Site dédié à Goldorak et à son univers
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FanFiction : une parmi tant d'autres ...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 17 ... 30  Suivant
AuteurMessage
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeJeu 21 Sep 2017 - 11:18

Super bien écrit et moi aussi je préfère croire que c'est une Invention euphorienne.

J'ai d'ailleurs parlé il n'y a pas bien longtemps avec ma meilleure amie de l'époque, on jouait très souvent dehors à Goldorak dans les arbres quand on avait entre 6 et 10 ans :-) c'était il y a bien longtemps et on se souvient très bien toutes les deux qu'on en comprenait pas pourquoi si Actarus avait volé Goldorak à Véga pourquoi ils en avait pas construit un deuxième aussi perfectionné même enfant ça nous avaient déjà interpellé.

Me réjouis de la Suite
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeJeu 21 Sep 2017 - 11:36

Gurendaizä a écrit:
je trouve que son regard ne reflète rien de maléfique comme les golgoths et autres antéraks de Véga...

=> Preuve que l'apparence d'une machine joue toujours sur la façon dont elle est perçue ... Wink

Gurendaizä a écrit:
Magnifique cet extrait, une fois encore !!! cheers cheers cheers cheers

=> Je ne sais pas si je posterai la "side-story" consacrée à Actarus sur le forum dans la mesure où elle se déroule, comme pour toutes les autres, après le récit principal. Je suis ravi que tu aies apprécié ces quelques lignes.

Kass01 a écrit:
on jouait très souvent dehors à Goldorak dans les arbres quand on avait entre 6 et 10 ans :-)

=> Comme quoi, je n'étais pas le seul ! Very Happy

Kass01 a écrit:
on en comprenait pas pourquoi si Actarus avait volé Goldorak à Véga pourquoi ils en avait pas construit un deuxième aussi perfectionné même enfant ça nous avaient déjà interpellé.

=> C'est d'une implacable logique. A ce titre, je me rappelle avoir lu (je ne me souviens plus où) un fanfic qui mettait aux prises Actarus avec un deuxième Goldorak strictement identique au sien et que j'avais d'ailleurs surnommé à l'époque "Black Grendizer" car il était entièrement noir. Il faudrait vraiment que je retrouve cette histoire, elle n'était pas mal du tout ...

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 556443grandizerblack7
Goldorak contre Goldorak .. by Bandaï

Kass01 a écrit:
Me réjouis de la Suite

=> J'espère que la suite sera à la hauteur de tes attentes.

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeJeu 21 Sep 2017 - 13:18

Citation :
on jouait très souvent dehors à Goldorak dans les arbres quand on avait entre 6 et 10 ans :-)


=> Comme quoi, je n'étais pas le seul ! Very Happy

Je n'ai malheureusement pas eu cette chance, l'année où Goldorak arrivait sur les écrans tv, j'allais faire mon entrée en sixième au collège, donc parmi "les grands", ce qui n'empêche que je me rappelle qu'il était tout de même question de Goldorak en cour de récréation, mais plutôt sous la forme de discussion!

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Eurydie

Eurydie

Messages : 82
Date d'inscription : 21/05/2009

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeVen 22 Sep 2017 - 20:41

et moi j'étais pas née pfff pas juste... je voulais trooop jouer a goldorak ou albator moi !
Revenir en haut Aller en bas
Oscar1965

Oscar1965

Messages : 6271
Date d'inscription : 20/01/2014
Age : 53
Localisation : Planète Bleue

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeDim 24 Sep 2017 - 13:45

Merci pour cette suite Kimi! Je me trompe ou tu fais avancer l'action de l'histoire plus vite que dans ta première version? C'est très intéressant en tout cas!
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeDim 24 Sep 2017 - 20:55

Oscar1965 a écrit:
Merci pour cette suite Kimi!

=> You're welcome ! Very Happy

Oscar1965 a écrit:
Je me trompe ou tu fais avancer l'action de l'histoire plus vite que dans ta première version?

=> Par rapport à la version d'origine, je n'ai fait aucune modification sur les premiers chapitres. Cependant, pour que l'action soit plus fluide et plus logique aussi, j'ai prévu quelques changements dans les chapitres suivants.

Oscar1965 a écrit:
C'est très intéressant en tout cas!

=> J'espère que la suite sera à la hauteur de tes attentes. Very Happy


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 307556534

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMer 27 Sep 2017 - 22:30

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Header16

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 004_un10




Le temps s’était rafraîchi mais le soleil était toujours présent en cette fin de matinée. Il était presque midi et la faim commençait à se faire sentir pour les dizaines d’habitants qui peuplaient la région. Il n’y avait que quelques villages et des maisons éparpillées sur plusieurs kilomètres dans cette vallée au profil accidenté. Une petite rivière suivait son chemin entre de profondes falaises, mais le niveau d’eau était si faible qu’on pouvait à peine la distinguer si l’on prenait un peu de hauteur. La ville la plus proche était bien loin.

Pour Tetsuya, la faim n’était pas un problème. C’était même le cadet de ses soucis. Il ne s’en préoccupait guère. Il n’avait pratiquement pas dormi la nuit précédente et s’était, comme toujours, levé très tôt. Les nombreux tests qu’il devait effectuer avec Great Mazinger lui semblaient nettement plus importants. Il avait fallu presque une semaine pour déterminer quel serait exactement leur contenu et davantage encore pour fabriquer les nouveaux éléments qu’il devait essayer. Piloter le robot était pour lui un plaisir et le fait de tester un ou plusieurs équipements nouveaux pour en optimiser les performances ne faisaient que décupler celui-ci. Cette séance d’essais en vol présentait un caractère particulier : pour la première fois, il allait travailler « en solo ». Une batterie de tests avait été établie, libre à lui de choisir quels éléments il voulait expérimenter et dans quelles conditions il voulait le faire.

Volant à une altitude confortable, le robot plongea d’un seul coup sans avoir réduit sa vitesse et se dirigea vers le fond de la vallée pour ensuite remonter quelques secondes plus tard alors que n’importe quel badaud ayant assisté à la scène aurait pu penser qu’il s’écraserait au fond de la rivière, en contrebas. A l’issue de cette manœuvre, Tetsuya consulta les différentes jauges placées sur son tableau de bord et les instruments de mesure : le signal d’alarme ne s’était pas déclenché et les turbulences attendues ne s’étaient presque pas faites sentir. Le nouveau système d’amortissement avait fonctionné. Satisfait, le jeune homme se risqua ensuite à tester la vitesse maximale de sa machine. Great Mazinger avait été conçu pour atteindre Mach 4 et ne pouvait théoriquement pas aller plus vite. Il allait néanmoins essayer de dépasser ce cap.

Alors qu’il était en pleine phase d’accélération, il remarqua que ses senseurs indiquaient la présence d’un obstacle en mouvement, quelque part devant lui. Ce n’était ni un obstacle naturel, ni un avion puisqu’il n’existait aucun aérodrome civil ou militaire dans cette zone à l’écart de toutes les routes commerciales. Quelques secondes plus tard, une petite escadrille se matérialisa devant lui. Il décida de réduire sa vitesse pour en savoir plus. Les tests de vitesse maximale seraient remis à plus tard et, si les choses tournaient mal, les autres aussi.

L’escadrille était formée de plusieurs navettes de forme circulaire. Leur aérodynamique était particulièrement soignée, avec la présence de plusieurs ailerons de sur le fuselage : une paire fixe, de forme triangulaire et située de part et d’autre de la dérive principale et une seconde paire, rétractable celle-là, située des deux côtés de l’empennage. On pouvait également noter, à proximité, deux orifices permettant de lancer des missiles miniaturisés ou des rayons laser de forte puissance. Autre détail surprenant, elles étaient d’une blancheur immaculée. Seul le symbole de la Division ruine, une étoile à quatre branches inscrite dans un cercle, de couleur jaune sur un fond rouge sang, apportait une touche de couleur.

Depuis son poste de pilotage, Tetsuya estimait leur vitesse à Mach 1, guère plus. Il n’avait jamais vu d’appareils de cette forme et cela avait attisé sa curiosité. De quoi s’agissait-il exactement ? Il l’ignorait mais il était bien décidé à en savoir plus. Sa décision allait conditionner ce qui allait suivre …

S’apercevant que l’escadrille avait été prise en chasse, le pilote de la navette de tête, légèrement plus grosse que les autres, appuya sur un des boutons de son tableau de bord. Les neuf appareils restants rompirent la formation pour se placer en position de combat, laissant leur chef de file poursuivre sa route vers l’intérieur des terres. Surpris par cette manœuvre, Great Mazinger se trouvait maintenant opposé à une petite armada qui ne tarda pas à ouvrir le feu sur lui. Chaque navette émit deux rayons laser de couleur bleutée. Leur puissance ne serait sans doute pas suffisante pour venir à bout du robot, mais assez pour détruire les habitations et infrastructures environnantes.

Dans son cockpit, Tetsuya savait maintenant que son programme d’essais était fichu. Mais l’occasion de tester les performances de son arsenal et de faire preuve de sa dextérité habituelle était tout aussi belle à ses yeux. La première offensive fut imparable.

- « Atomic Punch !!! » (Atomic Punch !)

Les deux avant-bras du robot partirent en vrille et détruisirent les trois navettes de tête. Plus que six. A peine étaient-ils revenus en place que Tetsuya reprit de l’altitude en entraînant le reste de l’escadrille derrière lui. Il allait tenter autre chose.

Répétant la même manœuvre que celle qu’il avait précédemment entreprise, le robot fit brusquement demi-tour et fonça en piqué sur ses poursuivants qui n’avaient cessé de tirer sur lui. Le choc était presque devenu inévitable lorsqu’il décrocha subitement vers sa droite.

- « Scramble Cutter !!! »

L’extrémité gauche du Scramble Dash perfora successivement trois navettes qui explosèrent immédiatement. Tetsuya sourit. Le nouvel alliage utilisé pour renforcer l’aile rétractable de son robot avait là aussi fait preuve de son efficacité. Plus que trois.

A l’issue de sa manœuvre, il repartit à la poursuite des navettes rescapées. De par sa vitesse nettement supérieure, Great Mazinger eut tôt fait de les rattraper, puis de les dépasser de plusieurs centaines de mètres avant de se retourner pour leur faire face. C’était l’occasion pour son pilote d’utiliser une nouvelle arme.

- « Breast Burn ! ! ! » (Bresto Barn !)

Semblant tout d’abord se replier sur lui-même, le robot déploya tous ses membres en arrière avec force, tandis que la plaque thoracique en forme de « V »  placée sur son torse se mit à briller de plus en plus fort, jusqu’à projeter un rayon thermique d’une puissance considérable. Celui-ci fit littéralement fondre toutes les navettes qui se trouvaient sur sa route. Aucune d’entre elles n’en réchappa. Tetsuya savait pourtant que sa tâche n’était pas complètement terminée.

La dernière navette avait profité de l’occasion pour prendre le large. Elle était plus rapide que les autres, mais pas assez pour semer Great Mazinger. Conscient de la situation, son pilote tenta le tout pour le tout en changeant brutalement de trajectoire, forçant le robot géant à en faire autant. Cette manœuvre risquée s’avéra payante : l’engin véghien frôla un avion de ligne qui suivait son cap habituel tandis que Tetsuya dut opérer une manœuvre d’évitement pour empêcher la collision, laissant s’échapper ainsi son adversaire d’un jour. Il ne put s’empêcher de jurer à l’intérieur de son cockpit. « Ça n’est que partie remise … ». Guère découragé, il poursuivit sa route, suivant la direction où la navette avait disparu.

Sur le vaisseau amiral des troupes de Véga, on avait suivi la scène avec intérêt. La séquence avait été enregistrée et pourrait être visionnée à loisir non seulement par les officiers, mais aussi par les pilotes des différentes escadrilles qui participeraient à l’assaut. Si chaque escadrille était composée de dix navettes, seule l’une entre d’elles était pilotée : les neuf autres étaient télécommandées et suivaient un programme d’attaque ou de défense pré-établi enregistré dans leur ordinateur de bord.

Dans le poste de commandement, le capitaine Bardos avait lui aussi observé la prestation de Great Mazinger. Agé d’une quarantaine d’années, il avait rejoint les rangs de la Division Ruine dès sa sortie de l’académie militaire de Stykadès et faisait partie de ces officiers expérimentés qui s’étaient illustrés sur bon nombre de champs de bataille. Il était encore en train de la re-visionner lorsque Végalina, qui avait de son côté suivi l’attaque depuis ses quartiers, fit son apparition sur la passerelle. Bardos la salua respectueusement.

- Notre première approche n’a pas donné les effets escomptés, Commandant. Les navettes télécommandées ont été abattues par le robot que vous pouvez apercevoir sur l’écran. Par chance, le capitaine Eslan a réussi à lui échapper.

- J’ai suivi l’attaque, capitaine. Je sais qu’il est en vie. Les pertes constatées ne sont que matérielles, donc minimes. L’intervention de ce robot n’était en revanche pas prévue. Vérifiez dans les mémoires si vous avez des informations le concernant.

- C’est déjà fait, Commandant. Il n’y a aucune entrée dans la base de données, qui recense pourtant des milliers d’enregistrements. Ce robot n’en fait pas partie.

- Très bien. Nous avons donc un invité-surprise. Ce n’est pas pour me déplaire. Nous pourrons nous faire une idée plus précise sur l’état des défenses terriennes.

Végalina s’adressa alors au capitaine Ergos qui se tenait juste derrière elle.

- Capitaine Ergos, vous allez prendre les commandes de l’antérak actuellement positionné sur la rampe de lancement « A ». Capitaine Bardos, vous prendrez celui qui se trouve sur la rampe de lancement « B ». Partez immédiatement. Deux escadrilles de navettes vous appuieront.

- A vos ordres Commandant, répondirent-ils en chœur. Nous ne vous décevrons pas.

- Réussir est dans votre intérêt. Vous savez ce qui vous attend si votre objectif n’est pas atteint. J’espère m’être bien fait comprendre.

Les deux hommes acquiescèrent et quittèrent le poste de commandement. Végalina ne manifesta aucune émotion en les voyant partir. Elle demeura impassible et, après avoir pris place derrière l’un des terminaux, visionna une nouvelle fois l’enregistrement du combat entre l’escadrille de navettes commandée par Eslan et Great Mazinger, tout en se demandant de qui il s’agissait. Ce n’était pas Goldorak. Elle le savait bien, puisqu’elle était présente lorsqu’il avait été dévoilé pour la première fois devant son père et ses capitaines.

Sans rien dire, elle se leva de son siège et regarda à travers les parois vitrées situées devant elle : les deux antéraks avaient quitté le vaisseau et pris le chemin de la planète bleue. Les deux escadrilles de navettes qui faisaient office de soutien avaient quant à elles décollé quelques minutes plus tôt.

- Cette petite attaque de routine nous permettra de voir si ce mystérieux robot sera à la hauteur face à une opposition sérieuse … et elle nous permettra certainement de te voir à l’œuvre, prince d’Euphor. Je suis sûre que tu ne résisteras pas à la tentation de livrer bataille contre la Division Ruine …

A quelques dizaines de kilomètres de là, il faisait un peu plus froid qu’à l’accoutumée dans les couloirs du Centre de recherches spatiales. Chacun vaquait à ses occupations. Depuis que la guerre était terminée et que les forces de Véga avaient été vaincues, la pression était retombée, mais le travail ne manquait pas. Les trois appareils restants de la Patrouille des Aigles avaient été complètement révisés et remis à neuf. Plus des trois-quarts des pièces avaient été changées ou remplacées par d’autres jugées plus résistantes ou présentant des améliorations significatives par rapport aux précédentes. Seule leur ligne était demeurée inchangée.

Dans la salle des commandes, tout était d’une tranquillité presque surprenante. Le radar, les instruments de détection et équipements de surveillance fonctionnaient normalement. Aucun dysfonctionnement n’était à recenser. Le professeur Procyon et ses assistants étaient tous occupés, chacun de leur côté. Ce calme prit fin lorsqu’ Alcor, vêtu de sa tenue de pilote, pénétra dans la pièce. Il avait participé aux dernières modifications sur son appareil et était impatient de pouvoir les tester.

- Professeur, les révisions sont terminées. J’ai procédé avec Antarès à certains ajustements sur Alcorak et j’aimerais bien tester leur efficacité. M’autoriseriez-vous à prendre l’air ?

- Je ne pense pas que cela posera le moindre problème. Le ciel est calme aujourd’hui et je ne crois pas que cette sortie nous fasse courir le moindre risque. Tu n’as pas ménagé ta peine ces derniers temps et je pense que cette sortie te fera le plus grand bien. Tu peux décoller.

- Merci professeur.

Le jeune homme s’apprêtait à quitter la salle des commandes lorsque Procyon l’interpella.

- Une minute, Alcor.

Celui-ci se retourna et regarda fixement le scientifique.

- Saurais-tu par hasard où se trouve Vénusia ? Je sais que ses examens se sont bien passés et qu’elle a obtenu de très bons résultats. Nous l’attendions ce matin et elle n’est pas venue. Personne ne semble l’avoir vue depuis deux jours. Est-ce que tu sais quelque chose à ce sujet ?

- Non professeur. La dernière fois où je lui ai parlé, c’était au ranch il y a deux jours. Elle était en train de travailler dans sa chambre comme si ses examens n’étaient pas terminés et elle n’avait visiblement pas envie qu’on la dérange. Je n’ai pas insisté. Depuis qu’elle est revenue, elle demande à ce qu’on la laisse seule. C’est tout ce que je sais.

- Très bien. J’espère que cela ne cache pas quelque chose d’autre.

Alcor n’avait pas dit la vérité. Ce qu’ils s’étaient confiés dans la vieille auberge devait rester confidentiel. C’était leur secret et il avait promis de n’en parler à personne. A peine Procyon avait-il terminé sa phrase qu’une sonnerie retentit. Une sonnerie que tous connaissaient, qu’ils n’avaient pas entendue depuis longtemps et dont ils se seraient bien passés.

- Argoli, avez-vous noté quelque chose sur le scope de contrôle ? demanda Procyon d’un air inquisiteur.

- Le radar indique plusieurs échos en approche rapide, professeur. Difficile de savoir de quoi il s’agit. C’est peut-être simplement une pluie de météorites.

- Je n’en suis pas persuadé. S’il s’agissait vraiment de météorites, elles se seraient déjà désintégrées dans l’atmosphère … répondit-il, soucieux.

- Je crois qu’un vol de reconnaissance s’impose … n’est-ce pas, professeur ?

- Oui tu as raison, Alcor. Décolle au plus vite. Nous t’indiquerons ton plan de vol et la position exacte de ces échos sitôt après ton départ.

- Bien professeur.

Alcor quitta précipitamment la pièce et se mit à courir dans les couloirs du Centre en direction de la salle des départs. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas ressenti une telle décharge d’adrénaline. Une fois à l’intérieur, il se glissa dans la bulle blanche marquée d’une bande rouge qui l’emmènerait jusqu’au hangar où demeurait son appareil. Arrivé à destination, il sauta dans son habitacle. Le nez d’Alcorak se redressa tandis que le volet roulant du hangar se releva lentement. Le feu tricolore passa du rouge au jaune, puis du jaune au vert. Tout était prêt.

Tout en tenant son levier de commande gauche en main, Alcor actionna les moteurs de son appareil.

- « Alcorak … GO ! ! ! »

Aidé par la catapulte du hangar, le spacer partit immédiatement et fit cap au nord. Le visage de Procyon s’afficha quelques instants plus tard sur son écran de contrôle.

- Alcor, je pense que nous allons avoir de sérieux ennuis. Cela paraît insensé, mais j’ai bien peur que les forces de Véga ne soient de retour parmi nous.

- QUOI ?! Professeur c’est impossible ! répondit-il, stupéfait. Nous les avons tous réduits au silence il y a quelques mois. Même le Grand Stratéguerre y est resté !

- C’est ce que nous pensions. Nous avions tort. Regarde ton écran.

L’image du professeur laissa la place à celle d’une escadrille de navettes dont l’aspect différait sensiblement des modèles précédents : des appareils de couleur blanche mais dont l’appartenance ne faisait aucun doute : l’emblème de la Division Ruine était clairement visible.

- Bon sang, il manquait plus que ça … mais d’où sortent-ils ?

- Je n’en ai pas la moindre idée. Quoi qu’il en soit, il faut agir vite. L’escadrille n’est qu’à quelques encablures de ta position actuelle. Fais attention.

- Soyez tranquille. Je viens de les voir, ils sont juste devant moi. J’attaque ! ! !

Dès que la transmission fut coupée, Alcor décida d’aller semer le trouble au cœur même de la formation, ce qui n’était pas sans risque. Cette manœuvre allait se révéler payante : les premières navettes avaient commencé par ouvrir le feu sur lui et il les avait entraînées dans son sillage tout en évitant les tirs de laser. Il avait brutalement décroché sur sa droite alors que les navettes qui faisaient route vers lui tiraient à leur tour. Les explosions qui s’en suivirent avaient fait mouche : l’escadrille s’était autodétruite. Le jeune homme ne put s’empêcher de sourire sous son masque. « Division Ruine, mon œil ! Qu’ils retournent apprendre à piloter ! », lança-t-il.

Son sourire s’éteignit bien vite lorsqu’il vit passer une seconde escadrille à toute allure. Sa vitesse était nettement supérieure à la précédente. Les deux antéraks pilotés par Ergos et Bardos apparurent quelques instants plus tard.

- Voilà autre chose maintenant, grimaça-t-il. On avait déjà du mal avec un … mais avec deux, ça risque d’être sacrément difficile. Professeur, est-ce que vous me recevez ?

- Oui, je t’entends, Alcor, qu’est-ce qui se passe ?

- Une deuxième escadrille vient de me passer juste devant sans essayer de combattre. Elle se dirige sûrement vers vous. Essayez de joindre Vénusia sur sa fréquence personnelle et dites-lui de décoller le plus vite possible ! Je ne pourrai pas me battre tout seul !

- Je vais essayer et faire en sorte qu’elle te rejoigne le plus rapidement possible.

- Faites vite … parce que cette fiche escadrille n’est pas venue toute seule !

- Qu’est-ce que tu veux dire ?

- J’ai deux antéraks de la Division Ruine en visuel. J’ai bien dit DEUX !!! Je ne pourrai pas les arrêter tout seul et ça sera déjà un miracle si j’arrive à les retarder. Si on veut éviter le pire, il ne reste qu’une seule solution : contacter Actarus.

- Notre transpondeur spatial n’est pas encore au point. Et même si nous arrivions à établir la liaison avec Euphor, Actarus ne pourrait pas nous rejoindre avant plusieurs heures, voire plusieurs jours. Je sais que ce sera difficile, mais vous devrez essayer de les repousser tous les deux. Bonne chance.

- Bien reçu. Je sens qu’on va vraiment en avoir besoin, fit-il, à voix basse.

Il regarda attentivement devant lui. Les deux antéraks approchaient toujours. Ils étaient impressionnants, d’une blancheur immaculée, comme les navettes qu’il avait abattues juste avant. L’emblème de la Division Ruine était gravé sur chacun des boucliers.

- Ça va pas être du gâteau … mais on se défendra jusqu’au bout, se dit-il.

- « Missiles Oméga  ! ! ! »

Deux explosions se firent entendre derrière lui. Vénusia avait abattu les dernières navettes de la seconde escadrille et était venue le rejoindre aux commandes de Vénusiak. Les deux appareils se replacèrent en formation d’attaque, l’un à côté de l’autre.

- Tu as mis le temps ! Ou tu étais passée ?

- Aucune importance, Alcor. Occupons-nous de ces deux engins et on verra après.

Il était surpris du ton qu’elle avait employé. Il avait l’impression d’avoir posé une question gênante. Vénusia n’avait pas encore remarqué la présence de l’insigne de la Division Ruine, sur les flancs des deux antéraks. Un frisson d’horreur la parcourut lorsqu’elle l’aperçut.

- Alcor, tu as vu ça ? fit-elle en criant. C’est la Division Ruine ! Ils sont revenus !

- Je sais. On va devoir se débrouiller pour les repousser comme on pourra. Allez petite sœur, on y va !

- D’accord.

Vénusia essayait de garder son calme. Se battre contre la Division Ruine ne faisait que lui rappeler des douloureux souvenirs. Mais en tant que pilote et combattante expérimentée, elle allait mettre ses sentiments de côté et lutter aux côtés d’Alcor comme elle l’avait si souvent fait lors du conflit précédent. Ce fut d’ailleurs elle qui attaqua la première en appuyant sur les deux boutons intégrés dans ses leviers de commande.

- « Missiles Oméga ! »

Les missiles tirés par Vénusiak ne firent que ricocher sur la carapace de l’antérak visé. Ce dernier se mit en position verticale et fit jaillir des lames argentées et recourbées semblables à celles d’une scie circulaire. « Toi, je vais te faire ta fête ! », songea Ergos en esquissant un sourire diabolique. L’engin véghien ne manqua le spacer jaune et rouge que de quelques mètres. Elle avait eu chaud.

Alcor en avait fait autant de son côté mais ne parvint pas non plus à endommager le blindage du deuxième appareil. Il réussit toutefois à éviter les deux rayons laser de couleur mauve émis par les deux orifices placés sur les boucliers du monstre pour attaquer de nouveau.

- « Missiles Alpha ! ! ! »

Le résultat fut identique. Il était furieux contre lui-même. « Si ça continue comme ça, on n’arrivera à rien ! ». Il n’avait même pas remarqué que le premier antérak, toujours en mouvement se rapprochait de lui par l’arrière, ses lames tranchantes toujours sorties.

- Alcor, attention derrière toi ! ! !

Alcorak décrocha brutalement avant de reprendre de l’altitude. Le coup était passé près.

- C’était juste, souffla-t-il. Merci Vénusia !

- Il faut qu’on les entraîne loin d’ici, Alcor. On doit les empêcher d’attaquer le Centre.

- Tu as raison. Nos systèmes de défense sont en place mais comme on ne les a pas encore testés, on ne sait même pas s’ils fonctionnent ! Allez, on dégage.

- Reçu.

La trajectoire des deux appareils se croisa. Alcorak et Vénusiak firent ensuite demi-tour en espérant entraîner les deux antéraks derrière eux.

Sur le vaisseau amiral, Végalina suivait le combat avec intérêt. Ce n’était pas ce à quoi elle s’attendait. Contrairement à ce qu’elle avait envisagé, Goldorak ne s’était pas encore montré et cela ne lui plaisait pas. « Où es-tu, prince d’Euphor ? Pourquoi te caches-tu ? Aurais-tu peur de te mesurer à la Division Ruine ? » songea-t-elle. C’est à ce moment que la voix d’un des soldats postés en contrebas se fit entendre.

- Commandant, nos différents capteurs signalent la présence d’un objet volant qui s’apprête à entrer dans l’atmosphère terrestre !

- Déterminez immédiatement sa trajectoire et essayez de nous donner une image claire sur grand écran.

- C’est impossible, Commandant. Sa vitesse est trop élevée pour que nous puissions obtenir des images exploitables. Dans le meilleur des cas, nous n’obtiendrons qu’une traînée lumineuse et rien d’autre.

- Gardez un œil sur lui. Nous nous y intéresserons en temps voulu. Si jamais vous en perdez la trace, je n'ose imaginer ce qui vous arriva dans les prochaines heures. Ai-je été assez claire ou dois-je vous en donner un premier aperçu ?

- Non Commandant. Je ferai l’impossible, répondit-il, troublé.

Elle acquiesça silencieusement et s’en retourna vers la passerelle pour regarder la suite du combat qui n’avait pour elle de combat que le nom.

De leur côté, Alcorak et Vénusiak entraînaient les deux antéraks hors de toute zone habitée et loin du Centre. L’écart qui les séparait de leurs adversaires se réduisait progressivement et les deux Aigles savaient que la puissance supérieure des machines véghiennes ferait tôt ou tard la différence.

- Ils se rapprochent, Alcor, nous n’allons pas tenir plus longtemps.

- Garde ton sang-froid, Vénusia. On va essayer de contre-attaquer dès qu’on aura trouvé un terrain favorable.

A peine avait-il fini sa phrase qu’il vit passer une navette similaire à celles qu’il avait précédemment abattues. Elle était très endommagée : le fuselage était fissuré en de multiples endroits et les ailerons latéraux très abîmés. Elle changea de trajectoire quelques instants plus tard et descendit en piqué vers le fond de la vallée rocheuse qu’elle survolait. Il pensait que le pilote avait perdu le contrôle alors qu’il n’en était rien : Eslan avait délibérément adopté cette tactique pour échapper à celui qui l’avait pris en chasse. Se sachant dans une situation désespérée, il prit le risque de s’éjecter de son appareil. Celui-ci poursuivit sa route et se fracassa contre une falaise.

Ergos se moquait éperdument de tout cela : il fallait impérativement détruire les deux appareils qui se trouvaient devant lui et il allait tout mettre en œuvre pour y parvenir. Il modifia brutalement sa trajectoire pour se jeter toutes lames dehors sur Alcorak qui parvint à l’éviter. Il réitéra sa manœuvre mais fut contré par les deux missiles tirés par Vénusiak.

- « Drill Pressure Punch ! ! ! »

Munis de lames rétractables, deux poings jaillirent de nulle part pour aller s’écraser sur l’antérak de Bardos. Surpris, ce dernier fut incapable de le reprendre en main. Il partit en vrille pour aller s’écraser un peu plus loin. Les deux projectiles rejoignirent leur place initiale, sur les bras de Great Mazinger qui arrivait comme un vengeur au milieu de cette lutte qui ne le concernait pas. Tetsuya avait suivi une navette … et il était tombé sur autre chose qui dépassait de loin ce à quoi il s’attendait. « C’est la guerre ici ou quoi ? » se demanda-t-il.

Il se reprit pourtant rapidement en apercevant un appareil qu’il reconnut tout de suite et qui paraissait en grande difficulté : Alcorak. Il y avait un moment que lui et Alcor ne s’étaient plus croisés. En un éclair, tout lui était revenu en mémoire. « Je ne dois pas me laisser distraire par toutes ces mauvaises pensées. Je dois intervenir ! ». Il était prêt à en découdre, comme toujours.

- Alcor, encore un ! ! ! s’écria Vénusia. On ne s’en sortira jamais !

- Ne te fais pas de soucis, Vénusia. Ce coup-ci, c’est un ami ! On peut dire que tu tombes à point, Tetsuya !

- Alcor, c’est bien toi ?

- On ne peut rien te cacher … et ton aide va nous être sacrément utile si tu vois ce que je veux dire.

- C’est ce que je vois. On y va !

Avec l’arrivée de Great Mazinger, le combat prit une autre tournure puisque les deux Aigles étaient désormais soutenus par un renfort de poids. L’antérak piloté par Bardos s’était finalement redressé et avait déployé ses deux boucliers. Le robot, d’une taille conséquente, était intégralement noir à l’exception de ses yeux d’un jaune très lumineux et de deux chevrons rouges purement décoratifs. Montée sur un cou télescopique, sa tête paraissait minuscule au vu de son corps massif. Celui-ci était muni de trois ouvertures circulaires alignées horizontalement et capables de lancer tous types de projectiles ou des rayons laser. Ses jambes étaient très courtes et arquées. Dans son poste de pilotage, l’officier véghien ne put réprimer un sourire : il allait montrer ce dont il était capable.

Il abaissa une des manettes placées sur son tableau de bord : deux missiles longue-portée munis de charges explosives de forte puissance jaillirent des orifices extérieurs. Le premier s’écrasa dans la montagne après avoir manqué Alcor de justesse. Le second aurait également manqué son objectif si le mauvais sort ne s’en était pas mêlé : Vénusia était en pleine accélération et s’apprêtait à l’esquiver lorsqu’elle ressentit une vive douleur au ventre qui lui fit lâcher brièvement ses deux leviers de commande. Elle tenta de reprendre le contrôle de son appareil mais il était déjà trop tard : Vénusiak fut touché de plein fouet. Une grosse explosion. Le spacer partit en vrille sous le regard horrifié d’Alcor qui essaya vainement d’entrer en contact avec son équipière. La jeune femme avait perdu connaissance en heurtant son tableau de bord avec son casque.

Vénusiak percuta le sommet de la montagne avec une puissance telle que le cockpit s’ouvrit, éjectant du même coup son pilote. Son casque se brisa en deux au moment où elle toucha le sol. En équilibre précaire sur le flanc de la montagne, les quelques roches qui en assuraient la stabilité finirent par se détacher de la paroi, entraînant l’appareil dans leur chute.

Pendant ce temps, l’antérak piloté par Ergos s’était également posé : sa silhouette était moins massive mais bien plus agressive. Alcor fronça les sourcils : il était certain d’avoir vu un appareil similaire peu de temps après avoir intégré l’équipe du professeur Procyon. Le robot se tenait sur quatre pattes solides et sa tête aplatie ressemblait à celle d’un piranha avec de nombreuses dents triangulaires tranchantes et deux antennes de grande taille capables de projeter de puissants rayons laser. A cela s’ajoutait une crête faite de pointes de couleur blanche et de hauteur différentes.

Sa première attaque n’irait pas jusqu’à son terme : ses deux antennes furent sectionnées par deux projectiles circulaires munis de lames effilées qui reprirent leur position d’origine quelques instants plus tard. Le nom de l’attaque se fit rapidement entendre.


- « Planitronks ! ! ! »

Goldorak surgit alors de la couche nuageuse qui commençait à masquer le soleil. Actarus avait rapidement analysé la situation et agi en conséquence. S’il n’avait plus combattu depuis un certain temps, sa dextérité ne l’avait pas abandonné et ses réflexes n’avaient pas non plus été émoussés. Alcor fut le premier à réagir.

- Et ben, on t’attendait plus, vieux frère ! ! ! Content que tu viennes te joindre à nous ! fit Alcor, dans un sourire.

- Content de te revoir également Actarus, ça faisait un bail ! renchérit Tetsuya.

- Merci Tetsuya. Heureux de constater que tu es là avec Great Mazinger. Ça va nous faciliter la tâche. Allez, on attaque tous ensemble !

L’affrontement tant attendu allait pouvoir commencer …



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMer 27 Sep 2017 - 23:37

Chic ! Goldorak est enfin de retour ! cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 1752787198

... En espérant que Vénusia n'ait pas trop de soucis !

Merci Kimi !!! Very Happy FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2340738771 FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2636677666

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 20914310
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeJeu 28 Sep 2017 - 10:12

Superbe combat, on a aucun mal à imaginer la scène. Very Happy

Comme Gurendaizä, je me réjouis de l'arrivée de Goldorak et j'espère que Vénusia n'est pas trop gravement blessée.

Merci pour cette suite Kimi_san. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Eurydie

Eurydie

Messages : 82
Date d'inscription : 21/05/2009

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeJeu 28 Sep 2017 - 19:27

youhouuuuuuuuuuuuu goldorak!!!
Revenir en haut Aller en bas
anterak 08

anterak 08

Messages : 11901
Date d'inscription : 16/05/2009
Age : 52

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeVen 29 Sep 2017 - 19:11

merci kimi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 15:40

J'ai lu les 3 derniers chapitres d'une traite. Merci beaucoup Kimi, vivement la suite ! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 15:47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Header12

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 005_l_10





Dans le poste de commandement du vaisseau amiral des troupes de la Division Ruine, toujours placé en position stationnaire au-dessus de la planète bleue, Végalina ne put réprimer un sentiment de plaisir en visionnant les images qui s’affichaient sur l’écran de contrôle principal : Goldorak avait fini par se montrer. C’était ce qu’elle voulait.

- Enfin te voilà, prince d’Euphor ! Je me demandais si tu finirais par te montrer … Très bien. Très, très bien. Voyons maintenant ce que tu es capable de faire face à nos deux antéraks. Il me tarde de te voir à l’œuvre !

La jeune femme sourit. Elle n’allait pas perdre une seconde du combat.

Goldorak n’avait pas manqué son entrée, en endommageant la tête de l’antérak du capitaine Ergos. Celui-ci répliqua instantanément en crachant un rayon incendiaire depuis son orifice buccal en direction de l’appareil du prince d’Euphor qui parvint toutefois à l’éviter en se décalant sur sa droite au dernier moment. Tetsuya avait suivi la scène et s’était entre temps replacé en position d’attaque.

L’engin véghien utilisa de nouveau de son rayon, cette fois vers Great Mazinger qui répliqua aussitôt via une arme similaire.

- « Breast Burn !!! » (Bresto Barn !!!)

La puissance du rayon thermique émis par la plaque thoracique du robot annula les effets de celui lancé par l’antérak, ce qui permit à Alcor d’attaquer à son tour.

- «  Missiles Alpha !!! »

Les deux salves tirées consécutivement par Alcorak atteignirent leur but sans causer le moindre dégât. Le spacer reprit de l’altitude pour laisser le champ libre à Tetsuya qui se retrouvait face à deux adversaires aussi tout aussi forts que lui, voire davantage. Le monstre piloté par Bardos expédia deux missiles qui manquèrent leur cible : Great Mazinger déploya son Scramble Dash pour leur échapper et se retourna soudainement dans leur direction en pointant l’index de sa main droite vers le ciel. L’attaque que le jeune homme allait lancer figurait parmi les plus puissantes dont il disposait.

- « THUNDER BREAK !!! »

Dans un bruit assourdissant, la foudre s’abattit sur les cornes du robot qui créèrent ensuite un arc électrique jusqu’à son doigt. Il ne restait plus qu’à diriger l’énergie ainsi accumulée vers sa cible. L’impact fut terrible et ses effets dévastateurs puisque plusieurs circuits furent endommagés. Ce ne serait cependant qu’un léger contretemps pour Bardos qui en avait vu d’autres. Ce petit contretemps technique ne l’empêcherait pas de continuer le combat.

Goldorak avait de son côté pris la route du Centre de recherches spatiales. Actarus devait agir vite et il le savait : Alcor et Tetsuya ne pourraient pas continuer efficacement la lutte sans lui. Il se tourna brièvement vers sa sœur en lui faisant un signe de la tête, auquel elle répondit de la même manière : elle avait bien compris le message.

- Je suis prête.

- Bien. Père, est-ce que tu me reçois ?

- Oui Actarus. Je suis content de t’entendre.

- Nous n’avons pas beaucoup de temps. Est-ce que Fossoirak est prêt à décoller ?

- Tout est paré. Nous n’attendons plus que Phénicia … si elle t’a accompagnée jusqu’ici.

- Mais je suis là, professeur ! Pour rien au monde je n’aurais manqué ce rendez-vous !

- Bien. Le hangar est ouvert. Faites vite.

- Compris, nous arrivons.

Actarus tira ses deux leviers de commande vers lui tout en s’adressant à sa sœur.

- Dès que nous serons près de Centre, je lancerai le rayon tracteur. Il te déposera à terre en toute sécurité. Quand tu y seras, tu prendras Fossoirak pour nous rejoindre. Fais vite.

- Compris ! répondit-elle en hochant la tête en signe d’approbation.

Goldorak ralentit progressivement l’allure et se plaça en position stationnaire à quelques encablures du bâtiment principal. La soucoupe émit alors un faisceau de couleur mauve qui permit à la jeune fille d’atteindre le sol sans difficulté. Sans attendre, elle s’engouffra dans le couloir en direction de la salle des départs. Si sa dernière visite remontait à plusieurs mois, elle avait rapidement retrouvé ses automatismes. Elle prit place dans la bulle bleue située sur la gauche de la rampe de lancement qui l’emmènerait via un conduit translucide jusqu’au hangar où demeurait Fossoirak. Une fois dans son cockpit, elle prit son levier de commande gauche en main et tira énergiquement vers elle celui qui actionnait la post-combustion de son appareil.

- « Fossoirak … GO !!! »

Tout lui était revenu en mémoire. Elle n’avait pas oublié comment le piloter. Et même si c’était le cas, ses talents de pilote lui auraient permis de compenser ce handicap. Le spacer bleu et rouge accéléra pour rejoindre la zone de combat. Phénicia était persuadée qu’elle pourrait faire la différence une fois sur place.

- « Missiles Sigma !!! »

Les deux missiles frappèrent la tête de l’antérak de Bardos. Si elle avait atteint son objectif, celui-ci n’avait pourtant subi aucun dommage et s’était même lancé à sa poursuite en reprenant sa forme initiale. Tetsuya, qui avait observé attentivement sa manœuvre, actionna une nouvelle commande pour lui permettre d’échapper à son adversaire. Great Mazinger se saisit de sa plaque thoracique et la lança de toutes ses forces sur l’appareil ennemi.

- « Great Boomerang !!! » (Guretto Boomerang !!!)

Cette tentative réussit au-delà de toutes ses espérances puisque celui-ci fut projeté à terre. Ses boucliers s’étaient rouverts sous l’impact, moment que choisit Alcor pour porter son attaque.

- « Missiles Alpha !!! »

Les deux projectiles endommagèrent le cou télescopique de l’antérak. Bardos ne pourrait plus l’utiliser et tenta de répliquer en tirant deux missiles longue-portée … détruits quelques instants plus tard par les rayons acides à haute pression tirés par Goldorak.

- « Mégavolts !!! »

- Bien visé Actarus. Tu n’as pas perdu la main ! commenta Alcor en souriant.

- On en reparlera plus tard, Alcor. Tu es prêt pour l’accrochage ?

- Quand tu voudras.

- Parfait … « Transfert !!! »

Le siège d’Actarus descendit du poste de pilotage de la soucoupe porteuse vers celui du robot qu’il atteignit en une poignée de secondes. Une fois à l’intérieur, il abaissa le levier d’éjection placé à sa droite sans même le regarder.

- « Autolargue !!! »

Goldorak s’éjecta rapidement de sa soucoupe porteuse qui, en reprenant de l’altitude, fut atteinte par un tir de laser perdu à priori sans conséquence. Le robot entama sa manœuvre de retournement. Corset d’assemblage ouvert, Alcorak s’était immédiatement placé dans son sillage. La jonction entre les deux machines se fit sans problème et les deux ailes du spacer se relevèrent immédiatement.

- Alcor, tu es prêt pour une attaque simultanée ?

- Tout ce qu’il y a de plus prêt, vieux frère !

- Allons-y ! « Corno-fulgur !!! », s’écria-t-il en baissant le levier placé sur l’accoudoir droit de son siège.

- « Mortanium !!! »

La foudre lancée par les cornes de Goldorak et les deux rayons tirés depuis l’extrémité des ailes d’Alcorak frappèrent de nouveau l’antérak de Bardos de plein fouet. Ses boucliers de protection ne lui étaient maintenant plus d’aucune utilité et il tenta péniblement de se relever pour répliquer. Cette erreur de jugement allait lui coûter cher.

- Maintiens la pression et essaie de garder tes rayons sur lui. On ne doit pas le laisser se reprendre.

- T’inquiète pas. J’ai pas l’intention de le lâcher !

- « Mégavolts !!! »

La soucoupe porteuse descendit en piqué et cracha ses rayons acides. Actarus avait décidé d’attaquer sur deux fronts en même temps et ce choix s’était avéré des plus judicieux.

- Bien joué, Actarus !

- Je vais m’occuper de lui. Alcor, il faut que tu ailles aider Tetsuya, il va avoir besoin de soutien.

- Bien reçu. Fais attention quand même, répondit-il en tirant des deux leviers de commande vers lui.

- « Séparation ! »

Les deux appareils se séparèrent. Si Alcorak reprit de l’altitude, Goldorak se réceptionna au sol et prit son élan pour se jeter, le pied droit en avant, sur l’engin véghien toujours à terre.

- « Aquilio-Choc ! »

Frappé en pleine tête, celui-ci fut projeté une dizaine de mètres en arrière. Bardos, conscient de la précarité de sa situation, déploya ses boucliers pour se protéger des attaques qu’Actarus ne manquerait pas de lui envoyer. Lentement, l’antérak se redressa pour se précipiter sur Goldorak qui répliqua aussitôt via une nouvelle arme.

- « Pulvonium !!! »

Manquant de puissance, les rayons émis par les poings du robot du prince d’Euphor ne parvinrent ni à arrêter, ni à stopper l’engin véghien qui se retrouva pourtant de nouveau au sol quelques instants plus tard.

- « Missiles Sigma !!! »

Phénicia avait expédié deux missiles qui avaient provoqué un léger affaissement de terrain suffisant pour empêcher Bardos de parvenir à ses fins.

Ailleurs, Eslan avait fini par reprendre connaissance. Sa manœuvre ne s’était pas déroulée comme il l’avait espéré : il s’était blessé à l’épaule gauche en tombant et tenta, non sans mal, de se relever et d’oublier sa douleur. Il poussa un soupir de soulagement en constant qu’il n’était pas si loin du Centre de recherches spatiales. S’il ignorait tout de ce complexe, il se disait que ceux qui se trouvaient à l’intérieur devaient suivre sur leurs écrans le combat qui faisait rage à quelques kilomètres de là. Jamais ils ne se douteraient de sa présence, il en avait la certitude. Sans se poser de question, il parvint à franchir le mur d’enceinte, puis à pénétrer dans le bâtiment principal. Il poursuivit sa progression en longeant les murs et se rapprochait, sans le savoir, des ascenseurs intérieurs qui desservaient les niveaux souterrains, et notamment son point névralgique : la salle du cérébro-ordinateur. Si celui-ci cessait de fonctionner, le Centre ne résisterait pas longtemps à une attaque massive.

Il entra dans un des bureaux d’études et, après avoir regardé sur sa droite, puis sur sa gauche, entreprit sa fouille méthodique. Il s’empara de plusieurs dossiers dont il ignorait le contenu exact mais qui lui seraient certainement utiles pour la suite. « Inutile de m’attarder ici. De toute façon, je suis sûr que nous pourrons tirer quelque chose de ces documents … », songea-t-il en reprenant le chemin qu’il venait d’emprunter en prenant d’infinies précautions pour ne pas être repéré.

Face à l’antérak de Bardos, Actarus savait qu’il était temps d’en finir. Bien qu’étant très abîmé, il se tenait encore debout devant lui, même si sa démarche et sa stature n’avaient plus rien à avoir avec celles affichées au début du combat. Ses boucliers arboraient toujours ces lames qui faisaient office de scies circulaires. Il essaya de prendre son élan, mais Goldorak fut le plus prompt à réagir.

- « Météo-punch !!! »

L’avant-bras du robot partit en vrille et s’écrasa directement sur la tête de l’appareil, là ou se trouvait la cabine de pilotage. La vitre blindée de celui-ci se brisa sous l’impact, explosant en de nombreux fragments. Sous la violence du choc, l’officier fut éjecté de son siège et se retrouva à terre, le visage en sang. Il se releva non sans mal et reprit les commandes de son engin. Pas question pour lui de rompre le combat pour sauver sa vie. Il se battrait jusqu’au bout comme il l’avait toujours fait jusqu’à maintenant, respectant ainsi le credo de la Division Ruine : réussir ou périr.

Il allait reprendre l’offensive lorsqu’il constata que Goldorak avait disparu, contrairement à Great Mazinger qui se tenait à présent derrière lui pour lancer une nouvelle attaque.

- « Drill Pressure Punch !!! »

Les deux avant-bras du robot munis de leurs lames tranchantes frappèrent l’antérak de plein fouet. Si le premier ricocha sur le blindage extérieur, le second arracha son bouclier droit, le privant ainsi d’un de ses seuls moyens de défense. Utilisant ses dernières forces, la machine véghienne se jeta sur son opposant. Surpris par cette manœuvre, Great Mazinger recula de deux pas mais ne put esquiver le bouclier de gauche toujours actif. Ses lames lacérèrent son bras et sa jambe gauche sans toutefois les sectionner. A l’intérieur du Brain Condor, Tetsuya jeta un bref regard sur les différentes jauges de son panneau de contrôle : il était presque à court d’énergie et savait qu’il ne devait plus perdre de temps s’il voulait vaincre.

Déployant son Scramble Dash, le robot s’éleva dans les airs et lança son ultime attaque.

- « Breast Burn !!! » (Bresto Barn !!!)

La puissance du rayon mit les circuits de l’antérak en surcharge. Tetsuya maintint son arme en fonction pour l’empêcher de bouger. Phénicia se joignit à lui pour lui asséner le coup de grâce.

- « Pyro-bombes … en rafale !!! »

Le robot explosa. Tout était terminé, y compris pour Great Mazinger qui, privé d’énergie, s’écrasa au sol. Son pilote heurta avec son casque ses deux leviers de commande. Il avait le nez en sang mais il était indemne. Alcor, qui avait suivi la scène de loin, le contacta par radio.

- Tetsuya, est-ce que tout va bien ?

- Ça pourrait aller mieux. Je suis à court de carburant et il y a de fortes chances pour que vous terminiez ce combat sans moi.

- On fera avec. Il vaudrait mieux que tu ailles te mettre à l’abri en attendant …

- Je suis peut-être affaibli mais pas encore mort, répondit-il sèchement.

Une telle réaction de sa part n’avait rien d’étonnant : pour avoir combattu à ses côtés, il savait que Tetsuya haïssait la défaite et refusait, quelles que soient les circonstances, de s’avouer vaincu, même s’il n’était plus en mesure de se défendre. Le jeune homme pressa plusieurs boutons et abaissa trois interrupteurs avant de tirer vers lui ses deux leviers de commande. Great Mazinger bascula sur le côté et posa un genou à terre avant de se redresser lentement. « Si je désactive mes propulseurs et que je passe sur les réserves auxiliaires, j’ai une chance de les aider … », pensa-t-il.

Goldorak était toujours aux prises avec l’antérak d’Ergos. Celui-ci avait assisté malgré lui à la destruction de celui de son équipier et s’était juré de ne pas connaître le même sort. Il actionna l’une des commandes de son tableau de bord. Les différentes pointes qui composaient la crête de son appareil furent expulsées instantanément vers Alcorak et Fossoirak. Si Phénicia parvint à éditer les quatre projectiles qui lui étaient destinés par une manœuvre particulièrement osée, Alcor n’en évita que deux, le troisième endommageant sévèrement le réacteur de son aile gauche. Son équipière se porta immédiatement à sa hauteur.

- Tu n’as pas de mal, Alcor ?

- Non, ça va aller. Il faudra juste que je fasse attention dans mes changements de trajectoire. Pour le moment, il faut qu’on retourne aider Actarus.

- Tu as raison. Allons-y !

Les deux appareils firent demi-tour pour rejoindre leur chef de file qui, s’il était en position favorable, n’avait pas encore trouvé la faille dans la cuirasse de son adversaire. Il tenta sa chance en poussant un des leviers placés sur son panneau de commande droit.

- « Fulguro-Poings !!! »

Transformés en torpilles, les deux avant-bras du robot ricochèrent sur les boucliers de l’engin véghien qui répliqua par un saut d’une hauteur prodigieuse. Lancé à pleine vitesse, il s’abattit avec violence sur le robot du prince d’Euphor, l’immobilisant avec ses deux pattes avant. Actarus appuya énergiquement sur les deux pédales placées au fond de son cockpit.

- « Rétro-Laser !!! »

Le rayon multicolore émis par le torse du robot et censé projeter les engins ennemis hors de leur trajectoire, atteignit l’antérak sans toutefois le repousser. Satisfait, Ergos contre-attaqua en utilisant les deux rayons oculaires de son engin. Les deux lasers frappèrent le poste de pilotage de Goldorak. Si Actarus n’en ressentait pas encore les effets, il savait qu’il ne faudrait pas que cela se prolonge. Alcor et Phénicia survolèrent les deux robots à plusieurs reprises sans savoir comment agir. Attaquer était risqué car la moindre erreur d’appréciation pouvait endommager Goldorak et mettre un terme prématuré à la vie de son pilote.

- Qu’est-ce qu’on peut faire, Alcor ? demanda Phénicia.

- J’en sais rien mais on doit faire vite … et il faudra qu’on vise juste. Si on tire à côté, on risque de blesser Actarus.

- A quoi est-ce que tu penses ?

- Ne vous en faites pas, je vais régler le problème à votre place …

- Qu’est-ce que tu as en tête ?

- Tu vas voir … « Mazinger Blade !!! » (Majinga Blade !!!)

Le compartiment triangulaire de la jambe droite de Great Mazinger s’ouvrit et éjecta une épée tranchante qu’il saisit au vol de sa main droite.

- C’est le moment … « Scramble Dash !!! »

L’aile rétractable se déploya et propulsa en l’air le robot qui, d’un geste brusque, la lança dans le dos de l’antérak, endommageant sévèrement son blindage. Ergos reçut une violente décharge électrique et lâcha ses leviers de commande, stoppant du même goût les rayons laser de son engin. Actarus poussa un soupir de soulagement avant d’appuyer de toutes ses forces sur les deux pédales et d’abaisser le levier placé sur l’accoudoir droit de son siège.

- « Corno-fulgur !!! »

L’action du Rétro-Laser combiné à celle de la foudre émise par les cornes de Goldorak fit lentement reculer la machine d’Ergos. A l’intérieur de l’habitacle surchauffé, celui-ci ne put réprimer un hurlement de douleur tout en chutant de son siège. La puissance et la chaleur dégagée par cette arme dépassait de loin tout ce qu’il avait pu connaître depuis le début de sa carrière militaire. Il tenta bien de se reprendre en esquissant une manœuvre de défense mais il était déjà trop tard. Devenu incontrôlable, l’antérak percuta Great Mazinger l’entraîna avec lui dans sa chute. Incapables de se mouvoir, les deux robots gisaient sur le sol. Fou de rage, Ergos ne put s’empêcher de jurer. « Va au diable, Goldorak !!! ».

Actarus considéra les deux machines avec attention. Elles étaient presque l’une au-dessus de l’autre et il lui était impossible de détruire l’antérak sans endommager Great Mazinger. Il prit alors contact avec Alcor et Phénicia qui se tenaient au-dessus de lui en position stationnaire.

- Alcor, Phénicia, il faut trouver un moyen pour permettre à Tetsuya de se dégager.

- Je m’en occupe, intervint Alcor.

- Et moi alors, tu m’oublies ?

- Laisse-moi faire, Phénicia. Ce n’est pas pour les petites filles !

- Tu crois ça ? répondit-elle, visiblement contrariée. Tu vas voir ce qu’elle sait faire, la petite fille …

Fossoirak descendit en piqué et expédia une bombe incendiaire sur le ventre de l’antérak avant de reprendre de l’altitude, sans se douter qu’elle avait également touché Great Mazinger. Si elle avait visé plus bas, elle aurait touché le compartiment étanche où étaient stockés les missiles à courte-portée parfois utilisés par Tetsuya et ainsi provoqué une explosion suffisamment puissante pour réduire les deux robots en poussière.

- Tetsuya, tu n’as rien ? demanda Actarus, inquiet.

- Non ça va, rien de sérieux. J’ai l’impression cependant que cette attaque m’a redonné un peu d’énergie. C’est sûrement à cause de cet engin. Si j’utilise toute la puissance qu’il me reste, j’ai un change de me dégager et de le détruire en même temps.

- Qu’est-ce que tu as derrière la tête ? demanda Alcor, intrigué.

- Tu vas le savoir tout de suite. Décale-toi légèrement sur ta gauche et dis à ton amie de se dégager sur la droite. Et tenez-vous prêts à tirer dès que je vous le dirai …

- D’accord, répondirent-ils en chœur.

Tetsuya consulta une dernière fois ses jauges. Les réserves de secours était épuisées et la manœuvre qu’il allait tenter était particulièrement dangereuse. Si elle échouait, elle risquait de lui coûter très cher. « De toute façon, il n’y a pas d’autre moyen … », dit-il en pressant sur l’un des boutons de son panneau de commande.

- « Breast Burn !!! » (Bresto Barn !!!)

La plaque thoracique du robot se mit à briller de plus en plus fort et décocha un rayon suffisamment puissant pour projeter l’antérak en l’air.

- Maintenant ! Allez-y !

- Compris … « Mortanium !!! »

- D’accord … « Pyro-bombe !!! »

L’antérak explosa presque immédiatement en projetant quantité de débris dans toutes les directions. Nombre d’entre d’eux retombèrent sur Great Mazinger dont la plaque thoracique encore fumante se fissura avant de tomber en morceaux. Plusieurs plaques de blindage avaient sauté, mettant à nu certains de ses composants internes. Son épaule droite avait été sérieusement touchée et les fissures sur son bras gauche s’étaient agrandies. Tetsuya était cependant indemne. La réaction des Aigles ne se fit guère attendre.

- Tu es complètement malade d’avoir tenté un truc pareil ! Tu aurais très bien pu y rester, tu sais ça ?

- C’était un risque à courir … mais on s’en est tous sortis et c’est ça le principal.

- Alcor a raison, ça a failli te coûter cher ! ajouta Phénicia.

- C’est rien, j’ai déjà vécu bien pire et je m’en suis remis !

- Franchement, tu ne changeras jamais ! Maintenant qu’on est débarrassés de ces gêneurs, on va essayer de remettre ton robot en marche et le rapatrier au Centre pour voir si on peut le remettre en état …

- Je vous laisse vous en occuper, intervint Actarus qui était jusque-là resté silencieux. Il me reste une autre tâche à accomplir.

Alcor comprit immédiatement à quoi il faisait allusion.

- J’aurais dû t’en parler plus tôt mais leur attaque ne m’en a pas laissé le temps. D’après ce que j’ai pu voir, Vénusiak a été touché par un missile tiré par l’un des deux antéraks et il s’est abattu quelque part dans la montagne. J’ai essayé de contacter Vénusia par radio mais je n’ai eu aucune réponse. Elle avait sûrement déjà perdu connaissance à ce moment-là …

- Il faut qu’on la retrouve. Si on s’y met à plusieurs, on aura plus de chances d’y parvenir, ajouta Phénicia.

- Non Phénicia. Laisse-moi m’en occuper seul, répondit Actarus. Le ton qu’il avait employé était sans équivoque.

La jeune fille ferma les yeux et acquiesça. Elle ne partageait pas sa décision mais elle la comprenait.

- Très bien.

- « Récupération !!! »

Goldorak leva la tête et aperçut sa soucoupe porteuse planant au-dessus de la zone de combat. Cette fois encore, elle lui avait été d’un grand secours.

- «  Cabré !!! »

Le robot prit son élan et se propulsa en l’air pour rejoindre sa soucoupe. Les réacteurs de cette dernière se relevèrent pour lui permettre de reprendre sa place originelle.

- « Arrimage … Ovostable !!! »

Les bras du robot se replièrent de part et d’autre des flancs de son transporteur tandis que le siège d’Actarus quitta le poste de pilotage du robot pour regagner celui de la soucoupe, ce qui ne prit qu’une poignée de secondes, six pour être précis.

Les conditions météorologiques commençaient à se dégrader. Actarus savait que le temps jouait contre lui : il lui fallait retrouver Vénusiak et ne pouvait compter que sur les dires d’Alcor. Au vu de la nature du terrain, ce serait tout, sauf une partie de plaisir. Son esprit était assailli de questions : Vénusiak avait-il résisté au choc ? S’était-il disloqué au moment de l’atterrissage ? Avait-il explosé en entraînant ainsi Vénusia vers une mort certaine ? Il ne voulait même pas l’envisager. S’il y avait vraiment eu une explosion, il aurait remarqué la présence d’une colonne de fumée ou de quelque chose d’approchant mais il n’avait rien vu de semblable.

- « Goldorak … Méga-mach !!! »

C’est au moment de la phase d’accélération, la plus risquée, que l’impensable arriva. Un court-circuit, probablement causé par un tir de laser perdu, causa l’arrêt du réacteur gauche de la soucoupe porteuse. Déséquilibré par cet arrêt soudain tandis que l’autre réacteur fonctionnait à pleine puissance, Goldorak décrocha brutalement. Actarus tenta de reprendre le contrôle de sa machine en tirant et poussant alternativement ses deux leviers de commande, espérant ainsi faire la faire atterrir en douceur. Le sol se rapprochait à une vitesse vertigineuse et il décida de couper l’alimentation du deuxième réacteur. « Pourvu que cela suffise … » se dit-il.

Ce ne fut pas suffisant.

Goldorak toucha durement le sol et poursuivit sa course jusqu’à s’immobiliser au pied d’une falaise, faisant tomber quelques débris rocheux sur son passage. Lors du choc final, Actarus fut projeté de son siège vers l’avant et percuta son tableau de bord avec son casque. Il perdit momentanément connaissance.

Cet atterrissage forcé n’était pas passé inaperçu. Le bruit de l’accident se fit entendre pendant plusieurs secondes à des kilomètres à la ronde. Quelques instants plus tard, un intercepteur sur lequel trônait l’emblème le Division Ruine apparut dans le ciel et se posa quelques dizaines de mètres plus loin. De par sa couleur sombre et ses dimensions réduites, il était pratiquement impossible de la distinguer dans le paysage environnant. Une fois les deux moteurs coupés, une frêle silhouette en sortit et se réceptionna au sol avec grâce.

Elle escalada prudemment la paroi rocheuse pourtant pleine de pièges pour rejoindre le sommet et s’avança lentement, sans faire le moindre bruit, jusqu’au bord de la falaise. De ce poste d’observation naturel qui dominait toute la vallée, elle pouvait absolument tout voir, mais seule une chose l’intéressait : Goldorak.

- Très bien. Très, très bien … murmura-t-elle.



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 19:21

Merci Kimi ! Jolie scène de combat...Et la personne qui observe la scène finale est sans doute Végalina... Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 19:59

Gurendaizä a écrit:
Chic ! Goldorak est enfin de retour ! cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 1752787198

=> Il est là et bien là. Et il n'est pas près de repartir !  Wink

hikaru a écrit:
Superbe combat, on a aucun mal à imaginer la scène. Very Happy

=> Comme je l'ai déjà mentionné sur un autre sujet, les scènes de combat sont assez faciles à rédiger pour moi. Il me suffit d'avoir en tête le design du mécha, son armement, les aptitudes de son pilote et le lieu du combat pour que tout s'enchaîne "naturellement". Et c'est très "prenant" aussi !

hikaru a écrit:
Comme Gurendaizä, je me réjouis de l'arrivée de Goldorak et j'espère que Vénusia n'est pas trop gravement blessée.

=> Patience, vous en saurez plus dès le chapitre 6 ... parce que "Cela ne fait que commencer ..." Wink

hikaru a écrit:
Merci pour cette suite Kimi_san. cheers

anterak 08 a écrit:
merci kimi Very Happy

=> You're welcome !

venusia45 a écrit:
J'ai lu les 3 derniers chapitres d'une traite. Merci beaucoup Kimi, vivement la suite ! cheers cheers cheers

=> Ca tombe bien, elle arrive bientôt ! Very Happy



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 307556534   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 2390522320    FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 574077509    FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 3291812460

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 20:07

Merci pour cette suite Kimi_san. J'apprécie toujours autant ta façon de décrire les scènes de combat. On s'y croirait. Very Happy

Et comme Vénusia45, je parie que c'est Végalina qui arrive à la fin. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeSam 30 Sep 2017 - 20:35

Citation :
=> Il est là et bien là. Et il n'est pas près de repartir !   Wink

Certes mais on dirait bien qu'il a quelques soucis avec cet "atterrissage" en catastrophe !  affraid

Citation :
=> Patience, vous en saurez plus dès le chapitre 6 ... parce que "Cela ne fait que commencer ..." Wink

Super !!! merci Kimi !!! cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 20914310
Revenir en haut Aller en bas
Kass01

Kass01

Messages : 107
Date d'inscription : 21/04/2016
Age : 47

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMar 3 Oct 2017 - 9:29

Oh je suis sur des charbons ardents, vivement la suite pour savoir comment vont nos héros

Merci en tout cas c'est passionnant
Revenir en haut Aller en bas
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMar 3 Oct 2017 - 10:36

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Header11

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 006_ce10




Actarus finit par reprendre conscience. Il se redressa péniblement et reprit en main ses deux leviers de commande. Le choc avait été des plus violents mais Goldorak n’avait semble-t-il pas souffert. A l’exception du réacteur gauche de la soucoupe porteuse, rendu inopérant par un tir de laser, aucune anomalie n’était à recenser. Tous les indicateurs étaient au vert.

Le prince d’Euphor actionna le mécanisme d’ouverture de la vitre blindée assurant la protection du poste de pilotage. Le vent froid qui soufflait désormais au dehors s’y engouffra aussitôt. Il se saisit ensuite du pistolet-laser dissimulé derrière son siège et sortit. Il espérait de ne pas avoir à s’en servir, mais ses expériences passées lui avaient appris que c’était là une précaution indispensable en cas de mauvaise rencontre. Il sauta de la soucoupe et se réceptionna au sol quelques instants plus tard. Il se releva et fit quelques pas avant de s’arrêter. Tout semblait désespérément mort : il n’y avait aucune trace de vie ou de végétation. Rien que des amas de pierres et des blocs de rocher. Le cours d’eau qui jalonnait jadis cette vallée était désormais à sec.

Il se mit en route, regardant sur sa droite, puis sur sa gauche et inversement, espérant ainsi découvrir un indice susceptible de le mettre sur la bonne piste. Il finirait par trouver quelque chose, il le fallait. Il poursuivit ses investigations pendant un long moment mais se rendit finalement à l’évidence : rien ne permettait d’affirmer que Vénusiak s’était réellement abattu dans ce secteur. Actarus ferma brièvement les yeux en se remémorant les paroles d’Alcor et le combat qu’ils avaient livré contre les deux machines envoyées par la Division Ruine. D’abord mal engagé, cet affrontement avait finalement tourné à leur avantage, en grande partie grâce à la présence de Tetsuya et de Great Mazinger. Sans eux, les choses auraient peut-être été bien différentes et il le savait.

Il balaya le paysage du regard. « Et si je m’étais trompé ? » s’interrogea-t-il. « J’ai peut-être mal interprété les indications d’Alcor … Je n’ai peut-être pas suivi le bon cap, la bonne direction ? ». Il allait se remettre en route lorsqu’il entendit un grondement sourd : plusieurs blocs de roche venaient de se détacher de la falaise et il ne les évita que de justesse en plongeant sur le côté. « Ouf … je l’ai échappé belle ! » songea-t-il. Ses réflexes l’avaient sauvé cette fois encore.

Ce n’était pas la première fois que ce genre de chose arrivait : les éboulements étaient fréquents et, conscients du danger, peu de gens osaient s’aventurer dans ce secteur. Il leva les yeux vers la paroi rocheuse, cherchant l’endroit d’où ils auraient pu se détacher. C’est à cet instant qu’il aperçut une silhouette se détacher du ciel gris. S’il ne put en distinguer les détails, elle lui parut cependant étrangement familière.

Il se frotta les yeux avec le revers de sa main gauche et regarda de nouveau le sommet de la crête : la silhouette avait disparu. Avait-il rêvé ? Sa vue lui avait-elle joué un quelconque mauvais tour ? Il l’ignorait mais il était fermement décidé à en savoir plus. « Je ne sais pas ce qui se passe ici … mais il faut que j’en ai le cœur net … », dit-il d’un air décidé. Il glissa son arme dans sa ceinture et baissa la visière de se casque. Caché par d’épais nuages, le soleil avait désormais complètement disparu. La pluie fit son apparition quelques instants plus tard. Une pluie froide. Glaciale, même.

Il revint sur ses pas, puis dépassa Goldorak et poursuivit son chemin jusqu’à se retrouver au pied de la falaise. Tenter de l’escalader était bien trop risqué et il lui faudrait trouver un autre moyen pour rejoindre le sommet. Un détail attira rapidement son attention : un petit chemin étroit et escarpé distant d’une centaine de mètres de l’endroit où il se trouvait. C’est exactement ce dont il avait besoin. Il regarda sur sa droite, puis sur sa gauche avant de s’y engager.

Le ciel s’était encore assombri lorsqu’il parvint au terme de son ascension. Comme il s’y attendait, les derniers mètres avaient été les plus difficiles. Il posa un genou à terre et se releva. Il s’avança vers le bord de la falaise avant de s’arrêter brutalement. La silhouette se tenait là, quelques mètres devant lui.

Vêtue d’une tenue bleu ciel, portant une ceinture noire, des gants et des bottes d’un bleu très sombre et protégée des intempéries par une longue cape noire teintée de reflets bleus munie d’une capuche, la jeune femme regardait droit devant elle et lui tournait ostensiblement le dos. Cette fois, le doute n’était plus permis : il la connaissait ou pensait la connaître.

- C’est impossible, se dit-il …  Ça ne peut pas être vrai.

- Qu’est-ce qui est impossible, prince d’Euphor ?

Il n’avait fait que murmurer quelques mots à peine audibles … et elle les avait pourtant bien entendus. L’acuité auditive de son interlocutrice ne lui avait pas échappé, pas plus que cette voix au timbre si particulier qui lui en rappelait une autre, celle d’une jeune femme qui avait beaucoup compté pour lui et dont il laissa involontairement échapper le nom.

- Végalia …

- Ton attitude me déçoit. Je m’attendais à autre chose de ta part …

Actarus réagit immédiatement.

- C’est impossible ! Végalia est morte ! Elle est morte dans mes bras après m’avoir sauvé la vie il y a plusieurs mois de cela. Non, tu ne peux être Végalia !

- Vraiment ? Serais-tu incapable de penser que je sois revenue du royaume des morts pour te revoir ? Rassure-toi, ce n’est pas le cas … Oh non !

Végalina ferma les yeux et baissa la tête tout en esquissant un sourire. Elle était visiblement ravie de son petit effet. Lentement, elle défit le lacet qui maintenait sa cape nouée. Celle-ci glissa sur ses épaules et tomba à ses pieds l’instant d’après.

Actarus était demeuré immobile. Cette silhouette si parfaite, son allure, sa voix … tout ou presque lui rappelait celle qui avait donné sa vie pour sauver la sienne. Elle avait néanmoins eu le temps, avant que ses yeux ne se referment et que son âme ne s’envole, de lui révéler la position exacte du Camp de la Lune noire. Les paroles qu’elle avait prononcées résonnaient encore dans sa mémoire. « La base de la Lune noire est située à l’antipode du cratère de la Tranquillité … » avait-elle dit. C’est en partie grâce à cette indication qu’il avait pu vaincre, lui et ses alliés, les armées de Véga menées par le Grand Stratéguerre.

Il se rappelait encore de la tristesse de son regard bleu, son visage d’ange, le dernier sourire qu’elle lui avait adressé. Les larmes qu’il avait versées des heures durant et sa douleur de l’avoir perdue une deuxième fois, tout cela par la faute des hommes de main de son dictateur de père.

- Tu n’as jamais vu que Végalia. Tu as toujours essayé de masquer ou de minimiser ce que tu ressentais à son égard … alors que tu ne jurais que par elle. comme son père. Un père qui lui a tout donné et qui ne lui a jamais rien refusé. Un père qui, un jour, lui a confié qu’elle lui succéderait quand le moment serait venu. Elle règnerait sur ce royaume qu’il avait bâti pour elle. Pour elle seulement … et certainement pas pour moi.

A peine avait-elle terminé qu’elle se retourna brusquement, lui dévoilant finalement son visage. En dépit de leur différence d’âge, leur ressemblance était frappante. Seule la couleur de leurs yeux et de leurs cheveux permettaient de faire la différence. Actarus parut déstabilisé. Il ne s’attendait pas à voir ressurgir un fantôme de son passé. Encore un.

- Végalina …

- Je suis heureuse de constater que tu ne m’as pas oubliée … Actarus.

- Que fais-tu ici ? Et pourquoi portes-tu sur ton bras les insignes de la Division Ruine ?

- Tu n’auras aucun mal à trouver les réponses. Te connaissant, je pense même que tu les connais déjà, dit-elle en souriant. Ainsi, mon « cher père » n’a pas réussi à accomplir ce qu’il s’était juré de faire : prendre possession de cette planète pour compenser la perte de Stykadès et y bâtir un nouveau Royaume de Véga. S’être donné autant de mal pour en arriver là ! Quelle déception …

Elle s’arrêta quelques instants, puis reprit.

- Mais peu importe … Il n’a eu que ce qu’il méritait.

La jeune femme regarda fixement le visage du prince qui avait ôté et laissé tomber son casque à terre.

- Tu n’as pas beaucoup changé depuis notre dernière rencontre, Actarus. Je ne m’attendais pas à autre chose, à vrai dire. Toujours cette assurance, cette détermination et ce regard qui avait tant charmé ma chère sœur …

- Tu n’as pas répondu à mes questions et je ne pense pas détenir leurs réponses.

- Tu devrais pourtant les connaître. A moins que ta perspicacité et ta logique ne se soient progressivement envolées pendant toutes ces années faites de combats et de batailles contre les gens de ma race …

- Nous aurions tous vécu en paix comme ce fut le cas depuis des millénaires si la soif de pouvoir de ton père ne l’avait pas poussé à s’attaquer aux autres planètes de la nébuleuse de Véga, les unes après les autres. Akérèbe fut la première … Puis ce fut au tour d’Euphor et de Pallas …

- Je sais tout cela. Je ne suis pas venue jusqu’ici pour que tu me fasses un cours d’histoire, Actarus. Je voulais non seulement te retrouver, mais aussi découvrir les raisons pour lesquelles mon père et ses troupes n’ont jamais réussi à conquérir cette planète alors que rien ne semblait plus facile. Ma curiosité est à présent satisfaite. Ce qui les en a empêché, c’est toi. Toi et Goldorak.

- Ton père ne m’a pas laissé d’autre choix que de combattre. Si je n’étais pas intervenu, la Terre aurait connu le même sort qu’Euphor et serait devenue un champ de ruines, une terre brûlée et sans avenir …

- Une bien belle excuse. Par tes agissements et ton entêtement à vouloir la défendre, tu as indirectement provoqué la destruction de notre planète-mère Stykadès et l’extinction de notre race. La plupart des natifs n’ont pas survécu. Les combats qui ont suivi ont décimé les rares survivants et le reste de ma famille puisque mon père et ma chère sœur ne sont plus de ce monde. Je suis l’ultime survivante de la famille royale de Véga, maintenant.

- C’est donc pour venger leur mort que tu es venue jusqu’ici ?

- En partie. Tu connais ce sentiment. Être l’ultime rescapé d’un monde disparu, se sentir seul, désemparé … De savoir que tout est contre vous et qu’il n’y a rien qui puisse vous sauver …

- Tu ignores ce par quoi je suis passé, répliqua-t-il en élevant la voix. Penses-tu être la seule à avoir tout perdu, Végalina ? Que crois-tu que j’ai ressenti lorsque les troupes de la Division Ruine ont attaqué Euphor ? Que crois-tu que j’ai ressenti lorsque ces hommes assoiffés de sang ont assassiné mes parents, juste sous mes yeux ? Qu’ai-je ressenti selon toi en voyant mon peuple se faire massacrer ? J’ai essayé de sauver ce qui pouvait encore l’être sans y parvenir. Pour ton père, Euphor n’était qu’un monde de plus à conquérir …

- Tu as peut-être raison … répondit-elle avec détachement.

- Comment peux-tu réagir de cette façon ? Voir mourir ceux qui ont survécu aux assauts répétés de vos armées ne lui suffisait pas. Il les a fait torturer pour son seul plaisir, les a utilisés comme cobayes dans le cadre d’expériences scientifiques effroyables … pour finalement les faire déporter dans ces endroits d’où on ne revient jamais, dans ces mondes sans vie comme Akérèbe …

- Je le sais. Je me suis rendue plus d’une fois sur Akérèbe la sanglante. J’ai vu tout cela de mes yeux. J’ai vu arriver les survivants des mondes conquis. Rien de ce que tu viens de me décrire ne m’est étranger. A la place de mon père, j’aurais peut-être fait exactement la même chose …

- Pourquoi, Végalina ? Pourquoi cautionner ce qu’il a fait ? Leur souffrance t’est-elle à ce point indifférente ?

- Ne me parle pas de souffrance, Actarus. Elle a été ma seule amie, ma seule compagne pendant des années. J’ai passé le plus clair de ma vie dans l’ombre de ma sœur, comme tu le sais. Elle qui avait tout. Absolument tout ! Ce qui semblait inaccessible était toujours à sa portée parce que notre père n’a jamais rien su lui refuser. Et contrairement à elle, j’ai fait bien des sacrifices pour en arriver là où je suis aujourd’hui …

- C’est tout ce que tu avais à me dire ? Que je suis responsable de la mort de tes semblables ? Que je suis coupable d’avoir survécu à la destruction d’Euphor et d’avoir utilisé Goldorak pour défendre cette terre qui m’a recueilli et accepté comme l’un des siens contre ton père et ses capitaines ? Je te l’ai dit. Il ne m’a pas laissé le choix.

- Une autre belle excuse, Actarus. Tu n’as pas eu le choix comme tu dis … mais tu l’as de nouveau utilisé pour repousser l’attaque que nous avons lancé ! Nous avons perdu deux appareils et deux officiers de valeur … Mais vos forces ne s’en sont pas sorties indemnes, je me trompe ?

Végalina esquissa à nouveau un sourire. Elle avait suivi le combat depuis le vaisseau amiral et savait pertinemment que Great Mazinger était sérieusement endommagé et que Vénusiak était porté disparu. Actarus était inquiet, mais n’en laissa rien paraître.

Elle le regarda avec insistance, comme si elle n’avait pas encore abattu sa carte maîtresse. Elle était sûre d’elle-même. Lui l’était beaucoup moins et elle le savait.

- Regarde bien. Je vais te montrer quelque chose …

Elle poussa brusquement du pied la cape qu’elle avait précédemment laissé tomber, dévoilant ainsi le corps apparemment sans vie de Vénusia. La jeune femme était étendue sur le sol, sa tenue de pilote déchirée en plusieurs endroits. Son casque, brisé en deux, gisait quelques mètres de là et un léger filet de sang avait coulé sur son visage.

- Rassure-toi, elle n’est pas morte. Pas encore, du moins. Mais permets-moi de te poser une question. Qui est-elle ?

Actarus ne répondit pas. La stupeur avait laissé place, dans son esprit, à la plus vive des inquiétudes. Il ne pouvait se détourner du triste spectacle qui s’offrait à lui mais se ressaisit bien vite. Pas question de laisser paraître sa faiblesse.

- Cela ne te concerne pas. Laisse-la tranquille … dit-il en la fusillant du regard. Cette sale guerre que ton père a déclenchée a déjà fait trop de victimes innocentes.

- Peut-être bien … mais tu n’as pas répondu à ma question. Je vais donc te la reposer, Actarus. Qui est-elle ? Est-ce l’une de tes équipières qui a vainement essayé de s’opposer à nous sans y parvenir ?

- Je t’ai dit de la laisser tranquille. Et ne t’avise pas de lui faire le moindre mal.

Actarus plongea son regard dans celui de Végalina. Les yeux de la jeune femme s’étaient lentement teintés de rouge, comme si ce qu’elle avait gardé en elle pendant tout ce temps allait brutalement rejaillir et tout emporter sur son passage.

- Ah … c’est donc ça. Je comprends bien des choses, maintenant …

- Que veux-tu dire ?

- Que cette charmante personne n’est pas qu’une simple amie comme tu as essayé de me le faire croire. Elle représente bien plus que cela à tes yeux. Bien plus …

Actarus ne réagit pas. Vénusia était inconsciente et il ne pouvait rien faire pour l’aider.

- Je suis sûre de ne pas me tromper. C’est celle pour qui bat ton cœur, à présent. C’est elle, n’est-ce pas ?

Il aurait aimé répondre mais ne le put. La jeune femme considéra Vénusia avec mépris.

- Ne prends pas la peine de répondre. De toute façon, je ne crois pas que tu sois capable de le faire. Tes yeux ne mentent pas, Actarus. Ils n’ont jamais su mentir. Je l’ai remarqué dès notre première rencontre …

- Arrête, Végalina. Arrête.

- Aurais-je touché un point sensible ? Tu n’es plus si sûr de toi, à présent. Où est donc celui qui me tenait tête il y a encore quelques instants ? Les sentiments pour ceux et celles que tu aimes ont toujours été ta faiblesse … Et c’est quelque chose que je compte bien exploiter à l’avenir …

- Ton père a déjà essayé de me détruire en utilisant Végalia comme appât ! Et nous savons tous les deux comment ça s’est terminé !

- C’est une façon de présenter les choses. Mais si Végalia est morte, c’est en grande partie à cause de ses sentiments pour toi. Elle t’aimait, Actarus. Elle t’aimait et elle aurait fait n’importe quoi pour toi … y compris aller contre la volonté de notre père. C’est ce qui lui a coûté la vie …

- C’est de la folie ! Comment …

- La folie et la souffrance sont les seules choses que mon défunt père ait bien voulu me laisser, répliqua-t-elle en lui coupant la parole. C’est là mon seul héritage. Tu parlais de guerre tout à l’heure. C’est exactement cela. Mais cette fois, ce ne sera pas seulement une question de survie. Ce sera entre toi et moi, Actarus. Entre toi et moi …

Il n’eut pas le temps de répliquer.

- Nous nous retrouverons bientôt, prince d’Euphor. Très bientôt …

Elle recula d’un pas et lui adresse un ultime sourire avant de se jeter dans le vide … pour se réceptionner quelques mètres plus bas sur le fuselage de son intercepteur. Elle se glissa dans le poste de pilotage, alluma ses moteurs et tira vers elle ses deux leviers de commande. Le vaisseau décolla et prit rapidement de l’altitude avant de disparaître à l’horizon. Actarus le regarda partir. Cela n’annonçait rien de bon.

Il s’agenouilla et prit la main de Vénusia dans la sienne pour sentir son pouls. Il poussa un soupir de soulagement quelques instants plus tard : elle était en vie. Blessée, mais en vie. C’était tout ce qui comptait pour lui. « Elle est vivante … Merci, mon Dieu ». Il se releva, ramassa et renfila son casque. Il abaissa sa visière et prit ensuite la jeune femme dans ses bras avant de reprendre le chemin qu’il avait précédemment emprunté pour rejoindre Goldorak, ce qui lui prit plusieurs minutes en raison de la nature accidentée du terrain.

Arrivé à destination, Actarus installa Vénusia sur le siège passager situé derrière le sien en prenant de multiples précautions. Il ignorait tout de la gravité de ses blessures et savait qu’il ne devait prendre aucun risque la concernant. Une fois en sûreté, il reprit les commandes de sa machine. La vitre blindée se referma quelques instants avant qu’il ne prononce, d’un air assuré :

- « Goldorak … GO !!! »

Handicapé par ses problèmes mécaniques, Goldorak s’arracha difficilement du sol et reprit le chemin du Centre de recherches spatiales. Par chance, le trajet, relativement court, se déroula sans encombre. Actarus modifia sa trajectoire et bifurqua en direction de la cascade qui masquait l’entrée de la route numéro 7. Un choix logique qui lui permettrait de rejoindre sa base secrète en toute discrétion sans se faire repérer. S’il l’avait déjà empruntée un nombre incalculable de fois par le passé, il ressentit une sensation étrange en franchissant la chute d’eau pour s’engouffrer dans la caverne, puis dans le tunnel qui le conduirait jusqu’à la plate-forme ascensionnelle. Il réduisit progressivement sa vitesse pour finalement s’immobiliser sur cette dernière. Le professeur Procyon avait suivi sa progression depuis la salle des commandes et avait agi en conséquence.

La plate-forme se mit en marche pour le ramener, lui et sa machine, dans le hangar dévolu à cette dernière. La manœuvre qui ne prenait habituellement que quelques secondes parut durer des heures. Actarus releva sa visière et soupira. Bien sûr, il se savait attendu mais seul l’état de santé de Vénusia lui importait. Il jeta un bref coup d’œil derrière lui : sa passagère n’avait toujours pas repris conscience.

La vitre blindée s’ouvrit. Actarus releva sa visière et s’essuya maladroitement les yeux avant de quitter son cockpit en transportant Vénusia dans ses bras. Il sauta de son appareil et descendit la rampe de lancement incurvée à pieds. Un dernier saut lui permit de regagner le sol. Alcor, bien vite rejoint par Phénicia et Procyon, vinrent à sa rencontre. Celui-ci avait déjà fait préparer un brancard muni d’un appareil respiratoire et d’une perfusion. Actarus l’y déposa doucement avant de s’adresser à son père adoptif.

- Nous devons faire vite, père. J’ignore depuis combien de temps elle se trouve dans cet état.

- Ne t’inquiète pas, Actarus. Nous allons la transporter immédiatement à l’infirmerie pour l’examiner et la soigner.

Argoli et Cochir emmenèrent immédiatement le brancard en direction de l’infirmerie. Rigel et Mizar leur emboîtèrent le pas sans attendre. Celui-ci lui fit un signe de la main auquel il répondit par un hochement de tête. Alcor vint à sa hauteur et posa sa main sur son épaule comme pour mieux le rassurer.

- Sois tranquille. Ils vont bien s’occuper d’elle. Elle ira mieux très vite, tu verras.

- Je l’espère … murmura-t-il.

Sans qu’il ne s’en rende compte, Procyon et Phénicia s’étaient progressivement mis en retrait et échangèrent un regard inquiet. L’accident de Vénusia ne resterait peut-être pas sans conséquences pour la jeune femme.

- Professeur, est-ce que vous pensez que …

- Je préfère ne pas l’envisager pour le moment, Phénicia. Avant toute chose, nous devons l’examiner et vérifier la gravité de ses blessures. Si elle ne reprend pas connaissance dans les heures à venir, alors nous prendrons les mesures nécessaires. J’espère simplement que tout se passera bien pour elle … et pour lui.



FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 A_suiv10

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
venusia45

venusia45

Messages : 4465
Date d'inscription : 02/02/2014
Age : 46
Localisation : dans ma soucoupe

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMer 4 Oct 2017 - 17:51

brrr, pas commode la p'tite dame Shocked Shocked Shocked J’aime bcp la manière dont tu retranscris à la fois sa haine et sa fragilité (également lorsqu’elle s'enfermait dan une pièce pour frapper dans le miroir, plus haut), sa blessure psychologique qui l'a fait basculer du côté obscur...Et l'état de Vénusia Sad Sad Tout cela est très noir et fort bien écrit. Merci Kimi !
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMer 4 Oct 2017 - 22:04

Cette affrontement verbal entre Actarus et Végalina n'augure vraiment rien de bon pour la suite.  affraid  

Citation :
J’espère simplement que tout se passera bien pour elle … et pour lui.

Je l'espère moi aussi. Sad Courage Vénusia !

Merci pour cette suite Kimi_san.
Revenir en haut Aller en bas
Lasernium66

Lasernium66

Messages : 146
Date d'inscription : 07/03/2017
Localisation : Système Solaire, 3e planète

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeMer 4 Oct 2017 - 22:52

Tous mes compliments, c'est remarquablement écrit et très prenant. Je me réjouis de lire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
http://goldoraknostalgie@wordpress.com
kimi_san

kimi_san

Messages : 2603
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 44
Localisation : Mykène

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeDim 8 Oct 2017 - 18:36

Merci à tous pour vos commentaires.


Un petit bonus signé Coqueluche05 (un grand merci à elle !) : les différentes couvertures envisagées pour LDDP.


FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 84014110

_________________
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Infini10


Dernière édition par kimi_san le Ven 12 Jan 2018 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://invincible-goldorak.forumactif.org
Gurendaizä

Gurendaizä

Messages : 10791
Date d'inscription : 29/10/2011
Age : 52
Localisation : A bord de Goldorak

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeDim 8 Oct 2017 - 18:41

Superbe !!!! cheers cheers cheers cheers FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 1752787198

_________________
Goldorak, Go !     グレンダイザー    Gurendaizä go ! 
FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 20914310
Revenir en haut Aller en bas
hikaru

hikaru

Messages : 5436
Date d'inscription : 31/12/2012
Age : 45
Localisation : ESSONNE

FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitimeDim 8 Oct 2017 - 19:46

Magnifiques dessins, comme toujours, merci Coqueluche05. Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: FanFiction : une parmi tant d'autres ...   FanFiction : une parmi tant d'autres ... - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
FanFiction : une parmi tant d'autres ...
Revenir en haut 
Page 5 sur 30Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 17 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Otaku parmi tant d'autres
» ZanMaker, un fan parmi tant d'autres
» Une orchidée parmi tant d'autres...
» La Caverne de la Rose d'Or
» [Mainard, Dominique] Je voudrais tant que tu te souviennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Goldorak ... by Invincible ! :: Invincible : Espace Créatif ! :: Fan-Fictions-
Sauter vers: