les plus capés et les plus expérimentés d’entre eux, les considéraient comme leurs égales.

- Ça y est, il est parti. Espérons qu’il remplira sa mission, dit Erea, d’un ton monocorde.

- Il faut l’espérer, Erea. Bien qu’il ne soit pas des nôtres, Gallas est un pilote confirmé qui tire toujours le meilleur parti de l’appareil qu’on lui confie. C’est pour cette seule et unique raison qu’il est encore en vie. Je me demande encore pourquoi mon père a décidé de l’intégrer dans nos rangs. Sans doute a-t-il été mal conseillé. A sa place, je l’aurais envoyé sur Akérèbe rejoindre ses semblables sans la moindre hésitation.

- Visiblement, tu ne l’apprécies guère et tu n’as pas vraiment confiance en lui. Pourquoi lui avoir confié cette mission ?

- C’est très simple. Nous avons perdu Ergos et Bardos par la faute du prince d’Euphor et de ses alliés. S’il réussit à vaincre Actarus, il pourra quitter la Division Ruine et aller où bon lui semblera. C’est en tout cas ce que je lui ai fait croire. Et s’il échoue et qu’il meurt au combat, ça ne fera aucune différence. Nous n’aurons pas perdu grand-chose dans l’histoire, hormis un antérak. Quand les pertes ne sont que matérielles, elles sont à mon sens minimes.

- Je vois. Mais si tu me le permets, j’aimerais quand même te poser une question.

- Laquelle, Erea ? demanda Végalina, avec curiosité.

- Pourquoi avoir retardé cette attaque et ainsi modifié notre plan initial ? Nos escadrilles de navettes étaient déjà parties et nos ennemis avaient quitté leur base. Gallas venait lui aussi de décoller. Pourquoi ?

- Je voulais tester leurs capacités de réaction et d’adaptation. Comme tu l’as toi-même constaté, un seul membre de l’escadrille a fait presque tout le travail. Les autres sont arrivés ensuite. Si nous voulons vaincre, nous devons comprendre exactement la façon dont ils interagissent entre eux et en même temps. Notre première offensive ne nous a pas permis de tirer les conclusions nécessaires : la présence de Great Mazinger et l’arrivée pour le moins tardive d’Actarus ont brouillé les cartes.

Elle poursuivit.

- Nous aurions très bien pu nous en tenir à notre plan initial mais je tenais à ce que tous nos adversaires soient présents. J’ignore comment les choses évolueront par la suite, mais je pense que c’est dans cette configuration, avec une formation au complet, que nous les retrouverons le plus souvent.

- Je respecte ton analyse, Végalina. Même si je ne la partage pas entièrement.

Toutes deux gardèrent le silence par la suite, attendant la suite des évènements.

Goldorak avait finalement retrouvé la trace de l’antérak. Celui-ci avait progressivement réduit sa vitesse et se trouvait maintenant juste devant lui. Avec sa forme ovoïde, sa carapace lisse d’un vert très sombre, ses multiples pointes éparses, ses deux orifices placés de part et d’autre du fuselage à mi-distance de ce qui semblait être le poste de pilotage, il ne ressemblait pas aux machines qu’il avait pu affronter par le passé. Mais Actarus savait mieux que personne qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. « Le voilà … » se dit-il.

Son regard se fit plus dur. Il était déterminé à en finir rapidement. L’engin véghien prit l’initiative en tirant deux rayons laser bleutés de forte puissance que Goldorak parvint à éviter. Il esquiva les deux rafales suivantes et parvint, suite à un brutal changement de trajectoire, à se replacer dans son sillage. Bien décidé à répliquer, Actarus tira vers le haut le petit levier noir et blanc placé sur l’accoudoir droit de son siège.

- « Corno-fulgur !!! »

A sa grande surprise, la foudre émise par les cornes du robot n’eut pas prise sur la carapace de son adversaire. Nullement découragé, il poursuivit son effort en appuyant sur l’un des quatre boutons voisins du levier qu’il venait d’actionner.

- « Mégavolts !!! »

Le résultat fut identique. Si ses armes énergétiques n’avaient pas endommagé le blindage de l’antérak, il lui faudrait trouver autre chose pour le mettre en difficulté. Gallas opéra une manœuvre d’évitement particulièrement risquée pour échapper à son adversaire et se remettre en position de combat. Il opta pour une autre tactique en jetant son appareil sur Goldorak avec l’intention évidente de le percuter pour lui faire perdre son cap. S’il y parvenait, il pourrait ensuite l’achever en utilisant ses rayons laser. Ayant anticipé sa manœuvre, Actarus infléchit légèrement sa trajectoire pour lui échapper. C’était là un combat stérile dans la mesure où chaque attaque avait échoué d’un côté comme de l’autre.

Dans le poste de pilotage de la machine véghienne, Gallas ne disait pas le moindre mot. Il en était de toute façon incapable puisque les effroyables expériences génétiques subies peu après sa capture lui avaient fait perdre l’usage de la parole et de l’ouïe. Son visage était couvert de multiples cicatrices et ses yeux d’un rouge très vif contrastaient avec la pâleur de sa peau et le noir de son uniforme usé. La dureté de son regard reflétait parfaitement ce qu’il avait en tête : il lui FALLAIT abattre Goldorak, et ce à n’importe quel prix. Il repartit à l’assaut en tirant à plusieurs reprises sans toucher le robot d’Actarus qui contre-attaqua quelques instants plus tard.

- « Clavicogyres !!! »

Projetées à grande vitesse en tournant sur elles-mêmes, les deux faux tranchantes que Goldorak portait sur ses épaules entamèrent le blindage de l’antérak en laissant deux profondes entailles derrière elles. A peine les avait-il récupérées qu’Actarus lança une nouvelle attaque.

- « Planitronks !!! »

L’impact des deux disques tirés par la soucoupe porteuse fut suffisant pour dévier la trajectoire du robot véghien. S’il était dans une situation difficile, Gallas ne s’en laissa pas compter et répliqua avec les pointes effilées placées sur le blindage de sa machine qui dissimulaient des missiles à longue portée munis de deux charges explosives d’une puissance considérable. Actarus ne tarderait d’ailleurs pas à s’en rendre compte. S’il parvint à éviter le premier missile, le second atteignit son objectif en éraflant le blindage inférieur de la soucoupe porteuse. Sous l’effet du choc, son casque frappa le tableau de bord, mais il était resté conscient. L’antérak était toujours en chute libre, et il allait en profiter.

- « Corno-fulgur !!! »

Comme pour sa précédente attaque, la foudre n’eut pas prise sur l’antérak mais ses effets furent suffisants pour accélérer sa chute. L’impact contre le sol provoqua une violente explosion, accentuée par la destruction des missiles que Gallas n’avait pas eu le temps de tirer. Actarus se garda cependant de tirer d’hâtives conclusions. Le combat n’était pas encore fini. Il en avait la certitude. Les Aigles le rejoignirent quelques instants plus tard.

- Tu as besoin d’aide, Actarus ? questionna Alcor.

- Je crois que mon frère s’en sort très bien tout seul, « mon cher Alcor » !

- Il est aussi capable de répondre lui-même, petite peste !

- C’est fini un peu tous les deux ? répondit le prince avec autorité.

- Qu’est-ce qui se passe, Actarus ? demanda Vénusia, inquiète.

- L’antérak s’est écrasé mais je ne crois pas qu’il ait été détruit. Je l’ai à peine endommagé.

- La seule façon de le savoir, c’est d’aller s’en rendre compte sur place ! intervint Phénicia, visiblement impatiente d’en découdre.

Fossoirak quitta brusquement la formation pour prendre la direction du point d’impact sous le regard de ses équipiers. Alcor fut le premier à réagir.

- Tu ne dois pas attaquer toute seule, Phénicia. Et surtout pas dans ces conditions. Fais demi-tour !

- C’est moi qui l’achèverai ! répondit-elle, sèchement. « Pyro-bombe !!! »

La bombe incendiaire tirée par le spacer rouge et bleu explosa sans toucher sa cible. Guère découragée, Phénicia reprit de l’altitude avant de retenter sa chance une nouvelle fois. Le panache de fumée était encore dense et il lui était difficile de distinguer l’objectif. Une fois encore, elle visa à côté.

- Tu vois bien que ce n’est pas la peine d’insister. Avec toute cette fumée, tu ne verras rien du tout ! On ne peut pas attaquer dans ces conditions !

- Je n’ai pas besoin de tes conseils, Alcor … tu devrais pourtant le savoir, non ?

- Arrêtez tous les deux ! Vous vous disputerez plus tard ! Actarus, qu’est-ce qu’on fait ? On ne va pas rester là à attendre que la fumée se dissipe quand même ? demanda Vénusia.

- Le panache de fumée s’intensifie de plus en plus alors qu’il aurait dû se dissiper depuis longtemps. Je vais voir ce qu’il en est … « Transfert !!! ».

Le siège d’Actarus quitta le poste de pilotage de la soucoupe porteuse pour rejoindre celui-ci du robot. Sans se poser de question, le prince abaissa le levier d’éjection de sa machine placé sur son panneau de commande droit.

- « Autolargue !!! »

Goldorak jaillit de sa soucoupe porteuse et se dirigea, pieds en avant et poings serrés, vers le lieu de l’explosion. Deux missiles à longue portée transpercèrent la nappe de fumée et le prirent pour cible. Le premier le manqua assez largement tandis que le second explosa au contact du blindage inférieur de la soucoupe, la faisant partir en vrille loin de la zone de combat. Cela compliquait les choses.

A peine le robot s’était-il réceptionné sur le sol rocheux que deux autres missiles partirent dans sa direction. Il parvint néanmoins à les éviter en plongeant sur le côté. Phénicia reprit l’initiative en lançant deux nouvelles bombes incendiaires qui, cette fois, atteignirent leur objectif en causant une explosion qui projeta quantité de débris et d’éclats de métal dans toutes les directions. Le blindage de l’antérak avait, semble-t-il, cédé.

- Tu as vu le travail, grand frère ?

- Ne crie pas victoire trop vite, Phénicia … si ça se trouve, les choses sérieuses n’ont pas encore commencé ! On ne sait pas ce que ça cache !

- Quel rabat-joie tu fais, Alcor ! Tu pourrais quand même être content pour moi, non ? Tu n’aurais pas pu faire la même chose, avoue-le !

- Toi, tu ne doutes de rien … murmura-t-il en tentant de réprimer un sourire sous son masque. Un sourire qui se dissipa bien vite lorsqu’il réalisa que l’engin véghien était toujours debout.

Celui-ci transperça le rideau de fumée qui le maintenait masqué et dévoila sa véritable apparence : celle d’un squelette de métal difforme sur lequel avaient été greffés bon nombre de circuits intégrés, ses générateurs d’énergie, ses réserves de carburant et ses unités de stockage de munitions. Seule la tête du monstre, là où se trouvait la cabine de pilotage, semblait n’avoir subi aucun dommage. Les Aigles n’avaient jamais rien vu de pareil.

- Il est bon pour la casse ! Ils n’ont pas fini de le monter ou quoi ? fit Alcor, incrédule.

- Et il est encore debout après tout ce qu’on lui a fait subir ! répondit Phénicia.

- Tu parles d’un engin ! Leur situation doit vraiment être désespérée pour qu’ils envoient un appareil comme celui-là !

- Même s’il semble différent de ceux que nous avons déjà affrontés, nous ne devons surtout pas croire que ce sera facile. Avec eux, il faut s’attendre à tout. Allez … on attaque !

- Bien reçu !

Goldorak se redressa et fut le premier à se mettre en action. Actarus poussa un des leviers de son panneau de commande droit.

- « Fulguro-Poings !!! »

Transformés en torpilles, les deux avant-bras du robot se détachèrent pour se diriger vers l’antérak qui réussit à les dévier en utilisant ses bras mécaniques. Il récupéra ses deux armes quelques instants plus tard et lança une nouvelle attaque.

- « Clavicogyres !!! »

Les deux lames ricochèrent sur le blindage de l’appareil ennemi, ce qui prit les Aigles au dépourvu. Celui-ci, intégralement transparent, mesurait plusieurs mètres d’épaisseur. Il ne leur serait pas facile de le transpercer et tous l’avaient compris.

- Je crois que ça va pas être aussi facile que ça … s’inquiéta Alcor, bien qu’il essayât de rien laisser paraître.

- On va voir ça tout de suite ! répliqua Phénicia. « Missiles Sigma !!! »

Les missiles explosèrent sans l’atteindre. Fossoirak dégagea ensuite en chandelle pour permettre à Alcor d’attaquer à son tour.

- « Missiles Alpha !!! »

Les missiles manquèrent nettement leur objectif. L’antérak avait quitté sa position et s’était rué, bras en avant, sur Goldorak. Ses mains griffues avaient laissé la place à deux puissantes tarières. Le contact entre les deux robots fut rude mais Actarus parvint à l’éviter en réussissant, dans la manœuvre, à faire chuter son adversaire. Celui-ci se releva avec une rapidité surprenante pour repartir à la charge. Il n’en eut pas le temps : lancé à grande vitesse, Vénusiak avait tiré à deux reprises juste devant ses pieds. Dans le poste de pilotage, Vénusia sourit et dégagea sur sa gauche pour laisser le champ libre à Alcor qui se trouvait juste derrière elle. Son attaque fut imparable.

- Bien joué, Vénusia ! Maintenant, il est pour moi, celui-là ! « Victorang !!! »

Les deux lames situées de part et d’autre des ailes d’Alcorak se détachèrent pour former un « V » qui sectionna la jambe gauche de l’antérak juste au-dessus du genou. Le jeune homme modifia sa trajectoire, ce qui permit à ses équipières de lancer une attaque simultanée.

- « Missiles Sigma !!! »

- « Delta-Lame !!! »

Les projectiles tirés par Fossoirak explosèrent dans le dos de l’antérak tandis que l’aile Delta lancée par Vénusiak lui trancha l’autre jambe. Toujours à terre et incapable de se mouvoir, la machine véghienne et son pilote étaient à présent en mauvaise posture. Malgré la précarité de sa situation, Gallas, le visage ensanglanté, était fermement décidé à se battre jusqu’au bout. Le robot bascula sur le côté et expédia trois salves de missiles consécutives. Les deux premières manquèrent leur cible, mais pas la troisième. Victime d’une soudaine baisse de puissance de son propulseur principal gauche, Vénusia décrocha brutalement pour tenter de rétablir l’équilibre. Elle allait y parvenir lorsque les deux missiles frappèrent son appareil de plein fouet. Celui-ci s’abîma un peu plus loin, labourant le sol sur une bonne centaine de mètres.

La réaction des Aigles ne se fit guère attendre. Actarus, hors de lui, ordonna une attaque combinée et attaqua le premier en abaissant l’un des leviers de son panneau de commande droit.

- Tu vas me payer ça … « Astéro-Haches !!! »

Les deux clavicogyres et les manches qui y étaient rattachés se détachèrent des épaules du robot qui les saisit au vol pour constituer son imposante hallebarde. Il prit impulsion sur ses jambes et sauta en tournant sur lui-même pour la lancer vers son adversaire. Phénicia et Alcor terminèrent le travail en utilisant leurs missiles.

- Attends un peu, toi ! « Missiles Sigma !!! »

- Et ça, c’est de la part de Vénusia ! « Missiles Alpha !!! »

L’antérak explosa. Tout était terminé. La deuxième offensive menée par la Division Ruine s’était terminée comme la précédente : par un échec.

Goldorak, genou à terre, récupéra son arme et se redressa tandis qu’Actarus s’enquit de l’état de ses troupes.

- Rien de cassé, vous autres ?

- Tout va bien, grand frère ! répondit Phénicia.

- Aucun souci de mon côté, ajouta Alcor.

- Vénusia, tu n’as rien ?

- Non Actarus. Je suis juste un peu secouée mais tout va bien.

- Tu penses que tu vas pouvoir rentrer ? demanda Alcor.

- Je crois, oui. A part mon réacteur gauche, tout fonctionne correctement, je pense que ça devrait all …

Elle ne termina pas sa phrase et ressentit une vive douleur au ventre, une de ces douleurs qui, au fil des mois, lui étaient devenues familières. Elles semblaient s’être atténuées au cours des derniers jours, mais l’intensité du combat et les efforts consentis les avaient fait réapparaître avec une violence décuplée.

- Tu en es sûre ? demanda Phénicia, inquiète.

- Ne t’inquiète pas, ça va. Juste un peu de mal à reprendre mon souffle, c’est tout.

- Nous en reparlerons une fois que nous serons rentrés à la maison. « Récupération !!! ».

La soucoupe porteuse, bien qu’endommagée par l’explosion, fit son apparition et récupéra Goldorak, sans problème apparent. Les quatre appareils de l’escadrille, en formation, reprirent la direction du Centre. Vénusiak, qui fermait la marche, était un peu décroché. A bord, Vénusia avait beaucoup de mal à tenir son cap. Les problèmes techniques de son appareil et ses propres douleurs ne lui rendaient pas la tâche facile. Elle releva sa visière et essuya maladroitement les larmes qui coulaient sur son visage.

Depuis le poste de commandement de la « soucoupe amirale », Végalina et Erea avaient bien entendu suivi l’intégralité du combat. La scène avait été enregistrée et elles pourraient ainsi tout revoir, scène par scène et attaque par attaque. Végalina soupira. Elle détestait rester sur un échec et se disait qu’elle ferait mieux la prochaine fois. Elle en avait la certitude.

- Tu ne perds rien pour attendre, prince d’Euphor. Ce n’est que partie remise … dit-elle en soupirant de nouveau.




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
anterak 08

anterak 08

Messages : 11901
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeSam 4 Nov 2017 - 18:44

merci kimi cheers
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 0:22

Ouf cet antérak de malheur a fini par exploser. Il est à ranger au musée ces horreurs celui-là, avec son apparence de squelette et le visage plein de cicatrices de Gallas, c'est un chapitre spécial Halloween là Laughing Bon, en attendant, Vénusia ne va toujours pas bien Grrrr Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad En out cas, merci Kimi !!
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 2:15

Encore une belle victoire des quatre Aigles !!! merci Kimi !!! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Actasia

Actasia

Messages : 62
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 47
Localisation : Sous la neige anglaise...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 2:43

Chouette un nouveau chapitre et encore une belle victoire pour la patrouille !!! cheers

Brava Vénusia... quelle combattante !  Mais quand va-t-elle se décider à consulter pour ses douleurs ?!!! D'habitude ce sont les hommes qui n'aiment pas aller chez le docteur et qui font l'autruche (parait-il) ! Ou bien quelqu'un va-t-il(elle) finalement lui parler ? Pourvu que ca ne dégénère pas. pale


En tout cas, Vegalina est rusée et plus réfléchie que tous les ennemis des Aigles réunis on dirait... Le jeu d'échec ne fait que commencer !  affraid

Merci Kimi !!! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 15:05

venusia45 a écrit:
Ouf cet antérak de malheur a fini par exploser. Il est à ranger au musée ces horreurs celui-là, avec son apparence de squelette et le visage plein de cicatrices de Gallas, c'est un chapitre spécial Halloween là Laughing

=> C'est l'une des plus étranges bestioles que j'ai mis en scène jusqu'à maintenant. Mais ce n'est rien à côté de ce qui attend les Aigles dans les chapitres à venir ...

Gurendaizä a écrit:
Encore une belle victoire des quatre Aigles !!!

Actasia a écrit:
Chouette un nouveau chapitre et encore une belle victoire pour la patrouille !!! cheers

=> Une nouvelle victoire pour les Aigles ... mais pourront-ils résister encore longtemps aux forces menées par Végalina ? La suite dans les chapitres à venir ...

venusia45 a écrit:
Bon, en attendant, Vénusia ne va toujours pas bien Grrrr Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad  

=> Elle a toujours tendance à minimiser ses douleurs et à faire comme si tout allait bien ... comme le faisait Actarus dans la série.

Actasia a écrit:
Bravo Vénusia... quelle combattante !  Mais quand va-t-elle se décider à consulter pour ses douleurs ?!!! D'habitude ce sont les hommes qui n'aiment pas aller chez le docteur et qui font l'autruche (parait-il) ! Ou bien quelqu'un va-t-il(elle) finalement lui parler ? Pourvu que ca ne dégénère pas. pale

=> Le chapitre suivant devrait t'apporter la réponse ...

Actasia a écrit:
En tout cas, Vegalina est rusée et plus réfléchie que tous les ennemis des Aigles réunis on dirait... Le jeu d'échec ne fait que commencer !  affraid

=> Et encore ! J'ai déjà rédigé plusieurs chapitres (qui n'ont pas encore trouvé leur place dans le récit et que je n'ai encore jamais publié) où elle se montre encore plus perverse ...

anterak 08 a écrit:
merci kimi cheers

venusia45 a écrit:
En tout cas, merci Kimi !!

Gurendaizä a écrit:
merci Kimi !!! cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1752787198

Actasia a écrit:
Merci Kimi !!! cheers cheers cheers

=> You're welcome. La suite arrive ...



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 3352874800 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 2593917539 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 517954911 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 1706371011

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 15:29

Citation :
Citation :
Actasia a écrit:
Chouette un nouveau chapitre et encore une belle victoire pour la patrouille !!! cheers

=> Une nouvelle victoire pour les Aigles ... mais pourront-ils résister encore longtemps aux forces menées par Végalina ? La suite dans les chapitres à venir ..

C'est là toute la question. On a quand même l'impression qu'ils sont "limite"... alors q'il y a de nouvelles ruses, pourront-ils faire face ? Il y a le coup de main de Tetsuya qui pourrai aider mais sera-ce suffisant ?
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitimeDim 5 Nov 2017 - 16:05

Kimi_san a écrit:
Actasia a écrit:
Bravo Vénusia... quelle combattante !  Mais quand va-t-elle se décider à consulter pour ses douleurs ?!!! D'habitude ce sont les hommes qui n'aiment pas aller chez le docteur et qui font l'autruche (parait-il) ! Ou bien quelqu'un va-t-il(elle) finalement lui parler ? Pourvu que ca ne dégénère pas. pale

=> Le chapitre suivant devrait t'apporter la réponse ...

Chouette! Il était temps car elle ne peut vraiment pas continuer comme ça. Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Et moi non plus.  Wink  bounce  bounce  bounce  lol!  


Vénusia45 a écrit:
Actasia a écrit:

Chouette un nouveau chapitre et encore une belle victoire pour la patrouille !!! cheers

=> Une nouvelle victoire pour les Aigles ... mais pourront-ils résister encore longtemps aux forces menées par Végalina ? La suite dans les chapitres à venir ..


C'est là toute la question. On a quand même l'impression qu'ils sont "limite"... alors q'il y a de nouvelles ruses, pourront-ils faire face ? Il y a le coup de main de Tetsuya qui pourrai aider mais sera-ce suffisant ?

Il faut espérer que oui. Sinon ... affraid affraid affraid

Merci Kimi_san. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 7 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 7 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 18 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» La Caverne de la Rose d'Or
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: